Revue de presse de l'April pour la semaine 17

Posté par . Modéré par Benoît Sibaud.
Tags :
10
28
avr.
2009
Internet
La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 17 :
[courrierinternational.com] Quand Internet réinvente le politique
[directioninformatique.com] Pour qui sonne Linux ?
[LePoint.fr] UBUNTU LINUX - ENTRETIEN - Mark Shuttleworth : "Notre modèle est meilleur que celui de Microsoft"
[LePoint.fr] SYSTÈME D'EXPLOITATION - Nouvelle version pour Ubuntu, le Linux des débutant
[Silicon.fr] Selon Red Hat, la France est la championne de l’open source
[zdnet.fr] Hadopi : Christine Albanel reste confiante malgré le vote des eurodéputés
[zdnet.fr] Vente liée d’Internet Explorer : Microsoft reçoit le soutien de l'ACT
[xinhuanet.com] Informatique: Accord Chine-Sun Microsystem pour l'enseignement de l'open-source
[zdnet.fr] Oracle tente de rassurer la communauté MySQL
[servicesmobiles.fr] OpenCellID, ou la géolocalisation pour tous sans GPS !
[lavoixdunord.fr] Les logiciels libres, une autre logique informatique
[neteco.com] Shuttleworth : Oracle, acteur majeur du logiciel libre
[decideo.fr] Les technologies de BI Open Source poursuivent en 2009 leur ascension
[01 Informatique] 10 ans de Libre
[lemondeinformatique.fr] Oracle-Sun : un sacré coup à l'Open Source, pour Forrester
[nordeclair.fr] Une install party Linux avec l'école d'ingénieurs IG2I
[01net.com] Comment simplifier les logiciels open source sans fâcher la communauté ?
[lemondeinformatique.fr] Oracle acquiert Sun pour 7,4 milliards de dollars
[zdnet.fr] Les éditeurs de logiciels veulent une relance par l’innovation Les articles de la semaine :

[courrierinternational.com] Quand Internet réinvente le politique

Extrait de l'article du site courrierinternational.com par Xavier Molénat en date du 26/04/2009 :
« Une enquête menée auprès de cyberactivistes montre comment Internet est devenue un véritable laboratoire politique. Scripts, blogs, forums, listes de discussions reformulent sans cesse les cadres du débat public.
[...] Les auteurs, dans un livre informé et riche, montrent que les cyberactivistes n’ont rien des technophiles naïfs et béats que moquait naguère Serge Halimi. Ils ont une vraie culture politique (présentant même souvent un passé de militant traditionnel) et mènent une réflexion sur leurs propres pratiques. Leur désaffiliation vis-à-vis des structures politiques institutionnelles ne peut guère être lue comme une simple défection, elle constitue le point de départ d’une autre prise de parole. Les références de ces « orphelins de la politique » sont hétérogènes : ils puisent autant dans la culture des hackers, ces pirates informatiques provocateurs et créatifs, que dans les avant-gardes artistiques, le situationnisme ou la contre-culture américaine. S’y retrouvent aussi bien des partisans du logiciel libre, attachés au droit au savoir et à l’information, que des altermondialistes, des écologistes ou des artistes engagés. »

http://trappesenemispheresud.blogs.courrierinternational.com(...)

[directioninformatique.com] Pour qui sonne Linux ?

Extrait de l'article du site directioninformatique.com par Nelson Dumais en date du 24/04/2009 :
« Linux est une alternative intéressante, mais sa petite part de marché lui confère un statut de minorité qui cause quelquefois des problèmes. Un exemple.
Le statut de minorité
C'est quoi 1 %? Pas grand-chose. Parlez-en aux 200 000 Tamouls qui vivent dans le Toronto Métro, ce qui leur confère un gros 4 % de la population, ou encore aux 100 000 Haïtiens qui ont élu domicile sur l'île de Montréal, soit 5 % de l'ensemble, ou même aux 2 millions de diabétiques canadiens, c'est-à-dire quelque 6,5 % de la grande feuille d'érable. »

http://www.directioninformatique.com/DI/client/fr/DirectionI(...)

