Journal Firefox ne se lance pas

Posté par .
Tags : aucun
0
6
juil.
2004
Le bonjour cher Journal,

Je me demande si tu serais en mesure de me dire pourquoi je n'arrive pas à lancer le navigateur Firefox, sur mon ordinateur ?

Je viens d'installer une toute nouvelle Mandrake 10.0 Official sur mon portable Lifebook. J'ai aussitôt téléchargé Firefox car c'est mon navigateur favori. Mais au moment de le lancer, je tombe sur ce message dans la console :


[kiban@lifebook kiban]$ firefox &
[1] 4668
[kiban@lifebook kiban]$ INTERNAL ERROR on Browser End: Could not (...)

Bon voyage

Posté par . Modéré par Nÿco.
Tags :
0
17
avr.
2003
Cinema
Jean-Paul Rappeneau part en voyage et emmène avec lui Adjani, Depardieu, Ledoyen, Attal...

Il signe avec ce film dont l'hsitoire se déroule à la veille de la capitulation française (2e Guerre Mondiale), un magnifique tableau tout en humour, en rebondissement, en romance et en justesse.

A voir !

Après l'heure, ce n'est plus l'heure...

Posté par . Modéré par Nÿco.
Tags :
0
26
mar.
2003
Cinema
Avec ce titre, je veux parler du dernier film du réalisateur Spike Lee : "LA 25EME HEURE" !

C'est l'histoire de la dernière journée d'un ex-dealer avant d'aller en prison pour 7 ans.

Trop bonne la S1M0NE !

Posté par . Modéré par Benoît Sibaud.
Tags :
0
21
sept.
2002
Cinema
Ce vendredi soir, je suis allé voir le dernier film de Andrew Niccol avec Al Pacino : S1M0NE.

Dans l'histoire, Al Pacino campe le rôle d'un réalisateur qui, pour se soustraire aux exigences capricieuses de certains acteurs, va s'adjuger les services d'une actrice complètement virtuelle. Sa prestation sera tellement convaincante qu'un engouement idolâtre va naître autour de cette nouvelle star...

Ceux qui se souviennent du film « The Truman Show » et se souviennent qu'ils ont été émus par l'histoire, alors vont sans doute apprécier cet opus. Notons au passage que c'était déjà Andrew Niccol qui avait « commis » le Truman Show.

Si l'on devait faire une petite comparaison entre les deux films, dans le premier, toute la population, le monde était réuni pour berner un seul individu, acteur naturel, malgré lui... Dans S1m-0ne (Simulation One), c'est un seul individu qui mène en bateau le monde entier et la folie de celui-ci à se chercher des idoles à aduler.

Le film est vraiment, vraiment bien et je le conseille vivement. Al Pacino est fabuleux et même l'actrice qui a joué le rôle de Simone (une illustre inconnue) y est lumineuse.

A la fin de ce film, on resortira peut-être avec cet étrange sentiment paranoïaque qui nous fera remettre en question ce qui nous entoure (et si tout n'était que bluff, les Américains, ont-ils vraiment été sur la Lune, Monica Lewinski a-t-elle réellement existé... etc, je m'égare :) )

Allez, je m'arrête là et vous allez voir le film...

Et Maintenant, Mesdames et Messieurs !

Posté par . Modéré par Brice Favre.
Tags :
0
5
juin
2002
Cinema
And Now Ladies and Gentlemen



Voici le dernier opus de Claude Lelouch. Après le très jubilatoire "Une pour toutes", en l'an 2000, il a voulu jouer sur un tout autre tableau, plus dramatique, celui-ci.


La femme est triste

La femme, c'est Patricia Kaas ! Comme signalée dans le générique de début, c'est sa première apparition en tant qu'actrice. On ne met pas beaucoup de temps à s'apercevoir que le début est probant.

Kaas chanteuse (la demoiselle qui chante le Blues), donne l'image d'une femme à qui les épreuves de la vie ont marqué les traits du visage. Dès les premières scènes du films, cette tristesse profonde se dégage de son visage et on veut la plaindre...



