Journal Faut-il se méfier des mises-à-jour automatiques ?

Posté par .
Tags : aucun
12
27
juil.
2009
Tous le monde a entendu parler de la boulette d'Amazon, qui a effacé de son lecteur portable (Kindle) des œuvres achetées tout à fait légalement par des utilisateurs. Ironie du sort, ce sont les lecteurs de Georges Orwell[1] qui en ont été les victimes.

La FSF fondation s'en est émue, et a anoncé lancer une pétition sur la question. Elle appelle Amazon à libérer le kindle[2], et Numérama en fait un article[3] en français.

Extrait (Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com):

"Aussi longtemps qu'Amazon garde le contrôle de l'appareil, la société aura la possibilité d'effacer des livres et cela veut dire qu'un jour, elle pourrait être tentée ou être contrainte de le faire" explique Holmes Wilson, l'un des responsables de la Free Software Foundation.

[...]

Auparavant, lorsqu'un marchand vendait un produit à un client, la transaction marquait dès lors la fin du lien entre les deux parties. Désormais, certains appareils et services spécialisés maintiennent une sorte de "cordon ombilical" entre le vendeur et le client... et par extension, un lien avec l'appareil et son contenu. Certes, un tel système présente des avantages certains : les mises à jour sont constantes grâce à une synchronisation continue, un historique d'achats peut être généré afin de renvoyer de nouvelles versions en cas de plantage de l'appareil et des suggestions personnalisées peuvent être proposées.

Jonathan Zittrain, professeur de droit à l'Université d'Harvard et auteur du livre "The Future of the Internet - and How to Stop It", a émis quelques critiques sur ces appareils capables d'interférer avec l'expérience d'un utilisateur. "je suis inquiet, car de tels systèmes sont de véritables cadeaux pour les régulateurs" explique-t-il au New York Times. Pour l'enseignant, ce type de produit est potentiellement dangereux et peut amener des gouvernements à s'en servir comme d'un véto intellectuel.


... ou être contrainte de le faire ... N'importe que système de mise à jour parmet de garder le contrôle. On peut très bien imaginer qu'un tribunal exige un jour qu'une distribution utilise le système de mise à jour pour installer (en root) un logiciel de nettoyage des fichiers téléchargés par le bittorent inclus dans la distribution. Quelle protection a-t-on contre ça?

[1] http://www.telerama.fr/livre/si-la-gauche-relisait-georges-o(...)
[2] http://www.fsf.org/news/amazon-apologizes
[3]http://www.numerama.com/magazine/13568-Affaire-KindleOrwell-(...)
  • # *nd*

    Posté par . Évalué à 1.

    Certains ici crachent sur le "nd" des licences CC, en disant que cela empêche les extraits. S'agit-il ici du "droit de citation" ou bien l'extrait présent dans ce journal viole-t-il la licence ?
    • [^] # Re: *nd*

      Posté par . Évalué à 3.

      Je dirais qu'à mon avis l'extrait est trop long pour répondre à une courte citation.

      Stricto sensu ce n'est pas le texte intégral, mais il est clairement mentionné qu'il s'agit d'un extrait (non modifié, sinon la suppression des liens qui ne passent pas en copié-collé-bouton-milieu). La licence dit Vous n'avez pas le droit de modifier, de transformer ou d'adapter cette création. Je ne vois pas en quoi une telle clause ne s'applique pas à un extrait, du moment que c'est mentionné explicitement et que l'article original n'est pas dénaturé.

      Bon tu as raison. dès fois que voici le texte intégral: http://www.numerama.com/magazine/copier/13568-Affaire-Kindle(...)

      La Free Software Foundation demande à Amazon de ne plus maintenir un contrôle exclusif sur l'appareil. Malgré les promesses du CEO, la FSF juge que tant que l'entreprise n'abandonnera pas certaines méthodes de vente, le risque d'une nouvelle affaire n'est pas totalement à écarter.

      Suite à la polémique sur la suppression à distance de plusieurs exemplaires numériques des romans de George Orwell (1984 et La Ferme des Animaux), le directeur exécutif d'Amazon était intervenu sur le forum de la société pour présenter ses excuses aux internautes et assurer à tous que ce désagrément n'arriverait plus jamais. Jeff Bezos avait eu des mots assez durs sur la "solution" choisie par sa société, la qualifiant de stupide, d'inadaptée et surtout contraire aux principes d'Amazon. Mais pour beaucoup de personnes, ces excuses sincères ne suffisent pas.

      Une part croissante d'internautes et d'avocats réclament un changement radical de la part d'Amazon, afin que la société modifie ses pratiques commerciales, de peur que l'entreprise ne soit forcée un jour de procéder à un nouvel effacement massif. "Aussi longtemps qu'Amazon garde le contrôle de l'appareil, la société aura la possibilité d'effacer des livres et cela veut dire qu'un jour, elle pourrait être tentée ou être contrainte de le faire" explique Holmes Wilson, l'un des responsables de la Free Software Foundation.

      Pour faire bouger les lignes, la fondation est actuellement à la recherche de signatures de libraires, d'éditeurs, d'auteurs et d'intellectuels relate le New York Times. Le but est de présenter une pétition exigeant que l'entreprise abandonne au plus vite son système de verrouillage numérique sur les Kindle des utilisateurs.

      Auparavant, lorsqu'un marchand vendait un produit à un client, la transaction marquait dès lors la fin du lien entre les deux parties. Désormais, certains appareils et services spécialisés maintiennent une sorte de "cordon ombilical" entre le vendeur et le client... et par extension, un lien avec l'appareil et son contenu. Certes, un tel système présente des avantages certains : les mises à jour sont constantes grâce à une synchronisation continue, un historique d'achats peut être généré afin de renvoyer de nouvelles versions en cas de plantage de l'appareil et des suggestions personnalisées peuvent être proposées.

