Concours d’informatique, Prologin édition 2012

Posté par . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
Tags : aucun
17
24
oct.
2011
Éducation

La 20e édition de Prologin, le concours national d’informatique, vient d’être lancée. Les candidats ont jusqu’au 2 janvier 2012 pour soumettre les réponses du questionnaire de sélection disponible sur le site de l’association.

Prologin est un concours d’informatique abordant la programmation via l’algorithmique et l’intelligence artificielle. Destiné à tous les étudiants européens de 20 ans et moins, il est organisé par des élèves bénévoles d’écoles d’informatique.

Ce concours se déroule en trois étapes, dont la première, le QCM de sélection, a démarré et se terminera le 2 janvier 2012.

Affiche du concours prologin


La caractéristique principale de l’épreuve est de proposer aux candidats, à chaque étape de la sélection, d’exercer leurs talents de programmeurs sur un ordinateur. L’environnement GNU/Linux étant favorisé en demi‐finale, des tuteurs sont là pour sensibiliser et conseiller les candidats découvrant cette plate‐forme.

Prologin est aussi une formidable occasion de rencontrer des passionnés du même âge et de partager un bon moment avec eux, quel que soit le niveau de sélection auquel on parvient.

La première étape de ce concours, le QCM de sélection, comporte 10 questions de culture générale informatique, ainsi que 4 exercices d’algorithmique d’une difficulté croissante ; tout le monde y trouvera un exercice à sa mesure. Le rendu de ce QCM doit être fait sur le site Web de Prologin avant le 2 janvier 2012.

Ensuite, les meilleurs participants seront convoqués pour les demi‐finales du concours, qui se dérouleront dans toute la France de janvier à mars. Le jour de la demi‐finale, les candidats devront tout d’abord travailler un problème d’algorithmique sur papier, puis résoudre différents exercices de difficulté croissante sur machine. Les langages de programmation autorisés sont le C, le C++, le C#, Java, OCaml, Pascal, PHP et Python.

Enfin, la grande finale se déroule à Paris fin avril et rassemble les 100 meilleurs candidats des demi‐finales. Accueillis pendant 3 jours dans les locaux de l’ÉPITA, ils doivent programmer une intelligence artificielle en 36 h, pour un jeu inédit conçu par l’équipe du concours, tout en s’amusant grâce aux différentes animations proposées par l’association.

Ce concours est organisé par des étudiants de l’ÉPITA, de l’École polytechnique et de l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI).

  • # piège

    Posté par . Évalué à  4 .

    Attention, la question 3 de "culture informatique" comporte un piège.

  • # Y a que moi...

    Posté par . Évalué à  2 .

    qui trouve le questionnaire bidon ?

    J'entends toujours parler de ce concours, je m'étais promis de le faire une fois dans ma vie. Et je me rend compte que l'année prochaine je serais trop vieux… C'est maintenant ou jamais. Je jette donc un œil sur questionnaire.
    Déjà « le coup de pouce de nos sponsors », voilà quoi. J'ai des doutes sur la pertinence de ces questions. Ensuite, je sais pas si savoir que GCC veux dire « GNU Compiler Collection » ou « GNU C Compiler » (je sais pas quelle réponse est la bonne) fait un bon développeur.

    Alors moi, je suis quelqu'un de sérieux, j'ai commencé à répondre au questionnaire qu'avec mes connaissances perso. Mais à la fin, ils demandent l'adresse ip du site prologin.org… Qu'est-ce j'en sais moi ? Si j'en crois cette question, soit le postulant dois connaitre l'IP de Google par cœur pour la reconnaitre, soit le postulant a le droit d'utiliser internet (alors répondre aux questions d'avant est encore énormément plus simple).

    Knowing the syntax of Java does not make someone a software engineer.

    • [^] # Re: Y a que moi...

      Posté par . Évalué à  -1 .

      je ne sais pas comment c'est maintenant, mais quand j'y étais allé effectivement le questionnaire de départ est simple, après la demi finale il y a des trucs à coder c'est moins simple (mais pas très dur non plus, sauf les dernières questions), et la finale 36h ça parait beaucoup mais ça passe très vite en fait, et là c'est plus dur (CMB... ^^)

      mais pour le questionnaire oui tu as le droit d'utiliser internet.

