Journal [UE] Outil législatif collaboratif open source

32
4
oct.
2016

Bonjour à tous,

La Commission Européenne a publié la version 3.1.0 de sa plateforme collaborative de rédaction de textes législatifs. Son petit nom ? LEOS. Elle est placée sous licence European Union Public Licence (EUPL) 1.1, une licence copyleft compatible avec la GPLv2 traduite (et valide) en 22 langues de l’Union et compatible avec le droit européen.

La plateforme est encore à l’état de prototype, mais peut être testé. La version open source est disponible uniquement pour des tests, avec une base de donnée en mémoire et des utilisateurs de test uniquement.

J’ai testé pour vous, voilà un petit résumé rapide.

Un peu de technique

La plateforme est implémentée en Java, et utilise maven pour les dépendances et le build. Les composants principaux sont :

  • la base de donnée, pour la version de test, h2
  • un dépôt CMIS
  • une interface web
  • des web services
  • un module d’intégration avec des applications tierces

Côté client web, le composant intéressant est l’éditeur de texte, basé sur CkEditor.

Une fois les composants compilés et publiés comme le README l’explique bien, nous avons accès à l’interface web.

Titre de l'image

Contribuer à un document

Sans grande surprise l’écran d’accueil propose une liste de documents en cours de rédaction et propose un moyen d’en créer de nouveaux. Un document peut être dans deux états :

  1. brouillon
  2. relecture

Ces deux états changent la manière d’interagir avec eux.

État brouillon

Lorsqu’un document à l’état de brouillon est ouvert, le contenu est affiché mise en forme. Chaque paragraphe peut être édité en cliquant sur l’icône T qui apparait lors du survol de l’élément. De nouvelles sections et paragraphes peuvent être ajoutés via ce principe. À droite se trouve la table de matières.

éditer un paragraphe

mode édition

État relecture

Lorsque le document est en état de relecture, deux actions sont disponibles pour les paragraphes :

  1. d’ajouter un commentaire
  2. de faire une suggestion de formulation

Le rendu des deux action est presque le même. Un élément commentaire ou suggestion est attaché au paragraphe avec le nom de l’auteur et la date, la suggestion permettant la mise en forme avec comme base le texte existant du paragraphe.

ajouter un commentaire

ajouter une suggestion

visualisation de suggestion

Création de document

Il est possible de créer un document à partir de modèles, qui aura donc la structure prédéfinie. Sur les documents qui vous appartiennent vous pouvez gérer les permissions comme bon vous semble.

création étape 1

création étape 2

Comparaison

Lorsqu’un article est à l’état de brouillon il est possible de visualiser les différences entre les révisions.

choix des révisions à comparer

affichage des différences

Rendus

Il est possible de voir le rendu du document en cours de rédaction en HTML, en pdf ou de télécharger au format XML Akoma Ntoso.

Conclusions

Après un test rapide de cette application, je dois dire que je suis plutôt positif. Il reste bien sûr du chemin tant sur l’utilisabilité de l’outil que sur la manière dont il est développé. Le dépôt SVN est pour le moment vide par exemple. Mais l’initiative est excellent, et une utilisation généralisée de cet outil pourrait faciliter la compréhension de la fabrique des textes législatifs européens par les citoyens.

J’espère vivement que le développement de cette plateforme sera ouvert, nous permettant de voir les décisions prises et d’y participer.

La visualisation des différences est vraiment intéressante et est moins ardue à comprendre que la formulation habituelle du style "à l’alinéa 3 de l’article 43 sont ajoutés les mots suivants …"

Et vous qu’en pensez vous ?

  • # Confluence

    Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 05/10/16 à 07:33.

    En regardant les captures d'écran, j'ai pensé à Confluence de Atlassian : éditeur, commentaires, comparaison des versions, etc

    Peut-être que LEOS pourrait s'inspirer de Confluence pour le système des macros/addons. J'ai l'impression qu'il manque par exemple :
    - la personnalisation de l'affichage de listes de pages
    - une page d'accueil personnalisée
    - l'importation de fichiers attachés
    - les notifications par email
    etc

    LEOS est en tout cas plus avancé que pas mal de solutions open-source existantes.

