Journal wikipedia + simulateur de revolution-fiscal.fr = ?

Posté par . Licence CC by-sa
17
22
mar.
2011

3 économistes ont écrit un livre pour réformer l'impôt sur le revenu français. Il appuie leur livre sur un simulateur qui permet de choisir ses taux et de voir l'effet produit.

C'est la première fois que je vois un simulateur employé pour appuyer une proposition de changement de l'état. Or la complexité de ce genre de loi a bien besoin de simulation. J'aurais aimer voir ce genre de chose pendant le débat sur les retraites.

Le source des donnés du simulateur sont fournis.

Le simulateur

Si on rajoute l'esprit de Wikipedia dans l'équation, on voit bien le genre de chose qu'il serait possible de faire : créer des simulateurs avec une revue simplifiée des sources (équations de calcul et données statistiques de l'INSEE).

Le problème n'est pas simple. Il existe des bibliothèques comme Raphaeljs pour générer les graphiques. Mais il reste à trouver un langage de programmation accessible et qui ne pause pas de problème de sécurité, sans doute qu'un ensemble restreint de fonctions Javascript pourrait suffire. Il resterait ensuite à écrire un simulateur de système parallèle que l'on retrouve dans les simulateur numérique (exécution de vhdl, verilog ou compilation de systemC, une lib C++ )

Ainsi on pourrait modéliser des choses complexes comme le système fiscal ou le système de retraite. Cela permettra aux citoyens de tester certaines hypothèses à travers une interface graphique(changement de taux simplifié par exemple). Le principe de source ouverte en ligne permet la validation par un maximum de personne. On peut même imaginer un système de commentaires indiquant les sources des équations (texte de loi, réglementation, etc...). On peut imaginer aussi une comparaison des systèmes entre pays.

Cela évitera de mettre en question toutes études qui serait jugé partial ou incomplète.

Je sais, je n'ai plus qu'à coder :) Et vous, que pensez-vous de fusionner le coté code, avec le coté wikipedia avec une pincé de regards-citoyens ?

  • # "Pour une révolution fiscale"

    Posté par . Évalué à 9.

    Mais il reste à trouver un langage de programmation accessible et qui ne pause pas de problème

    Suffit de mettre des sleep() de temps en temps, et ça devrait aller tout seul...

    Plus sérieusement, je vous recommande la lecture de ce livre ! Il est très clair, et les idées proposées sont très intéressantes. En gros, ils recommandent de fusionner l'IRPP, la CSG, ... et d'appliquer le nouvel impôt directement à la source (comme la CSG) avec non plus des tranches d'imposition marginale (comme actuellement), mais des taux effectifs d'imposition (cf. ici).

    • [^] # Re: "Pour une révolution fiscale"

      Posté par . Évalué à 10.

      Suffit de mettre des sleep() de temps en temps, et ça devrait aller tout seul...

      Ah non, en France, la révolution se fait par des sans‑culottes !

    • [^] # Re: "Pour une révolution fiscale"

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Sérieusement, quel est l'intérêt des taux d'imposition effectifs ? Est-ce que cela a vraiment un rapport avec la question d'une imposition plus équitable ? Le début du XXème siécle, où le taux d'alphabétisation était anémique, est bien loin. Pourquoi devrait-on se limiter à des solutions aussi archaïques que les tranches effectives ? Méthode dont les effets de bords sont néfastes et génants puisque (si je ne suis pas en train de m'enfoncer le doigt dans l'œil jusqu'à l'homoplate) elle peut aboutir à ce qu'une augmentation de revenues bruts, diminue les revenues nets.

      En tous cas, j'ai bien du mal à comprendre pourquoi ces gens lient ainsi leurs propositions. Les trois me paraissent plutôt indépendantes. Celle de fusion de différents impôts en revenant à des barèmes globalement progressifs semble plus que nécessaire. Les prélèvements à la source pourquoi pas ; même si cela gène nécessairement les plus faibles qui se retrouvent souvent momentanément surtaxés avec ces méthodes là. Enfin, les tranches de barème effectif sûrement pas ! Certes, nombre de français ne prennent pas la peine de comprendre les tranches de taux marginale. Mais est-ce une raison pour revenir à un système antédiluvien ?

