Stratégie Open-source à EDF R&D

31
30
juil.
2011
Science

J'ai rédigé via le wiki educalibre de l'April un compte-rendu d'une conférence EDF R&D du 7 juillet dernier « R&D industrielle d'expertise et open source : un avenir commun ? ». On m'a dit que c'était quasi la première fois qu'un industriel (dont le cœur de métier n'est pas l'informatique donc) affirmait ainsi les bénéfices qu'il tirait de l'Open-source. Je me dis que ça pourrait en intéresser quelques-uns, si jamais vous avez d'autres exemples du genre, ça m'intéresse, merci, bon été !

Sommaire

Introduction

Le 7 juillet dernier, EDF R&D a organisé dans ses locaux de Clamart une conférence sur le stratégie open-source de l'entreprise sous le titre : « R&D industrielle d'expertise et open source : un avenir commun ? ». Il s'agissait de revenir sur le parcours de l'open-source depuis la libéralisation du code source de Code_Aster en 2001 et d'affirmer la continuité de la stratégie en cours en affichant les avantages dont avait profité la R&D.

Les présentations, pour moitié en anglais, ont duré toute l'après-midi devant un auditoire d'environ 150 invités: principalement des utilisateurs et développeurs des logiciels, chercheurs à EDF, mais aussi partenaires académiques et privés. Les documents des présentations sont consultables en ligne (voir lien ci-dessus) et les présentations en elle-même sont synthétisées une à une ci-dessous:

L'Open Source à EDF R&D : politique générale et panorama (Stéphane ANDRIEUX, Directeur scientifique d'EDF R&D)

Cette première présentation est probablement la plus intéressante pour les néophytes. Après un détail des besoins en simulation, S.Andrieux développe le panel d'avantages tirés des licences libres utilisées. Celles-ci dérivent principalement des possibilités d'échanges offertes par le libre, on citera notamment : une augmentation des validations, des remontées de bogues et de bonnes idées, un meilleur couplage avec d'autres codes, de meilleures collaborations avec académiques et industriels qui économisent sur le prix des licences (qui augmentent notamment avec le nombre de coeur utilisés) et peuvent tester leurs derniers développement en les implémentant directement dans le code. Mais ouvrir un code augmente aussi sa reconnaissance : S.Andrieux donne l'exemple d'une coûteuse certification qu'avait dû consentir EDF R&D auprès d'autorité de sécurité pour démontrer les qualités de ce code inconnu à l'époque : Code_Aster. Ceci n'est plus nécessaire depuis son passage en GPL.

S.Andrieux souligne aussi qu'un code « sec » n'a aucune valeur, « c’est l’écosystème construit autour qui en fait et en produit la valeur pour l’entreprise ». Il met en avant l'attractivité que représente un développement libre pour les meilleurs éléments. Il admet que le développement à EDF R&D reste toutefois plus proche de la cathédrale que du bazar.

Il présente ensuite un à un les codes open-source à EDF R&D par ordre d'ouverture. Code_Aster pour les éléments finis, Salome comme plate-forme de développement, Open-Turns pour le calcul d'incertitudes, Code_Saturne et Syrthes pour la simulation fluide et le transfert thermique, Telemac-Mascaret pour les écoulements à surface libre et Sim-Diasca pour les simulations discrètes.

Open Source et partenariats de développement, étude, recherche, partage/couplage avec d'autres codes (Sébastien BOURBAN, Principal Scientist Hydrodynamics & Metocean, HR Wallingford)

HR Wallingford est une entreprise d'ingénierie qui commercialisait les licences du code Telemac à l'époque où il était fermé. La stagnation du nombre de licences commercialisées, interprété comme une perte d'influence du code Telemac, imposa un changement drastique de stratégie, ce fût l'ouverture du code en 2010. Depuis, le code est passé de 200 licences vendues à 2000 utilisateurs.

S. Bourban insiste sur le fait que passer en Open-source fût un mouvement très profitable. HRW s'est adapté pour adopter le mode de développement libre. Notamment, un groupe de développement est créé pour impliquer tous les partenaires, un système de gestion de code source très automatisé, basé entièrement sur de technologies libres est mis en place et - ce qui n'est pas anecdotique - tout le code est traduit en anglais.