    • [^] # Re: Y a que moi...

      Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

      Tu as le droit d'utiliser internet, la vraie sélection c'est l'étape suivante.

    • [^] # Re: Y a que moi...

      Posté par . Évalué à  1 .

      Le questionnaire initial n'est qu'un filtre, à mon avis il sert plus à indiquer le ton du concours aux potentiels candidats. Comme les autres l'ont dit, tu peux aller chercher les réponses sur internet.
      Tu pourrais aussi le faire pour les programmes, mais comme tu auras le même genre de choses à faire en demie-finale, mieux vaut s'y atteler tout de suite. Personnellement, presque 15 ans après ma première participation, je me rend compte que je n'ai plus jamais eu à coder ce genre de choses et qu'il me faut réactiver quelques neurones qui avaient fini par prendre du ventre à force d'inactivation.

      En ce qui concerne les sponsors, je ne les ai jamais trouvé trop intrusifs. On savait aussi que le concours était une bonne publicité pour l'EPITA et l'EPITECH, mais là encore, il n'y a pas de marketing agressif dans mon souvenir : personne n'est venu me prendre à part pour essayer de me vendre l'école comme une encyclopédie ou un appartement en time-share. Du coup, j'ai toujours trouvé le deal vraiment correct.

      Quant à la finale, c'est vraiment l'éclate, que tu abandonnes au bout de quelques heures (il y a tout à fait de quoi s'amuser) ou que tu préfères rester dans la compétition jusqu'au bout. Si je peux te donner un conseil, c'est de dormir, au moins cinq heures. À la fin des 36 heures les programmes qui fonctionnent et font quelque chose, même de simple, sont les plus rares. J'ai toujours pu coder quelque chose comme ça en ayant dormi, mais je n'ai jamais pu avoir quoi que ce soit d'intéressant en ayant passé une nuit blanche même si depuis je garde un souvenir ému de toutes ces SEGFAULT dans des boucles infinies, codées à 4h du mat.

      Alek.

      • [^] # Re: Y a que moi...

        Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

        "Si je peux te donner un conseil, c'est de dormir, au moins cinq heures."
        => Sauf quand ya des putains d'orgas qui trouvent rigolo de venir réveiller les gens qui dorment tous ensembles dans une même salle. J'ai vécu ça et c'était pas agréable de se voir priver de sommeil quand on en a besoin.

        La finale était pour moi une grande déception, le serveur qui plante, les règles du jeu qui évoluent dans le temps, les orgas à l'humour douteux (si tu locks pas ta session tu vas le regretter), le classement un peu random, les fichiers supprimés du serveur à la dernière minute, le manque de sérieux de manière générale... Ah et il faut aimer coder dans le noir avec des spots dans la gueule et un fumigène pour faire une ambiance sympa...

        Donc ce concours, il vaut mieux le voir comme une bonne occasion de rencontrer des passionnés et passer un weekend à s'amuser et à coder. Et là ouais, vive prologin. Mais faut pas se lancer dans la finale avec pour objectif de se classer le mieux possible, c'est un coup à être déçu (j'ai un ami qui avait un bot plus ou moins aussi fort que le mien, mais bizarrement, il n'a même pas été classé...).

        • [^] # Re: Y a que moi...

          Posté par . Évalué à  -2 .

          Sauf quand ya des putains d'orgas qui trouvent rigolo de venir réveiller les gens qui dorment tous ensembles dans une même salle. J'ai vécu ça et c'était pas agréable de se voir priver de sommeil quand on en a besoin.

          en même temps ça fait parti du jeu. Je me souviens que ca avait ete assez dur a la fin de tenir sans dormir et je faisais plus de la merde qu'autre chose alors je suis allé mater des mangas et jouer aux Magic.

          même si les orgas foutent le bordel ça met une bonne ambiance et ça pimente la compétition : gérer le sommeil, le stress, et les emmerdes c'est aussi sa être un dev :)

          Le questionnaire est juste la pour faire la pub des sponsors et filtrer les inscriptions bidons.

        • [^] # Re: Y a que moi...

          Posté par . Évalué à  1 .

