• # Re: Une histoire de pied

    Posté par . Évalué à 2.

    Ha merde, moi qui croyais que l'on aurai parler de retour vers le futur:

    marty: ah! c'est pas le pied.
    Doc: Mais qu'elle est donc cette histoire de pied. Les hommes du futur serai donc devenu plus vénérable aux pieds... c'est peut-être dûe à une augmentation de la pesanteur.
  • # Re: Une histoire de pied

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    y'en a des version plus longues avec plein de langages morts : http://www.noncorporeal.com/people/pathfinder/shoot_yourself_in_the(...)

    la première fois que j'avais lu ça c'était il y a une bonne centaine d'années dans pascalissime .. putain :/
  • # Re: Une histoire de pied

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Perl: vous n avez pas assez de pieds pour essayer toutes les manieres de leur tirer dessus ?
    • [^] # Re: Une histoire de pied

      Posté par . Évalué à 1.

      1 : !($foot =-/left/) # ! read as "Bang!"
      2 : Vous séparez la balle du pistolet avec une expression régulière hyper optimisée puis vous la transportez à votre pied en utilisant un tableau de tableaux de tableaux. Cependant, le programme plante au lancement et vous ne pouvez pas le corriger tant que vous ne comprenez pas ce que vous avez écrit.

      However, the program fails to run and you can't correct it since you don't understand what the heck it is you've written.

      La dernière phrase est mal traduite, et google me dit que heck c'est estacade à claire-voie

      comme quoi, y'a pas que le perl ou je comrprend pas ce que j'écrit ...

      -------->[]
  • # Re: Une histoire de pied

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    L'exemple Unix est erroné. Plus vraisemblablement, ça devrait être :

    % ls foot.c foot.h foot.o orteil.c orteil.o
    % rm * .o
    No such file or directory
    % ls
    %
  • # Re: Une histoire de pied

    Posté par . Évalué à 1.

    L'informatique, c'est le pied !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.