Journal L'abus de droit d'auteur commencerait-il à intéresser la population?

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
17
20
fév.
2009
DAVDSI est passé il y a trois ans, qui a coûté au contribuable beaucoup d'heures parlementaires (non payées au SMIC) sans avoir eu une seul application (ROI = 0%, pour qui que ce soit, à se demander comment sont payés les lobbyistes...), et maintenant que HADOPI se pointe, je vois sur un site plus généraliste que ses stats explose parce qu'il parle... Du droit d'auteur.

Ca se passe ici :
http://www.maitre-eolas.fr/2009/02/20/1321-les-droits-d-aute(...)

Pour les retardataires, il a descendu en flèche les propos de Luc Besson sur les méchants pirates (juridiquement aberrants!) et Frédéric Lefèbvre (qui se raccroche à tout ce qu'il peut quand on lui dit que c'est soit impossible sans violer 50 conventions internationales ou que ça existe déjà) dans les billets précédents.
On y apprend que statistiquement, le site explose le compteur. Et ce ne sont pas des petites stats au niveau français (surtout que c'est du droit d'habitude, sujet hautement intéressant pour la population d'habitude ;-) )

Qu'en conclure? Personnellement, j'en conclue que la loi prévue dépasse le cadre des geeks libristes, et qu'elle intéresse de plus en plus de monde, et que ça va faire bouger les choses. Les mentalités bougent, les gens se sont habitué à télécharger naturellement sans contraintes (illégalement faute d'offre légale), et l'attitude des gens, que seuls les majors ont créé par leur manque d'offre légale, n'est pas prête de s'inverser.
Ce n'est pas gagné pour qu'HADOPI passe sans être vidée de son sens, comme DADVSI!
(je considère DADVSI comme une bataille perdue par les majors faute de procès lancé avec cette loi : la loi a été votée, mais avec tellement d'exceptions que l'exception devient la norme)

La conclusion, qui n'est pas du droit (pour les flemmard, la partie droit détruit l'analogie que les lobbies mettent entre propriété intellectuelle et propriété tout court), est :
Les musiciens insultent ceux qui apprécient leur musique en les traitant de voleurs, les réalisateurs font de même avec ceux qui apprécient leur film en les traitant de dealers.
Je ne suis pas expert en marketing, mais qu'il me soit permis d'émettre des doutes sur la viabilité de cette attitude, et même de sa simple rationalité.


Bonne lecture!
  • # illégalement faute d'offre légale

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Il est là le problème, un Cd dans le commerce coute moins cher qu'un mp3/wma/aac acheté sur le net, avec des avantages en plus :
    - Meilleure qualité (ça reste discutable avec un ensemble audio bas de gamme)
    - Possibilité de lire sur les chaines hi fi (si on a acheté sa chaine il y a plus de 5 ans)
    - Évite la perte des données (original + fichier encodé).

    L'inconvénient c'est que le boitier prend de la place.
    • [^] # Re: illégalement faute d'offre légale

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Moi, je préfère avoir un boitier qui prend de la place qu'un fichier qui en prend aussi sur mon vieux disque-dur.
      En plus, avec le fichier, on n'a pas le plaisir du petit livret, de l'odeur de la pochette, du contact. Un cd n'attire pas que par ce qu'il y a dedans, pas seulement par l'ouïe mais aussi par le toucher et par la vue. Ne perdons pas l'usage de nos sens.
      • [^] # Re: illégalement faute d'offre légale

        Posté par . Évalué à 6.

        > Moi, je préfère avoir un boitier qui prend de la place qu'un fichier qui en prend aussi sur mon vieux disque-dur.

        Perso, j'adore avoir les deux :)

        Le CD, même si mon MythTV peut le lire, ma Squeezebox a un peu plus de mal à le faire, ne serait-ce que physiquement. Et puis, pour les disques optiques, si on passe son temps à les manipuler, ça s'endommage quand même vite.

