Journal Pour l'été, faites vous enfler.

Posté par .
Tags : aucun
6
18
sept.
2010
Si vous aussi avez envie de sortir votre plume, mais que vous n’êtes pas d’humeur à bloguer vos révoltes sur DLFP (comme d'autres), TF1, chaîne hautement culturel, surfe sur la vague des romans participatif [1] et vous propose d’être l’un des contributeurs du «·polar de l’été 2011·».

Projet lancé le 13 septembre dans l’émission littéraire Au Field la nuit, Connexions (titre du roman) s’achèvera en juin, à l’issu de la sélection des dix chapitres (2 à 10). Le premier a été écrit par Ingrid Desjours, «·jeune talent du thriller français·» (dixit son éditeur, Plon). Il en sera de même pour le dernier.
Un chapitre sera sélectionné tous les quinze jours par un jury de «·professionnels des métiers du livres et de la communication audiovisuelle·».
Les lauréats seront invités à participer à l’émission (coût du voyage et à leur charge) et recevront cinq exemplaires de l’ouvrage. Ce sont en effet les seules rétributions sur lesquelles ils peuvent compter, puisque la rémunération annoncée dans le règlement s’élève à 0,6 % du prix de vente hors taxe sur chaque exemplaire à partir de 50·000 exemplaires vendus. Sachant qu’en France, la moyenne des ventes de livre (tous genres confondus) se situe entre 6000 et 7000 exemplaires (données du SNE), et que celui-ci ne vaudra sûrement pas mieux que la moyenne, les lauréats ne toucheront rien.
Voilà pour l'enflage.

L’intrigue mérite (un peu) elle aussi qu’on s’y intéresse de plus près :
un homme se réveille, drogué, séquestré. Il n’a à sa disposition qu’un «·ordinateur portable avec un accès wifi illimité à une messagerie instantanée, et au bout de cette messagerie instantanée, il y a une jeune femme·». (Notez qu’il n’a pas l’Internet illimité. Ni même le web.)
«·Et quand elle reçoit le message de David qui lui explique qu'il a été séquestré dans un appartement, au départ, elle le croit pas, et en plus elle est pas sûr d'avoir envie d'aider un type comme ça. Et pourtant il est obligé de compter sur elle, parce que si elle ne l'aide pas à s'en sortir, d'ici un mois, il sera exécuté par son ravisseur. Et ce serait d'autant plus dommage qu'il est le seul à pouvoir expliquer à Juliette pourquoi elle jamais connu sa mère.·» (Extrait de la vidéo de l’auteur)

Pour finir, un mot de l’auteur qui en dit long sur son érudition concernant la prolifération des publications de ce genre, qui existe depuis plus de dix ans [2] :
« C’est un projet à grande échelle. C’est le premier roman interactif et j’espère que cela mobilisera de nouveaux lecteurs. »


[1] France Loisirs a lancé le même type d’opération, en créant une application Facebook permettant aux participants de proposer leur chapitre. Anna Gavalda en était l’auteur désigné.
http://bienbienbien.net/2010/06/22/anna-gavalda-faineante-2-(...)
[2] En 1998, France Loisirs (encore) Yann Queffélec a écrit le premier chapitre d’un roman intitulé Trente jours à tuer. Pour la suite, même fonctionnement que pour le projet de TF1, excepté que l’auteur breton (ou son nègre) n’a pas écrit le dernier chapitre.
http://www.joelle-ecormier.fr/index.php?page=30jours_present(...)
Depuis, de nombreux projets de publications participatives ont vu le jour (y'a qu'à googler).


Source : http://www.livreshebdo.fr/medias---manifestations/actualites(...)
Règlement : http://lesblogsdeplon.fr/wp-content/uploads/2010/09/R%C3%A8g(...)
  • # Je commence

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Je me réveille. Horrible mal de crâne. J'ai si bu que ça ?

    Mais bordel, où je suis ?