          C'est intéressant de lire un point de vue aussi différent !
          J'ai participé à prologin de 1999 à 2002 si ma mémoire ne me fait pas défaut. Dans mon souvenir, il y a ce côté manque de sérieux et les orgas qui réveillent et/ou scotchent les gens. Mais il y avait aussi une petite moitié de candidats qui étaient là pour relever le défi et j'ai toujours facilement réussi à échapper aux réveils brutaux ou autres emmerdements. Quant aux résultats, ils me paraissaient correspondre à ce qu'on voyait en cours d'épreuve quand on testaient nos programmes avec ceux des autres. Après quelques heures, on pouvait trouver des salles où on était plutôt tranquille, sans fumée, sans trop de bordel.
          Alors peut-être que le côté pochasse a fini par l'emporter. Quand as-tu participé ?

          • [^] # Re: Y a que moi...

            Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

            Il me semble que c'était en 2007, enfin, par là quoi. C'était ma seule et unique participation (je voulais tenter l'expérience au moins une fois).

            Le truc c'est qu'ils ont voulu mélanger l'aspect festif (et bizutage) à un concours sérieux. Du coup, ceux qui viennent là pour rencontrer et sympathiser avec plein de geeks, c'est super sympa. Mais pour ceux qui viennent avec comme objectif de faire le meilleur programme possible, ce manque de professionnalisme et de sérieux peut sérieusement agacer.

            Si je veux passer un weekend à faire la fête, j'ai pas besoin de passer 4h en condition d'exam pendant une demie finale (car oui, quelle différence d'ambiance entre les 2 niveaux d'épreuve !)...
            Et au contraire, si j'ai envie de coder pendant tout un weekend, j'ai pas envie qu'un nerd vienne me faire chier. Et si je rapporte un bug du serveur, j'ai pas envie d'avoir pour seule réponse : c'est toi qui sait pas coder (j'en ai plein des comme ça).

            Je peux paraître dur, mais dans l'ensemble, c'était quand même une expérience très sympa. C'est juste dommage qu'une bande d'orgas vienne gâcher le truc. Et j'imagine aussi que d'une année à l'autre, l'expérience peut être différente.
            Bref, participez, faites-vous votre propre avis. Mais ne vous attendez pas à être dans une ambiance studieuse, et profitez de l'évènement comme vous le sentez. Et pour les plus jeunes, entraînez-vous plutôt pour les IOI.

            (Pour le classement, c'est bien représentatif pour les 10 premiers je pense, ensuite c'est moins précis... Et comment expliquer que lors de ma participation, on a été qu'une 30aine (ou 40aine je sais plus) à être classés ? J'ai connu pleins de participants un peu déçu vu que leur bot marchait pendant la compétition..)

            • [^] # Re: Y a que moi...

              Posté par . Évalué à  0 .

              "Le truc c'est qu'ils ont voulu mélanger l'aspect festif (et bizutage) à un concours sérieux. Du coup, ceux qui viennent là pour rencontrer et sympathiser avec plein de geeks, c'est super sympa. Mais pour ceux qui viennent avec comme objectif de faire le meilleur programme possible, ce manque de professionnalisme et de sérieux peut sérieusement agacer."

              Mais cela ne devrait pas. L'aspect festif est une des conditions de la compétition qui vient à la fois la pimenter et la rendre plus agréable. Le numéro un est celui qui sera le meilleur malgrès ces conditions. Celui qui arrivera à gérer son temps, et son sommeil. Par ailleurs, 36 Heures à coder sans distractions, vous allez surement péter un câble. Et donc l'aspect festif permet de mettre en place une soupape de décompression qui est la bienvenue si les choses sont organisées au bon moment durant le week end. Si vous utilisez cette soupape intelligemment (et il faut parfois que l'organisation y incite un peu) alors vous pouvez aller vous défouler et revenir frais et dispo pour coder. Si vous vous laissez piéger et passez le week end à faire autre chose que du code, cela fait partie de la compétition.

