Résultats de l'enquête sur les logiciels libres (Cyberlog-corp.com)

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
Tags : aucun
9
15
avr.
2010
Communauté
Les résultats de la deuxième enquête sur les logiciels libres menée par cyberlog-corp.com du 6 mars au 6 avril 2010 sont publiés sur http://cyberlog-corp.com/spip/spip.php?article199 et le tri à plat sur http://cyberlog-corp.com/spip/spip.php?article197

Dans la suite de la dépêche vous trouverez des réponses aux critiques émises à l'occasion de la précédente dépêche sur LinuxFr ainsi que les résultats du questionnaire.

Réponse aux critiques


Tout d'abord, quelques commentaires critiques sont apparus lors de la dernière dépêche sur linuxfr.org. Voici nos réponses :
  • Sur l'utilité de deux questions très proches :« Classez vos critères de choix d'un logiciel » et « Pourquoi choisiriez vous les logiciels libres ? ». Ces deux questions ne sont pas identiques, car la première porte sur le choix d'un logiciel en général, et la seconde sur les critères de choix d'un logiciel libre. Cependant les deux questions peuvent être interprétées de façon identique, cela nous permet alors d'évaluer la cohérence des réponses.
  • Sur les questions concernant notre entreprise Cyberlog qui ont donné à certains l'impression d'être une étude de marché : il ne s'agit pas d'étude de marché mais la continuité d'un engagement dans le logiciel libre qui a suivi ma forte implication dans les clubs d'informatique Microtel dans les années 80. Je retrouve dans cette mouvance du libre l'enthousiasme et la générosité qui animait les membres de ces clubs et aussi parfois l'intransigeance de la vie associative. Certes, ces enquêtes nous permettent de nous faire connaître et nous donnent un retour sur notre action professionnelle, mais aucune réponse n'est obligatoire, il suffit de la laisser de côté en faisant comme si ce n'était pas grave… Pour la première enquête, nous avons eu 237 réponses, et à ce jour les résultats ont été consultés ou téléchargés 8797 fois. Ce rapport de 1 à 40 nous fait penser que ce type d’initiative intéresse la communauté du libre et que nous opérons suivant un mode gagnant-gagnant.
  • Sur la "géolocalisation des réponses de la première enquête sur fond de carte Google, sans respecter son copyright, et une batterie de diagrammes qui semblent tout droit sortis d'excel convertis en jpg compressé à un tel point que la lecture est difficile" : merci pour cette remarque qui nous a fait ajouter la référence à Google maps sur l'analyse de la première enquête. Dans l'avenir, nous allons essayer de faire la géolocalisation sur openstreetmap et voir s'il existe un service ou une application de traduction libre performante, afin d'être plus en cohérence avec notre démarche. Les graphiques qui figurent sur la première analyse sont tirés de l'affichage des résultats dans limesurvey. Nous essaierons dans l'avenir d'améliorer la forme du compte rendu, même si il nous semble plus important de s'attacher au fond.
  • À quoi servent tous ces liens dans des langues étrangères (intitulés en anglais qui plus est) sur un site purement dédié aux francophones ? Les liens dans des langues étrangères permettent d'aller directement à l'enquête dans une langue de son choix. L'enquête ayant une visée internationale, nous avons pensé, ainsi que les modérateurs de linuxfr.org qu'ils étaient pertinents dans ce contexte.

Le bilan du questionnaire


Voici le bilan de cette deuxième enquête sur le logiciel libre qui a été mené sur Internet du 6 mars au 6 avril 2010 :
  • Les grands gagnants de cette enquête sont l'application limesurvey pour sa qualité, le système Linux Debian qui héberge notre site pour ses performances et sa stabilité, jpgraph qui permet de générer des graphiques et Firefox qui est le navigateur client le plus utilisé.
  • Nous avons eu 338 réponses, ce qui représente un accroissement de près de 50% de répondants par rapport à la première enquête, avec des annonces sur les mêmes sites qu'en 2007, ce qui confirme l'accroissement de la population concernée ou engagée dans le libre.
  • Nous n'avons pas eu le retour international escompté, puisque les réponses de pays francophones représentent 95% du total de participation. Cela est dû au fait que notre action n'a pas été relayée sur des sites ou forums étrangers, et aussi peut être la suspicion face à la traduction automatique.
  • Le biais de cette enquête est bien sûr que presque la totalité des répondants connaissent et utilisent le libre. Nous assumons ce biais et réaffirmons avec humilité que notre action ne peut être qu'un élément d'un faisceau d'informations permettant d'évaluer l'évolution et la qualité du logiciel libre. Le seul mérite de cette enquête est d'exister et d'offrir des éléments de comparaison avec une action similaire menée il y a trois ans. Quand au sens des résultats, nous donnons notre interprétation et laissons les visiteurs se faire leur propre opinion, sur la base d'éléments qui nous semblent cohérents dans la durée. L'utilisation d'un panel de répondant apporterait peut être un autre regard, avec un autre biais selon sa constitution et le mode d'incitation à répondre. En tout cas, ces résultats sont partiels et partiaux puisque pour parodier Georges Vedel et Alexandre Sanguinetti, « les statistiques, c'est comme la mini-jupe, ça donne des idées, mais ça cache l'essentiel ».


