Journal GNU/Linux Magazine: papier, numérique ou rien ...

Posté par . Licence CC by-sa
19
20
fév.
2014

Hello tous,

Voilà, je suis un fidèle lecteur du magazine et cette année je me pose la question du support: papier ou numérique.

En effet, j'apprécie la lecture du papier notamment dans les transports en commun ou encore en vacances (en période de sevrage).

Pourtant, le support numérique offre des avantages notamment pour la recherche ou encore le stockage (le m² n'est pas toujours donné).

Mais alors, que faire ?

Papier: Augmentation des prix

Pour l'offre: Linux Magazine + HS et Linux Pratique.
Avant: 119,00 €
Maintenant: 115 + 33€ = 148€

Après avoir contacté le magazine, l'augmentation est liée à deux choses:
- à l'augmentation des frais de port de la poste
- aux nouveau format pour les HS (mooks)

Personnellement, je me moque bien du format des HS. Le contenu a toujours été de qualité et cela compte bien plus qu'une couverture en carton pour moi …

Numérique: Bof …

Le prix

Bon, c'est là que le bât blesse. Le prix est le même que la version papier. Je sais qu'il existe une histoire de TVA qui traîne depuis un certain temps. Cependant, les motifs de l'augmentation ne semble pas trop s'appliquer à la version numérique.

Le format

Bon, j'ai testé sur un Nexus 5 et sur une liseuse Kobo et pour moi le confort de lecture n'est pas au RDV. La navigation est à mon sens délicate dans le PDF.
La réponse dans la FAQ explique qu'un format comme l'ePub est hors d'atteinte pour l'instant.

Mobile

Les sites de l'éditeur ne sont clairement pas prévus pour les mobiles.
C'est un peu hors sujet mais pour télécharger le PDF de test, j'ai souffert.

Offres combinées

Effectivement, une offre combinée serait pour moi idéale.

Il y a environ un an, j'avais demandé au magazine si une offre combinée était prévue. On m'avait alors répondu qu'un accès à des archives serait bientôt en place avec un tarif préférentiel pour les abonnés.

Une nouvelle demande en fin d'année m'a confirmé que les offres mixtes n'étaient plus à l'ordre du jour.

Il me semble d'ailleurs que Denis Bodor avait écrit ici que les bases étant différentes, il n'était pas simple de faire ce type d'offres :-(

Le service d'accès à la base documentaire est en place depuis le début d'année mais:
- L'accès est limité dans le temps
- Je n'ai pas trouvé d'offres pour les abonnés

Dommage donc …

Et le gagnant

Je pense qu'une fois de plus, je vais partir sur le papier.
J'en reste pas moins déçu par l'offre notamment aux abonnés.

Et toi cher lecteur, es-tu un abonné fidèle ?

A plus.

  • # Ca reste du "traditionel"...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Ton récit est impressionnant, pour 2014.

    Le prix est le même que la version papier.

    qui n'a pas de mooks… Pas de frais de tirage, pas de frais de port…

    La navigation est à mon sens délicate dans le PDF.

    Un quoi???
    PDF, c'est un format destiné à l'impression. Pas à la navigation sur mobile… On se croirai à la décénnie dernière où les mobiles commencent à décoller.

    La réponse dans la FAQ explique qu'un format comme l'ePub est hors d'atteinte pour l'instant.

    Clair, le HTML c'est trop dur, surtout pour des linuxiens. J'imagine trop dire à mon boulot "la technologie d'aujourd'hui est trop dur pour moi, je préfère reste avec celle d'avant même si elle ne répond pas aux demandes d'aujourd'hui" comme raison pour ne pas évoluer.