Une voix électrisante

Le film est bercé par la voix de cette femme triste. Tantôt swinguante, tantôt intimiste. Dans tous les cas, la voix de Patricia est chargée d'intense émotion qui servira à nous conduire dans ce film.

Au début du film elle chante dans une petite formation et on comprendra vite la raison de sa tristesse, qui la fera partir vers d'autres horizons.



Le Gentleman CambrioCoeur

Parallèlement, Jeremy Irons, plein d'allure et de classe, campe le rôle d'un invétéré voleur, spécialisé dans le luxe de la joaillerie. Au détour d'une bijouterie, cet Arsène Lupin ira même voler le coeur d'une bellissime dame (jouée par Alessandra Martines)

Lui non plus n'est pas très heureux et ressentira fort ce besoin de se retrouver seul



Deux solitudes : la mer et le désert !

Voilà le point commun de ces deux personnages une forme de solitude, à la fois mentale ou psychologique que physique et organique. Les deux veulent s'echapper d'une réalité qui ne leur a pas souri. L'une fuit par manque d'amour et l'autre, c'est l'amour qu'il fuit. Pour l'un ce sera l'immensité angoissante de la mer, et pour l'autre, le silence méditatif du désert !



Même la caméra a des émotions

Dans les tableaux dépeignant nos personnages, on voit que même la caméra de Lelouch s'amuse à nous créer cette ambiance qui nous met en empathie avec les acteurs. Les jeux de la lumière et des couleurs, tantôt saturées, tantôt absentes, nous aspirent complètement dans l'histoire.



Que se passe-t-il quand deux solitudes différentes et tellement ressemblantes à la fois, se rencontrent ?! Allez voir ce film qui est
surprenant, doux et profond. Attention, il est très lent ! Il ne s'agit pas d'un film d'action. Et même si elle chante souvent, la Belle Dame du piano-bar, ce n'est pas une comédie musicale, mais bel et bien un drame, mis en musique !

A la sortie du film, ce sera avec peine que vous résisterez à l'envie d'acheter la bande originale du film (Vas-y, va, va, va ! Va trouver
bonheur chez ton disquaire ! Les chansons sont vraiment, vraiment très belles, parce que chantées par Patricia Kaas !)

The Majestic

Posté par . Modéré par Benoît Sibaud.
Tags :
0
18
mai
2002
Cinema
The Majestic


Voici un film qui est à l'affiche depuis quelques jours déjà. Et bien qu'il y a de super méga énormes productions qui sortent (le côté obscur de la force), je vous convie à aller voir ce film !

Du temps de la chasse aux sorcières, période peu glorieuse des Etats-Unis, un certain Peter Appleton, campé ici par un excellent Jim Carrey - qui n'est pas sans nous rappeler son rôle dans The Truman Show, cinéaste de son état, se voit
accusé d'un impardonable crime : le communisme !!! :-)

Des circonstances vont faire qu'à la suite d'un accident, il perdra la mémoire et se retrouvera dans un village où tous croient reconnaître en lui un dés héros de la guerre mondiale !

Sur cet énorme malentendu, le film peut alors vraiment commencer ! On y voit successivement les aspirations des personnes différentes : le besoin d'avoir un héros auquel toute une population s'identifie, le père qui retrouve son fils et
qui par là, reprend goût à la vie... Et bien entendu, dans tout cela, un amnésique qui essaie de s'accrocher à cette vie qu'on lui présente, pour se retrouver.

Magnifiquement joué par tous les acteurs, ce film est aussi un hommage au vieux cinéma (vous savez, celui d'avant le son ! :-) ).

A des moments du film, dans la glorification du (ou des) héros de la libération, on a peur de voir un film plein de chauvinisme et de patriotisme étatsunien comme Hollywood sait si bien en faire. Mais avec le recul, on se rend compte qu'il y a juste ce qu'il faut pour que le film nous communique une intense émotion qui n'a rien de licencieuse.