Hit-parade

Le top20 des logiciels libres, formé à partir des citations des 3 premiers logiciels libres qui viennent à l'esprit, montre que les 6 premiers sont les mêmes que pour l'enquête de 2007, avec cependant une progression de Linux qui passe en deuxième position. Le nombre de logiciels différents cités s'élève à 170 pour la dernière enquête contre 100 pour celle de 2007. Cela montre l'élargissement considérable de l'offre en logiciel libre et la progression du système Linux comme système d'exploitation des ordinateurs.
  1. Firefox
  2. Linux
  3. OpenOffice.org
  4. gimp
  5. apache
  6. VLC
  7. thunderbird

Contexte d'utilisation
  • Au travail 37%
  • Chez vous 44%
  • En formation 12%
  • cyber café 4%
  • Autre 3%

Le contexte d'utilisation du logiciel libre est stable et correspond à l'utilisation de l'informatique en général. On peut noter un accroissement de la formation dans ces logiciels qui passe de 9 à 12%.
Parmi les réponses « autres », on peut noter : «le plus possible!!!», «au lit», «partout», «je convertis tout le monde !», «environnement associatif», «en voyage», «téléphonie mobile».

Types d'utilisation et satisfaction

Ces deux questions ne concernent que l'enquête de 2010 puisqu'elles étaient absentes de l'enquête de 2007. Les domaines d'utilisation principaux sont la bureautique, l'Internet, le multimédia et le graphisme, ce qui correspond à l'utilisation domestique courante de l'informatique. On note aussi un très bon score des outils systèmes et de la programmation, qui est plutôt le domaine de l'informatique d'entreprise. La comptabilité / gestion a le moins bon score, car les logiciels libres dans ce domaine sont encore peu développés.
Parmi les réponses « autres », on peut noter les réponses suivantes : «dès que le besoin s'en fait ressentir», «cartographie», «finance and banking», «wine», «tout», «je n'ai aucun logiciel propriétaire»

La note de satisfaction générale d'utilisation de ces logiciels est excellente (19/20). Elle est fortement corrélée avec celle des réponses à la question d'appréciation de la qualité du logiciel libre qui est au début de l'enquête (question n°3). Ceci donne un indice de cohérence des réponses au questionnaire pour la population des répondants. On peut donc considérer que les réponses au questionnaire ont été faites avec sérieux, ce qui donne une certaine valeur aux résultats.

Notation des critères
  • Intérêt utilisation : 19/20
  • Intérêt pour l'installation de ces logiciels en entreprise : 18/20
  • Performance : 17/20
  • Compatibilité : 17/20
  • Support technique : 16/20
  • Ergonomie : 15/20
  • Fiabilité : 15/20
  • Intérêt formation : 13/20
  • Intérêt formation sur lieu de travail: 13/20

Dans la notation des critères, nous notons une progression des notes qui étaient déjà très bonnes en 2007. La note sur 20 est calculée en donnant respectivement comme valeur 0, 5, 10, 15 et 20 aux réponses pas du tout d'accord, plutôt pas d'accord, indifférent, plutôt d'accord, tout à fait d'accord. L'intérêt pour l'utilisation en général est très marqué ainsi que pour l'utilisation en entreprise. La compatibilité avec les logiciels propriétaires fait un bond de 2 points.

Par contre l'intérêt pour la formation est moyen. Cela montre bien le fonctionnement de la communauté du libre qui se forme sur Internet ou dans le monde associatif et collaboratif en général. Cependant le mode de formation sur le lieu de travail vient en deuxième position sur le choix des modes de formation, ce qui peut paraître en contradiction avec la note sur le critère Intérêt formation sur lieu de travail. C'est peut-être parce que globalement la formation n'est pas une priorité pour les utilisateurs du libre. On peut noter le score assez faible de l'enseignement en ligne qui n'est pas encore très développé.
  • Sur les sites Internet et forums de logiciel libre (autodidacte) : 21%
  • Sur votre lieu de travail : 18%
  • En centre de formation : 14%
  • Dans une association ou un club informatique : 14%
  • Avec des amis qui peuvent vous aider : 14%
  • Sur une plate-forme Internet de télé-enseignement (e-learning) : 10%
  • Chez vous par des cours à domicile : 8%
  • autre : 1%

Dans les autres modes de formation on peut noter les réponses suivantes : «à l'école», «autoformation», «manpages», «livres», «aucune et surtout pas chez vous (ps: libre != gratuit)», «télévision».

