Justice Un synthétiseur de voix enfreint-il les droits liés au texte lu ?

Posté par . Modéré par baud123.
Tags : aucun
10
20
fév.
2009
Justice
Un dépêche parue sur Osnews pourrait interpeller tous ceux qui se préoccupent des problématiques des droits d'auteurs et du libre usage des documents acquis par les consommateurs.

Un syndicat d'auteur s'en prend à Amazon parce que celui-ci commercialise un lecteur électronique doté d'une fonction de synthèse vocale. Les auteurs portent l'affaire en justice pour s'opposer à cette fonctionnalité. Il s'agit du cas de l'Amazon Kindle, un lecteur de livre électronique qui permet de se connecter à Internet pour télécharger des contenus (livres numérisés, journaux et magazines) vendus en ligne par le site américain Amazon.com. D'après la description fournie par Wikipédia, les médias proposés par Amazon sont dans un format propriétaire affecté de DRM.

Là où ça se corse, c'est qu'une version récente de ce lecteur propose en plus un système de synthèse vocale permettant de lire les fichiers textes.

Un syndicat d'auteurs s'en prend donc à Amazon sous le prétexte qu'être autorisé à vendre une copie numérique d'un texte n'autorise pas à le vendre sous une forme « audible ».

Est-ce abusif ? On peut effectivement considérer qu'un libraire qui produirait une version enregistrée d'un livre, sous forme de CD audio par exemple, en ayant recours au talent d'un acteur, en tirerait des bénéfices supplémentaires, et que s'agissant d'une nouvelle adaptation, il y aurait lieu de rémunérer l'auteur. Mais ici, le diffuseur n'est pas celui qui effectue l'« adaptation », sinon qu'il est le diffuseur de l'outil permettant la lecture. Quant au « nouveau produit » ainsi créé, on remarquera qu'il ne sera pas diffusé, et , dans les faits, ne sera vraisemblablement écouté que par l'acheteur initial du texte. L'article ne précise d'ailleurs pas s'il est possible de sauvegarder la version sonore ; il est probable qu'il ne s'agit « que » d'une version extrêmement volatile de l'œuvre.

La justification de la démarche juridique tient sans doute au fait qu'il existe par ailleurs des versions enregistrées des textes. Qu'en tout cas il existe une possibilité pour les auteurs de les commercialiser ainsi. Une potentialité de revenus supplémentaires.

Bref, l'existence de ce lecteur constitue une sérieuse concurrence pour les versions enregistrées de textes littéraires. Au fond, le problème n'est-il pas que la qualité d'une œuvre enregistrée, la plus-value apportée par le talent du conteur, le surplus de plaisir qu'on peut en retirer, doivent être suffisamment importants pour justifier leur coût par rapport à la médiocrité d'une œuvre récitée par une voix synthétique, mais dont on peut se satisfaire selon les circonstances ?
  • # Ils n'ont pas compris ?

    Posté par . Évalué à  1 .

    Ce n'est tout simplement pas la même chose ! Une lecture par voix synthétique ne pourra jamais (en tout cas pas pour l'instant) égaler celle faite par un humain tant sur le plan de l'expression que de la clarté !
    • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

      Posté par . Évalué à  7 .

      Oui mais le synthétiseur vocal permet de rendre tous les livres disponibles en version électroniques, accessibles aux personnes incapables de lire. Et ces personnes sont bien souvent habitués aux synthétiseurs vocaux et même, ne se satisfont plus du débit de parole d'un lecteur humain.
      • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

        Posté par (page perso) . Évalué à  8 .

        C'est ce que j'ai aussi appris d'aveugles équipé d'informatique : ils s'habituent à accélerer les synthés même si ça nous semble immonde et inaudible (la vitesse déformant tout en pire). Et au moins le synthé aussi pourri soit-il est toujours le même, donc il ne suffit que de s'habituer à son flot accélérer que de s'habituer au flot accéleré de chaque lecteur humain différent.

        ce commentaire est sous licence cc by 4

      • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

        Posté par . Évalué à  3 .

        ne se satisfont plus du débit de parole d'un lecteur humain.