L'Open Source facilitateur de partenariats ? (Jean-Marc DANIEL, IFP Energies Nouvelles, Chef du Département de Géologie Structurale)

JM. Daniel présente le partenariat commencé en 2003 autour de Code_Aster entre EDF R&D et IFP Energies Nouvelles. Même si leurs besoins sont différents, ils ont su profiter de l'ouverture du code pour nouer des partenariats et faire progresser le code dans les directions qui les intéressaient le plus.

Une première expérience de validation-debuggage et développement communautaire (Alistair REVELL, Manchester University)

L'université de Manchester a initié une collaboration autour de Code_Saturne en 1999 avec l'arrivée à mi-temps du professeur Dominique Laurence. Depuis, 10 doctorats sur ce code ont été réalisés et 12 autres sont prévus dans les 3 prochaines années. il y a maintenant suffisamment de connaisseurs à tous les niveaux pour permettre une dissémination du code: Code_Saturne est enseigné en cours à MU aux étudiants, mais aussi à des extérieurs (autres universités, entreprises), il est aussi utilisé pour des projets étudiants. A.Revell est enthousiaste à l'idée de la propagation de l'Open-source. MU a développé une plate-forme de collaboration autour de Code_Saturne basée sur Twiki. Il y a 316 utilisateurs enregistrés et plus de 1000 pages lues par jour.

Pour A. Revell, le modèle open-source a comme avantage de permettre aux étudiants/chercheurs de plonger dans le code, mais est aussi reconnu des financeurs pour l'aspect diffuseur de science, mais aussi générateur de diplômés compétents.

Il reste des difficultés, comme les vieilles habitudes à changer, la maintenance des forums et l'intégration des différents développement dans la branche principale.

Open Source et enseignement (Alain EHRLACHER, Professeur à l'Ecole des Ponts ParisTech, Président du département Génie Mécanique et Matériaux)

Les logiciels Code_Aster et Code_Saturne sont au programme de deuxième année à côté de leurs concurrents commerciaux. Les élèves participent à des projets de 60 heures par petits groupes lors desquels, ils ont besoin d'outils de simulation et de design. Les élèves sont libres de choisir les logiciels qu'ils veulent utiliser. A.Ehrlacher donne une liste de critère de choix des élèves par ordre décroissant:

  1. Ils préfèrent utiliser les codes sur lesquels ils sont formés
  2. Ils préfèrent utiliser les codes qu’ils ont le droit d’avoir librement sur leur PC
  3. L’interfaçage CAO-Code de Simulation est souvent un critère de choix important
  4. Ils aiment utiliser les codes utilisés dans l’industrie
  5. Ils aiment beaucoup les bibliothèques d’exemples détaillés
  6. Ceux qui envisagent de faire de la recherche apprécient les codes Open Source

Pour les faire utiliser plus les codes libres, il faut donc plus venir les former dans les universités.

Modèles d'affaires autour d'un code Open Source (Jean-Raymond LEVESQUE, Accelmedia)

JR.Levesque oppose le modèle de développement logiciel propriétaire du 20ème siècle à celui open source du 21ème. Il présente celui d'EDF R&D pour ses logiciels.

Il cite les avantages que donnent l'implication dans les logiciels de simulation open source d'EDF pour les différents acteurs que sont EDF R&D, d'autres industriels, les partenaires académiques et les fournisseurs de service. Il donne en exemple le « Code_Aster Professional Network ».

Logiciels libres et données libres pour la géographie, la cartographie et les réseaux (Yves JACOLIN, Président d'OSGeo-fr)

Cette dernière présentation ouvre vers le sujet de l'ouverture des données. De nombreuses similitudes existent entre Open data et Open source, notamment au niveau des possibilités d'offres de service ainsi qu'au niveau des résistances psychologiques dues au changement de paradigme. Y. Jacolin discute des différentes licences et des projets qui se mettent en place, notamment en France. Il donne aussi quelques liens pour aller plus loin.

  • # Politique du SI

    Posté par . Évalué à 7.

