Journal La Lufthansa a déployé 1 000 000 de systèmes SAP sous Linux ???

Posté par . Licence CC by-sa
20
2
oct.
2014

Certains me reprochent de faire des articles un peu trop marketing même si le succès de Linux est toujours mis en lumière. L'orientation de ce journal sera un peu plus Colombesque que les précédents.

Dans un article publié par SAP, on apprend que la Lufthansa (compagnie aérienne) aurait déployé 1 000 000 de systèmes SAP sous Linux grâce à Fujitsu FlexFrame.

Voici l'article en question : SAP Linux

FlexFrame, c'est un système comprenant un ensemble de serveurs physiques et virtuels, a système de stockage centralisé, un centre de contrôle pour tout le système et un système liant toutes les couches basses entres elles pour collaborer. Plus d'information ici. Il va sans dire que c'est un orchestrateur dédié aux solutions SAP.

En allant un peu plus loin dans les recherches on se rend compte que la migration a démarré après 2009.

La migration aurait été effectuée en 6 mois (pas moyen de vérifier). Les systèmes AIX, HP-UX, Solaris et z/OS ont été migrés sous Linux.

Finalité de la migration : des gains en performance, une réduction des coûts et une standardisation.

Maintenant, on peut se demander :
- Combien coûte 1 000 000 de systèmes SAP en maintenance par an ?
- Combien l'éditeur Linux touche par an également sur la maintenance…

Et pour répondre continuer dans la même lignée du précédent journal :

Comment cette société en est arrivée à choisir linux, et cette distrib plutôt qu'une autre ?
=> SAP et Fujitsu sont des partenaires communs à cette distribution. La certification SAP était un MUST

Quelles sont les spécificités de cette société par rapport à son utilisation de linux
=> Forte charge, des pics de calculs importants, un environnement critique (traçabilité, avions…)

Quelles ont été les difficultés ?
=> Selon Fujitsu ce fut assez simple comparé à l'enjeu

Comment la migration s'est elle faite (prestataire extérieur ou utilisation d'un savoir faire interne )
=> SAP, Fujitsu et des partenaires de Fujitsu/SAP

Y a t il eu des contributions (code, doc, dons…) à des projets libres suite à cette migration
=> Mise à part quelques corrections / tunings sur le noyau, pas de grosse contribution au Libre

  • # 1 000 000 SAP systems

    Posté par . Évalué à 5.

    c'est différent de 1 000 000 de "saps" (unité de mesure issue d'un quick sizer SAP) …

    • [^] # Re: 1 000 000 SAP systems

      Posté par . Évalué à 2.

      Effectivement, ca n'a rien à voir… Merci pour cette précision, j'avoue que le titre m'avait fait un choc…
      Plus d'info sur le saps: http://global.sap.com/campaigns/benchmark/measuring.epx

      (la vidéo youtube indique bien qu'il s'agit de saps)

    • [^] # Re: 1 000 000 SAP systems

      Posté par . Évalué à 6.

      un article sur sap.com qui ne sait pas ce que c'est qu'un SAPS :( navrant
      à noter que la capture d'écran de la vidéo, elle, parle bien de SPAS et pas de "systèmes".
      pour info, un coeur de cpu moderne fait facilement 10'000 SAPS.
      Donc on parle de 100 coeurs de CPU, un petite vingtaine de serveurs en somme.
      Pas de quoi casser trois pattes à un canard.

  • # AS400 moderne ?

    Posté par . Évalué à 5.

    quand on voit la definition de flexframe

    FlexFrame, c'est un système comprenant un ensemble de serveurs physiques et virtuels, a système de stockage centralisé, un centre de contrôle pour tout le système et un système liant toutes les couches basses entres elles pour collaborer. Plus d'information ici. Il va sans dire que c'est un orchestrateur dédié aux solutions SAP.

    ca ressemble un peu à de l'AS400, en plus moderne ?

    • [^] # Re: AS400 moderne ?

      Posté par . Évalué à 4.

      L'informatique n'est qu'un éternel recommencement.

      Il n'y a qu'à voir le hype autour de VMware Horizon qui n'est qu'une modernisation (certes très poussée) des concepts de l'AS400.

      Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

  • # Contributions de SUSE au libre

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    À la vue des nombreux journaux de Samuel Pajilewski sur le sujet, il semblerai que SUSE remporte de nombreux gros contrats. Ils sont donc censés avoir de belles rentrées d'argent. Et pourtant, on entend jamais parler d'eux.