        ==>> intéressant je ne savais pas

        En fait, je voulais juste dire qu'il n'y avait pas réellement de concurrence entre les livres audio et le lecteur proposé par Amazon.
        • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

          Posté par . Évalué à  10 .

          >>En fait, je voulais juste dire qu'il n'y avait pas réellement de concurrence entre les livres audio et le lecteur proposé par Amazon.

          Il n'y a pas réellement de concurrence si la qualité d'un CD audio lu est suffisante pour se démarquer du synthétiseur (je laisse volontairement de côté toute réflexion au sujet de l'amélioration en cours de la qualité des synthésiseurs, je n'y connais rien).

          C'est le sens que je voulais donner à la conclusion quand j'ai posté cet article; tous ceux qui s'arc-bouttent sur des questions de droit quand ils partent en croisade contre toutes les formes indésirées (par eux en tout cas!) de diffusion et de multiplication gratuite de contenu - ce qu'ils appellent du piratage - négligent toujours l'aspect qualitatif de leurs produits.

          Il y a des artistes qui continuent à vendre leurs CD, ce sont ceux qui produisent de la musique indépendamment des modes, qui créent des CD dont l'intégralité est de qualité (pas un ramassis de médiocrités pour accompagner un seul tube potable), ceux qui ne passent pas dans des méga-concerts mais dans de petites salles où l'on achètera avec plaisir leur CD à la sortie, etc.

          Il est notoire que les amateurs de classique, de jazz, de toute musique un peu pointue continuent à payer pour acquérir des CD, voire des vinyles.

          D'une certaine manière, en piratant les succès de la musique commerciale, le public ne fait que payer le prix qu'elle vaut; à peu près rien. Elle n'est vendable que dans les mois qui suivent sa parution, elle sera vite oubliée, il est donc essentiel d'en tirer le maximum de revenus avant que l'illusion ne soit retombée.
          • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

            Posté par . Évalué à  1 .

            Il est notoire que les amateurs de classique, de jazz, de toute musique un peu pointue continuent à payer pour acquérir des CD, voire des vinyles.

            Je serais pas aussi categorique la dessus, sur le jazz tout du moins.

            Un proche ami est (ou plutot etait) producteur jazz.
            Apres avoir produit qq albums, d'artistes d'une certaine renommee et de vraie musique artistique prout prout, il s'est resigne a laisser tomber la production pour devenir tourneur.

            Les concerts marchent plutot pas trop mal, la vente de cd c'est un enfer parait il, le marche est ridicule et les frais trop importants pour en vivre correctement (que ca soit lui ou ses artistes).

            Le pourquoi du comment, je sais pas trop, peut etre que les amateurs de jazz sont trop peu nombreux, peut etre qu'il ya trop de productions, peut etre qu'il faut etre une super star du jazz pour vendre suffisament de galettes, peut etre qu'ils preferent sortir pour ecouter les jazzeux jouer.
    • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

      Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

      Joli oxymore : jamais (en tout cas pas pour l'instant).
      Enfin, je ne suis pas d'accord. L'institut de recherche de ma fac travaille sur la synthèse de voix et tous les domaines voisins. Ayant vu/entendu des démos, je peux te dire que le seul détail qui trahi l'ordinateur c'est qu'il n'hésite jamais. Bon Après le temps de calcul pre-lecture est assez sympa.
      • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

        Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

        C'est clairement un commentaire d'une personne qui n'a jamais du chercher plus loin dans ce domaine que les "lecteurs" actuellement en ligne (et encore) et qui ne doit pas imaginer qu'un domaine puisse s'améliorer via un travail de recherche.

        C'est certain, les ordinateurs seront bientôt dotés d'une "voix" qui sera très difficilement différentiable d'une voix humaine. Des gens travaillent à cela depuis des années. Ils étudient les formes d'expression, les rythmes, l'importance des défauts de langage dans une communication et des tas d'autres paramètres...

