Journal De l'apologie de l'incompétence

Posté par .
Tags : aucun
0
29
jan.
2005
Cher journal,
je viens de tomber sur un article rigolatoire de nos amis de 01Net : "Les DSI non informaticiens, champions de l'alignement stratégique" (http://www.01net.com/article/265258.html(...)) où on nous explique comme la vie est plus belle dans les boites où on a placé un pignouf qui n'y connaît rien à l'informatique au poste clé de DSI. Et vas-y que je t'explique que ça apporte "un oeil neuf", etc... C'est clair, on devrait aussi nommer le cuisto de la cantine PDG, le commercial à la R&D, le dévelopeur aux finances et la secrétaire au marketing, ça améliorerait grandement les choses. Je propose même qu'on permute les postes en tirant tous les matins à la courte paille. Fun, non?

Plus sérieusement, on y raconte comment on place des gens issus d'écoles préstigieuses (ENA, X) mais sans aucune compétence technique et qui "se dotent d'un adjoint bardé de compétences techniques". Bah, oui, quoi. Comme il ne pige rien, le gars est obligé d'avoir un grouillot qui lui explique les technologies existantes pour qu'il puisse prendre une décision. Le partage des taches, petits four et conférences pour l'un, se démerder pour faire tourner la boutique pour l'autre. Ca doit être drôle les explication façon Luce et Henri on il explique comment les petits paquets circulent dans les cables réseaux façon "Il était une fois la vie"... N'ayant aucune référence, le "dessailledor" ne peut pas se faire une opinion sur les technos et doit se contenter de ce qu'il entends à la machine à café et de ce qu'il lit dans 01. Pas étonnant si on enregistre un beau fiasco après.

Il y a des jours ou on se pose des questions sur la logique qui anime ceux qui nous gouvernent.
  • # En fait

    Posté par . Évalué à 4.

    En fait l'adjoint technicien ne vient qu'en supplément. Si, si, sans rire. Il parait que maintenant DSI ce n'est plus seulement un poste de techos barbu à chemise à fleurs mais aussi un "poste décisionnel stratégique". L'ami DSI (qui ne prend pas de décision mais ne fait que des recommandations) est donc présent au réunion de monsieur l'ambassadeur du top-management.

    Tout ca pour dire que c'est un positionnement que l'on peut comprendre, le DSI issu d'école de commerce aura de toute facon besoin de comprendre un minimum de quoi il parle. Mais est-il utile de savoir programmer pour estimer l'intérêt d'un déploiement d'SAP ?
    • [^] # Re: En fait

      Posté par . Évalué à 5.

      Mais est-il utile de savoir programmer pour estimer l'intérêt d'un déploiement d'SAP

      Non mais savoir ce que c'est qu'SAP, ce que ça permet de faire ou pas ça sert. J'ai eu affaire récemment à un nouveau manager qui venait du BTP et pour qui tout problème est analogue à couler du béton. Et fatalement pour mesurer la productivité des développeurs il s'est dit que ce serait bien de mesurer la productivité en nombre de lignes de code par jour comme il faisait avec le nombre de litres de béton... Que du bon. M'enfin bon il n'est pas resté longtemps. Parti avant la fin du projet. Conscience professionelle en plus...

      Chaque métier a ses spécificités. Dans certaines écoles de commerce on a tendance à penser que si on est un bon manager dans un domaine, on peut manager n'importe quoi. Je ne pense pas qu'on puisse puisse parachuter un gars sans connaissances sur un domaine à la tête du service. Ca n'est pas spécifique à l'informatique. Combien de fois voit-on des gens "casés" à la tête de grandes entreprises ou dans des ministères et qui ne connaissent rien du métier de leurs collaborateurs. D'où incompréhension.
      • [^] # Re: En fait

        Posté par . Évalué à 10.

