Forum Linux.débutant Un portable sous Linux en voyage

Posté par . Licence CC by-sa
Tags :
5
2
juin
2014

Bonjour à tous,

Je suis un novice dans le monde Linux que je compte rejoindre pour mon projet de voyage : je compte partir à vélo avec un ami pour un voyage de 6 mois vers le Cap Nord (l’intégralité de notre démarche est à retrouver sur notre site : Continuum(s))

Nous avons besoin d’un ordinateur portable pour mettre à jour notre site et traiter les média. Essentiellement des photo (raw : .dng) et des fichiers son (.wav).
Nous envisageons d’acquérir un portable d’occasion (en l’occurrence un Panasonic ToughtBook CF-T8 d’occasion reconditionné : 12" / Intel Core 2 Duo SU9300 / Intel Graphics Media Accelerator (GMA) 4500MHD / 2 Go de RAM) sur lequel on installerait une distribution Linux adaptée pour le traitement multimédia : Ubuntu Studio conviendrait bien d'après mes recherches.
J’ai déjà repéré l’application Raw Therapee pour le traitement des Raw, Gimp pour la finalisation des images et Audacity pour le son.

Est-ce que le CFT8 vous paraît être un bon choix pour installer une distribution Ubuntu Studio ? Est-ce qu'Ubuntu Studio est un bon choix tout court ? Est-ce qu'il y aurait d'autres logiciels utiles pour le traitement photo et son ?
Aussi, il serait envisageable qu’on récupère la machine avec un SSD de 128 Go à la place du DDR de 250 Go, cela peut-il poser des problèmes ?

Est-ce que vous avez des conseils particuliers à nous donner ?
Je viens du monde Mac et mon ami est habitué aux PC, risque-t'on de rencontrer certaines limitations ?

Merci d'avance pour vos réponses.

Bendder

  • # re

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Tu n'a pas besoin de ubuntu studio n'importe quel distribution avec audacity ( par exemple ) fera l'affaire pour enregistrer des wav …

    L'interet d'ubuntu studio est de profiter d'un noyau RT des l'install, qui est utile lors de la MAO ( enchainement de plugin pour un traitement temps réel ) mais vraiment inutile pour du record mono source .
    Quand bien meme tu ferais un peu de séquençage sur 4 wav ca serait toujours inutile un noyau RT.

    bref y'a rien de "multimedia" dans ubuntu studio, meme l'environnement jack RT tu peux l'avoir facilement sur d'autre distrib le reste c'est que de la préinstall de soft comme audacity, mais rien de bien pertinent.

    • [^] # Re: re

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Bonjour et merci pour ce retour (je suis le second participant du voyage. :-) )

      Du coup on peut s'épargner Ubuntu Studio. Sans connaître Ubuntu Studio (c'est bendder qui s'était renseigné sur cette distribution), ça se rapproche d'un PC du commerce avec le régiment de programmes souvent pas utiles du tout.
      On va tester une distribution de base et juste installer les softs qui nous intéressent. :-)

      Tu conseilles une distribution particulière ?

  • # Quelques commentaires

    Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 02/06/14 à 17:17.

    Tout d'abord à propos de la machine.

    • Comment comptez-vous la transporter ? Sacoches, remorques, remorque monoroue ? Et quelle protection ? J'ai déjà fait de la rando vélo avec un ordinateur, c'est quelque chose à prendre en compte pour le choix de la machine (solidité, masse…).

    • Es-tu sûr que de GiB de RAM est suffisant pour ton usage ? Je traite de temps en temps des raws avec ma machine, et j'utilise pour cela environ 4 GiB de RAM, après ça dépends de ce que tu fais, mais perso quand ça se met à swapper je deviens fou.

    • SSD ou disque dur de 128 ou 256 GiB… Dans les deux cas c'est pas suffisant pour garder en stock vos six mois de voyages. Ça passe si vous faites le traitement au fur et à mesure, mais vous ne pourrez pas garder les raws. Après vous prévoyez peut-être d'uploader au fur et à mesure les raws. Pour avoir déjà vécu deux semaines de rando vélo avec une connexion aléatoire, ça me semble hasardeux.

    À propos de l'OS et des logiciels.

    Ce qu'il vous faut c'est installer un OS stable, et vous n'avez semble-t'il aucun besoin de temps réel, donc ubuntu studio n'apparait pas necessaire, et utiliser un noyau temps-réel si vous n'en avez pas besoin, c'est au mieux inutile.
    Après au niveau soft, pour le traitement photo perso j'ai un fort amour pour darktable. Mais l'essentiel est que vous prépariez la machine bien avant de partir, et que vous vous entrainiez à utiliser les logiciels avant de partir, ainsi si vous avez des problèmes, vous pouvez encore les corriger. Il faut aussi que vous téléchargiez toute la doc possible et inimaginable.

    Et enfin pour vous faire peur, vous avez prévu quoi si la machine vous lache en plein millieu ? Dans une modeste rando vélo de quelques centaine de kilometres sur une dizaine de jour mon ordi m'a laché, il me servait pour les itinéraires… Ça arrive ce genre de chose.

    • [^] # Re: Quelques commentaires

      Posté par . Évalué à 1.

      Comment comptez-vous la transporter ? Sacoches, remorques, remorque monoroue ?

      6 mois pour aller au Cap Nord, c'est en marchant :-)

      • [^] # Re: Quelques commentaires

        Posté par . Évalué à 2.

        C'est vrai que je viens de faire le calcul, ça fait 22km par jour en moyenne. Et 29km en altérnant un jour de repos pour trois jour de vélo.

        Mais peut-être qu'ils ont prévu plein de choses en plus du vélo, et donc ça explique la nécessité d'un ordinateur.

    • [^] # Re: Quelques commentaires

      Posté par . Évalué à 2.