        Il y a peu, une amie qui prépare une thèse sur ce thème s'est faite passer pour la gendarmerie (oui la blague est nulle et connue) en m'appelant. Et bien il m'a fallu une bonne minute avant de comprendre la farce tellement j'avais l'impression d'écouter une personne réelle (Et ce n'est pas la qualité vocale du téléphone qui étouffait les défauts de la voix synthétisée...).
        • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

          Posté par . Évalué à  5 .

          Et ça c'est un commentaire de quelqu'un qui n'a jamais du écouter un texte lu par un vrai acteur vocal (désolé, c'était facile).

          Quand un acteur vocal lit un texte, le minimum qu'il doive faire est de bien articuler, de ne pas bégayer, etc ... Ça je suis d'accord avec toi, même si ce n'est pas encore ce que font les synthétiseurs disponibles dans le commerce pour le grand public, ça arrivera certainement plus vite qu'on ne le pense.

          Un acteur vocal ne fait cependant pas seulement ça. Dans sa voix, il fait aussi passer des émotions, s'adapte au contenu qu'il lit, adoptera des types de lecture différent pour des textes différents. Tout ça, même le plus perfectionné des synthétiseurs ne le fera pas automatiquement d'ici quelques temps.

          Un texte accompagné d'un synthétiseur vocal n'est clairement pas équivalent à un support audio contenant le texte lu par un humain. Il faut prendre en compte cette différence quand on compare les deux.
          • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

            Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

            A l'heure actuelle oui il y a une différence et notable.

            Mais vu les travaux réalisés dans ce domaine actuellement, "demain" nous aurons des syntétiseurs de qualité quasi équivalente.

            Même l'émotion à utiliser est préhensible si l'on analyse le sens des mots utilisés ou qui vont l'être. Bien sur, il n'y a pas de "contexte" émotionnel (à proprement parler) mais on peut s'en approcher avec divers astuces (analyse litérale, du contexte d'utilisation...).
            • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

              Posté par . Évalué à  7 .

              Bonne chance quand même pour programmer :
              - un détecteur de sarcasme
              - un analyseur d'ironie
              - un capteur de lyrisme
              - un senseur de colère

              Ca un acteur humain sait très bien le détecter dans un texte, mais par contre un ordinateur, à moins d'avoir une IA capable de comprendre ce qu'elle lit... On n'y est pas encore.
              • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

                Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

                Relis moi bien... Je dis que le contexte émotionnel est une chose difficile à reproduire mais que certaines émotions peuvent tout aussi bien être détectées et utilisées.

                Au tout départ j'ai tiqué sur le "jamais"... A moins d'être devin, on ne sait pas de quoi seront capables nos machines dans 10, 20, 50 ou 100 ans. Et vu les progrès réalisé en matière d'automatisation, de traitement des données, d'analyse et en l'occurence de synthèse, bien malin (et stupide) est celui qui pense que jamais on ne pourra parler à une machine sans s'en rendre compte. Des animateurs radio arrivent avec quelques jingles à berner des personnes lors de canulars téléphonique. Imagines avec une synthèse vocale et les moyens de demain...

                L'ordinateur a aussi des avantages en matière de lecture.Ex: Un être humain qui lit un texte inconnu a tout au plus "quelques" mots d'avance sur ce qu'il prononce et avec ça il lui est souvent difficile d'adapter son ton à l'émotion qu'il est en train de lire. Sur la longueur d'une phrase il va être capable de la représenter mais les premiers mots seront neutres, anticipés (avec un risque se planter) ou alors dépendants du contexte précédent. Un ordinateur lui peut analyser bien plus loin le texte et réagir très vite pour adapter ce qu'il émet à ce que le contenu semble vouloir lui faire dire ou représenter.

