Journal Massilia Sound System contre Hadopi

Posté par .
Tags : aucun
5
1
avr.
2009
Je ne suis pas fortiche pour créer des billets d'humeur, mais cette information me semble intéressante, tant une position "éclairée" chez les musiciens pros de l'hexagone semble rare:
Gari Grèu, membre de Massilia Sound System et de Oaïstar, prend position contre Hadopi et estime bénéficier en tant qu'artiste, musicien et "troubadour" (qui raconte la vie et fait danser les filles le samedi soir) du téléchargement, si illégal soit-il, et se repose essentiellement sur les concerts pour se nourrir.
Ca se passe par là, et le Gari ne mâche pas ses mots envers les majors: http://tinyurl.com/dchxh3
  • # Excellente interview

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Excellente interview, un avis très intéressant, un discours éclairé et qui prend à contre pied ce qu'on entend le plus souvent par les artistes connus.

    Et en plus c'est un groupe que j'apprécie particulièrement, et que je recommande chaudement en concert (et pas que les gros, ils passent souvent dans les divers bars/petites salles de Marseille et d'ailleurs), c'est très festif.

    Merci pour le lien :)
  • # C'est comme ça pour l'écrasante majorité des artistes !

    Posté par . Évalué à 10.

    Je connais bien des musiciens pros. Ils gagnent tous leur vie avec les concerts, les cours...mais pas avec la vente de leur musique.
    Et les artistes qu'ils connaissent, c'est pareil.
    Prenez l'exemple d'un musicien de jazz. Il ne gagne pas sa vie avec les cd sur lesquels il joue, c'est sûr, sauf des cas très rares (Diana Krall par exemple). Les disques de jazz, c'est 2% des ventes, alors ils ne se partagent rien en fait.
    Par contre, regardez le nombre de concerts que donne un musicien de jazz, genre Bireli Lagrène ou Sylvain Luc. C'est là qu'ils gagnent leur vie les musiciens, avec les concerts !
    Un artiste de renom dans le jazz, Steve Coleman, a même mis tous ces albums en libre accès sur internet, sachant très bien que plus de gens auront sa musique (même gratuitement), plus il y aura de monde à ses concerts.
    Ca ne m'étonne pas que Gari Grèu, qui "fait danser les filles le samedi soir", dise ça. C'est tout simplement sa vie qu'il explique.
    Hadopi, si elle entre en vigueur, ne servira que les intérêts des majors, et certainement pas ceux des artistes.
    En tout cas merci de mettre en ligne cette interview, il FAUT continuer à faire en sorte que le mensonge concernant le "piratage" tombe, en se faisant l'écho des artistes comme Gari Grèu.
    • [^] # Re: C'est comme ça pour l'écrasante majorité des artistes !

      Posté par . Évalué à 10.

      Hadopi, si elle rentre en vigueur, servira aussi les artistes comme Renan Luce, qui n'ont d'artistes que le nom, et qui espéraient attendre bien tranquillement une fois leur album en boîte que les dollars pleuvent.

      Pour ces gens, depuis le début, être signé par une major = gagner au loto.

      La méthode est simple : on sort un album de merde, entendu des milliers de fois, un met un ou deux tubes dedans, et on attend en se grattant les fesses que le public vous subventionne pour vous remercier de ce cadeau inestimable que vous avez fait à la société.

      Et ensuite, on passe un coup de gueule à la télé parce que les pirates vous empêchent de passer votre vie à rien foutre, mais vu que ce genre d'argument ne passe pas, on en invente d'autres qui ne tiennent pas une seconde comme "le piratage nuit à la création", en omettant de préciser bien sûr que la création n'a jamais été florissante que maintenant.

      Sur ce coup je pardonne les vieux qui virent limite fasciste, et qui n'ont jamais foutu les pieds sur myspace, voire sur Internet, mais les mecs comme Renan Luce me sidèrent. D'une part parce que je veux bien être condamné à écouter son album en boucle pour l'éternité s'il n'a jamais écouté un mp3 illégal de sa vie, de l'autre parce qu'il sait très bien que la création n'a jamais été si dynamique (tiens c'est marrant, on entend jamais parler les vendeurs d'intruments de musique, ils auraient pourtant des choses à dire) et surtout : pour qui se prend ce mec brodel ?!! Sérieusement, vous avez entendu les chansons qu'il fait ?!
      Bon alors on aime où on aime pas, tout dépend de sa tolérance et de sa culture musicale, mais s'il y a bien une chose que ce mec n'est pas, c'est CREATIF !!

