Journal OpenStreetMap dans le Monde

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
22
3
nov.
2009
Salut journal, ça faisait un bail dis-donc.

Donc voilà, je voulais juste te faire part d'un article qui vient de paraître dans Le Monde (le journal) au sujet d'OpenStreetMap. Il se trouve que j'ai été interviewé en plus. Le journaliste a fait du bon boulot je trouve, c'est à noter.

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/11/03/quand-(...)

Voilà, c'est tout, à la prochaine.

Et merci aux contributeurs à OSM et JOSM qui passent dans le coin. Sur ce, il y a encore du boulot …
  • # Vendu !!!

    Posté par . Évalué à 10.

    Tout le monde peut prendre part au projet, à condition de maîtriser l'outil informatique et d'accepter les discussions interminables, en ligne, pour savoir s'il faut ou non inventer un nouveau symbole matérialisant les routes en mauvais état, par exemple.

    C'est une honte !!

    Tu discrédite le monde du libre (et même du moins libre comme gnu/linux), car c'est évident que ça vient d'un libriste qui utilise ubuntu (alors que debian, cay mieux(mais moins que le pire des BSD)). Comme si, nous, fan du libre (et du moins libre comme gnome/Mono), passions nos journées à troller, à avoir des discutions interminable sur de petits détails ?
  • # Petite reflexion

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Un article d'écrans.fr me pose pleins de questions. http://www.ecrans.fr/Google-va-trouver-son-chemin-tout,8331.(...)

    En gros google maps est en train d'abandonner Teleatlas pour voler de ses propres ailes. Pour cela, il compte sur la participation des internautes avec un bouton « signaler une erreur » et l'utilisation de son excellent outil http://www.google.com/mapmaker
    Bien entendu les cartes seront toujours à google et la licence reste restrictive.

    De l'autre côte nous avons OpenStreetMap avec ses grandes zones blanches, des outils plus ou moins faciles à utiliser, des tags par milliers. Mais heureusement une licence très libre CC-by-sa et la possibilité de cartographier un peu près ce que l'on veut.

    Je me demande comment va pouvoir évoluer OSM face à Google Maps. Est-ce que les internautes voudront participer à un projet libre ou seront-ils tentés d'aller vers la facilité en reportant des petites erreurs sur google maps ?
    • [^] # Re: Petite reflexion

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Il est clair qu'il manque encore un peu de boulot pour peaufiner l'integration des différentes outils d'OSM, mais ils restent assez facile d'accès.
      De toutes façons au niveau marketing, Google maps écrase et continuera d'écraser OSM, indépendament des autres qualités d'OSM. Et rien que pour ça, les internautes seront tentés par la facilité, tout comme ils utilisent Messenger, Word, achètent n'importe quoi en supermarché, …

      OSM évoluera indépendemment de GMaps, car il n'a rien à envier à ce dernier. OSM, ça marche et c'est facile, il ne reste qu'à l'améliorer.
    • [^] # Re: Petite reflexion

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Quand on voit où en sont les utilisateurs allemand et anglais, même si le nombre d'utilisateurs actif reste constant, je me fais pas trop de soucis pour le volume de données....

      Il ne reste plus qu'a finaliser un bon outil de recherche et d'itineraire sur OSM et moi j'ai tout ce qu'il me faut..
      • [^] # Re: Petite reflexion

        Posté par . Évalué à 3.

        Ceci peut peut-être faire ton affaire ?
        http://maps.cloudmade.com/
        • [^] # Re: Petite reflexion

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Oui ...mais non :p

          il y quand même quelques améliorations à faire à l'outil cloudmade avant de pouvoir prétendre être ok pour le routage...
          sinon il n'y a pas de moteur de recherche là :p

          Il existe bien http://katie.openstreetmap.org/~twain/ qui est vraiment vraiment sympa ... mais actuellement disponible uniquement pour l'Angleterre (il fut dispo pour la belgique et la france début octobre) ... et souvent hors ligne pour reindexation ....

          A suivre donc :)
      • [^] # Re: Petite reflexion

        Posté par . Évalué à 6.

        J'avais fais une vieille implémentation en C de l'algorithme de Sedgewick-Vitter par le passé.
        Elle prenait en paramètre des pointeurs de fonction pour introduire des contrainte de circulation. (bouchon à des horaires bien précis, vitesse maximale, vitesse moyenne, travaux, ...)

        Ca me faisait marrer parce qu'à l'époque (en 96), on avait fait une extraction des données de Michelin (avec lequel on avait un accord) et sur un même itinéraire avec les données que nous avions traitées, Michelin nous faisait rentrer sur l'autoroute en sautant d'un pont alors qu'avec notre extraction on calculait un trajet exact.

        La boite qui produisait ce logiciel a coulé. Si ca intéresse quelqu'un, je pourrais peut-être fournir le code après m'être assuré que ca ne pose pas de pb juridique.

        Ca me fait penser que je recommande la lecture de ce bouquin qui a été pour moi une bible (dans son ancienne édition)
        http://www.techno-science.net/?onglet=ouvrages&ID=221211(...)
        • [^] # Re: Petite reflexion

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Ça pourrai peut être intéresser les gars de navit : http://wiki.navit-project.org/index.php/Main_Page

          S'il y a un problème, il y a une solution; s'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

          • [^] # Re: Petite reflexion

            Posté par . Évalué à 5.

