Journal Le téléphone mobile pour la plage selon KDDI

Posté par .
Tags : aucun
3
26
mai
2009
Voici une autre traduction d'un article d'Opera Press.

Plus d'info après la traduction. (Oui on n'apprend pas grand chose sur l'article d'Opera Press).

— Je m'excuse d'avance pour les erreurs de traduction voire de français,
— L'article ne reflète pas ce que je pense.

Source : http://www.opera.com/press/releases/2009/05/25/

88

Un navigateur prêt pour la plage : KDDI fournit Opera au modèles de téléphones de l'été.

Oslo, Norvège et Tokyo, Japon — 25 mai 2009

Avec l'été qui approche, KDDI et Opera Software ont uni leurs forces une fois de plus pour apporter aux utilisateurs japonais deux nouveaux téléphones pour fureter sur la plage. KDDI va révéler leur nouvelle ligne de produit lors d'une conférence de presse aujourd'hui, mettant en avant 2 téléphones Toshiba (« biblio » et T002) faisant tourner Opera Mobile 9.5. Cette sortie marque le tout premier déploiement d'Opera Mobile 9.5 sur BREW, faisant d'Opera le navigateur le plus avancé actuellement disponible pour cette plate-forme « non-smart phone ».
KDDI a adopté très tôt le dernier navigateur mobile d'Opera avec la sortie de 7 nouveaux téléphones utilisant Opera en Octobre 2008. Le navigateur de site pour PC officiel de KDDI, Opera, a continuellement introduit une navigation meilleure et plus rapide aux abonnés japonais depuis 2004. Opera Mobile 9.5 a ré-imaginé la manière dont les sites web étaient vus sur les écrans des mobiles, permettant aux utilisateurs de choisir entre l'affichage par défaut en pleine page ou la marque de fabrique Opera et son rendu pour petit écran. Le coup de maître de cette version, c'est sa nouvelle interface graphique et ses performances améliorées. La navigation simple basée sur du panoramique et des zooms ainsi que la possibilité d'enregistrer des pages, des mots de passe et des cessions font d'Opera Mobile 9.5 une expérience intuitive et simple à utiliser de la navigation sur téléphone.

« KDDI a très vite adhéré à la vision d'Opera de rendre disponible le web à tout le monde, n'importe quand et où que ce soit. Nous avons travaillé avec ce leader du mobile depuis 5 ans, durant lesquels nous avons introduit des fonctionnalités édifiantes pour les utilisateurs de portables japonais, » a dit Jon von Tetzchner, PDG d'Opera Software. « Ces nouveaux téléphones d'Été avec Opera promettent d'être une façon simple de continuer de blogger, d'envoyer des mails et d'utiliser les réseaux sociaux où que le beau temps vous amène. »

Les Toshiba « biblio » et T002 utilisant Opera Mobile 9.5 seront présentés à la conférence de presse de KDDI, tenue aujourd'hui à la tour The Prince Part Tower de Tokyo à 11 heures, heure locale japonaise. Ces téléphones seront disponibles chez les revendeurs KDDI au Japon début Juillet 2009.

« Nous avons travaillé en commun avec Opera sur près de 100 de nos téléphones. Dès le début nous savions que pour attirer le marché mature du mobile japonais, nous allions avoir à innover continuellement nos offres. Opera a prouvé qu'il était exactement l'outil dont nous avions besoin, en satisfaisant les attentes toujours grandissantes de nos abonnés concernant ce que devrait être le web sur un téléphone mobile, » a dit Kazuhiko Masuda, General Manager, Consumer Service & Product Planning Division, Consumer Service & Product Sector chez KDDI.

À propos de KDDI

KDDI est l'unique entreprise d'informations et de communications qui fournit avec soin tous les services de communications, depuis les téléphones fixes jusqu'aux mobiles. KDDI travaille de façon acharnée à la réalisation de la société des réseaux de l'ubiquité (Ubiquitous Network Society) approchante grâce à sa capacité a développer des réseaux de communications fixe et mobile leaders ainsi que des services pour les supporter, et grâce à sa capacité à fournir une R&D technique à un niveau imbattable où que ce soit.

88

Et c'est tout. Pas de lien vers ces fameux Beach Mobiles. Restant sur ma faim j'ai donc fureté un peu et j'ai trouvé ces fameux téléphones sur le site japonais de KDDI.