    Pour l'instant les postes bureautique sont sous Vista (d'ailleurs les machines ont été changées pour passer de windows 2000 à Vista, vive les économies ...), la messagerie Lotus Notes, la suite bureautique MS Office, là encore on a du repayer les licences pour le passage à Vista. Donc quand ? quand va t'on reprendre la main sur nos outils informatique, arrêtez de payer des sous-traitant pour faire des mises à jour qu'on pourrait faire nous même ? On reste prisonnier du logiciel propriétaire.

    C'est toute la politique informatique de l'entreprise qui est mauvaise, très mauvaise. Qui sont les responsables ?

    • [^] # Re: Politique du SI

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Je développe actuellement un logiciel interne pour EDF qui devrait sortir fin 2012, avec une interface web en GXT. La cible est Windows 2000 / IE6, plus compatibilité IE7,8 et Gecko. Donc le passage à Vista / IE8 n'est pas pour tout de suite, enfin pas pour tout le monde apparemment.

      Mais bon ça n'a rien à voir avec la dépêche, je devrais m'auto-inutiler pour avoir répondu !

      • [^] # Re: Politique du SI

        Posté par . Évalué à 7.

        Faut pas confondre le copier coller du cahier des charges de grand-maman avec la réalité du terrain. Ce pour quoi tu aurais dû développer, on te le dira à la sortie de ton logiciel. Relis ton Dilbert, il est très réaliste sur le fonctionnement des grosses boites.

        • [^] # Re: Politique du SI

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Pour aller dans le sens de nimnim<, en même temps, le déploiement de Neptune pour de l'ordre de 150 000 postes clients, ça ne se fait pas du jour au lendemain non plus :/ (quelle idée de choisir le dieu des Mers et des Océans pour un projet qui va forcément être sous l'eau :D).

          Le "plus compatibilité IE7,8 et Gecko" est tout de même un bon élément dans les CCTP, si ça se généralise (j'aurais mis "compatibilité aux standards du W3C", mais ça éliminait de facto cette bouse de IE6...).

          • [^] # Re: Politique du SI

            Posté par . Évalué à 1.

            150 000 postes, ça ne ce change pas en un jour, mais j'ai l'impression que le mouvement a bien été pris, et des postes sous portalis (win2000), il ne devrait pas en rester énormément d'ici fin 2012 (d'ailleurs, c'est étrange d'avoir migré les salles informatique vers du vista seul alors que certaines applis / sites fonctionnent encore sous 2000).

        • [^] # Re: Politique du SI

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Relis ton Dilbert

          Je pense qu'il s'agit du principe de Dilbert, version aggravée du principe de Peter.

          Je pense que c'est la résultante de plusieurs facteurs :

          • Un employé compétent qui monte en grade n'a plus le temps de faire de la technique. Au bout de 5 ans, il n'est plus dans le coup. Encore une bonne dizaine d'années pour devenir décideur et on obtient une personne qui engage son entreprise pour plus de 10 ans sur des bases éculées. C'est un peu comme si un général de Napoléon prenait le commandement d'une escadrille de chasseurs-bombardiers.
          • Les entreprises sont souvent dirigées par des financiers qui n'ont aucune culture scientifique et aucune compétence en informatique. Comment pourraient-ils juger la compétence en informatique de ceux qui les entourent ? Dans le meilleur des cas, ils font appel à un jeune diplômé, c'est à dire qu'ils délèguent le jugement de compétence à leur école.
          • Il faut souvent recaser un hiérarchique. On le met dans un service au niveau N en lui disant qu'au dessous, il y a des gens compétents. C'est souvent vrai, mais pas toujours et il ne peut pas le savoir. On refait le coup au niveau N+1 et le nouveau chef N+1 pense que N est compétent. Il lui demande conseil et N fait semblant d'être compétent. C'est du vécu.

          J'avais illustré le fonctionnement archaïque des hiérarchies aux RMLL de Metz : Hiérarchie (ODP 53k). Plus l'entreprise est grosse, plus son système informatique est proche de la caricature. Heureusement, il y a parfois d'heureuses exceptions comme Jean-Marie Lapeyre qui avait pris de gros risques en introduisant les logiciels libres au ministère des finances.