      Nous comptons transporter le portable dans un sac dédié (étanche) qui sera installé vraisemblablement sur le porte-bagages d’un des vélos. Ou potentiellement sur une remorque mono-roue BeeZ : (on aura dans tous les cas une remorque, donc c'est surtout une question de logistique par rapport au reste du matériel).

      Le portable aura comme utilisation principale :
      L’archivage des fichiers disques durs externes (pour le moment, on envisage 2 disques pour avoir une sauvegarde par vélo).
      Le traitement de texte (rédaction d'articles pour le site notamment).
      Traitement et archivages des données GPS récoltées.
      Mise à jour du site quand on a la possibilité technique de le faire.

      Dans l’absolu, nous ne comptons pas traiter beaucoup de raws pendant le voyage. Ce sera plutôt de manière épisodique, quand nous pourrons faire une pause dans un lieu avec un accès au réseau électrique.
      Donc nous ne cherchons pas une bête de course, juste une machine solide avec une autonomie suffisante. C’est pour cela que j’avais sélectionné le Panasonic ToughtBook qui est une machine résistante même en présence de singe :

      Blague à part, j’ai fait une rapide estimation et nous devrions cumuler environ 600 Go de photos brutes sur la totalité du voyage. Pour la sauvegarde, il serait donc logique de partir avec deux disques 1 To. Perso, je penche pour le LaCie Rugged Mini qui me semble le choix le plus sûr.

      • [^] # Re: Quelques commentaires

        Posté par . Évalué à 2.

        penses à transporter les disques durs dans un sac dos plutot que sur le porte bagage,
        un disque n'aime pas les chocs

        • [^] # Re: Quelques commentaires

          Posté par . Évalué à 3.

          Et ton sac tu le met où ? Surtout pas sur le bonhomme. Si tu ne veux pas te fatiguer inutilement le cycliste n'a aucun sac, et tu charge le vélo comme un mulet. Sacoches avant et arrières + remorques.

        • [^] # Re: Quelques commentaires

          Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 02/06/14 à 20:39.

          les disque dur sur les toughbook sont suspendu, il n'y a aucun élément mécanique qui les lie au PC a part de la mousse absorbeuse de choc.

          sinon j'utilise des toughbook cf 29, et des cf 19. j'ai une préférence pour les cf 29 qui ont une poignée pour un transport facile et qui sont étrangement moins chere sur ebay que les 19 et m ont l'air plus costaud.

          l'autonomie sans wifi, 3h30 4H pour une utilisation professionnelle.

        • [^] # Re: Quelques commentaires

          Posté par . Évalué à 3.

          j'ai confiance pour le toughbook,
          par contre les disques durs USB, meme en version "rugged", ils risquent de ne pas aimer les virations sur 12000kms

      • [^] # Re: Quelques commentaires

        Posté par . Évalué à 3.

        Alors vous avez en plus des disques pour les données, ok. Donc ma remarque sur la taille tombe à l'eau.

        Si je demandais pour le moyen de transport, c'est que pour moi, tout ce qui est info (portabe et disque) ça va dans la remorque mono-roue. Une remorque mono-roue ça ne vibre pas beaucoup et c'est idéal pour transporter le materiel. (Je viens de passer d'acheter une mono-roue, par rapport à la remorque classique à deux roues que j'utilisais avant, ça n'a rien à voir au niveau vibrations et effort sur le pédaleur). Par contre aucune nécessité de séparer les sauvegardes, à moins que tu envisage le cas attaque par des zombis, si l'un survit il aura les données, par contre avoir deux copies c'est une bonne idée.

        Après je le redis car je le pense, 2GiB pour traiter des raws pour moi c'est faible, mais c'est mon avis. darktable c'est bien, et au niveau distrib, ce que vous voulez. (Je n'ai rien dit pour le traitement des fichiers audio, car je n'y connais… rien).

        L'essentiel est surtout de vous familiariser avec le système et les logiciels avant de partir, au moment où vous avez accès à tout le nain-ternet.

        • [^] # Re: Quelques commentaires

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          L'idée d'avoir chacun une sauvegarde, c'est surtout pour minimiser les risques (en cas de chute grave ou de vol par exemple, on a plus de chance d'avoir toujours un disque fonctionnel s'ils ne sont pas ensemble).
          Après, l'argument des vibrations est plus que valable aussi. À la limite on pourra toujours avoir un disque sur la remorque et le deuxième dans une sacoche sur l'autre vélo.

          Pour le traitement des raw avec 2 Gb c'est un point qu'on doit tester. Bendder comme moi avons des machines bien équipées pour bosser au quotidien donc on peut difficilement se rendre compte sans tester.
          Après le traitement des raw ne sera pas l'usage principal de l'ordi (à part pour poster quelques photos chiadées sur le site de temps en temps, le vrai travail sur les photos se fera seulement après le voyage) donc s'il n'est pas hyper réactif, on devrait le supporter. La question sera juste, jusqu'à quel point on peut supporter qu'il ne soit "pas hyper réactif"…

          Pour la familiarisation, je vais déjà me tester l'installation d'une distribution portable sur disque USB. Je récupère aussi un "vieux" PC portable de mon frère dans l'été pour tester l'install sur une machine. On va déjà voir ce que ces différents tests donnent.

      • [^] # Re: Quelques commentaires

        Posté par . Évalué à 1.

        Vous utilisez quoi comme GPS ? Et les traces GPS, vous allez vous en servir dans quels logiciels ?
        Merci !

        • [^] # Re: Quelques commentaires

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          On n'a pas encore défini de matos en particulier pour le GPS. Mais on sait déjà qu'on n'utilisera pas de GPS de navigation, on veut juste un traceur tout simple pour enregistrer notre parcours au fur et à mesure.