      Il pose sa voix anodine, sur un ton plus que classique, sur une mélodie insipide, sur des paroles dénuées, sinon de sens, d'intérêt.
      Mais qu'est-ce que ce mec espère au juste ?! Gagner des dizaines de milliers d'euros tous les mois avec cette bouse ? Occulter le fait que des dizaines de milliers d'artistes font de la meilleure musique que lui, et comble du comble, pourraient être rémunérés sans passer par une major et vendre de la musique sans matraquage publicitaire ?

      Honte à Renan Luce, ce type est aussi insipide que sa musique.

      (ha oui désolé Renan, ça tombe sur toi, tu payes pour les autres. Des méthodes chères aux gens que tu supportes)
    • [^] # Re: C'est comme ça pour l'écrasante majorité des artistes !

      Posté par . Évalué à 2.

      Yep ! Bcp préfèrent de loin qu'on leur achète un T-shirt au concert (bénéf de l'ordre de 10€) plutot qu'on leur achète un CD (benef de l'ordre de 1€).
  • # Mouais

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    L'interview me laisse un arrière gout bizarre quand même, du fait du manque de logique :

    chaque fois qu’on vend un CD, je gagne 15 centimes d’euros, alors quand on en vend 30 000 je vous laisse faire le compte. Mes morceaux je peux les donner, c’est pas avec ça que je mange !

    Alors pourquoi il ne le fait pas? Car il a signé un contrat chez Universal? Mais pourquoi a-t-il signé si ça ne lui apporte vraiment rien? Annonce-t-il qu'il va diffuser son prochain album légalement gratuitement?

    Il y a les paroles, et les actes. Ici, on a les paroles, à quand les actes qui en découlerait?
    Désolé, je ne me contente pas de paroles : si tout ce que disent les politiques étaient mis en actes, le monde serait très différent!

    Finalement vous vous proclamez clairement en faveur du téléchargement ?
    G.G. : Pas tout à fait. Le MP3, c’est de la merde : il n’y a plus de fréquences ni hautes ni basses, les minots n’écoutent plus que ça et ne savent plus ce que c’est qu’un son correct.


    Mon gars, si tu diffuses en FLAC, c'est comme si on avait le CD à la maison, même qualité. Téléchargement != perte de qualité, tu peux avoir de la très bonne qualité, voir meilleure que le CD si tu le désires (rien ne t'empêche de diffuser en 24/96 sur le net!). Et je te défie de faire la différence en aveugle sur ta musique en MP3 256K encodé avec Lame (on peut jouer avec OGG et AAC aussi pour des formats plus modernes)
    • [^] # Re: Mouais

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Zenitram, l'avocat du diable par excellence ;)
      Remarquez, un peu de contradiction, c'est toujours bon pour lancer un débat.


      Alors pourquoi il ne le fait pas? Car il a signé un contrat chez Universal? Mais pourquoi a-t-il signé si ça ne lui apporte vraiment rien? Annonce-t-il qu'il va diffuser son prochain album légalement gratuitement?


      Cela signifie-t'il que lorsqu'on a signé chez Universal, on a plus le droit d'en critiquer le fonctionnement du tout ? Faut-il forcément en sortir pour ouvrir sa goule ? Un peu extrême non ?
      Il dit juste que les quelques milliers d'euros qu'il gagne par album ne peut pas les faire bouffer tous les jours et que le gros de son salaire provient des concerts et que donc le fameux "danger" que ferait encourir le p2p ne le toucherait globalement pas.
      Doit-il quitter sa maison de disque pour pouvoir dire ça ?
      • [^] # Re: Mouais

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Zenitram, l'avocat du diable par excellence ;)

        Ben ouais, vous êtes tous heureux qu'un artiste dise ce que vous voulez entendre, faut bien calmer les ardeurs un peu. Mais vu que ce n'est pas consensuel, je sens que je vais me prendre des -10 à tour de bras...