    Tiens, un ordi. Je vais pouvoir regarder si mes commentaires n'ont pas été trop moinssés sur DLFP. Ah oui puis ça serait bien de savoir où je suis. Enfin, c'est secondaire.

    Grmbl, il n'y a que Internet Explorer sur cette merde. Et ça ne me répond même pas. Ah si, il y a juste écrit « Internet par Poire ».

    Tiens, il y a un truc qui clignote. Oh, c'est Poire Live Messenger. La fenêtre se met à vibrer maintenant, ça n'arrange pas mon mal de crâne.

    DLFP >> PCInpact > Numerama >> LinuxFr.org

    • [^] # Re: Je commence

      Posté par . Évalué à 8.

      > Tiens, il y a un truc qui clignote. Oh, c'est Poire Live Messenger. La fenêtre
      > se met à vibrer maintenant, ça n'arrange pas mon mal de crâne.

      Comment peut-elle se mettre à vibrer alors que tu n'as que l'option « Internet
      Illimité » sans MSN ? Poire (à) Live ment ?
    • [^] # Re: Je commence

      Posté par . Évalué à 3.

      > Grmbl, il n'y a que Internet Explorer sur cette merde. Et ça ne me répond même pas. Ah si, il y a juste écrit « Internet par Poire ».

      Manquerait plus qu'on parle de Firefox et Gajim dans un roman.
      Remarque, ça inciterait peut-être les moules de DLFP à lire au lieu de troller.
    • [^] # Re: Je commence

      Posté par . Évalué à 7.

      Je me réveille. Horrible mal de crâne. J'ai si bu que ça ?
      Mais bordel, où je suis ?

      >look
      >open eyes
      >look
      >switch light on
      >i
      >drink no tea
      >get gown
      >get up
      >wear gown
      >look into pocket
      >eat fluff
      >eat analgesic

      Voila, ça va aller mieux maintenant.
      ( merci à http://www.xs4all.nl/~pot/infocom/hgg.html pour vérifier la syntaxe et l'ordre )
  • # En gros...

    Posté par . Évalué à 10.

    ... Faut réécrire le scénario de Cellular ?
  • # Idées de pistes

    Posté par . Évalué à 10.

    Alors pour commencer l'histoire, je ne vois que deux possibilités :
    - il se connecte à son serveur ssh pour faire un tunnel et utilise msn messenger (ouais, c'est TF1, osez me dire qu'ils pensent à autre chose en parlant de messagerie instantanée) via ce tunnel. Mais comme il se souvient plus de rien, il faut qu'il demande un accès ssh à la jeune femme ou qu'il loue un serveur vite fait si il retrouve par miracle sa carte bleue dans sa poche.

    - il fait passer la jeune femme à jabber pour chiffrer toutes ses communications, au moins jusqu'au serveur.


    Non parce que moi, je me réveille séquestré dans une cave avec un ordinateur portable et un accès à Internet, je vais éviter de dire sur msn "oui alors je vais m'évader comme ci comme ça", j'aurais pas trop confiance dans le respect de la confidentialité de la conversation.
    • [^] # Re: Idées de pistes

      Posté par . Évalué à 2.

      En même temps si t'as pas confiance dans la communication je ne vois pas pourquoi tu aurais confiance dans le portable et son système. Donc faire un tunnel SSH... ;)
      • [^] # Re: Idées de pistes

        Posté par . Évalué à 7.

        Le minimum vital reste tout de même de posséder une clef USB bootable avec un système live dessus...

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

        • [^] # Re: Idées de pistes

          Posté par . Évalué à 8.

          Le minimum vital reste tout de même d'avoir une vraie vie plutôt que de penser que le minimum vital est de posséder une clef USB bootable !
          • [^] # Re: Idées de pistes

            Posté par . Évalué à 10.