          Note : Quelques illustrations du document ODP datent de l'époque où je travaillais en CGA (Color_Graphics_Adapter). Le problème n'a pas changé et reste entier...

          • [^] # Re: Politique du SI

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Intéressant ta présentation sur la hiérarchie (corrige au moins la faute d'orthographe dans le titre de la première page).
            A noter qu'il existe chez de grosses entreprises d'autres modèles organisationnels que la hiérarchie militaire : http://www.bonkersworld.net/2011/06/27/organizational-charts/ . A voir comment y circule l'information.

            • [^] # Re: Politique du SI

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Merci de m'avoir signalé cette coquille tellement grosse qu'elle me bouchait la vue.

              Sur les modes d'organisation, je préconise Lansare adapté à la gestion de toutes les tâches non récurrentes telles que les essais et les études.

              Si cela vous intéresse, n'hésitez pas à me contacter en privé (Coordonnées sur mon CV. Votre moteur de recherche le trouvera).

    • [^] # Re: Politique du SI

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Hello,

      EDF, c'est comme Internet avec Orange: il y a EDF et EDF R&D. Sur ce plan, je pense que la situation est très différente entre la politique SI de EDF en général et celle de EDF R&D. J'avais assisté à la présentation de Josselin Mouette (un développeur Debian) lors de la Mini DebConf Paris 2010. Lors de son intervention, nous avons pu nous rendre compte qu'EDF R&D maintenait, pour ses besoins internes, un quasi fork de Debian et que cette distribution était déployée sur la quasi-totalité du parc serveur ET workstations, soit une dizaine de clusters et environ 1000 stations (mais environ 1% du parc d'EDF) !!!

      Je vous invite à consulter sa présentation sur son blog pour vérifier par vous-même.

      Dans tous les cas, je ne suis pas surpris de voir EDF R&D s'investir dans le logiciel libre.

    • [^] # Re: Politique du SI

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      ne pas oublier aussi l'obligation d'utilsier weblogic pour afficher de banale pas jsp...

      je me suis toujours demandé dans les entreprises français qui est payés pour prendre d'aussi mauvaise décision?

      est-ce qu'ils ont vraiment des compétences informatiques?
      connaissent t'ils vraiment les solutions concurrentes?

      ont t'ils une formation en nutrition et ils se sont convertient à l'informatique?

      ont t'ils des vacances payés sur de gros yatch par de gros riche chez ibm, microsoft, oracle...?

      www.solutions-norenda.com

      • [^] # Re: Politique du SI

        Posté par . Évalué à 5.

        Rappelle toi la fameuse phrase: "Personne n'a jamais été viré pour avoir choisit IBM" qui date de l'age d'or du mainframe, et tu comprendras pourquoi on arrive a de telles décisions. IBM fu remplacé par Microsoft, et maintenant on se dirige tout doucement vers Oracle.

        En gros: il n'y a aucune imagination et aucune prise de risque (même minime!) pour faire des économies. Ils font juste ce qu'il faut pour que l'on ne leur reproche rien.

        • [^] # Re: Politique du SI

          Posté par . Évalué à 3.

          IBM fu remplacé par Microsoft, et maintenant on se dirige tout doucement vers Oracle.

          De mon point de vue IBM se porte très bien en particulier dans les banques ou ils vendent du matériel et de la prestation.
          Microsoft et Oracle vendent du logiciel et des prestations ponctuelles mais ils n'ont pas, à ma connaissance, la main mise sur des SI complets.

          Franchement je ne voie pas de déclin, même faible, pour IBM dans les serveurs et le contrôle des SI, j'ai le sentiment que c'est de pire en pire.

    • [^] # Re: Politique du SI

      Posté par . Évalué à 5.

      quand va t'on reprendre la main sur nos outils informatique, arrêtez de payer des sous-traitant pour faire des mises à jour qu'on pourrait faire nous même ?

      Ce sera exactement la même chose avec du Linux ou du Apple.
      Imagine tous les postes de travail sont sous Redhat.