        Maintenant, je suis aussi fétichiste des objets culturels (centaines de BD, DVD, CD, ...) : c'est beau, ça sent bon, c'est peu ou prou systématiquement un "master" plus propre que ce que le P2P propose (le FLAC, il n'y en a quand même pas des tonnes, sur le P2P ; même s'il y en a certes beaucoup sur les newsgroups ; quand aux videos, ce qui est téléchargeable est plus que souvent médiocrement transcodé ; et pour les BD, euh... à part les scantrads des nipponeries qui ne sont pas encores sorties dans son pays, faut quand même le vouloir, pour les numériser, vu comme ça les abîme - je n'ai jamais testé de livre électronique ou de chose du genre, cela dit - mais je n'ai pas non plus de scanner A3 :p), ça recouvre les murs du salon de choses à triper...

        Du coup, j'achète beaucoup, je convertis beaucoup... mais pour savoir quoi acheter (acheter sans savoir si l'on aime, je trouve ça un peu fou), bien évidemment, je "pirate" beaucoup :p
    • [^] # Re: illégalement faute d'offre légale

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      L'inconvénient c'est que le boitier prend de la place.

      L'inconvénient c'est que je ne peux pas l'acheter pendant mes heures de travail. Ni avant/après mon travail (magasin physiques fermés).

      L'inconvénient c'est que je ne peux pas l'obtenir rapidement (clic-clic-clic=3 minutes, en physique c'est plutôt 30 minutes si j'habite près du magasin).

      L'inconvénient c'est que beaucoup de titres rares ne sont pas disponibles légalement.

      :-(
      • [^] # Re: illégalement faute d'offre légale

        Posté par . Évalué à 10.

        Nota bene : je n'ai pas d'actions chez qui que ce soit du marketplace d'Amazon - j'y achète juste beaucoup.


        > L'inconvénient c'est que je ne peux pas l'acheter pendant mes heures de travail. Ni avant/après mon travail (magasin physiques fermés).

        Les magasins sur Internet c'est quand même dispo 24/24h ; et ça peut être très bon marché - sur le marketplace d'Amazon, en moyenne, j'y achète mes CD 5 à 10€ - plus souvent près de 5 que de 10.

        Niveau réception des colis, pour les disques optiques et les mangas (quand j'ai la flemme d'aller en ville, ce qui est quand même rare, si ça concerne les BD :p - faut dire que mon libraire préféré est sympa, et me cumule mes 5% de réduction légaux sur les livres depuis ~6 ans, ce qui me fait un cadeau savamment mis de côté, d'entre 250 et 300€), ça rentre facile dans ma boîte au lettre qui est pourtant très petite... donc pas besoin d'aller à la poste (même si je n'ai aucun soucis dans celle de mon petit village de 2000 habitants - rapide au guichet, sympa, et horaires moins extravagants que dans la poste de la ville de 150.000 habitants où j'habitais avant).


        > L'inconvénient c'est que je ne peux pas l'obtenir rapidement (clic-clic-clic=3 minutes, en physique c'est plutôt 30 minutes si j'habite près du magasin).

        Ça, c'est vrai : mais pour la livraison par Internet, si ça prend en moyenne deux semaines par les vendeurs dont je parle, c'est parce que ça vient d'Outre-Atlantique ; et c'est pour ça que c'est moins cher... parce que les prix sont multipliés par 2 à 5 en arrivant en France - peut-être une raison sur laquelle la bande de geignards qui demandent le martifouette pour les "pirates" ferait bien de se poser des questions, quant au manque d'envie des gens d'acheter leurs produits dérivés de la culture (pour ce qui est de l'hexagone, au moins)...


        > L'inconvénient c'est que beaucoup de titres rares ne sont pas disponibles légalement.

        L'avantage d'Internet, c'est que, même si ça n'existe plus que d'occasion, on peut quand même acheter vraiment beaucoup de raretés - y compris physiques (par contre, ces artefacts sont souvent plus chers - faut savoir ce qu'on veut). Après, à voir l'état, mais en général, sur les sites qui le permettent (pas que le marketplace, loin s'en faut), les vendeurs sont évalués, les commentaires possibles, et la demande de réenvoi pas exclue non plus (j'avais commandé une saison de Futurama, dont la boîte est arrivée défoncée - j'ai réclamé au vendeur du marketplace : il m'en a renvoyé une - l'autre a fait le bonheur d'un pote, malgré un poil de scotch).