            Oui, je suis d’accord, tout le monde sait que le minimum vital c’est une serviette.
  • # Nouvelle campagne...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    L'homme, peu à peu, retrouve ses esprits. Il se souvient de son militantisme, de son engagements dans différents mouvements pronant l'utilisation de logiciels libres.

    La malheureux prisonnier découvre que l'ordinateur, outre une connexion par Poire (ou Citron), fonctionne sous windows 7 avec Windows Live.

    Son -supposé- ravisseur, bedonnant, chauve, surgit dans la pièce, beugle, hurle et commence à effectuer une danse étrange, proche de celles qu'auraient certains primates (s'ils dansaient)... Tout à coup il hurle : "tu n'es qu'un cancer, sale coco, je vais te torturer pendant un mois, parce que moi je suis PC et te torturer c'est mon idée !!"

    Tout à coup, l'homme primate s'effondre, assommé par un projectile qui a violemment heurté son crâne. Un homme frêle, habillé d'un vieux jean et d'un pull sombre, l'air classe tout en restant cool ressort aussitôt de la pièce et verrouille la porte.

    Notre héros prisonnier examine le projectile. A sa grande surprise, celui n'est pas siglé "Poire", ou "Citron", mais "Pomme". Une inscription étrange indique : "pour une expérience inoubliable, ne pas tenir ici". Cela ressemble à un téléphone, notre héros reprend espoir. Il va pouvoir enfin appeler les secours. il tente de l'allumer, mais celui-ci semble hautement sécurisé, et demande un code mystérieux dès son allumage "Entrez n° de CB :"

    Une voix surgit alors d'un haut-parleur encastré dans le faux plafond, bien trop haut pour être accessible : "je dispose de brevets sur le terme cancereux. Je n'ai pas touché de royalties. Cette phrase n'a pas été validée par mon Term Store. Ce comique comprends maintenant que tout le monde ne reconte pas de fariboles au sujet de l'utilisation de brevets". Quant à toi...

    Long silence.

    Un papier glisse tout à coup sous la porte. Quelques mots griffonnés à la va-vite. "Je peux illuminer votre avenir. J'ai des compétence à même de vous faire sortir d'ici, les brevets, ça me connait. Appelez-moi Delphes, pour qu'on ne me reconnaisse pas. Je ne peux pas agir pour l'instant. Trouvez un moyen de contacter Pierre Tramo. Larry est trop occupé à essayer draguer en leisure suit.

    A vous la suite...
  • # test 1 2 3

    Posté par . Évalué à 6.

    "Humm mais que s'est il passé ? Qu'est ce que je fous là ? Putain ce mal de crane." David se lève de devant l'ordinateur et cherche autour de lui une explication, un répère, une ancre psy qui lui permettrait de mettre les éléments dans l'ordre. La pièce est maussade, laide, sombre et mal entretenue. Tout lui rappelle les années 70, le papier peint mural, le lit, ces meubles fait avec plus de colle que du bois aux couleurs criardes heureusement délavées. Sur l'écran le même message s'affiche encore et encore "David, que fais tu ? David, réponds !".

    Après s'être passer la tête sous l'eau froide, il s'allonge sur le lit et s'endors. Une vieille habitude chez lui, David s'est toujours servi du sommeil, aidant sa mémoire à compresser et organiser ses souvenirs. Une petite vingtaine de minutes plus tard David se lève, et jette un oeil sur l'ordinateur. L'écran s'est rempli d'appels, de messages. "Putain mais que se passe t il ? Pourquoi mes souvenirs sont ils absents ?". Et qui est cette Juliette ? Elle semble mieux me connaitre que je ne me connais moi même.
    "Juliette1378, Juliette1378" se répète il.

    Il enfile ses chaussures et essai d'ouvrir la porte d'entrée : fermée. Pas de clef.
    Reprenant place devant cet ordinateur, il tapotte quelques mots à "juliette1378", mais quelque chose ne colle pas, Juliette ne répond pas à ses questions, se contentant de lui répeter "Ne bouge pas, ils arrivent bientôt"
    Qui, ils ?
    "Je te re-contacte plus tard" lui écrit il.

