Boucle internet radio rurale

Posté par . Modéré par Manuel Menal.
Tags : aucun
0
1
juil.
2002
Internet
En France, les seuls à pouvoir bénéficier d'un accès illimité au Net habitent les villes, même si ces villes sont parfois de petites sous-préfectures. En effet, tout le monde sait que la fibre optique et les technologies de l'ADSL butent sur des protocoles qui nécessitent des compresseurs où la proximité du client est l'obstacle majeur (5 km pour l'ADSL). Ce qui est vrai pour le téléphone mobile (pourquoi installer un relais si c'est pour desservir 3 pékins?) est vrai pour Internet : si vous avez décidé de faire comme papy qui s'était installé en Ardèche et aller habiter dans votre manoir du XVIe siècle (en ruine), pour y faire de la télémaintenance réseau pour le compte de la Caisse des Dépôts du Bas-Berry, il faudra revoir à la baisse vos rêves et rester en ville. Fini le VTT dans les chemins creux, la vache qui vêle, les gelées de cassis ET Internet! "Il faut savoir ce qu'on veut", comme dit Raymond (Barre). On a bien vu des tentatives de diffusion Internet avec les câbles électriques magiques de chez Nortel; il y a bien les gars de Seattle qui jouent de l'antenne parabolique. En Suisse, il y aurait bien aussi quelques velléités. Mais crénom d'bon sang d'bon souére ! Quand ce lancinant problème (parmi d'autres) de l'accès à Internet haut-débit dans les zones rurales (problème symptômatique de l'aménagement du territoire en France) trouvera t-il un semblant de solution ? À côté des villes, la campagne se désertifie peu à peu et les services laissent à désirer (coupures d'électricités, lignes téléphoniques indisponibles, etc.).

Pourtant, un dossier concernant l'accès haut-débit par boucle radio est à l'étude à l'ART, l'institution qui régente les licences d'exploitation des télécommunications et dit le droit. Il y a aussi l'épineuse question du partage des fréquences avec l'armée. L'Armée a son mot à dire, ne serait-ce que pour ne pas craindre les interférences quand "bleu de bleu" cherche à fausser compagnie à "Fox tango" pendant les manoeuvres.

Une association dénommée DigitalRural cherche à pousser à la roue et à faire aboutir le dossier. DigitalRural a l'air optimiste : l'ART prendrait une décision de licence expérimentale en septembre/octobre et le dossier trouverait une issue à l'automne. Si vous songez à vous installer dans un hameau, peut-être pourrez-vous rester aussi accro là-bas qu'ici à l'Internet sans attendre 2040 pour faire le grand saut ?
  • # je me léve et je confirme

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    La campagne, c'est trés beau, c'est reposant, mais les services manquent. La boucle radio, c'était un peu l'arlésienne. Mais comme d'habitudes, j'ai peur que le prix (entre 1 et 2.5 millions de francs par antenne pour l'opérateur pour une couverture de 3 à 6 km, c'est à dire environ 1 par village dans les zones rurales) ne fasse pas avancer les choses dans les petits villages. Pourquoi une entreprise irait-elle se faire chier à installer quelque chose pour seulement deux à trois péquins (à peu prés le nombre de micro connecté à internet dans mon village).
    A la campagne, tout manque (transport en commun (mais on a aussi droit à la hausse de l'essence), école (3 villages pour une école...)) tout cela à cause de l'argent. Alors la ligne internet haut-débit, même par boucle radio, je n'y croit plus des masses, j'ai l'intime sensation que mon 56k aura encore du travail dans l'avenir.
    • [^] # Re: je me léve et je confirme

      Posté par . Évalué à 10.

      Malheureusement je pense comme toi que rien ne changera vraiment. C'une des raisons qui me poussent à vivre dans une (grosse ?) ville.
      M'enfin qui sait ?
      • [^] # Re: je me léve et je confirme

        Posté par . Évalué à 7.

        c'est vrai que pour ca on est qd meme bien lotti en Belgique.
        J'habite dans un patelin (mais alors le vrai trou genre, 75% de champs, moyenne d'age 60 ans, enfin vous voyez le genre quoi :) et ca fait 1 an que j'ai l'ADSL.
        Enfin au debut je pouvais pas l'avoir (etait trop loin du central) mais ils ont augmenté les distances limites ya 1 an et depuis plus de probleme :)
        Merci Belgacom :D
    • [^] # Re: je me léve et je confirme

      Posté par . Évalué à 4.