      • [^] # Re: "Pour une révolution fiscale"

        Posté par . Évalué à 4.

        Je crois qu'il y a lissage du taux en faite.

        "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: "Pour une révolution fiscale"

        Posté par . Évalué à -1.

        (si je ne suis pas en train de m'enfoncer le doigt dans l'œil jusqu'à l'homoplate)

        Un peu quand même, il y a des tranches et un taux effectif, les tranches sont en fait progressives (en France).
        Supposons des tranches à 10% jusqu'à 1000€ puis de 20% au delà.
        Pour un revenu de 1000€ 1000€ * 10% = 100€ (taux effectif 10%)

        Pour un revenu de 1001€
        1000€ * 10% = 100€
        (1001-1000) * 20% = 0,20€ 100,20€ en tout (taux effectif 10,01%)

        Pour un revenu de 2000€
        1000€ * 10% = 100€
        (2000-1000) * 20% = 200€ 300€ en tout (taux effectif 15%)

        Le taux effectif est toujours inférieur ou égal au taux de la tranche dans laquelle on se trouve.

        • [^] # Re: "Pour une révolution fiscale"

          Posté par . Évalué à 3.

          Sauf que là, tu viens de lui expliquer le fonctionnement des tranches d'imposition marginales, alors que lui craignait que les tranches d'impôts effectives ne soient, dans certains cas, régressives, ce qui n'est pas du tout le cas !
          Je mets d'ailleurs la dernière main à un tableur que j'avais écrit lorsque je lisais le livre en question, pour faire quelques simulations personnelles. Dès que j'ai fini, je le publie (sans doute dans la soirée).

          • [^] # Re: "Pour une révolution fiscale"

            Posté par . Évalué à 3.

            Et voilà, c'est en ligne. Il suffit juste d'indiquer son revenu brut dans la case orange du 1° onglet, et les calculs se font tout seul.

            Le 2° onglet correspond au mode de calcul de l'impôt actuel, et le 3° au mode de calcul proposé dans le livre. Par défaut, j'ai pris les seuils et taux qu'ils proposent, mais cela reste bien évidemment modifiable.

            Je reste ouvert à toute remarque de votre part.

      • [^] # Re: "Pour une révolution fiscale"

        Posté par . Évalué à 2.

        Oui, en fait, on calcule en taux effectif, mais sans effet de seuil, ce qui était ma grande crainte quand j'ai vu les premiers articles de presse sur le livre qui escamotaient le problème. C'est juste une question de présentation. Voir le tableur proposé par windu.2b plus bas pour bien comprendre.

      • [^] # Re: "Pour une révolution fiscale"

        Posté par . Évalué à 9.

        Je rebondis juste sur le terme "équitable", car l'idée n'est pas seulement de simplifier l'imposition. Il s'agit aussi d'équité sur l'accès à l'information.

        Les questions fiscales sont devenues tellement complexes qu'elles sont opaques. Ou plus exactement "open-opaques". Il est déjà difficile de savoir le pourquoi de chaque élément, et -surtout- quasiment impossible de regarder l'autre flux, le flux sortant. Simplifier l'imposition aura cela comme premier impact : une simplification de l'accès à l'information sur l'entrant, ok, mais aussi le sortant.

        C'est pourquoi cela risque d'être très compliqué.

        Il ne s'agit pas seulement d'un mouvement "libéral", mais avant tout d'un mouvement "open-data". Un exemple IRL : normalement les taxes alcools et tabacs reviennent entièrement à la Sécurité Sociale. Or, une grande partie de la taxe alcool n'est plus versé à la Sécu (depuis quelques années, en fait juste après 2002...). Ok, ils ont le droit, rien à redire. Mais c'est bien commode de pointer "le trou abissal de la sécu", "quant on veux tuer son chien, on dit qu'il est malade"... Qu'ils expliquent pourquoi ce financement s'est tari sous leur gouvernance... Le gouvernement d'avant 2002 avait équilibré la Sécu, et ce n'est pas miracle ni par une "fantastique politique d'emploi" (...) mais par simple honnêteté. Les dépenses n'ont pas explosées depuis lors, pourtant le trou de la sécu est abyssal... Calquons maintenant cet exemple sur l'ensemble du flux sortant, donc de la redistribution, de l'investissement, etc etc, des revenus fiscaux. L'opposition à cela sera féroce, à n'en pas douter ...

        mes deux cents.