    David masque la webcam avec une feuille pliée, et de toutes ses forces essai d'ouvrir la porte d'entrée : impossible. "Elle est blindée, il me faut trouver une autre solution". Une fenêtre ? impossible, trop haut, et aucune prise latérale suffisante. "Bon, reprenons, je suis chez moi, à Paris, et c'est un immeuble de la Défense. Un appartement au coeur de bureaux... Personne dehors, nous sommes le week end, peut être dimanche. Retournant à la salle de bain il examine les murs : "celui là n'est pas porteur et sonne comme du placo, go!", il dévisse un pied de métal du petit meuble de l'évier et commence à taper sur ce mur. L'écran de l'ordinateur le ton a changé "David, non ne fait pas ça, reste calme, attends notre équipe, si tu sort tu es mort. David ? David ?.. ?".

    Deux ans plus tôt.
    Toute la petite communauté du village de freizenberg est en émoi : l'un des leurs vient d'être reçu aux tests d'entrée de Sifa Pharmaceutical Industry. Avant même d'avoir reçu sa convocation au siège, David l'avait compris en voyant cette lettre de sa banque lui informant d'une ouverture de crédit spécifique. C'était la manière de dire "bienvenue" chez Sifa, il le savait. Seule manquait la missive officielle par courrier postal. Dès son arrivée à la poste locale, la nouvelle s'était répandue comme une trainée de poudre dans le village.
    "Je suis fier de toi, mon fils, tu as déjà accompli de grandes choses, mais le meilleur reste à venir. Dieu est à tes côtés mon fils, il l'a toujours été et le sera toujours". La Sifa, ho bien sûr il n'occuperait pas un emploi de chercheur, malgrès ces brillantes études qui l'avaient finalement menées à devenir docteur en exo-biologie. C'était la règle, il le savait. Mais il accomplissait un rêve qui s'était petit à petit construit et affiné au cours de sa vie d'étudiant. "Nous sommes tous loin de ce que nous fummes, mon fils"

    Le mur commence à céder, morceaux de platre par morceaux de platre. Coup après coup, David se souvient. De tout.
    "Merde il se casse" Juliette saisie son mobile, lance un appel "mais merde qu'est ce que vous foutez, il est en train de se casser, vous êtes où ?" "baisse d'un ton fillette, tu n'étais pas censé le retenir avec ton ingénieuse idée s'il se réveillait trop tôt ? On arrive là, on monte. Charles et Marc-André sont postés sur le parvis, t'inquiètes pas il va pas allez loin"
  • # Nègre

    Posté par . Évalué à 0.

    Bien que l'on m'ai appris dans ma tendre enfance que "nêgre" était une déformation de la prononciation d'un mot voulant simplement dire "humain", et qu'il faut être un con inculte pour l'employer comme insulte. Et bien qu'ici son usage soit limité à la désignation d'un travailleur clandestin de l'écrit, on pourrait aussi -et peut être mieux ?- employer les termes suivants :

    Ayant-droit (désignant celui pose son nom et encaisse les pépêtes)
    Ecrivain (celui qui fait le boulot)

    ??
    • [^] # Re: Nègre

      Posté par . Évalué à 10.

      * Nègre est un mot africain signifiant "qui se tape tout le travail"
      * Ubuntu est un mot africain signifiant "qui s'accapare le travail des autres"
      • [^] # Re: Nègre

        Posté par . Évalué à 10.

        C'est de l'humour noir j'espère ...
        • [^] # Re: Nègre

          Posté par . Évalué à 1.

          Ben ouais, evidemment.
          T'as deja vu un noir travailler toi?

          If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

          • [^] # Re: Nègre

            Posté par . Évalué à 2.

            Je préfère un gars qui bosse au noir, à un gars qui fait du travail d'arabe.
    • [^] # Re: Nègre

      Posté par . Évalué à 2.