      D'où tu sors tes prix ?
      • [^] # Re: je me léve et je confirme

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Ce sont les prix de la boucle locale radio (voir le site). Ce que propose cette association, c'est le blor (boucle locale optique et radio). Les prix de ce dernier seront peut-être inférieur au prix que j'ai cité, mais vu le nombre d'antennes, le kilométrage de cables à passer...
    • [^] # Re: Prix excessifs

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      J'ai rencontré des amateurs de WiFi ces jours-ci.
      Avec des antennes très directives, ils peuvent atteindre des distances de plusieurs kilomètres sans matériel coûteux et en utilisant des puissances d'émission très raisonnables.
      Ah, oui, j'oubliais, les plus performants repectaient la règlementation... ce n'était ni à Bordeaux, ni à Clermont-Ferrand, c'était à Bruxelles.
  • # Desert

    Posté par . Évalué à 10.

    La France est le seul pays d'Europe à faire de ses campagnes un véritable désert économique :

    Les obstacles administratifs à la moindre velléité de développement démontre qu'il s'agit d'une volonté politique opiniâtre.
    Cet état de fait a-t-il au moins quelque retombées positives ? Même pas, l'agriculture intensive financée par la PAC n'empèche pas la pollution massive des campagnes.
    La décentralisation n'a profité qu'aux notables conservateurs, façon province Balzacienne, et il est à craindre que les projets du gouvernement multiplient encore ces rentes de situation.

    Décidement, le haut débit à Clochemerle, c'est pas demain la veille (technologique?)
    • [^] # Re: Desert

      Posté par . Évalué à 10.

      Je ne sais pas s'il y a encore une volonte politique aussi negative. Ce que je crois, c'est que l'immense majorite des problemes qu'on rencontre aujourd'hui (desertification des campagnes, pollution, transports, banlieues, emploi) decoule directement de la politique d'amenagement du territoire menee a dans les annees 70. Exemple: on a construit les cites loin des lieux de travail, d'ou pb de transport et boom des hypermerches. On a lache les campagnes, avec les consequences qu'on connait.

      A cette epoque, il y a *clairement* eu des responsables de la merde dans laquelle on est aujourd'hui. Maintenant, c'est plus du laisser-aller. Par exemple, pour tous les problemes de transport, plutot que d'imaginer d'autres solutions, on mesure la densite de flux (par exemple automobile) et on extrapole sur 5 ans en ajoutant un point a la courbe, comme au college...

      Mais pour autant, le teletravail --qui passe en grande partie par l'acces a internet, represente un formidable espoir, et j'y crois vraiment, la news resume bien la problematique ; je suis peut-etre optimiste mais j'y crois dur comme fer !!
      • [^] # Re: Desert

        Posté par . Évalué à 5.

        Depuis les années 70, il y a eu diverses lois de décentralisation. Cela fait vingt ans, cette année.
        Tutelle de l'état, régions "trop petites", manque de démocratie, faiblesses structurelles des économies locales, aucun plan de développement.
        Seules deux ou trois régions tirent leur épingle du jeu (Bretagne, PACA et Rhone Alpes). Le reste ? rien ou si peu !
        A commencer par la région chere à Raffarin qui refusa de créer une université du logiciel libre !
    • [^] # Re: Desert

      Posté par . Évalué à 10.

      Je pense que les gens concernés par le Logiciel Libre peuvent proposer des solutions "coopératives". Il ne faut pas non plus désespérer de la situation (grave) du monde rural, à la condition de faire plus que d'y jeter un oeil le temps d'une élection. Pour l'instant on est dans le creux de la vague, mais avec les changements dans les modes de transport et dans la façon de travailler, on va avoir un retour des urbains vers la ruralité. Ces gens -là sont consommateurs d'équipements et disposent d'un certain niveau de vie. Par ailleurs, la cambrousse qui s'est vidée de ses paysans n'a pas encore fait le tour des solutions alternatives. Sans parler d'usines hi-tech, il y a pas mal de choses à faire, ne serait-ce que dans l'exploitation des énergies renouvelables (fabrication de charbon à base de déchets végétaux, artisanat de luxe, etc.). Donc, si les urbains donnaient un coup de main à la campagne, on aurait moins de raisons de s'affliger.
      • [^] # Re: Desert

        Posté par . Évalué à 6.

