darkveggy a écrit 14 commentaires

  • [^] # Re: Rebond opportuniste :)

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche L'Espace Autogéré des Tanneries est menacé !. Évalué à 6.

    Oui, et notamment PRINT, hacklab implanté dans l'Espace autogéré des Tanneries (dont le lien se trouve en bas de la dépêche).

    Au niveau européen, il existe pas mal de collectifs de la sorte, implantés dans des espaces autogérés et mettant en relation logiciel libre et pratiques anti-autoritaires.

    Il y a quelques années, le réseau plug'n'politix (http://squat.net/pnp/ ) a tenté de fédérer tout ça. Il est en sommeil depuis quelques temps, mais sait se réveiller à des moments.

    À titre d'exemple, sa division francophone (http://squat.net/connect-fr/ ) a donné lieu aux nocturnes des RMLL2005.

    Du reste, pour une explication plus dense de l'articulation de ces deux mondes (LL & anarchisme), je te renvoie à un texte que j'ai écrit sur le sujet (mais qui est en anglais): http://garlicviolence.org/txt/drkvg-fs2sa.html
  • # et aussi..

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche L'Espace Autogéré des Tanneries est menacé !. Évalué à 6.

    À noter, dans la série d'ateliers et d'évènements liés au logiciel libre s'étant déroulés à l'Espace autogéré des Tanneries, une "bug squashing party", rassemblant développeurs et utilisateurs de Debian, pour une session de travail en vue de la sortie prochaine de 'etch'.

    Voir http://wiki.debian.org/TanneriesBSP
  • # altern.org en rade!

    Posté par (page perso) . En réponse au message Altern en rade?. Évalué à 3.

    Non, tu n'es pas le seul:

    localhost postfix/qmgr: 57C211B00EB: to=<xxx@altern.org>, relay=none, delay=14463, status=deferred (delivery temporarily suspended: connect to mx.altern.org 80.67.174.51]: read timeout)
  • # Un pilote RT2500USB Wireless LAN sous GNU/Linux!

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Pilotes Linux pour le chipset wifi USB Ralink RT2570. Évalué à 1.

    J'attire votre attention sur cette nouvelle:
    http://lists.debian.org/debian-powerpc/2005/05/msg00433.html(...)

    Dont voici un extrait:
    "I am glad to announce the release of ural-linux 0.8, a driver for wireless LAN devices based on the RT2500 USB chipset from Ralink Technologies."
  • # Logiciel "libre" & policier? Antinomie qui devrait peut-être déranger...

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Migration de la gendarmerie sous OOo. Évalué à -10.

    Et dire que certain-e-s s'en réjouissent.

    Il semble soudain bien loin, le temps ou les développeurs refusaient d'obtempérer face à l'obsession sécuritaire d'une institution leur imposant la mise en place de systèmes de mots de passe, créant alors le logiciel libre comme refus des logiques de contrôle et revendication de liberté.

    Aujourd'hui, on applaudit la gendarmerie, une institution "comme une autre", remplie "d'hommes et de femmes méritant-e-s, dévoué-e-s à la sauvegarde de nos libertés". Il faut bien peu de rigueur historique, pour ne pas parler d'ignorance crasse, et une confortable situation de citoyen intégré, pour sortir de telles énormités.

    Il serait peut-être bon, parfois, de ranger son clavier, et d'éprouver quelques instants du quotidien des milliers de réfugié-e-s, pauvres, "jeunes", entre autres stigmatisé-e-s, qui sont constamment victimes de nos "amis" gendarmes et policiers. Un point de départ parmi d'autres pour déscotcher.

    En attendant, on peut continuer à parler du logiciel libre comme outil privilégié de solidarité, pendant que certain-e-s se réjouissent qu'il nourrisse les pires crapules de l'économie, et qu'il participe de
    dispositifs de contrôle et de répression sans cesse améliorés.

    À bon entendeur.
  • # pour aider à se faire une idée (même si l'évènement est à créer par ses participant-e-s)

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Invitation au premier "transnational hackmeeting". Évalué à 3.

    Pour ceux et celles que ce hackmeeting interroge, voici un lien vers un compte-rendu que j'ai fait du hackmeeting s'étant déroulé à Iruña (Pays Basque) en octobre dernier: http://squat.net/darkveggy/txt/drkvg-CR-Hack3%F1a.txt(...)
  • [^] # Re: Ateliers d'initiation à la création de sites web à Dijon

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Ateliers d'initiation à la création de sites web à Dijon. Évalué à 4.