      • [^] # Re: "Pour une révolution fiscale"

        Posté par . Évalué à 1.

        En fait le taux effectif est effectivement interpolé linéairement entre deux valeurs de références du barème.

        Exemple : le barème indique des taux effectifs de 13% pour un revenu de 5 000 € et de 25% pour un revenu de 10 000 €.

        Entre ces deux bornes de revenu (5 000 et 10 000), le taux effectif appliqué sera :
        taux = (revenu - 5000)/(10000 - 5000) * (25 - 13) + 13

        donc pour un revenu de 8 000 € le taux effectif appliqué sera de 20,2%

        Voilou, pour un simulateur en ligne voir ici :

        http://www.revolution-fiscale.fr/faq#effets_de_seuil

  • # Hommage ?

    Posté par . Évalué à 8.

    Il appuie leur livre

    Le source des donnés du simulateur sont fournis

    un maximum de personne

    toutes études qui serait jugé partial ou incomplète

    avec une pincé

    Franchement, le jour de la mort de Maître Capello, tu aurais pu faire un effort. À moins que ça ne soit un hommage ?

    Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

  • # politique

    Posté par . Évalué à 1.

    Aboutissement d'années de propagande visant à transformer tout problème politique (ici la répartition de la richesse entre les vieux inactifs et les actifs) en problème purement technique.

    • [^] # Re: politique

      Posté par . Évalué à 3.

      Point de vue intéressant.

      Tu as un choix à faire mais tu n'a aucun moyen de savoir l'effet à terme. Donc tu fais comment ? Tu cèdes à la démagogie ? Aux dogmatismes ? Aux postures politiques pour gagner l'élection suivante ?

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: politique

        Posté par . Évalué à 3.

        Je voulais juste dire que c'est pas une idée de génie (technique) qui remplacera un choix politique comme décider "qui paye pour qui et combien".

        • [^] # Re: politique

          Posté par . Évalué à 3.

          Capitain Obvious ?

          C'est en effet un choix politique mais comment faire ce choix sans anticipation ?

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: politique

            Posté par . Évalué à 0.

            Tu crois vraiment que la dernière réforme des retraites a été faite sans simulation par les services de l'état ?!

            • [^] # Re: politique

              Posté par . Évalué à 5.

              Il y a un rapport fait par la comité de surveillance des retraites qui comportent beaucoup d'expert de tout bord. Il annonçait un déficit de 100 milliard d'euro pour 2020.

              Résultat, tous les partis de gauche ont attaqué en disant que le rapport était biaisé/manipulé/faux, et on en est resté là.

              C'est la différence entre un processus ouvert/public et un processus fermé en petit comité.

              "La première sécurité est la liberté"

              • [^] # Re: politique

                Posté par . Évalué à 5.

                C'est la différence entre un processus ouvert/public et un processus fermé en petit comité.

                Sachant qu'on parle de politique, l'existence de donnees fiables et de faits etablis n'est jamais, mais vraiment jamais, un obstacle. Si ces donnees avaient ete disponibles, ils les auraient balayees de la meme facon, tant que ca leur rapporte politiquement (au mieux, chaque bord ne retient que ce qui l'interesse, au pire ment completement au citoyen qui n'en a rien a faire et retourne regarder TF1 ou troller sur LinuxFR).

            • [^] # Re: politique

              Posté par . Évalué à 1.

              Oui.

              Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

        • [^] # Re: politique

          Posté par . Évalué à 0.

          De plus ton simulateur serait forcément orienté. Mettons qu'il permette de rentrer quelquses paramètres tels que : âge de départ, nombre de trimestre à cotiser, montant de la retraite, décôte en cas de départ avant l'âge ou le nombre de trimestres ...etc.

          il conforte le système actuel, et empêche (techniquement) d'imaginer une solution (politique) différente telle que "associer les inactifs les plus riches au financement"

          (c'est juste un exemple)

          • [^] # Re: politique

            Posté par . Évalué à 3.