      Ca ne me parait pas douteux que :
      - le service info EDF va faire une image standard adaptée aux postes, déployable automatiquement (j'imagine comme actuellement)
      - je ne pense pas une seule seconde qu'EDF réalisera entièrement en interne une montée de version de distribution ou de noyau dans l'optique d'un déploiement sur tous les postes. C'est le boulot d'un éditeur, et c'est pour ça que les maj ne seront jamais réalisées à 100% en interne.
      - le support éditeur restera payant (je n'imagine pas ne pas prendre de support / garantie)
      - les mises à jour auront donc un coût, qui sera peut être réparti différemment d'avant (encore que les tarifs windows d'EDF ne doivent pas être bien élevés, ramenés à 1 poste)

      • [^] # Re: Politique du SI

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Perdu sur plusieurs points.

        Nous développons une solution de poste de travail nommée Calibre, basée sur Debian, pour l'instant réservée à l'informatique scientifique, etc :

        Ca ne me parait pas douteux que :
        - je ne pense pas une seule seconde qu'EDF réalisera entièrement en interne une montée de version de distribution ou de noyau dans l'optique d'un déploiement sur tous les postes. C'est le boulot d'un éditeur, et c'est pour ça que les maj ne seront jamais réalisées à 100% en interne.

        Nous nous basons sur les versions majeures de Debian pour caler les versions majeures de Calibre mais tout le processus de releasing est géré par une équipe interne pour déclencher les migrations de versions.

        • le support éditeur restera payant (je n'imagine pas ne pas prendre de support / garantie)

        Pas de support éditeur externe pour ce qui est purement issu de Calibre, l'équipe de dev interne assure tout le support N3-4.

  • # Un autre exemple: Peugeot

    Posté par . Évalué à 6.

    Moi je pense à Peugeot, qui migre une partie de ces postes vers Linux, utilise Scilab lorsque c'est possible (en lieu et place de Matlab)...
    Cf. http://fr.wikinews.org/wiki/PSA_Peugeot_Citro%C3%ABn_migre_vers_Linux

  • # 100% ok avec xnx

    Posté par . Évalué à 4.

    La bureautique en interne est une catastrophe! Lotus Notes (avec POP/SMTP désactivé sur les serveurs pour éviter les petits malins qui essaieraient d'utiliser un autre client mail), IE6, poste Windows 2000 avec passage Vista commencé (alors que Microsoft lui même a dit que c'était une mauvaise idée), les serveurs Web internes (autre que communication) marchent uniquement avec IE! Alors on peut toujours faire des séminaires pour repeindre la façade mais c'est un très très gros chantier qu'il faudrait engager... La stratégie Open-Source à part pour nos clusters (basés sur une souche Debian) est bien maigre!

    • [^] # Re: 100% ok avec xnx

      Posté par . Évalué à 8.

      avec POP/SMTP désactivé sur les serveurs pour éviter les petits
      malins qui essaieraient d'utiliser un autre client mail

      Nan, c'est parce que Domino c'est du x 500 propriétaire repeint en infrastructure mail "standard", les protocoles de tout le monde ont été ajoutés après coup, et IBM veut pas s'engager sur la tenue en charge de ces protocoles sur de grosses infras (après réalité technique ou enfumage des commerciaux, qui va parier son poste dessus)

      Le webmail à la sauce Domino, c'est aussi très drôle, il y a tellement de js spaghetti partout qu'ils est plus lourd que le client lourd de base (celui l'avant la refonte sous Eclipse, qui a consisté a rajouter une tartine de java sur l'existant sans résorber celui-ci)

      Mais bon tant que tu as échappé à Lotus QuickR tu ne peux pas savoir tout le bien qu'IBM te veut

    • [^] # Re: 100% ok avec xnx

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      à part pour nos clusters

      Calibre, c'est plus de 3000 postes clients sous Linux, si je me rappelle bien des conférences aux RMLL de Mont-de-Marsan http://2008.rmll.info/L-informatique-Scientifique-a-EDF.html (en 2008). C'est aussi oublier quelques initiatives sous JBoss, apache/mysql ('fin LAMP) outre ce qui est présenté dans cette dépêche.
      Il y a aussi Linky http://www.zdnet.fr/actualites/smart-grid-edf-pret-a-deployer-les-compteurs-linky-en-masse-39759663.htm (je vous laisse trouver un lien plus détaillé :D).

