Journal Travail communautaire sur un serveur

Posté par .
Tags : aucun
5
6
juil.
2010
Bonjour,


Dans mon post sur le forum, j'étais à la recherche d'une solution pour agir sur la configuration d'un serveur de la même manière que l'on travail ensemble sur un code source.

Le serveur est en fait une machine virtuelle à installer soit même. Celle-ci doit absolument utiliser le système Ubuntu Server et doit permettre la mise en commun la configuration afin que quiconque installe sa machine ait la dernière configuration en date et puisse partager ses modification avec les autres.

Cette machine doit pouvoir se connecter de n'importe où donc aucune idée à l'avance des adresses IP utilisées. De plus il s'agit de la même machine donc chacune doit avoir la même configuration.

Deux impératifs, la solution doit être simple et non contraignante pour être acceptée. Si on peut utiliser le serveur Subversion déjà en place, c'est un grand plus.



Installation :
L'installation de la machine virtuelle doit se faire aisément. Surtout si elle doit être réinstallée plusieurs fois. Pour cela, deux solutions ont été proposées :

- Kickstart ;
- Fully Automatic Installation (FAI).

Kickstart est une solution que je connaissais déjà de nom qui a été créée par RedHat pour automatiser l'installation de son système. Il s'agit d'un simple fichier texte dans lequel on répond par avance aux questions posées lors de l'installation. On peut aussi installer les paquets que l'on veut et exécuter quelques commandes pour la configuration du système. Ce fichier peut être ensuite placé sur un CD-ROM, ou téléchargé par FTP/HTTP, ou etc...

FAI est une autre solution qui a première vue est plus complexe. Donc j'avoue ne pas avoir trop y prêter attention tant j'étais déjà séduit par Kickstart.

Etant donné qu'il s'agit d'un simple fichier texte, celui-ci peut facilement être versionné. Le serveur Subversion étant accessible publiquement, on pourra y mettre un serveur FTP pour télécharger le fichier d'installation.

Seulement, il s'agit d'une solution RedHat. Moi je veux installer une Ubuntu Server. Quelques recherches montrent qu'Ubuntu est capable de s'installer avec ce fichier. Parfait !

Pour l'installation, il suffit d'ajouter la ligne suivante lors du boot sur le CD-ROM :

ks=ftp://serveur/fichier/kickstart

L'installation se lance, juste deux confirmations à effectuer et le serveur est installé comme prévu.



Configuration :

Maintenant reste le partage de la configuration. Le post de mathgl me rappel que puppet pourrait en effet faire l'affaire. Puppet est un système permettant de centraliser la configuration de plusieurs machines. Il s'agit d'un ensemble de fichiers textes dans lesquelles se trouvent des directives pour chaque système.

Encore une fois, fichiers textes, facilement versionnable, parfait !

Un peu plus tard, je suis tombé sur etckeeper qui place carrément tout le dossier /etc dans un contrôleur de version. Cette solution ne me convenait pas car beaucoup trop invasive pour le système (il installe des scripts un peu partout pour surveiller toutes actions dans le dossier /etc) et il ne supporte pas Subversion. De plus je ne souhaite modifier que quelques fichiers. Tout versionner est un peu trop.

Donc on se lance avec puppet que je voulais essayer depuis un certain moment.



Puppet :
Alors ma première impression concernant puppet est : « C'est la galère ! »

Les messages d'erreurs ne sont pas très clair, les logs sont rares et la documentation est encore un peu légère. Cela dit le système semble bien pensé même si je n'ai pas encore vraiment commencé à l'utiliser. Une fois que l'on arrive à tout faire fonctionner ça va.

Dans les tutoriels trouvés sur le net on dit :

- Installes le serveur puppetmaster.
- Installes le client puppet.
- Lance le client, il cherche alors le serveur qui doit correspondre au nom puppet par défaut.
- Sur le serveur il faut entrer la ligne :
puppetca --list
- Tu dois voir que le client demande un certificat
- Tapes :
puppetca --sign mon_client
- Ton client obtient son certificat
- Le tour est joué.

Chez moi, ça ne s'est pas passé comme ça.

Tout d'abord, puppet fonctionne énormément avec les noms d'hôte. Donc soit on a un serveur DNS sur le réseau, ou soit il faut un fichier /etc/hosts garni bien comme il faut avec tout les hôtes du réseau et le nom exact. Dans mon cas, je ne connais pas les IP. De plus, deux IP différentes ne signifient pas deux machines différentes et mettre dans mon /etc/hosts le même nom pour plusieurs IP... hum... comment dire... c'est la galère. Il faut donc pouvoir contourner ce problème.

Tentons quand même la méthode proposée sur le net. Une fois arrivé à la ligne puppetca --list, rien... Que se passe t-il ? Voyons dans les logs, rien... Côté client : « notice: Did not receive certificate ». Bien ! Quelques (heures de) recherches sur Internet et je tombe sur cette page. 0.25 incompatible avec 0.24 ! Vérifions, le serveur sur Debian Lenny, version 0.24, sur la machine virtuelle, 0.25. Tout "s'explique" enfin. Donc je passe le paquet Debian en version testing, 0.25.