[LePoint.fr] UBUNTU LINUX - ENTRETIEN - Mark Shuttleworth : "Notre modèle est meilleur que celui de Microsoft"

Extrait de l'article du site LePoint.fr par Guerric Poncet en date du 23/04/2009 à 14:15 :
« Mark Shuttleworth est un personnage extraordinaire, au sens premier du terme. Riche self-made-man sud-africain, il a investi sa fortune dans Ubuntu (prononcer "oubountou"), une distribution de Linux destinée aux débutants, dont une nouvelle version a été publiée aujourd'hui. En 2002, il s'est offert un voyage de dix jours dans l'espace, avec la mission russe Soyouz TM-34. Rencontre avec un extraterrestre de l'informatique. »

http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/2009-0(...)

[LePoint.fr] SYSTÈME D'EXPLOITATION - Nouvelle version pour Ubuntu, le Linux des débutant

Extrait de l'article du site LePoint.fr par Guerric Poncet en date du 23/04/2009 à 14:05 :
« "Sortons le champagne !", peut-on lire sur le forum français d'Ubuntu . La nouvelle version du système d'exploitation, une distribution de Linux, vient tout juste d'être publiée. Déjà, les serveurs de téléchargement souffrent, mais semblent tenir : Ubuntu 9.04 (pour "avril 2009") se diffuse progressivement sur le Web. »

http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/2009-0(...)

[Silicon.fr] Selon Red Hat, la France est la championne de l’open source

Extrait de l'article du site Silicon.fr par David Feugey en date du 22-04-2009 :
« Et pourtant le rapport de la firme montre que notre pays n’est pas le territoire le plus propice à ce marché.
Red Hat a lancé une étude portant sur l’activité dans le domaine des logiciels libres constatée au sein de 75 pays différents.
Bonne surprise, la France prend la tête de ce classement, suivie par l’Espagne, l’Allemagne, l’Australie, la Finlande, le Royaume-Uni, la Norvège, l’Estonie, Les États-Unis et le Danemark. Les pays d’Europe semblent donc particulièrement actifs dans le domaine de l’open source, les États-Unis devant se contenter de la neuvième place. »

http://www.silicon.fr/fr/news/2009/04/22/selon_red_hat__la_f(...)
---
Voir aussi l'article : http://www.clubic.com/actualite-272218-france-premier-pays-o(...)

[zdnet.fr] Hadopi : Christine Albanel reste confiante malgré le vote des eurodéputés

Extrait de l'article du site zdnet.fr par la rédaction en date du 22 avril 2009 :
« Le ministère de la Culture affiche sa confiance pour le vote de la loi Création et Internet, dite Hadopi, malgré l'adoption de l'amendement 46 par les eurodéputés.
Interrogé par Nouvelobs.com, le cabinet de Christine Albanel estime que «sur le plan juridique, cet amendement n'empêchera pas la France d'adopter son projet de loi car la suspension de l'accès internet à domicile après de multiples avertissements n'est pas une atteinte aux droits et libertés fondamentaux.» »

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39393206,(...)

[zdnet.fr] Vente liée d’Internet Explorer : Microsoft reçoit le soutien de l'ACT

Extrait de l'article du site zdnet.fr par La rédaction en date du 22 avril 2009 :
« Juridique - Afin d’éviter le retrait d’Internet Explorer de Windows, Microsoft a obtenu le soutien de l'ACT. Ce lobby, connu pour son hostilité envers l’Open Source, s’est déjà engagé en faveur de l’éditeur dans ses procès antitrust.
[...] De son côté, l'ACT compte parmi ses membres des entreprises comme eBay, Oracle ou VeriSign et n'a jamais fait mystère de son hostilité à l'égard de l'Open Source. En 2006, son président, Jonathan Zuck, avait par ailleurs critiqué la Free Software Foundation (FSF) et sa décision de s'opposer aux DRM dans la licence GPLv3. »

http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39393(...)

