• # Une explication?

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Hmm, c'est bien gentil de jeter le lien tel quel dans un journal mais une brève explication de la blague serait la bienvenue.

    Je ne sais pas si c'est mon niveau plutôt moyen en anglais qui m'empêche de comprendre la subtilité mais pour le moment je ne la trouve pas particulièrement drôle.

    Ou peut être est-ce juste parce qu'il y a les termes "open source software" que ça vaut un journal ?
    • [^] # Re: Une explication?

      Posté par . Évalué à -3.

      Franchement, tu abuses.
      Dilbert est un informaticien geek, comme bon nombre des dlfpiens. Le strip fait allusion à l'opensource, comme DLFP. Alors il a sa place ici, ce journal. Tu préfèrerais peut être des journaux qui parlent de supermarchés ?


      =======> []
    • [^] # Re: Une explication?

      Posté par . Évalué à 10.

      En gros le Patron demande à Dilbert d'utiliser de l'open source pour tout à partir de maintenant. Dilbert lui dit qu'il revient.
      Il va voir la secrétaire et lui dit qu'il y a urgence, que le patron est en train de lire. La secretaire va voir la patron et lui dit qu'elle sait qu'il a une revue et lui demande de la lui donner, qu'il n'y aura pas de blessé (genre menace).
      Voilà ce que moi j'ai compris : On utilise de l'open source parce que les magazines disent que c'est à la mode, que c'est bien mais manifestement Dilbert n'est pas d'accord.
      • [^] # Re: Une explication?

        Posté par . Évalué à 6.

        Deux petites précisions:
        - Alice n'est pas la secrétaire, c'est une collègue, plutôt grande gueule.
        - Le boss est à des kilomètres des réalités (un patron, quoi...) :-)
      • [^] # Re: Une explication?

        Posté par . Évalué à 6.

        Traduction à la louche a deux francs même pas cinquantes :

        - A partir de maintenant, je veux que nous utilisions des programmes Open-Sources pour toute les choses qu'on doit faire. C'est "free" (gratuit ou libre ?)
        - Je reviens.

        - C'est une urgence. Je crois qu'il est en train de lire.

        - Je sais que vous avez un magazine de commerce a l'interieur. Donnez le moi et personne ne sera blessé.

        Voilà. J'ai trouvé cela plutôt sympa.
        • [^] # Re: Une explication?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Merci pour ces traductions et informations sur les personnages.

          Après quelques recherches, 'trade book' doit plutôt être pris dans le sens revue spécialisée (en informatique dans ce cas).
          Et maintenant je pense qu'il faut y voir 'free' comme gratuit ici.

          Donc on se retrouve avec un truc comme:

          Le patron: A partir de maintenant, je veux que nous utilisions des programmes open-source pour tout. C'est gratuit!
          Dilbert: Je reviens

          Dilbert: Y'a urgence, je crois bien qu'il est en train de lire!
          Alice, la collègue informaticienne grande gueule: Nous savons que vous avez une revue informatique ici. Rendez-la moi et personne ne sera blessé.

          Et ben d'un coup, j'y vois bien plus clair et je trouve ca plutot drole aussi (comme quoi un minimum était nécessaire pour tout saisir...) :)
          • [^] # Re: Une explication?

            Posté par . Évalué à 5.

            He’s been reading → « Il a lu. »
            C’est du passé. Pas du présent progressif.

            Dans le contexte, « il s’est remis à lire » passerait peut-être mieux l’idée de la faute.
            • [^] # Re: Une explication?

              Posté par . Évalué à 1.

              Alors est ce que ce ne serait pas "il était en train de lire" ou 'il avait lu" (traduction littérale) ?
              Sinon ce serait "He read" ou "He has read"
              • [^] # Re: Une explication?

                Posté par . Évalué à 10.

                He read, ou He has read, fait intervenir un objet, soit à la suite, soit déjà connu. Le progressif indique que c’est l’action de lire qui est le propos principal. C’est pour cela que la traduction « il a lu » n’est pas la bonne (elle est correcte de manière générale mais ce n’est pas la meilleure dans le contexte ; je l’ai donnée pour marquer le fait que c’est du passé).

                La traduction « il a été en train de » est lourde, trop littérale et n’est pas une forme naturelle, courante, en français. La traduction systématique du progressif par « en train » est une mauvaise idée : d’abord parce que l’on n’a que « en train » à utiliser et les répétitions sont lourdes, ensuite, et surtout, parce que la notion de progression, d’action qui dure, d’action en cours, n’est pas explicitée en français : elle est le plus souvent implicite, sinon on n’en prend tout simplement pas compte¹.

                Une meilleure traduction de cette idée de progressif passé en français serait peut-être « il vient de (passer du temps à) ». Dans la BD, lire est une mauvaise chose pour le patron. Il s’agit donc d’une bêtise. Quand quelqu’un est pris sur le fait ou fortement soupçonné d’avoir repris une mauvaise habitude, on dit « il s’est remis à ». « Il s’est remis à lire » me paraît donc une bonne traduction.

                ¹ Dans un autre cadre, pensez à la distinction his/her dog. En français, on dira « son chien », on ne traduira pas systématiquement par « son chien à lui/elle ».
                • [^] # Re: Une explication?

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Merci pour ces explications très claire !
                  • [^] # Re: Une explication?

                    Posté par . Évalué à 3.

                    oui, c'est plus intelligible ainsi, je n'avais pas tout "capté" je dois avouer.

                    Par contre ce n'est pas non plus ultra tordant.

                    Je sens plus cela comme une critique de l'open source qu'autre chose (= le patron opportuniste qui entend parler que l'on peut faire des économies en utilisant des logiciels opensource, à tord ou à raison, et dilbert pragmatique qui vient lui remettre les pieds sur terre, genre l'open source c'est pas la panacée et moins bien que l'on peut croire (mon patron me dirait cela, je n'irais pas trouver qqu'un d'autre pour lui faire changer d'avis))

                    Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

                    • [^] # Re: Une explication?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                      Salut,

                      moi je lis plutôt l'inverse, c'est marrant. Dilbert est une BD satyrique, critiquant en particulier le monde de l'entreprise et tous ses travers. En l'occurrence ici, le patron se met à lire... et donc probablement à réfléchir, du moins à chercher des idées ailleurs, ce qui est dangereux dans un monde d'entreprise où les choses sont assez statiques et où il est déconseillé d'avoir des idées.

                      J'aime donc à interpréter ça comme une critique de l'entreprise où il vaut mieux ne pas chercher à innover ou à aller voir ailleurs.

                      Ensuite d'autres choses sont aussi compréhensibles dans ces 3 cases. Et probablement n'aurons-nous pas le fin mot. Mais je crois que la blague et la critique qui en découle ne sont pas si simples, et peut-être même qu'elles sont à multiples facettes. Pas juste noir/blanc, pour/contre l'Open Source...

                      Bye.

                      Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

  • # Dans le même genre...

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Je préfère quand même les Geekscottes de Nojhan http://www.nojhan.net/geekscottes/ et en plus c'est en francais!
  • # Un flux RSS

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Pour les amoureux de cette BD décalée, voici le flux RSS que j'utilise :

    http://feeds.feedburner.com/tapestrydilbert

    A vos aggrégateurs!

    Sed fugit interea, fugit inreparabile tempus, singula dum capti circumvectamur amore

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.