            (c'est juste un exemple)

            Qui n'a pas de sens. Le simulateur permettrait déjà de voir que l'on va effectivement dans le mur, on peut imaginer aller cherche les données de l'INSEE, codé les prélèvements, etc... Et comparer la courbe entre recette et dépense.

            Cela permet de juger le système actuel.

            Si on veut un système complètement différent, rien n'empêche non plus de le coder avec les vrai données en entrée (pyramide des ages, taux de chômage, etc...)

            C'est exactement ce que fait le site que je cite plus haut ! (simulateur d'IR actuel et simulateur avec leur proposition)

            "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: politique

              Posté par . Évalué à 3.

              Le problème du simulateur c'est qu'il faut faire des hypothèses de départ (à moins de modélisé la réalité ce qui est impossible actuellement).

              Plusieurs simulateurs avec les même données de départs donneront des résultats différents.

              Et qui dit hypothèse dit biais, et on reviendra un peu comme avec les statistiques et les sondages aujourd'hui, on peut leur faire dire pratiquement tout ce que l'on veut.

              • [^] # Re: politique

                Posté par . Évalué à 2.

                L'intérêt d'un site de code version Wikipedia c'est que l'on peut justement tout coder et ne pas se contenter d'approximation à la louche pifométrique.

                Regardes le site que je donne en exemple, on peut les critiquer sur des oublies d'intégration de revenues (genre est-ce que les apl et le rsa est inclus dans leur calcul ?) mais pas sur les données de base(pyramides des revenus en france, règles d'imposition, etc...).

                Et qui dit hypothèse dit biais, et on reviendra un peu comme avec les statistiques et les sondages aujourd'hui, on peut leur faire dire pratiquement tout ce que l'on veut.

                La critique des sondages soit disant faux a une seul et unique origine, l'oublie volontaire des "ne se prononce pas" lors de l'évaluation de la candidature d'Édouard Balladur à la présidentiel. Les sondages annonçaient 60% d'intention de vote alors que cela n'était que 20% en réalité. Ce n'est pas de ma faute si le public n'a toujours pas compris que sur un échantillon de 1000 personne, il y a un taux d'erreur de + ou - 4 points.

                "La première sécurité est la liberté"

                • [^] # Re: politique

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Pour les sondages, je pensais plus au truc comme: 99% des français veulent gagner + d'argent, conclusion ils sont tous d'accord pour supprimer l'impôt solidarité sur la fortune. (l'art de bien formulé la question pour obtenir la réponse qu'on veut).

                  • [^] # Re: politique

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Dans le même genre, il y a la transformation de la question lors du compte rendu des résultats du sondage. Mais c'est plus un problème de journaliste que de sondeurs.

                    Par contre, je ne vois toujours pas le rapport avec un simulateur.

                    "La première sécurité est la liberté"

                • [^] # Re: politique

                  Posté par . Évalué à 3.

                  La critique des sondages tient beaucoup sur une chose simple :
                  Les sondages sont sémantiques, linguistiques.
                  Il est dès lors facile, par la richesse de la langue, d'orienter à la source.

                  Tandisque ce que tu pointes est numérique, statistique.
                  Effectivement, on peux aussi leur "faire dire ce que l'on veut", en omettant telle ou telle donnée.Néanmoins la donnée en entrée reste numérique et partagée par tous. Si elle est vérifiable par tous, c'est le bonheur.

  • # Excellente idée

    Posté par . Évalué à 2.

    C'est une très bonne idée. Je réfléchissais à un système du même type, mais qui servirait plus à générer un programme politique: un espèce de Wikipedia où l'on discute de sujets divers et variés, et qui permet de tendre vers des choix argumentés et débattus.

    L'idée étant de mettre en avant les solutions "les moins pires" et qui bénéficient au plus grand nombre. Cette idée de simulateur étendu à plein de domaines pourrait être utilisé comme outil de décision.

    Dans le même genre, il y a le site Open Data de la Banque Mondiale, qui donne les chiffres bruts que l'on peut comparer entre eux.

    Mon côté Bisounours me dit parfois que si les arguments sont pertinents et appuyés de données, une majorité de gens accepteraient une solution qui peut leur paraître injuste sur le court terme, même si elle est très bénéficiaire pour une grosse majorité sur le long terme.

