Forum général.hors-sujets Rentrer dans une SSII

Posté par . Licence CC by-sa
6
12
mai
2016

Bonjour,
Je travaille depuis plus de 10 ans dans une asso où, au fur et à mesure du temps, j'ai acquis des compétences en administration de serveurs et de dba plus particulièrement sur PostgreSQL (autodidact puis avec quelques formations). Ce n'est pas une grosse structure, il y a une quinzaine de PC mais surtout j'ai mis en place un système de haute dispo avec une petite dizaine de machines virtuelles pour réaliser diverses tâches. Côté base de données, aujourd'hui je suis à plein temps sur de la maintenance d'une plate-forme qui héberge une vingtaine de bases. Je m'occupe des backups, de la gestion des accès, des migrations et de l'organisation générale d'un projet inter-régional où environs 60 personnes participent et utilisent ces bases de données. C'est un boulot intéressant, du moins ça l'était quand j'avais à apprendre de nouvelles technos, à mettre en place des solutions que je ne connaissais pas ou très peu. Maintenant le système est bien en place, ça roule relativement bien mais bon, je commence à m'ennuyer.

Dernièrement, une grosse SSII m'a contacté après avoir vu mon CV sur le net. Après un premier entretien que j'ai accepté, pour voir, la personne en face semble intéressée par mon profil, pour dit-elle des postes de dba chez ses clients finaux. Ca me tente bien, mais il y a cet adage "on sait ce qu'on perd, pas ce qu'on va gagner". Les SSII clairement, je ne connais pas. Je ne sais pas comment ça fonctionne, si c'est épanouissant, et surtout si j'ai vraiment les qualifs pour travailler là-dedans. Donc si des personnes traînant ici et qui sont dans des SSII pouvaient me dire en quelques mots ce qu'elles ressentent de leur travail, comment leurs journées se passent, les avantages et aussi les inconvénients, et les pièges à éviter, je leur en serait très reconnaissant.

Merci

  • # Pourquoi pas mais...

    Posté par . Évalué à 4.

    Salut,

    Les SSII, c'est bien quand tu es "jeune" dans le métier (et dans l'âge), ça permet d'acquérir de l'expérience dans des structures diverses , avec des équipements/logiciels divers et de rencontrer des gens intéressants.

    J'ai de bons souvenirs de mon passage dans ces boîtes. Mais il y a le côté négatif : tu te fais balancer sur des missions pour lesquelles tu n'as pas le profil ou qui sont inintéressantes. Les intercontrats sont aussi à éviter sous peine d'éjection. Après 40 balais, je déconseillerai les SSII. Ce n'est que mon expérience.

    • [^] # Re: Pourquoi pas mais...

      Posté par . Évalué à 1.

      Bon justement, j'ai 40 piges…

      • [^] # Re: Pourquoi pas mais...

        Posté par . Évalué à 10.

        Si bouger sur toute la françe te plait pour un salaire qui n'évolue que de 0.5% tous les 5 ans (car obligation négocié par les syndicats), si tu adore que tes mails demandant des choses simples (rectification d'erreur sur ta fiche de paye ou non payement de tes notes de frais), bref que tout tes mails soit ignorés et reste sans réponse. Si en plus tu adore être pris pour un c*n par un commercial de 26 ans lorsque tu parle technique…
        Alors le monde merveilleux des SSII (nom porteur de tellement de connotation négative que maintenant elle veulent se faire appeler ESN ) est fait pour toi.

        Je ne les connais pas toutes, mais une SSII c'est supportable en temporaire pour dépanner ou faire un boulot alimentaire, mais pas pour y rester longtemps. Enfin c'est mon avis.

  • # ça dépend

    Posté par . Évalué à 7.

    ça dépends des SSII; de mon expérience, tant que ma SSII était d'une taille humaine (moins de 200 personnes), on pouvoir avoir le patron comme commercial, c'était pas mal, je tentais d'y amener du monde.

    Depuis le patron nous a vendu.

    C'est moins glamour. Les relations avec les RHs sont plus distantes, y a du grappillage sur quasiment tout, faut faire valoir ses droits.

    Typiquement, selon la jurisprudence européenne, le temps de déplacement est considéré comme du temps de travail si on ne va pas sur le lieu de travail habituel (comprendre un des locaux de la boite).

    Théoriquement c'est du temps de travail (donc heure sup ou RTT), en vrai on a une indemnité forfaitaire calculé en fonction de la différence de temps de trajet, qu'il faut la faire valider par le commercial et les RHs, et ça prends 3-4 mois.