          Pour l'utilisation et le traitement des traces, on n'a pas encore trop creusé mais le principal usage sera de reconstituer le tracé sur une carte OpenStreetMap. J'ai déjà collectionné quelques liens sur le sujet mais je ne suis pas rentré assez en profondeur pour avoir une vision claire des outils, formats, etc.

          Si tu as des recommandations ou références, on est preneur ! :)

          • [^] # Re: Quelques commentaires

            Posté par . Évalué à 2.

            en matos, je ne sais pas, moi je fais du parapente, mais j'utilise les logiciels suivants :
            - gpsdump pour recuperer les traces au format IGC (format international)
            - gpsbabel pour convertir cet IGC dans le format que tu veux (kml pour googleearth par ex), ou pour concatener plusieurs traces.

            certains GPS stockent les infos sur une carte SD
            et font directement un fichier IGC par parcours.

          • [^] # Re: Quelques commentaires

            Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 04/06/14 à 06:37.

            Pour le voyage à vélo autour du monde on avait un Mobile Action i-gotu GT-600 : http://global.mobileaction.com/product/product_i-gotU_GT-600.jsp

            Point de vue hardware j'en suis plutôt content : bonne autonomie (plusieurs jours si on prend des points toutes les deux ou trois minutes), bonne précision, solide. Si balancé dans le sac sans faire attention il a tendance à s'éteindre facilement si quelque chose appuie trop longtemps sur son très gros bouton.

            Point de vue software sous Linux c'est un peu moins cool. Il existe un projet de driver i-gotu basé sur la libusb et Qt : https://code.launchpad.net/~charlesf/igotu2gpx/gt600
            Ça se présente sous la forme d'une commande (igotu2gpx) pour exporter les points du GT-600 en .gpx ou .kml. Je me servais ensuite des traces dans qlandkartegt et josm. Par contre il faut compiler et je n'ai jamais réussi à faire tourner igotu2gpx que sous root.

            J'ai patché le code pour le rendre compatible avec le GT-600, il est dans ma branche https://code.launchpad.net/~charlesf/igotu2gpx/gt600

            Le pach n'est pas intégré dans la branche principale pour une raison que j'ignore, mais appliqué sur la branche principale ça fonctionne.

            Worst case scenario, les drivers fonctionnent très bien dans une machine virtuelle Windows.

            Ça fait très longtemps que je dis que ça serait un excellent projet pour moi apprendre la programmation de drivers sous Linux, mais je ne m'y suis jamais mis. Si jamais vous utilisiez ce petit logger sous Linux, ça serait une bonne motivation pour me mettre au boulot. Vous partez quand ?

    • [^] # Re: Quelques commentaires

      Posté par . Évalué à 1.

      Donc pour revenir un peu sur le CF-T8 on vient de recevoir un devis, nous pourrions l'avoir pour :
      - Panasonic CF-T8 : 200€
      - SSD Crucial M500 120 go : + 78€
      - Dual boot : seven pro et Mandrake (sans tactile) : +0€
      - + 2 go de ram : +42€

      Ce qui nous ferrait tout compris aux alentours des 350€ avec les frais de port, de plus on récupère l'ancien disque dur dans un boitier externe.
      Le seul inconvénient de cette machine reste la résolution de l'écran, mais il est déjà mate et anti-reflet ce qui reste appréciable.
      Par contre le dual boot pourrait être intéressant si on a besion de faire tourner un programme particulier pour la récupération des tracés GPS, les programmes de ce coté semblent assez contraignant pour un univers Linux.

      Voila ou nous en sommes.

  • # Toughbook CF-T8

    Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 02/06/14 à 21:07.

    Hello,

    Pour info j'ai aussi un Toughbook CF-T8 (c'est du semi-durci comme machine), n'importe quelle distro Linux récente tournera bien dessus. Si tu ne veux pas trop t'embêter, prends effectivement une Ubuntu Studio qui devrait fonctionner "out-of-the-box" (sauf peut-être l'écran tactile si ton modèle en est pourvu, une config manuelle sera peut-être nécessaire pour le calibrer, via un outil comme xinput_calibrator)

    Perso j'ai une Debian Wheezy qui tourne dessus en ce moment. Le seul petit souci avec cette config est relatif à la batterie qui se décharge même machine éteinte (genre de bug présent sur pas mal de laptops). Pour ma part je débranche la batterie quand je n'utilise pas la machine pendant plusieurs jours. A voir si le problème est résolu sur une Ubuntu (et dérivées) récente.

    • [^] # Re: Toughbook CF-T8

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Très bonne précision pour la batterie. Surtout que c'est un point légèrement crucial en voyage… XD
      Même si on ne prend pas de Toughbook, on surveillera ce point. Merci. :)

  • # Tux à vélo

    Posté par . Évalué à 9. Dernière modification le 03/06/14 à 09:58.

    TL;DR : achetez du matériel informatique standard, de très bonnes sacoches de vélo imperméables et soyez sans pitié en triant vos photos tous les jours.

    En 2011 / 2012 ma partenaire et moi avons pédalé de Cambrai, France à Cambrai, Australie. On a beaucoup écrit sur notre blog http://cambrai-cambrai.net et pris pas mal de photos. Ubuntu a été notre unique système d'exploitation pendant ces 18 mois autour du monde.

    J'avais un petit netbook Acer Aspire One d'une lenteur incroyable (Compact Flash super lente en guise de DD interne…). Il me servait à écrire les textes de notre site et à coder les scripts de mise à jour du site (les connexions étaient souvent tellement pourries que passer par l'interface web de Wordpress était très pénible, alors qu'avec un petit script python attaquant l'API wordpress ça passait mieux).

    L'autre PC était un Acer Aspire Timeline X. Je n'ai plus bien les specs en mémoire mais c'était du genre 4GO RAM / 768GO DD (aucune idée du processeur). Il suffisait largement à faire du traitement RAW basique, trier les photos, Skype et emails.