    Il me semble d'ailleurs que Denis Bodor avait écrit ici que les bases étant différentes, il n'était pas simple de faire ce type d'offres :-(

    Tu veux dire que les mecs ils poutrent un max sous Linux, mais sont incapables de fusionner ou faire causer deux bases? Ouch…

    Le service d'accès à la base documentaire est en place depuis le début d'année mais:
    - L'accès est limité dans le temps
    - Je n'ai pas trouvé d'offres pour les abonnés

    Pro-Linux ou pas, quand les gens ont 10 ans de retard sur la technologie et la réponse aux demandes des clients…
    Etre sur "Linux" ou pas, c'est le métier qui change et les acteurs de la prese ont bien du mal à accepter le changement (comme les musiciens contre le musique numérique, comme les producteurs de vidéo contre la VOD…). C'est triste, espérons que d'autres prendront la relève.

    • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

      Posté par . Évalué à 3.

      Être sur "Linux" ou pas, c'est le métier qui change et les acteurs de la prese ont bien du mal à accepter le changement (comme les musiciens contre le musique numérique, comme les producteurs de vidéo contre la VOD…). C'est triste, espérons que d'autres prendront la relève.

      T'inquiètes, comme dans les autres domaines tu peux compter sur l'état français pour encourager la résistance au changement et maintenir sous perfusion une industrie qui refuse d'évoluer…

      Sinon j'ai l'impression que c'est pareil partout, les éditeurs considèrent que la version numérique est équivalente en coût à la version papier dans leur grande majorité… En même temps quand on voit le prix et la qualité des livres papier (c'est fou le nombre de poches qui arrivent à avoir une couverture cartonnée au Royaume-Uni alors qu'en France on considère ça normal que le bouquin soit bon à jeter après une lecture), faut pas s'étonner…

      • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

        Posté par . Évalué à 3.

        Sinon j'ai l'impression que c'est pareil partout, les éditeurs considèrent que la version numérique est équivalente en coût à la version papier dans leur grande majorité…

        Non ils connaissent très bien les coûts. Ce qu'il y a c'est qu'ils craignent de concurrencer leur branche papier.

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Concurrencer comment? Si ils connaissent leurs coûts, acheter papier ou numérique met la même chose dans leur revenus finaux (seul le revenu de l'imprimeur descent et c'est normal).
          Ca serait pas plutôt "remonter les marges tant que les gens sont prêts à acheter même si à terme on se suicide" ou "on n'a pas envie d'aller dans cette direction, ça change nos habitudes et on n'aime pas changer nos habitudes"?

      • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

        Posté par . Évalué à 4.

        Je pense que leur raisonnement est autre: ils éditent du papier, le PDF est un risque (peur du piratage?) et un changement (tout chose en place lutte contre le changement, c'est une loi naturel). Aujourd'hui pour être hype / pas paraitre a la traine / satisfaire une minorité visible de leur lecteur, les éditeurs sortent du PDF.

        Mais ils ne veulent pas pousser leur lecteurs dessus. Du coup ils appliquent le même prix que pour le papier: résultat madame Michu (encore elle) préfèrera toujours son femme actuel papier à la version pdf qu'elle pourrait lire sur sa tablette (bah oui, Mr Dupont lui a offert une tablette pour Noël).

        Donc ils appliquent le même prix que pour le papier: plus de marge, ou, pour ceux dans un domaine très fortement concurrentiel, possibilité de diminuer le prix de l'exemplaire papier car plus de marge grâce au pdf.

        Les vrais éditeurs qui jouent le jeu OFFRE le pdf quand on achète l exemplaire papier … (pas forcement facile a mettre en place pour un mag vendu en kiosque (déjà plus réalisable si le mag papier est acheté online), très facile pour un livre…)

        Pour ce qui est de la qualité, pour les livres poche oui c est vrai, mais je suis roliste, et je peux te dire que la qualité d'édition s'est grandement améliorée (tout en couleur, couverture simili cuir etc..) et on peux retrouver ça sur certaine édition de roman qui ont un gros succès (ex: seigneur des anneaux)

        • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Donc ils appliquent le même prix que pour le papier: plus de marge, ou, pour ceux dans un domaine très fortement concurrentiel, possibilité de diminuer le prix de l'exemplaire papier car plus de marge grâce au pdf.