                Dire: Une lecture par voix synthétique ne pourra jamais (en tout cas pas pour l'instant) égaler celle faite par un humain tant sur le plan de l'expression que de la clarté !
                s'est se tirer un balle dans le pied. Dans 10 ans (voir moins) on peut facilement imaginer qu'on se méprendra entre un texte lu par une personne et un lu par une synthèse vocal. (mais je ne suis pas devin, je ne prédit pas, j'imagine)
                • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

                  Posté par . Évalué à  2 .

                  Tu ne lis pas ce que tu cites ?
                  Il y a écrit « jamais (en tout cas pas pour l’instant) ».
                  « Dans dix ans », ce n’est pas « pour l’instant ».
                  Bon, « jamais » non plus… (ou plutôt, « pour l’instant » n’est pas « jamais ».)
                  • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

                    Posté par . Évalué à  2 .

                    Je me demande comment sortirait ton commentaire sur un synthétiseur vocal :)
                    • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

                      Posté par . Évalué à  2 .

                      Ben, j’arrive bien à le lire, moi, il devrait pouvoir aussi :oP

                      (Il « suffit » de respecter la prosodie ; faire une pause aux guillemets et changer de ton.)
                • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

                  Posté par . Évalué à  1 .

                  . Et vu les progrès réalisé en matière d'automatisation

                  C'est là que ton raisonnement cloche : une émotion n'est pas un automatisme ....

                  Sinon je suis d'accord avec toi que les synthèses vocales ont fortement progressé, mais dans le contexte de la dépèche, il sera impossible - et ça j'en suis convaincu - de créer une synthèse vocalae capable de restituer une oeuvre écrite avec les émotions adaptées, sans qu'un travail d'adaptation humain ne passe derrière ...
              • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

                Posté par . Évalué à  1 .

                En meme temps, pour l'ironie et le sarcasme, il y a plein d'humain qui n'y arrive déjà pas... donc bon ^^
                • [^] # Re: Ils n'ont pas compris ?

                  Posté par . Évalué à  2 .

                  J'avoue, il y a des imperméables...

                  Heureusement, en général un acteur y arrive (en général).
  • # Ont-ils peur de l'enregistrement ?

    Posté par . Évalué à  5 .

    Parce que même si "L'article ne précise d'ailleurs pas s'il est possible de sauvegarder la version sonore " il est toujours possible d'enregistrer une source sonore !
  • # Bonne nuit les petits

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    Mères, bientôt vous ne pourrez plus lire d'histoire à vos enfants. Tout au plus pourrez-vous montrer les images avec le doigt...mais pas trop longtemps sous peine de poursuites pénales !

    L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

    • [^] # Re: Bonne nuit les petits

      Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

      Et les papas ils ont pas le droit de lire des histoires à leurs enfants ?

      Sinon les contes récoltés par les frères Grimm (Cendrion, peau d'âne, Tom Pouce…) sont depuis longtemps dans le domaine public et tu en trouves plein de copies un peu partout sur l'internet.

      Certes tu n'auras pas forcément de dessins, mais bon…
  • # Avocats à la recherche de revenus

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    Je pense qu'il ne faut pas aller chercher plus loin la cause de cette attaque. Il y a des pléthores d'avocats aux USA qui cherchent des sous en restant dans la légalité mais en se fichant complètement de toute valeur éthique, morale ou sociale.
    • [^] # Re: Avocats à la recherche de revenus

      Posté par . Évalué à  1 .

      C'est le propre des avocats, sinon ils font un autre métier. Lorsqu'ils parlent d'éthique c'est uniquement pour faire comme si. Ils défendent leur clients/pigeon, rien d'autre.
      C'est idem pour notre vénéré empereur président qui est avocat de formation (que mille fleurs d'épanouissent sous ses pas).
  • # Neil Gaiman a un excellent petit billet sur le sujet

    Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

    Je recommande la lecture du billet de Neil Gaiman à ce sujet, qui a le mérite de mettre en situation un auteur et l'avis a priori divergent de celle qui représente ses intérêts : http://journal.neilgaiman.com/2009/02/quick-argument-summary(...)

