Journal We are legion — un documentaire sur des hacktivistes

Posté par . Licence CC by-sa
12
3
nov.
2012

Salut à tous,

Le documentaire We are Legion — The story of the hacktivists est enfin disponible !
Ce film réalisé par Brian Knappenberger retrace l’histoire d’Anonymous, des débuts de 4chan et de la lutte contre la scientologie, aux opérations contre Paypal et au printemps arabe. En somme, si vous connaissez la trajectoire d’Anonymous, ce film ne vous apprendra pas grand chose sur l’histoire du mouvement, mais apportera une dimension humaine intéressante. Il y a en effet dans ce film des interviews d’acteurs du mouvement, de « hacktivistes », ou de spécialistes comme Gabriella Coleman, dont je vous conseille les écrits.
Au‐delà de cette dimension humaine, on perçoit tout le poids politique de cette lutte en entendant les récits des arrestations, ou encore en percevant la différence entre droit et justice (une évidence ?). La loi n’aborde pas de la même manière les attaques DDoS si l’on se trouve en Allemagne ou aux États‐Unis. Il y a même parfois un regard critique, notamment lorsqu’il s’agit des attaques contre la presse.
Dans tous les cas, ce documentaire est plaisant et bien réalisé ; il montre bien ce combat grandissant pour la liberté, et vous permettra certainement de confirmer ce que vous pensiez déjà du « hacktivisme ».

Je formule néanmoins quelques critiques sur la forme…
Notamment sur le sous‐titre The story of the hacktivists, qui devrait être The story of some hacktivists. Le film est centré sur Anonymous, et évoque peu le combat d’autres groupes. Le cas Wikileaks est abordé, et il y a une interview d’un membre de Telecomix, groupe qui a été un acteur majeur lors du printemps arabe.
Après, au niveau de la distribution, et, là, ça me chiffonne un peu plus, le film est disponible au prix de 9,99 $ US sans DRM (encore heureux), mais en copyright (d’après ce que j’ai pu constater). Vous le trouverez sans problème et à maintes reprises sur ce cher YouTube en tapant le titre (ici, par exemple). Mais pas de copyleft ou de libre diffusion sous une quelconque licence Creative commons, comme on aurait pu l’espérer. Cela prouve bien que les idées véhiculées par la pensée du Libre n’ont pas totalement pénétré ce milieu. Et que l’expression casse‐pieds (je dois la lire trop souvent) « free as in free speech, not as in free beer » a encore du chemin à faire.
On remarquera, par exemple, si vous faites attention, l’utilisation par certains intervenants de Windows. Je sais que l’on peut être hacktiviste (et même hacker dans le sens noble) et utiliser Windows. Je constate juste l’abus, encore une fois, de l’utilisation du terme hacker. L’usage montré dans ce documentaire de logiciels comme LOIC ne caractérise pas à mon sens ce mot hack qui se trouve dans hacktiviste.
Il aurait été plus intéressant d’avoir une vulgarisation approfondie sur les méthodes utilisées pour combattre la censure généralisée en Égypte ou en Syrie.

Enfin, voilà voilà… Bon documentaire !

Et si vous en voulez d’autres dans le même genre, je vous conseille les émissions Tracks, avec comme invité Hakim Bey, sur les pirates, ou Kullenberg de Telecomix, sur la World Web War.

  • # Libre comme l'air

    Posté par . Évalué à 5.

    Le film est disponible au prix de 9,99$ sans DRM (encore heureux), […] Mais pas de copyleft ou de libre diffusion sous une quelconque licence Creative commons

    Il faut le prendre comme un appel de fond, tu soutiens tu participes. Pourquoi hacktivisme impliquerait libre ?

    • [^] # Re: Libre comme l'air

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Si je prends la contraposée, pourquoi libre impliquerait que l'on ne soutient ni ne répond à un appel de fonds ? Pourquoi libre empêcherait l'hacktivisme ?

      • [^] # Re: Libre comme l'air

        Posté par . Évalué à 3.

        Dire que P => Q est faux, n'indique pas que Q => P l'est aussi.

        Pourquoi libre empêcherait l'hacktivisme ?

        Il n'a pas dis que le libre empêcherais l'hacktivisme ni que l'hacktivisme empêcherais le libre.

        Tu serait pas entrain de devenir un troll ?

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

    • [^] # Re: Libre comme l'air

      Posté par . Évalué à 5.

      Pourquoi hacktivisme impliquerait libre ?

      Parce qu'il s'agit de mouvements politiques. Il est surprenant qu'ils n'aient pas identifié le droit d'auteur (ou son pendant anglosaxon) comme un instrument de domination, dans le sens où il prive les uns de droits pour donner à d'autres des monopoles.

      • [^] # Re: Libre comme l'air

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        Je ne suis pas certain que les hackers dont il est question partagent les idéaux du libre…

        Face à une menace, la réponse des libristes est plus souvent de créer une alternative, pas de faire un gros DDOS.

        http://devnewton.bci.im

  • # Authentification ? clé privé/publique ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Pour ceux qui sont totalement parano' (ou simplement méfiant), qu'existe-t-il pour "authentifier" l'action et le discourt "des anonymous" ?

    Existe-t-il une volonté dans ce sens ? … clé privé/publique, signature GPG d'annonces (« Nous allons faire cela au nom d'anonymous ! », « Voila, nous l'avons fait et voici la preuve que c'est bien nous… »)

    Comment savoir si derrière Anonymous, il n'y a pas une agence de contre-espionnage US par exemple, comme la CIA ou la NSA, à l'instar d'Al-Qaïda ?

    Peut-être un jour apprendra-t-on qu'Anonymous fut créée par la CIA pour déstabiliser les pays du golf, pour le pétrole, le choc des civilisations, soutenir l'industrie de l'armement, organiser une purge de population mondiale, etc.

    Anonymous lute-t-il efficacement contre :
    - l'apartheid
    - la ségrégation (économique, numérique, etc.)
    - la concentration des richesses (argent/ressources)
    - la xénophobie (notamment l'islamophobie)
    - la propagande guerrière des USA et Otan
    - etc.

    Et finalement, quels risques encourons-nous à parler de tout ceci, ici-même ? :)

  • # Bof

    Posté par . Évalué à 7.

    il y a une interview d’un membre de Telecomix, groupe qui a été un acteur majeur lors du printemps arabe.

    Bof bof bof…

    Déja, il n'y a pas eu un printemps arabe, mais des printemps arabes.
    Ensuite, sincèrement, dire que tel ou tel groupe sur internet a été un acteur majeur de ces révolutions… Mon cul ! Les acteurs majeurs c'est les peuples qui étaient dans la rue, pas des gugusses sur intermouette… Faut arreter de dire que ces révolutions se sont faites sur facebook, c'est faux. Ni facebook ni aucun site web n'a jamais fait tomber le moindre régime. Ce qui fait tomber les dictateurs, c'est la colère des peuples.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.