          Et peut-être que les gens apprécient que moyennenemt d'être pris pour des idiots bons à subventionner des vieilleries (libre aux gens de vouloir du papier, mais qu'ils payent le prix qui va avec sans être subventionnés par ceux qui ne veulent pas du papier).

          Après, si l'idée pour les décideurs est de se suicider doucement mais sûrement, je ne me fais pas de soucis d'autres prendront la relève avec moins de mépris envers les lecteurs (on le voit déjà un peu dans la presse d'information, Mediapart par exemple).

          Aujourd'hui pour être hype / pas paraitre a la traine / satisfaire une minorité visible de leur lecteur, les éditeurs sortent du PDF.

          Sortir une offre pas du tout adaptée montre trop leur réticence, pas sûr que ça aide.

          le PDF est un risque (peur du piratage?)

          Pour info, les PDF de quasi tous les magazines "pur papier" sont trouvables sur le net pour qui sait chercher. Mais bon c'est la peur classique des autres exemples que j'ai donné, on ne change pas les gens comme ça, et le domaine de travail ne change pas le fait que les gens n'aiment pas l'évolution.

        • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Je pense que leur raisonnement est autre: ils éditent du papier, le PDF est un risque (peur du piratage?

          J'ai lu récemment dans un Linux Mag (Hors-série ?) sur le téléchargement et le piratage, un truc qui m'a fait marrer : Youporn a choisi de proposer le téléchargement de ses vidéos, et ils le citaient en exemple, car ils continuent à être le numéro un dans leur domaine.
          Comme quoi il n'y a pas que les DRM comme solution.

          De toutes les manières, le piratage a toujours existé. L'adolescent que j'étais dans les années 70 passait son temps à copier des musiques sur les médias de l'époque, avec du souffle et une qualité minable. Il y a une trentaine d'années, on trouvait en Italie tous les films et musiques piratés à prix cassé. On trouve en Asie des licences de tous produits style Microsoft piratés pour le prix du support. Quand on a aimé un livre (papier), on le prête à ses amis.

          If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

        • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

          Posté par . Évalué à 3.

          Mais ils ne veulent pas pousser leur lecteurs dessus. Du coup ils appliquent le même prix que pour le papier: résultat madame Michu (encore elle) préfèrera toujours son femme actuel papier à la version pdf qu'elle pourrait lire sur sa tablette (bah oui, Mr Dupont lui a offert une tablette pour Noël).

          C'est pas Mme Michu qui préfère le papier. C'est Emma …

        • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          pas forcement facile a mettre en place pour un mag vendu en kiosque (déjà plus réalisable si le mag papier est acheté online), très facile pour un livre…

          Là, comme ça, je comprends pas pourquoi ce serait plus facile pour un livre (je parle évidemment d'un livre acheté en librairie pour comparer avec le kiosque, pas d'une commande en ligne) ? Avec le ticket de caisse, peut-être ? Ça me paraît moyennement pratique…

      • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        c'est fou le nombre de poches qui arrivent à avoir une couverture cartonnée au Royaume-Uni

        Dis, t'as vu la taille du marché anglophone? Etats-Unis, Canada, Australie, Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande, … et je ne cite que les pays riches!

        "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

        • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

          Posté par . Évalué à 0.

          Je vois pas le rapport, tu n'imprimes pas le livre à l'identique dans tous les pays

          • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            non, mais tu le diffuses. Va faire un tour dans les librairies anglophones.

            Note que parmi mes multiples activités, j'achète et vend des livres. Hier j'ai ramené des caisses depuis la maison d'une voisine anglaise. Il y a des livres en anglais publiés en angleterre, en chine, aux états-unis, au japon, …

            "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

      • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

        Posté par . Évalué à 5.