    Le problème c'est que beaucoup de gens ne sont plus prêts à faire des compromis. Ils n'acceptent que des solutions parfaites pour leur nombril, alors qu'en perdant un peu dans un domaine ils pourraient y gagner dans un autre.

    Le PS a lancé un site dans ce style, La Coopol. Les problèmes sur ce site, à mon sens:
    1. On est obligés de s'inscrire, même si ce n'est que pour regarder ce qui est proposé.
    2. On se fait spammer dès que quelqu'un met un document sur le site. 3. Je n'ai pas l'impression qu'un projet se dégage petit à petit, mais plutôt que c'est utilisé pour nourrir les débats internes au PS. 4. C'est lié à un parti politique. Les gens qui sont plutôt pour d'autres partis (que ce soit au sein de la gauche, ou élargi à l'ensemble de la classe politique) vont ressentir que les propositions sont biaisés, que ce soit vrai ou non.

    Au final le résultat est très brouillon.

    M'enfin je sais bien, yakafokon :) Il faudrait d'abord que je me dérouille en programmation Web avant de me mettre à pondre quelque chose de correct.

    Des bonnes âmes pour mettre ça en place?

    • [^] # Re: Excellente idée

      Posté par . Évalué à 3.

      Dans la résolution d'un problème, il y a plusieurs phases : - la collecte d'informations - l'analyse des informations - la déduction d'une solution

      La 1er phase est souvent négligé et biaise complètement la suite du raisonnement. C'est une prise de décisions en information partielle. C'est l'origine de la plus part des mésententes, cela explique aussi le phénomène du dernier qui a parlé qui a raison. Ou encore cela évite souvent de sous peser des effets contradictoires ("la boite qui vient d'entré dans le CAC40 baisse forcément car elle a atteint un maximum pour y entrer" "la boite qui vient d'entré dans le CAC40 monte forcément car les gestionnaires de fond indexé sur le CAC40 doivent en acheter")

      Si les données sont complètes et bien présenté, l'analyse est trivial, trouver une solution dépend aussi des choix politiques.

      Ce que je proposes s'attache uniquement aux 1er points, l'analyse elle-même est faite par les internautes qui jouent avec les curseurs.

      Ta proposition va plus loin, mais avant de trouver une solution, il faut clairement poser le problème.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Excellente idée

        Posté par . Évalué à 0.

        On est bien d'accord. C'est pour ça que je propose "d'utiliser" ton idée comme outil de preuves - "on en est là, les simulation X/Y/Z nous montre qu'on va par là, qu'est-ce qu'on fait?"

        Ça implique par ailleurs de commencer par le simulateur. Mais pourquoi ne pas continuer la pensée plus loin - faire une plateforme de propositions basées sur ces simulations. Tout le monde a le loisir de jouer avec les chiffres (ta proposition), et peut en plus faire des propositions.

        • [^] # Re: Excellente idée

          Posté par . Évalué à 2.

          C'est impossible de rendre cela neutre d'un point de vue politique. Je pense que les sites des parties sont plus fait pour cela. Au pire, c'est facile de monter un wiki à coté.

          Regardes ce qu'à fait regards citoyen, ils sont passé d'un site godillots.fr à nosdéputés.fr, c'est vraiment une histoire de neutralité, d'objectivité style wikipedia.

          Je ne crois pas que l'on peut mélanger les genres sans mettre une doute sur la véracité des simulations pour des gens d'un autre bord politique.

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: Excellente idée

            Posté par . Évalué à 1.

            Effectivement, d'où mon intuition que proposer des solutions qui ne soient pas perçues comme partisanes font partie du monde des Bisounours.

            Le problème de fournir un simulateur "brut de fonderie", c'est qu'on peut lui faire dire tout et n'importe quoi. Il faut donc proposer aussi des grilles de lecture et d'analyse. Ce qui peut être fait de manière neutre, mais qui nécessite une sérieuse dose d'éducation de l'utilisateur!

            • [^] # Re: Excellente idée

              Posté par . Évalué à 2.