      Jonathan Zittrain, professeur de droit à l'Université d'Harvard et auteur du livre "The Future of the Internet - and How to Stop It", a émis quelques critiques sur ces appareils capables d'interférer avec l'expérience d'un utilisateur. "je suis inquiet, car de tels systèmes sont de véritables cadeaux pour les régulateurs" explique-t-il au New York Times. Pour l'enseignant, ce type de produit est potentiellement dangereux et peut amener des gouvernements à s'en servir comme d'un véto intellectuel.

      Si la polémique n'est visiblement pas prête de retomber, d'autres personnes semblent plutôt résignées, comme Justin Gawronski, un lycéen qui a vu sa copie de 1984 effacée par Amazon. Au point de refuser d'entamer une class-action contre Amazon : "cela va certainement arriver à nouveau et nous devons sans doute apprendre à vivre avec". Une opinion que beaucoup ne partageront pas.

      Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com
    • [^] # Re: *nd*

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Certains ici crachent sur le "nd" des licences CC, en disant que cela empêche les extraits.

      Faudrait qu'ils arrêtent de dire n'importe quoi alors (tient, j'ai loupé ce troll?)
      La licence ND interdit effectivement la citation (modification) en théorie.
      En pratique, la loi locale (ici, c'est la France) reste supérieure à la loi du texte dans tous les cas, donc tu es autorisé (en France) à ne pas tenir compte de la licence pour faire un citation (merci le droit de citation).
      On a le droit de citer un extrait du Monde ou le Figaro ou Liberation alors qu'on a même pas de licence CC, on a tout autant de le droit de citer un extrait de Numerama sans se soucier de sa licence.

      Donc le journal viole sans doute la licence, mais on s'en fout, la loi nous autorise à le faire vu que l'extrait est relativement court par rapport à l'article complet, le journal est légal!

      Mais... en France, si tu es dans un pays qui n'autorise pas les extraits, tu retombes alors sur la licence, et la c'est interdit (mais bon, que ce soit aux US ou en Europe, on a le ce droit)

      PS : le ND, ça pue surtout quand les gens le considère libre, mais sinon il est tout à fait compréhensible de l'utiliser dans le cas d'articles d'opinion, pour ne pas trahir l'opinion de l'auteur original. Bref, je ne vois pas pourquoi il faudrait cracher sur le ND tant qu'on est conscient que c'est non libre.
      • [^] # Re: *nd*

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Mais est-ce qu'1/3 d'un article peut être considéré comme une citation ?
        • [^] # Re: *nd*

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Ca serait à un juge de décider, et la jurisprudence n'est pas "chiffrée" (ce n'est pas "limite à x% du texte") car la notion est très abstraite (reprise d'une idée...) et le juge prend aussi en compte le but recherché.

          Ici, c'est pour reprendre une idée, avec un lien vers l'article complet, m'étonnerai fortement que le juge ne se prononce pas en faveur de ce journal...
          • [^] # Re: *nd*

            Posté par . Évalué à 6.

            Un juge chercherait surtout à déterminer s'il y a préjudice ou pas.

            J'ai du mal à en voir un dans le cas présent: les conditions de redistributions sont respectées sauf éventuellement le texte non intégral, le propos n'est pas déformé, la mise en forme met en évidence ce qui vient de l'original et le reste, le reste qui est une discussion différente (les m-à-j automatiques) de l'article initial...
      • [^] # Re: *nd*

        Posté par (page perso) . Évalué à -1.

        Les licences de type Nc et Nd (ou les 2 cumulés) sont des licences non-libres !

        Je vois souvent sur jamendo des artistes qui publient leurs musiques sous Nc-Nd. Et en en-tête du site on peut lire : « Téléchargement de musique Libre et gratuite ». Les Nc/Nd poussent à faire l'amalgame libre == gratuit.

        Tout ça pour dire que les gens qui sont contre Nc/Nd ne « disent pas n'importe quoi ».
        • [^] # Re: *nd*

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Tu es un peu HS la, on parlait des gens qui parlent de "en disant que cela empêche les extraits."

          Pour ce qui est du libre vs gratuit, si tu suis un peu les coups de gueule que je tire ici contre ceux qui disent que les musiques NC/ND sont libres, tu devrais savoir que tu prêches un convaincu râleur. Mais ce n'est pas une raison pour dire des conneries sur le droit de citation : les licences NC sont inférieures au droit local, comme n'importe quelle autre licence.
        • [^] # Re: *nd*

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          La définition du mot libre ne pas été inventé par RMS. Désolé. "Téléchargement de musique Libre et gratuite " est tout à fait correct. Même si ca défrise tes poils de barbe.
          • [^] # Re: *nd*

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Ah, le troll sur la liberté de ND et NC, ça faisait longtemps.

            « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # Et sinon ...

    Posté par . Évalué à 3.

    ... Vous pensez quoi du contenu de ce journal ? :) À la base j'avais cliqué dessus parce que je croyais que j'allais voir des commentaires relatifs au texte du journal, et pas à CC-ND ...

    En ce qui me concerne, je pense que malheureusement, si une loi est promulguée en France qui forcerait tout système (libre ou pas) à inclure un soft de type "nettoyage de fichiers obtenus par bittorrent" (ce qui me semble difficile, car bon nombre d'utilisations parfaitement légales existent et se servent de bittorrent ou de protocoles de p2p), les distribs seront obligées de faire un cas spécial france (exactement comme le cas debian US/NON-US pour les problèmes de crypto). Maintenant -- et c'est là la magie du LL -- rien n'empêcherait les gens d'expliquer par le menu sur des sites Web comment se débarrasser dudit soft de nettoyage ...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.