Pack Logiciels libres pour TPE par Marc Leroy - Picardie

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
12
27
juil.
2010
RMLL/LSM
Dans cette vidéo, Marc Leroy, qui était co-organisateur de la partie entreprise des RMLL, nous parle du Pack Logiciels Libres pour TPE, artisans et commerçants, lancé en Picardie dans le département de la Somme, au sein de la Chambre des Métiers. Il est interviewé par Jonathan Le Lous pour Intelli'N TV.

Le Président du Conseil Régional de Picardie, Claude Gewerc, présente le projet de cette façon :

« L’Europe (via le Feder), la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Somme et le Conseil Régional de Picardie ont décidé de lancer un Pack de Logiciels Libres à destination des créateurs de petites entreprises. C’est une première en direction de ce public !

Le Pack de Logiciels Libres compilé sur ce DVD est adapté et configuré pour une utilisation dans les très petites entreprises. Que contient ce pack, remis à chaque futur chef d’entreprise ? Il s’agit d’une boite à outils, immédiatement opérationnelle : bureautique, comptabilité, et gestion commerciale. Tout ce qui peut aider au démarrage de l’entreprise, et sans incidence aucune sur le plan de financement de démarrage de l’entreprise. Bien entendu, les futurs responsables de TPE seront formés, et cette nouveauté, bien utile, bénéficiera d’un large plan de diffusion.

Un petit coup de pouce pour créer de l’activité et de l’emploi ! » Ce pack de Logiciels Libres est le premier destiné spécifiquement aux entreprises artisanales et permettant à une entreprise d'être entièrement autonome.

Les logiciels clés du Pack :

Lundi Matin Business : Logiciel open source de gestion d’entreprise. Ce Progiciel de Gestion Intégrée (PGI) est adapté à diverses activités professionnelles, aussi bien artisanales que commerciales. Dans le cadre du pack, ce logiciel a été enrichi de quelques fonctions complémentaires. En particulier, lors de l'installation, il est possible de pré-configurer le logiciel pour les métiers de Maçon, Plombier / Électricien, Métiers de l'Alimentaire, Traiteur, Coiffeur, et Revendeur de matériel. Cette personnalisation se traduit, en particulier, par des familles d'articles, des articles génériques pré-définis, ainsi que des documents adaptés.

Dolibarr : Progiciel de Gestion Intégré (PGI) ayant des fonctions avancées de Gestion de la Relation Client (GRC). Il est destiné aux Petites et Moyennes Entreprises. Sa force est de pouvoir s'adapter à l'activité de l'entreprise par sa modularité et ses nombreuses possibilités de paramétrage.

TerCompta : Premier logiciel libre et gratuit de comptabilité d'entreprise, TerCompta de Neogia est une solution destinée aux petites entreprises et aux artisans ayant un besoin de comptabilité simple ne nécessitant pas toute la structure d'un logiciel en partie double. Son grand avantage est sa simplicité d'utilisation. Il utilise une machine virtuelle Java pour fonctionner.

OpenOffice.org : Suite bureautique très complète et compatible avec le pack Office de Microsoft, la version du pack a été enrichie de fonctions complémentaires telles que des modèles de documents permettant à une entreprise de créer rapidement des lettres, des devis et factures, des commandes clients et fournisseurs. (Pour tirer partie de ces modèles, il faut lire attentivement le chapitre Première utilisation du guide de démarrage.)

Mozilla Firefox : Navigateur web de grande renommée, Firefox a été enrichi d'extensions qui permettent notamment de se constituer une base documentaire à partir d'informations extraites d'Internet, de bloquer les publicités intempestives (spams), ou encore de mettre à jour des informations sur un site web.

Mozilla Thunderbird : Client de messagerie développé par la Fondation Mozilla, Thunderbird est complété de l'extension Lightning qui permet de gérer son temps grâce à un agenda.