            Merci pour ce lien intéressant.

            Pour le coup, je pense qu'ils disposent déjà d'un moteur de trajet plus générique que celui que je pourrais proposer.

            Mais je lis ici
            http://www.navit-project.org/?page=readme
            qu'ils utilisent l'algorithme de Dijkstra en partant de la destination.
            Cet algo permet de calculer les chemins optimum dans un graphe orienté quelconque.

            L'algorithme de Sedgewick-Vitter est une optimisation pour les repères cartésiens.
            Il dérive de Dijkstra, en partant du point de départ, mais introduit une heuristique qui est la distance à vol d'oiseau (d'où la restriction aux graphes cartésiens) pour rejoindre le point d'arrivée.
            Ceci réduit le faisceau d'exploration des noeuds dans le graphe puisque l'optimum est découvert plus tôt.
            La complexité de cet algorithme était meilleure que celle de Dijkstra.
            Nous l'avions amélioré en introduisant des obstacles pour modifier dynamiquement le graphe et en pondérant le coût de traversée des arrêtes grâce une fonction de cout. Elle interrogeait les données sur la circulation.

            J'avoue m'être trop écarté du domaine pour savoir si d'autres algorithmes ont émergé et sont utilisés à l'heure actuelle par l'industrie.

            Par contre, tu as indirectement répondu à la question plus haut.
            OSM pourrait peut-être aussi se baser sur les travaux de Navit pour proposer cette fonctionnalité.
            • [^] # Re: Petite reflexion

              Posté par . Évalué à 2.

              C'est la seule mention sur le net que j'ai trouvé sur cet algorithme.

              http://books.google.fr/books?id=Zymtw6TRU84C&pg=PA133&am(...)


              Mais le bouquin de Christian Prins l'expliquait en détail et en donnait une implémentation en Pascal.
              On s'est contenté de le traduire en C, de l'adapter à nos données et d'introduire une fonction de poids.
            • [^] # Re: Petite reflexion

              Posté par . Évalué à 2.

              [...]mais introduit une heuristique qui est la distance à vol d'oiseau (d'où la restriction aux graphes cartésiens) pour rejoindre le point d'arrivée.


              N'est-ce pas ce qui est appelé communément A* (et est utilisé un peu partout) ?
              • [^] # Re: Petite reflexion

                Posté par . Évalué à 3.

                L'heuristique est du même ordre mais dans mes souvenirs, l'algorithme était un peu différent et meilleur du fait de son domaine d'application restreint.
              • [^] # Re: Petite reflexion

                Posté par . Évalué à 2.

                Ici l'explication:

                ! .doc inside

                http://www.etnoka.fr/redirect/2581/qualified/attachment/9476(...)

                Il existe une version spécialisée de cet algorithme, connue sous le nom d’algorithme de Sedgewick-Vitter, basée sur un tas. Par rapport à l’algorithme de Dijkstra, le tas H est classé selon les valeurs de F au lieu de D. L’algorithme est alors bien plus rapide en moyenne : les sommets fixés avant t forment un fuseau plus ou moins étroit de s à t et ne représentent qu’une petite partie des sommets du graphe.

                Algo :


                algorithme de SEDGEWICK-VITTER

                INIT D à + ¥ ;

                D( s ) = 0 ;

                F( t ) = H( t ) ;

                CLEAR ( Tas ) ;

                INSERT ( Tas , F , s ) ;
                REPEAT

                TAKE_MIN ( Tas , F , i ) ;

                FOR k = 1 TO NB_SUCC ( i )

                ARC_SUIVANT ( i , j , d , k ) ;



                IF ( D( i ) + d < D( j ) ) THEN

                D( j ) = D( i ) + d ;

                F( j ) = D( j ) + H( j ) ;

                PRED ( j ) = i ;

                IF not INSIDE( Tas , j ) THEN

                INSERT( Tas , F , j ) ;

                ELSE

                MOVE_UP( Tas , F , j ) ;

                END IF

                END IF

                END FOR

                UNTIL ( EMPTY ( Tas ) OR i = t ) .
                • [^] # Re: Petite reflexion

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Du coup, ce tas me fait penser que c'est peut-être bien l'algo qu'ils utilisent pour Navit et pas le Dijkstra de base.
    • [^] # Re: Petite reflexion

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Hello,

      effectivement, gogole maps est sous les feux de la rampe avec l'abandon de la source de données Teleatlas et permettra bientôt (ou déjà) de disposer d'outils de navigation dans Android.

      Mais n'oublions pas qu'OSM a pour objectif de fournir des données de terrain libres. Si vous lisez la licence de Google Maps, vous verrez qu'on ne peut utiliser leurs données qu'à titre personnel (et pas commercial ni professionnel). C'est plus restrictif que la licence OSM et c'est également pour cela qu'OSM insiste bien sur sa différence avec Google Maps.

      Pour aller plus loin, OSM c'est le wikipedia de l'information géographique et c'est une excellente initiative car on peut y mettre plus que le contenu de Google Maps. Le modèle de données d'OSM est très ouvert car, il est effectivement possible d'ajouter des tags qui n'existent pas encore. On peut voir d'ailleurs la souplesse de ce modèle lorsque des utilisateurs français ont carrément intégré les données Corine Land Cover dans OSM à l'aide d'une moulinette ...