Vous pouvez les voir là :
http://www.au.kddi.com/collection/09summer/?cid=65302

Alors oui c'est en japonais, ce n'est pas forcément très lisible. Cependant vous pouvez facilement accéder aux téléphones en les sélectionnant dans le menu de gauche.

Commençons par le biblio. On clique et là apparaît la photo d'un jeune japonais. Mais ce n'est pas ça qui nous intéresse. C'est plutôt le gros bouton jaune et le gros bouton blanc à sa gauche. Si vous cliquez sur le bouton blanc vous pourrez alors découvrir les formes et les acrobaties que peut réaliser le téléphone (pas grand chose, ça coulisse…) ainsi que les quelques applications installées dessus (c'est marrant on ne voit pas Opera). En bas à droite de la page on retrouve notre gros bouton jaune. C'est pratique il nous a suivi. On clique dessus. Ici on peut tester la fonctionnalité panoramique lors de la lecture d'une page web. Faites un clic maintenu dans l'écran du téléphone et glissé vers la gauche (et oui). Ça défile.

On voit deux nouveaux boutons à gauche. Ils servent à mettre le téléphone en position horizontale ou verticale. Si vous cliquez sur le blanc le téléphone bascule et on peut lire (ou pas) un épisode du manga One Piece.

Bon rien de bien folichon donc. On va aller voir le T002 (ne pas confondre avec le K002). On tombe sur un téléphone basique à clapet. Donc voilà la révolution c'est qu'Opera Mobile tourne sur des téléphone qui ne sont pas des smart-phones.

Mais ce qui m'a un peu plus attiré l'œil en cherchant sur le site de KDDI c'est le téléphone Solaire construit par Sharp. Le SH002 qu'on retrouve également dans le menu à gauche.

Il y a également des concept-phones (je ne sais pas si le terme existe) qu'on peut voir ici : http://www.au.kddi.com/au_design_project/models/2008/solar/i(...) (flash)

Ça a l'air sympa. Il serait intéressant de savoir l'utilisation qui est faite des panneaux solaires sur ces téléphones. Exclusive, ou bien simplement pour augmenter l'autonomie du téléphone (mais de combien?)

Enfin on nous parle dans cet article de presse d'Opera de l'Ubiquitous Network Society. Bon je suis apparemment en retard en termes d'accroche commerciale car je ne connaissais pas celui là. Sans doute vous le saviez, mais je précise au cas où. C'est simplement le fait que tout soit connecté de n'importe où.
On peut trouver une définition du terme là :
http://en.wiktionary.org/wiki/ubiquitous_network_society

Et voir un peu de quoi il s'agit par là :
http://www.itu.int/WORLD2006/forum/society.pdf

Avec des beaux schémas enfantins ici :
http://www.uidcenter.org/english/ubi_te.html#
  • # Bon

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Le fait est qu'Opéra, c'est pas super utilisé non plus.
    Tous les téléphones japonais embarquent généralement deux navigateurs. Opéra pour le "vrai" web, et le navigateur maison pour l'"autre" web.

    L'"autre" web, c'est en fait des sites genre WAP, sauf que c'est hyper répandu. On trouve tout immédiatement sans passer par google. Je cherche un restau, les WC les plus proches, les horaires des trains, la liste des magazins qui vendent du vuitton, je veux acheter un billet de train ou de bus pour aller de Tôkyô à Kôbe, je fais *tout* sur mon téléphone via l'interface WAP. Y compris gmail, yahoo, mixi, etc.

    Bref, au final, Opéra est là, mais on ne s'en sert jamais (j'ai du l'utiliser deux fois, pas plus).
    Je ferai un sondage demain autour de moi, on aura des chiffres…


    Sinon, aussi, le web (ou le wap), ca marche au paquet (une unité obscure, genre racine de deux bit). Et le paquet il a un coût. On peut prendre des "forfaits limites" qui disent "je payerai au plus XX yen par mois en internet". Et le web, c'est tout de suite plusieurs kilo octets pour une simple page, alors qu'une page wap bien pensée (la plupart) fera quelques octets. Tu abuses du wap, t'en a pour 3000Y, tu vas sur google.com deux fois, t'en as pour 7000Y. Le calcul est vite fait (et une facture de tel, ici, 10_000 Y, c'est plus que normal.)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.