Le pack contient également d'autres logiciels de sécurité, graphisme, multimédia, communication, etc.
  • # le choix du libre

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Je suis très déçu par l’ergonomie générale des PGI libres, j’ai testé par curiosité quelque PGI libre en envisageant de remplacer celui pas libre et mal foutu que j’utilise mais malheureusement il n’y a rien de simple, pas un seul logiciel facile à utiliser.
    Je peux prendre l’exemple avec Lundi Matin Business, de ce que j’ai compris il me faut cliquer au moins 4 fois sur des menus pour insérer un article lambda. Au bas mot, je fais des devis compris entre 20 et 150 lignes à peu près … je dois utiliser des sous-détails de ma bibliothèque et en construire d’autres selon les types de travaux à chiffrer, je n’imagine pas passer par 4 clics par lignes.

    Je critique ce logiciel en particulier mais aucun PGI ne trouve grâce à mes yeux, tous les logiciels (non libre) de devis que j’ai utilisé dans ma carrière avais des défauts d’ergonomie et malheureusement aucun des logiciels libres disponibles ne me satisfait.

    Évidement toi lecteur tu te dis « bah juste fais le » et c’est bien là que le bas blesse ami lecteur, si tu as lu jusque là tu as compris que mon métier à moi que je fais pour vivre ce n’est pas de l’assemblage de bit mais de l’assemblage de parpaings, de banches ou de préfa.

    Alors voilà ami lecteur, j’aime pas les PGI … ils sont mal foutu et c’est dommage :(
    • [^] # Re: le choix du libre

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Tout à fait d'accord, j'utilise pour ma part OpenSI, mais j'ai jamais trouvé quoi que ce soit d'ergonomique. C'est pareil dans les logiciels proprio remarque, ces trucs monolithique usine à gaz.

      A quand le messie, un PGI client-serveur facile à prendre en main ET complet (quitte à avoir plusieurs mode en fonction du degrès usine-à-gaz que l'on souhaite).

      Bon, reste plus qu'à s'y mettre...(je manipule pas les parpaings, mais plus les bits (ça pourrait porter à confusion lu à haute voix...))
      • [^] # Re: le choix du libre

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Ce genre de retour peut être intéressant pour les développeurs, si vous vous essayez à détailler un "cas d'utilisation", par exemple :
        - actuellement : les manips que vous avez à faire, en les notant ligne par ligne, ou un "screencast" (enregistrement du bureau avec Recordmydesktop par exemple, vérifier que la vidéo résultat n'est pas trop grosse tout de même pour pouvoir l'héberger relativement facilement...)
        - comportement souhaité : lister les fonctions/liens/menus que vous souhaitez directement accessibles ou en parallèle à l'écran, vous permettant de restreindre le nombre de manips', noter ligne à ligne les manips à faire pour montrer qu'il y en aura moins.

        Cela ne demande pas de compétences particulières en développement, simplement un peu de rigueur dans la description et au passage vous obtiendrez peut-être quelque chose qui vous convient mieux. Côté développement, cela obligera peut-être à créer de nouveaux écrans spécifiques ou trouver un paramétrage permettant de spécifier le comportement, mais bon rendre plus paramétrable ces logiciels c'est toujours un peu le jeu de l'intégration permettant de coller le mieux au besoin. Sinon, il y a aussi la méthode, dites-nous de quoi vous avez besoin, on vous dira comment vous en passer, c'est généralement mal accueilli :D
        • [^] # Re: le choix du libre

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Le problème c'est que souvent cela fait partie de choix effectués dès le départ sur le ""workflow"". Choix sur lesquels ils est difficile d'intervenir. Par ailleurs il y a souvent des PGI plus orientés produits et d'autres plus orientés services et cela peut aussi poser problème pour certains.

          Pour ma part, en tout cas, je ne suis peut-être pas dans le cas de Marc, c'est plus une question de prise en main, d'ergonomie générale que de manipulations particulières.
          En gros, ce ne sont pas quelques manipulations a ""refactoriser"", mais l'ensemble de l'ergonomie à revoir.

          Après il est certain que rapporter ces problèmes pourrait être un début d'avancement, mais je pense que la phase suivante serait de tout repenser et coucher sur le papier une ergonomie de l'ensemble avant de lancer la production.

