Les oubliés du traité anti-contrefaçon ACTA

Posté par (page perso) . Modéré par Bruno Michel.
Tags :
18
6
juin
2010
Justice
Le 23 octobre 2007, les États-Unis, l'Union européenne, le Japon, la Corée du Sud, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, la Suisse et le Canada annoncent leur intention de négocier l'ACTA. Le but : durcir les sanctions contre les infractions au droit d'auteur. Les négociations se poursuivent en douce depuis. Aujourd'hui, l'Inde et la Chine ne semblent pas être contentes de s'en trouver exclues. L'Inde a annoncé la formation prochaine d'une coalition des pays du Sud visée à s'opposer à ACTA. Pour la petite histoire : l'idée d'un traité anti-contrefaçon avait été énoncée dès 2004, lors du premier congrès anti-contrefaçon de Bruxelles. Depuis 2007, un traité concret - ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement) - est effectivement discuté par divers pays. Ces négociations, dont une a eu lieu à Paris, sont tout sauf transparentes : elles sont tenues en marge des cadres institutionnels de l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (World Intellectual Property Organization, WIPO) et de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Deux fuites de documents ont eu lieu en 2009 l'une montrant l'état des négociations en cours et l'autre faisant clair le souhait des pays impliqués d'inclure la riposte graduée comme mesure de lutte contre le piratage sur internet. Le 10 mars 2010, une "Résolution du Parlement européen sur la transparence et l'état d'avancement des négociations ACTA (accord commercial anticontrefaçon)" est adoptée et 2 semaines plus tard, La Quadrature du net rendait publique une version de travail du document.

Voilà du nouveau : India Times annonçait le 3 juin que l'Inde souhaite créer une coalition avec d'autres pays du Sud (la Chine, le Brésil, l'Égypte parmi d'autres) pour s'opposer au traité ACTA. La motivation est que l'Inde est directement concernée par cette future réglementation : celle-ci pourrait mettre à mal l'exportation de médicaments originaux n'étant pas soumis à des brevets ainsi que d'autres produits issus de pays émergents.

Le 4 juin, la Chine faisait publique sa décision de se joindre à l'Inde. Les deux pays comptent discuter leur position lors de la prochaine réunion de l'OMC (7-8 juin) où le Conseil sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) siégera.

Comme le souligne Numerama, est-ce que ces deux pays opposants, représentant à eux seuls 2,5 milliards de personnes, seront ignorés par les pays développés fans d'ACTA ?
  • # Et les brevets...

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    ACTA a aussi pour but de réintroduire les brevets sur les logiciels.
    Ils étaient sortis par la porte, ils tentent de rentrer par la fenêtre.
    C'est ainsi que François Pellegrini me l'avait annoncé il y a quatre ans. Ça se confirme.
    • [^] # Re: Et les brevets...

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      > Ça se confirme.

      Ou ça, stp ?

      Adhérer à l'April, ça vous tente ?

      • [^] # Re: Et les brevets...

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Si l'on c'est intéressé à l'histoire des quelques rebondissements concernant les droits d'auteur depuis quelques années, il n'est pas surprenant de s'inquiéter concernant un nombre de points qui nous tient à cœur !

        En effet le brevet logiciel pourrait-être remis sur la table : http://www.numerama.com/magazine/15192-acta-les-brevets-egal(...) ce qui n'a rien de surprenant...
        La patate n'est pas froide encore, et certains remettraient bien le couvert ! Et bien d'autres points encore...

        En face (si l'on considère qu'il n'y a que deux côté), ils sont têtus, nous aussi... !
  • # La Chine (et un peu l'Inde)

    Posté par . Évalué à 6.

    Comme le souligne Numerama, est-ce que ces deux pays opposants, représentant à eux seuls 2,5 milliards de personnes, seront ignorés par les pays développés fans d'ACTA ?

    Ben surtout si on se fâche avec la Chine, ça va être vachement compliqué.

    Ce qui risque d'être un facteur intéressant, ce n'est pas tant la population de ces pays. Certes l'Inde comptre pratiquement moitié plus d'habitants que la somme des habitants des USA et de l'UE réunis, et la Chine est au delà.