        Bref, surprise : mais sur Internet, on peut aussi acheter des choses physiquement, et c'est loin d'être nécessairement désavantageux (les site de téléchargement payants pratiquent des tarifs orduriers, et pour les raretés, la tipiakerie n'est pas forcément rapide, à-la-"clic-clic-clic=3 minutes").
        • [^] # Re: illégalement faute d'offre légale

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Je ne peux que pertinenter tes propos.
          Disons alors que ma manière de voir les choses vient du fait que je n'attache quasi aucune importance aux biens matériels. Le fait de "posséder" m'en complétement étranger. Cela introduit un biais que tu viens de corriger.
          • [^] # Re: illégalement faute d'offre légale

            Posté par . Évalué à 7.

            Note bien que si je suis fétichiste des objets culturels, la nature "master propre" n'y est pas pour rien...

            ... si l'industrie des ayant-droits était moins veulement butée et passéiste, elle pourrait imaginer (je ne sais pas : par exemple) vendre un droit à vie sur l'accès à une œuvre, avec possibilité de la retélécharger à volonté, y compris dans les remasterisations/rééchantillonnages à venir, dans les formats que l'on souhaite, pour en faire ce que l'on souhaite...

            ... là, éventuellement, avec des numérisations de bonne qualité des "artworks" qui accompagnent le produit habituellement matériel, ils pourraient espérer vendre du numérique plus cher (en y associant un service, plutôt qu'un martifouette de DRM, d'encodage cracra et cie)... faudrait voir.

            Mais bon, cette industrie de margoulins vend ~1€/titre, soit ~2 fois plus cher que les CD que j'achète, de bien meilleure qualité au demeurant - pfff, pour du MP3, tout au plus, je mettrais 0,05-0,10 €/titre, et encore... pas étonnant que, face aux sites de ventes de MP3, le P2P remporte la course darwinienne, dans le fait - la nature a horreur du vide.
  • # visionnaires ?

    Posté par . Évalué à 9.

    "Qu'en conclure? Personnellement, j'en conclue que la loi prévue dépasse le cadre des geeks libristes"

    Les geeks libristes c'est juste l'avant garde
  • # Temps passé ?

    Posté par (page perso) . Évalué à -6.

    Sérieux, vu la taille des billets et le temps qu’il doit passer à les écrire, c’est bien le dernier avocat qui j’irai voir pour me défendre, le Eolas. S’il veut aussi pouvoir dormir, ça doit pas lui faire beaucoup de temps à consacrer aux dossiers de ses clients !
    • [^] # Re: Temps passé ?

      Posté par . Évalué à 10.

      en même temps, le boulot d'un avocat c'est d'écrire et parler. Donc pris dans ce contexte, la taille d'un billet de quelqu'un qui a l'habitude de faire de tel chose, ca doit prendre beaucoup moins de temps que pour quelqu'un qui ne le fait qu'une fois tous les 30 du mois.

      Un peu comme les dvp du LL : ca prend du temps à écrire un programme . Donc imagine un dvp payé, qui travaille sur son temps libre à du LL...
    • [^] # Re: Temps passé ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Voilà qui est bien parlé !

      Vu le temps que tu passes sur ce site, tu es bien le dernier employé qu'un recruteur irait voir.

      Et moi je suis le dernier responsable informatique à qui une entreprise aurait recours.

      Pareil pour tous les autres intervenants ici. Pareil pour toutes les personnes compétentes qui osent, quelle horreur, prendre du temps pour faire partager leurs passions, leurs expériences, leurs points de vue. Brrr, le monde est rempli de compétents-nuls (gné ?).
  • # Intérêt de la "population"

    Posté par (page perso) . Évalué à -1.

    Personnellement, j'en conclue que la loi prévue dépasse le cadre des geeks libristes, et qu'elle intéresse de plus en plus de monde, et que ça va faire bouger les choses.

    Pensée optimiste. J'aimerai bien savoir ce qui intéresse vraiment les gens dans "cette loi", et/ou ce qui intéresse vraiment les geeks libristes. à mon avis, pas du tout la même chose. Je me rappelle à l'epoque de la LCEN, sur Internet, tu trouvai beaucoup de gens contre cette loi sur Internet, et assez peu de libristes déjà à l'époque (oui au final, plus d'adeptes des logiciels warez trouvaient cette loi problématique). Dans les loi DADVSI / HADOPI / ..., ce qui intéresse les gens, c'est de pouvoir continuer à consommer gratuitement, et c'est un peu tout. Si c'est tout ce qui intéresse les geeks libristes, je vais m'expatrier (et violer la GPL pour pas cher, vu que finalement violer la "licence d'utilisation", parce qu'elle est pas cool, c'est pas "si mal" que ça).
    • [^] # Re: Intérêt de la "population"

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      C'est précisément parce que DADVSI s'est trouvée inapplicable (abandon des DRM, etc) qu'ils veulent cette loi, qui va encore plus loin.