Enfin, ça communique ! Cependant : « Could not resolve ip.du.cli.ent: no name for ip.du.cli.ent ». Ben oui, je pars du principe que je ne connais pas par avance les adresses IP donc rien dans mon /etc/hosts. Puppet lui cherche le nom d'hôte afin de faire correspondre ce dernier au certificat. En passant, le client vérifie lui aussi le certificat du serveur en fonction de son nom d'hôte. Donc, il faut aussi que la correspondance IP <-> nom d'hôte soit au moins dans son /etc/hosts. Et bien sûre, le nom d'hôte de mon serveur n'étant pas « puppet », ça bloque aussi dans l'autre sens.

La solution, forcer le client à demander un certificat en particulier et changer le nom du serveur. Pour cela, il faut ajouter les lignes suivantes dans le fichier /etc/puppet/puppet.conf du client :

[puppetd]
server=mon_serveur
certname=mon_client


Ainsi, le client, quelque soit son IP obtiendra automatiquement le certificat correspondant à « mon_client ». Le nom « mon_serveur » doit, lui, pouvoir être résolu par le client.

Sur le serveur, ne connaissant pas les adresses des clients, il faut autorisé l'accès à tout le monde. On modifie alors le fichier /etc/puppet/fileserver.conf ainsi :

[files]
path /etc/puppet/files
allow *

[plugins]
allow *


Il faut aussi générer le certificat pour le client.

puppetca --generate mon_client

On copie ensuite le certificat sur le serveur vers le client :

/var/lib/puppet/ssl/ca/signed/mon_client.pem -> /var/lib/puppet/ssl/certs/mon_client.pem
/var/lib/puppet/ssl/certs/ca.pem -> /var/lib/puppet/ssl/certs/ca.pem
/var/lib/puppet/ssl/private_keys/mon_client.pem -> /var/lib/puppet/ssl/private_keys/mon_client.pem


Et voilà normalement avec tout ça, ça devrait être bon.


Et le versionning dans tout ça ?

Il me semble que puppet permet d'importer des modules (ensemble de fichiers de configuration) depuis un serveur Subversion. Mais je n'ai pas regardé plus loin et j'ai carrément mis le dossier /etc/puppet du serveur dans mon dépôt. Ensuite, j'ai créé une tâche cron qui raffraichit ce dossier et relance le serveur.

Il n'y a donc qu'à modifier les fichiers du dépôt, faire un commit, d'attendre un peu et la configuration est partagée avec toutes les machines.


Voilà, il ne me reste plus qu'à voir tout ce qu'offre puppet maintenant.

PS: Le verbe « versionner » n'existe pas... ;)
  • # svn?

    Posté par . Évalué à 2.

    Hello,

    et pourquoi pas transformer /etc en workspace svn pour le versioning?

    @+
  • # NFS ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Et pourquoi pas tous booter sur le même partage NFS ?
    Même code, mêmes fichiers de conf...

    Peut être un peu galère avec certains lock ?

    OVH avait pensé à le proposer sur ces RPS (petits serveurs dédiés avec disque déporté en iSCSI ou NFS) pour faire un cluster sur la même configuration.

    Il faut bien sûr une connexion correcte entre chaque VM et le SAN/NAS...
  • # puppet en local

    Posté par . Évalué à 2.

    J'utilise puppet pour la gestion d'un parc de 150 machine, l'investissement est certes important, mais vraiment rentable dès le moyen terme.
    Pour l'installation de la base des machines, j'utilise clonezilla (déploiement par image disque à la ghost), et puppet ensuite pour tout le reste. Comme tu le sous-lignes, il faut
    impérativement un DNS dans le mode client/serveur.

    Mais puppet peut également s'utiliser sans serveur : c'est l'exécutable puppet qui sert à ça. J'utilise ce mode pour la gestion de portables. J'ai mis sous git le répertoire /etc/puppet, et un cron s'occupe de lancer la mise à jour.
  • # autre outil que Kickstart pour installer automatiquement Ubuntu

    Posté par . Évalué à 1.

    Dans la doc ils détaillent comment utiliser une autre méthode, dite de "preseeding" (j'ai pas la traduction sous la main):
    [https://help.ubuntu.com/10.04/installation-guide/i386/automa(...)]

    => dans le premier paragraphe, renvoi vers l'appendice B, "Automating the installation using preseeding"

    Cette méthode semble pouvoir aller plus loin que Kickstart, dans la mesure où elle est proche du système de gestion des paquets.
  • # turn key linux

    Posté par . Évalué à 1.

    Salut,

    regarde turn key linux http://www.turnkeylinux.org/

    peut être que tu voudrais la même infrastructure qu'eux
    on dirait qu'ils se basent sur vmbuilder

    jonathan

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.