          (c'est pareil pour les CRM...il suffit de regarder sugar, c'est de la folie...Je crois que les logiciels orientés "entreprise" ont vu la partie ergonomie conçue par des caribous tricéphales venus de l'espace)
          • [^] # Re: le choix du libre

            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

            Je me sens moins seul ^^

            J’ai une idée très précise de ce que je veux comme PGI, je travail en entreprise de maçonnerie donc avec des besoins spécifiques liés à l’activité mais aussi à mon expérience, pour faire simple et concis je vais tenter de présenter l’idée générale :

            Avoir KDevelop en PGI ( simple hein ;) )
            1− En gros pour faire un devis, j’insère des ouvrages lignes par lignes donc il me faut la liste de mes ouvrages en accès direct à droite de mon devis pour choisir.
            2− Un ouvrage est composé de main d’œuvre, de matériaux, de matériel et de sous-traitant, il me faut pouvoir l’adapter au chantier si besoin, donc je dois pouvoir le visualiser simplement quand je sélectionne la ligne.
            3− abandonner les codes de références, cela me parait vraiment hérité des années 70 et c’est lourd, vivement un système simple où tu tapes ce que tu souhaites et la complétion fait le reste.

            Pour mettre en image ce que je veux voici une capture de KDevelop :
            http://www.kdevelop.org/graphics/screenshots/4.0/Kdevelop_do(...)
            La zone de droite « Documentation » serait le 1.
            La zone en bas « Code Browser » serait le 2.
            La zone centrale est le devis.
            La zone de gauche pourrait être le sommaire avec les chapitres, sections, …

            Voilà ce court descriptif n’est qu’une infime partie de ce que j’ai en tête (le point 3 est très important) mais sans savoir coder cela ne risque pas de voir le jour :(
            • [^] # Re: le choix du libre

              Posté par . Évalué à 4.

              2- et 3-, OpenERP (OpenObject) le fait de base.

              Pour obtenir ce résultat il faut choisir le "profile minimal" lors de la création de la base de donnée puis il faut installer le module "sale".
              Il créera une compta complète, mais bon, on peut ne pas en tenir compte.

              Point de vue ergonomique OpenERP est pas encore au top, mais cela progresse bien en ce moment avec la nouvelle version en préparation. (6.0)

              Le seul gros problème est qu'OpenERP nécessite une base de donnée PostgreSQL ce qui n'est pas toujours très simple à mettre en place.
              http://www.openerp.com

              Enfin, sinon il y a toujours leur offre SAAS, appellée ODOO (On Demand Open Object). L'installation se fait en 3 clics et est hébergée sur leurs serveurs. Il faut payer à l'usage. Il y a un mois gratuit pour tester.
              http://www.odoo.com
              • [^] # Re: le choix du libre

                Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                Tu soulèves un autre problème qui pour moi me parait vraiment lourd parmis les PGI libres, tous nécessite d’avoir un serveur web !
                À mon avis c’est une connerie qui fait que aucun non informaticien ne risque d’utiliser vos solutions.

                Prenons un cas simple, Pierrot est carreleur et utilise Ubuntu, un copain lui a installé, ça lui plait, Pierrot il s’en fout lui, il veut pouvoir faire des devis ,des factures et voir les catalogues en ligne de ses fournisseurs.
                Donc Pierrot, il cherche un « truc » simple pour aller vite à faire des devis, il a pris l’habitude de les faire sur Excel mais bon si on peut avoir plus simple …
                Et donc il part à la recherche d’un logiciel facile à installer, pas cher et pas compliqué à utiliser.

                Aujourd’hui les solutions libres sont TOUTES des usines à gaz.

                Moralité : bah il utilise Excel sous windows car ça lui suffit finalement et en plus c’est livré avec sa machine acheté chez Dell avec le pack Pro donc …

                Ce n’est pas une simple question d’ergonomie, c’est l’approche commercial de ce type de solution qui est simplement à la ramasse pour un artisan ou une TPE.
                Il y a vraiment la place pour un PGI libre facile d’accès mais malheureusement il n’existe que dans ma tête.