    Il en rajoute une couche avec une problématique déjà abordée plus haut dans les commentaires : les mal-voyants - http://journal.neilgaiman.com/2009/02/zoom-zzzzoom.html

    Ce qui est appréciable dans ces articles, outre leur intelligence et leur relative modération, c'est que Gaiman présente la partie "adverse" de façon très humaine. Ca change du simple troll (et j'aime bien les trolls aussi, là n'est pas le problème)
  • # C'est un poil exagéré

    Posté par (page perso) . Évalué à  8 .

    Amazon vend un logiciel permettant l'affichage de contenu textuel, si j'ai bien compris. Ce même logiciel permet dorénavant d'effectuer une synthèse vocale du contenu textuel qu'il permet d'ouvrir (dans un format propriétaire DRMisé au passage, bref que du bonheur). Dans le cas d'une "oeuvre" (certains auteurs feraient mieux de redescendre sur Terre), j'imagine que la personne ayant acheté ce logiciel a du également la payer (achat ou location) pour pouvoir en profiter au sein de son super logiciel de la mort qui tue... Moi, je serais ces auteurs, je pousserais le vice à l'extrême pour pouvoir m'en mettre encore plus dans les poches ! Au vu des possibilités (plus ou moins) offertes à l'heure actuelle, pour les mêmes raisons évoquées, ils pourraient aussi bien porter plainte dans un certain nombre de cas, ici non exhaustif :
    - utilisation d'un synthétiseur vocal externe : non seulement ni Amazon ni ces "auteurs" n'ont touché de sous dessus, mais en plus ce synthétiseur va très sûrement réaliser une lecture encore différente du synthétiseur d'Amazon, et potentiellement affreuse.
    - utilisation d'un périphérique de lecture braille : bah oui ! la beauté des mots peut aussi bien passer par la qualité visuelle d'une phrase ou d'un paragraphe (donc de la mise ne page de manière générale) que par leur sonorité.
    - affichage sur un écran trop petit pour lire confortablement un livre électronique, corrompant ainsi toute la dimension artistique et littéraire d'une oeuvre contemporaine majeure.
    - utilisation d'une musique d'ambiance, d'images ou de couleurs au cours de la lecture d'un document électronique, pouvant dénaturer l'oeuvre littéraire en tant que tel. Il faudrait d'ailleurs interdire aux gens d'écouter de la musique en même temps qu'ils lisent !
    - etc.

    Dans le même genre, l'industrie musicale pourrait d'ailleurs s'inspirer très fortement de cette plainte... Car après tout, rien qu'un problème d'échantillonnage trop faible (les fameux 128 Kbps d'il y a quelques années) tendent à dénaturer certains sons, donc la qualité artistique, jusqu'à rendre certaines oeuvres inaudibles ! Qui pourrait imaginer payer une chanson ou Britney Spears aurait une voix de robot ? Et elle-même souhaiterait-elle que ses millions de fans écoutent en boucle toute son oeuvre musicale en subissant un tel biais ? En tout cas, il ne faudrait pas que les gens lisent en même temps qu'ils écoutent de la grande musique...

    Bon, tout ce que je dis est fortement tiré par les cheveux et absurde (ça m'amuse beaucoup), mais en même temps, avec de tels abrutis que ce syndicat d'auteurs, on n'en est plus très loin !
    • [^] # Re: C'est un poil exagéré

      Posté par . Évalué à  1 .

      On peut aller encore plus loin :
      Que l'ordinateur lise à haute voix le texte, le déforme, le ridiculise. Donc c'est du pastiche, donc c'est une nouvelle œuvre (dont on a pas besoin de payer les droits d'auteurs).

      Amazon.com devrait me payer pour assurer leur défense....
      • [^] # Re: C'est un poil exagéré

        Posté par . Évalué à  2 .