        En même temps quand on voit le prix et la qualité des livres papier (c'est fou le nombre de poches qui arrivent à avoir une couverture cartonnée au Royaume-Uni alors qu'en France on considère ça normal que le bouquin soit bon à jeter après une lecture), faut pas s'étonner…

        Je considère la qualité d'impression des livres anglais et US à bas coût nettement inférieure à celle des livres français, notamment en ce qui concerne le type du papier (beige, rugueux, très épais) et le massicotage. J'ai l'impression que ce qu'ils mettent dans le cartonnage, il le récupèrent sur le papier. Ou peut-être qu'à l'inverse, ayant choisi ce papier dégueu, ils sont plus ou moins obligés de choisir ce type de reliure.

        En ce qui concerne couverture cartonnée contre couverture souple, je pense que c'est surtout une question de goût. Ils aiment bien le /hardcover/, en effet ; ça fait plus cossu, mais en ce qui me concerne, je crois que je préfère les couverture souples, c'est plus pratique : moins lourd (plus facile à tenir), moins encombrant (plus facile à tenir, moins de place occupée), pas de "surcouverture" (comment ça s'appelle ?) génante à manipuler, les pages de texte aux mêmes dimensions que la couverture (plus facile à tenir, ensemble un peu plus solide qui compense en partie le manque de cartonnage).

        Donc dans l'ensemble, je suis plutôt content d'avoir du bon papier et des couvertures souples, plutôt que de la couverture en carton et du papier… en carton aussi :-) Mais je peux comprendre qu'on préfère l'inverse, ou bon papier + couverture cartonnée.

    • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

      Posté par . Évalué à 3.

      J'imagine que le PDF est issue de leur outil pour l'imprimeur, outil qui est incapable d'exporter en HTML ou équivalent. Faire 2x le travail ne doit pas être jugé économiquement viable.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Oh j'imagine bien… Reste à savoir quand ça sera viable économiquement (quand ils n'auront plus de lecteurs faute d'avoir investi?)

        Beaucoup d'entreprises meurent faute de ne pas avoir investi à temps "car pas jugé économiquement viable".
        Après, c'est leur choix, si ils pensent être plus viable de cette manière… Le futur (qui arrive vite, qui a déjà tué plusieurs magasines papier) dira si ils ont raison.

        • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

          Posté par . Évalué à -2. Dernière modification le 21/02/14 à 10:55.

          Ouai enfin ils vont quand même pas dépenser de l'argent dont on sait pertinemment qu'il n'y aura pas de retour économique, juste parce que çà fait plaisir a Zenitram qui a décrété que c'était l'avenir. C'est un peu court comme argument.

          • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

            Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 21/02/14 à 11:03.

            Les 2 ont raisons. Les magasines spécialisés ont vu leur vente divisé par 3 depuis la généralisation d'internet. Internet a encore une culture du gratuit, donc les formules payantes ont encore du mal à percer.

            D'un coté les revenues baissent, de l'autre il faudrait investir massivement, car la techno des éditeurs de presse n'est pas encore adapté pour jouer sur les 2 tableaux (web+net)en même temps, à bas cout. Au final, ils font entre les 2 : investir, sans faire un all-in qui signerait leur mort en cas d'échec.

            C'est vrai aussi, que créer une chaine d'édition libre pourrait aider. Les produits adobe semblent encore incontournable.

            "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Ca reste du "traditionel"...

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Pro-Linux ou pas, quand les gens ont 10 ans de retard sur la technologie et la réponse aux demandes des clients…

      Je suis assez d'accord avec toi. Pas de formule électronique correcte à prix correct (epub ?). Des articles non libre, une stratégie peu claire. Tous mes amis ont quitté comme moi leur abonnement. Ils auraient beaucoup à suivre l'exemple de LWN et à libérer TOUS leurs articles au bout d'un laps de temps raisonnable (6 mois max).

  • # Moi j'ai arrêté y a un an

    Posté par . Évalué à 10.

    moi j'ai tout simplement stoppé y a plus d'un an: fidèle lecteur depuis le début (le superbe magazine n°1 sur de papier ultra fin, qui parlait de cluster de calcul grâce à un module noyal dont je ne sais plus le nom…), c'est même grâce à lui que j ai entendu parlé de Linux (en fait un article sur les hackers (les vrais, pas les crackers) m'avait donné le nom, et le même moi sortait le numéro de linuxmag).