    On se faisait aussi tout un monde de la survie des laptops en pédalant (d'où l'achat du netbook sans pièce mobile outre le ventilateur), mais en fait ça c'est très bien passé. Et tous les cyclistes qu'on a croisé sur le chemin avait des laptops standards et quasiment aucun n'ont eu de soucis. C'est vrai que les disques peuvent mourir (on a bousillé un DD externe en route), mais pas plus que dans "la vie de tous les jours".

    Donc plutôt que de prendre un ToughtBook lourd et peu performant, achetez deux laptops standards. Ayez chacun votre PC ou vous allez vous taper dessus les jours de repos pour savoir qui peut aller checker ses emails.

    Tous les documents importants (photos, cartes, scan des passeports et VISA…) étaient sur le gros laptop et chacun de nous avait un disque-dur de backup. On aurait sans doute pu faire avec un unique disque de backup sur le vélo qui ne portait pas le laptop, mais j'avoue une vraie paranoïa quand aux sauvegardes… Mea culpa… Un script rsync lancé manuellement dès qu'on pouvait faisait une simple réplication sur les disques de backup.

    Pour le transport, les laptops était simplement dans leur housse standard dans nos sacoches étanches. Ne pas avoir de sacoches dédiées aux laptops nous a permis de tenter pas mal de configurations de rangement différentes au gré des saisons et de nos expérimentations. Bref, investissez dans de très bonnes sacoches de vélo étanches (on avait des Ortlieb) qui vous serviront pour tout le matos et pas juste pour le PC.

    Les disques durs externes de backups étaient toujours dans les sacoches de guidon pour deux raisons :
    1. on gardait toujours les trucs importants à porté de main, facilement détachables du vélo (passeport, argent, cartes, contacts, appareils photos, petits outils…)
    2. la conception de la fixation de la sacoche de guidon apporte un peu de souplesse à l'ensemble, amortissant un peu les chocs : ça me rassurait sur la durée de vie des disques durs.

    On a longtemps utilisé Shotwell pour gérer les photos, mais il nous a saoûlé par ses plantages et bugs (des photos dégageaient de la bibliothèque sans raison). Bref, on est passé à Digikam qui est beaucoup plus stable, et même si l'interface d'édition des photos n'est pas terrible, pour le tri et le classement il est très bien. Cela dit si c'était à refaire je tenterai volontier Darktable, il n'a pas l'air mal du tout.

    Mais je vous en conjure : triez vos photos quotidiennement et soyez sans pitié. Vos disques-dur s'en porteront mieux, vos sauvegardes se feront plus rapidement et vous ne serez pas découragés en rentrant quand il faudra s'attaquer à 600GO de photos.

    On s'était donné des règles :
    1. on faisait d'abord une première passe directement sur les appareils photos pour virer les clichés flous / mal exposés / peu intéressants / franchement moches.
    2. on importait les photos dans Shotwell / Digikam et on formatait immédiatement la carte mémoire. C'est pratique parceque comme ça on savait qu'une photo était soit sur disque, soit sur carte, mais jamais à deux endroits en même temps. Pas d'hésitation, si la photo est sur carte, c'est qu'elle n'est pas sur disque, donc pas backupée sur les disques externes, donc à importer au plus vite.
    3. on faisait une second passe sur PC pour dégager les photos floues / mal cadrées / râtées techniquement parlant. On ne s'intéressait pas à la qualité artistique de la photo à cette étape, mais juste de la technique. On avait pas de temps à perdre sur des retouches poussées, donc soit la photo est bonne techniquement, soit elle dégage.
    4. la dernière passe est pour les garder les vraies bonnes photos.

    Objectif : 12 photos grand maximum par jour. Ce n'est pas facile, mais on ne s'est pas encombré avec des clichés qu'on estimait sans intérêt.

    Embarquez une clé bootable (genre Live USB Ubuntu ou quelque chose du genre) qui vous servira si vous devez emprunter / racheter / réparer / installer un ordinateur en cours de route.

    Un dernièr point : si vous n'avez pas le temps de vous mettre à Linux quelques mois avant de partir en voyage pour vous faire au système, restez sur Windows et Mac. Geeker un Linux et écumer les forums de barbus est la dernière chose que vous allez vouloir faire sur la route.

    Bonne préparation et bon courage !

    • [^] # Re: Tux à vélo

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Merci pour ce retour d'expérience détaillé !

      Concernant le PC en lui-même, on a trouvé un vendeur qui vend quelques modèles d'occasion à 200 €. À ce prix là, ça vaut la peine de prendre un modèle conçu pour souffrir. Le marchand a une très bonne réputation (c'est une boutique physique de réparation informatique et mobile) donc on est confiant dans la qualité du matériel vendu.
      En option on pourrait remplacer le disque dur de base par un SSD 128 Go à 79 € (un peu plus sécurisant pour le transport et plus rapide ; en sachant qu'on ne stockera pas de données sur l'ordi lui-même, l'espace réduit ne posera pas de problème) et ajouter 2G de RAM pour 49 €.
      Donc on est assez motivé pour partir sur cette option.

      Pour les sacoches, les Ortlieb font effectivement parties de notre sélection. On hésite avec des sacoches Carradice. Elles sont fabriquées artisanalement en Angleterre, en coton imperméabilisé.
      Dans tous les cas, c'est du matériel qu'on ne négligera pas car on peut avoir beaucoup de pluie au cours du voyage (avec la façade atlantique déjà, il y a du potentiel…).

      Pour les photos, la mise en place de règles strictes pour gérer les backups et tout est effectivement essentiel. D'autant plus que dans notre cas, les photos seront la matière première du projet. Merci pour les conseils en tout cas !

      Enfin pour la clé bootable on n'avait pas du tout pensé à ça mais c'est vrai que c'est une excellente idée pour éviter (ou en tout cas limiter) les déconvenues ! Surtout que l'encombrement est minimal, autant prévoir ça.

