Journal Offres musicales en ligne, modeste proposition

Posté par .
Tags : aucun
0
16
juil.
2004
Offres musicales en ligne, modeste proposition

Je pense que la solution aux majors, taxes (illégitimes) et autres piratages du web réside dans le développement de systèmes alternatifs de vente, directement par le web.

Le tout pouvant avoir plusieurs systèmes techniques œuvrant dans le sens de l'utilisateur qui devient acheteur de contenu et donc propriétaire de son achat et doit pouvoir en faire ce qu'il veut. Aussi bien l'écouter sur n'importe quel matériel, que le copier à l'infini.

Un système (au niveau technique) à la Allofmp3 par exemple : choix du format, de la qualité, et autres du fichier numérique acheté. Et plus le fichier numérique est gros et plus on le paye, afin de rembourser la bande passante et l'espace disque utilisés dans ce système. Mais le système peut aussi très bien ne laisser le choix qu'entre quelques formats distincts: MP3, OGG Vorbis, lossless, etc.


Ensuite vient la question des droits d'exploitation. Là encore plusieurs solutions sont possibles dans la réalité des choses, mais dans l'idéal cela doit se décider directement entre le site de vente et les labels qui y proposent leur musique. On peut par exemple imaginer une base de rémunération fixe, déterminée régulièrement.

Le tout doit cependant se baser sur des prix de ventes raisonnables (voire modestes) permettant de facilement fidéliser les acheteurs, qui n'auront alors plus aucune raison d'aller voir ailleurs sur les logiciels de P2P en les détournant de leur fonctionnement premier : la propagation de la connaissance via le partage de données.

Bien entendu, pour permettre aux acheteurs potentiels de connaître les artistes qui sont au catalogue du site, le site doit les mettre en avant, et donc tourner autour de ceux-ci et créer une ambiance sympathique avec régulièrement des découvertes des auteurs.

Et histoire d'en rajouter une couche dans la promotion simple et efficace des artistes : une ou plusieurs webradios (une générale et plusieurs suivants différents styles), ne diffusant que les artistes du répertoire. Car la meilleure façon de découvrir et d'apprécier un artiste, n'est-elle pas de les écouter ? Le site pouvant même utiliser un système de webradio en P2P permettant de décharger la bande passante dans un premier temps, et prouver que les systèmes de partage de données peut servir de façon toute à fait légale dans un second.

Bien entendu cela passe aussi par le développement d'une alternative à la société privée qu'est la SACEM, véritable rapace du droit d'auteur musical français. Mais cela va sans dire ^^

Le seul problème qui réside est au niveau de la preuve d'achat. Ne voulant pas de DRM limitant l'utilisation des fichiers musicaux numériques, et n'ayant pas de support physique réel (et non virtuel) il est difficile pour l'utilisateur de prouver son achat. Mais c'est faire fi des « tickets de caisse » que l'on peut facilement adapter à un système numérique. On peut par exemple imaginer un ticket de caisse daté par achat contenant une signature numérique (via GPG par exemple) de tous les fichier numériques.


http://emusic.com/(...) œuvre dans ce sens, mais mal: on est limité en achats par mois et on est obligé de payer un abonnement. C'est un principe lourd et qui oblige (force) à la consommation sinon l'utilisateur finit par y perdre de l'argent (outch) ! Alors qu'un achat plus traditionnel, comme sur tout bon site de vente laisse l'utilisateur libre de son utilisation et de ses achats.

http://magnatune.com/(...) est à ma connaissance le seul site véritablement alternatif au système actuel. Mais il fonctionne autour de différentes licences - basées sur Creative Commons - suivant l'utilisation souhaitée des fichiers musicaux numériques. Le prix d'achat variant suivant la licence: passage dans un bar, utilisation das un spot de pub, écoute chez soi, etc. À noter que 50% du prix de vente est reversé aux artistes ! Ce qui est énorme comparé aux maigres petits pourcentages que peut toucher actuellement un auteur sur la vente d'un de ses CD (et encore pire apparemment, et je dis bien apparemment, dans le cas de vente en ligne).

http://audiogalaxy.com/(...) est je trouve un parfait exemple de mise en avant des artistes inscrits sur le site. Et permet la découverte simple et efficace d'artistes peu connus, voire totalement inconnus, mais qui possèdent du talent.