      Google Maps part avec une longueur d'avance mais lorsqu'OSM aura rattrapé son retard qui n'existe qu'en matière de quantité de données, le potentiel d'OSM permettra d'aller plus loin.

      N'oublions pas qu'en matière d'information géographique sur le web, la référence, c'est le logiciel libre (OpenLayers, PostGIS, UMN MapServer, les standards de l'OGC, etc...). C'est encore mieux avec les données qui vont avec !

      Dans tous les cas, je vous encourage vivement à contribuer à OpenStreetMap:
      - ça vous permet de vous rendre utile à la communauté (c'est bien de se sentir actif).
      - pas besoin de connaissances techniques (c'est pas comme coder en C++).
      - ça vous permet de vous intéresser à un sujet prenant (l'information géographique).
      - vous pourrez apprécier de vous balader à vélo dans des coins suprenants à deux pas de chez vous.
      - vous participerez à l'amélioration de la connaissance du territoire (de votre commune, votre pays, du monde).
      - vous prendrez conscience en direct sur le terrain du fait qu'en 10 ans, on a perdu ,au niveau national, l'équivalent de la surface d'un département de terres agricoles... (si si, allez faire une séance d'acquisition GPS dans votre patelin natal et comptez le nombre de nouveaux quartiers qui étaient des champs dans vos souvenirs).
      - vous ne pourrez plus supporter les lotissements labyrinthiques qui sont une vraie plaie à cartographier (passer 4 à 5 fois au même endroit histoire d'avoir toutes les rues) et qui bizarrement, sont tous foutus de la même manière et porte les mêmes noms de rues.
      - Mais vous pourrez aller voir votre maire avec une bonne carto sous la main pour lui montrer à quel point il faudrait travailler sur les pistes cyclables...

      Allez, tous à vos vélo-GPS (ou au plugin cadastre-fr) !
      • [^] # Re: Petite reflexion

        Posté par . Évalué à 2.

        Ce que je trouve sympa avec OSM, c'est surtout qu'on peut en tirer sa propre carte personnelle et à usage privé.
        Exemple tout bête: je veux faire un plan à des amis pour qu'ils viennent faire la fête chez moi.
        Je télécharge les bouts qui vont bien sur OSM, j'ajoute mon plan par dessus, j'envoie ça à mes amis en privé.
        Google ne propose pas, me semble-t-il, d'équivalent. Ou alors, stocké chez lui, ce qui n'est pas pareil niveau vie privée.

        Comme quoi, mine de rien, "licence libre" et "vie privée" vont bien ensemble. ;+)

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Petite reflexion

          Posté par . Évalué à -1.

          Bah si tu peux le faire avec Google Maps, avec « print screen ».
          Après tu l'imprimes, et tu dessines ton itinéraire.

          Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

          • [^] # Re: Petite reflexion

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Hello,

            Google Maps peut te permettre d'imprimer, certes, mais pas comme tu veux...

            Par exemple, tu ne peux pas faire ce que fait MapOSMatic (cf http://www.maposmatic.org/about/): imprimer des cartes dans un format classique papier.

            D'ailleurs MapOSMatic n'est qu'une possibilité des données d'OSM: le rendu de carte (à la carte).

            A partir du moment où tu peux faire ce que tu veux des données, tu es libre d'inventer tous les usages de ton choix des plus simples aux plus tordus élaborés.
            • [^] # Re: Petite reflexion

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              A partir du moment où tu peux faire ce que tu veux des données, tu es libre d'inventer tous les usages de ton choix des plus simples aux plus tordus élaborés.

              Clairement, mais Grunt avait donné un exemple d'utilisation 100% faisable avec Google Maps (tout le monde fait ce qu'il dit qu'on ne peut pas faire avec), faudrait trouver d'autres exemples que des choses faisables avec Google Maps pour convaincre (il y a plein d'exemples non faisable avec Google Maps, pas la peine de prendre des exemples faisables avec Google Maps)
              • [^] # Re: Petite reflexion

                Posté par . Évalué à 2.

                Ah bon, je peux récupérer les données brutes de Google Map, et les mettre sur mon serveur à moi? En séparant le terrain, les routes, les objets, en ajoutant mes propres repères et que ça soye tout bien intégré?
                Je ne parlais pas de faire une copie d'écran ou une impression, hein.

                THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                • [^] # Re: Petite reflexion

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Je te cite : "Exemple tout bête: je veux faire un plan à des amis pour qu'ils viennent faire la fête chez moi."

                  Si tu as besoin de "les mettre sur mon serveur à moi? En séparant le terrain, les routes, les objets, en ajoutant mes propres repères et que ça soye tout bien intégré" pour filer un plan à des amis, il faut aller te soigner, tu es atteint de dépendance grave à l'informatique.

                  Je ne parlais pas de faire une copie d'écran ou une impression, hein.

                  Pour " faire un plan à des amis pour qu'ils viennent faire la fête chez moi.", c'est amplement suffisant.