    Autre point, les RTT employeurs sont à l'initiative de l'employeur, avant ça ne posait pas de problème de les poser, depuis le rachat, alors qu'on est censé pouvoir les poser lorsqu'on a épuisé les RTT collaborateurs, en pratique faut négocier sévère.

    J'ai eu des clients cool, et des moins cool.

    Bref, essaye plutôt de prendre contact avec des employés de la SSII, si possible autour d'une bière ou d'un jus de fruits, à la terrasse d'un café, pour en parler, chaque SSII sa propre identité.

    Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

  • # A éviter

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    En terme d'évolution de carrière tu pourras oublier (évidemment il y a toujours des exceptions).

    Les augmentations de salaire c'est possible, surtout au début, surtout si tu es débutant, surtout si tu es facturé très cher au client et que la marge est telle qu'on te lâchera 2%.

    Les formations, là aussi généralement, ce sont surtout les managers qui en profiteront.

    Ton contrat aura une clause de mobilité nationale (toujours négociable, bon courage). Ta mission se finit? Tu seras alors en intercontrat et plus ou moins rapidement ton responsable te proposera des postes dans toute la France. Tu refuses? Licenciement quasi assuré. Ils ont vraiment rien à te proposer? Tu peux être certain que tu auras droit à un entretien préalable à licenciement, même si tu n'as rien fait de mal. Les grosses SSII ont intégré depuis longtemps un budget prud'hommes.

    A éviter comme la peste si tu le peux.

    • [^] # Re: A éviter

      Posté par . Évalué à 1.

      Je ne suis pas vraiment d'accord. Je suis en SSII, mais je ne brosserai pas un tableau aussi sopmbre que toi.

      En terme d'évolution de carrière tu pourras oublier (évidemment il y a toujours des exceptions).

      C'est assez faux. En tout cas c'est ni mieux ni pire qu'aiileurs : pour évoluer il faut se bouger. Et tout dépend de la mission sur laquelle tu te trouveras. Personnellement, côté évolution de carrière je n'ai pas ttrop à me plaindre. Mais c'est comme partout, ça ne s'est pas fait tout seul, sans embuches : il a fallu que je me batte.

      Les augmentations de salaire c'est possible, surtout au début, surtout si tu es débutant, surtout si tu es facturé très cher au client et que la marge est telle qu'on te lâchera 2%.

      Comme partout, il faut être en position de force : personnellement j'ai obtenu à une époque 50% d'augmentation (oui, je dis bien 50%), mais c'est parce que j'étais payé 50% de moins que sur le marché. Comme ma valeur ajoutée pour ma SSII était suffisante (marges suffisantes, et surtout ça les aurait mis en position difficile face au client si j'avais démiussionnné), j'ai eu ce que je demandais, et j'ai eu également des augmentations régulières depuis.

      Les formations, là aussi généralement, ce sont surtout les managers qui en profiteront.

      Là dans ma boite c'est loin d'être le point fort : cependant ce n'est pas partout pareil : dans certaines SSI, les gens sont formés régulièrement.

      Ton contrat aura une clause de mobilité nationale (toujours négociable, bon courage). Ta mission se finit? Tu seras alors en intercontrat et plus ou moins rapidement ton responsable te proposera des postes dans toute la France.

      Il peut proposer …

      Tu refuses? Licenciement quasi assuré.

      Le tout est de ne pas refuser : l'un des principes de base est de refuser d'avancer quoi que ce soit. Parce qui dit mobilité, dit frais pour ta boite (hotel, trajet, etc …). Si le but de la manoeuvre est de trouver un prétexte pour te virer, ça n'ira pas loin. Dans le cas contraire, si tu te débrouilles bien, il y a moyen de faire en sorte de ne pas aller plus loin que l'entretien avec le client, ou de ne pas faire plus de 2 jours chez le client à l'autre bout de la France. Mais là encore, il faut du caractère (suffisamment pour ne pas se laisser faire, mais pas trop non plus pour ne pas agir sous le coup de l'émotion).

      Ils ont vraiment rien à te proposer? Tu peux être certain que tu auras droit à un entretien préalable à licenciement, même si tu n'as rien fait de mal.

      Là encore il y a moyen de se défendre, sans aller jusqu'aux prud'homme. mais comme je disais plus haut c'est du cas par cas.