    Ouais, les modérateurs ont bien loosé sur ce coup là :/

    Cela dit, j'en profite pour annoncer un autre atelier proposé par PRINT samedi qui vient, même si ce n'est pas sur le même sujet: initiation à la ligne de commande, samedi 20 mars 2004.

    En voici l'annonce:

    Aujourd'hui, les interfaces graphiques, avec fenêtres, graphismes et gadgets visuels en tout genre se sont imposées comme le moyen dominant de communiquer avec un ordinateur, et en général d'utiliser une machine. Néanmoins, il existe une autre interface homme/machine disponible, l'interface historique des systèmes UNIX, c'est à dire la ligne de commande. Avec l'émergence du sytème GNU/Linux (héritier d'UNIX, et donc dôté d'une ligne de commande puissante) comme alternative possible à Windows sur n'importe quel ordinateur, il devient possible de faire découvrir à tou-te-s les utilisateurices cet outil puissant qu'est la ligne de commande.

    En effet, loin d'être réservé à une élite informaticienne qui maîtriserait une sorte de magie cabalistique permettant d'accéder aux entrailles mystérieuses d'une machine, la ligne de commande peut être utilisé par tout le monde pour accomplir plus rapidement, plus efficacement et même plus simplement une quantité importante de tâches informatiques quotidiennes. Bien que semblant difficile d'abord, elle peut assez facilement être découverte et ce réveler au final infiniment
    plus logique et plus simple que les interfaces classiques à base de fenêtres.

    Voilà donc pourquoi pRiNT! organise un atelier d'initiation à la ligne de commande, afin de permettre à chacun-e d'acquérir les bases qui lui permettront de commencer à découvrir ce formidable outil, et de commencer à utiliser son ordinateur autrement.

    ATELIER D'INITIATION A LA LIGNE DE COMMANDE, SAMEDI 20 MARS - A PARTIR DE 15H. PRINT @ ESPACE AUTOGERE DES TANNERIES, 17 bd de Chicago, Dijon. VIENDEZ NOMBREUX, FAITES TOURNER, ET INVITEZ VOS AMI-E-S
  • # Re: Manifestation contre la LEN à Dijon le Samedi 6 à 15 heures

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Manifestation contre la LEN à Dijon le Samedi 6 à 15 heures. Évalué à 1.

    Ci-dessous, un compte rendu de la première manifestation dijonnaise contre la LEN, dont des photos sont également disponibles. A noter que la section "move - actions de terrain" du site PRINT rassemble tous les documents relatifs à cette initiative. Liens rapides:

    - photos: http://print.squat.net/move.html#photos(...)
    - tracts: http://print.squat.net/move.html#tracts(...)
    - affiche: http://print.squat.net/move.html#affiche(...)
    - appel: http://print.squat.net/move.html#appel(...)
    - développement: http://print.squat.net/move.html#dev(...)


    <compte-rendu>

    À l'appel du collectif PRINT (http://print.squat.net/(...)), une manifestation "contre la Loi sur l'Économie Numérique, pour l'Internet libre" s'est tenue à Dijon ce samedi 6 mars à 15h.

    Une quarantaine de personnes s'est rassemblée sur la place François Rude, alors qu'une banderole reprenant le mot d'ordre de la manifestation était déployée, et une "sculpture" installée. Composée de
    divers écrans d'ordinateurs éclaboussés de faux sang, la vitre barrée avec du scotch, entourés d'adresses de sites menacés (no-log.org, wikipedia.org, indymedia.org...), cette construction avait pour but de symboliser "l'assassinat" de l'Internet par la LEN (comme l'indiquait une pancarte "mort de l'Internet"), et ainsi interpeller les passant-e-s, qui n'ont pas manqué de s'interroger sur la LEN et l'objet du
    rassemblement.

    Quelques 1000 tracts explicatifs ("LEN: décryptage d'une démolition programmée") ont ainsi été distribués, agrémentés de diverses interventions au mégaphone: explicitation de la LEN et ses conséquences, mais également évocation de l'Internet libre, avec ses sites contributifs, wikis et autres outils de coopératifs. Avec, pour accompagnement sonore dynamisant, une "geek-batukada", armée d'un
    tambour binaire (décoré de 0 et de 1), un boîtier de PC converti en instrument et quelques autres ustensiles à bruit, maniés par trois manifestants décorés de cartes réseaux et autres câbles digitaux.