[xinhuanet.com] Informatique: Accord Chine-Sun Microsystem pour l'enseignement de l'open-source

Extrait de l'article du site xinhuanet.com par xinhuanet en date du 2009-04-22 :
« "Le développement de la technologie d'open source représente pour la Chine à la fois un défi et une opportunité" a déclaré Li Bing, le directeur adjoint de la SAFEA. "Ce projet aidera l'enseignement supérieur du pays à s'approcher des premières lignes sur le front de l'industrie mondial de l'informatique". »

http://www.french.xinhuanet.com/french/2009-04/22/content_86(...)

[zdnet.fr] Oracle tente de rassurer la communauté MySQL

Extrait de l'article du site zdnet.fr par Christophe Auffray en date du 22 avril 2009 :
« Technologie - À l’occasion de la conférence annuelle de MySQL, Ken Jacobs - vice-président d’Oracle - a tenu à rassurer développeurs et utilisateurs sur l’avenir de la base de données Open Source. Objectif : prévenir les migrations vers PostgreSQL.
Le rachat de Sun par Oracle suscite l'nquiétude quant à l'avenir de MySQL, la base de données Open Source. Même si les deux technologies ne sont pas nécessairement en concurrence frontale (il n'est pas rare par exemple que Oracle et MySQL cohabitent dans les entreprises), le futur de MySQL fait l'objet de spéculations. »

http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39393(...)

[servicesmobiles.fr] OpenCellID, ou la géolocalisation pour tous sans GPS !

Extrait de l'article du site servicesmobiles.fr par servicesmobiles en date du 21 AVRIL 2009 :
« Comment amener la géo-localisation sur les téléphones n’ayant pas (encore) de GPS ? Tel est le but de l’initiative d'OpenCellID. En effet, l’objectif de ce projet ambitieux, Open Source et collaboratif, est d’arriver à cartographier l’ensemble des "Cellules" du réseau GSM – les fameuses antennes relais. Chaque mobile est en permanence relié à la "cellule" la plus proche qui couvre une zone de quelques centaines de mètres en zone urbaine à quelques dizaines de kilomètres en zone rurale. »

http://www.servicesmobiles.fr/services_mobiles/2009/04/openc(...)

[lavoixdunord.fr] Les logiciels libres, une autre logique informatique

Extrait de l'article du site lavoixdunord.fr par La Voix du Nord en date du 21.04.2009 :
« Les Amis de l'Alhambra ont organisé jeudi au cinéma du centre-ville une soirée dédiée aux logiciels libres. La projection du documentaire américain « Revolution OS » a été suivie d'une discussion animée par François Horn, enseignant-chercheur à Lille I et Lille III.
[...] L'importance des logiciels libres, pour le moment, continue de croître, remettant en cause le monopole de certaines applications propriétaires, dans des domaines tels que la bureautique ou la navigation sur Internet. L'engouement qu'ils suscitent s'est traduit, au terme de la projection-débat, par le regret des spectateurs de ne pas avoir eu davantage de bonnes adresses et de bons plans pour les télécharger et se former à leur utilisation. »

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Calais/actualite/Secteur_(...)

[neteco.com] Shuttleworth : Oracle, acteur majeur du logiciel libre

Extrait de l'article du site neteco.com par Guillaume Belfiore en date du 21 Avril 2009 :
« Mark Shuttleworth, président de Canonical Ltd : « Ce qui est intéressant dans cette histoire, c'est que cela renforce l'idée que le logiciel libre et open source reste véritablement le moteur du marché aujourd'hui », avant d'ajouter qu'Oracle est désormais : « la plus grande société de logiciels open source ». »

http://www.neteco.com/271716-oracle-shuttleworth-sun-libre-o(...)

[decideo.fr] Les technologies de BI Open Source poursuivent en 2009 leur ascension

Extrait de l'article du site decideo.fr par Renaud Finaz de Villaine en date du 21 Avril 2009 :
« [...] Les rapports des analystes informatiques, et notamment ceux qui donnent le "la" au niveau mondial en matière de BI, confirment cette mutation. Tous prennent désormais en compte les solutions proposées par les acteurs du Libre et les positionnent face aux offres propriétaires. »

http://www.decideo.fr/Les-technologies-de-BI-Open-Source-pou(...)

