Adoptez une RabbitMax Flex, une carte fille cherche une maman Raspberry Pi

20
4
nov.
2016
Matériel

Le projet RabbitMax est celui d’un ami développeur‐bidouilleur qui a voulu concevoir un module matériel en partant de zéro uniquement avec des logiciels libres (KiCad en l’occurrence).

Après 6 âpres mois, j’ai eu la chance de tester le résultat, la suite de la dépêche est consacrée aux possibilités de ce module matériel et vous présente mes tests.

Voici une brève description de ses fonctions :

  • un bouton poussoir ;
  • un buzzer ;
  • infrarouge (émission ou réception) ;
  • un relais 0 - 220 V ;
  • une DEL RVB ;
  • des emplacements pour 5 capteurs I2C (température, gaz, etc.) ;
  • un emplacement pour un afficheur LCD.

Ce type de carte, appelé aussi Hat, est à la Raspberry Pi ce que les Shields sont aux cartes Arduino, c’est‐à‐dire une carte fille avec un format de branchement normalisé et une identification (via EEPROM).

La majorité des Raspberry Pi (0, 1, 2 ou 3) sont compatibles avec, mais aussi les ODroids C1 ou Banana/Orange Pi et enfin les autres mono‐cartes (SBC) « compatibles Pi ».

J’ai eu la chance de tester une version bêta du produit avec Yocto, dans le but d’évaluer et d’apporter la prise en charge d’IoTivity et Tizen OS. Les exemples de référence (en C ou Python) fonctionnent sensiblement comme indiqué dans la documentation pour Raspbian.

Mon avis personnel, ce type de module tout intégré est plutôt très pratique pour mettre au point des POC sans se prendre les pieds dans les fils.
Surtout quand on a le besoin de se déplacer ses câblages (breadboards) pour faire des démos ici ou là. Au final, c’est du temps et de l’argent de gagné et du stress en moins. :P

Si vous voulez soutenir un tel projet de matériel libre OSHW, il est déjà possible de passer des précommandes sur la plate‐forme de financement participatif IndieGoGo.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.