              Et si parfois certaines distractions peuvent vous paraitre un peu forcés comme l'ambiance discothéque en salle machine, ceci est aussi pour détendre l'ambiance qui serait franchement pénible si on parlait de 36 Heures en condition d'examen. Or, si les orgas (et les anciens candidats qui aident parfois) ne montrent pas l'exemple on va avoir une salle studieuse avec une ambiance franc hement électrique au bout de la premiére journée. Et au final, cela nuiera probablement au résultat.

              "Si je veux passer un weekend à faire la fête, j'ai pas besoin de passer 4h en condition d'exam pendant une demie finale (car oui, quelle différence d'ambiance entre les 2 niveaux d'épreuve !)..."

              Si ! La demi sert justement à valider un certain niveau théorique. C'est ce niveau qui autorise à se lacher en finale. Si on recrutait n'importe qui lors de la finale, le résultat serait probablement un gros n'importe quoi. Une fois que l'on sait que l'on a affaire à des gens qui ont un minimum de compétences, et la motivation pour le concours, on peut détendre l'atmosphére. Et cette ambiance détendue ne semble pas nuire à la qualité du code des premiers.

              "Bref, participez, faites-vous votre propre avis. Mais ne vous attendez pas à être dans une ambiance studieuse, et profitez de l'évènement comme vous le sentez. Et pour les plus jeunes, entraînez-vous plutôt pour les IOI."

              Je penses que les deux sont complémentaires. Les IOI permettent d'acquérir de supers compétences en algorithmiques qui seront très utiles à Prologin. Par contre les problèmes des IOI sont très académiques, bien posés et bornés alors que les sujets de Prologin surtout en finale font plus appel à la créativité. Une fois passé le choc du coté festif de Prologin, c'est plutôt une très bonne occasion de mettre en pratique ce que l'on a appris pour les IOI sur des sujets moins bornés. Et pour ettayer ce que je disais plus haut, les épreuves des IOI, ca dure seulement un truc comme deux fois 4 heures dans des petits boxes (réparties sur une semaine et entrecoupées de visites touristiques). Les anciens des IOI pourront confirmer qu'ils n'aimeraient pas forcément que les 4 Heures d'épreuve des IOI en durent 36.

              "(Pour le classement, c'est bien représentatif pour les 10 premiers je pense, ensuite c'est moins précis... Et comment expliquer que lors de ma participation, on a été qu'une 30aine (ou 40aine je sais plus) à être classés ? J'ai connu pleins de participants un peu déçu vu que leur bot marchait pendant la compétition..)"

              En général, il y a un problème lors du rendu quand cela arrive. Malheureusement cela arrive trop souvent : On veut corriger un bug à la derniére minute et paf, on fait une connerie. Et malheureusement les orgas n'ont pas le temps de corriger une soumission incorrecte. Si un programme est mal soumis, il restera ainsi. Il faut savoir que la fin du concours est à 00H42, suite à cela il y a une petite heure de festivités puis l'équipe serveur (qui a donc bossé tout le week end et s'est pris une petite pause) retourne au travail avec pour objectif de rendre un avis motivé au jury pour 07H00 du matin. Cela fait 5 Heures pour lancer le tournoi (ce qui prend du temps), lire le code des 20 premiers, commenter leur stratégie, rédiger un papier et transmettre le tout au jury qui se réunira le lendemain matin.

              Il faut aussi prendre en compte que le code est testé pendant la compétition sur peu de cartes alors qu'il y en a énormément (et différentes) lors du rendu final dont le calcul prend plusieurs heures en utilisant tout le parc machine à disposition. Ce qui est à noter par contre c'est qu'il y a en général un fort écart entre les premières places puis un niveau un peu plus homogénes ou les candidats peuvent être difficiles à classer. Ce que je veux dire c'est qu'entre le 1er et le 3eme il n'y a généralement pas photo alors que du 30ème au 40ème, l'écart de niveau est généralement assez faible. En fait, au dela de la 20ème place, le classement ne veut en général plus dire grand chose.

      • [^] # Re: Y a que moi...

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        Et pendant la finale, surtout ne pas regarder le sujet qui va miraculeusement leaker quelques heures avant le début, car c'est un leurre. (oups, fallait pas le dire, ah bon, désolé) D'autant plus que ce sujet est souvent intéressant, au point de vouloir y réfléchir après la compétition.

    • [^] # Re: Y a que moi...