      Tu écris : "consommer gratuitement"
      Consommer : "du latin consummare, de cum, avec, et summa, somme, s. f. ; faire la somme, c'est achever ; de là le sens assez semblable à consumer, que consommer présente quelquefois. Au reste le XVIe siècle a confondu ces deux verbes."
      "Employer des choses qui se détruisent par l'usage. Consommer des denrées, du vin, du bois, etc."
      http://www.dico-definitions.com/dictionnaire/definition/1961(...)

      Se cultiver gratuitement, tant qu'on ne lèse personne, c'est heureusement encore possible et ça ne devrait pas être condamnable en l'état actuel de la loi.

      La copie illégale est répréhensible, cependant elle ne concerne, ni une consommation, ni un acte gratuit.

      La loi proposée sous couvert de régler ce problème (ce qui a été prouvé faux), imposera une batterie de mesures disproportionnées qui ne sauraient se limiter au problème de la copie illégale.
      On ne décrète pas le couvre-feu parce quil y a du travail illégal...
      • [^] # Re: Intérêt de la "population"

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Je n'ai jamais dit que cette loi allait dans le "bon" sens (du moins celui que je considère comme bon), pas plus que les précédentes.

        L'idée de la culture artistique implique de prendre un certain recul face à n'importe quelle oeuvre, pour en digérer quelquechose, pour qu'elle ne soit pas juste consommer (ça passe le temps, c'est joli et cool, et après, je pourrai en enchainer un autre).

        Je ne pense pas que la majorité des téléchargements se fassent dans cette optique (malheuresement) (mais ça ne reste qu'une "intime conviction", basée sur l'étude de mon ecosystème local).

        L'idéal d'une culture gratuite pour tous est évidemment un idéal pertinent, que je souhaite (même si cela nécessite un grand travail en amont, dans l'éducation). Toutefois, il faut aussi considérer le travail des "artistes" et "créateurs", et trouver une solution pour les rémunérer "justement".

        Encore une fois, je suis tout à fait contre cette loi et les précédentes, je m'interrogeai sur ce qui intéressait vraiment la "majorité" (et sur ce point, on va dire que personne n'a même essayé de répondre).
        • [^] # Re: Intérêt de la "population"

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Comme je l'ai écrit plus haut, le terme de "consommation" n'est pas adapté à la "culture".
          Une oeuvre culturelle ne se consomme pas (bien que l'art sur bloc de glace ou la cuisine française...).
          On étudie la Joconde depuis des siècles, parfois toute une vie, et elle ne s'use pas.
          Voilà pour la "consommation de la culture".

          Une culture gratuite n'est pas un idéal mais un retour aux sources. Il est une évidence que la société a vocation à diffuser le plus largement la culture, à moins que l'on recherchel'abrutissement des masses. Tendre vers la gratuité est ainsi une nécessité pour une société éclairée.

          Nous venons donc à la rémunération des artistes et créateurs, à la fois nécessaire, et souhaitable. Celle-ci n'est actuellement assurée que par l'entremise d'industriels de la production et de la distribution qui n'ont rien d'artistes ou de créateurs, sinon dans leur génie du commerce, et à imposer quelques lois bien venues pour eux.

          Une partie de la réponse au problème posé vient par la meilleure répartition des bénéfices du commerce d'oeuvres culturelles. Internet est un moyen. Des artistes ayant soit démarré, soit proposé des oeuvres par ce biais en ont été financièrement remerciés par ceux qui les ont apprécié. Il ne règle cependant pas tout, car l'art ne doit pas d'être arbitrairement désigné par les commerçants, devenir arbitrairement désigné par les masses. Il faut garder une place à chacun, comme à un Van Gogh, et pour cela une redistribution dans l'enseignement artistique (mais oui!), les salles d'exposition, ou par des statuts sociaux spéciaux est possible.