Classement des critères de choix

Dans le classement des critères de choix pour un logiciel en général, les répondants ont privilégié la performance, la fiabilité et la sécurité, avec un forte progression de la sécurité dans la dernière enquête. Cela montre l'importance croissante de la sécurité du fait des attaques sur Internet. Par contre le prix et l'ergonomie sont clairement placés en dernière position dans l'enquête de 2010.
Dans le classement des critères de choix pour un logiciel libre, on note des différences entre les deux enquêtes.
En 2010, la transparence et le refus du monopole sont des critères importants dans le premier choix, avec une dispersion dans le deuxième choix qui met tout de même en avant l'esprit d'entraide et la fiabilité, alors qu'en 2007, la gratuité était placée en premier choix avec déjà une grande importance accordée au refus du monopole et à la transparence. L'ergonomie et la gratuité sont placées en dernière position en 2010, ce qui est cohérent avec les réponses sur les critères de choix pour un logiciel en général.

Les réponses à ces deux questions montrent l'importance de la fiabilité, la performance et la sécurité des logiciels au détriment de l'ergonomie et du prix. C'est une tendance claire qui prend en compte la qualité des logiciels plutôt que leur gratuité.
En ce qui concerne le logiciel libre, on retrouve dans les réponses le côté militant de cette mouvance puisque pour les deux enquêtes, le refus du monopole et la transparence sont soulignés dans les critères de choix. On retrouve en 2010 la moindre importance du prix dans le choix d'un logiciel, que ce soit pour un logiciel en général ou libre. L'esprit d'entraide et la fiabilité sont en forte progression dans les critères de choix d'un logiciel libre. Cela montre le dynamisme croissant de la communauté du libre et l'accroissement de la qualité de ses logiciels.
L'importance de l'esprit d'entraide est directement corrélé à la question sur les modes de formation en logiciel libre, la réponse "Sur les sites Internet et forums de logiciel libre" venant en tête. Cela correspond au mode de fonctionnement de la communauté du libre par rapport aux autres logiciels, celle-ci favorisant l'autonomie. On peut donc affirmer que cette communauté a gardé son mode de fonctionnement initial et sa philosophie alternative et indépendante par rapport aux logiciels propriétaires.
La relégation du critère de prix d'un logiciel en dernière position, dans une période économique difficile ne doit pas à notre sens être interprétée comme un désintérêt de ce facteur ou une hypocrisie, mais plutôt comme la réaffirmation d'un principe du logiciel libre ("free” as in "free speech,” not as in "free beer.” ;-) et que maintenant, grâce au logiciel libre, la gratuité d'un logiciel devient la règle, les entreprises offrant de plus en plus le logiciel et faisant payer des prestations de support et de service. C'est le principe du gagnant-gagnant et de l'équitable que l'on retrouve dans les autres mouvements alternatifs.

Profil des répondants

Voici l'analyse du profil des répondants à partir des réponses fermées sur l'âge, le sexe, le statut matrimonial, le niveau d'études et la taille de la ville ainsi que la réponse ouverte sur la profession.
  • Age : Les trois quarts des répondants ont entre 20 et 39 ans dans les deux enquêtes. On peut noter en 2010 une progression vers les plus âgés, ce qui montre l'élargissement de l'impact du libre dans la population, mais aussi le vieillissement (déjà?!) de ses membres dont certains ont changé de classe d'âge au cours des trois ans qui séparent les deux enquêtes. Cela souligne dans une certaine mesure la fidélité des utilisateurs à cette nouvelle pratique de l'informatique après leur conversion.
  • Sexe : Les femmes restent très minoritaires dans nos enquêtes puisqu'elles ne représentent que quelques pour-cents des répondants. On peut toutefois noter leur participation croissante à la vie associative du libre.
    Statut matrimonial : la répartition correspond globalement à celle de la société moderne.
  • Catégorie socio-professionnelle : les cadres sont en progression dans le taux des réponses avec près de la moitié des répondants en 2010. Les étudiants représentent 20% des répondants.
  • Niveau d'études : on peut noter que la grande majorité des répondants a suivi des études supérieures. En 2010, 44% des répondant ont Bac+5 ou plus. Cette part importante d'ingénieurs dans les répondant explique le très bon score de la réponse outils systèmes et de la programmation à la question sur les types d'utilisation du logiciel libre, puisque ce sont souvent des développeurs ou administrateurs systèmes ou réseaux. Les réponses proposées sur le niveau d'études ont été modifiées sur l'enquête 2010 pour mieux passer dans la moulinette de traduction de Google translate, cela a peut être influencé le score de la réponse "BEP/CAP" en 2007 qui est devenue "inférieur au baccalauréat" en 2010.
  • Profession : les réponses à cette question ouverte ont donné :
    Développeur, informaticien, ingénieur, administrateur système, administrateur réseaux, responsable informatique, chef de projet, pour environ un tiers des réponses.
    On a aussi des directeurs d'entreprise, consultants, auto-entrepreneurs, responsables d'approvisionnement, experts, enseignants, chercheurs, doctorants, étudiants, lycéens pour environs un tiers des réponses.
    Enfin, des professions aussi variées que facteur, pâtissier, architecte, agronome, pompier, accastilleur, physicien, secrétaire, photographe, chauffeur routier, touriste, retraité, sans emploi, médecin et tueur de viande.
  • Taille de ville : on ne peut pas faire de commentaire sur les réponses, si ce n'est que le logiciel libre est présent dans tous les types de collectivité locale.