      • [^] # Re: Tux à vélo

        Posté par . Évalué à 1.

        32 bits la clé, pas 64 : il faut qu'elle puisse passer partout. J'avais quelques ISOs sur un disque externe pour refaire des clés en cas de besoin (Ubuntu 32bits pour le netbook, Ubuntu 64bits pour le gros laptop, Backtrack pour cracker les réseaux WIFI WEP).

        Les sacoches Carradice ont l'air solides, mais sont bien plus chères que les Ortlieb Backroller et semblent nécessiter un entretien plus important (cire spéciale). Si votre projet s'inscrit dans une démarche écologique / équitable / privilégier les petites boites, les Carradice ont du sens. Sinon vous n'aurez aucune surprise avec les Ortlieb.

        Les Ortlieb ne sont pas parfaites non plus ni indestructibles, loin s'en faut :
        - pensez à resserer les vis des crochets sur les sacoches tous les 500 / 1000 km. J'ai perdu un crochet comme ça…
        - il me semble que j'avais cassé un fermoir, pas celui qui ferme la sacoche mais celui qui se rabat sur l'avant. Ce n'était même pas le fermoir lui même mais le tissu sur lequel il était attaché qui était arraché. Ça s'achète et se change facilement, mais ça vaut le coup d'en avoir un de rechange
        - après avoir mal évalué la hauteur d'une bordure le dessous d'une sacoche avant a frotté et a été endommagé. Il y a un kit Ortlieb pour réparer ce genre de dégat (genre patch + colle pour réparer les voiles de bateaux il me semble).
        - le plus gros problème c'est les adaptateurs placés dans les crochés de fixation pour en diminuer le diamère et s'adapter au racks fins. Ces adaptateurs se cassent et se perdent très facilement. Soit vous prenez un bon paquet de rechange, soit vous achetez des racks avec des tubes adaptés de gros diamètre (probablement la meilleure solution), soit vous modifiez les racks. Il y a quelque part sur un blog le bricolage d'un gars qui a utilisé deux couches de gaine électrique souple fendue pour augmenter le diamètre des tubes de son rack. Intelligent…

  • # Retour d'expérience

    Posté par . Évalué à 3.

    Salut,

    Je suis d'accord grosso modo avec tous les conseils et retour d'expérience ci-dessus. Je vais toutefois les reformuler en mettant mon grain de sel.

    Le Panasonic que tu montres fera parfaitement l'affaire, à une exception : la résolution 1024x768. De plus en plus de logiciels et de sites web sont optimisés pour une résolution un peu supérieure (1280px de large par exemple). Par exemple, le traitement des photos (Gimp, Darktable) sera plus aisé avec une meilleure résolution.

    Si tu es novice sous Linux, prends une distribution grand public standard. Je te conseille Ubuntu ou Xubuntu 14.04. Tout est fait pour que une fois installé, il n'y ait plus qu'à faire les MAJ pendant 3 ans et roule. Tu auras un support de la communauté bien meilleurs qu'avec des versions plus exotiques. La recherche et l'installation des logiciels sont plus ergonomiques qu'avec des distributions plus sérieuses (Debian par exemple). En revanche, si le côté "appstore" rempli de nouveautés ne t'intéresse pas, Debian peut être un très bon choix. Quelle que soit ta distribution, mieux vaut avoir quelqu'un qui s'y connaît qui l'installe et fasse pour toi tous les petits trucs de post-installation (ubuntu-restricted-extras par exemple). L'installation d'un OS et de ses pilotes n'est jamais quelque chose de complètement évident, même si Linux est très en avance pour rendre ça facile.

    En effet, utilise un peu tes outils avant de partir. Rando d'une journée en conditions pour tester les vélos, les sacoches, retour et traitement des photos. Je sais, personne le fait mais c'est quand même un bon conseil ;-) Essaye de caler un peu ta procédure de tri et de traitement des des photos. Il y a un peu trop d'outils sous Linux et aucun n'est vraiment parfait pour le traitement des photos. Darktable est pas trop mal mais il nécessite pas mal d'apprentissage. Sinon Digikam, F-Spot, Shotwell, Gthumb pour faire très simple, jBrout si c'est encore actif… Honnêtement, je ne sais pas trop où en sont tous ces logiciels, j'ai un peu arrêté la photo. Pour le traitement simple des photos, Gimp fait le job si on sait y trouver l'outil des courbes, de gestion des couleurs, etc. J'ai traité quasiment toutes mes photos comme ça lors du précédent voyage.

    La Liveusb / programmes Windows portables, j'ai donné lors d'un voyage mais j'ai fini par acheter un netbook. Beaucoup plus pratique. Par ailleurs, il faut savoir que les supports flash externes ne sont PAS fiables du tout. J'ai perdu 3 clefs USB avec des super photos. La rage. En revanche, j'ai jamais vu un disque dur interne lâcher malgré des milliers de kilomètres à vélo. Faut quand même plutôt mettre ton ordi au milieu d'un tas de fringues plutôt que directement sur le porte-bagages ;-) Les multiples disques durs externes, je sais pas si c'est une super idée. Pour moi, l'idéal, c'est de faire des DVDs réguliers de best ofs envoyés à la maison. Sinon un cloud avec une synchro dès qu'il y a du réseau. Tu peux faire un cloud "perso" avec une tour chez quelqu'un, des gros DD de 1 Téra dessus et un script rsync que tu lances à volonté mais c'est du boulot. Après, comme dit plus haut par Charles, il faut éviter l'inflation des données. La photo, pas besoin de garder les raw sauf pour les fichiers que tu traites. Heureusement que tu ne pars pas sur des projets vidéos, ça donnerait des volumes impossibles à gérer. Le son ça va.