        Rimbaud les mains dans les poches trouées de son paletot, avec pour viatique idéal et espoir mais pas un sou reste une image très actuelle, hélas.

        Les différentes lois de décentralisation ont multiplié les places d'élus sans que la démocratie y trouve son compte.
        Affaires entre amis et clientélisme restent la règle d'or.
        Les initiatives se heurtent aux complications d'une administration pléthorique, à l'extrème frilosité des financeurs éventuels. Quand à l'infrastructure, elle est squelettique.

        Bon courage aux néo-ruraux !
  • # "Les gars de Seattle"

    Posté par . Évalué à 10.

    Hum hum :) Y'a pas que eux, hein.. (
    http://www.personaltelco.net/index.cgi/WirelessCommunities(...) )

    Y'en a un peu partout aux US, et ca commence a arriver ici en europe, dans les pays civilisés (c-a-d pas la france ni l'espagne :)
  • # complément d'information

    Posté par . Évalué à 10.

    J'avais bien vu une info similaire dans le courant du mois de juin (le 12/06/02, pour être exact) sur Da LinuxFR. Elle comportait plus de liens et plus de précisions sur la question du Wireless en France.

    On peut aller voir ici:
    http://www.wireless.fr(...)

    et surtout ici:
    http://linuxfr.org/2002/06/12/8610,0,0,0,1.php3(...)

    P.S. Je pense que tout le monde est conscient que les politiques d'après guerre (enseignées à l'ENA et à Sciences-Po) se sont fondées sur l'idée générale du développement économique et de la productivité, ce qui a évité de formuler une pensée politique digne de ce nom. La politique de l'Aménagement du Territoire, ce n'est pas seulement une question d'accès à Internet, ça touche aussi l'éducation (quand vous devez prendre un car à 6:30 le matin pour aller au collège et que vous rentrez à 19:30 le soir, vous avez peu de chances de continuer vos études) et d'autres domaines. Le manque de formation et d'éducation, sans parler des mentalités qui pèsent font des zones rurales des zones de chômage et aussi d'angoisses et de terreur (vor le vote Le Pen). Tout ceci ne veut pas dire qu'il n'y a rien à y faire. C'est comme pour le reste : il faut mouiller sa chemise, au lieu de rester devant sa TV en maudissant la planète entière.
  • # Dépt: Internet au cul des vaches

    Posté par . Évalué à 1.

    Pfff ... blaireau de citadin va.
    • [^] # Re: Dépt: Internet au cul des vaches

      Posté par . Évalué à 3.

      On se calme :)
      Je rappelle que le pouvoir politique, comme son nom l'indique, est concentré en ville, pas dans les campagnes (sauf pour le Sénat, en tout cas en France, où les sénateurs sont élus majoritairement par les maires des communes rurales). Pour ce qui est du ton de la nouvelle, je ne trouve pas qu'être "au cul des vaches" soit péjoratif, même pour les vaches. À moins, bien sûr, de prôner le politiquement correct et affirmer sa condescendance (ne plus parler de "paysans", mais de "techniciens en méthodes culturales", ce qui en jette sans doute pour le type qui cure l'étable, et ça fait "moderne" et donc branché, mais qui sent fort l'odeur que dégage la vaine sophistique). Enfin, j'ai habité longtemps la cambrousse et j'y ai même été "élu de base". Ce qui d'ailleurs ne me donne pas le droit de traiter les "paysans" de "ploucs". Cependant, la dure réalité m'oblige à avouer que les mentalités en milieu rural sont généralement introverties et égocentrées. La littérature est pleine de descriptions de ces types à l'air matois, taciturnes et qui ont comme mot d'ordre "il est urgent d'attendre". Pour ce qui est des citadins, ce n'est guère plus brillant, mais il ont le pouvoir de décision.

      Bon, je me colle -1, car ma remarque est inutile.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.