                  J'ai repris ton exemple, et seulement ton exemple. Si tu va dire "OSM c'est bien parce qu'on peut faire un plan à des amis", désolé, mais en plus d'être ridicule, tu ne seras plus crédible. Les gens ne sont pas idiots au point de ne pas savoir que Google Maps est amplement suffisant pour le faire, et se diront que si tu en es à ce point, c'est qu'OSM n'a rien pour lui.

                  OSM a des choses pour lui, pas la peine de lui faire de la mauvaise publicité en disant des énormités sur les plan pour les amis.
                  • [^] # Re: Petite reflexion

                    Posté par . Évalué à 2.

                    il faut aller te soigner, tu es atteint de dépendance grave à l'informatique.
                    Je me soigne, docteur, je me soigne.
                    Sinon, l'exemple était peut-être mal choisi pour illustrer le propos, mais c'est vraiment ce que je trouve intéressant avec OSM: le fait qu'on puisse utiliser en local sa base de donnée. Peut-être que pour faire un plan c'est un peu disproportionné (quoi que, si j'ai déjà le serveur et déjà mon "OSM local" dessus, le plus gros est fait), mais l'idée est là: avec OSM, on dispose d'une base sur laquelle on peut ajouter ses propres données. Et c'est, à mes yeux, ce qui le différencie d'un point de vue pratique de Google Maps.

                    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                    • [^] # Re: Petite reflexion

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      le fait qu'on puisse utiliser en local sa base de donnée.

                      Et je n'ai pas dit le contraire!
                      OSM reste intéressant, mais donner des exemples aussi facilement accessibles en ligne n'arrivera pas à convaincre beaucoup de monde.
                      Il vaut mieux se focaliser sur ce que permet OSM et qu'il est impossible de faire avec Google Maps (pas besoin d'accès à Internet pour le consulter, plans personnalisés, pas de copyright moche sur les plans etc...)
              • [^] # Re: Petite reflexion

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                Une cartographie des zones de couvertures des caméras de surveillance sur les voies publiques... ?
                • [^] # Re: Petite reflexion

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Par exemple. Ou des points d'accès WiFi que tu as sauvagement dont tu as convaincu les propriétaires de te donner la clef. Ou ce que tu veux dont tu veux trier les gens qui y ont accès.

                  THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

            • [^] # Re: Petite reflexion

              Posté par . Évalué à 2.

              Par exemple, tu ne peux pas faire ce que fait MapOSMatic (cf http://www.maposmatic.org/about/): imprimer des cartes dans un format classique papier.
              Merci beaucoup pour le lien, je suis très impressioné par la puissance du service !!
      • [^] # Re: Petite reflexion

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Je suis totalement convaincu du bienfait des sources libres et d'un projet comme OSM. J'ai même entièrement cartographié ma petite ville de 1 300 habitants.

        On dit souvent qu'OSM et le wikipedia des cartes. Et j'aimerais vraiment qu'il prenne le même chemin de wikipedia au niveau de la croissance d'utilisateur et de l'adoption du grand public.
        Sauf que wikipedia était un peu seul dans le paysage des encyclopédies gratuites et surtout participative. Google a beaucoup aider à la démocratisation de l'outil. Et aujourd'hui l'encyclopédie libre tient une place indétrônable dans le web mondial. C'est une des plus grandes fiertés du libre.

        Par contre Google aura la volonté d'écarter la cartographie libre. Il faut bien voir que les enjeux financiers autour de google maps sont assez énormes. Aujourd'hui il ne produit pas de revenu, mais demain ça pourra être une plateforme indispensable pour faire de la publicité très locale.
        Les utilisateurs pourront améliorer la carte de google et ils auront l'impression de « travailler » pour une carte disponible gratuitement. Les outils de google sont et seront excellents. J'ai bien peur que les internautes prennent cette voie.

        La seule solution pour OSM est de promouvoir les licences libres, d'innover et bien entendu d'améliorer la base de données.
    • [^] # Re: Petite reflexion

      Posté par . Évalué à 10.

      Moi ce que je trouve extrêmement impressionnant c'est la capacité des gens à travailler pour une entreprise privée sans être payé. Google a sorti google building maker : http://sketchup.google.com/intl/fr/3dwh/buildingmaker.html . L'outil permet de modéliser en 3D de vrais bâtiments à partir de photos satellites. En France, ça n'est sorti que pour Marseille et Lyon mais c'est déjà très complet. Ça aurait coûté cher à google de rémunérer des gens pour le faire, alors ils ont laissé les clients bosser pour eux...
      • [^] # Re: Petite reflexion

        Posté par . Évalué à -7.

        Oué, c'est dingue tous ces gens qui bossent pour Canonical, Mandriva, Red Hat ou Novell sans avoir de rétribution, à part peut-être le fait de pouvoir utiliser le résultat chez eux !

        Euh pardon, je me suis trompé de troll...

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

        • [^] # Re: Petite reflexion

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          La grosse différence (enfin, à vérifier dans le cas de Google Sketchup), c'est que tu contribue mais tu ne peux pas faire ce que tu veux de ce que tu as créé !

          Quand tu bosses gratuit pour RedHat, tu travailles sur du logiciel libre, ça profite à la communauté et à toi également.