    Trois-quart d'heure environ après le début du rassemblement, la vingtaine de manifestant-e-s resté-e-s malgré le froid a formé un petit cortège pour marcher à travers quelques rues du centre-ville, aux cris de slogans tels que "contre la censure, Internet libre", "pas de censure sur nos disques durs", "mes mails, j'veux pas qu'l'État s'en mêle", ou encore "on veut créer, pas consommer".

    La manifestation s'est finalement arrêtée devant la Préfecture de Côte d'Or, représentation locale de l'État responsable de la LEN, en vue de le "remercier" pour son méticuleux travail de suppression des libertés numériques. Pour ce faire, les manifestant-e-s ont symboliquement décoré l'entrée de la préfecture avec la zile d'écrans ensanglantés, déplacés sur des chariots le long de la manifestation. Quelques mots de fin pour inciter à renouveler la mobilisation et à l'exporter vers d'autres villes, et dispersion... laissant à la préfecture son "cadeau" gênant!

    En somme, une faible participation des dijonnais-es pour cette première manifestation, mais une action dynamique et plurielle, inaugurant une visibilité publique des problématiques liées à la LEN et à la censure de l'Internet, permettant d'informer bon nombre de passant-e-s, de rencontrer quelques nouvelles personnes, de montrer qu'il est possible d'organiser une manifestation créative contre la LEN, et de passer un bon moment

    Les différents documents relatifs à l'action (texte d'appel, tract distribué pendant la manif, affiche, etc.) ainsi que diverses photos de l'évènement sont disponibles sur le site de PRINT: http://print.squat.net/move.html.(...)

    Pour plus de renseignements, nous faire part de vos commentaires, envies et idées, pour partager notre expérience, demander un coup de pouce et pour organiser la suite, écrivez à print@squat.net

    </compte-rendu>
  • # Re: Manifestation contre la LEN à Dijon le Samedi 6 à 15 heures

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Manifestation contre la LEN à Dijon le Samedi 6 à 15 heures. Évalué à 1.

    Merci, Arachne, d'avoir fait passer l'info.

    Une petite précision néanmoins: le fait que PRINT organise la manifestation n'implique en aucun cas qu'elle ne soit pas "grand public"! Si nous avons collé des affiches et distribué des tracts (comme nous le faisons pour la plupart de nos activités, soit dit en passant), c'est précisemment pour fédérer les divers mécontentements relatifs à la LEN, et appeler à une mobilisation large.

    L'info a bien entendu été communiquée aux divers-es acteurs/actrices du libre de la région et au délà (l'appel ayant été relayé par divers collectifs et associations, de la ligue ODEBI - http://www.odebi.org/(...) - à l'atelier d'informatique libre lyonnbais bloukblouk - http://bloukblouk.squat.net/(...)).

    En espérant que cette manifestation ne sera que la première d'une série, et contribuera à instaurer un rapport de force en faveur de l'Internet libre, contre la LEN et toutes les autres lois cherchant à museler les réseaux, à supprimer la libre expression et à réduire nos libertés!

    Pour plus de renseignements sur la manifestation (et les compte-rendus textuels et photographiques à venir), voir http://print.squat.net/move.html(...)
  • [^] # Re: Euuuhh... Les locaux... C'est une récupération de la décharge ?

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Inauguration de l'espace pRint! à Dijon. Évalué à 6.

    > On a l'impression que le quartier est un véritable coupe-gorge, que le local est un lieu
    > de ssquatte de drogués (non non pas de drogués aux logiciels libres), et question
    > salubrité, ça laisse à désirer.

    Je ne cache pas ma surprise et, euh, mon "trouble" à la lecture de ton commentaire. C'est que j'ai du mal à comprendre comment tu peux qualifier le quartier de coupe-gorge! S'agirait-il de la façade peinte? On a vu plus "agressif" que de la peinture rose, et un dessin de chat souriant, non? Serait-ce alors les graffs? En tant qu'espace d'activités politiques, sociales et culturelles, les Tanneries (où se trouve hébergé notre local) sont notamment ouvertes aux graffeurs ainsi qu'à d'autres cultures "artistiques".