[01 Informatique] 10 ans de Libre

Extrait de l'article du site 01 Informatique par Renaud Bonnet, Oliver Roberget, Yann Serra, Francisco Villacampa en date du 16 avril 2009 :
« Partage de code, développement communautaire, réutilisation... Les pionniers du libre ont transformé les modèles des éditeurs propriétaires. Mais ils ont aussi dû composer avec la réalité du marché. »

---
L'hebdomadaire 01 Informatique a publié dans son numéro 1990 du 16 avril 2009 un dossier intitulé « Enquête logiciels libres. Liberté, pérennité, rentabilité. ».
L'enquête (de 5 pages à partir de la page 26) qui revient sur 10 ans de Libre en France est basée sur des interviews avec 11 acteurs du logiciel libre dont Frédéric Couchet, délégué général de l'April.


[lemondeinformatique.fr] Oracle-Sun : un sacré coup à l'Open Source, pour Forrester

Extrait de l'article du site lemondeinformatique.fr par Olivier Rafal en date du 20/04/2009 :
« LeMondeInformatique.fr : Quel est votre sentiment après l'annonce de cette acquisition ?
Henry Peyret : D'abord je pense que cela fera énormément de mal à l'Open Source. Oracle a fait de l'Open Source pour soutenir Linux, mais sur les autres segments, les offres Open Source sont fortement concurrentes. »

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-sun-oracle(...)

[nordeclair.fr] Une install party Linux avec l'école d'ingénieurs IG2I

Extrait de l'article du site nordeclair.fr par Agnès Bourahla-Farine en date du 20 avril 2009 :
« Le principe d'une recette de cuisine
Florent et Yohan expliquent que le principe de cette journée, qui a lieu deux fois par an depuis 2002, est de faire découvrir aux non initiés les logiciels libres, et plus particulièrement Linux. Un système d'exploitation libre que les deux étudiants connaissent bien. « C'est le même principe qu'une recette de cuisine, indique Florent. Pour réaliser le "plat", on compile des éléments. Chaque membre de la communauté peut faire grossir le système, apporter des améliorations ». »

http://www.nordeclair.fr/Locales/Lens/2009/04/20/une-install(...)

[01net.com] Comment simplifier les logiciels open source sans fâcher la communauté ?

Extrait de l'article du site 01net.com par Tristan Nitot en date du 20/04/2009 :
« En résumé, tout concourt à rajouter sans cesse de nouvelles possibilités et de nouveaux boutons dans le logiciel libre. Mais en ne cherchant pas à contrer ces tendances, on risque de se retrouver avec des logiciels certes puissants, mais avec des interfaces touffues et donc trop difficiles d'abord pour les utilisateurs ordinaires. »

http://pro.01net.com/editorial/501239/comment-simplifier-les(...)

[lemondeinformatique.fr] Oracle acquiert Sun pour 7,4 milliards de dollars

Extrait de l'article du site lemondeinformatique.fr par Olivier Rafal en date du 20/04/2009 :
« Le Wall Street Journal et Bloomberg News avaient tout faux : c'est finalement Oracle, et non IBM, qui rachète Sun. Pour un montant de 9,50$ par action, soit environ 7,4 Md$. Déduction faite des immenses réserves de cash de Sun, l'acquisition coûtera en fait à Oracle 5,6 Md$. »

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-oracle-acq(...)

[zdnet.fr] Les éditeurs de logiciels veulent une relance par l’innovation

Extrait de l'article du site zdnet.fr par Christophe Auffray en date du 20 avril 2009 :
« Des exonérations pour le mécénat dans l'Open Source
Dans le domaine du libre, Tangui Morlier défend l'idée d'exonérations attachées au mécénat. Une entreprise donnant de l'argent à des projets Open Source bénéficierait ainsi d'avantages fiscaux. Le porte-parole de l'April, comme ceux l'Afdel et de Syntec Informatique, appellent également à adapter le small business act américain (SBA). »

http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39392(...)
  • # Pour qui sonne les statistiques

    Posté par . Évalué à 2.