          Si on transpose ça à Google Maps, imagines que tu travailles sur du logiciel mais qu'à la fin, tu ne peux pas en faire un usage libre...genre, forker le projet ou simplement réutiliser une partie du code dans une autre application !

          C'est là, tout le problème auquel répond OpenStreetMap !
  • # J'aime bien l'article...

    Posté par . Évalué à 8.

    ... et tout particulièrement ce passage : "Ainsi, à Beyrouth, au Liban, l'éditeur de plans Zawarib suggère aux habitants de signaler les évolutions de la voirie ou l'apparition de nouveaux repères visuels, tels que les magasins."
    Les trous dans la chaussée, suite à un attentat-suicide, faut aussi les répertorier ?
    • [^] # Re: J'aime bien l'article...

      Posté par . Évalué à 6.

      J'attends avec impatience la cartographie du Sahara par les bédouins.
      • [^] # Re: J'aime bien l'article...

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Avec la généralisation des points d'accès wifi dans les oasis, ils pourront ainsi synchroniser tranquillement les données acquis par leur GPS et transféré sur leur laptop flambant neuf qui leur sert aussi à recharger leur ipod.
  • # Comment contribuer ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Pour contribuer à OSM

    Vous pouvez lire :
    http://wiki.openstreetmap.org/wiki/FR:Beginners_Guide

    et regarder la vidéo suivante :
    http://showmedo.com/videos/video?name=1800000&fromSeries(...)
    • [^] # Re: Comment contribuer ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Je voudrais contribuer (je fais pas mal de route en vélo, ça serai une bonne occasion de l'utiliser), mais j'arrive pas à me décider niveau récepteur GPS.
      Comme j'ai pas vraiment besoin d'un gros GPS, je cherche plus un data logger, mais le meilleur niveau fonctionnalité, dans un budget résonable (30/40 euros). Sur le site, y'a bien un liste interminable de GPS. Mais c'est un gros bordel, et les informations ne sont pas forcement à jour.
      • [^] # Re: Comment contribuer ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        En france, l'idéal pour contribuer c'est d'utiliser les cadastres plutôt que les gps, c'est beaucoup plus précis et puis on n'a pas besoin de parcourir tous les petits chemin pour les tracer ;)
        • [^] # Re: Comment contribuer ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Malheureusement, le cadastre n'est pas disponible partout, dans certaines zones, il permet à peine de dessiner le contour des communes. Et quand dans la même zone, tu peux à peine distinguer la différence entre les zones habitées et les champs sur les images satellites Yahoo™, il n'y a pas d'autre moyen que de se balader avec son GPS… :-)
      • [^] # Re: Comment contribuer ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        À toutes fins utiles, voici un petit topo que je me suis fait il y a 2 mois :
        http://dumoulin63.net/gps

        Je n'en ai pas encore acheté, car j'en ai pas terminé avec le cadastre sur ma commune, mais je pense acquérir le Qstarz Q1300. Je crois que je vais me lancer car il y a des chemins à 100m de chez moi qui sont pas évident à déterminer sur le cadastre, et pas mal de routes de campagne manqent en Auvergne …
  • # Se passer des cartes papier

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    "A terme, grâce à la combinaison de la géolocalisation et des contributions humaines, précise Thierry Joliveau, on pourra se localiser à partir de l'écran de son téléphone portable et se passer de la carte. Cet objet abstrait et complexe redeviendra un outil pour maniaques", ajoute le géographe.

    J'espère que je ne suis pas le seul à penser qu'un téléphone ne remplace pas du tout une bonne carte dépliante. Avec un écran de dix centimètres – et même avec un écran de cinquante centimètres d'ailleurs –, je n'ai aucune vision d'ensemble. Impossible de préparer moi-même ma route. Je dois donc me fier à un calculateur d'itinéraire, ce qui est plus que moyen pour un cycliste. Avec un géolocalisateur plus un calculateur d'itinéraire, je me retrouve assisté, ce qui est le meilleur moyen pour que j'arrive à destination sans rien retenir du chemin.

    Avec un vraie carte, j'ai une vue d'ensemble sur vingt kilomètre et le détail à 10 mètres en même temps. Je peux préparer mon itinéraire et me situer moi-même. Je peux arriver à destination en conservant une représentation du chemin dans ma mémoire.

    Bref, je trouve que les outils qui facilitent l'utilisation de cartes sur écran (zoom, géolocalisation) ne sont que des palliatifs aux défauts de cette utilisation (écran non pliable de moins d'un mètre de côté), et apportent des effets secondaires gênants. OpenStreetMap est bien pratique, mais ce n'est pas demain que je cesserait d'être client de l'IGN.
    • [^] # Re: Se passer des cartes papier

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Ouais, mais une carte, c'est toujours aussi galère à déplier dans une voiture :)
    • [^] # Re: Se passer des cartes papier

      Posté par . Évalué à 2.

      Moi y'a rien qui m'énerve plus que de déplier une carte et à avoir à la replier.
      Je préfère nettement ces guides avec une carte par page qui porte un numéro de page des cartes adjacentes sur chaque coté du plan.
      • [^] # Re: Se passer des cartes papier

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Je n'avais pas pensé à cette solution. Ça dépend des goûts et des besoins : voiture, vélo, marche à pied, randonnée, en ville, à la montagne… Mais remplacer ça par des téléphones portables, franchement…
        • [^] # Re: Se passer des cartes papier

          Posté par . Évalué à 7.