    Ma méthode de tri lors des voyages, faire des dossiers intitulés comme ça :
    2014 06 01 début voyage
    2014 06 02 stop à la mi-juin chez Dédé
    2014 06 03 vers la Belgique
    2014 07 01 Belgique
    2014 08 01 Pays-Bas
    = Année / mois / numéro de la "pellicule" dans le mois. Chaque dossier correspond à une "pellicule", un événement.

    Une chose : essaye de trouver un soft de traitement de photos qui tague les photos pas dans une BDD externe mais sur le fichier lui-même (Exif). Si tu changes de soft ça te permettra de garder tes heures de précieux tri "à publier", "à garder", "famille", "bestof" etc.

    Ortlieb, c'est bien c'est fiable. C'est un choix sans risque pour les sacoches.

    Je viens du monde Mac et mon ami est habitué aux PC, risque-t'on de rencontrer certaines limitations ?

    Oui.

    Sinon, conseil sur l'itinéraire. Vous ne ferez jamais les 12 000 bornes en six mois. En prenant un peu le temps, comptez 10 à 12 mois. Je dis ça d'expérience. Il y a plusieurs choses qu'on calcule mal avant un voyage à vélo.

    • D'abord, le vrai itinéraire est fractal : plus on zoome, plus il y a des petits détours. À prévoir : éviter les voies rapides, préférer au final un enchaînement de petites routes communales qui tournent parce que c'est plus joli plutôt que rouler sur la départementale avec les bagnoles à 120 quand c'est limité à 90, aller jusqu'à un village, faire un détour non prévu, faire des courses, aller jusqu'à une grosse ville pour régler un pépin matériel, ne pas rouler tout droit, se planter complètement, etc… Si vous calculez 12 000 bornes avec un itinéraire déjà très détaillé sur carte locale, votre compteur en affichera 15 000.

    • Ensuite, les pauses. Vous n'aurez pas envie de rouler en permanence. Une journée de roulage, dans la vraie vie c'est 60-80 km si on s'autorise des petits plaisirs. Dur de faire plus de 100km. Il y aura des journées à 30km et on plante la tente pour se baigner dans la rivière, ou on en peut plus du vent de face. Puis il y a les pauses entre les jours de vélo. En gros, le schéma classique, c'est rouler 5-6-7 jours, arriver dans une ville ou un endroit sympa, s'arrêter pour à la base une journée mais en fait rester trois jours pour avoir le temps de visiter, repartir. Et on recommence. Il y aura aussi les gros problèmes mécaniques ou vous serez bloqués et les blessures (tendinites…). Enfin, c'est le voyage, la liberté, les imprévus, vous aurez probablement envie de rester à un ou plusieurs endroits magiques entre deux semaines et un mois.

    Même les cyclotouristes expérimentés sont toujours trop optimistes sur la distance / temps. Il faut se laisser le temps de vivre et d'être lent à vélo. Rien de pire qu'enchaîner les grosses journées de vélo pour "rattraper le temps perdu".

    • [^] # Re: Retour d'expérience

      Posté par . Évalué à 2.

      Si vous calculez 12 000 bornes avec un itinéraire déjà très détaillé sur carte locale, votre compteur en affichera 15 000.

      Ils ont déjà détaillé et prévu des gros détours, car pour un aller qui fait dans les 4000 km au plus direct, ils font +50% pour arriver à 6000. Ça ne va pas encore augmenter de 30% supplémentaires. En plus il y a toujours moyen de tricher en faisant des bouts en ferry/train/car (par exemple dans les parties suédoises et finlandaise, qui risquent de rapidement devenir lassantes).

      Vous n'aurez pas envie de rouler en permanence.

      Ah mais si, parce que sinon ils vont vite s'emmerder là-haut. De toutes manières, dans le Nord, si tu ne roules pas assez vite, tu te fais rattraper par les moustiques ; si tu t'arrêtes, ils se regroupent et t'es mort. :-D

      • [^] # Re: Retour d'expérience

        Posté par . Évalué à 1.

        En effet nous avons commencer à détailler notre itinéraire je ne pense pas que l'on arrivera à 15000 km. De plus nous avons effectivement prévu une grande étape en train entre le nord de la Suède et la frontière norvégienne histoire de s'économiser.
        Par ailleurs nous avons prévu une grosse pose d'environ une semaine après environ 2 semaines de voyage pour faire un truc particulier donc ce premier mini voyage nous permettra de tout mettre au point avant de partir plus vers le nord.

        Concernant les images je ne garde que les raw exclusivement car j'en est besoin dans mon processus de travail de l'image, de plus je risque de garder pas mal de photos qui pourraient (vous) paraître ratées mais qui au final pourraient être intéressantes. J'ai mis en place un protocole de prise de vue qui sera bientôt détaillé sur notre blog. Mais je suis parti sur une base de 125 photos / jour sur 3 boitiers différents : Pentax k5 28 mm / Pentax k3 400 mm / Ricoh grd4 soit environ 3go / jour.

        Si jamais on souhaite partir avec une vraie caméra j'ai toujours ma Sony HDV si suffit juste d'avoir un nombre de casette suffisant ; quoi de plus simple …

        Reste à valider rapidement le choix du CFT8 car le marchant à un stocke tres limité, je pense que le meilleur choix reste de le prendre avec l'option 4 go de RAM et de ne pas toucher au disque car s'il est spécifiquent étudié, ça peut être contre productif de faire changer cette pièce.

        • [^] # Re: Retour d'expérience

          Posté par . Évalué à 2.

          De plus nous avons effectivement prévu une grande étape en train entre le nord de la Suède et la frontière norvégienne histoire de s'économiser.