                Et je ne parles pas des artisans qui font leur devis avec un crayon et du papier pour que madame le mette au propre le soir après avoir couché les gosses car lui il sait pas utiliser la boite magique qui sort le devis.
                • [^] # Re: le choix du libre

                  Posté par . Évalué à 2.

                  'Tu soulèves un autre problème qui pour moi me parait vraiment lourd parmis les PGI libres, tous nécessite d’avoir un serveur web !
                  À mon avis c’est une connerie qui fait que aucun non informaticien ne risque d’utiliser vos solutions.'
                  Je crois que finalement c'est un peu le but afin de ne pas pouvoir se passer de leurs 'services' pour qu'ils puissent gagner de l'argent.

                  Pour un commerce j'utilise OpenBravo POS, et le nombre de petit détails (faciles a corriger pour un codeur, j'en ai corrige quelques un moi même) qui pêchent pour une utilisation 'simple' pour un non informaticien sont légions (les messages d'erreurs lors de refus d'insertion dans la base parce un nom est déjà présent est.....une popup avec la liste des messages SQL yeah !)

                  On touche a la limite du libre dans le domaines des petites entreprises: les petites entreprises ne peuvent pas se permettre financièrement un développement d'une fonctionnalité (meme si celle ci pourrait être utile a pleins de monde) et il n'y a pas de possibilite de faire un paiement d'un 'pot commun')

                  De plus une entreprise ne peut pas attendre que le libre soit au niveau , et payer une solution proprio + payer pour qu'une solution libre se developpe.

                  Un peu le serpent qui se mord la queue.
                  OpenBravo POS avance, mais clairement pas rapidement alors que certaines choses ne demandent rien de plus que du développement d'interfaces, les fonctionnalités étant déjà présente.

                  Rien que les rapports sont indigents, certes standards, mais nécessitent obligatoirement des compétences informatiques....

                  Je suis content que le produit existe, mais réaliste. Avec moi OpenBravo ne gagne rien et ne gagnera jamais rien.
                  Mais c'est aussi parce qu'il n'y a de toute façon rien en place pour que je les paye autrement que par don. Et un don ne me garantie pas que le travail que je veux soit effectue...
                  • [^] # Re: le choix du libre

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                    On touche a la limite du libre dans le domaines des petites entreprises: les petites entreprises ne peuvent pas se permettre financièrement un développement d'une fonctionnalité (meme si celle ci pourrait être utile a pleins de monde) et il n'y a pas de possibilite de faire un paiement d'un 'pot commun')

                    Qu'est-ce qui empêche les TPE intéressées de se regrouper pour faire un « pot commun » ?

                    Qu'est-ce qui empêche un informaticien intéressé et ayant besoin de
                    bosser de proposer ses services et de dire « je me propose de développer
                    telle chose dès que j'ai obtenu tant de brouzoufs » ?

                    Ça s'est déjà fait :

                    * PHK / Giant lock [http://people.freebsd.org/~phk/funding.html]

                    * Doug Barton / portmaster [http://dougbarton.us/portmaster-proposal.html]

                    et ça a marché, pour ne citer que deux exemples que je connais...
                    • [^] # Re: le choix du libre

                      Posté par . Évalué à 3.

                      'Qu'est-ce qui empêche les TPE intéressées de se regrouper pour faire un « pot commun » ?'
                      Parce qu'elles ont franchement pas le temps ni tout simplement pas les competences pour ? Qui va payer le gestionnaire qui va s'occuper de gerer le projet ? Bref c'est tres complexe.
                      De plus qui validera la chose ?
                      Ca serait aux CCI de s'occuper de ca a mon sens, et la elles rentreraient en concurrence frontale avec les editeurs de logiciels payants. Est ce vraiment le role d'une CCI, je ne sais pas.

                      'Qu'est-ce qui empêche un informaticien intéressé et ayant besoin de
                      bosser de proposer ses services et de dire « je me propose de développer
                      telle chose dès que j'ai obtenu tant de brouzoufs » ?'
                      Rien...mais vu que c'est libre derriere, pourquoi une entreprise irait payer quand sa concurrence en profitera gratuitement ensuite ?