    Linux représente moins de 1% de part de marché? Oui, mais quel marché? La plupart des gens qui installe cet OS ne l'ont pas acheté...
    • [^] # Re: Pour qui sonne les statistiques

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      La notion de marché est indépendante de la notion de finance. Le marché n'est rien d'autre que le lieu (au sens figuré de plus en plus souvent) ou se rencontre l'offre et la demande.

      Le troque est une forme de marché qui ne nécessite pas de système monétaire par exemple.

      Ici le marché représente l'offre et la demande en système d'exploitation, et étant donné le 1%, j'imagine qu'on parle pour ordinateurs de bureau, car niveau serveur et embarqué on doit être bien au-delà.
      • [^] # Re: Pour qui sonne les statistiques

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        étant donné le 1%, j'imagine qu'on parle pour ordinateurs de bureau, car niveau serveur et embarqué on doit être bien au-delà.
        Rien que les Live/Free/Neuf/Darty/etc/Box, ça fait déjà un bon 15% du marché interne des foyer connectés en ADSL. On ajoute ce qui est dans beaucoup de lecteurs DVD de salon, ça fait 15% de plus. Les 60% qui restent sont les Windows sur les ordinateurs de bureau et portables (je compte 2 par foyer), les OS des téléphones mobiles (je compte 4). Avec mes chiffres bidons ça fait déjà 25% de Linux dans une maison "classique" avec gosses. Sans gosses ça fait presque 50%.
  • # pourquoi cette opposition ?

    Posté par . Évalué à 2.

    [01net.com] Comment simplifier les logiciels open source sans fâcher la communauté ?

    Extrait de l'article du site 01net.com par Tristan Nitot en date du 20/04/2009 :
    « En résumé, tout concourt à rajouter sans cesse de nouvelles possibilités et de nouveaux boutons dans le logiciel libre. Mais en ne cherchant pas à contrer ces tendances, on risque de se retrouver avec des logiciels certes puissants, mais avec des interfaces touffues et donc trop difficiles d'abord pour les utilisateurs ordinaires. »


    -> Pourquoi cette opposition ?
    Je ne comprends pas cette opposition entre "configurabilité" et "simplicité". /*troll: ça sent le gnome*/

    Rapidement, en quelques mots peut être mal choisis et certainement avec des manques :

    Gnome :
    J' aime sa simplicité son ergonomie, son efficience générale. Par exemple j' aime qu' un icone de disque dur apparaisse sur le bureau lorsque je fait un mount -o loop /tmp/filesystem.fs /tmp/work, par exemple... Mais plus simplement j' apprécie énormement d' avoir sous les yeux, et sous les mains, un bureau clair, dépouillé, présentant des fonctions que je connais déjà, dans un environnement général qui m' est également familier. Bien.
    J' admet donc que Gnome a particulièrement pensé les fonctions par défaut, la présentation de son bureau, son cousinage avec des environnements plus familiers ("click droit -> ouvrir avec" par exemple) etc etc etc.

    LXde :
    là ça pousse le bouchon encore plus loin, et je dois admettre que les choix -extrèmement stricts- sont parfaits : navigateur de fichiers avec onglets, simples, clef usb / cartes SD qui s' affichent illico, la configuration faite lorsqu' on choisi d' avoir un seul click pour ouvrir : on passe sur un élément, il se sélectionne, on reste dessus un peu et... on click ou avec un ctrl+click ... bref c' est absolument excellent!.. bref un gestionnaire de fichiers simple mais parfaitement pensé suffit...

    Kde :
    Beaucoup de nouveautés, beaucoup de nouveaux "concepts" : par exemple les plasmas, la gestion du bureau et de ses icones ... On est là en présence à la fois de nombreuses nouveautés, mais également de nombreuses possibilités de configuration (puisque quasi tout kde3 est maintenant disponible dans kde4 : exemple enlever kwin à une fenetre video... chouette... bref)

    -> Je suis tout à fait d' accord pour dire que trop de possibilités et trop de boutons peux nuire aux utilisateurs ordinaires.

