Aptana IDE opte pour une licence propriétaire

Posté par . Modéré par Florent Zara.
Tags :
1
5
sept.
2007
Communauté
Aptana IDE est un un IDE (environnement de développement intégré) conçu pour la création d'application Web dynamiques. Il intègre des outils pour Javascript, HTML, et CSS. Basé sur l'environnement Eclipse, il peut être installé en tant que greffon de celui-ci ou comme application standalone grâce à Eclipse RCP. Aptana IDE a été développé par Aptana, société fondée en 2005. Celle-ci a intégré en mars 2007 RadRails (renommé Aptana RadRail), l'IDE destiné au framework Ruby on Rails.

Depuis quelques jours, Aptana IDE a changé de licence. Publié auparavant sous EPL, Aptana IDE est désormais publié sous APL. Celle-ci supprime le droit de redistribution :
The Aptana Public License is designed to allow you the freedom to use Aptana products without restriction, except for redistribution.
L'APL ne peut donc pas être considérée comme licence libre au sens de la FSF, ni même open source au sens de l'OSI. Pour l'instant Aptana RadRails lui ne semble pas affecté par ce changement de licence.

En pratique ce changement va empêcher à des projets comme EasyEclipse ou Yoxos, fournisseurs de distribution Eclipse prête à l'emploi, d'intégrer Aptana IDE à leurs produits. Encore plus que le changement de licence, c'est le fait qu'il n'ait pas été annoncé qui surprend et déçoit la communauté Eclipse. Sur #eclipse on parle d'un fork à partir des dernières sources publiées sous EPL.

Journal Emplacement des fichiers de configuration

Posté par .
Tags : aucun
0
22
août
2007
Cher journal,

J'ai attendu longtemps avant de t'écrire car je souhaitais éviter pour mon premier journal, de parler politique, cinéma ou de fournir un simple lien sans plus d'informations.

Si je prends la plume aujourd'hui c'est pour un de ces tout petit rien du quotidien extrêmement irritant : l'emplacement des fichiers de configuration.
J'ai horreur de cette horde de fichiers et de répertoires cachés à la racine de mon répertoire personnel, c'est l'anarchie !

On en a déjà parlé un (...)