Hackathon à Dijon sur la distribution GNU / Linux EOLE du 24 au 26 novembre 2015

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
8
20
nov.
2015
Distribution

Le pôle de compétences Logiciels Libres du ministère de l’Éducation nationale, le Ministère du Développement Durable et de l’Énergie et la société coopérative Cadoles organisent un hackathon dédié à la distribution GNU / Linux EOLE et aux outils associés, à Dijon.

Basé sur la philosophie du logiciel libre, la mutualisation des compétences et des moyens, le pôle de compétences Logiciels Libres du ministère de l’Éducation nationale (anciennement pôle EOLE) édite et met à disposition, depuis plus de 10 ans, la distribution GNU / Linux EOLE à destination des administrations, des académies et des établissements scolaires .

La distribution EOLE (acronyme de Ensemble Ouvert Libre et Évolutif) permet l'installation d'un ensemble de modules qui, sous la forme d'une sélection de logiciels, répondent à des besoins de l'infrastructure : pare-feu, serveur pédagogique, serveur administratif, un concentrateur de VPN, un serveur de virtualisation,… La distribution propose entre autres des outils spécifiques d'intégration et d'administration.

Ce marathon d’innovation est ouvert à la communauté EOLE, aux utilisateurs, aux étudiants en informatique ainsi qu’à tous les libristes.

Cet événement est une opportunité unique pour la communauté des utilisateurs des solutions EOLE : délégués académiques au numérique éducatif, techniciens, administrateurs systèmes, informaticiens, étudiants, libristes peuvent tous participer à la conception ou à l’intégration d’outils pour EOLE.

Le hackathon se déroulera sur 3 jours, les 24, 25 et 26 novembre 2015, dans les locaux de la Maison des coopératives, au centre ville de Dijon (carte OSM).

Cet événement est dédié à l’échange et au travail en équipe dans la convivialité. Fidèle aux valeurs du logiciel libre, l’équipe sera heureuse de vous initier, si vous ne les connaissez pas déjà, aux méthodes agiles utilisées quotidiennement dans l’élaboration des solutions EOLE.

  • # A quoi cela sert-il ?

    Posté par . Évalué à 2.

    Sous ce titre un peu provocateur, je me pose la question de son utilité. Je rappelle que l'informatique dans les lycées est dédié à la région, pour les collèges aux départements et pour les écoles aux Mairies ! (déjà une nouvelle question, tous les établissements scolaires ont-ils les mêmes moyens ?).
    Donc pourquoi le ministère de l'éducation continue à promouvoir le libre avec ce type de manif ou en promulguant des bonnes pratiques des formats de fichiers ?
    Pourquoi la loi Peyon définit-elle les moyens informatiques sous couvert de la région (article 20) ?
    A quoi sert une DSI dans un rectorat (pour les EPLE) car elle ne peut intervenir sur l'architecture des parcs informatiques dans ces mêmes établissements. L'éducation nationale organise un hackathlon qui sur le terrain n'aura aucun effet !!! Il faut prendre en compte la réalité de fonctionnement des établissements et être en accord avec les autres directives du gouvernement. Sur ce site nous sommes convaincu de l’intérêt et les possibilités du libre. Mais il faut aussi regarder les pratiques sur le terrain.
    Pour illustrer mon propos, j'en ai fait les frais. Dans les pays de Loire, après dix ans de fonctionnement sur une architecture XCP (XEN CLOUD PLATFORM) et SambaEDu (SAMBA + LDAP), la région a repris la main, en s'appuyant sur la loi Peyon. Ils ont placé du VMWARE et du Windows (en 2012 une version 2008 server). Moi qui avait demandé un budget de 10000€ pour migrer le Samba3 en Samba4, la région a déboursé près de 100000€ pour les licences et interventions de société extérieur. ET ce n'est pas fini, car maintenant nous avons le droit à ThinApp….
    J'espère que cela concerne uniquement la région des Pays de la Loire…

    • [^] # Re: A quoi cela sert-il ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Hello,

      EOLE est utilisée sur un très grand nombre (voire la majorité) des serveurs génériques du Ministère en charge de l'écologie et ça fait du monde (pour mon expérience, il y a au moins un serveur par département, un pour chaque région, je ne connais pas les chiffres pour l'administration centrale mais ça doit monter assez haut). Donc peut-être que du côté du Ministère en charge de l'éducation, ce n'est pas très rose mais pour l'autre participant institutionnel de cette distribution, c'est plutôt très utile…

      • [^] # Re: A quoi cela sert-il ?

        Posté par . Évalué à 1.

        Bonne nouvelle, c'est ce que je souhaitais aussi dans la fin de mon billet. Cette situation, tout propriétaire, n'est effective que dans la région des Pays de la Loire. Je l'espère…..

    • [^] # Re: A quoi cela sert-il ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Perso, simple parent d'élève, j'aide l'école élémentaire de ma commune à "optimiser" les moyens informatiques que lui met à disposition la Mairie. Lorsqu'il a été question d'améliorer l'accès Internet, j'ai été très content de découvrir EOLE car elle fonctionne bien.

      Précédemment, mon expérience de ce type de serveur se limitait à SME (http://contribs.org).

      J'invite toutes les personnes cherchant une solution pour un serveur à tester cette distrib EOLE.

  • # une chasse aux bugs plutôt ?

    Posté par . Évalué à 0.

    Rajouter des fonctionnalités, c'est bien beau, mais plus les années passent, moins Eole est fiable. Je veux bien croire que ce ne soit pas très dans l'esprit agile, mais à un moment peut-être serait il bon de freiner la course aux fonctionnalités et améliorer l'uptime entre deux "reboot/reconfigure", voire celui entre deux "instance".

    Je comprend que face à des décideurs pressés et sensibles aux sirènes des solutions commerciales il soit essentiel de présenter un catalogue fourni de solutions et de bling, mais Eole risque de devenir le windows millenium de la famille debian.

    bon vent aux participants malgré tout.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.