    Mais :

    1. l' oppposition des deux était fausse, est fausse et restera fausse.
    2. les divers bureaux ont chacuns leurs spécifités. Gnome (ou LXDE!!) par défaut semble un excellent choix pour les utilisateurs ordinaires. Il l' a toujours été. (et pas que pour eux bien sûr). Tout comme Kde semble un excellent choix pour ceux appréciant l' appropriation par la configuration. (et pas que pour eux d' ailleurs)

    Donc ce qui me fait un peu "peur" dans ses propos c' est finalement que pour sortir un « des interfaces touffues et donc trop difficiles d'abord pour les utilisateurs ordinaires. » c' est que peut être il faut au préalable se positioner vers une unicité globale. (de solutions, de services, de bureaux... et autre ?). A titre perso j' apprécie la diversité.

    Qu' une interface soit simple d' utilisation n' a jamais, ne doit pas, et j' espère ne fera jamais, remis en cause la richesse de ses possibilités.

    /*utopie*/
    Un ntiers bureau avec les choix par défaut de Gnome et la richesse des possibilités de Kde.
    /*utopie*/

    2 mots d' ergonomie :
    Je trouve toujours d' actualité boutons, menus et boites. désolé Tristan. En effet je trouve toujours intéressant le bon vieux concept de boites incluses les unes dans les autres. Et chaque nouvelle boite "d' options avancées" proposent une famille de possiblités. Rien de neuf la dedans, rien de révolutionnaire, désolé. Mais de l' efficace et de l' éprouvé. Point.

    Il y a également une contradiction entre l' esprit 'un logiciel fait un truc et le fait bien, point" avec une simplification à outrance des interfaces : C' est là encore une fausse contradiction car les points de vues ne sont pas sur la même base de départ. D' un côté il y a le developpeur *nix, de l' autre il y a ce que vois l' utilisateur sur son écran.

    "absence d' opposition usine à gaz pour le user <-pas opposé avec : complémentaire de-> esprit un logiciel pour une tache" ni
    "Simplification <-pas opposé avec : complémentaire de-> options"

    Un exemple de réussite selon moi ? K3B : il propose par son interface de graver, de diverses manières, mais également d' encoder... L' utilisateur à sous son nez un logiciel lui permettant un ensemble de fonctionnalités, tandisque le développeurs fait appel dessous à diverses briques... non ? On à la fois un respect de "un logiciel fait un seule chose et le fait bien " dans la mesure ou k3b va faire appel à des briques déjà existantes qui elles sont dans cet esprit. Et pour l' utilisateur ordinaire il a sous les yeux une interface unifiée sans savoir comment s' est fait dessous (pas de "monolithique" mais appels à des briques externes pour les fonctions tierces)

    Une réussite parfaite serait que K3B se présente par défaut à l' identique du "graveur" de gnome (pas brasero) : une simple fenetre, dans laquelle on fait des glisser / déposer et qui va traiter le tout toute seule -> c' est absolument parfait, ça, pour les "utilisateurs ordinaires". Que K3B se présente de la même manière par défaut, avec un menu "afficher" par exemple, qui déroule alors un ensemble de possibilités supplémentaires typiques de k3b, et même changer totalement l' interface pour basculer sur celle "par défaut d' aujourdhui"...

    Je vois également la même chose pour un "outil vidéo" :
    Par défaut il se lance comme un simple lecteur, très simple. Puis par un menu il est possible d' afficher des options de diffusion... par un autre menu il est possible d' afficher des options de montages vidéos... et par une autre possibilité : lui faire afficher les options de transcodage.

    C' est que je nomme "un fonctionnement familial" des applications (valables dans ses 2 sens). Du point de vue utilisateur : il a un ensemble très simples d' applications qui font par défaut les travaux de bases. Mais ces mêmes interfaces (toujours du point de vue de ce qui apparait à l' écran de l' utilisateur ordinaire) peuvent présenter plus d' options, et encore plus ;) facilement et rapidement.
    Linux était déjà un plus en ce sens : une belle unification des interfaces (quelques soit le choix de bureaux). allez un peu plus loin encore ne se serait pas un mal :) Et ceci n' est pas en contradiction avec l' esprit "une appli fait une chose et le fait bien", car dit va dire à l' utilisateur lambda que lorsqu' il click sur "afficher les options de montages videos" de son lecteur, c' est avidemux qui se lance en fait ?