          D'après l'esquisse de votre trajet, vous comptez passer par Tornio. Il n'y a pas de trafic passager entre Boden/Luleå et Tornio, donc faut le faire en car, peut-être même jusqu'à Kemi. Et ensuite le train ne monte que jusqu'à Rovaniemi (éventuellement Kemijärvi), donc faut continuer en car après. Donc votre grande étape en train sera surtout une grande étape en car :-)

          • [^] # Re: Retour d'expérience

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            En fait Bendder s'est trompé d'étapes pour le train (il était 2h on va l'excuser). On le prendra en redescendant en Norvège : de Bodø à Trondheim.

            • [^] # Re: Retour d'expérience

              Posté par . Évalué à 1.

              Ah d'accord. Néanmoins vous pouvez envisager en plus certaines des portions que j'ai mentionnées (j'ai supposé que vous voudriez passer par le lac Inari) :

              • Kemi-Rovaniemi : la route est entourée par les forêts, c'est plat => visibilité 15 mètres de chaque côté => rien à voir ;
              • Rovaniemi-Sodankylä : pareil, et en plus pas d'autre choix de route que la grande route => gros camions de bois roulant à 100 km/h, etc.
              • Sodankylä-Ivalo : pareil, en un peu moins pire (moins de trafic).
      • [^] # Re: Retour d'expérience

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        On a effectivement déjà regardé très en détail l'itinéraire avec une prévision quotidienne. Les 12 000 km, c'était la première estimation dans les grandes largeurs, qu'on a faite avant de commencer à se pencher sur l'itinéraire détaillé.

        Plus en détail, l'objectif est une moyenne de 80 km parcourus par jour mais on n'a pas hésité à déjà prévoir des 40-60 km par jour là où on sait qu'on aura probablement des difficultés (à cause du relief ou la météo prévisible [quand on est sur la côté atlantique, on peut s'attendre à du vent et de la pluie par exemple]).

        Pour l'estimation des distances, on a bêtement utilisé Google Map pour avoir l'itinéraire "conseillé" aux vélos (passage par les voies cyclables quand il y a, contournement des voies rapides…).
        Sur cette base, on s'est donc fixé des étapes entre 40 km (dans les coins potentiellement difficiles) et 100 km (coins où on est sûr de pouvoir faire de la distance en une journée, comme au Pays-Bas où les voies cyclables ne manquent et le relief clément, pour ne pas dire plat).

        Pour estimer la durée, on est parti sur 6 jours de vélo / 1 jour de repos.
        Après, on sait déjà qu'on ne les tiendra pas tout au long du voyage. Il suffit de tomber sur un lieu ou des personnes intéressantes pour qu'on profite pour faire une étape plus longue. Mais déjà, savoir combien de jours de vélo on devrait faire.

        Mais bref, actuellement on a détaillé notre itinéraire jusqu'à Oslo (sur le chemin retour). Ça nous fait environ 8 750 km pour 123 jours, en sachant que ça comprend près de 1 200 km en ferry et train (les étapes ferry/train faisant entre 100 et 500 km chacune).

        Évidemment, aussi précise soit-elle, ça reste une estimation qui a une marge d'erreur. Mais je pense qu'on peut difficilement faire plus précis, en attendant d'être confrontés à la réalité. :o)

        • [^] # Re: Retour d'expérience

          Posté par . Évalué à 4.

          Ça vous fait 70km par jour, 6 jours par semaine. En tant que tel, c'est déjà sport… Les 70km / jour, c'est largement faisable, mais un seul jour de repos par semaine, c'est très contraignant. Si vous passez 4 jours dans un endroit cool, ça veut dire que vous pédalez tout le reste du mois sans repos. Galère…

          Si en plus vous comptez vous arrêter un peu après deux semaines et prendre 125 photos / jour, vous êtes parti pour pédaler comme des dingues, être toujours en retard sur votre planning, sacrifier d'autres parties importantes du projet comme les photos, vous fatiguer, vous engueuler tous les deux et risquer une grosse tendinite (ou pire) qui vous scotchera à un endroit (qui sera nécessairement tout pourri au milieu de nulle part) pour des jours.

          Comptez 1500km / mois. Pas plus. Si vous êtes plus rapide, cool, ça vous fait plus de temps pour faire et trier les photos ou rester vous reposer quelque part.

          Et ce n'est pas la peine de prévoir un itinéraire précis au sentier près dès maintenant. Vous ne le respecterez pas de toutes façons, pour plein de raisons : parfois vous allez manquer de temps et prendrez des voies rapides, d'autres fois vous allez pédaler avec d'autres cyclistes, encore après vous fairez un détour. Soyez au courant des pays à traverser et des postes frontières à passer, soyez flexibles et prévoyez votre itinéraire de semaines en semaines. Pas plus, ça ne sert à rien si vous n'êtes pas très contraints par le temps.

          Et si vous êtes contraints par le temps, et bien prenez des trains ou balancez les vélos à l'arrière d'un camion pour quelques centaines de kilomètres.

          Vous avez déjà réglé les problèmes les plus importants :
          - le vélo (vous avez fait un bon choix, vous ne regretterez pas le Rolhoff)
          - le matos informatique / photo pour le projet (vous vous y connaissez assez pour faire un choix qui conviendra de toutes façons, quel qu'il soit)
          - les frontières (soyez blindés sur les VISAs et les procédures, c'est de loin la partie la plus chiante du voyage)

          Donc c'est bon, vous savez déjà que tout va très bien se passer.

          L'itinéraire précis est très, très secondaire et facilement improvisable.

          • [^] # Re: Retour d'expérience

            Posté par . Évalué à 1.

            • les frontières (soyez blindés sur les VISAs et les procédures, c'est de loin la partie la plus chiante du voyage)

            Pas de visa là où ils passent, même pas besoin de passeport, juste une carte d'identité.

          • [^] # Re: Retour d'expérience

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Voilà l'utilité d'avoir des avis de gens qui ont de l'expérience !