        Je ne pense pas qu'on puisse puisse parachuter un gars sans connaissances sur un domaine à la tête du service


        Tout à fait d'accord, meis il y a un autre type de personne dont il faut se mefier : les informaticien qui viennent tout juste de depasser le stade de "débutant" dés qu'ils ont 2/4 ans d'experience, et qui sont tellement persuadé d'être revenus de tout qu'il font tout pour se placer en petit chef de projet. Quand ils y arrive, c'est terrible, il y en a qui sont pire que ceux qui ne connaissent rien...
      • [^] # Re: En fait

        Posté par . Évalué à 6.

        J'ai eu affaire récemment à un nouveau manager qui venait du BTP et pour qui tout problème est analogue à couler du béton.

        heureusement qu'il ne venait pas du monde du porno...
  • # ....et de l'ignorance

    Posté par . Évalué à 6.

    Dans le même axe on peut dire que chez 01net des "journalistes informatique" sans formation, ils savent de quoi ils parlent, quand on lis des article comme celui ci : http://www.01net.com/article/265513.html(...)
  • # Perso,

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    j'ai pas enormement d'experience professionnelle, mais j'ai jamais considéré les DSI & DT comme des gens compétents techniquement...
    Donc 01net ne fait qu'énoncé une vérité existant depuis un bon moment déjà !
    Après, c'est clair que je pense comme toi que c'est une hérésie totale, mais bon, maintenant pour avoir des responsabilités et être bien payés il faut être B2B compliant et amateur du pipotron.
    C'est moche mais bon :(
  • # Dilbertisme

    Posté par . Évalué à 7.

    C'est clair, on devrait aussi nommer le cuisto de la cantine PDG, le commercial à la R&D, le dévelopeur aux finances et la secrétaire au marketing, ça améliorerait grandement les choses. Je propose même qu'on permute les postes en tirant tous les matins à la courte paille. Fun, non?

    Héhéhéhé ! Oui, très fun.
    Honnêtement, je serais bien curieux d'assister pendant quelques temps à la métamorphose de l'entreprise qui s'en suivrait. Il se pourrait bien qu'il se passe en fait des choses aussi intéressantes qu'imprévues.

    Pour le reste, c'est toujours pareil. L'informatique est une discipline qui échappe aux méthodologies habituelles de l'enseignement, et qui demande de s'y plonger pratiquement à 100%. Donc évidement, les grands « décideurs » mais aussi une bonne partie de la communauté scientifique, habituée à réécrire l'univers en quelques équations, et le management en général ont beaucoup de mal à voir une chose aussi fondamentale rester hors de leur contrôle. Donc on va toujours trouver un artifice pour dire que l'on peut quand même exercer le métier en faisant telle ou telle simplification, que finalement ce n'est pas SI important, etc. et aujourd'hui, que c'est carrément hype de ne pas savoir. Cela flatte leur égo. En tout cas c'est l'impression que cela me donne.

    Il est important de noter, cependant, que pendant le vingtième siècle, un patron d'entreprise était quelqu'un qui avait accumulé suffisament d'expérience pour savoir quel cap tenir (même si la gestion d'une compagnie ne s'est jamais improvisée). Aujourd'hui, il est de fait que manager est un métier à part entière que les grands patrons des grandes entreprises sont interchangeables (ex : Michel Bon, qui a « dirigé » successivement l'ANPE, France Télécom et l'Institut de l'Entreprise, mais la formule est valable pour la plupart des grands comptes). Par conséquent, un DSI doit avoir une double compétence : Etre aussi bon gestionnaire que technicien, alors que tout le monde sait que c'est la quadrature du cercle.
    • [^] # Re: Dilbertisme

      Posté par . Évalué à 2.

      et aujourd'hui, que c'est carrément hype de ne pas savoir. Cela flatte leur égo.

      C'est rigolo, mais ca me fait penser à un de mes meilleur pote en école d'ingé (une des mieux cotées). Et il en est fier !

