Journal Zut alors, rien à vendre ?

Posté par . Licence CC by-sa
Tags : aucun
10
22
juin
2014

Au hasard d'un résultat peu pertinent d'un moteur de recherche, je suis tombé sur la page suivante : http://www.microsoft.com/fr-fr/security/family-safety/cyberethics-hate.aspx

En voyant l'extrait dans le moteur de recherche, je m'attendais au pire :

Ces groupes utilisent également de la musique incitant à la haine pour encourager les jeunes à rejoindre … Les parents doivent protéger les jeunes enfants des contenus incitant à la haine sur Internet.

Bon sang, Microsoft vendrait un logiciel qui permettrait de filtrer la musique anticonformiste ? Et aurait publié un argumentaire bien anxiogène pour le vendre ?

En suivant le lien, bonne surprise : le web n'est pas diabolisé, les logiciels de filtrage sont évoqués de façon critique, des conseils pertinents sont donnés… et il n'y a rien à vendre. Je pense même que c'est une page dont on peut conseiller la lecture : c'est une traduction imparfaite de l'américain mais les choses y sont je trouve mieux expliquées que sur les sites gouvernementaux français.

  • # Ce qui me fait peur

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    … c'est que ces conseils n'ont rien à voir avec Internet; ils ont à voir avec l'éducation, tout simplement. Internet permet juste de faire passer les messages plus facilement. Messages qui ont toujours existé et qui ne sont pas nés en même temps que les Ipés. Et pourtant, on dirait qu'Internet a créé tous les malheurs sur terre.

    Je pense de plus en plus sérieusement qu'il va falloir éduquer les parents en plus des enfants, en tout cas jusqu'à ce que la génération de ceux qui ont grandi avec Internet soit la génération majoritaire.

    • [^] # Re: Ce qui me fait peur

      Posté par . Évalué à 10.

      Dans "ceux qui ont grandi avec Internet", tu comptes aussi ceux qui passent leur vie sur Facebook, sont de grands fans des télé-réalités et du dernier chanteur à la mode dont on leur aura matraqué la tête à coups de pub?

      Parce que je ne suis pas du tout convaincu que la prochaine génération soit tellement meilleure que la nôtre ou celle de nos parents.

      D'ici la prochaine génération, nous aurons trouvé les angles d'attaque pour passer pour les vieux cons devant les jeunes.

      • [^] # Re: Ce qui me fait peur

        Posté par . Évalué à 10.

        D'ici la prochaine génération, nous aurons trouvé les angles d'attaque pour passer pour les vieux cons devant les jeunes.

        « Quoi Papa, la “vie privée” ?! Qu'est-ce que c'est ringard… T'es vraiment du XXème siècle, vieux jeu, quoi (t'imagine même pas si j'envoie rien pendant 2h, mes amis vont croire que je suis mort, ils vont se moquer de moi pendant 2 semaines. Heureusement que j'ai mis mon moniteur biométrique en ligne, comme ça on sait que je suis encore vivant, que j'ai couru 2 kms, perdu 164 calories, mangé des fruits et des légumes (5/jour, et que je fais caca mou en ce moment)) »

    • [^] # Re: Ce qui me fait peur

      Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 23/06/14 à 09:09.

      la génération de ceux qui ont grandi avec Internet

      Ça me fait soucis, quand j’entends ce genre de formule à l’emporte-pièce.
      Si tu remplaces Internet par téléphone tu t’apercevras que d’être « natif d’une technologie » ne signifie en rien la maîtriser, sans quoi ça ferait longtemps que plus personne ne se ferait plus importuner par des appels non sollicités, ne se ferait avoir pas des offres foireuses et invérifiables faites par téléphone, ni n’accepterait des contrats d’assurance aussi mirobolants qu’inutiles par téléphone.

      Les humains sont naïfs, c’est leur point faible, qu’ils soient nés avec le calame et la tablette de cire ou un clavier d’ordinateur.
      L’éducation est le seul moyen d’apprendre à ne pas se faire avoir et à être conscient de l’usage possible des technologies que l’on emploie. Nulle techno-nativité ne donne comme par immaculée conception la conscience des choses.

      Sed fugit interea, fugit inreparabile tempus, singula dum capti circumvectamur amore

      • [^] # Re: Ce qui me fait peur

        Posté par . Évalué à 4.

        Si tu remplaces Internet par téléphone tu t’apercevras que d’être « natif d’une technologie » ne signifie en rien la maîtriser

        Ouaip ! d'ailleurs je suis nostalgique de ceux qui ont grandi avec la pierre taillée. :-D

        kentoc'h mervel eget bezan saotred

        • [^] # Re: Ce qui me fait peur

          Posté par . Évalué à 7.

          tu n'es qu'un affreux passéiste : ne sais tu pas que l'on a inventé la pierre polie depuis ? Vive le progrès !