Néanmoins n'oublions pas que nous sommes ici dans une hypothétique utopie où c'est l'utilisateur (l'acheteur) et les artistes (et leurs labels) qui sont centraux, et non pas le(s) compte(s) en banque de ceux qui décident pour nous.

À noter aussi que ce schème est tout autant transposable à la vidéo, mais avec des moyens techniques beaucoup plus grand.


Alors que pensez-vous de ma modeste proposition ?
  • # D'accord mais ...

    Posté par . Évalué à 5.

    Je serais tout à fait d'accord pour un tel système, mais malheureusement je ne crois pas que l'on puisse espérer le voir un jour.
    Actuellement les systèmes proposés ne me paraissent pas interressants, tout comme l'achat "physique" de CD d'ailleurs. Le seul site dont j'ai apprécié le fontionnement est Allofmp3 (choix du Ogg et de la qualité, c'est le top!) mais evidemment vu le prix je ne suis pas sûr du tout d'être en régle par rapport à la loi française.

    Donc pourquoi pas, mais les labels n'y trouveront pas leur compte, surtout que leur but est plutôt de faire d'énormes bénéfices sur le dos des artistes et des consommateurs, surtout pas de réellement satisfaire leurs demandes.

    Désolé pour ce point de vue négatif, mais je suis vraiment désespéré ..... ; )
    • [^] # Re: D'accord mais ...

      Posté par . Évalué à 3.

      Je ne pense pas que ce soit le cas. Il faut bien différencier les points et les activitées. Un label est différent d'une major. Une major ne fait pratiquement rien en général, à part donner de l'argent aux labels pour qu'ils puissent éditer leurs artistes.

      Je parle ici d'alternatif, de système légal et effectivement cela se passerait de tout ce qui n'est pas indépendant et voudrait vendre uniquement de façon alternative; Et il y a beaucoup de labels qui le veulent. Il suffit de voir emusic par exemple, le catalogue est bien fourni, mais uniquement de petits artistes.

      Les majors continueraient de chasser bêtement les pirates de leur catalogue, tandis que ceux-ci (les pirates) se tourneraient, pressés qu'ils sont par les majors et leur dégoût grandissant pour eux (comme beaucoup de monde actuellement) vers ces sites de vente alternatifs qui commenceraient à voir un petit succès. Le tout pouvant faire boule de neige: plus de succès attirant plus d'artistes, etc.

      Pour Allofmp3, le système n'est pas illégal et encore moins le prix d'achat qui répond à la lo Russe. Le seul pbm actuel existant c'est qu'il paraît qu'un contrat n'est plus dans la chaîne de redistribution des droits d'auteurs. Mais après cela n'est pas clairement dit, et rien n'est véritablement prouvé. Toujours est-il que le site est d'ors et déjà condamné dans des articles comme appartenant à la mafia russe, etc. Moi je rigole doucement : un site contrôlé par la mafia qui place le confort de ses usagers en avant (via le srvice technique très impressionnant du site) ? Seraient-ils plus intelligent que les politiques et autres majors ?
  • # emusic

    Posté par . Évalué à 3.

    J'aime beaucoup emusic, moi.
    Certes, le fait d'avoir un nombre minimal de titres à acheter par mois est un peu pénible. Ceci dit, il y a une option assez récente, les "booster packs" qui permettent d'acheter des "crédits" valables sans limite de temps, ce qui pour moi va dans le bon sens.
    Niveau confort d'utilisation je suis tout à fait convaincue par emusic ; à titre personnel, leur catalogue me convient bien aussi (j'ai trouvé des trucs absolument terribles comme du Pink Floyd par le Royal Philarmonic Orchestra, ça m'amuse beaucoup).
    Bref ce n'est pas encore parfait, mais c'est pour moi ce qui s'en rapproche le plus dans le paysage de la musique en ligne actuellement.
    • [^] # Re: emusic

      Posté par . Évalué à 2.