      Posté par . Évalué à  -1 .

      Ça peut effectivement être utile à un développeur de savoir que GCC ne compile pas que du C, mais est en fait une collection de compilateurs qui pêut compiler plein de langages différents...

  • # Expérience passée de Prologin

    Posté par . Évalué à  0 .

    Bonjour,

    J'ai été organisateur approximativement sur la période 1999 / 2002 et j'ai continué à suivre après ce qui se passait à Prologin. Je m'exprime en mon nom et non celui de l'association dont je ne suis plus que sympathisant.

    Que dire : Déja le concours a bien évolué durant cette période. Entre 1998 et 2002, le concours a été complétement transformé et son organisation s'est quand même beaucoup professionnalisé que ce soit au niveau de la nourriture servie que du serveur. Car le serveur s'il n'est pas parfait fonctionne en général suffisamment pour classer les gens. Rappelez vous quand même que le sujet et le serveur sont codés par des bénévoles et que cela représente un ENORME travail qu'ils accomplissent en plus de leur scolarité. S'il devait être 100% sans bugs, il faudrait des moyens humains (et probablement financiers) que l'association n'a pas. Et ceux qui codent le serveur ne participent généralement pas aux "a-cotés ludiques" (ils n'en ont pas le temps) qui sont confiés à des organisateurs externes à l'association pour la plus grande partie (et suivi par le bureaau et la logistique qui s'occupent de l'emploi du temps).

    Concernant le coté "festif", il y a effectivement une dualité entre une ambiance studieuse à la demi finale et à la remise des prix, et un grand délire pendant les 36 Heures. L'événement a 20 ans, il a eu une histoire mouvementée, et toute sorte de délires ont eu lieu, notamment les premiéres années ou les conditions d'organisation étaient difficiles car du développement du serveur à la nourriture pour 150 personnes, rien n'était facile. Si la plupart des problèmes d'organisation ont été depuis réglés, nous avons conservés certaines traditions dont la plus importante : le concours fait 36 Heures car la première année, le budget ne permettait pas de payer l’hôtel contrairement à ce qui avait été prévu à l'origine. Eh oui, si nous fêtons les 20 ans de Prologin, nous fêtons également 20 ans d'histoire, d'essais et d'erreurs. Et si à l'origine il y avait l'ambition de faire un "concours général de l'informatique", force est d'avouer que nous avons réalisé tout autre chose. Mais cet autre chose est unique et beaucoup de monde est attaché à une certaine ambiance décalée pendant le concours qui lui donne une ambiance unique. A juger les mails que l'on recevait après le concours et qui fessaient très plaisir, un tas de candidats ont énormément apprécié. Au final, tant mieux si nous n'avons pas fait qu'un concours général, car Prologin dans sa forme actuelle est bien plus que cela.

    A ceux qui se plaignent maintenant de ne pas être en conditions studieuse, je répondrai que la vraie vie n'est pas forcément composée de problèmes "académiques" auquel on peut répondre dans une piéce silencieuse et sans distractions autour. La vie est plutôt composée d'imprévus, de problèmes qui changent du jour au lendemain (parce qu'une nouvelle techno est sortie et rend votre code obsolète, parce que la loi a changé, parce que le client ne sait pas ce qu'il veut, ou wtf...). Il y a aussi les distractions qui vous empéchent de faire votre travail correctement, mais qui vous permettent aussi de vous défouler quand il le faut. Au final votre code doit être le meilleur et ce dans des conditions mouvementées. Tout cela est dans Prologin, concentré en 36 Heures avec en plus la possibilité de rencontrer d'autres passionnés et d'apprendre plein de choses. Quand aux gagnants du concours, pour avoir eu la chance d'en cotoyer quelques uns, je dois dire qu'ils que je n'ai jamais eu l'impression qu'ils avaient gagnés par hazard. Mais ils ont en général beaucoup plus qu'une simple expérience académique.

    Et pour le reste, l'important n'est pas de gagner mais de participer car quelque soit votre résultat, vous aurez surement appris beaucoup de choses durant le week end et noué plein de contacts. Alors à ceux qui hésitent encore, je répondrai : essayez, vous ne le regretterez pas. Et rendez vous à la finale !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.