    Mais sans vouloir être agressif, j'ai la désagréable impression que tu amalgames "graff", "récupération" ou "originalité" avec "délinquance", "drogue", "violence", ce qui me paraît pour le moins dangereux et inexact...

    Pour précision, le lieu est effectivement un "squat", ou du moins, l'a été pendant ces 3 dernières années (sans rentrer dans les détails, le lieu a été "régularisé" il y a peu, au terme de larges mobilisations contre sa disparition). Mais il n'a aucun, mais alors aucun rapport avec la drogue (sauf peut être le café =))! Dans la réalité, les squats n'ont souvent pas grand chose à voir avec ce que nous montre la télé - au lieu de drogue et de déchéance, c'est plutôt de l'inventivité et une diversité d'activités que nous avons à proposer. Quant à l'insalubrité, le lieu héberge une salle de spectacles de 600 places, validée par une commission de sécurité... les normes étant draconiennes, je doute que tu y trouve à redire :)

    > C'est temporaire ? Ou c'est prévu pour rester comme ça ?

    Les locaux sont d'anciens bâtiments industriels. Mettre de la couleur et les remplir de projets, c'est mieux que de les laisser gris et abandonnés. On fait de notre mieux, mais c'est un constant "work in progress".

    > Parce que j'ai peur que les gens fassent une association Logiciel Libres == Vivre dans > un dépotoir avec du matériel pourri dans des conditions insalubres... :/

    Le "matériel pourri", on le revendique. On fait de la récupération, de l'échange et du don, pas des courbettes aux industriels pour qu'ils nous lachent deux trois cartes (ça ne marche pas de toutes façons). Partir de matériel jugés obselètes pour remonter des trucs qui marchent, c'est un de nos objectifs. Faire un pied de nez à la société de consommation, qui gaspille et pollue dans tous les sens.

    Alors c'est sûr qu'on a pas des P4 rutilents, mais on s'en fout, on ne veux pas être une succursale de la FNAC. Partir de peu, c'est, si on veux, un gage d'inventivité. Et c'est une logique qui me semble plutôt proche de celle des LL...

    Du reste, pRiNT! n'est pas juste une asso de logiciels libres. Notre envie, c'est aussi de s"insérer dans un cadre plus global de recherche d'alternatives. C'est pour ça qu'on est aux Tanneries, dans un lieu qui en revendique et en expérimente. Des alternatives, non seulement aux logiciels propriétaires, mais aussi à la musique commerciale (par les concerts de groupes indépendants - prix libre ou pas cher), à la culture dominante (par des expos, ateliers, initiatives variées) et au mode de vie capitaliste en général (par la récupération, la gratuité, etc.).

    > Maintenant, il n'est pas si évident que cela de se rendre compte de l'état des locaux
    > sur ces quelques photos, mais honnêtement, ça fait peur, personnellement, à la vue
    > des photos, je n'irais pas là bas !

    C'est dommage. Je pense que de venir sur place t'aiderait à dépasser un bon paquet de préjugés.

    Cela dit, je peux comprendre en partie ton impression - dans la section "travaux" du site, on a essentiellement montré des espaces pas aménagés et poussérieux. Abandonnés. C'est normal, c'est de ça qu'on est partis. De zéro, quoi. On a fait une dalle, du ciment, des murs et de la chaux. Posé de la moquette et fait de la peinture. Il n'y a pas encore de photos, mais ça viendra. Et puis t'as qu'à venir samedi pour constater, va! :)

    > Sérieusement, il n'a pas été possible d'obtenir une subvention de la mairie pour avoir
    > mieux que ça ? Voire des locaux... ?

    Non. Il n'y a qu'à voir les déboires de COAGUL (le LUG de Dijon - cf www.coagul.org) pour trouver un local, tant les listes d'attente sont énormes et les possibilités limitées. Mais nous n'avons jamais demandé de subvention, ce qui garanti notre totale indépendance. Plus encore, nous voulons prouver qu'on peut s'organiser de manière autonome, contre de la solidarité et du savoir-faire. Et ça marche!

    > En tout cas, l'opération d'affichage sur les publicité Monoprix est superbe et le canapé
    > en cuir à l'air d'être confortable :) Bravo !