      Non, dans ce cas-là, l'ayant-droit, c'est Quéffelec. Il est l'auteur désigné de ses livres.
      Et si on veut différencier l'écrivain qui a fait le boulot et qui s'est fait payer sans que son nom soit cité de celui qui n'a rien branlé (si ce ne sont les jurés du Goncourt) mais qui a le sien d'imprimer sur la couv et qui fait la promo sur les canapés des émissions télévisées pompeuses, on utilise le terme nègre, et ce depuis plusieurs siècles.
      • [^] # Re: Nègre

        Posté par . Évalué à 1.

        Enfin, nègre littéraire, j'entends...
      • [^] # Re: Nègre

        Posté par . Évalué à 1.

        C'est moi qui suis fou / utopiste / mal informé, ou bien l'article de wikipedia c'est juste une grosse merde ?
        • [^] # Re: Nègre

          Posté par . Évalué à 4.

          Bah, c'pas parce que ça parle des noirs qu'il faut faire le rapprochement...
  • # FOUTAISES !

    Posté par . Évalué à 2.

    Si vous aussi avez envie de sortir votre plume, mais que vous n’êtes pas d’humeur à bloguer vos révoltes sur DLFP (comme d'autres)

    D'abord je ne suis pas révolté, je suis à la recherche de réponses, je pose donc des questions, différence subtile, mais importante ;)

    Je n'ai pas écrit :
    "C'est de la merde"
    Mais bien :
    "Je suis fortement circonspect vis à vis de X, qu'en pensez vous ?".


    Ceci dit j'ai des idées de journaux qui dénoncent (grave) et sans concession (avec pour le coup des envolées lyriques à la Jean Pierre Coffe). Mais ça sera pour plus tard. Vivement les prochains vendredis :)

    Aussi certains commentaires ici me font penser à 1984 (que je viens de relire récemment). C'est marrant, ça me fait également penser à un autre potentiel journal 1984 comparé à aujourd'hui. Pas vraiment un journal qui dénonce (grave) donc, mais un exercice qui pourrait être amusant, avec une ouverture pour critique/débats/ajouts dans les commentaires.

    Et puis on pourrait même proposer le résultat du travail collectif à TF1 pour publication, ça pourra les intéresser vu qu'ils seront cités à maintes reprises. :)
    • [^] # Re: FOUTAISES !

      Posté par . Évalué à 2.

      Euh, c'était d'l'humour.

      > Et puis on pourrait même proposer le résultat du travail collectif à TF1 pour publication, ça pourra les intéresser vu qu'ils seront cités à maintes reprises. :)

      Je suis tout à fait d'accord avec toi. D'ailleurs, j'invite tout le monde à venir participer à ce journal, afin d'éviter qu'une nouvelle daube paraisse l'été prochain en librairie (oui, y'en aura quand même plein d'autres, mais petit à petit l'oiseau fait son nid, tant va la cruche à l'eau, toussa toussa).


      Ceci dit, j'attends tes prochains journaux (sincèrement), que je ne citerais plus avec fausse moquerie dans les miens (sauf si c'est pertinent).
  • # Une version qui plaira à TF1

    Posté par . Évalué à 10.

    Version raccourcie, je n’ai pas le talent de Ingrid Desjours !?

    Pour l’occuper durant ce long mois de détention, « le gardien » a eu le bon goût de lui installer la mule. Le docteur en profite pour télé-charger comme un porc tous les films du top-10 de la semaine. Trois jours plus tard, des policiers frappent à la porte voisine, il crie, ils le délivrent ; le goêlier n’aura rien vu venir.

    Fin de l’histoire :
    — Dr Grégoire : condamnation à 3 ans de prisons pour téléchargement illégaux ;
    — « le gardien » : condamnation à 1 ans avec sursis pour enlèvement et séquestration, 2 ans pour non-sécurisation d’accès à internet.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.