    Le gros problème, c'est que si la Chine décide que la "propriété intellectuelle" est un concept biaisé et que ça n'a aucune valeur chez eux, qu'est ce qu'il reste aux autres pays ?

    Par ce que là pour le coup, ACTA, qui prétend entre autres, lutter contre les contrefaçons de vêtements, sac, montres etc. chinois risque au contraire de les favoriser. Pareil pour les CD de Windows et cie. L'OMS pourra toujours faire les gros yeux à la Chine, on ne peut pas se permettre de se fâcher avec un pays qui a deux chiffres de croissances, qui nous achète notre technologique de pointe (à qui est ce qu'on va vendre nos centrales nucléaires et nos barrages hein ?) et qui fourni de la main d’œuvre bon marché.


    Ah... la Chine qui va peut être sauver nos libertés. Pour parodier Christophe Alévêque, c'est comme dire à un malade en phase terminale : "tiens de l'aspirine".
    • [^] # Re: La Chine (et un peu l'Inde)

      Posté par . Évalué à 4.

      Comme toujours, l'idéal est dans la position intermédiaire!

      Oui, la Chine s'asseoit royalement sur la propriété intellectuelle.
      Il suffit de voir ce qui se fait ici dans les technos de pointe.
      "Ah zut! On peut pas faire comme ça, c'est breveté et l'IP appartient à un concurrent."
      "-Ah? Ben c'est pas grave, on le vendra sur le marché chinois, et on cherchera une autre solution pour l'international".

      (Déjà entendu par des ingés semiconducteurs).

      Donc ACTA ou pas, je ne vois pas très bien en quoi ça changera la vie de la Chine. A la rigueur pour ses exportations, mais les dirigeants chinois sont assez finaux pour ne viser qu'un pays à la fois:

      - Tu refuses mes exportations (bon, comme tout le monde, mais c'est sur toi que je tape là tout de suite). Je prends des mesures ultra-protectionnistes et je vais me servir chez les autres.
      -- Mais je fais comme tout le monde!
      - M'en fous, je t'explose toi, point! Les autres ont tous dit qu'ils étaient prêts à (et même contents de) récupérer le marché...
      -- OK! OK! T'énerves pas, je prends tes exportations!
      - Voiiiilà! Je préfère!

      - AU SUIVANT!

      Quant à la Chine qui va sauver nos libertés... hum!
      Quand on voit à quelle point les sites sont de mieux en mieux bloqués ici, Tor ne passe plus que difficilement et les VPN gratuits deviennent progressivement inutilisables, on se dit que la Chine ne fait pas ça pour nos libertés...
      • [^] # Re: La Chine (et un peu l'Inde)

        Posté par . Évalué à 7.

        Chine ne fait pas ça pour nos libertés... Sans déconner.
      • [^] # Re: La Chine (et un peu l'Inde)

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        Suis-je le seul pour qui « propriété intellectuelle » = oxymore ?


        Ah zut! On peut pas faire comme ça, c'est breveté et l'IP appartient à un concurrent.

        Ah oui, zut, la propriété intellectuelle permet à ceux qui ont eu une idée de taxer d'autres qui auraient le toupet d'avoir la même. C'est sûr que cela favorise le progrès !

        La « propriété intellectuelle » me donne la nausée.

        « J'ai pas Word, j'ai pas Windows, et j'ai pas la télé ! »

        • [^] # Re: La Chine (et un peu l'Inde)

          Posté par . Évalué à 10.

          j'ai pensé à ce commentaire avant toi. tu me dois 10 euros.
        • [^] # Re: La Chine (et un peu l'Inde)

          Posté par . Évalué à 3.

          La propriété intellectuelle permet à une startup qui a eu une bonne idée de pouvoir dévoiler cette idée à de potentiels investisseurs et plus tard faire sa promo sans qu'un grand groupe reprenne l'idée, la développe avec plus de moyens, plus vite, et lui grille la priorité...

          La propriété intellectuelle est comme quasiment tout ce qui existe: on peut s'en servir de multiples manières, certaines étant moins honorables que d'autres...
          • [^] # Re: La Chine (et un peu l'Inde)

            Posté par . Évalué à 4.