      Pour résumer, les SSII ce n'est pas forcément le mal, mais faut savoir que tu ne passe pas dans un monde de bisounours, et avoir suffisamment de caractère pour ne pas se faire bouffer : pour les évolutions de carrière, faut pas attendre que ça vienne tout seul, faut se battre (comme ailleurs), même si le combat n'est pas le même que dans d'autres types de boites. Idem pour les augmentations. Pour les problèmes d'intercontrat, il faut également savoir se battre. Il faut enfin avoir une bonne mémoire, ou tenir des notes de tout ce qui se passe avec les managers. Maintenant, chaque SSI est différentes, les problèmes sont différents d'une boite à une autre. Une fois qu'on a compris comment marche la boite ou on est, ça peut le faire.

      • [^] # Re: A éviter

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Constat sombre et qui ne se base pas uniquement sur une expérience personnelle.

        Toutes les personnes que je connais en SSII ne cherchent qu'une chose: en sortir.

        Toujours est-il, qu'en tout début de carrière, histoire de monter en compétences, je peux le concevoir tout à fait. Seulement, éviter alors d'être pris sur profil et avoir une mission dès le premier jour du contrat. Fin anticipée de la période d'essai garantie.

        • [^] # Re: A éviter

          Posté par . Évalué à 3.

          Constat sombre et qui ne se base pas uniquement sur une expérience personnelle.

          Toutes les personnes que je connais en SSII ne cherchent qu'une chose: en sortir.

          Bof, je suis en SSI, je bosse au milieu de presta, et lorsque je creuse un peu je me rends compte que ceux qui se plaignent le plus sont les gens les plus passifs vis à vis de leur carrière : ils se plaignent que leur poste ne leur convient pas et ne font rien pour en changer. Ils se plaignent que leur salaire n'est pas assez élevé mais ne font rien non plus. Mais ça c'est valable partout : si tu ne demandes pas, tu n'as rien. Si tu ne te bouges pas, les choses ne bougent pas d'elles mêmes. Je reconnais cependant que dans certains cas, il y a des blocages et des problèmes (dans ma boite, c'est surtout un pb de formation), mais au final c'est rare que ça ne se règle pas.

          Personnellement, le problème le plus sérieux que j'éi rencontré, c'est de rester sur une mission à problème. Mais là encore, ça a mis du temps, mais j'en suis sorti (et si c'était à refaire, je m'y prendrai autrement).

          Toutes les personnes que je connais en SSII ne cherchent qu'une chose: en sortir.

          Et le font-elles ?

          • [^] # Re: A éviter

            Posté par (page perso) . Évalué à -1.

            Je ne partage pas ton avis et ton expérience sur la passivité des salarié-e-s en SSII.

            Sortir d'une SSII pour moi c'est être "en direct" (pas devenir indépendant-e).
            Je cherche quotidiennement. Les offres sont très rares (du moins dans mon département).
            Je fais aussi des candidatures spontanées pour sortir de ce système. Les retours sont quasi inexistants.

            Par contre, je suis contacté toutes les semaines par des SSII.

            • [^] # Re: A éviter

              Posté par . Évalué à 8.

              la passivité des salarié-e-s

              Mais ARRETEZ !!!!

              Utilise salairées et salariés si tu veux, mais cessez de rendre illisible vos textes ainsi.

      • [^] # Re: A éviter

        Posté par . Évalué à 2.

        J'y connais rien au SSII toussa, mais ton augmentation de 50% qui n'est en fait qu'une régulation de ton salaire au tarif normal j'ai envie de pleurer mais ça m'as fait rire. Donc toi tu ne brosse pas un tableau noir qu'on tu est payé -50% qu'ailleur.

        RÉVEILLE !

        Allez tous vous faire spéculer.

        • [^] # Re: A éviter

          Posté par . Évalué à 1.

          Donc toi tu ne brosse pas un tableau noir qu'on tu est payé -50% qu'ailleur.

          Il faut quand même resituer ça dans son contexte : j'avais passé 4 ans 1/2 sur une mission à faible valeur ajoutée (mission alimentaire), commencée juste au moment de l'explosion de la bulle internet, à un moment ou on licenciait tous les pseudos informaticiens mercenaires qui avaient passé les deux dernières années à changer de boite tous les 3 mois pour avoir le meilleurs salaire possible. J'aurais pu le faire, mais je ne l'ai pas fait. Je suis resté à ce qui me paraissait un salaire "juste" pour l'époque, comparé à mon expérience et à mes compétences du moment. Ceci m'a permis de passer cette période difficile sans problème financier, et de garder mon poste (même si pas extraordinaire) alors que d'autres se sont retrouvés dans des situations difficiles et ont eu du mal à en revenir.

