Journal GIVE Challenge : Générer des Instructions en Environnement Virtuel

Posté par .
6
24
fév.
2010
Bonjour à tous,

si ça vous intéresse de participer à l'amélioration des logiciels d'intelligence artificielle tout en jouant, je vous invite à faire un tour sur http://www.give-challenge.org/ .

Dans ce challenge, vous serez amenés à évaluer la qualité du "guide" virtuel qui vous aidera à accomplir des tâches dans un niveau en 3D (trouver la bonne pièce, presser les bons boutons dans le bon ordre...), pour finalement capturer un trophée caché dans un coffre-fort.

Le challenge vise à comparer des systèmes développés par différentes universités. Tous n'utilisent pas les mêmes méthodes de navigation et d'identification des objets.

Les instructions sont générées en langage naturel (anglais dans le cas présent) à partir d'un plan logique et d'"atomes" . Elle ne sont pas "hard codées".

Par exemple, si le système possède un plan comme

move(reg_1,reg_2)
manipulate(b1)


et que les atomes suivants sont vrais
button(b1)
color(b1,blue)


Le système pourrait générer quelque chose comme : "Walk through the door and press the blue button."


La manière dont vous jouez, les erreurs commises, etc. sont enregistrées sur le serveur afin que les développeurs puissent les consulter pour améliorer leur système. Aucune donnée personnelle n'est recueillie. Si vous le souhaitez vous pouvez laisser votre adresse Email pour participer à un tirage et gagner un bon d'achat chez Amazon.

Java et une accélération 3D (pas besoin d'un truc de ouf!) sont nécessaires pour jouer. Une fois le client lancé, le "matchmaker" vous connectera à un "guide" au hasard.

Merci ;) .
  • # Passionant

    Posté par . Évalué à 4.

    Voila un projet très intéressant.

    Il est tout de même dommage qu'aucune université ou école Française n'y participe (ben quoi? j'ai bien le droit d'être chauvin non?).

    Je testerai ça ce soir.
    • [^] # Re: Passionant

      Posté par . Évalué à 3.

      Nancy y participe ;)
      • [^] # Re: Passionant

        Posté par . Évalué à 3.

        Ha, non, mal exprimé, désolé pour les familles tout ça : je voulais dire a l'organisation...

        J'espère bien qu'il y'a des écoles/Universités qui y participe en France!
  • # quelle licence le produit final ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Je ne l'ai vu nul part dans les pages (mais je dois avouer que je n'ai pas chercher comme un forcené...
    • [^] # Re: quelle licence le produit final ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Salut,

      alors il faut savoir que le projet tient en plusieurs parties :

      - La partie serveur / client, interaction avec l'utilisateur, le matchmaker (qui connecte une session à un système de génération de langage naturel).

      - Le système NLG (générateur de langage naturel).

      Pour la licence des premiers éléments, je ne sais pas, je crois que personne ne s'est encore penché sur la question. Je vais demander. (Fortes chances que ça soit ouvert)

      La licence du système NLG est à la discrétion de l'équipe qui a développé le système. Dans le cas de l'équipe dont je fais partie, on prévoit de rendre les sources disponibles une fois le challenge terminé. (Licence à discuter)
      • [^] # Re: quelle licence le produit final ?

        Posté par . Évalué à 2.

        Selon l'auteur des outils de la première partie, pas de licence définie. Pour lui le code est utilisable par tous.
      • [^] # Re: quelle licence le produit final ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Il est si simple alors de l'écrire.. cela prend si peu de temps...
        • [^] # Re: quelle licence le produit final ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Je vais lui suggérer de mentionner une licence pour le code.
          La simple et bonne raison pour laquelle il n'y a pas de licence mentionnée c'est que pour l'instant personne ne s'est posé la question. Le projet n'a jamais eu comme "ambition" d'être distribué.
          • [^] # Re: quelle licence le produit final ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Le projet n'a jamais eu comme ambition d'être distribué et demande aux péquins qui passent de vous aider à construire le truc ? Des cobays gratuits ?

            Attention que l'on me comprenne bien, je ne porte pas jugement sur ce cas particulier. Il y a eu assez de 'trucs' entre amis et dans la bonne ambiance qui se sont terminés par des trucs bien proprio/ou industriels-PI fermé mais qui ont réussi souvent avec l'aide de bénévole testeur/joueurs etc.... j

            Comme la demande a été faite ici-bas, trollFr spécial logiciel libre (ou pas) j'avais pensé que justement le truc de licence aurait été la première question qui se serait posée - même si la licence n'érectionne pas le dev/chercheur c'est un moment important dans les choix de conception.
            • [^] # Re: quelle licence le produit final ?

              Posté par . Évalué à 2.

              Attention, ce que l'on construit c'est le Système NLG, c'est ça qui est évalué. La licence du système NLG est fixée par l'équipe de développement qui l'a créé. Dans notre cas on le rendra disponible sous licence libre (déjà dit), et je ne peux rien affirmer concernant le système des autres universités (mais ça m'étonnerait franchement qu'ils soient contre le fait de libérer leur code).

              Pour le reste, le code source est dispo ici : http://kenai.com/projects/give-challenge . La licence n'est pas définie mais le projet ne compte en aucun cas devenir proprio. L'absence de licence est simplement due au fait que l'auteur principal ne s'en est jamais soucié. Comme tu le dis, le chercheur a souvent autre chose en tête que la licence de son projet, pour lui c'est une question de second plan.

              Si quelqu'un compte réutiliser le code, le mieux c'est de voir les problèmes d'absence de licence avec l'auteur principal : Alexander Koller (koller@mmci.uni-saarland.de) , je pense qu'il est mieux placé que moi pour discuter de ça.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.