            Oui, ca c'est la théorie sous laquelle cela a été vendu. Maintenant, je constate que ce n'est pas utilisé comme ca.

            cf. Microsoft contre TomTom, Microsoft contre HTC, etc. C'est plus souvent utilisé par un gros pour faire chanter les petits et obtenir l'accès sous licence a leur portefeuille de brevets + leur racketter un peu d'argent au passage. Ils appellent ca les « royalties » je crois.

            2eme cas: les patent trolls. Ils ne produisent (plus) rien mais s'en prennent a des cibles monnayables: cf. SCO vs Novell, SCO vs IBM, Microsoft vs Eolas, Microsoft vs i4i .

            Bref, même si l'intention était louable au début, dans les faits c'est un mal inutile.
            • [^] # Re: La Chine (et un peu l'Inde)

              Posté par . Évalué à 3.

              Tout ça ce n'est QUE la partie visible de l'iceberg.

              Dans la vie, la plupart des effets des brevets ne sont pas visibles hors des entreprises!

              Tu n'imagines pas la quantité de petites boites qui proposent des licences pour utiliser une techno de fabrication (en semiconducteurs, je parle que de ce que je connais!) que tout le monde aurait pu développer, mais voilà c'est eux qui ont passé le temps et l'argent nécessaire pour optimiser le procédé, le tout après avoir eu une idée que personne d'autre n'avait eu alors.

              Je te garantis qu'il y a toujours deux approches:
              - On contacte l'entreprise. On discute pour avoir plus de détails sur la techno, ce que ça va apporter à la boite, etc.
              - C'est ici que ça se sépare: vérification des protections sur l'invention

              * Trop faible: On fait faire en interne (si on a les moyens) la même chose, la petite boite peut aller se faire foutre. Ça peut être plus long, mais après ça le savoir-faire interne est bien là. Une bonne petite campagne pour dire qu'on a développé une technologie "alternative" -et on en profitera pour dire "mieux"- évitera que les autres petites boites aient peur de futures "collaborations".

              * Bien protégé: On achète la licence et peut-être même qu'on va leur sous-traiter la prod, vu que eux doivent déjà la maitriser, ça ira plus vite, et quitte à payer, autant avoir quelque chose rapidement (le temps c'est de l'argent!)

              Parce que les gros aiment bien attaquer les petits, mais ils vont avoir deux problèmes:

              1 - Couler une petite boite qui n'est pas concurrente, ça ne sert à rien. A la fin le plaignant va devoir se battre avec les autres rapaces pour récupérer l'IP, ça lui coûtera au total plus cher que la licence et ça prendra plus de temps.

              2 - Attaquer une boite dont d'autres ont déjà acheté les licences et qui utilisent la techno, ça peut vite mener à une coalition contre soi (on a déjà vu l'exemple avec Linux).

              Et pour les gros qui voudraient s'asseoir sur les brevets des autres, même principe que le 2 ci-dessus: ceux qui ont payé pour la licence peuvent tout-à-fait apporter un soutien surprise pour faire basculer le rapport de force.

              Bref, on voit beaucoup de procès, mais il se passe en coulisse encore beaucoup plus de choses.
          • [^] # Re: La Chine (et un peu l'Inde)

            Posté par . Évalué à 2.

            Oui, ça, c'est la propriété intellectuelle chez les Bisounours. C'est comme le Père Noël, on arrête d'y croire après l'âge de 7 ans.
            • [^] # Re: La Chine (et un peu l'Inde)

              Posté par . Évalué à 2.

              Je t'invite à regarder des entreprises high-tech qui ne soient PAS des boites de logiciels.

              Genre une entreprise montée par quelqu'un qui a eu une idée simple mais géniale pour fabriquer un circuit intégré.

              Tu vas voir comment il va te recevoir si tu lui proposes de supprimer le système de brevets:
              Il n'a plus qu'à oublier ses rêves de création d'entreprises et se faire recruter par le plus gros centre de R&D qu'il trouve...

              La caractéristique d'un extrême c'est de pousser les gens à adopter l'autre.
              Le système actuel est mauvais, donc tu veux supprimer le principe de propriété intellectuelle?