          En toute honnêteté, à cette époque, je ne vois pas comment j'aurais pu me faire payer plus que ce que j'étais payé sur cette mission. Et comme changer de taf était assez difficile (au moins pendant les 2 premières années), j'ai fait le dos rond, et Des problèmes personnels m'ont empêché ensuite de me bouger en toute sérénité, et finalement je me suis laissé un peu enfermer dans cette situation (d'ou ma remarque sur la passivité : je suis passé par là, j'ai un peu trop attendu des autres qu'ils s'occupent de ma carrière, mais si je m'étais bougé, j'aurais pu faire le néccessaire pour sortir de là).

          Ensuite je suis passé sur une autre mission (1 an 1/2) qui était beaucoup plus intéressante, ou j'ai pu enfin faire des choses qui m'amusaient, et reprendre le cours ascentionnel de ma carrière. Une fois cette mission terminée, j'ai pu me positionner sur un poste d'expertise technique, et c'est ce poste qui fait que j'ai pu réclamer 50% d'augmentation. Et ma boite me les a accordés parce qu'elle savait que je les valais. J'aurais demandé cette augmentation deux ou trois ans auparavant, je suis certain que je ne l'aurais pas eue.

    • [^] # Re: A éviter

      Posté par . Évalué à 3.

      D'ailleurs, un peu de lecture à ce sujet y'a "Le Livre Noir du Consulting", trouvable un peu partout sur internet, je me rappelle plus la licence.

      J'ai personnellement un parcours assez proche du tien, même si j'ai fini par valider quelques diplômes niveau master dans le secteur de l'informatique.

      Passer pas une SSII j'ai toujours préféré éviter, trop facile de décrocher un contrat, ça sent pas bon et j'ai lu le livre ci-dessus. Après si c'est en connaissance de cause, quelques mois pour rajouter quelques lignes à son CV, pourquoi pas, mais ne jamais oublier cet objectif.

  • # Ennui-> veille technologique.

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Tu nous racontes que tu as mis au point un système aux petits oignons, et qu'il fonctionne trop facilement. Je pense qu'il est temps de t'aérer l'esprit, je n'ai jamais vu un tel système qui n'aie pas besoin d'évolutions de fond pour être encore bon dans 5 ans.

    Et ça, aucune SSII ne te proposera de le faire sur ton temps de travail.

    ⚓ À g'Auch TOUTE! http://afdgauch.online.fr

    • [^] # Re: Ennui-> veille technologique.

      Posté par . Évalué à 10.

      toutafé

      puisque qu'il te manque des challenges dans ce beau monde ou tout roule, tu peux commencer a chiffrer l'ensemble des communications reseau, idem avec la base de donnée, faire investir dans des yubikey.

      mettre en place des mails chiffrés.

      tout le monde tourne sous LaTex ? Et toutes les procédures de restauration sont à jours ?

      Et si tu veux des challenges prend un stagiaire !! tu le laisse seul le vendredi, tu auras de nouveau challenge interressant le lundi matin !

  • # Merci

    Posté par . Évalué à 8.

    Je vous remercie tous pour ces retours, je ne connaissais pas du tout ce monde mais à choisir entre ça et mon boulot actuel où effectivement, c'est routinier de mon point de vue mais où il reste encore des choses à faire, et bien je viens de faire mon choix. Alors en avant pour mettre en place du load-balancing sur PostgreSQL et alléger le cluster de 1To, et pourquoi pas un stagiaire pour pimenter tout ça.

    • [^] # Re: Merci

      Posté par . Évalué à -1.

      Et si tu veux des challenges prend un stagiaire !! tu le laisse seul le vendredi, tu auras de nouveau challenge interressant le lundi matin !

      c'est routinier de mon point de vue

      pas mal de salariés en france n'ont pas compris que l'état global du pays..enfin non de la société en général, c'est qu'on obtient rien par le temps, tout par la spontanéité :
      si j'avais attendu des retours d'offres de stage, je ne l'aurais jamais eu. Je l'ai eu car j'ai spontanément sollicité des dizaines d'entreprise : c'est ca le challenge.

      Ne jamais attendre quelque chose de quelqu'un, toujours prendre l'initiative pour progresser. Comme l'a dit quelqu'un au dessus, ne jamais croire que tout viendra comme du tout-cuit.

      Pareil dans mon stage, quand je vois que mon projet bloque sur certains points je n'hésite pas à le bloquer délicatement pour faire valoir mon souhait d'avancer : l'initiative vient de moi parce que je sais que si ce n'était pas ce cas, j'en serais alors comme à mes débuts.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.