Journal Signes avant-coureurs d'une externalisation ?

Posté par .
Tags : aucun
6
4
juin
2009
Bonjour à toi lecteur.

je suis actuellement en prestation dans une grande banque d'affaire française récemment touchée par la crise. Plus précisément, je suis dans le département informatique infogérance.

Il y a eu récemment plusieurs évènements qui nous laissent tous penser qu'une externalisation approche à grands pas. Aussi, je m'en vais vous conter tout cela dans ce petit journal.

Premier point, cette banque d'affaire fait construire actuellement un nouveau datacenter ; il se trouve que celui qui manage les opérations n'est autre que < placez ici machin global service >.

Deuxième point, un test de repli va avoir lieu très prochainement dans les locaux de ce < machin global truc >. Un test de repli consiste à vérifier que l'accès aux environnements est opérationnel...

Troisième point, d'après les analyses les plus pertinentes (ou pas) de certains, il paraitrait logique que la concentration que nous connaissons actuellement (comprendre les filiales infogérance ont été rachetées par la maison mère) n'a d'autre but que de favoriser l'externalisation et la revente des datacenters actuels (devenus propriété de la maison mère of course).

Quatrième point, toujours basé sur les analyses faites autour des machines selecta, une entreprise française ( de la taille dont celle je parle hein), ne peut se permettre politiquement d'externaliser directement en inde ou autre pays du même genre. L'idée de passer par l'externalisation n'est pas de réduire les coûts, tout du moins dans l'immédiat, mais de profiter (si possible) des économies d'échelle réalisables, de réduire la masse salariale ; et oui, les dépenses liées à l'informatique deviennent comptablement des "Consommation en provenance de tiers" et n'impactent que la VA, cela dit c'était déjà beaucoup le cas vu le recours à la prestation (qui a dit délit de marchandage ?).

Cinquième point, eh bien la banque se recentre sur le métier et uniquement le métier.

Nous savons que < machin bidule service > fait sans cesse des propositions commerciales pour essayer de rallier à leur cause des gros poissons comme nous ; nous savons aussi qu'il y a des modes chez les têtes pensantes ; nous savons que les réductions de coûts sont la priorité de tous ces pingouins cravateux.

Alors toi cher lecteur, as-tu aussi connu ou vas-tu connaitre une externalisation de ta profession ? As-tu connu les mêmes signes avant-coureurs ?

Devons-nous céder à la panique de voir nos emplois quitter lentement notre beau pays vers des horizons moins onéreuses ?
  • # Réveille-toi mon bonhomme.

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    >Devons-nous céder à la panique de voir nos emplois quitter lentement notre beau pays vers des horizons moins onéreuses ?

    Réveille-toi mon bonhomme. Ca fait au moins 10 ans que le phénomène s'est accéléré.
  • # Bah

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Alors toi cher lecteur, as-tu aussi connu ou vas-tu connaitre une externalisation de ta profession ?
    Non. Moi je suis plutôt de ceux qui remplacent les gens qui ont été externalisés, en fait, donc ça ne détruit pas forcément des emplois dans notre beau pays, tu vois.

    As-tu connu les mêmes signes avant-coureurs ?
    Bah non, du coup.
    • [^] # Re: Bah

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      je suis plutôt de ceux qui remplacent les gens qui ont été externalisés

      Tu es vigile et tu surveilles les locaux vides de l'entreprise qui a externalisé ?
  • # d'un autre coté...

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    ...ça te permettrai de sortir de tes départements de merde /o\
  • # Contrepartie

    Posté par . Évalué à 10.

    Pour en avoir été témoins, je pense qu'il doit être assez plaisant de pouvoir dire à son ancien responsable quand on ne l'aimait pas trop (le personnel du service externalisé a été repris par la boite de service dans mon cas) :

    "Désolé votre "petite" demande ("qui vous prendrait 20min si vous aviez le temps") n'est pas couverte par votre contra d'infogérence il va falloir que je la fasse passer par le service facturation, ça va coûter plus cher"

    ou

    " il est 18h, votre demande sera prise en compte demain matin, bonne soirée"

    :)
  • # Compétence, confiance et tout ça...