      Haha, je vais aiguiser mes arguments pour contrecarrer ses prochaines attaques "anti-puriste"...
      • [^] # Re: Dilbertisme

        Posté par . Évalué à 3.


        Haha, je vais aiguiser mes arguments pour contrecarrer ses prochaines attaques "anti-puriste"...


        Je te conseille donc la lecture de ce troll baveux que j'avais délibérément laché dans la nature :D
        LÀ => https://linuxfr.org/~epo/13302.html(...)
        Je suis fier de moi :D (33 commentaires, moyenne: 2.9) sans que j'intervienne une seule fois ... dedans il y a des perles ;>

        j'en rigole encore ... Allez mon commentaire préféré !!

        Le pb cest que tu vas perdre en sociabilité si tu fais X....
        Mais je suis sur que le salaire et l'autosatisfaction procurée vaut ce léger sacrifice.
  • # De l'apologie de l'incompétence

    Posté par . Évalué à 5.

    Je doute que ce soit vraiment spécifique à l'informatique (même si c'est un domaine où je reconnais volontier que c'est exharcerbé) : si tu crois qu'un architecte sait comment couler du béton et du ciment, tu peux te fourrer un doigt dans l'½il :)

    Et l'analogie avec l'architecte n'est pas un hasard, le DSI est le "grand" architecte d'une politique d'ensemble : dans tous les systèmes complexe et "hiérarchisées", tu as le "décideur" qui a une connaissance assez globale pour mener une "politique" d'ensemble, et plus bas, tu as les "petites mains" spécialisées qui mettent en ½uvre leurs compétences pour atteindre le but fixé.

    D'ailleurs ce n'est pas un hasard si les DSI sont généralement beaucoup plus âgés que les techniciens : les "vieux" savent mener une politique et obtiennent plus facilement la confiance de l'entreprise ("ce gars il a roulé sa bosse des années"), tandis les jeunes peuvent mettre en ½uvre les moyens de l'accomplir mais n'obtiennent que rarement une bonne confiance ("c'est un jeune blanc bec, il va nous révolutionner un système qui marche en voulant faire de l'informatique pour l'informatique").

    Par exemple, si tu mets un jeunots comme DSI dans une société qui utilisent encore de la mini-informatiques (et ça existe encore) avec terminaux texte connectés sur gros serveur, la première chose qu'il va vouloir faire, c'est "moderniser" l'existant à coup de micro-informatique : si techniquement ça a le bon mérite d'apporter un ½il neuf et de se mettre à la page, stratégiquement ça veut dire changer tout le système nerveux du système d'information. Et pour avoir vécu ce changement radical dans un système d'information, je peux te rapporter que ce n'est pas conséquence financières (investissement nouveaux vraiment conséquents) et humaines (réticences des utilisateurs habitués à un système tournant sans problème depuis des lustres, période de formations lourdes privant l'entreprise de main d'oeuvre, ...).

    Bref, je pense que ça reste dans l'Ordre des Choses, et le proverbe qui résumeraient bien cela serait : « Si les jeunes savaient et les vieux pouvaient » :)

    « Je vous présente les moines Shaolin : ils recherchent la Tranquillité de l'Esprit et la Paix de l'Âme à travers le Meurtre à Main Nue »

  • # Cours d'intégration.

    Posté par . Évalué à 3.

    Dans mon IUP j'ai un cours sur l'intégration des systèmes de gestion (en gros le contenu du cours c'est : SAP, comment ca marche, pourquoi des boites dépensent de millions d'euro pour ce truc)

    Une de ses remarques c'a a été : "Les informaticiens n'on pas droit d'assiter aux premières réunion pour la mise en place d'un ERP (systeme de gestion intégré)"

    Pourquoi ? le DSI et ses compères sont là pour apporter des solutions techniques au problème et pas ce qu'ils ont tendance à faire naturellement : adapter le problème aux solution techniques.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.