          Ben si tu pars à la montagne, justement, ta carte ne sera d'aucune utilité par rapport à ton androPhone. Ta carte n'aura plus de batterie au bout de 12h, plus de balise où se connecter, elle ne marche pas par -10ºC, ton sac tombe à l'eau elle est foutue... en plus l'avantage avec l'androPhone c'est que ton patron, ta femme et ton voisin peuvent te rappeler à tout moment car ils ont besoin de toi et c'est vraiment très urgent.

          La rando en montagne, il y a une application pour ça.

          Bon ok je déconne mais en fait une base de donnée style OSM n'est pas du tout incompatible avec une carte papier. Je pense par exemple aux clubs de course d'orientation (l'orientation, c'est bon, faisez-en!) qui ont leur propre base de donnée des terrain aux alentours où ils organisent leurs sorties. Il s'agit de cartes très détaillées, bien plus que les IGN, qui demandent beaucoup d'effort à faire, surtout par quelques bénévoles au sein d'un petit club. Le problème est que les coureurs se retrouvent à s'entrainer toujours sur les mêmes terrains, ce qui est assez lassant.

          Un projet comme OSM pourrait, à terme, mettre en commun les efforts de tous ces clubs et bénévoles, et proposer des sorties bien plus intéressantes aux courreurs. Bon évidement on en est pas encore là... d'une part, les données actuelles sont loins d'être libres, et je ne suis pas sûr que la FFCO serait prête à aller dans ce sens et d'autre part, les données sur OSM ne sont pas assez précises pour faire de la CO... mais qui sait, peut être qu'un jour...
    • [^] # Re: Se passer des cartes papier

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Parmi ces deux personnages, trouvez le vrai geek. Trouvez également celui qui passera pour geek.

      1. Il utilise l'outil le plus adapté à ses besoins : livre en papier, long texte imprimé, carte dépliante en papier, serveur personnel de courrier.

      2. Il utilise l'outil le plus électronique, à la mode : livre électronique, long texte sur écran d'ordinateur, carte sur téléphone portable, Google Mail.
      • [^] # Re: Se passer des cartes papier

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        3. Il utilise le plus adapté à ses besoin, qui se trouve être le plus électronique.

        Parce que tes exemples en 1., c'est tout ce que je déteste (livre lourd à porter, déplier une carte qui n'est jamais assez précise, serveur personnel qui merde quand tu es en vacances pendant plus de 2 jours et donc tes mails en arrivée sont perdus par les serveurs en face qui poubelisent...)
        • [^] # Re: Se passer des cartes papier

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          livre lourd à porter

          Question de goût. Moi, c'est la lecture sans pouvoir tourner les pages ou feuilleter que je ne supporte pas. Mais en tout cas, l'important est de ne pas utiliser la technologie pour la technologie.

          déplier une carte qui n'est jamais assez précise

          Si les cartes IGN au 1:25000 ne sont pas assez précises pour toi, je ne vois pas beaucoup d'alternatives, informatiques ou papier.

          serveur personnel qui merde quand tu es en vacances pendant plus de 2 jours et donc tes mails en arrivée sont perdus par les serveurs en face qui poubelisent

          C'est cinq jour, la rétention SMTP standard. Et tu as le droit d'avoir des MX secondaires.
      • [^] # Re: Se passer des cartes papier

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Tu as oublié l'agenda papier et l'agenda électronique... Moleskine a changé ma vie \o/
    • [^] # Re: Se passer des cartes papier

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      « OpenStreetMap est bien pratique, mais ce n'est pas demain que je cesserait d'être client de l'IGN. »

      L'un n'empêche pas l'autre !
      OSM n'est pas prêt pour la randonnée, mais promis, dès que j'ai un gpslogger, je m'y mets.
      J'ai fréquemment trouvé des erreurs sur des cartes IGN, les nouvelles éditions sont longues à venir, et puis comme pour le reste je ne peux pas faire ce que je veux des données. Par exemple, avoir des cartes avec les fontaines publiques et les ravitaillements possible des petits bleds, ça, ça serait le pied, et j'imagine mal comment l'IGN pourrait être exhaustif là dessus.

      De toutes façons, et c'est triste à dire, je trouve le modèle de l'IGN, établissement publique (il faut s'en convaincre), vraiment ridicule !
      • [^] # Re: Se passer des cartes papier

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        L'un n'empêche pas l'autre !

        Jamais dit le contraire. C'est juste la citation selon laquelle on pourrait abandonner les cartes papier qui m'a fait réagir. Ne vous y trompez pas, j'utilise OpenStreetMap, je trouve ça pratique et j'y contribue un petit peu.
    • [^] # Re: Se passer des cartes papier

      Posté par . Évalué à 3.


      mais ce n'est pas demain que je cesserait d'être client de l'IGN.

      Et considères tu normal, qu'un organisme public, à qui donc tu donnes déjà ta dîme, ne te permette pas d'utiliser librement la base de données qu'il a pu financer grâce à ton argent.

      C'est la motivation initiale du projet OSM.