              Je ne sais pas laquelle de ces deux solutions est la pire...
              • [^] # Re: La Chine (et un peu l'Inde)

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Matthieu Lagouge, il est clair que nos points de vue divergent. Pour moi, attribuer un monopole sur une idée, c'est un pouvoir abusif qui n'a aucune légitimité.

                La propriété intellectuelle permet à une startup qui a eu une bonne idée de pouvoir dévoiler cette idée à de potentiels investisseurs et plus tard faire sa promo sans qu'un grand groupe reprenne l'idée, la développe avec plus de moyens, plus vite, et lui grille la priorité...

                Dommage, car une idée reprise et développée avec plus de moyens, plus vite, il me semble que c'est du progrès pour tout le monde.

                Tu n'imagines pas la quantité de petites boites qui proposent des licences pour utiliser une techno de fabrication (en semiconducteurs, je parle que de ce que je connais!) que tout le monde aurait pu développer, mais voilà c'est eux qui ont passé le temps et l'argent nécessaire pour optimiser le procédé, le tout après avoir eu une idée que personne d'autre n'avait eu alors.

                Une « techno de fabrication ... que tout le monde aurait pu développer » donc une idée que tout le monde aurait pu avoir ; « idée que personne d'autre n'avait eu alors ». Comment le prouver ?

                De quel droit peut-on déclarer : « Comme personne n'a jamais déclaré avoir eu cette idée, je m'en proclame le propriétaire. Si d'autres venaient à avoir la même, qu'ils nous contactent. »

                Si le procédé est réellement optimisé, ce qui est plausible puisque l' « inventeur » est « génial », il aura des clients. S'il a des concurrents, c'est qu'il a loupé quelque chose : l'idée n'est pas si géniale, le procédé est encore perfectible...

                Le brevet permet donc de protéger de la concurrence des idées ou des technologies, donc de protéger des idées pas si géniales ou des procédés pas si optimisés.

                Je veux bien croire qu'être un génial inventeur ne garantit pas qu'on saura monter une géniale entreprise. En fin de compte, ce que le système des brevets protège, c'est les faiblesses.

                « J'ai pas Word, j'ai pas Windows, et j'ai pas la télé ! »

                • [^] # Re: La Chine (et un peu l'Inde)

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Effectivement, il est clair qu'on ne se mettra pas d'accord, mais comme je suis d'un naturel têtu, je vais te répondre quand même :D

                  ̉Dommage, car une idée reprise et développée avec plus de moyens, plus vite, il me semble que c'est du progrès pour tout le monde.

                  Pas pour la petite boite qui a dépensé tout son budget R&D pour sortir le produit et qui va mourir...
                  Le marché est cruel, le marché est pragmatique.
                  Si j'ai deux fournisseurs qui me proposent le même produit mais que l'un pèse 10milliards de $ et fournit 1cts moins cher grâce à ses économies d'échelle et que l'autre pèse 100millions de $, je choisis le premier, qui a plus de chance de survivre en cas de crise et donc de pas me laisser dans la mouise avec ma prod.
                  Je prends par contre le petit s'il a un avantage technique et/ou qu'il est nettement moins cher, et je garde le gros comme "roue de secours".
                  C'est comme ça que ça marche.

                  ̉Une « techno de fabrication ... que tout le monde aurait pu développer » donc une idée que tout le monde aurait pu avoir ; « idée que personne d'autre n'avait eu alors ». Comment le prouver ?

                  Pour comprendre ce que je voulais dire:
                  En semi conducteurs, tout le monde a accès, ou presque, aux mêmes machines! Les utiliser peut coûter plus ou moins cher, comment les utiliser peut relever d'une plus grande imagination, et comment faire pour pas cher des choses que personne ne croyait possible peut être fait en utilisant ces mêmes machines.
                  C'est ce que je veux dire par "tout le monde aurait pu le faire".

                  L'art de concevoir un bon procédé de fabrication relève de connaissances pointues dans beaucoup de domaines, et de pas mal d'expérience.