              Ce n'est pas évident. L'idée est à coté du simulateur, il y a des états, en gros, un graphique avec des entrées pour modifier certaine variable. Mais je suis d'accord que le choix d'un graphique n'est pas neutre.

              Rien n'empêche d'avoir une page de commentaire associé à un graphique.

              "La première sécurité est la liberté"

              • [^] # Re: Excellente idée

                Posté par . Évalué à 1.

                Note que je ne propose pas une fusion des deux, mais que l'un soit la prolongation de l'autre.

                La grille de lecture est ce qui permet de faire le lien entre les données brutes fournies par le simulateur, et les idées issues de réflexions basées sur ces données.

                L'idée est d'avoir un simulateur commun + une grille de lecture commune sur le même site (ta proposition), et de multiples sites proposant des idées à partir de ces données - avec des arbitrages différents entre les différents domaines composant une politique complète (économie, éducation, etc.) - ma proposition. Je n'avais proposé qu'un site de programme au début, mais réflexion faite, il y a possibilité d'arbitrage tout en restant basé sur des données objectives. D'aucuns d'iront qu'un simulateur ne fournit pas de données réelles, mais on aura quand même fait un grand pas en avant par rapport à la situation actuelle.

                Le premier site serait complètement neutre. Quant aux sites de proposition, ils le seront forcément moins, puisque comme mentionné quelques messages plus haut, les gens perçoivent comme orientées des propositions de programme pour un pays.

                Dur pour moi d'être clair sur un sujet si intéressant :(

    • [^] # Re: Excellente idée

      Posté par . Évalué à 3.

      La Coopol, critique :

      1) la connection en https fonctionne, mais le login passe en clair (merveilleuse idée)
      2) la plateforme, son utilisation, ses possibilités : mieux que facebook
      3) le contenu : vide (bémol : groupe histoire du parti)

      Point sur le 3) : aucun ténor ne s'en sert. A partir de là, c'est très brouillon, et au lieu d'avoir un échange semi-vertical (idée->débat->compromis->idée), on a dessus que le brouillon, de l'horizontal pur (groupes plus ou moins officiels et plus ou moins informels, puis les individus). Cela ressemble donc très clairement à un "cause toujours..."

      Ce qu'il manque : que les ténors s'en emparent et en fasse leur moyen de communication privilégié. Mais visiblement, aucun n'en a l'intention. Et s'en empare en jouant avec les possibilités. Basiquement donner une voie, une idée, laisser discuter, revenir un peu plus tard, argumenter, prendre ce qu'il y a prendre. Mais ni le désert horizontal actuel, ni du purement vertical non plus, car si c'est pour "coller une affiche virtuelle, et cause toujours", il n'y aucun intérêt. Et ne sera rapidement que d'un côté des "bénis oui oui" et de l'autre des "critiqueurs", rien de constructif donc.

  • # A propos de la réforme en elle-même

    Posté par . Évalué à 1.

    Il y a quand même un point sur lequel les auteurs ne répondent pas (du moins sur le site). Les exonérations et déductions fiscales servent d'incitations pour aiguiller l'épargne privée vers des secteurs d'investissement déterminés. Supprimer toutes les "niches" revient donc à supprimer ces sources d'investissement pour ces secteurs. Les auteurs ne disent pas comment ils comptent compenser cette désallocation, ou, dans le cas où ne comptent pas le faire, pourquoi ce ne serait pas nécessaire.

    • [^] # Re: A propos de la réforme en elle-même

      Posté par . Évalué à 2.

      Dans une interview, il expliquait que c'est impossible de statuer sur 500 niches fiscales. Il préfère tout virer quitte à en ajouter ensuite, chaque niche devant justifier son utilité et non l'inverse.

      L'exemple marrant est la niche fiscale sur l'aide à domicile que certain trouvait dingue de supprimer. Il expliquait que les entreprises avaient elle une réduction sur les bas salaires qui ne s'appliquait pas sur les emploies des particuliers et que le plus sain serait de mettre tout le monde dans la même case.

      L'autre niche était la réduction d’impôt pour aider à passer au 35h, auxquels c'est rajouté une réduction d’impôt pour favoriser les heures supplémentaires ("travailler plus pour gagner plus")...

      "La première sécurité est la liberté"

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.