      En achetant leurs cartes, tu ne fais que conforter leur monopole sur ces données.

      Outre des actions citoyennes pour dénoncer cet état de fait, en contribuant au projet OSM, tu contribues aussi à casser ce monopole.
      Et qui sait peut-être qu'un jour tu pourras palper de belles cartes
      OSM based ?

      Alors garde toujours ton GPS allumé quand tu prends le volant même si tu gardes ta belle carte IGN près de toi.
      • [^] # Re: Se passer des cartes papier

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Et considères tu normal, qu'un organisme public, à qui donc tu donnes déjà ta dîme, ne te permette pas d'utiliser librement la base de données qu'il a pu financer grâce à ton argent.

        Non. Mais j'apprécie quand même leurs cartes papier.

        En achetant leurs cartes, tu ne fais que conforter leur monopole sur ces données.

        Je n'achète pas les cartes pour leurs données. Si je veux les consulter, j'ai déjà le GéoPortail. J'achète des cartes papier, personne d'autre n'en fournit de telles, donc je n'ai pas le choix.
        • [^] # Re: Se passer des cartes papier

          Posté par . Évalué à 4.


          Je n'achète pas les cartes pour leurs données. Si je veux les consulter, j'ai déjà le GéoPortail. J'achète des cartes papier, personne d'autre n'en fournit de telles, donc je n'ai pas le choix.

          C'est bien la définition d'un monopole.
        • [^] # Re: Se passer des cartes papier

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          donc je n'ai pas le choix.

          D'où l'utilité d'OSM... Avoir le choix.
      • [^] # Re: Se passer des cartes papier

        Posté par . Évalué à 3.

        Et considères tu normal, qu'un organisme public, à qui donc tu donnes déjà ta dîme, ne te permette pas d'utiliser librement la base de données qu'il a pu financer grâce à ton argent.

        De mémoire, l'IGN est un peu bicéphale. Il a une mission de service public (notamment la maintenance du réseau géodésique), financée par les deniers publics et dont le résultat est accessible par tous. Et par ailleurs, il a aussi des activités privées, (théoriquement) auto-financées, et là tu payes pour y accéder.

        Ceci étant, ils fournissent des données de bien meilleure qualité que leur revendeur le plus connu (Bayo) qui impose l'utilisation de leur visionneuse de m*rde.
        • [^] # Re: Se passer des cartes papier

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          A voir aussi qu'une grosse partie de leur données cartographiques sont mises à jour par les mairies via les logiciels de cadastre par exemple. J'estime moi aussi que la cartographie publique devrait être dans le domaine public, même si j'apprécie moi aussi les cartes papier.
          • [^] # Re: Se passer des cartes papier

            Posté par . Évalué à 2.

            Alors déjà, le cadastre est mis à jour par ... le service du cadastre. Les mairies reçoivent, sous différentes conventions, les plans et matrices cadastrales (aujourd'hui largement sous forme informatisée, soit Majic2+Edigeo, mais autrefois sur papier).

            Ensuite, l'essentiel des données vendues par l'IGN n'est PAS issu du cadastre. En fait, le seul produit IGN tiré du cadastre c'est ... la BD PARCELLAIRE. Et encore, sauf pour les communes qui ont déjà réalisé (et financé) leur propre vectorisation, c'est l'IGN qui prend en charge le passage des plans scannés aux données vectorielles "utilisables".

            Pour le reste, les données de l'IGN sont issues de leur travail, du boulot de leurs géomètres sur le terrain, de leurs ortho-photographes, etc. C'est clair, ils nous en feraient cadeau ça serait plus mieux. Mais leur position reste légitime, d'autant qu'ils ne sont pas les plus chiens en la matière (comparé à Bayo, notamment).
            • [^] # Re: Se passer des cartes papier

              Posté par . Évalué à 4.

              J'entends bien mais lorsque je lis la page Wikipédia, je vois
              que l'IGN est bien public.

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_g%C3%A9ographique_nati(...)


              Au niveau des financements ca ne me parait aussi clair que tu le signifies.

              Il semble que la collecte de la plupart des données, leur numérisation soit financée par le denier public.
              Au nom de quelle légitimité des données qui n'ont aucun caractère privé ou confidentiel et appartenant à l'Etat ne devraient pas être libres de droit pour chaque citoyen.
              Le fait de vouloir amortir les coûts en proposant des services pour des partenaires privés ne justifient en rien de ne pas en disposer.

              Ca ressemble à un monopole privé déguisé en monopole public pour le légitimer.

              Tout ce que je trouve ce sont des "images" gratuites pour un usage non commercial
              http://professionnels.ign.fr/ficheProduitCMS.do?idDoc=532796(...)
              • [^] # Re: Se passer des cartes papier

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                D'un point de vue pratique, je trouve quand même ça mieux qu'aux États-Unis. Là-bas, l'USGS met certes ses cartes à disposition sous licence libre (je crois). Mais avec ça, ils ont presque arrêté l'impression des cartes papier. En France, on trouve des cartes topographiques IGN dans plein de librairies, aux États-Unis c'est très difficile.
                • [^] # Re: Se passer des cartes papier

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Pour prévenir certaines objections : oui, aux États-Unis je peux imprimer moi-même ma carte, mais ça coûterait presque plus cher, et pour une qualité largement inférieure à celle d'une carte imprimée par des professionnels.

