Journal Le tableau numérique interactif de l'école de Goussainville.

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
3
18
mar.
2009
Bonjour

Je lisais un article du journal Le Monde sur les avantages du tableau numérique interactif
http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/03/17/college-nu(...)
quand une phrase m'a fait sursauter, je cite:
"Le câblage de l'établissement a coûté environ 200 000 euros, l'équipement en ordinateurs et en tableaux numériques, 300 000, soit un surcoût de l'ordre de 200 000 à 250 000 euros par rapport à un collège neuf classique."

Je ne comprends pas en quoi le câblage peut coûter 200 000 Euros ??
Que ces grans écrans plats soient chers, je le conçois parfaitement. Mais le câblage ?

Sinon, une petite recherche montre que le site de la société est http://www.interwritelearning.fr/
qui a d'ailleurs plein d'erreurs 404, par exemple
http://www.interwritelearning-france.com/interwriteschoolsui(...)

En passant, si cette solution est intéressante, ce n'est pas la panacée, comme dit à la fin de l'article:
"Il souligne toutefois "l'extrême fragilité des élèves en difficulté"face à ces nouveaux outils. "La mauvaise maîtrise de ces nouvelles technologies, souvent liée à une mauvaise maîtrise de la langue se rajoute à leurs difficultés scolaires et risque de creuser l'écart avec les élèves moyens et bons", constate-t-il".
  • # Coût du câblage.

    Posté par . Évalué à 10.

    Quand tu construits du neuf, tu prévois des gaines pour faire passer les câbles électriques dans toutes tes salles, tu en profites pour glisser des lignes RJ-11 (téléphone) là où il faut, et depuis quelques années en standard tu mets aussi du RJ-45, et tu prévois les switch à chaque étage et tout. Pendant la construction c'est prévu puisque de toute façon les câbles électriques sont installés, rajouter d'autres câbles au même moment ne coute en gros que le prix du câble, plus un peu de matériel (les switchs et armoires réseau).

    Quand tu rénoves un bâtiment qui n'avait pas d'installation réseau auparavant, et bien tu dois installer ces câbles dans de l'existant, et ce n'est pas toujours facile, tu peux être obligé de casser des bouts de mur pour les reboucher derrière, tu dois démonter le plinthes, et faire passer les câbles dedans, ou peut-être même créer un nouveau réseau de gaines et conduits où faire passer tes câbles parce que ça ne peut pas s'adapter correctement à l'existant.
    Bon, si par chance tout était en faux plafonds, c'est plus simple, mais pareil, les faux plafonds il n'y en a pas si le bâtiment est suffisamment vieux.

    Tout ça pour dire qu'installer des câbles ça n'est pas juste acheter des grosses bobines et les dérouler dans les couloirs. La rénovation ce n'est pas simple et c'est parfois plus cher que de faire du neuf, surtout quand on veut le moins possible toucher à l'existant.


    Yth.
    • [^] # Re: Coût du câblage.

      Posté par . Évalué à 7.

      Et ca deviens meme pire si il n'y a ni faux plafond ni plinthes.
      Il faut allors faire passer les cables dans des goulottes qui coutent la peau du cul.
      • [^] # Re: Coût du câblage.

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Les goulottes sont beaucoup utilisées dans le vieux (dans les écoles par exemple) mais aussi dans les bureaux. Ça vaux si chère que ça ?
        • [^] # Re: Coût du câblage.

          Posté par . Évalué à 1.

          Une goulottes au metre ca coute plus chere qu'un cable reseau.
          Et aussi il faut aussi compter la main d'oeuvre sur les goullotes qui est plus importe que sur un cable reseau.
    • [^] # Re: Coût du câblage.

      Posté par . Évalué à 2.

      Quelques imprécisions... on ne fait pas "glisser" du RJ-45 ou RJ-11. Ce sont des types de connecteurs/prises, pas du câblage.
      De plus, on utilise quasiment plus de prises RJ-11 (ou ex-PTT). Un connecteur RJ-11 se branche très bien dans une prise RJ-45. Du coup les prises sont maintenant toutes en RJ-45. Ensuite tout se règle au niveau du patch pannel. Le coût des câbles mais aussi de leur mise en oeuvre est très important, surtout si on veut du CAT-6/CAT-6a.
  • # Vive les technos !

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Le futur vieux con que je suis ne peut s'empêcher d'intervenir sur ce journal. Je commence à connaître les TBI (ou TNI), car c'est bien simple, ça fait plusieurs années qu'on nous bassine avec ça. Vous comprenez, c'est "in". Bientôt les profs n'utilisant "que" le bon vieux tableau, les docs photocopiés, voire même le vidéoprojecteur passeront pour des nuls. M'enfin le coeur du problème n'est pas là, je ne poste pas pour l'intérêt (ou non) d'un TBI selon les situations pédagogiques. Ni de l'impact environnemental d'ailleurs.

    Ce qui m'inquiète davantage, c'est qu'on a de nouveau affaire à un écueil pour le libre. Ces engins nécessitent l'utilisation de logiciels qui sont bien souvent (tout le temps ?) non libres, ne sont capables de travailler qu'avec des formats made in Redmond, et emprisonnent de nouveaux les utilisateurs.

    J'en ai utilisé un, et je dois "bricoler" bientôt un second. Le premier, E-beam, présente sur son site quelques incohérences (pas de support linux selon les pages), alors qu'en fait oui http://www.e-beam.com/downloads/software.html . Super ! Oui mais non, deux paquets, je tente le rpm sur ma Fedora, pas de bol c'est pas la bonne version de RPM, impossible d'installer le bouzin.