    Merci :)

    Quant au ton de ma réponse, il paraît peut-être dur, mais je te suis gré d'avoir fait part de tes impressions en toute sincérité!
  • [^] # Re: Inauguration de l'espace pRint! à Dijon

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Inauguration de l'espace pRint! à Dijon. Évalué à 4.

    Arg, l'ASCII est ultra crade (malgré
    , bouh). Sorry, https://squat.net/pipermail/print-news/2003-April/000025.html(...) pour les fans ;)
  • # Re: Inauguration de l'espace pRint! à Dijon

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Inauguration de l'espace pRint! à Dijon. Évalué à -1.

    Pour les plus formalistes d'entre vous, voici le "tract" d'invitation:



    ______ _____ diP __ _____ ____ .
    _ _/ /_\_ /__ _(_/_ _\\_ \_ / //_ ________________________._ _
    _) \ / _/ / (_ / // _/ :///
    \ \___/ \ \_ / / \ \ p R i N T _|_
    /_____\ _____\_____/_____\ _\______\ _____\ _______________________\|


    Vous croyez être seul-e face à Microsoft? Voulez découvrir l'internet
    libre et indépendant? En avez marre de bidouiller tout-e seul-e dans
    votre coin? Vous cherchez des gens pour vous aider à passer aux
    logiciels libres? Voulez boire du café, rigoler, réfléchir, manger,
    vous divertir? Vous avez des connaissances à partager? Souhaitez
    donner votre ancien ordinateur? Cherchez à rencontrer d'autres gens
    passionnés? Rêvez d'électrons libres et d'informations débridése?

    Etc.?

    Si vous vous sentez concerné-e par une, plusieurs ou même aucune des
    questions précédentes, alors vous êtes invité-e!

    [../..]

    ------------------------------------------------------------------------
    - http://print.squat.net/(...) - print at squat.net - #print irc.indymedia.org -
    ------------------------------------------------------------------------







    ------------------------------------------------------------------------
    print: pour se réapproprier l'informatique et les nouvelles technologies
    ------------------------------------------------------------------------


    pRiNT! est un "atelier d'informatique populaire" - un collectif de gens
    voulant utiliser les ordinateurs librement, faire de l'informatique
    autrement, expérimenter des techniques subversives, vivre des passions
    digitales alternatives.

    pRiNT! vient d'achever l'aménagement de son local à l'espace autogéré
    des Tanneries: la GNU/BA1GNO1R3. On y trouve d'ores et déjà un point de
    libre-accès à l'internet, un atelier de récupération & (dé)montage de
    matériels informatiques, un espace de découverte des logiciels libres,
    une petite bibliothèque technique, ainsi qu'un coin canapés, café et
    sociabilités.

    pRiNT! invite donc tou-te-s les enthousiastes, curieux, curieuses et
    autres intéressé-e-s à une...

    INAUGURATION de la "GNU/BA1GNO1R3"
    SAMEDI 12 AVRIL 03 - à partir de 20H
    TANNERIES - BD DE CHICAGO - DIJON

    Petits ateliers, cacahuètes, compilations, discussions, jus de fruits,
    découvertes, café, expérimentations, gnu/linux, ordis colorés, lectures,
    internet, fête, asciis, musée d'info rétro, rencontres, apérodisco + ce
    que vous amènerez!


    ------------------------------------------------------------------------
    pour des ordinateurs, logiciels, savoirs, réseaux, individus... libres!
    ------------------------------------------------------------------------


  • [^] # Re: Si tu sais compiler un noyau, tu sais faire un gâteau

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Si tu sais compiler un noyau, tu sais faire un gâteau. Évalué à -8.

    > Un régime végétalien est particulièrement dangereux pour la santé sans
    > suivi médical.

    Cette affirmation est archi fausse. De la meme manière qu'il n'y a pas (ou presque) de fer dans les épinards, les produits d'origine animale sont loin d'etre indispensables à notre organisme. Ce serait meme le contraire, si l'on regarde la quantité de toxines contenues dans la viande et les nombreux cas d'intoxication alimentaires et de maladies, cardio-vasculaires notamment, liées à sa consommation.

    Une combinaison de légumes, céréales et légumineuses peut combler sans problème tous les besoins de l'organisme. Si etre végétaRIEN-ne est très facile, le végétalisme implique souvent de chercher à varier son alimentation. Mais n'allez pas raconter que les végétaliens vivent dans des brancards. Bizarrement, je me porte plutot bien après 5 ans de végétalisme...