        Il dit juste (...)

        tttt... Il dit, je cite l'article "Mes morceaux je peux les donner".
        Auquel cas je répond : alors fait-le. car si, je cite "Nous on se fait baiser", je ne vois pas pourquoi il ne le ferait pas.
        Si il peut et qu'il ne le fait pas, c'est qu'il ne veut pas, donc qu'Universal lui est quand même bien utile, avec plus d'avantages que d'inconvénients, donc qu'il ne se fait pas baiser. Personne ne lui a mis un flingue sur la tempe pour signer, donc il "ne se fait pas baiser" comme il dit, il a choisit ce système et pas des CC (même pas des -NC!) par exemple.

        Doit-il quitter sa maison de disque pour pouvoir dire ça ?

        Non, mais qu'il assume : qu'il ne dise pas "je peux les donner" si il ne peut pas (dans son contrat), qu'il ne crache pas sur Universal sans en donner aussi les bons côtés qui le font rester. Ce que je reproche à l'interview est que Universal est mis comme le grand méchant, et uniquement méchant, alors qu'il a signé chez eux. Bizarre qu'il ne dise alors pas pourquoi, ce serait moins "vendeur"?

        Maintenant, si des paroles vous suffisent pour croire quelqu'un, il a bien raison de dire des paroles sans actes : ça marche sur les gens, alors pourquoi s'en priver? D'une ça nourrit l'espoir des auditeurs, et de deux ça ne casse pas le modèle Universal choisi (le contrat court toujours), tout bénéf'.
        Moi j'attends les actes.

        PS : je n'ai pas trop envie de passer du temps à répondre alors que mes réponses seront cachées, donc je ne débattrait pas plus, je vous laisse à votre "super-mega-génial, des paroles"
        • [^] # Re: Mouais

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.


          tttt... Il dit, je cite l'article "Mes morceaux je peux les donner".


          C'est du marseillais en même temps ;) faut décrypter (bises à tous mes potes de là bas:). Tu peux remplacer par "mes morceaux je pourrais les donner que ça bouleverserait pas le contenu de mon portefeuille."
          L'important c'est le fond du message, pas la forme.
          Et le fond nous raconte que ceux qui ont le plus à perdre ce sont les majors du disque et pas les artistes.
          Après on est d'accord avec ça ou pas.
          • [^] # Re: Mouais

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            L'important c'est le fond du message, pas la forme.

            Justement, je parle du fond : pour toi, il dit donc que "donner" les morceaux ne bouleverserait pas le contenu de son portefeuille c'est ça? Mais alors, pourquoi ne quitte-t-il pas se système qu'il n'aime pas et qui ne lui apporte rien?

            Désolé, je ne comprend pas : quand on n'aime pas quelque chose, et qu'en plus on trouve que ce que fait cette chose est mal, je suis bêtement sur la question de savoir pourquoi alors est-ce que l'artiste reste.
            Bizarrement on n'a pas le droit à une explication sur pourquoi il reste, alors qu'il donne plein de raison pour partir.
            C'est peut-être con comme question que je me pose, mais sans réponse (d'ailleurs dommage que le journaliste ne pose pas cette question!), sans discours sur le pourquoi du "je reste", je reste circonspect, et imagine qu'il y a anguille sous roche. Pas vous?

            A vous de me donner une raison alors puisque vous trouvez ce qu'il dit/fait bien!
            • [^] # Re: Mouais

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Bin j'imagine que la vente des disques lui met du beurre dans les épinards quand même.
              Il va pas cracher sur quelques milliers d'euros pour son album.
              Pourquoi chercher la petite bête partout ? ;)
              Et puis un exemple qui n'est probablement pas tout-à-fait comparable à celui de MSS : je bosse dans une boîte qui fait du proprio, pourtant j'aime le libre et j'en fais chez moi parce que je n'ai pas encore trouvé le moyen de vivre du libre. Est-ce tu vas aussi dire que je suis un hypocrite parce que je ne quitte pas ma boîte ?
              Revenons au fond du problème : il nous explique que de toute façon, la vente des disques n'est pas son principal gagne-pain et que donc il ne se sent que très peu concerné par le supposé manque-à-gagner induit par la contrefaçon parce que ceux qui se font une grosse marge sur ses albums ce sont les boites d'éditions et pas MSS. Ca le ferait probablement chier de ne plus vendre un seul album à cause de la contrefaçon, mais les gens continueront à aller aux concerts etc, et il pourrait continuer à en vivre.
              • [^] # Re: Mouais

                Posté par (page perso) . Évalué à -1.