        Encore plus loin : les traducteurs automatiques qui sont capable de trasformer une oeuvre morbide et tone en la plus hilarante des histoires ....
    • [^] # Re: C'est un poil exagéré

      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

      Le Kindle n'est pas un logiciel. C'est un e-book.
  • # Et quand le PC un appareil sera capable d'interpréter une chanson ...

    Posté par . Évalué à  1 .

    Ils ferons comment les ayant-droits ?
    Je dit bien interpréter = Chanter à partir de paroles et d'une partition musicale.
  • # et ..

    Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

    Et on va taxer les loupes, qui pillent les possibilités de revenus annexes sur les ventes de livres à gros caractères
    ... On va aussi taxer les photocopieuses (ah non, déjà fait)
    ... On va aussi taxer les cd, disques et cartes mémoires qui permettent de stocker (ah non, déjà fait aussi)
    ... On va aussi taxer les reventes d'occasion (il y a déjà des procès là dessus, argh)


    Il va falloir s'arrêter là quand même le droit d'auteur n'est pas un droit de controller la vie des gens. Il y a un moment où quand tu achètes une oeuvre, son support et donc le droit de l'utiliser, il te faut un peu de latitude.

    C'est à moi de choisir si je veux le lire dans le bon ordre, si je veux lire le résumé avant, si je veux utiliser une loupe, si je veux utiliser un logiciel/matériel de lecture, ou même si je veux démanteler le livre pour en emporter simplement quelques pages dans le métro.

    Ils vont juste arriver à massacrer le droit d'auteur avec un trop gros ras le bas de tout le monde là.

    Tiens, ça vaudrait presque le coup de soutenir l'initiative, rien que pour accélérer la chute et les alternatives.
    • [^] # Re: et ..

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      Mais si ! laisse faire, il y a encore plein de trucs sur lesquels on peut grappiller... Jusqu'à maintenant, on s'est contenté de taxer les systèmes de lecture (appareils comme logiciels, pourvu qu'ils utilisent des formats propriétaires), les supports (bah oui, parce qu'on peut faire des copies privées, pas bête) et certains canaux de diffusion (en tout cas, c'est vrai dans certains pays où s'est développé le principe de forfait global)... Il reste encore au-moins un truc qui n'a jamais été exploré, c'est une taxe sur la manière d'accéder "physiquement" à l'information que l'on fait payer : tu vends du texte en français, arrange-toi pour rendre payant à la fois la traduction en anglais et sa synthèse vocale. Tu vends de la musique au format WMA, fais-la moins chère pour l'utilisateur de Windows Media Player (à condition qu'il utilise une carte son Yamaha). Tu vends un film en VOD, appliques des tarifs agressifs en fonction de la diagonale de l'écran sur lequel le gentil acquéreur va regarder ce film (avec un petit supplément pour les 16:9)...

      En creusant bien, je suis sûr qu'on peut encore trouver des filons ! Allez les gars, courage !!!
      • [^] # Re: et ..

        Posté par . Évalué à  2 .

        Tu vends un film en VOD, appliques des tarifs agressifs en fonction de la diagonale de l'écran sur lequel le gentil acquéreur va regarder ce film (avec un petit supplément pour les 16:9)...

        tiens curieux, en lisant ça je n'ai pu m'empêcher de faire une analogie avec le mode de facturation de certains logiciels (tarif au CPU, au type de serveur, à la quantité de RAM présente, txc ...).

        Sinon ce principe existe déjà : un film sur support HD est facturé plus cher que sur DVD ..... parce que potentiellement tu peux le regarder sur un matériel quui te donne une meilleur qualité. Mais ça n'a rien couté de plus (ou si peu) à produire: ce n'est que de la copie.
        • [^] # Re: et ..

          Posté par . Évalué à  1 .

          Sinon ce principe existe déjà : un film sur support HD est facturé plus cher que sur DVD ..... parce que potentiellement tu peux le regarder sur un matériel quui te donne une meilleur qualité. Mais ça n'a rien couté de plus (ou si peu) à produire: ce n'est que de la copie.