      • [^] # Re: 100% ok avec xnx

        Posté par . Évalué à 1.

        Oui mais les clusters ne sont pas de la bureautique, et Calibre (coté poste client) est quand même très loin d'un GNU/Debian qui marche bien. Le nombre de problème que l'on peut rencontrer est hallucinant car la configuration est mal foutue... Si un serveur tombe on se retrouve avec tous les développeurs qui ne peuvent plus utiliser leur poste local, on fait donc un tour dans le couloir, mdr! Et j'en passe... Tout cela pour dire que même dans ce domaine un projet d'envergure serait nécessaire je pense.

        • [^] # Re: 100% ok avec xnx

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Tu es l'un des chercheurs d'un parc départemental ?
          Il n'y a pas un "bugzilla" en interne pour expliquer tes différents problèmes ?
          Es-tu le même utilisateur qui se plaindra qu'il n'y a pas de sauvegarde de tes travaux si tu ne travaillais pas en mettant tes données sur un serveur ?

        • [^] # Re: 100% ok avec xnx

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Calibre (coté poste client) est quand même très loin d'un GNU/Debian qui marche bien. Le nombre de problème que l'on peut rencontrer est hallucinant car la configuration est mal foutue...

          Je t'invite à tester Calibre7 qui est une mise à jour très importante pour les postes de travail. Le nombre de problèmes utilisateurs résolu est très important. Et si tu rencontres des problèmes avec Calibre, les circuits sont en place pour les remonter.

          Si un serveur tombe on se retrouve avec tous les développeurs qui ne peuvent plus utiliser leur poste local, on fait donc un tour dans le couloir, mdr! Et j'en passe...

          J'ai du mal à comprendre comment on peut incriminer une distribution logicielle pour un problème d'architecture SI...

          Tout cela pour dire que même dans ce domaine un projet d'envergure serait nécessaire je pense.

          Un certain nombre de chantiers importants autour de Calibre sont déjà bien engagés.

      • [^] # Re: 100% ok avec xnx

        Posté par . Évalué à 5.

        À propos des nouveaux compteurs, à savoir. Je cite des gens d'EDF :

        C'est la loi Nome, soit la Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité, concoctée par le gouvernement.
        Le principe en est simple : constatant que la concurrence ne fonctionne pas
        - plus de 96 % des Français restent fidèles à l’opérateur historique (EDF)
        - le gouvernement a décidé de la créer… artificiellement.
        La loi étant passée dans une relative indifférence, à partir du 1er janvier 2011, EDF aura obligation de revendre à ses concurrents jusqu’à 25 % de sa production d’électricité.
        Un véritable hold-up !

        On ne peut pas refuser à EDF d’accéder aux compteurs, et de les changer : par contre comme nous n’avons rien demandé, nous n’avons aucune obligation de signer quelque document que ce soit, et, du moment que nous n’aurons rien signé, EDF ne pourra pas nous obliger à payer ces compteurs…
        Attention aux signatures : aucune, même pour la réception de travaux...

    • [^] # Re: 100% ok avec xnx

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      entre win 2000 et vista, je prend win 2000, au moins les performances sont là

      www.solutions-norenda.com

  • # Linux et Debian chez EDF

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    J'ajoute une pierre à l'édifice : News du nouveau cluster de EDF R&D sous Debian

  • # Loin derrière les solutions propriétaires

    Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 31/07/11 à 08:59.

    Le travail d'EDF R&D sur ses logiciels de simulation numérique est assez impressionnant. Au travail, j'ai fait tester CAE Linux ( http://www.caelinux.com ) par le bureau d'étude à qui nous sous-traitons nos simulations mécaniques. Les outils de calcul sont d'excellente qualité. Mais par contre, côté interface graphique, c'est la catastrophe.
    C'est très très loin d'être aussi productif que les modules propriétaires livrés avec Pro-Engineer, SolidWorks, ANSYS etc.
    Et pour la partie simulation numérique hyperfréquence, il n'existe rien en libre. CST, ANSOFT... ont encore de beaux jours devant eux. Les licences par poste se comptent en dizaines de milliers d'euros et on est dépasse allègrement la centaine quand on prend la totale (simulation méca, fluide, thermique et hyperfréquence). La route est encore très très très longue.