          L'autre partie du problème vient de la rencontre du public avec les artistes. Internet est un moyen là encore. Quel artiste ne fait pas sa promotion sur internet, quel artiste réputé n'a pas sa place dans les réseaux sociaux ?

          On nous parle d'industrie culturelle, quand le Ministre de l'Agriculture explique "Nous ne voulons pas d'une industrie agricole" (comprenez qui aspire et écrase tout), or cette industrie culturelle, si elle met en avant les artistes, n'en est qu'une excroissance. L'industrie culturelle, c'est la promotion, la distribution, le commerce, avant tout. Les artistes sont à l'industrie culturelle ce que les agriculteurs sont à l'agroalimentaire; ceux qui la nourissent, ceux qui fournissent sa matière première sans quoi elle n'existerait pas.

          Le choc qui se produit provient d'une industrie du divertissement, appelons-la comme tel, forte financièrement, dominant son secteur d'activité et les autres acteurs, et d'autre part d'un modèle dépassé, vacillant, qui n'a pas su se remettre en question par manque de... culture, et n'a pas senti l'ampleur de l'évolution technologique. Une évolution qu'elle a tenté d'aprivoiser par ses canaux tradittionnels (grands medias s'appuyant sur leur marque), ou par le changement des règles (drm, maintenant hadopi), pour ne pas changer son modèle.

          Ce qui intéresse vraiment la "majorité", c'est la paix. Une industrie (pas les artistes, si vous m'avez suivi) si puissante, constitue un allié puissant, mais un allié remuant. La majorité, comme elle a pu le montrer à chaque sortie dominée par les lobbyistes du secteur et leurs obligés, n'a pas de vision politique, sinon dans l'économie et les flux commerciaux générés. La Culture ne fait pas partie de l'enjeu, seulement l'industrie et son économie.
        • [^] # Re: Intérêt de la "population"

          Posté par . Évalué à 7.

          > L'idée de la culture artistique implique de prendre un certain recul face à n'importe quelle oeuvre, pour en digérer quelquechose, pour qu'elle ne soit pas juste consommer (ça passe le temps, c'est joli et cool, et après, je pourrai en enchainer un autre).

          > Je ne pense pas que la majorité des téléchargements se fassent dans cette optique (malheuresement) (mais ça ne reste qu'une "intime conviction", basée sur l'étude de mon ecosystème local).

          Ça, c'est aussi une question de référentiel... amateur pour ainsi dire exclusivement de "l'underground", je connais pourtant des gens qui tripent comme des cochons sur des choses que je trouve complètement banales...

          Qui suis-je pour dire que leurs trips valent moins que les miens : moi, c'est tout... c'est purement une question individuelle. Même s'ils consomment l'art plus qu'ils ne le dégustent, comme il a pu me sembler parfois, c'est peut-être la voie qu'a choisi la majorité de se fondre dans la masse d'opinion.

          Ça ne justifie pas pour autant un tel contrôle sur la distribution de la culture - dont il reste à prouver que l'industrie qui s'y adosse ait la moindre difficulté qui vienne du téléchargement (apparemment, les études indépendantes tendent plutôt vers l'opinion opposée).


          Si le public _consomme_ de l'art, c'est peut-être parce que, cet art mass-media, l'industrie en amont _l'usine_ pour ça... faire du tellement gros que ça touchera la plus grande masse, rendant l'opération optimisée quant à sa rentabilité...

          Faut pas venir se plaindre que les gens n'attendent pas les diffusions de medias dans des multiplexes géants, surchauffés (à dessein - pour qu'une poufiasse vienne vendre une glace fondue), et bourrés de monde, ou à la TV, en désordre, censuré, même pas en VO, et mal doublé, en sus, lorsque, la consommation pure et simple, c'est le genre de grain que l'industrie sous-jacente s'est échinée à donner en fourage à la majorité... Action - conséquence. Méthodes commerciales viciées - comportement douteux des clients.