  • # récemment ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Je regarde les détail projet, il a été démarré en 2011 partie étude, devait être livré fin 2015 finalisé.
    Il a reçu un budget voté total de 1 685 000 euros, si le rapport en ligne est à jour, la fin du financement n'a pas été donnée et il a reçu seulement 1 385 000 euros.

    Quelqu'un souhaite rebondir ?

    • [^] # Re: récemment ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Toutes mes confuses c’est la version 3.1.0 qui est récente, je me suis emmêlé les pinceaux dans les dates. Si un gentil modérateur veut bien corriger la formulation :)

  • # Salut c'est cool

    Posté par . Évalué à -9.

    Ca a l'air super, avec l'éditeur de texte et l'édition collaborative ! Et l'éditeur ckeditor a l'air tout aussi merveilleux. On va pouvoir souligner/corriger les fautes des ministres donc - et même proposer des décrets ou en sous-mettre la révoquation.

    C'est vraiment inédit qu'une telle plateforme existe j'ai hâte de l'essayer !

    Mais pourquoi personne n'a til songé à inventer un tel outil plus tôt ? Où avez vous trouvé l'information (rss?)

  • # JAMBON

    Posté par . Évalué à -4.

    • La version open source est disponible uniquement pour des tests, avec une base de donnée en mémoire et des utilisateurs de test uniquement.

    Ils nous prennent pour des jambons?

    Les mecs ont reçu un financement conséquent et ne sont pas capable de faire leur test eux-même ?

    Autant je trouve l'idée intéressante et ca pourrait être utilisé pour la rédaction de document autre que des lois dans un milieu d'entreprise, autant le coup de la version opensource qui ne sauvegardent pas. c'est un peu fort de café.

    Après, la phrase du journal est peut-être mal tournée, et il est possible d'utiliser la version open source avec une vraie base de données :)

    • [^] # Re: JAMBON

      Posté par . Évalué à 4.

      Peut-être que tout simplement, ils fournissent une version open-source, et que en plus si tu veux tester, ils fournissent une instance temporaire. En gros, ils t'évitent de devoir tout installer pour tester, mais ils ne fournissent pas d'hébergement. Donc regarde un peu avant de râler.

      • [^] # Re: JAMBON

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Ils ne demandent pas de tester à leur place…

        Par contre c'est vrai que le source réel n'a pas été livré, ce qui est disponible c'est une version allégée pour servir de démo.

        Ce qui est bien pour tester la démo, c'est que l'install est bien faite, tout se compile comme indiqué dans la doc et se lance impeccable.

        Par contre, il n'y a aucune documentation, et à mon sens les fonctionnalités sont limités et non finales. Ce qui pour un projet à ce prix et cette durée est dommage.

        Pour l'instant le projet n'est qu'un éditeur de texte "par paragraphe". Ce qui est à mon sens un bon choix pour l'objet du projet.
        Mais c'est tout, et pour moi cela ne vaut pas 1 650 000€.

        Je vais essayer d'en savoir plus sur le passé et l'avenir du projet. Le responsable m'a indiqué qu'il y aura une suite au projet.

  • # GIT et Markdown

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    GIT et Markdown font un meilleur travail.

    Le problème c'est que les utilisateurs veulent un remplacement de Word.

    • [^] # Re: GIT et Markdown

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Je ne suis pas pleinement d'accord, j'ai essayé de faire simplement un git+markdown pour gérer ce type de documents et cela ne suffit pas.

      Git et Markdown archivent et donnent parfaitement le rendu sous toutes les formes, mais il faut ajouter une couche d'organisation entre les participants et un système de validation et de remise en question. Des variantes aussi.
      Bien sûr git et markdown ont toutes les fonctions intrinsèques pour cela, mais pas d'une manière balisée au sens workflow administratif.

      En fait, on pourrait probablement utiliser git comme repository au lieu d'une base de donnée, mais le logiciel est un frontend aussi. Il faut gérer qui peut modifier quoi et quel workflow de traitement et de validation cela engendre.

      Donc oui, on peut formaliser chaque opération du workflow administratif sous des commandes git (markdown ou autre chose n'a pas d'impact) et faire un front end pour cela, mais ce n'est pas si simple.

      Dans le cas d'un traitement de donnée légale, l'utilisateur ne veut pas un word, il veut un traitement fonctionnel par corpus/texte/alinéa.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.