          On peut aussi le voir dans l'autre sens: le support DVD est vendu moins cher que le support HD.
          Il a coute pareil a produire, mais le service etant de moins bonne qualite, on baisse le prix.

          Sachant que le vrai contenu HD (ie reellement filme en haute def) coute plus cher a produire (achat de camera + nouvelle chaine de montage etc.), ca se tient.
          • [^] # Re: et ..

            Posté par . Évalué à  2 .

            Sachant que le vrai contenu HD (ie reellement filme en haute def) coute plus cher a produire (achat de camera + nouvelle chaine de montage etc.), ca se tient.

            Ca ne tient pas pour les anciens films ....

            Maintenant je ne pense pas que la caméra ait un impact aussi important, rapporté au budget global et au nombre de films vendu ...

            Enfin je pense que les caméras n'ont pas attendu que le HD soit disponible pour le grand public pour s'équiper en matériel HD. ...
            • [^] # Re: et ..

              Posté par . Évalué à  1 .

              La cle est la:
              nouvelle chaine de montage
              Plus la chaine de mastering, les nouvelles machines pour encoder et tout le tralala, former les techniciens sur ces nouveux soft/machine, plus tu refait le menu (pour les reeditions de DVD), plus il faut amortir la nouvelle usine de pressage de blu ray, plus toute la pub faite autour du blu ray pour convaincre les gens que c'est achement mieux (vous avez cru que c'etait gratuit la pub? C'est nous qu'on paye au final...), plus la logistique chez block buster qui doit maintenant se taper un inventaire de dvd ET de blu rays, pareil chez Best Buy qui a maintenant 2 rayons et doit gerer son stock intelligement, bref tout le bordel inherent a la migration vers une nouvelle technologie plus mieux. Ca coute un peu au debut. C'etait pareil avec le DVD au debut.

              Bref, c'est plus cher pour commencer a cause de tout ca, les prix vont diminuer avec le temps et l'amortissement des investissements initiaux, les dvds vont discretement disparaitre du marche avec un prix en baisse constante, et les blu ray vont finir au meme prix que les dvd maintenant.
  • # Une technique classique pour tirer plus de revenu d'un même produit

    Posté par . Évalué à  1 .


    Tout comme les autres agents économiques possesseurs d'un produit unique, pour maximiser le profit sur ce produit, on segmente le marché artificiellement. Comme les constructreurs de micro processeur l'on fait en utilisant des supports différents pour chaque gamme de micro-processeur.

    Le prix étant fixé en fonction de combien le client est près à débourser.

    Plusieurs produits spécialisés, sont toujours plus lucratifs qu'un produit multifonctions.

    Cependant cette démarche, consomme énormément de ressources, mais diminue les besoins en réelle innovation.

    Bref le Lucre nous tura ;) surement un jour.
  • # Pour moi c'est clairement de la contrefaçon...

    Posté par . Évalué à  -2 .

    Faut arrêter de jouer sur les mots : l'interêt d'un livre c'est son texte. Qu'il soit imprimé sur du papier, transcodé sous une suite de caractères binaires, lu à voix haute ou lu par une synthèse c'est pareil : on accède à l'oeuvre sans avoir payé la "redevance", la "taxe" ou le "droit", bref on profite de l'oeuvre sans avoir raqué.

    Ensuite la question est toujours la meme : quel est l'interêt d'attaquer Amazon ? Y a-t-il réellement une perte ? Peut-on vraiment penser que qqu'un, au lieu d'acheter le livre ira l'écouter sur Amazon ? J'y crois pas une seconde.

    A faire un truc stérile, autant aller à la FNAC et foutre une amende à ceux qui se font des intégrales entières de BD sans payer. Eux aussi, finalement jouissent de l'oeuvre sans avoir payé son support. Ils font une copie "dans leur tête", toute aussi immatérielle que la copie sonore que Amazon fait en temps réel.
    • [^] # Re: Pour moi c'est clairement de la contrefaçon...

      Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

      La dépêche parle d'un logiciel développé par Amazon permettant d'accéder à du contenu vendu ! Donc, ceux qui peuvent écouter un livre électronique avec ce logiciel ont normalement payé le droit de lire le-dit livre...

      Pour la Fnac, je t'ai trouvé une solution : tu fais payer l'entrée du magasin, comme ça tu rembourses les milliers d'ayants droits lésés par ces quelques empêcheurs de consommer en rond... Ou bien tu lances une taxe sur les yeux, car il est vrai qu'au même titre qu'avec la carte mémoire de leur appareil photo ou le disque dur de leur camescope, les gens sont susceptibles de pirater avec leurs yeux...
    • [^] # Re: Pour moi c'est clairement de la contrefaçon...

      Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

      > Faut arrêter de jouer sur les mots : l'interêt d'un livre c'est son texte. Qu'il soit imprimé sur du papier, transcodé sous une suite de caractères binaires, lu à voix haute ou lu par une synthèse c'est pareil : on accède à l'oeuvre sans avoir payé la "redevance", la "taxe" ou le "droit", bref on profite de l'oeuvre sans avoir raqué.

      Ah, mais personne ne conteste qu'il faille payer l'oeuvre. D'ailleurs dans le cas du Kindle Amazon a bien vendu la version électronique du livre (version texte), avec l'accord des ayants droits.
      Ce dont on parle c'est le fait que *pour les gens ayant acheté la version électronique du texte*, ils puissent via du matériel Amazon *acheté lui aussi* déclencher un logiciel de lecture orale du texte (chez eux, après achat, en aucune manière la version orale ne transite par Amazon).

      Des softs comme ça tu en trouves à la pelle sur Internet si tu acceptes d'avoir une voix pourrie. Le syndicat du livre a visiblement considéré que si l'utilisateur voulait "écouter" le livre, on ne devait pas le faire lire par un logiciel dans son salon mais acheter la version "livre CD" du livre, et que donc offrir un moyen aux gens de transformer du texte en parole était malhonnête (je schématise mais c'est le principe)
      • [^] # Re: Pour moi c'est clairement de la contrefaçon...

        Posté par . Évalué à  0 .

        Pardon, j'avoue avoir lu en diagonale, j'avais pas compris que c'était *après* la vente du livre. Du coup, il est évident que le pb n'est plus le meme, et que on s'apparente plus à de la copie privée...
        • [^] # Re: Pour moi c'est clairement de la contrefaçon...

          Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

          Même pas en fait, on ne copie rien (la version oralisée n'est pas stockée, même en temporaire, c'est directement du son). C'est au plus une manière informatisée de lire à haute voix. Allez, en étant sympa c'est une représentation privée pour toi même (ce qui est bien entendu le minimum que tu as le droit de faire avec une oeuvre que tu as acheté)
  • # Est-ce abusif ?

    Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

    Un syndicat d'auteurs s'en prend donc à Amazon sous le prétexte qu'être autorisé à vendre une copie numérique d'un texte n'autorise pas à le vendre sous une forme « audible ».

    Est-ce abusif ?


    C'est même idiot !
    Qu'est-ce qui différencie la lecture pensée de la lecture à voix haute, sinon que l'une semble personnelle et l'autre pas ?

    Copie fichier texte, copier un fichier sonore ou video, c'est toujours copier un fichier.

    Comment empêcher qu'une lecture se fasse à un groupe plutôt qu'à un individu paraît plus proche du problème des détenteurs de droits, mais voilà, jamais (enfin pour l'instant...) on ne pourra empêcher de faire une lecture à un groupe...

    En tout cas voilà un bel exemple où le respect des droits de quelques-uns s'apparente surtout à la privation des droits du plus grand nombre, ici les droits de tous ceux qui souhaiteraient écouter un texte, parce qu'ils ne savent pas lire, ou parce qu'ils ne peuvent pas lire, ou parce qu'ils veulent l'entendre lire.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.