      Leur catalogue me convient bien aussi, j'y ai notamment trouvé du Tara Fuki (duo de violoncelle et voix Tchèques). Mais le simple fait de devoir m'abonner me fait réfléchir à chaque fois que je tombe sur le site. Je n'ai pas envie d'être forcé à l'achat. Je préfère des achats au cas par cas comme sur n'importe quel site de vente.

      Je vais me renseigner cependant sur le booster pack ...
  • # Majors en ligne.

    Posté par . Évalué à 2.

    Effectivement, on a tous cru pendant un temps que l'avenir de la distribution musicale résidait dans l'utilisation des réseaux, que cela permettrait de se passer des intermédiaires, d'avoir un choix beaucoup plus large, de permettre aux nouveaux artistes d'émerger rapidement, etc.

    Malheureusement, la réalité nous rattrape et cette nouvelle forme de distribution n'étant pas encore réellement apparue, les abus se font déjà sentir:

    http://linuxfr.org/~mrlag/14472.html(...)
    • [^] # Re: Majors en ligne.

      Posté par . Évalué à 2.

      Je sais, je l'ai lu (vécu et écrit par une connaissance d'ailleurs) et c'est justement pour aller contre ces dérives innommables que j'ai commencé à réfléchir à cette proposition qui doit se placer en alternative complète au système. QUoique peut-être pas tant que ça puisque les artistes passent toujours par des labels, mais il n'y a plus les majors, ce qui est le principal. Les labels il en existe énormément qui soient déjà indépendants.

      Alors pourquoi ne se réunieraient-ils pas pour fonder un site qui vendrait leur musique de façon intelligente ? Mais je me rends compte d'un bug là: c'est comme ça que les majors ont commencé ... et crotte.

      Bon, on peut toujours compter sur l'intelligence des vrais petits labels pour éviter de s'auto saborder...
  • # Audiolunchbox

    Posté par . Évalué à 4.

    Je signale aussi Audio LunchBox http://www.audiolunchbox.com/(...) qui permets de downloader en mp3 ou en ogg, et d'acheter au choix par albums entier ou seulement certaines pistes.
    Apparemment orienté labels indépendants (j'ai acheté qu'un album et n'ai pas vraiment plus fait le tour du site depuis)
    • [^] # Re: Audiolunchbox

      Posté par . Évalué à 2.

      Le site est plutôt bien fait. On n'a que des extraits de 30s à écouter sur les artistes cependant, ça fait un peu court pour les découvrir. Au niveau des artistes il y a un peu de tout, j'ai trouvé du Son House par exemple, un bon vieux bluesmen, et sinon pas mal d'indie...

      Les prix pratiqués semblent fixes cependant : 0.99$ la chanson ou 9.99$ l'album, quelque soit le nombre de chansons. C'est intéressant, surtout si on regarde le cours du dollar. Et il y a des « packs » permettant de créditer son compte d'un certain nombre de dollar et on y gagne des pistes gratuites.

      Tous les albums semblent dispos en Ogg Voris q6 et en MP3 192kbit/s dc dans des formats de bonne relative qualité (comparé à un CD ou du lossless par exemple).

      Ouaip, à voir plus tard quand j'aurai plus de temps libre, mais il semble bien aller vers ce que j'ai proposé plus haut. Quoique encore 10$ pour des formats de relative qualité et sans suport physique ça reste encore un peu cher ...
  • # Le DRM c'est bien (tm)

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Je trouve que le DRM serait bien pour être utilisé d'une façon inversée :

    Au lieu d'utiliser le DRM pour protéger et interdire la copie de fichiers, il serait intéressant de l'utiliser pour protéger des oeuvres sous copyleft.
    Par exemple on pourrait inclure une simple signature numérique et un certificat qui authentifie que ce fichier est bien sous copyleft et qu'on a le droit de le copier.
    Ca permettrait d'inclure en autre dans le fichier le côté « Attribution » des licences Creative Commons.
    • [^] # Re: Le DRM c'est bien (tm)

      Posté par . Évalué à 2.

      Oui, vu dans cette optique c'est effectivement intéressant. Le document est sous une licence particulière, mais sans limiter l'utilisateur final, au contraire. Utilisation originale du système de DRM ^^

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.