    Il ne faut pas confondre conditionnement culturel et diététique. Si les gens mangent de la viande, c'est par habitude et respect de la tradition, non parce ce que c'est nécessaire. Culturellement, la viande est associée à la force, à la puissance, et le fait de s'en passer évoque symétriquement la faiblesse et l'impuissance. S'inquiéter des conséquences pratiques qu'impliquent une telle consommation (le massacre et la torture de milliers d'animaux) est bien souvent taxé de sensiblerie. Autant de facteurs décourageants pour qui voudrait sérieusement s'interroger sur sa bouffe.

    En attendant, pas besoin d'oeufs pour faire des gateaux. Farine/eau, banane écrasée et autres crèmes de soja sont vos amies (et au niveau gout, ca arrache tout).
  • [^] # Re: Install party Debian GNU/Linux à Dijon - Bilan

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Install party Debian GNU/Linux à Dijon - Bilan. Évalué à 4.

    Membre de PRINT, je parle cependant en mon nom.

    J'assume pour ma part le fait de ne pas séduir les patrons. Ils ne m'intéressent pas. Insérer GNU/Linux dans l'entreprise, ce n'est tout simplement pas mon combat.

    Les logiciels libres m'intéressent dans la mesure ou ils montrent la viabilité d'un système de production basé sur le volontariat et la coopération, qui n'a pas grand chose à voir avec le mode de production capitaliste. Ils m'intéressent dans la mesure ou ils permettent aux utilisateurs/trices un contrôle sur leurs outils, excitent la curiosité et stimulent la participation. Le logiciel libre a été créé pour faire face au logiciel propriétaire, qui est une offensive menée contre la liberté - offensive technologique, mais aussi offensive politique. Le logiciel libre est bel et bien un outil de résistance. Et s'il se trouve que c'est un chouette joujou - on peut s'abreuver de ses techniques et être ivre de bidouillage, sa spécificité, je pense, tient surtout à son éthique.

    Or, je n'attend pas d'un chef d'entreprise qu'il adhère aux principes du logiciel libre, quand son but est d'accroitre son chiffre d'affaire. A de rares exceptions, tout au plus soutiendra-t-il en façade, car il a tout à y gagner: moins de dépenses pour plus de qualité. Est-ce vraiment ce que nous voulons? Sommes-nous à ce point aveuglé-e-s par la technique pour perdre de vue toute conséquence pratique et politique? Si les entreprises avaient à coeur l'épanouissement de toutes et tous, ça se saurait depuis longtemps. Etrangement, ça fait des siècles que les "décideurs" vivent pour leur gueule en s'asseyant sur le reste de la population (et que des gens luttent contre). Il serait temps d'apprendre la leçon. Alors militer pour aider les marchands à faire plus de pognon et assoir leur pouvoir, très peu pour moi.

    Je prend acte du fait qu'on vit dans un monde de hiérarchie et de compétition, qui encourage chacun-e à grimper sur les autres contre du fric et de la reconnaissance sociale. C'est précisemment ce à quoi je m'oppose, et la raison de mon choix en faveur d'un mode de vie basé sur la solidarité et la recherche d'alternatives. Dans ce cadre, les logiciels libres s'imposent, tant les pratiques sont similaires: la mutualisation des savoirs et la coopération productive mises en oeuvre dans le logiciel libre me semblent logiquement s'inscrire en continuité du soucis collectif et égalitaire qui caractérise, par exemple, les squats dans lesquels nous nous impliquons.

    Alors oui, j'assume mon parti pris en faveur d'un logiciel libre militant, d'un logiciel libre qui serve les gens. La base. Les communautés d'individus, et pas les groupes financiers. Pendant ce temps, IBM peut magouiller; mon combat n'est tout simplement pas là.

    Encore une fois, je parle pour moi. Cela dit, il est clair que PRINT axe sa communication en direction des individus lambda, des curieux-ses, des passionné-e-s, des exclu-e-s comme des intégré-e-s. Les gens sont libres de ne pas aimer, mais si on voulait vendre notre soupe, on se couperait les cheveux, on mettrait une cravate et on irait faire des spots à la télé. Sauf qu'on préfère coller des affiches la nuit, faire les poubelles des zones industrielles pour récupérer du matos, boire du café et ouvrir notre porte aux intéressé-e-s. P'tits cons, va ;)