                Et puis un exemple qui n'est probablement pas tout-à-fait comparable à celui de MSS : je bosse dans une boîte qui fait du proprio, pourtant j'aime le libre et j'en fais chez moi parce que je n'ai pas encore trouvé le moyen de vivre du libre. Est-ce tu vas aussi dire que je suis un hypocrite parce que je ne quitte pas ma boîte ?

                Non, car tu dis bien pourquoi tu restes, et c'est de mon point de vue ce qui fait la différence : tu assumes, tu dis dans ta phrase que tu restes pour une certaine raison, même si tu n'aime pas d'autres trucs dans ta boite.

                Ce que je reproches à l'interview c'est qu'il dit que les "autres" vivent que de ça, et moi je comprend en lisant "nous on se fais baiser, ce sont les autres charognard qui ont le fric" (euh... En fait, pas beaucoup de "je comprend", il le dit!)
                Si il avait dit "C'est bof ce qu'ils font, on aimerait qu'ils changent leur attitude, mais bon Universal nous met un peu de beurre dans les épinards, c'est quand même utile, on va pas le lâcher même si ils continuent comme ça", OK (mais ça serait vachement moins vendeur pour les anti-HADOPI!). Mais cracher sur un truc dans lequel tu as signé, non ça ne passe pas.

                Il crache dessus ("Nous on se fait baiser"), mais reste, et "oublie" de dire pourquoi il reste (et ce pourquoi serait à l'opposé de "Nous on se fait baiser", bizarre non?), pourquoi il participe au système qu'il critique à 100%. Et c'est ce qui me dérange : cacher la raison de rester chez eux me fait douter de l'honnêteté de son anti-HADOPI.

                Pour reprendre ton exemple, toi tu dis "j'aime pas x mais je suis chez lui pour vivre", lui dit "j'aime pas x, c'est pourri, c'est que des enculeurs, mais je suis chez lui". J'attends une explication, je ne prend pas une affirmation "les majors c'est mal" sans que l'ensemble soit logique (qu'il y ait une raison pour y être)

                Maintenant, ce n'est pas en faisant de la prose sur LinuxFr qu'il me répondra :)
                • [^] # Re: Mouais

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Bon, si je comprend bien, il aurait mieux fait de ne rien faire, le "mon gars"... Dommage, moi qui me disait "chouette, y'a un début de changement de mentalité chez les non-initiés du librisme et tout ce qui l'entoure [tout le monde n'est pas ultra-geek-libriste et ne connait pas le FLAC ou les subtilités des CC... et n'a pas forcément le temps et l'envie de s'y pencher, chacun son truc], une possibilité d'ouverture doucement mais sûrement..."

                  En tant qu'artiste (amateur jusque là, utilisateur des CC en ce qui me concerne), je me dis que si on doit se faire chercher les poux dès qu'on se tourne vers une nouvelle possibilité sous prétexte qu'on n'en maitrise pas toutes les chiures de mouche (essentielles ceci dit), c'est pas encourageant.

                  Les changements se feront petits à petits, sans forcer, c'est le meilleur moyen de bien asseoir ces changements.
                  Rabrouer les projets de changement, aussi timides soient-ils, avec leurs imperfections, sans tenter d'expliquer à qui de droit le pourquoi du comment des problèmes et des incohérences que cela peut poser, bref, sans communiquer/informer, c'est le meilleur moyen de faire fuir les bonnes volontés (qui sont honnêtes dans le cas présent).
                  • [^] # Re: Mouais

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Rabrouer les projets de changement, aussi timides soient-ils,

                    Euh... C'est quoi le projet de changement indiqué dans l'interview?
                    Car je n'ai vu aucun projet de changement, encore moins un changement : il est chez Universal, et ne compte absolument pas en sortir, il est à la SACEM et ne compte absolument pas en sortir, etc... en tous cas il n'indique rien comme projet.