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Alors toi cher lecteur, as-tu aussi connu ou vas-tu connaitre une externalisation de ta profession ?
    Je suis en AT chez un gros (très très très très gros même) opérateur français (normalement en forfait de service 'générique' mais mes compétences semblent difficiles à associer à ce genre de méthode de fonctionnement). Et si je suis actuellement chez le client, j'ai déjà réservé la place près de la fenêtre et du chauffage dans les bureaux de ma SSII...

    As-tu connu les mêmes signes avant-coureurs ?
    Quand la responsable chez le client de ma prestation a commencé à parler d'outdoor par exemple? Il faut dire que chez nous, des très gros projet de développement sont déjà en train de passer de 100% in à 100% out (actuellement 60% out déjà), alors on commence à connaitre le jeu de l'externalisation.

    Là où c'est dur, c'est pour certaines sociétés qui ont négocier des surcoûts trop faible pour l'externalisation dans leur forfait. Vu que le client leur disait que ça n'arriverait pas et que c'était contractuel uniquement et que quelque mois après, tout se retrouve en out pour quelques euros de plus par jour pour le client... Le prestataire lui, il lui faut, une ligne téléphonique, un ou plusieurs ordi, des m² au sol, du chauffage en hiver, un accès réseau et internet... ça se consomme assez vite ces quelques euros.

    Devons-nous céder à la panique de voir nos emplois quitter lentement notre beau pays vers des horizons moins onéreuses ?
    Expérience vécue: externaliser en inde un travail où le besoin en ressource est très variable et où les changements de stratégies et besoins sont brusque:

    _point positifs:_
    * réactivité (moins de contrainte salariales)
    * coût (là bas, si ils ont plus besoin de toi pendant 2jrs, tu dégages et au retour du besoin, ils s'embêtent pas à reprendre la même personne forcément.

    _points négatifs:_
    * flou total sur le travail effectué (la distance est trop importante)
    * compétence inexistante (dû au turnover impressionnant)
    * décalage horaire (réunions très dures à caler avec des personnes qui quittent le travail à 16h (chez le client))

    Du coup, je ne m'inquiète pas trop pour le moment pour les métiers qui demande une forte compétence et un suivi important. Plus pour des postes de travail en masse sur des périodes courtes ou variables.

    Mais ce n'est qu'un avis personnel (vu de ma petite fenêtre)...
    • [^] # Re: Compétence, confiance et tout ça...

      Posté par . Évalué à 4.

      Je rajouterai que la compétence existe là-bas mais elle se paye.

      J'ai aussi vu les responsables du "suivi" d'un projet, tout refaire en catastrophe, car cela ne correspondait à rien de demandé. Donc, le boulot est fait en double, mais jamais le boss qui pensait "faire des économies" ne le reconnaitra.

      J'ai l'impression que les calculs de coût pour la Chine ou l'Inde pour une tache tèchnique sont fait sur des bases de personne n'ayant pas le même genre de compétence que ce qui serait fait en France (genre un "ingénieur", est un technicien supérieur là-bas, sinon il faut des équivalent Master of Science).

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Compétence, confiance et tout ça...

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        Tout à fait d'accord avec toi, il y a de la compétence dans ces pays aussi.

        Mais la logique de réduction des coûts passe pas un turnover très important sur certains projets et de fait, il n'est pas possible de capitaliser sur les compétences et l'expérience acquises par une personne sur le long terme.

        C'est de plus en plus ce qu'on demande maintenant ici.

        Y'a du taf, tu viens, y'a plus de taf ou une baisse de régime, tu pars et surtout tu dois rester disponible quand on te rappelle. Bilan, certains ne sont plus disponible quand vient le moment du rappel et leur compétence et expériences sont perdues (pas pour tout le monde heureusement ;-)).

        Ce sont des politiques qui visent à faire croire à l'actionnaire qu'on diminue les coûts de production en prenant des mesures de réduction des effectifs. Au final le temps perdu coute plus cher que si on conservait les personnes initiales sur une longue période. Un très mauvais calcul d'économie ou un petit gravier pour cacher une baleine de dépenses inutiles, farfelues, non rentables...
  • # il est temps de partir

    Posté par . Évalué à 2.

    cassez vous tous vite fait avant d'avoir appri a vos remplacants indiens le boulot...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.