                  ̉De quel droit peut-on déclarer : « Comme personne n'a jamais déclaré avoir eu cette idée, je m'en proclame le propriétaire. Si d'autres venaient à avoir la même, qu'ils nous contactent. »

                  Et bien pour l'instant, le système de brevets américains repose toujours sur le "first to invent", c'est-à-dire qu'il suffit d'un document, d'une publication, de n'importe quelle preuve que l'idée a été exposée quelque part par quelqu'un pour invalider un brevet.

                  Ce système rend la recherche d'antériorité extrêmement fastidieuse, mais il est incontestablement plus juste avec les chercheurs en labo et les "inventeurs dans leur garage".

                  Par contre, en Europe, c'est "first to file". Tu peux presque piquer l'idée à ton voisin de palier, t'as qu'à remplir les formulaires plus vite que lui, c'est tout.
                  Malheureusement, aux US, la pression est forte pour migrer vers le first-to-file...

                  Enfin, si quelqu'un a eu l'idée dans la tête mais n'en a jamais parlé à personne ni essayé de la pousser, on peut supposer qu'il n'y croyait pas tant que ça, et peut-être même qu'il n'en aurait jamais rien fait s'il n'avait pas vu l'argent que d'autres se font avec...

                  ̉Si le procédé est réellement optimisé, ce qui est plausible puisque l' « inventeur » est « génial », il aura des clients. S'il a des concurrents, c'est qu'il a loupé quelque chose : l'idée n'est pas si géniale, le procédé est encore perfectible...

                  S'il a des concurrents c'est que même les idées géniales permettent de prendre une petite avance sur les autres, bien souvent provisoire, c'est pour ça que la R&D tourne toujours à plein régime.

                  S'il n'a pas sa protection, il n'aura pas de clients, ou alors aucun "gros" client.
                  Pourquoi?

                  Très simple:
                  Je suis le client. Je vais voir cet inventeur génial. Il me montre ses produits. Et là je me dis "mais c'est génial! pourquoi mon fournisseur ne fait pas ça?"
                  Le lendemain matin je contacte mon fournisseur habituel, avec qui je bosse depuis longtemps, et avec qui j'ai l'habitude de travailler, ce qui aide côté confiance, tout ça.

                  Et je lui explique consciencieusement ce que j'ai vu chez son petit compétiteur. Là-dessus, mon fournisseur comprend que je veux la même chose, et puisque je suis un gros client, il va le faire!
                  Peut-être même que si c'est une invention permettant de faire la même chose à moins cher, il va me faire un rabais provisoire le temps de faire le développement. Il ne prend pas trop de risque: la petite boite a démontré que c'était possible, et a claqué tout le pognon, donc pris tous les risques pour ça. Il ne reste plus qu'à se servir.

                  Ce genre de situation a existé, existe, et existera encore longtemps!

                  Le modèle du libre fonctionne merveilleusement bien en informatique, mais on a vu une chose très importante:
                  On ne vend plus de logiciel, on vend du service autour du logiciel.

                  Ce service est inexistant dans le monde du matériel, et pour cause, c'est bien du matériel, avec des coûts de fabrication non nuls, et des coût de prototypage qui peuvent être pharaoniques.
              • [^] # Re: La Chine (et un peu l'Inde)

                Posté par . Évalué à 4.

                >> Genre une entreprise montée par quelqu'un qui a eu une idée simple mais géniale pour fabriquer un circuit intégré. <<

                Bof, supposons que quelqu'un d'autre invente la même technologie dans son coin (sans copier), *pourquoi* devrait-il payer de l'argent au premier??

                Si tu regarde l'histoire des sciences, tu te rend compte que bien des idées étaient "dans l'air", tellement qu'attribuer la paternité de l'idée a une personne en particulier est une source de débat sans fin (exemple, la relativité restreinte: Einstein, Lorentz, Pointcaré), il y a certes des idées géniale qu'on eut une seule personne (exemple, la relativité généralisée: Einstein) mais elle sont *très* rare.

                C'est un choix très arbitraire pour protéger l'inventeur qui se situe dans le deuxième cas, de b... *les* inventeurS (enfin tous sauf un) dans le premier cas.