    • [^] # Re: Loin derrière les solutions propriétaires

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      pas vraiment le même prix que les solutions propriétaires..... et avec l'argent économisé, tu peux surement refaire les interfaces "pas ergonomiques" plus dizaines de fois et en avoir assez pour payer un voyage à bora bora à plusieurs employés....

      www.solutions-norenda.com

  • # HS : nucléaire libre ?!

    Posté par . Évalué à -10.

    Le nucléaire libre ou pas...
    Je sais, ça fait un peu réaction épidermique mais quand on voit ce genre de truc après fukushima, tchernobil...:
    http://www.liberation.fr/economie/01012351794-en-bref

    On se dit que l'on ne va pas vraiment pouvoir vanter le libre chez edf.

    cordialement,

    • [^] # Re: HS : nucléaire libre ?!

      Posté par . Évalué à 7.

      "Ne pas nourrir le Troll", ok, mais tout de même, là je ne peux pas m'en empêcher:

      Pour informations, EDF a à son panel un peu plus d'activités que les exploitations de centrales nucléaires...

      • [^] # Re: HS : nucléaire libre ?!

        Posté par . Évalué à 0.

        Exact !
        Et quand bien même. L'ouverture des codes scientifiques "maison" d'EDF en Open-Source, fussent-ils dédiés au nucléaire, a plusieurs vertus dont une est justement la transparence. La faculté est donnée à qui veut d'auditer ces outils de calcul.

        Enfin une remarque en passant : je ne comprends pas les nombreux posts ici sur la politique du SI. Certes EDF n'est sans doute pas forcément pionnier ou digne de louanges dans ce domaine vis-à-vis de l'open-source. Mais ce n'était pas le sujet de la conférence, strictement dédiée à la simulation scientifique.

    • [^] # Re: HS : nucléaire libre ?!

      Posté par . Évalué à 7.

      Ben moi non plus je ne m'empêche pas de nourrir le troll.
      Il faut au contraire que "le libre" (non pas les logiciels, mais une vision de "l'opendata" pour employer un terme à la mode) soit la règle et non l’exception. Pour deux raisons :

      1. ne pas laisser un seul cercle savoir.
      2. faire comprendre aux gens.

      Bref tuer les croyances, d'où qu'elles viennent, en imposant une perestroïka forte. Pour le moment bien trop de gens mettent tout dans le même sac "le nucléaire, c'est le nucléaire, point barre". Ceci arrange les anti- et a toujours été la manière de penser de certains pro-. Aujourd'hui les évènements à Fukushima et aux USA rendent nécessaires une plus grande transparence. Et ceux qui ont le plus à perdre avec cette "opendata/perestroïka/transparence" ne sont pas forcément ceux qu'on crois de prime abord ...

      Commençons déjà par parler combustibles aux gens, afin de bien séparer les diverses possibilités.

  • # Pas d'intégrateur

    Posté par . Évalué à 1.

    Et pour trouver un intégrateur/formateur aux outils d'EDF hors région Parisienne, faut s'accrocher. D'ailleurs, il n'y en a même pas.

    • [^] # Re: Pas d'intégrateur

      Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 04/08/11 à 22:30.

      Que ce soit aux RMLL d'Amiens ou de Mont-de-Marsan, ce n'est pas l'impression que j'ai eue... l'un des objectifs de la libération du code étant de permettre d'avoir plus de partenaires (aux USA par exemple), permettant de monter un écosystème là où la R&D de Clamart ne serait pas forcément allé (justement par éloignement, manque de contact privilégié...).

      une simple recherche google sur code aster montre qu'il y a au moins des gens à Cosne-sur-Loire et http://www.code-aster.org/V2/spip.php?article63 indique que tu peux aussi aller en Autriche :) Que cherchais-tu spécifiquement ? Dans quel domaine ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.