                    Je saluerais bien un projet de changement, si tu m'indiques où il est (quel phrase te laisse penser qu'il pense changer? dire "c'est pourri, on se fait baiser" n'indique aucun changement, juste râler pour râler et surtout ne pas changer).
                    • [^] # Re: Mouais

                      Posté par . Évalué à 5.

                      Entendre un artiste hexagonal d'envergure (inter)nationale dire "moi je veux bien qu'on me télécharge pour telle et telle raison et Hadopi c'est pas le top pour telle et telle raison", perso je vois ca comme un changement par rapport à ce que j'ai pu entendre (du peu que j'entend des médias de masse) :-)
                      C'est pas "parfait", mais c'est un pas à ne pas rejeter en bloc, et même à encourager.
                      Allez, à la sieste maintenant.
                    • [^] # Re: Mouais

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      J'ai envie de répondre : pfffffffffffffff.
                      Perso, ça me gave ces discussions capillotractées à propos d'honnêteté ou de perfection du message. Si tu ne veux pas reconnaître que le discours que tient Gari Grèu tranche assez radicalement avec celui tenu par des artistes de même envergure qui expliquent que copier une musique c'est voler une baguette dans une boulangerie, ok, c'est ton choix, par contre, chercher des poux pour les raisons que tu donnes ici....
                      Alors parce qu'ils se sont laissé aller à utiliser les circuits classiques de distribution de la musique pour vendre leurs albums (par manque de compétence, de temps, de moyens, que sais-je ?), ils sont forcément inaptes à dire qu'ils ne se sentent que peu concernés par les aspects négatifs de la contrefaçon et que la façon dont sont réparties les rentes des albums leur paraît injuste ? Pffffffff.
                      • [^] # Re: Mouais

                        Posté par . Évalué à 2.

                        avec celui tenu par des artistes de même envergure qui expliquent que copier une musique c'est voler une baguette dans une boulangerie
                        C'est plutôt voler une voiture, ou un sac en agressant une vieille dans la rue.
                        • [^] # Re: Mouais

                          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                          Ah ? c'était plus soft "à mon époque" :) je vois que les ayants-droit ont mis le turbo.
                          • [^] # Re: Mouais

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Si tu as flash (ou miro), voici cette petite vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=sODZLSHJm6Q
                            C'est une vidéo qui se lit à chaque fois que tu lis un DVD (ça a l'air assez récurrent maintenant), tu peux pas la passer ou l'accélérer.
                            Oh, mais dis donc, encore une raison de plus de ne pas acheter de "produits culturels" (au sens albanel du terme)
                        • [^] # Re: Mouais

                          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                          Ah non, tu confonds avec un film. Pour la musique c'est moins grave, une baguette coûtant bien moins cher.
                        • [^] # Re: Mouais

                          Posté par . Évalué à 3.

                          Ou tuer un policier, et voler son casque, et faire caca dedans, et l'envoyer à sa veuve, et le revoler.

                          Comprenne qui pourra :)
            • [^] # Re: Mouais

              Posté par . Évalué à 2.

              peut-être ne sais tu pas que massilia sound system est né il y a plus de 20 ans (ils ont produit et commercialisé le premier maxi d'iam).

              ta question est une excellente question (pas de moinssage à l'horizon) mais ton attitude un peu aggressive. Ton acharnement sur un "peut" qui ressemble tout à fait à un "pourrait" est un peu pathologique, non ?

              vu l'âge du groupe, je pencherais pour des problème de droits avec, au choix (et là ta question est vraiment pertinente), la sacem, universal...
        • [^] # Re: Mouais

          Posté par . Évalué à 3.

          C'est pas faux.