            C'est vrai que vu qu'on n'a pas d'expérience, on essaie d'estimer le plus précisément possible les étapes, les délais… mais ça ne veut pas dire que ce soit réaliste pour autant.
            Du coup, on va sans doute tabler directement sur 2 à 3 jours de repos par semaine en moyenne. Comme ça, ça nous laissera déjà une plus grande marge de manœuvre pour les imprévus. C'est vrai que rien qu'avec ce que tu dis, ça paraît insensé de se laisser 1 seul jour de libre.

    • [^] # Re: Retour d'expérience

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Pour les sauvegardes des photos sur DVD, il faut encore avoir un graveur. Si on part sur le Toughbook il n'y en a pas. Et dans l'absolu on ne souhaite pas particulièrement avoir une machine avec lecteur optique. Puis comme on sait déjà qu'on aura énormément de photo (c'est le cœur du projet, au delà du voyage lui-même), on arriverait sûrement à devoir graver plusieurs DVD par semaine. Ce serait ingérable.

      On a aussi pensé à une sauvegarde sur serveur mais il faut encore pouvoir se connecter un minimum régulièrement. Et surtout on aura de grosses quantités de données à sauvegarder donc sans savoir à quelle fréquence on pourrait se connecter ni la qualité de connexion, ça fait trop d'inconnues pour parier sur ce mode de sauvegarde.

      Bref, étant donné la quantité de données à sauvegarder, on a préféré la solution double sauvegarde sur HDD. On n'a pas de problème d'espace ni de connexion, on a juste à brancher les disques et sauvegarder nos données tous les jours. Et en avoir 2 limite grandement les risques de perte de données (si l'un des deux lâche, on le remplace au plus vite).

      • [^] # Re: Retour d'expérience

        Posté par . Évalué à 1.

        Oui, c'est vrai que dans votre cas, le DVD et le cloud, ça ne va pas le faire. Au vu du volume de données que vous énoncez, le double disque dur (un sur chaque vélo pour la sécurité) est bien la bonne solution.

        En fait, pour la gestion de l'énergie de tous vos appareil photo, ordi, etc, vous avez prévu quoi ? Une batterie en rab' pour le Toughbook ? Le constructeur annonçait 8h avec Vista, les stress tests de l'époque lui donnent 3h. Je sais pas si votre revendeur va vous fournir une batterie neuve ou pas. Aurez-vous un chargeur dynamo / panneau solaire quelconque sur le vélo (pas la meilleure des solutions, mais à ce qui paraît ça marche) ? Sinon, ce qui est bien avec les vrais reflex numériques comme vos Pentax, c'est que la batterie dure longtemps… Le Ricoh par contre devra être rechargé plus souvent.

        Vous faites le choix d'être chargés là, mode tank ;-) 2 gros reflexs et objectifs, un compact en plus, un ordi, deux disques durs supplémentaires, tous les câbles et chargeurs qui vont avec, ça va prendre au moins une sacoche et 7kg tout ça. En même temps si votre projet est axé là dessus ça se justifie et vous êtes deux (un reflex chacun pour pas de jalousie).

        Personnellement, j'aime de plus en plus voyager léger. Pour le prochain voyage avec site web à alimenter + photos, j'envisage presque un appareil hybride (Alpha 6000) avec cartes mémoires à foison, et le connecter à une tablette ou gros téléphone Android par NFC / Wifi pour traiter les photos. Avec un forfait comprenant une connexion data internationale, on peut synchroniser sur le cloud à chaque fois qu'on passe par un bled. Sinon, combinaison triple smartphone, ultrabook/netbook et appareil photo hybride, sachant que la connexion internet du téléphone peut être partagée et que le smartphone peut faire office d'appareil photo d'appoint. Mais ok, c'est pas le même objectif de voyage et impossible d'obtenir le même professionnalisme photo ni la même quantité de clichés.

        Je reviens un peu sur la question de la longueur de l'itinéraire et le temps. Ok, donc ça : 6 jours de vélo / 1 jour de repos, c'est pas tenable sur plus de trois semaines d'affilée. 1 jour pour les courses, la sociabilité, la lessive, le tri des photos, la mise à jour du site web, etc, c'est court ! Mais contrairement à ce que j'ai dit précédemment, votre itinéraire de 12 000 km est réaliste car il compte déjà beaucoup de petits détours. Ce que vous pourrez faire sera couper un peu par des routes moins intéressantes quand vous serez en retard sur le planning.

        • [^] # Re: Retour d'expérience

          Posté par . Évalué à 1.

          Merci pour tous ces retours.
          Concernant l'alimentation électrique nous comptons équiper le vélos de chargeur dynamo (un par vélo). Je pense que c'est le choix le plus sur, les panneaux solaire me semblent trop cher et probablement un moins bon choix du côté écologique, comparer à la dynamo.
          Or pour revenir sur le panasonic, le revendeur nous le propose avec un ssd crucial M5 en option ( est ce une bonne référence) et un dual boot seven pro / lunix Mandrake est ce une bonne distribution dans notre cas ?

        • [^] # Re: Retour d'expérience

          Posté par . Évalué à 1.

          Pour revenir sur le matériel photo et plus particulièrement sur le Ricoh GRD4 (que je ne possède pas encore), c'est un petit compact qui pourrait bien nous rendre service en tant que boitier d'appoint pour faire des photos d'ambiances, une sorte de off de notre voyage, car les deux réflex auront pour tâche de produire les images plastiques de notre projet photo qui se situe entre la dérive et l'inventaire. Bref ce GRD4 outre sa faculté de produire des images directement en N&B de grande qualité. Il est aussi l'un des seul compact expert à être pourvu d'une double alimentation : accu 2xLR06 ou batterie, ce qui pourra nous simplifier la vie. De plus il fait des raw en DNG, ce qui est encore une fois pratique.
          D'ailleurs a ce propos le DNG est il aussi universel sous Linux que sous mac, j'ai depuis longtemps abandonné les formats raw propriétaires au profit du DNG.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.