Journal Bookmark : on parte le la neutralité du net sur Culture

17
14
déc.
2017

Petit journal bookmark.

En attendant la fin de la neutralité du net, peut être pour aujourd'hui, Sébastien Soriano (ARCEP) et Benjamin Bayart (FDN/Quadrature) ont été invités ce matin sur Culture.

On peut les écouter:

ici (page de l'émission)

première partie (mp3)

seconde partie (mp3)

J'aime particulièrement l'image des villes orange et facebook qu'il faut connecter, c'est simple et ça parle à tout le monde.

On entend aussi parler de comportement "mafieux", c'est la part des opérateurs, et je crois que c'est la première fois que j'entends la problème posé dans ce sens là…

  • # Eclaircissements

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Lorsqu'on parle de ce sujet sensible qu'est la neutralité, je suis toujours un peu embêté parce que je n'arrive pas bien à me figurer la distinction entre ce qui est "physiquement" de la responsabilité de l'opérateur et celle des fournisseurs de contenus.

    Par exemple, si un site a un énorme succès (prenons typiquement facebook), est-ce, pour respecter les principes de neutralité, cela va contraindre les opérateurs à plus d'investissements sur les tuyaux vers facebook ? Et du coup, en quoi serait-ce légitime de faire peser le succès d'un fournisseur de contenus sur les opérateurs ?

    Ou bien, est-ce qu'on a jugé que de manière "globale", les coûts d'une infrastructure "dynamique" envers des peers qui font plus ou moins de trafic font pleinement partie de la définition de ce que sont les prérogatives d'un FAI ? Mais je veux dire, ça peut aller loin cette histoire, parce que si un fournisseur de contenus avec un traffic titanesque a des serveurs principalement sur un ou deux continents, ça veut dire qu'au bout du bout, il faut faire passer plus de câbles inter-continentaux, non ? Du coup, ces frais là, est-ce qu'il est juste qu'ils soient supportés uniquement par le FAI et donc in fine par le consommateur ?

    Je dois louper un truc.

    • [^] # Re: Eclaircissements

      Posté par . Évalué à 2.

      Si on reprend l'exemple de Benjamin avec la Poste, quand tu envoies un courrier à Paris depuis Toulouse, tu payes pas plus cher que quand tu l'envoies à Taillebourg. Le coût global est absorbé par la mutualisation des moyens de transport. Il n'y a aucune raison de faire payer plus cher la lettre vers Paris sous prétexte qu'il y a plus de courrier pour cette destination. Et encore moins de le faire payer au destinataire (qui n'y peut rien, de recevoir du courrier de Paris plutôt que Taillebourg :-) )

      Il n'y a pas de mauvais outils, il n'y a que de mauvais ouvriers

      • [^] # Re: Eclaircissements

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Est-ce que cette comparaison n'a pas des limites dans le sens où le trafic internet est beaucoup plus fluide et dynamique et que la recomposition des moyens de transports des données peut être plus compliquée à gérer de manière pérenne ? Par exemple, un site qui bénéficie d'une accélération exponentielle de sa fréquentation ne peut pas engendrer des frais imprévus pour les FAI pour pouvoir installer les infras nécessaires à son fonctionnement ?

      • [^] # Re: Eclaircissements

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Si on reprend l'exemple de Benjamin avec la Poste, quand tu envoies un courrier à Paris depuis Toulouse, tu payes pas plus cher que quand tu l'envoies à Taillebourg. Le coût global est absorbé par la mutualisation des moyens de transport.

        L'analogie avec un service de distribution de courriers est biaisée : On parle d'Internet, donc d'une connexion de réseaux. Avec La Poste et son tarif lettre, ce serait plutôt un Intranet : on reste interne à la France. Essaye d'envoyer la même lettre dans différents pays : les tarifs et les temps de distributions vont fortement varier. Et si on part dans les colis, ça va dépendre de la taille, du poids, de la forme, … , du service de distribution choisi. Bref, il n'y a rien de plus "non neutre" que les services postaux !

        Et encore moins de le faire payer au destinataire (qui n'y peut rien, de recevoir du courrier de Paris plutôt que Taillebourg :-) )

        Pour les colis issus du e-commerce, c'est souvent de destinataire qui paye, non ?

        Au final, c'est bien plus compliqué que de simples analogies … :(

    • [^] # Re: Eclaircissements

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      J'ai aussi entendu le début à la radio, il faudra que j'écoute le reste!

      Si je ne me trompe pas, le fournisseur de service paie déjà un accès à Internet, comme toi et moi (ou il peut être lui même son FAI). Ce FAI relie son réseau aux autres réseaux. Il n'y a pas de raison que ce fournisseur de services paie encore en plus chaque FAI existant.

      En tant que client, je paie déjà un accès à Internet: si on me bloque l'accès à une destination, ce n'est plus Internet. C'est de la "data", du "wifi", mais pas Internet.

      Permettre à des gens d'appeler Internet quelque chose qui ne l'est pas, ça n'ameliorera pas la concurrence. Tous les FAI jouent avec les mêmes cartes aujourd'hui, si un FAI gagne moins d'argent c'est simplement que son service est pourri.

      Si Citron pense qu'il n'y a pas assez à gagner en tant que FAI, qu'il change de domaine ou ajuste ses prix. Il ne faut pas oublier qu'une grande partie du réseau privé est financé par de l'argent public, et ça c'est anticoncurrentiel (on va subventionner qu'un seul opérateur sur une commune).

      Un LUG en Lorraine : https://enunclic-cappel.fr

    • [^] # Re: Eclaircissements

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Par exemple, si un site a un énorme succès (prenons typiquement facebook), est-ce, pour respecter les principes de neutralité, cela va contraindre les opérateurs à plus d'investissements sur les tuyaux vers facebook ?

      Peut-être, mais ce n'est pas une atteinte à la neutralité. Le trafic n'est pas spécialement discriminé selon son origine ou sa destination. En particulier, ça ne change rien à la façon dont est transmis le reste du trafic.

      Quant à qui paie, pour ça ils peuvent bien s'arranger entre eux. C'est de la négociation, les deux ont intérêt à investir là-dedans après tout.

      Là où ça devient de la violation de neutralité, c'est quand on commence, par exemple, à réserver une partie de ses liens à un trafic donné.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.