          De plus, il faut voir ce que le journaliste a réellement sortit de l'interview. Ils aiment bien sortir les propos de leur contexte.
        • [^] # Re: Mouais

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Il ne faut pas non plus oublier que les licences Creative Commons sont vraiment récentes, et leur démocratisation l'est encore plus. Dans le même temps, certains contrats prévoient l'enregistrement de quatre ou cinq albums, ce qui, selon les artistes, peut bien prendre dix ans à sortir.

          Si changement de mentalité il y a, ça pourra prendre quelques années avant que certains artistes soient enfin libres de faire de nouveau ce qu'ils veulent.
          • [^] # Re: Mouais

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            J'en suis bien conscient.
            Mais la, je ne vois aucun engagement de passer en CC (ou autre) un jour, aucune vison à long terme d'affichée, tout continue comme avant, on ne change rien, on ne s'engage à rien.
            Si il ne connais pas les CC aujourd'hui, c'est vraiment qu'il ne veut pas entrer dans ce système!

            Je comprendrai complètement qu'il dise qu'il est lié parce qu'il accepté un contrat qui l'engage sur des années (et ça, il l'a choisi, il ne peut s'en prendre qu'à lui-même : il a privilégié les avantages d'Universal aux inconvénients durée d'engagement compris, donc c'est qu'Universal lui proposait quelque chose de bien de son point de vue), maintenant j'attends des actes, et si les actes ne sont pas possibles immédiatement, des engagements datés (en nombre d'album ou en jours) pour qu'à la date donnée je puisse constater que son engagement est réel.

            Sans engagement, c'est trop facile "mais si promis je changerai de système, il est trop pourri celui actuel... un jour, parce que bon, la, il me convient quand même".
            • [^] # Re: Mouais

              Posté par . Évalué à 2.

              S'il quittait Universal pour passer ces morceaux en CC, ça ne lui ferait peut-être pas une grosse différence au niveau du revenu lié aux ventes de disques. Mais qui avance l'argent pour les enregistrements ? qui a un réseau très bien ficelé avec les organisateurs de concerts et festivals ? qui peut avancer les frais pour partir en tournée ?

              Dans ce cas la c'est Universal qui sert de banque, et j'imagine que dans le contexte financier actuel, tu vas pas te pointer à la BNP du coin pour demander un prêt pour financer ta tournée de concerts.

              Alors je ne dis pas que vivre sans une major est impossible, mais il s'agit parfois de faire des compromis. Est-ce que pour Massilia Sound System, il est plus important de passer en CC si ça induit pour eux une grosse chute de revenus au niveau des concerts et une nécessité de tout autoproduire, de se coltiner les négotiations avec les organisateurs divers, etc ? J'en doute.

              Qu'est-ce qui est le plus important pour MSS : des beaux concerts, ou des mp3 gratos pour quelques milliers de personnes (qui de toute façon les téléchargent facilement s'ils sont trop radins).
              • [^] # Re: Mouais

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Si j'ai bien compris, d'après Wikipedia ils s'autoproduisent, donc ce sont eux qui avancent l'argent, pas Universal.

                Mais admettons que Universal fait une prestation utile donc : je trouve alors dégueulasse de cracher dessus comme ils le font, ils ne seraient alors pas cohérents : dire "on se fait baiser" alors que les "baiseurs" font du boulot.
                Je ne suis pas d'accord pour qu'on crache sur ceux qui nous font vivre, et je ne vois pas de légitimité au discours : soit Universal ne sert à rien et on le quitte, soit Universal sert à quelque chose et on explique à quoi il sert plutôt, en disant que leur bataille pro-HADOPI est débile, mais sans insulter. Trouverais-tu normal, toi, de fournir une prestation à quelqu'un, et que cette personne t'insulte ensuite? Moi, pas, et je considère que les autres n'ont pas à le faire non plus, même si la chose crachée est Universal.

                Dans aucun cas que j'arrive à imaginer on peut se permettre d'insulter Universal en tant qu'artiste qui a signé chez eux : l'artiste choisit de travailler avec Universal, ou pas, il n'a aucune obligation, il n'est pas prisonnier.
                Insulter Universal et rester chez eux n'est pas cohérent (je comprend très bien pour les albums passés, c'est contractualisé on n'y peut plus rien. Reste le futur...)