    Le deuxième, Promethean, annonce un support Linux dans le forum, avec une sortie prévue en même temps que Duke Nukem Forever.

    Bref c'est pas la joie...
  • # Collège et pas école...

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    On parles d'un collège et non d'une école, ce n'est pas la même échelle.
  • # Négociation

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Le câblage de l'établissement a coûté environ 200 000 euros
    C'est le prix tout à fait habituel pour ceux qui ne négocient pas.
    D'entrée de jeu, une entreprise avec une centaine de prises coûte 40.000 € de câblage. Après négociation ça descend à 20.000 €. Ca dénote tout de suite du sérieux des offres :-)
    Or les foncti dirigeants des établissements publics ne sont pas de bons négociateurs. Ils ne savent même souvent pas qu'il est _possible_ de négocier. Alors forcément ils ne savent pas non plus qu'il est _nécessaire_ de négocier.
    T'façons c'est pas leur pognon. Ils gagnent la même chose à la fin du mois.
    • [^] # Re: Négociation

      Posté par . Évalué à 4.

      Vu le niveau de prix il n'y a pas de négociation possible, il n'y a que le passage par un appel d'offre. Le tarif maximum est me semble-t-il définit dans l'appel (je ne suis pas très sûr du fonctionnement).
      • [^] # Re: Négociation

        Posté par . Évalué à 2.

        En fait, c'est un peu un cercle vicieux (une sinusoïde vicieuse, pour être précis) : des tas d'administrations ont longtemps fonctionné suivant la méthode éprouvée du "moins-disant". En clair : tu demandes moins de blé que les autres, on te prend. Problème : les entrepreneurs avaient bien compris le truc, et tout était fait pour minimiser le prix, fut-ce au détriment de la qualité (ne serait-ce qu'en passant moins de temps à étudier le besoin), voire par des méthodes encore plus douteuses : marché signé pour un montant ridicule, puis des avenants à n'en plus finir une fois qu'il est matériellement impossible de passer à la concurrence (bâtiment à moitié construit, etc.).

        Du coup, les décideurs tendent à changer de méthodes de sélection :

        - certains favorisent le "presque-moins-disant", généralement le premier prix au-dessus du moins disant. Ceci afin de limiter les probabilités de tomber sur un faisan complet, mais la loi de Murphy (n') aidant (pas), il n'est pas impossible d'avoir affaire à _deux_ faisans.

        - certains ne s'emmerdent même plus, et sachant la tendance des entrepreneurs à toujours minimiser les coûts a priori, ils prennent le plus-disant. L'inconvénient, c'est quand les entrepreneurs ont très bien compris le truc et n'hésitent pas à sur-deviser allégrement. C'est particulièrement le cas dans les domaines où le client n'a de toutes façons pas les compétences pour juger les prix et peut simplement comparer avec d'autres devis similaires. Ou presque similaires. Parce que de toutes façons, il n'a pas vraiment non plus les compétences pour juger de la similarité de deux besoins. Donc, en gros, il est marron.

        En résumé : il n'y a pas de solution magique pour choisir entre deux offres. Si on se contente du critère très superficiel qu'est le prix, on est pratiquement certain de se mettre dedans régulièrement. C'est pourquoi, quand on le peut, on fait appel à une assistance (AMO). Mais tous n'y pensent pas ou n'osent pas (c'est une dépense pas toujours facile à justifier). Je suis parfois effaré de voir ce que certains prestataires osent proposer à des administrations ; et pas tant par les prix que par ce qu'ils recouvrent.
      • [^] # Re: Négociation

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        C'est exactement le "réflexe" des administrations: ça coûte trop cher pouvoir être négocié. Ben tient. Va demander à l'armée si les achats ne sont pas négociés :-)
        Un appel d'offre n'a jamais empêché de négocier. C'est ce que j'explique plus haut: ces personnes là _ne_savent_pas_négocier_. On peut ensuite utiliser n'importe quel prétexte pour dire que ce n'est pas possible. La source du problème est que celui qui paie ne négocie pas, et non que ce n'est pas possible.
  • # précision

    Posté par . Évalué à 2.

    Que ces grans écrans plats soient chers, je le conçois parfaitement.
    Normalement ce ne sont pas des écrans plats. Ce sont des tablettes graphiques géantes, et encore sans gestion de la pression.

    Il y a un videoprojecteur classique qui videoprojette l'image sur la surface. Il y a un "crayon" spécial dont la position est détecté si on approche (quelques milimètres) de la surface, avec deux boutons au moins. Il y a un logiciel de calibrage pour que le pointeur sur l'écran corresponde à la position affichée par le système. Le problème du TNI à 40~€ (wiimote + crayon à diode IR) c'est que les logiciels qui permettent de faire tourner le système (en particulier pour le calibrage) sont parfois liés par la licence à l'usage du TNI d'une marque particulière.

    Précisons qu'il semble qu'un fabricant ait décidé de permettre l'usage de son logiciel (ce n'est quand même pas libre) sans son TNI: http://www.prtice.info/?voir=tnwii_logiciels_tn#iw_le

    Pour en avoir discuté avec des profs, le TNI a un gros inconvénient: pour l'utiliser il faut être collé devant le tableau, et même souvent tourner le dos à la classe. Je connais des profs qui préfèrent utiliser un videoprojecteur et une souris bluetooth qu'ils utilisent sur un coin de table d'élève. Pour des profs qui n'utilisent que les présentations en diaporama le TNI n'a aucun intérêt.

    Mais c'est à la mode, alors nos impôts locaux servent à en mettre partout.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.