          Maintenant, qu'il me soit quand même permis de douter du bienfondé des clips sur les DVD qui me traitent de voleur pendant 5 minutes (alors que ce que je télécharge "illégalement" ne me fais pas chier avec ça - un comble, quand on y pense !) avant un film, ou entre chaque épisode d'une série courte (~20min), comme j'ai sur certains... on peut certes se lamenter du manque d'éthique chez les consommargeurs (consommateurs téléchargeurs) fous, m'enfin, quand on leu dit qu'ils sont des voleurs, et qu'internet est un repère de pédophiles qui montrent des lapins touffus aux petites filles, ... on ne les pousse pas à rationaliser, les gens... Action - conséquence. Gros FUD des bois - agacement, puis blasement.


          Reste que l'essentiel de ce que j'ai pu acheter, c'est parce que je l'avais téléchargé ou découvert avant (et j'achète plutôt beaucoup)... Bon couper le P2P en France ne me gêne pas : il reste les tunnels chiffrés et les newsgroups.

          M'enfin, si on se lamente du consumérisme culturel (en tout cas, ça n'inquiète pas la sinistre Albanel, qui a déclaré récemment qu'il n'y avait pas besoin de "pirater", puisqu'il y avait déjà de la culture sur des plate-formes d'achat purement numérique - qu'il ne lui vienne pas à l'idée qu'on puisse être exigeant sur le choix du contenu, ne parlons même pas du contenant, est assez explicite quant à sa position), couper le P2P est une assurance que des gens qui se casseront le cul et les neurones à _apprendre_ ce qu'ils aiment, et ce qu'ils n'aiment pas, plutôt que de se contenter du défaut, il y en aura de moins en moins.



          > il faut aussi considérer le travail des "artistes" et "créateurs", et trouver une solution pour les rémunérer "justement"

          Bof : ça ne serait pas à eux, de la trouver ? J'ai longtemps été partisan de la licence globale (et quand je dis "globale", j'entends _globale_, pas "uniquement la musique", ce qu'il est sémantiquement idiot de qualifier de global), mais je ne le suis pour ainsi dire plus...

          ... pourquoi payer pour quelque chose qui n'a d'autre effet sur la vente des produits dérivés de la culture, d'après les études indépendantes, que des effets bénéfiques... ? Je n'ai jamais vu la chose autrement que comme un tribut de bonne foi de la part du public, mais devant l'infâmie toujours croissante des "hautes sphères" qui se penchent sur le sujet, je ne vois vraiment pas quel tribut j'aurais envie de leur donner.

          Non : si l'on doit les créations aux artistes, les artistes doivent l'inspiration à la société. Qui est le plus redevable ? Quelle importance ? En revanche, que l'artiste puisse bénéficier des fruits de l'exploitation commerciale de son œuvre, pour espérer en tirer quelque subside, là, oui-da.

          Mais c'est à eux de trouver comment faire - et si ça ne marche pas, c'est à eux de se remettre en question : c'est la loi du marché ; je ne vois pas pourquoi il y aurait quelque espèce de différence et ou quelque motif d'assistanat étatif, sur ce sujet en particulier. Si on ne sait pas faire du marketing, et bien on n'arrive pas à vendre - c'est tout ce qui me paraît de plus logique.

          Que le téléchargement d'œuvres cesse purement et simplement d'être illégal, et que l'industrie des ayant-droits et du marché de la vente dérivée de la culture trouve des manières de faire les profits qu'elle veut, ou se casse la gueule - voilà ce que je trouverais censé.
  • # Aidé les artistes

    Posté par . Évalué à 6.

    Si on veut vraiment aider les artistes et non les industriels de la musique (pardon pour les autres industriel), il suffit protéger leur revenues. Par exemple que les 7% soient totalement incompressible et non soumis à paiement pour prestation de pub ou autre demande signer pour passer à 3.5%...

    Voir encore mieux, interdire tout contrat d'exclusivité, les marchand de disque ne serait plus que des marchands de disques... Et il y aurai une vrai concurrence.

    "La première sécurité est la liberté"

  • # poutre et paille

    Posté par . Évalué à 2.

    http://www.pcinpact.com/actu/news/49353-mgmt-un-euro-dedomma(...)

    Pour résumer une société de Luc Besson qui s'occupe de la communication de l'UMP a utilisé sans autorisation une musique du groupe MGMT (dans des meetings et pour des vidéos). La société a alors proposé 1 (un) euro de dédommagement !

    Rien de plus à dire.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.