Et même si le film est dans cette lugubre ambiance de maccarthysme, il ne caricature pas le communisme (ce n'est pas le sujet du film).

J'ai beaucoup aimé ce film car il y est question de belles idées (la liberté de pensée), mais aussi de fortes émotions (ça n'est pas interdit, ça non plus !). Je vous invite vivement à le voir.

Au fait, j'allais oublier une chose vachement importante : La bande son est tout simplement somptueuse ! Des mélodies de jazz bluesy, à un boogie bastringue décoiffant, je pense que je vais me la procurer à la première Fnac que je croise ! :-)

Et 3 Zéros !

Posté par . Modéré par Pascal Terjan.
Tags :
0
2
mai
2002
Cinema
La coupe du monde approchant, voilà un film qui a peut-être voulu exploiter l'effervescence de l'évènement. Et pour ce faire, pas mal de moyens ont été rassemblés (pas des moindres) : Des pointures cinématographiques comme les 2 Gérard (Lanvin & Darmon), Samuel Le Bihan...

Ce film qui est résolument sur le ton de la comédie, se moque volontiers de tout ce qui peut y avoir de sordide autour du monde du football (les magouilles financières, le star system, et plein d'autres filouteries). En sortant du film, on se demande si ça se passe réellement comme ça en vrai - ce qui serait effarant, ma foi !

Cependant, le film n'est pas là pour dégouter du foot les amateurs. Et il est suffisamment accessible pour que même ceux qui n'aiment pas le football passent un bon moment.

La prestation de Darmon en agent vereux est flamboyante. Cet homme est vraiment bon, même dans la flibusterie. Gerard Lanvin - qu'on venait déjà de voir avec délectation dans Le Boulet - nous fait encore un show d'une époustouflante conviction. Il a vraiment de la prestance, de la classe quoi ! On y voit aussi Samuel Le Bihan dans le rôle d'un looser (ex-taulard) qui veut être l'agent d'un petit prodige du ballon (Loran Deutsch), mais qui a de la peine à jouer dans la cour des grands !

Le film est un bon film de détente. Il n'est pas du tout hostile au monde du football même s'il pointe les déviances qu'on y trouve. Vous pouvez aller le voir (Mais j'ai quand-même préféré le Boulet, dans les dernières comédies que j'ai vues).

Espérons que les vrais joueurs de foot, les vrais Bleus, eux nous feront vibrer pour de vrai comme il y a 4 ans !

"Parle avec elle"... et avec vous !

Posté par . Modéré par Pascal Terjan.
Tags :
0
25
avr.
2002
Cinema
J'ai essayé de browser les derniers posts de cette section, mais je suis resté sur ma faim. Ca ne parle pas beaucoup des nombreux films qui sortent chaque semaine...

Profitant des vacances et de ma carte UGC illimitée, je voudrais qu'on parle plus de film. Et comme il s'agit de parler, le dernier film que j'ai vraiment très beaucoup aimé est celui de Pedro Almodovar "Parle avec elle".

Pour un premier contact avec ce réalisateur, je suis ébloui et je n'hésite pas à le mettre au rang d'un Woody Allen (les connaisseurs apprécieront).

On dit qu'il (Almodovar) sait bien parler de femme. Dans ce film, il a dépeint l'homme dans son côté le plus sensible, le plus féminin presque.

Si vous êtes le côté intérieur de l'homme (et même de la femme, jusqu'au sens le plus charnel), la question de la solitude (dans tous les sens du terme), du dialogue en personnes... si ce sont des thèmes qui font sens chez vous, alors je vous promets que vous vous régalerez de ce film. Peut-être même, que si vous en avez le courage, vous vous laisserez surprendre par une larme sur votre joue !

Ce film est vraiment un "inloupable". Courez le voir !

P.S : Ce soir je vais voir "3 Zéros". J'espère qu'il sera aussi bon que "Le boulet" qui a fait très fort ! :-)