    Unification de l' interface, oui.
    Simplification des boutons par défaut, oui.
    Simplication par retrait d' options, non.
    Ergonomie par absence de possibilités, non.


    voili voilà, je sais d' avance que ce texte est trop long, pas corrigé, attaquable facilement sur de nombreux points mal présentés, et qu' il me faudrait le temps de le retravailler pour présenter mieux les idées, désolé.
  • # le probleme de l'end user de logiciel open source

    Posté par . Évalué à 1.

    Le probleme est plus souvent de la puissance d'un logiciel inaccessible car reserve a la ligne de commande.
    Que l'on commence par faire une api accessible en ligne de commande est evidemment une bonne chose, mais si on ne mets pas un front end potable dessus, personne ne l'utilisera a part les developpeurs.
    Hors beaucoup trop de logiciel se contente de faire l'API, qu i permet effectivement de repondre au besoin de l'ultilisateur/developpeur mais qui ne sert a rien au niveau d'un desktop a l'utilisateur moyen.
    Exemple simple:ripper un dvd.
    Oui il est facile de lancer la ligne de commande avec tous les parametres necessaire, ca permet de le faire en boucle mettre des conditions etc mais finalement, que veut l'utilisateur lambda en general ?:
    Une interface a la dvdshrink.
    Certes dvdshrink ne permet pas de lancer 10 rip a la fois avec juste le dvd a mettre quand le tiroir s'ouvre
    Certes dvdshrink ne permet pas de specifier avec quel codec le dvd va etre encode
    Certes dvdshrink ne permet pas d'automatiquement selectionner uniquement une langue et ses sous titres
    Certes dvdshrink ne permet pas de calculer automatiquement le nom du fichier a partir d'une variablle quelconque

    Alors que permet dvdshrink alors ? Ben simplement a celui qui rip un dvd de temps en temps de specifier la langue et le sous titre qu'il veut garder, sans avoir a apprendre la syntaxe de la commande, et ca ca lui fait gagner du temps.
    Car pedant le temps pour un geek d'apprendre les parametres qui vont bien, il aura lui quidam moyen, lancer son rip comme ca lui convient.
    Combien de rip devra faire le geek avant de recuperer le temps d'apprentissage ?

    C'est le meme probleme avec le temps de compilation d'une gentoo.
    En combien de temps ce temps perdu va t'il etre recupere (on compte la consommation d'electricite ou pas ?)

    Bref l'accessibilite d'une logiciel est un metier relativement complexe qui necessite souvent une ecoute de sa clientele pour lui convenir.
    Hors le monde de l'open source au niveau desktop n'a pas de clientele (puisque, de fait avec la gpl tout est gratuit) et ne se sens donc pas du tout oblige d'ecouter ses 'utilisateurs' (ca me fait un peu penser au monde de la SNCF, nous sommes usagers et non clients)
    L'argent qui rentre vient essentielement du monde b2b pour qui le desktop est a prendre avec des pincettes et tout le monde sait que gerer l'utilisateur final est un cauchemard. Bref, rien pour lire les blue rays, pas de drivers constructeurs autres que pour le materiel de serveur...

    Moi meme en tant qu'utilisateur, meme si je voulais payer une fonctionalite je ne pourrais pas...au plus je peux faire un don en esperant que le developpeur veule bien faire ce que je lui demande, car le payer specifiquement pour me reviendrait bien sur beaucoup trop cher.
    Et meme en le payant je n'ai aucune garantie quelconque...
    Bref je prefere payer une solution qui fonctionne (meme close source) que de l'espoir en bits....
    Ha et puis comment je le paye tout court, de base...une cheque tpe, je le deduis de mes impots, si il est pas francais de plus ca se complique encore.
    Bref pas demain la veille que linux arrivera sur le desktop, tant qu'il n'y aura pas d'argent a faire dessus.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.