                Alors certes Universal essaye actuellement de verrouiller la loi à son avantage, mais cela n'autorise pas à insulter, surtout quand on signe chez eux. A la limite je peux comprendre ce qui n'ont pas signer chez eux, et ça reste limite : l'insulte n'est pas un moyen de discussion. C'est d'ailleurs souvent utilisé pour faire croire qu'on est contre Universal, alors qu'on s'y plait bien, d'où mon doute sur la sincérité des paroles.
                Je suis toute ouïe pour avoir des preuves de la sincérités de ces paroles, ou plutôt la vue : quels actes prouvent que les promesses (ou les paroles) n'engagent pas que ceux qui y croient?
                • [^] # Re: Mouais

                  Posté par . Évalué à 3.

                  mouais je ne trouve pas qu'ils insultent universal. Tu as du lire l'article en travers.

                  Il dit :
                  Mais Universal, Carrefour, la Fnac eux ils mangent avec ça. Nous on se fait baiser, on a dû trouver d’autres choses pour vivre que les ventes de disque.

                  Il dit que les majors et les magasins se font de la tune, et que lui il se fait baiser (par la chaîne de distribution toute entière entière : majors, distributeurs, etc...). Universal n'est qu'un élément dans cette histoire.

                  Donc bon quand tu dis que tu te fais baiser dans ce contexte, c'est juste que c'est toi qui fais le moins de tunes alors qu'à la base, la matière artistique vient de toi.
    • [^] # Re: Mouais

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      De mémoire, MSS existait avant les MP3 & co, et s'est toujours autoproduit. Ce que confirmerai l'article sur wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Massilia_Sound_System

      Donc "ils" n'ont signé avec personne, et le CD comme support est AMHA plus un héritage culturel qu'un bizness pour eux. Après, pour la mise en ligne des morceaux, je ne sais pas.

      En tout cas, il suffit d'écouter leurs chansons, de prime abord drôles mais surtout intelligentes et fines (et avec un engagement vrai, pas comme la brochette de guignols "vu à la TV" ou "déjà dans les bacs") pour bien comprendre qu'on a pas affaire aux "zartistes" ou autres "stars" au QI limité auxquels la sinistre fait appel pour faire passer son texte d'un autre âge.
    • [^] # Re: Mouais

      Posté par . Évalué à 2.

      Bonne remarque…
      Peut-être que la SACEM peut poser des problèmes ? Si un artiste passe là, peut-il confirmer ?
      • [^] # Re: Mouais

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Je ne suis pas artiste, mais je te confirme que que si tu es à la SACEM, tu ne peux diffuser légalement TA musique sur ton site.
        Tu peux, si j'ai bien lu les dires des artistes, diffuser en streaming sous certaines conditions, et sinon tu payes à la SACEM un droit de reproduction (c'est ton oeuvre, mais tu ne peux pas diffuser, faut pas chercher à comprendre).

        Le système est du tout ou rien, et une fois dans le système SACEM, difficile d'en sortir.

        Maintenant, on revient à la même question : si les CDs ne lui rapportent rien, la SACEM ne doit pas lui rapporter grand chose non plus, il peut aussi en sortir (quitte à changer le nom du groupe pour "casser" le contrat SACEM), pourquoi ne quitte-t-il pas tout ce bordel qui "le baise"? Si il ne le fait pas c'est que ça lui rapporte plus que ça ne l'embête, que le système a pour lui plus d'effet positif que d'effet négatif, et j'aimerai bien qu'il nous parle aussi des effets positifs plutôt que de dire "on se fait baiser" (si ça a plus d'avantages que d'inconvénients, on est loin d'être "baisé") comme si ce n'est pas lui qui a choisi.
        • [^] # Re: Mouais

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Les "A" et "C" de SACEM c'est les Auteurs Compositeurs. Leur but, c'est de rémunérer les auteurs et compositeurs (qui sont souvent la même personne) lors de l'exécution publique de leur œuvre, qu'elle soit diffusé par les auteurs compositeurs eux même ou par d'autres. Le problème n'est pas tant l'idée de caisse commune des artistes, plutôt bonne, mais de comment se fait la répartition. Avant, c'était très simple pour la SACEM : radio, télé, concerts, boites de nuit et bar. Maintenant il faut ajouter téléphone portable, internet sous toutes ses formes. La répartition est beaucoup plus compliqué, et la SACEM est largué la dessus et continue a se baser principalement sur les passages radio et télé.