                      'et ça a marché, pour ne citer que deux exemples que je connais... '
                      Regarde tes exemples aussi...vouloir les extrapoler a des gens qui veulent juste que 'ca marche' et qui comprennent rien a ce que tu fais....c'est franchement illusoire. La les deux s'adressaient a des gens qui suivaient le projet et qui sont du metier

                      Je dis pas que c'est impossible ni que ca se fera jamais...mais en ce moment....j'y crois pas avant loooooooongtemps.

                      Et pourtant je serais preneur, une fortune est depensee en comptables pour rien alors que 99% de la compta pourrait etre completement automatise.
                      • [^] # Re: le choix du libre

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        Rien...mais vu que c'est libre derriere, pourquoi une entreprise irait payer quand sa concurrence en profitera gratuitement ensuite ?

                        Je ne réponds qu'à cette question classique, parce que ça m'amuse encore : quand une entreprise acquiert une licence d'un logiciel propriétaire, est-ce qu'elle s'inquiète du fait qu'avec cet argent, l'éditeur ne va peut-être pas tout redistribuer à ses actionnaires, mais que - si ça se trouve - il va en utiliser une partie pour améliorer la version suivante, que ses concurrents pourront acheter ?
                        • [^] # Re: le choix du libre

                          Posté par . Évalué à 1.

                          'que ses concurrents pourront acheter ? '
                          acheter donc devoir aussi debourser de l'argent pour l'outil...et non pas 'moi je paye et les autres on tout gratis'...
                          Si tu saisis pas la difference.....
                          • [^] # Re: le choix du libre

                            Posté par . Évalué à 1.

                            Je rappelle que le code sous gpl n'a pas de raison d'être rendu public. Il doit simplement être fourni avec l'application. Si le développement supplémentaire ne sort pas de l'entreprise, rien ne t'oblige à le rendre public.

                            Tu peux ensuite proposer de rendre public le code contre une certaine somme (disont 75% du développement). Ainsi, les autres entreprises en profitent et toi tu rentre en parti dans tes frais.
                            • [^] # Re: le choix du libre

                              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                              Oui, mais là ça revient au même, "les autres entreprises" qui reversent une certaine somme se disent (même si je pense que c'est faux, et que les gens sont beaucoup plus cool que ça, surtout si tu leur présente la problématique) que c'est eux qui payent pour que tout les autres l'ai gratos (principe du mécénat).

                              PS : J'avais voulu trouver une ERP simplissime pour un salon de coiffure, tous étaient d'une complexité affreuse !

                              « En fait, le monde du libre, c’est souvent un peu comme le parti socialiste en France » Troll

                            • [^] # Re: le choix du libre

                              Posté par . Évalué à 2.

                              Je rappelle qu'une TPE/PME n'a pas les moyens de gerer l'evolution du code et donc que son developpement fonctionne toujours dans le temps....
                              Arrete de prendre les gens pour des cons stp....la pratique c'est que si tu libere pas le code, on te le fera bien sentir....
                    • [^] # Re: le choix du libre

                      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                      Ce qui empêche les TPE voire PME c'est qu'elles ont besoin d'une solution qui marche (ou quasi) dans l'instant. Les dirigeants vont donc aller voir du côté du marché et par exemple à la FNAC vont se tourner vers des suites de Ciel, Ebp ou de Sage. Quand on regarde le site internet de Sage par exemple on se dit que les produits sont bien mis en valeur, quand comme dans une TPE et même une PME il n'y a pas de DSI, le marketing est important. De plus les boites comme Sage mettent en avant leurs offres complémentaires (devis, facture, paie, gestion, etc.), je doute qu'un informaticien puisse avoir toutes les compétences pour bien gérer un logiciel de paie.

                      Bref, le recours à une personne payée pour développer un soft ça marche pas juste comme ça. Il faut déjà que le soft existe, qu'il possède une audience non négligeable et qu'il demande pas trop de compétences "externes" (cas pour un logiciel de paie - difficilement internationalisable)
                • [^] # Re: le choix du libre

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Tu as essayé Laurux ?
    • [^] # Re: le choix du libre

      Posté par . Évalué à -1.

      Et tes banches, elles sont stabilisées ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.