Revue de presse de l'April pour la semaine 19 de l'année 2016

20
17
mai
2016
Internet

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[Journal du Net] La revanche des SourceForgeurs!

Par Samir Amellal, le vendredi 13 mai 2016. Extrait:

Qui aurait parié il y a quelques années sur ces illuminés, ces geeks qui semblaient plus bidouiller qu’autre chose et dont les choix technologiques semblaient plus être le résultat de choix par défaut que le fruit d’une stratégie!

Lien vers l'article original: http://www.journaldunet.com/solutions/expert/64308/la-revanche-des-sourceforgeurs.shtml

[Silicon] LibreOffice: la Défense italienne espère 29 millions d’euros d’économies

Par Jacques Cheminat, le jeudi 12 mai 2016. Extrait:

Annoncé à la fin de l’année dernière, le projet de migration de la Défense Italienne vers LibreOffice concerne 100 000 postes.

Lien vers l'article original: http://www.silicon.fr/libreoffice-la-defense-italienne-attend-29-millions-deuros-deconomies-147291.html

[L'OBS] Pour Snowden, le mot «terrorisme» paralyse les journalistes

Par Thierry Noisette, le mercredi 11 mai 2016. Extrait:

Des journalistes nécessaires mais souvent pas assez méfiants envers les pouvoirs publics, une concurrence qui amène les médias à ne pas traiter une info: comment Edward Snowden voit la presse et ses acteurs.

Lien vers l'article original: http://rue89.nouvelobs.com/2016/05/11/snowden-mot-terrorisme-paralyse-les-journalistes-264003

[Numerama] Peut-on faire confiance à un pancréas artificiel open source contre le diabète?

Par Omar Belkaab, le mercredi11 mai 2016. Extrait:

Faute de solution industrielle homologuée par les autorités sanitaires, des malades atteints de diabète de type 1 s'en remettent à une solution open source pour réguler leur taux de glucose dans le sang, avec une pompe à insuline connectée. Mais est-ce raisonnable?

Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/sciences/169614-pancreas-artificiel-open-source-vaincre-diabete.html

[Clubic.com] Emploi informatique: open source et devops ont le vent en poupe

Par Alexandre Laurent, le lundi 9 mai 2016. Extrait:

Les profils qui gravitent autour des technologies open source seraient particulièrement recherchés par les entreprises, indique un rapport réalisé par le cabinet Dice pour la fondation Linux. * "[Silicon] Open Source: développeurs et devops, la cible des recruteurs":http://www.silicon.fr/open-source-developpeurs-devops-linux-fondation-dice-146860.html

Lien vers l'article original: http://www.clubic.com/pro/emploi-informatique.clubic.com/actualite-805324-emploi-informatique-open-source-devops-vent-poupe.html

Et aussi:

[Next INpact] Loi Numérique: vers la refonte inévitable du texte adopté au Sénat

Par Marc Rees, le lundi 9 mai 2016. Extrait:

Le projet de loi sur la République numérique a été adopté la semaine dernière par les sénateurs. Un chiffre retiendra notre attention: le nombre d’amendements votés contre l’avis du gouvernement.

Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/99751-loi-numerique-vers-refonte-inevitable-texte-adopte-au-senat.htm

Voir aussi:

  • # [Numerama] Peut-on faire confiance à un pancréas artificiel open source contre le diabète?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Article très intéressant. Dommage qu'il n'aborde pas la question du prix, car tout le monde n'a pas accès à la santé pour des raisons de budget.

    Aujourd'hui plus personne ne se pose la question :
    Peut-on faire confiance à un serveur web open source contre les attaques ?
    Demain, j'espère vraiment que demain, on ne posera même plus ce genre de question non plus. Longue vie aux personnes derrière ce projet et aux malades équipés en open source.

    • [^] # Re: [Numerama] Peut-on faire confiance à un pancréas artificiel open source contre le diabète?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      C'est surtout super mal intitulé, cet article. Ce n'est pas le côté libre du code, qui inquiète ici, mais simplement le côté bidouillage et l'absence d'homologation. Si des pancréas artificiels propriétaires devaient être homologués, je me poserais plutôt sérieusement la question inverse : peut-on faire confiance à un pancréas artificiel propriétaire ?

      (Et un truc libre peut très bien être homologué, donc ce n'est pas là le problème.)

      • [^] # Re: [Numerama] Peut-on faire confiance à un pancréas artificiel open source contre le diabète?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Si des pancréas artificiels propriétaires devaient être homologués, je me poserais plutôt sérieusement la question inverse : peut-on faire confiance à un pancréas artificiel propriétaire ?

        Pareil pour moi, c'est mon réflexe pour à peu près tous les produits (médicaux ou pas).
        Ce n'est pas comme s'il y avait eu des paquets de scandales avec les fabricants de médicaments et dispositifs médicaux… (et pas des chinois. Non non, des belles boîtes bien de chez nous).

        • [^] # Re: [Numerama] Peut-on faire confiance à un pancréas artificiel open source contre le diabète?

          Posté par . Évalué à 1.

          D'accord avec vous, en revanche, ma pensée du jour qui rencontrera sûrement beaucoup de "moins" sur ce forum, c'est que l'accès au code peut aussi poser un problème dans le sens que si quelqu'un trouve une faille 0day dans le code et l'exploite sans avertir personne, alors les porteurs de pancreas artificiels peuvent s'inquiéter (pareil pour des objets essentiels dont la sécurité informatique peut avoir des impacts directs physiques tels que les voitures ou les pacemakers voir tout autre objet connecté (ascenseur ?)…).
          Il peut se passer des années pour que la faille soit découverte par le reste de la communauté puis corrigée, si l'exploitation de la faille est suffisamment silencieuse.
          Certes, s'il y a des milliers de personnes qui relisent le code, ça sera toujours mieux qu'une poignée. Ceci étant dit, la poignée de personne n'aura pas dévoilé son code, donc la faille sera peut-être plus compliquée à trouver (je dis "peut-être" car si c'est intéressant, il y aura toujours beaucoup de monde pour essayer de trouver une/des faille(s)). Toujours est-il que le logiciel OpenSource finira par être plus robuste au bout du compte (quand on parle de sécurité et d'OpenSource iptables est peut-être le meilleur exemple à ce sujet).

          • [^] # Re: [Numerama] Peut-on faire confiance à un pancréas artificiel open source contre le diabète?

            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

            C'est l'éternel débat entre code fermé et code ouvert.
            Alors qu'il semble évident qu'un code « sous les yeux de tout le monde » soit plus vulnérable (à qualité égale), jusqu'à présent il n'est pas démontré que les codes fermés limitent les attaques. À ma connaissance.

            La plupart des sites web avec du code spécifique se font défoncer. Les logiciels Adobe Reader, Internet Explorer, etc, se font défoncer. Je suis tombé en début de semaine sur une méthode que je ne connaissais pas encore pour récupérer les mots de passe d'un domaine Windows directement en clair (!! testé et approuvé). Bref, un code fermé n'est semble-t-il pas gage de sécurité.

            • [^] # Re: [Numerama] Peut-on faire confiance à un pancréas artificiel open source contre le diabète?

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Bien qu'étant du même avis — et notamment parce qu'un code ouvert a toutes les chances d'être plus lu et amendé — il faut tenir compte de la popularité : « Adobe Reader, Internet Explorer, etc. » sont des cibles plus visibles.
              Quant à la récupération de mot de passe… je ne crois pas que nos systèmes soient exempts de ce genre de problèmes, malheureusement. Même si c'est moins fréquent.

              "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.