    J'ai vu ce mag sur la fin devenir TROP technique: Au début, j'ai découvert de nombreuses techno grâce à Linuxmag, et je trouvais que le mag dans ces articles partait de généralités pour arriver à un niveau complexe en fin d'article, avec l'implémentation de solutions de différent niveau.

    Sur la fin, je n'y trouvais plus ça, avec l'impression d'avoir du code du code du code, et des techno dont je trouvais de moins en moins d'utilité. J'ai essayé de voir si c'était moi, et de passé à Linux Pratique, mais celui là restait d'un niveau trop bas à mon gout.

    Bref, je trouvais qu'il avait perdu le juste milieu que j'aimais tant.

    Je me contente donc de linuxfr et de mon ami google :)

    J ai un gros carton avec tout les numéros (0 à 110 un peu pret) si ca tente quelqu'un, il faut venir les chercher sur Triel Sur Seine (78).

    • [^] # Re: Moi j'ai arrêté y a un an

      Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 21/02/14 à 14:03.

      C'est vrai que les derniers linux mag sont plus orientés "code". Mais je trouve que cela ne les rend pas moins intéressants, au contraire !

      Par contre, oui je suis intéressé par tes linux mag, si tu ne les vends pas trop chère :)

      Tu pourras me contacter à tristan[chez]p2g[point]me

  • # TVA

    Posté par . Évalué à 1.

    Il est vrai que la législation sur le sujet a l'air encore perfectible …
    http://www.spiil.org/position/tva

  • # Oreally et Eyrolles

    Posté par . Évalué à 1.

    D'ailleurs, j'en profite aussi pour dire que Eyrolles est aussi mauvais sur les offres combinées.
    Je trouve qu'Oreally s'en sort beaucoup mieux. D'une part, car il propose des offres combinées mais aussi car il permettre d'ajouter les livres achetés au format papier sur le site. L'ebook est alors très abordable quand on a le papier.

    Les éditions Diamond pourrait faire quelque chose d'équivalent.

    • [^] # Re: Oreally et Eyrolles

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Oreally s'en sort beaucoup mieux.

      Je ressert un commentaire de tout à l'heure:

      "Dis, t'as vu la taille du marché anglophone? Etats-Unis, Canada, Australie, Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande, … et je ne cite que les pays riches!"

      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

      • [^] # Re: Oreally et Eyrolles

        Posté par . Évalué à 3.

        D’ailleurs O’Reilly France ne s’en est pas sorti du tout.

      • [^] # Re: Oreally et Eyrolles

        Posté par . Évalué à 2.

        Je parlais plus de l'offre numérique et pas vraiment de la santé financière.
        Je pense qu'offrir le numérique ou le mettre à un prix intéressant pour ceux qui possède le papier ça doit pouvoir se faire s'en mettre en péril la structure.
        Quand j'avais parlé de cela à Eyrolles il m'avait répondu que c'était deux structures différentes pour le papier et le numérique … Je pense qu'il a assez peu de gens près à payer deux fois pour sensiblement la même chose.

        • [^] # Re: Oreally et Eyrolles

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Ben voyons. La fabrication d'un livre n'est qu'un des postes de dépenses. Il y a aussi la rémunération de l'auteur, les salaires du personnel, la PAO, … Numérique ou papier, ces frais sont présents. La taille du marché anglophone permet peut-être de risquer le coup sur un prix bas, mais en France ça m'étonnerait.

          "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

          • [^] # Re: Oreally et Eyrolles

            Posté par . Évalué à 3.

            Attention, je parle d'offre cumulée. Si la personne a acheté le papier est prêt à mettre quelques euros de plus pour le numérique: l'éditeur est 100% gagnant.

    • [^] # Re: Oreally et Eyrolles

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Manning file le PDF (sans DRM) avec le livre papier, sans surcoût.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.