    Il y a bien une page qui liste les contributions à 2-3 projets, mais elle est plutôt succincte en comparaison de celle de Red Hat / Fedora. D'autant plus que parmi les projets listés, en ce qui concerne GNOME, sur Planet GNOME nous n'entendons toujours parler que de Red Hat, et je n'ai pas souvenir d'avoir récemment lu un seul billet de blog qui aurait cité SUSE. Enfin bon, vous me direz, ils semblent plus portés sur KDE que GNOME ;)

    Il n'en demeure pas moins qu'à l'inverse d'un Red Hat, je n'entend quasiment jamais parler d'eux. Quelqu'un pourrait donc lister quels sont leurs apports significatifs au libre, les projets sur lesquels ils contribuent réellement ?

    • [^] # Re: Contributions de SUSE au libre

      Posté par . Évalué à 7. Dernière modification le 03/10/14 à 08:27.

      Il n'en demeure pas moins qu'à l'inverse d'un Red Hat, je n'entend quasiment jamais parler d'eux.

      c'est la difference entre une société qui se fait de la PUB en annoncant participé à tel ou tel projet,
      et une qui travaille tranquillement dans son coin, peut-etre sur un peu tous les projets finalement, sans en faire de publicité.

      Quelqu'un pourrait donc lister quels sont leurs apports significatifs au libre, les projets sur lesquels ils contribuent réellement ?

      fais toi plaisir, suffit d'aller lire les patches des divers elements du kernel ou de KDE

      • [^] # Re: Contributions de SUSE au libre

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Sur Linux Kernel Patch Statistic on ne trouve nulle trace de SUSE. J'imagine que ça correspond donc à Novell ? Me semblait pourtant que depuis 2011, c'était de nouveau deux entreprises indépendantes.

        • [^] # Re: Contributions de SUSE au libre

          Posté par . Évalué à 2.

          Après quand on regarde le détail, sous Novell on a essentiellement des mail en 'at suse.(de|cz|com)'. Donc les contributions de Suse doivent être regroupées chez Novell. On y trouve aussi un ' at linux-fr.com'.

    • [^] # Re: Contributions de SUSE au libre

      Posté par . Évalué à 9.

      Ils contribuent à :
      - KDE
      - GNOME
      - Libre Office
      - Kernel
      - OpenStack
      - X.org

      Récemment un ingénieur de SUSE a découvert une faille critique dans Xen

      • [^] # Re: Contributions de SUSE au libre

        Posté par . Évalué à 1.

        À une époque il y avait au moins un développeur (francophone) à plein temps sur libreoffice. Je ne sais pas si c'est toujours le cas.

        • [^] # Re: Contributions de SUSE au libre

          Posté par . Évalué à 10.

          Y'en avait même plus que ça. A l'époque de OpenOffice, Novell avait littérallement sponsorisé le fork GoOpenOffice avec un set de patchs que Sun refusait d'incorporer pour une raison ou une autre. En fait, le paquet "OpenOffice" de la plupart des distributions majeures n'était qu'autre que le GoOO de Novell. Les patchs GoOO font désormais parti intégrante de LibreOffice.

          Par contre, Novell a pas mal morflé avec la crise de 2008-201x alors que RH a bien résisté, et a du réduire la voilure de pas mal "sous-projets" libres. Je ne sais pas quel est leur status aujourd'hui.

          Après, c'est sûr que la discrétion de SUSE n'est pas toujours à son avantage. Par exemple, le machin que SUSE avait développé pour gérer l'initramfs était bien plus avancé que le dracut de Fedora, mais ce dernier jouissait d'une popularité dans le monde du libre plus importante. Au final, il a été plus judicieux de se tourner vers dracut et contribuer les features manquantes afin de profiter des synergies du libre, que de maintenir leur super initram machin dans leur coin.

          A noter aussi que d'habitude, ce sont les technologies Red Hat qui s'imposent comme l'upstream chez leur concurrents, parce que RH dispose de développeurs clés un peu partout, et qu'ils font en général du bon boulot. Mais on peut au moins citer l'exception libsolv, le résolveur de dépendences complet badass de chez SUSE qui va devenir l'upstream du futur Yum de Fedora.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.