Journal Surveillance des populations, Siemens recommence en Syrie

Posté par . Licence CC by-sa
18
11
avr.
2012

Il y a un peu plus d'un an, on avait «découvert» en libérant la Lybie qu'Amésys y menait un commerce fort lucratif avec le colonel Kadhafi. Cette année, la répression des populations, c'est (entre autres) en Syrie que ça se passe, et cette fois-ci c'est l'allemand Siemens qui est impliqué. La télévision publique ARD vient de publier un reportage hier soir qui explique que Siemens s'occupe depuis plus de 10 ans de la surveillance des télécommunications en Syrie.

Bien sûr, cette information a un relief différent en fonction des époques. Auparavant, la Syrie était un pays fréquentable alors que ça a changé. Au fond, Siemens ne fait que ce que l'État allemand lui permet de faire depuis 10 ans et a le malheur d'apparemment continuer à assurer la qualité de service contre vents et marées.

Le parti pirate allemand a lui sauté sur l'occasion pour rappeler que tout ça est la faute du gouvernement conservateur qui n'a jamais vraiment essayé d'empêcher Siemens et ses sous-traitants de vendre du matériel de surveillance à des dictatures, malgré les tollés épisodiques.

Je viens de rédiger un billet de blog là-dessus, alors je me permets de vous y rediriger.

  • # Quid de la Syrie ?

    Posté par . Évalué à 9.

    tout ça est la faute du gouvernement conservateur qui n'a jamais vraiment essayé d'empêcher Siemens et ses sous-traitants de vendre du matériel de surveillance à des dictatures

    D'un autre coté, ce genre de technologie, hors d'une dictature n'a pas vraiment de sens :)

    • [^] # Re: Quid de la Syrie ?

      Posté par . Évalué à 8.

      Bien sûr, ce n'est jamais en France ou en Allemagne qu'on oserait faire ça. D'ailleurs la propagande du Parti pirate allemand joue sur des peurs irrationnelles et est, comme le nom du clip l'indique, de la propagande :)

      • [^] # Re: Quid de la Syrie ?

        Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 11/04/12 à 22:29.

        En France et en Allemagne certains voudraient bien le faire mais il y a quand même une histoire et une culture populaire qui s'oppose. Quand Siemens travaille avec Bashar là c'est du terrain vierge. Une population qui accède à peine au téléphone (et internet au compte-goutte), que l'on va pouvoir contrôler de A à Z. C'est sûrement pas la même "à l'ouest".

        • [^] # Re: Quid de la Syrie ?

          Posté par . Évalué à 7.

          • [^] # Re: Quid de la Syrie ?

            Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 12/04/12 à 18:06.

            Je connaissais mais merci quand même. Il faut que les gens soient au courant que ces choses existent donc tu fais bien de le rappeler ici.

            Je pense tout de même que l'écoute quasiment à l'aveugle (vu la masse de donnée) du nuage électromagnétique n'est pas comparable au contrôle des équipements qui forme le réseau (cuivre, 3G, fibre) et à l'administration/gestion de ces réseaux (IP,DNS,firewalls). C'est à ça que je pensais en écrivant mon commentaire.

            J'ai pleinement conscience des moyens dont disposent ceux qui y sont habilités à suivre/connaître/analyser les faits et gestes de n'importe quel individu pris au hasard. Mon propos était que dans un pays plus ou moins démocratique, ouvert sur le monde, ayant un 4ème pouvoir et où les choses se savent vite, il y aura probablement moins d'abus de renseignement que dans un pays pauvre, avec un faible taux d'alphabétisation, géré à l'arrache depuis perpette par une autocratie quelconque[1].

            [1] Ce qui n'est évidemment pas le cas de la Syrie.

  • # L'économie n'est pas immorale, elle est juste amorale

    Posté par . Évalué à 5.

    Reprenons un peu le scénario :

    • Le gouvernement Syrien contrôle (au sens technique du terme) les télécommunications.
    • La Syrie lance un appel d'offre international (ou en parle en privé dans les soirées diplomatiques)
    • Siemens y voit un nouveau marché : équiper la Syrie en technologie de communication tout en remplissant un peu le compte de la boîte
    • Siemens répond à un appel d'offre (plus ou moins public, à creuser)
    • Oops, en petites lignes tout en bas du contrat, une clause de contrôle au sens politique et dictatorial qui ne dit pas son nom.
    • Conseil de guerre économique chez Siemens
    • Pression des actionnaires pour toujours plus de dividendes à tout prix (même au prix du sang, tant que c'est les autres qui l'auront sur les mains)
    • De toute façon, si c'est pas nous, ça sera Motorola, ou Nokia ou les Chinois, etc. Avec un Lion pour président (Assad : lion en arabe) c'était couru d'avance, les petits Syriens étaient déjà condamnés à se faire bouffer tout crus.
    • Ok on signe !

    Pendant ce temps au pays du Levant … kein kommentar (courtesy of Google Translate)

    Il faut parfois que les peuples se rappellent que le confort matériel et financier dans lequel ils vivent ne se fait pas sans sacrifice : certains, malgré eux, sacrifient leur vie pour que d'autres vivent mieux, d'autres sacrifient leur morale pour que eux puissent bien vivre.

    Ainsi va le monde … en attendant l'invasion extraterrestre qui abrégera les souffrances de l'humanité.

    • [^] # Re: L'économie n'est pas immorale, elle est juste amorale

      Posté par . Évalué à 3.

      Pression des actionnaires pour toujours plus de dividendes à tout prix (même au prix du sang, tant que c'est les autres qui l'auront sur les mains)

      N'oublions pas la pression des politiques pour asseoir leur position à l'international et signer un joli contrat à la télé.

  • # Nucléaire

    Posté par . Évalué à 3.

    Dans un registre un peu différent, on sait bien que cette entreprise est un fournisseur de l'Iran dans le cadre de son programme nucléaire. Mais attention le nucléaire ce n'est pas bien, il faut en sortir au plus vite, par contre on peut continuer à encourager des apprentis sorcier à se lancer dans l'aventure du moment que ça fait rentrer des euros.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.