                  Une carte imprimée chez soi :
                  - ça déteint quand on la mouille ;
                  - ça fond quand on la mouille trop ;
                  - ça ne mesure pas plus de 210 × 297 mm ;
                  - ça résiste mal aux pliures.
                  • [^] # Re: Se passer des cartes papier

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Surtout que si tu veux etre en mode radin, il y a moyen d'imprimer des cartes depuis geoportail...voir même de faire un script qui reconstitue la carte


                    PS : depuis quelque temps il y a même les cartes marine sous geoportail...
                • [^] # Re: Se passer des cartes papier

                  Posté par . Évalué à 5.

                  Moi pas.

                  Rien n'empêche des initiatives d'imprimeurs privés qui en concurrence offriront le service au meilleur prix. C'est une opportunité pour de nouveaux marché pour "In Carto Veritas"

                  Si ce service est important et vraiment pas assez rentable, un appel d'offre peut-être lancé avec une subvention à la clé moyennant des engagements sur le prix.
                  Ca offre l'avantage de changer de fournisseur si celui ci ne donne plus satisfaction de pouvoir en changer.

                  On (l'État et les citoyens) sépare donc les données des services, tout en conservant la main sur les données comme on le fait avec les réseaux et les fournisseurs dans d'autres domaines qu'on veut soumettre à la concurrence (électricité, internet, telecoms, autoroutes, transport, ...)

                  Ici et comme d'habitude en France le mélange public/privé apporte la confusion et nous rend captif.
              • [^] # Re: Se passer des cartes papier

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                Hello,

                un peu d'informations sur l'IGN. Je vous invite à lire le rapport d'activité 2008 de l'IGN disponible ici: http://www.ign.fr/institut/documentArticle.do?idDoc=5889811&(...) .

                On y apprend que l'IGN est un établissement public de l'Etat à caractère administratif qui est doté de la personnalité civile ET de l'autonomie financière.

                Ce dernier point est très important: si on regarde page 11,on voit que les ressources de l'IGN sont à plus de 50% financé par autre chose que l'Etat ! On voit également que sont budget tend à diminuer au fil des années...

                Toutefois, pour nuancer un peu tout ça , on peut se poser la question de qui achète les données de l'IGN ? Vous voyez beaucoup d'entreprises privées le faire ?
                A mon avis, ce sont surtout les services de l'Etat, les collectivités (conseil général/régional et communautés de communes) qui ont besoin de ces informations sur des territoires importants. Donc au final, il me semble que c'est quand même nos impôts qui financent pas mal l'IGN, que ce soit directement (missions de service public) ou indirectement (achat de données non publiques par l'Etat/Collectivités).

                En attendant, il y a au moins un service de l'Etat qui contribue fortement à OSM et gratuitement: la DGFIP (le cadastre) !
                • [^] # Re: Se passer des cartes papier

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  « doté de la personnalité civile ET de l'autonomie financière »
                  Un peu comme pas mal de labos de recherche publics, et c'est pas pour autant qu'on peut les qualifier de labos privés. Car en effet, les autres ressources, si elles ne proviennent pas de l'État, elles restent quand même du service publique (ANR, Région, projet européen, FEDER, …).
                  • [^] # Re: Se passer des cartes papier

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Oui, enfin dans le cas de l'IGN, les "autres ressources", c'est le produit de la vente de leurs données. Donc pas trop public (même si une partie des clients sont publics).
        • [^] # Re: Se passer des cartes papier

          Posté par . Évalué à 2.

          Et sinon Bayo a l'air d'être privé sans aucune mission de service public donc je trouve ta comparaison plus que douteuse.
  • # simple emerveillement...

    Posté par . Évalué à 7.

    Je ne contribue que trop peu (quelques tags pas plus), mais je ne peux que m'émerveiller du travail de certains cartographes, comme un certain Pieren et ses compagnons qui importent le cadastre sur Strasbourg:
    http://www.openstreetmap.org/?lat=48.58077&lon=7.74222&a(...)
    C'est très utile et cela m'a plusieurs fois sortie de grosses difficultés.
    Quelle dommage que je sois trop flemmard pour résoudre ce genre de problème :
    http://www.openstreetmap.org/?lat=47.9006&lon=6.4115&(...)
    PS: Il y a une (petite) ville de 4000 habitants sur le dernier lien, et beaucoup de route (habitat répartit)...
  • # simple emerveillement...

    Posté par . Évalué à -1.

    Je ne contribue que trop peu (quelques tags pas plus), mais je ne peux que m'émerveiller du travail de certains cartographes, comme un certain Pieren et ses compagnons qui importent le cadastre sur Strasbourg:
    http://www.openstreetmap.org/?lat=48.58077&lon=7.74222&a(...)
    C'est très utile et cela m'a plusieurs fois sortie de grosses difficultés.
    Quelle dommage que je sois trop flemmard pour résoudre ce genre de problème :
    http://www.openstreetmap.org/?lat=47.9006&lon=6.4115&(...)
    PS: Il y a une (petite) ville de 4000 habitants sur le dernier lien, et beaucoup de route (habitat répartit)...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.