          Enfin, on peut quitter facilement la SACEM depuis quelques temps, il suffit de faire un courrier demandant a ce qu'elle ne gère plus votre répertoire. A vous d'aller démarcher télé, radio, sites web, etc qui diffusent vos morceaux pour vous faire payer les droits... Et effectivement, pour les sites web, un groupe peut proposer en streaming sa production sans payer de droits depuis quelques temps maintenant. De mémoire pour le téléchargement c'etait 0,10€ par download il y a quelques années, je ne connais pas le barème actuel.

          Pour finir, on entends surtout la branche "dure" de la SACEM dans les médias, représenté par les sociétaires qui touchent le plus, donc qui diffusent le plus (et, oserais-je ajouter, souvent, qui font le plus de la merde). Le système SACEM n'est pas mauvais en soi, c'est le marché de la musique qui est perverti par la mainmise des majors (le cartel des 4) qui ne mettent en avant que tel ou tel poulain qui rapporte le plus de tunes... Cet écrémage culturel se retrouve à la SACEM, qui ne fait que rétribuer ceux qui vendent/diffusent le plus, sans avoir aucune possibilité de changer cela.

          Pour aller plus loin, je recommande de lire "Vivre de sa musique avec la Sacem" de l'ancien président de cette institution, Jean-Luc Tournier. Pour se rendre compte que tout n'est pas tout blanc ou tout noir dans la vie...
          http://livre.fnac.com/a1799814/Jean-Luc-Tournier-Vivre-de-sa(...)
    • [^] # Re: Mouais

      Posté par . Évalué à 1.

      >> chaque fois qu’on vend un CD, je gagne 15 centimes d’euros, alors quand on en vend
      >> 30 000 je vous laisse faire le compte. Mes morceaux je peux les donner, c’est pas avec
      >> ça que je mange !

      > Alors pourquoi il ne le fait pas? Car il a signé un contrat chez Universal?
      > Mais pourquoi a-t-il signé si ça ne lui apporte vraiment rien? Annonce-t-il
      > qu'il va diffuser son prochain album légalement gratuitement?

      Au pif: parce que les studios d'enregistrement c'est pas gratos et que généralement, les artistes (qui ont pas d'immense pépètes en banque) demandent de l'aide à des producteurs (peu importe la source du producteur, ca peut-être Tonton Robert, mais généralement c'est Producteur Universal).
      Le truc, c'est que généralement ils ont le couteau sous la gorge et donc signe des contrats avec un minimum de % pour eux et maxima pour la prod. en espérant que plus tard, ca s'arrangera.
      • [^] # Re: Mouais

        Posté par . Évalué à 1.

        comme dit ailleurs dans ce fil, massilia est un groupe autoproduit, et ce depuis le debut il me semble.
        L'artiste et le producteur sont donc les meme ici.

        C'est un des rares groupes qui n'as pas besoin de la promo des medias pour remplir une salle, le bouche a oreille marche tout seul.

        Si les cd ne sont pas gratuits, c'est surement parce qu'un cd, ca coute a produire, et que yen a qui preferent avoir un cd que de telecharger un 'p3 sur le site officiel.

        Vu l'orientation troubadour, spectacle de rue, partage de culture et tout le toutim des papy du reggae marseillais, je pense que c'est assez mal venu de faire une lecon de partage a un groupe qui offre (offrait?) le pastaga a son public pendant ses concerts...
        • [^] # Re: Mouais

          Posté par . Évalué à 2.

          Je parlais au sens général, pas forcément de ce groupe-ci.
          (et même parfois "indépendant" veut quand même dire que c'est un tiers qui est financer le studio)
        • [^] # Re: Mouais

          Posté par . Évalué à 1.

          Je confirme qu'ils continuent d'offrir le pastis (en dépit de la loi Evin, de la loi Hadopi, et de la loi de la relativité réunies).
  • # Contre HADOPI

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.