          • [^] # Re: Ce qui me fait peur

            Posté par . Évalué à 1.

            ne sais tu pas que l'on a inventé la pierre polie depuis ?

            Effectivement, je constate d'ailleurs que tout mes concitoyens maîtrisent parfaitement cette technologie !
            Mea culpa, je devrait sûrement me faire un apt-get dist-upgrade de l’encéphale.

            kentoc'h mervel eget bezan saotred

          • [^] # Re: Ce qui me fait peur

            Posté par . Évalué à 5.

            on a inventé la pierre polie depuis

            Concept inutile, ça ne fonctionnera jamais.

            The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

      • [^] # Re: Ce qui me fait peur

        Posté par . Évalué à 10.

        Les humains sont naïfs, c’est leur point faible

        Il faut, je pense, ajouter fainéants car les conseils donnés sur le site web peuvent se résumer à « essayer de comprendre au mieux votre environnement et d'interagir le plus correctement avec lui ». Et avec une majorité de personne, l'explication minimale sur l'utilisation d'un outil un peu complexe se termine en « c'est trop compliqué », « j'ai pas le temps », « je veux seulement l'utiliser, pas devenir un pro comme toi »…

        Maintenant, une petite histoire avec un poussin, une vache et un renard.

        C'est l'histoire d'un p'tit poussin
        Qui s'ennuyait dans son nid,
        Et qui avait tellement faim
        Qu'il en poussait de petits cris.

        Pressé de vouloir prendre son envol
        Et personne pour le surveiller,
        Il chuta sur le sol
        Incapable de bouger.

        Le froid commence à l'engourdir
        Il prend conscience de la peur,
        Rien ne pourrait le dégourdir
        Mis à part un peu de chaleur.

        Appelant sa mère à tue-tête
        Pour qu'elle vienne le sauver,
        Il aperçoit une grosse bête
        Qui vient pour le réconforter.

        Tandis qu'il lance ses piaillements
        Croyant sa fin arriver,
        Il reçoit des meuglements
        En guise d'amitié.

        Se sentant tout ridicule
        Devant cette grosse vache,
        Il regarde incrédule
        La touffe d'herbe qu'elle mâche.

        Le p'tit poussin demande alors
        Si elle aurait des plumes douces
        Pour réchauffer son petit corps
        Et Paf !! Elle le recouvre d'une bouse.

        Le p'tit poussin est bien au chaud
        Dans cette grosse galette,
        Ça lui fait un gros manteau
        D'où ne sort que sa tête.

        Au bout d'un long moment
        Alors que la nuit va tomber,
        Il appelle sans cesse sa maman
        Pour qu'elle vienne le délivrer.

        Et quand arrive le soir
        Alors qu'il est prisonnier,
        Passe par là un renard
        Qui le regarde tout étonné.

        Le p'tit poussin crie tout-à-coup
        En voyant ces grandes dents,
        Et se fait sortir de sa boue
        Lui qui le désirait tant.

        Voulant remercier son sauveur
        De l'avoir libéré,
        Le renard tout en douceur
        L'enfonça dans son gosier.

        Moralité : Quand on te laisse dans la merde
        Ce n'est pas toujours pour ton malheur,
        Et quand on veut t'en sortir
        Ce n'est pas toujours pour ton bonheur.

        The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

        • [^] # Fable

          Posté par . Évalué à 5.

          Une version plus courte est racontée dans « Mon nom est Personne ».

          C’est sympa en rimes, mais il y a une erreur sémantique dans l’avant-dernière strophe :

          Voulant remercier son sauveur
          De l'avoir libéré,
          Le renard tout en douceur
          L'enfonça dans son gosier.

          Écrit comme ça, c’est le renard qui veut remercier son sauveur…

          Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

      • [^] # Re: Ce qui me fait peur

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Oh non, je m'imagine pas que les gens la maîtriseront. Ils seront juste un peu plus conscients de qu'est-ce que c'est, de comment ça marche et de qu'est-ce qu'il est normal que je puisse faire en l'utilisant. Il ne sera plus possible de les berner.

        Par exemple, personne dans la génération "je sais ce qu'est Internet" n'accepterait de payer pour un internet de base puis payer site web par site web, protocole par protocole, pour un accès fixe; si une majorité de gens pense comme ça on peut exclure cette possibilité immonde. Par contre, ce genre de propositions pourrait arriver aujourd'hui, parce que les lois sont faites en majorité par des gens qui ne savent pas ce qu'est Internet, et l'associent encore à une bonne vieille télévision sur laquelle on a un bouquet de chaines.

        • [^] # Re: Ce qui me fait peur

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Pourtant, il y a plein de forfait "Facebook/Twitter/Youtube/… gratuit" que les gens utilisent.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.