  • # En signant ACTA, la France condamnerait l’accès aux médicaments gén

    Posté par . Évalué à 6.

    Il s'agit ici de la défense de vies humaines
    http://www.liberationafrique.org/spip.php?article2571
    EXTRAIT:
    Act Up-Paris exige de la commission européenne et de la France qu’elles renoncent immédiatement à ce nouveau traité criminel qui entravera encore plus l’accès aux médicaments à bas prix, à l’heure où les mécanismes multilatéraux de financements ne peuvent plus faire face aux besoins des pays en développement dans leur lutte pour juguler les trois pandémies les plus meurtrières, le sida, la tuberculose et le paludisme.

    "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

  • # Les ennemis de mes ennemis...

    Posté par . Évalué à 2.

    ... pour le coup, ne sont pas vraiment mes amis. Franchement, si l'Inde et la Chine s'opposent à ce traité, ça n'est certainement pas pour garantir les libertés individuelles et laisser vivre le logiciel et la culture libre.
    • [^] # Re: Les ennemis de mes ennemis...

      Posté par . Évalué à 9.

      Ne mettez pas l'Inde et la Chine dans le meme panier. Ce sont deux pays totalement différents, et surtout avec un régime politique totalement différent. Meme s'il reste des problèmes en Inde (système de castes, condition de la femme), c'est une vraie démocratie.
  • # L'ACTA est vraiment l'HADOPI mondial

    Posté par . Évalué à 6.

    En plus de toutes les similitudes entre les deux dossiers (sur la partie concernant les fichiers en lignes en tout cas, pas les médicaments et autres), on est en train d'observer la même évolution.

    Les personnes qui poussent ACTA tentent de le faire face cachée, alors qu'on sait très bien qui est derrière et pourquoi.

    C'est en train de fédérer tout le monde (même les acteurs les plus inattendus) contre lui.[1]


    [1] http://www.numerama.com/magazine/15895-trois-grands-lobbys-i(...)

    Et enfin c'est vraiment en train de devenir une patate chaude qui est en train d'exploser dans les mains des gens qui ont tenté de l'imposer au reste du monde.

    Quand on sait comment a fini HADOPI, c'est plutôt rassurant.

    Mais il ne faut surtout pas baisser la garde pour autant. Il faut continuer (ou commencer si vous ne l'avez pas déjà fait) à se mobiliser. Il faut appeler ou demander à rencontrer les européputés, et les députés nationaux. Il faut leur expliquer nos craintes, leur faire comprendre (pour ceux qui ne l'ont pas encore compris) que c'est inacceptable.
    Il faut en parler autour de soi, informer un maximum de gens.
    Il faut écrire, dans le journal local, dans un blog, dans des commentaires d'articles sur le net, appeler les radios libres et demander à en parler, twitter, retwitter, en parler sur facebook (si si ça fonctionne aussi), s'engager contre ACTA (aidez l'April, aidez la Quadrature du Net, aidez Act-up, etc.), expliquer encore et encore, ne pas se décourager parce qu'on a répété la même chose 3 fois à la même personne. C'est un sujet complexe, ça prend du temps c'est normal.

    La répétition c'est la pédagogie.
    La répétition c'est la pédagogie.
    La répétition c'est la pédagogie.
    La répétition c'est la pédagogie.
    La répétition c'est la pédagogie.
    La répétition c'est la pédagogie.
    Avec moi :
    La répétition c'est la pédagogie.

    La victoire est au bout ;)
  • # Logique ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    En meme temps c'est logique que les pays qui importent de la propiété intellectuelle soient contre. histoire d'intérêts.
    • [^] # Re: Logique ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      La solution est simple, pour faire passer ACTA, il suffit de ne plus y faire fabriquer des outils soumit à des brevets. ACTA, le traité qui fait relocaliser les usines.

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Logique ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Le Copyright Act des États unis de 1790 excluait explicitement les ouvrages étrangers du champ de sa protection. Cette situation a duré pendant tout le 19e siècle. Ainsi, le livre d'un auteur protégé par la loi anglaise pouvait être librement copié et édité aux États-Unis. Ironique, non ? :-)

      Adhérer à l'April, ça vous tente ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.