Révision du fichier de renseignements EDVIGE

Posté par (page perso) . Modéré par Bruno Michel.
Tags : aucun
15
19
sept.
2008
Justice
On s'inquiète depuis quelques semaines des travers du fichier français de renseignements policiers EDVIGE, destiné à contenir des renseignements (trop) sensibles sur de (trop) nombreuses catégories de personnes.

Face à ces réactions, le premier ministre M. Fillon vient de demander à la ministre de l'intérieur Mme Alliot-Marie de revoir sa copie. Il est prévu d'effectuer les changements suivants dans la définition de ce fichier (qui devenu trop célèbre pourrait changer de nom) :
  • sa portée serait restreinte aux personnes « susceptibles de troubler l'ordre public » et à leurs relations proches ;
  • les personnalités politiques, syndicales, associatives, ou du monde économique seraient finalement dans « un répertoire administratif » tenu en préfecture ;
  • il ne devrait pas contenir de données concernant la santé, l'orientation sexuelle et les « origines raciales »  ;
  • les données concernant les mineurs devraient être effacées (à la majorité ? après 3 ans ?).
Ceci intervient après de nombreuses concertations de la ministre avec des représentants de diverses organisations (syndicales, homosexuelles, religieuses…), plusieurs avis négatifs de la CNIL et près de 200 000 signatures de la pétition pour l'abandon de ce fichier.

NdM : les modifications proposées laissent supposer que le riche tissu associatif français autour du logiciel libre serait répertorié en préfecture, à l'exception des actions susceptibles de troubler l'ordre public qui resteraient dans feu-Edvige (reste à savoir si cela comprend la lutte contre les brevets logiciels, les DRM, la vente liée, etc.).
  • # HADOPI

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    J'ai lu un article qui faisait référence au fichage des internautes avec la projet de loi HADOPI et le gouvernement veux apparement éviter à tous prix que le paralléle soit fait.

    D'où un allègement de Edvige pour nous la mettre profond avec HADOPI.
  • # moi ce que j'aime

    Posté par . Évalué à 10.

    c'est "susceptible de", à part un tétraplégique (et encore, en écrivant un livre ou répondant à une interview par battement de paupière...) tout le monde est susceptible de troubler l'ordre public, alors si en plus on a leur relation proche c'est 100% de la population française qu'on a le droit de ficher...

    Le "susceptible de" est beaucoup trop vague, ça laisse une appréciation, et dans la mienne tout le monde peut être fiché.

    Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

    • [^] # Re: moi ce que j'aime

      Posté par . Évalué à 8.

      Ce que tu peux être susceptible, toi.
    • [^] # Re: moi ce que j'aime

      Posté par . Évalué à 2.

      tout le monde est susceptible de troubler l'ordre public,
      Non pas
      les personnalités politiques, syndicales, associatives, ou du monde économique
      • [^] # Re: moi ce que j'aime

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        et religieuses. Il y a des représentants de tous ces gens qui on défilé chez la ministre, ces derniers jours.
        • [^] # Re: moi ce que j'aime

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          En fait, ce sont les responsables religieux qui y gagnent le plus^W^W^W perdent le moins, dans l'histoire : ils sont retirés de la portée de fichier EDVIGE, mais pas rajoutés dans les registres préfectoraux, à en croire les différents journaux qui en parlent. Il fait meilleur être prêtre que syndicaliste, ces temps-ci. :-)
  • # Développement technologique et surveillance

    Posté par . Évalué à 4.

    Il y a une dizaine d'année -- c'était entre 1990 et 1995, je ne me souviens plus parce que j'étais très jeune -- j'avais vu un reportage sur la vidéo-surveillance en ex-URSS. à cette époque, le journaliste avait l'aire de trouver cela très condamnable et digne d'une société totalitaire.

    Aujourd'hui, il faut bien admettre que si les moyens de surveillance électroniques n'étaient pas si développés à cette époque, c'est que la technologie n'était pas encore au point et était trop cher. En fait, ce n'est pas le besoin de surveillance qui a changé, mais plutôt la technologie qui s'est améliorée et est devenue meilleurs marché.

    Avec la démocratisation des caméras haute résolution, des logiciels de reconnaissance de comportement (rassemblement...) et de reconnaissance de visage et l'interconnexion des fichiers, on peut supposer que le mouvement de surveillance électronique n'en est qu'à ses débuts. La question qu'il faut vraiment se poser est : quelle est la légitimité d'un régime qui a besoin de surveiller sa population ?
  • # Fichiers liberticides

    Posté par . Évalué à 3.

    Les fichiers de ce genre c'est pas ce qui manque : Edvige, Périclès (vous allez l'aimer cui là), Christina, Ariane, Stic, FNAEG etc etc. Que du bonheur totalitariste en perspective. Mais continuez a dormir tranquille c'est pour votre sécurité graves et honnêtes gens.
  • # Edvige pour le sous-citoyen, le Who's Who pour les autres...

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    > les personnalités politiques, syndicales, associatives, ou du monde économique seraient finalement dans « un répertoire administratif » tenu en préfecture ;

    Ça existe déjà, c'est ce que l'on appelle le "Who's Who" ! Autant dire que les fiches de renseignement sont plus que complaisantes !
  • # Humour salace ...

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    http://www.webmatin.fr/index2.php?id=1466

    ... mais tellement vrai !

    Adhérer à l'April, ça vous tente ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.