Conclusion



À partir des réponses aux enquêtes, nous pouvons observer que le logiciel libre est maintenant mature, puisqu'il offre une alternative de qualité reconnue par rapport au logiciel propriétaire. Son indépendance, sa constance dans l'observation de ses principes de fonctionnement et son éthique, ainsi que sa montée en puissance, font que ce mouvement est entrain de modifier en profondeur le monde de l'informatique domestique, mais aussi professionnelle. Il influence peu à peu les comportements de consommation, mais aussi de création des logiciels et leur commercialisation.

Nous réaffirmons le biais de cette enquête dont les répondants sont presque exclusivement des utilisateurs du logiciel libre, et francophone. Cependant, la cohérence et l'homogénéité des réponses nous permettent de d'accorder une certaine valeur à leur interprétation qui souligne les tendances actuelles confirmées par les autres sources d'information et la pratique ou fréquentation régulière de cette nouvelle approche de l'informatique.

Le monde du libre est à un tournant de son évolution puisque des entreprises se spécialisent dans ce domaine et se regroupent, avec le risque de transformer ce mouvement par une récupération commerciale. Entre le militantisme associatif bénévole et le capitalisme sauvage, existe-t-il une troisième voie possible ? Sur quels principes la fonder, avec quelle éthique?
Une des réponses se trouve dans les résultats de cette enquête: la transparence que l'on pourrait élargir à l'équité ou le gagnant-gagnant.

Prolongements

L'enquête sur le logiciel libre d'une durée d'un mois s'est terminée le 6 avril 2010. Une nouvelle enquête a été lancée sur le même thème afin de suivre de façon régulière l'évolution et l'appréciation du logiciel libre, en espérant un élargissement à l'international et aux non linuxiens. Elle est disponible à cette adresse internet:
http://cyberlog-corp.com/limesurvey/index.php?sid=1271253621(...)
et par Google translate sur
http://translate.google.fr/translate?hl=en&sl=fr&tl=en&u=htt(...)
  • # Hit-parade

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    C'est en ne voyant ni GCC ni Emacs dans le hit-parade que je me rends compte à quel point les logiciels libres sont en train d'échapper aux geeks. Pauvre RMS, il n'a pas mérité ça ! ;)
    • [^] # Re: Hit-parade

      Posté par . Évalué à 8.

      Et en lisant ton message je me rapelle qu'il fut un temps ou TeX paraissait tellement indispensable dans une distribution Linux de base qu'il était sur le premier CD chez Debian.

      Emacs, gcc, TeX...

      gcc est 8ème et emacs 13ème en 2010, tout n'est pas perdu pour eux.

      Par contre TeX n'y est pas.
  • # La liberté ?

    Posté par . Évalué à 4.

    Dans les critères qui décident les gens à utiliser du logiciel libre on ne retrouve nulle part « la liberté »… comment dire… ça ne serait pas le plus important par hasard?

    Aussi pour pratiquement chaque question la dernière catégorie est « other ». En français c'est « autre ».

    C'était mon commentaire aigri du matin.
  • # Ecologiste anti-nucléaire ><

    Posté par . Évalué à 2.

    Aucune réponse sur l'amalgame d'une option dans un formulaire où il avait associé ecologisme et anti-nucléaire un peu dommage quand même ... Sinon sympa à lire les résultats et j'aime bien la monter de kde face à un bourrin médiatique comme ubuntu
  • # Il manque l'orientation politique

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Je me rappelle qu'il y avait eu une mini-polémique sur le fait qu'il y avait l'orientation politique, or là ca n'apparaît pas dans les résultats.

    PS : Le questionnaire à l'air d'avoir été modifié entre temps puisuqe l'ancienne version n'est plus disponible, voir https://linuxfr.org//2010/03/16/26584.html .

    « En fait, le monde du libre, c’est souvent un peu comme le parti socialiste en France » Troll

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.