Gimp 2.2 Débuter en retouche photo et graphisme libre - Critique du livre

Posté par (page perso) . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Tags :
1
16
août
2006
Graphisme/photo
Les appareils photos numériques sont aujourd'hui quasiment devenus la norme. Certains constructeurs ont même abandonné toute production d'appareil argentique. Et en cette période de vacances, beaucoup d'entre vous vont rapporter un tas de photos qu'ils vont transférer sur leur ordinateur tournant sur leur Linux préféré. Le transfert ne pose pas de problème et est en général bien supporté sous Linux, que ce soit via gPhoto2 ou l'UMS. Ensuite, l'archivage est un autre problème... de choix ! Au delà du simple classement en répertoires, un tas de solutions sont disponibles (GThumb, F-spot, Picasa, Digikam, etc.).

Enfin, en ce qui concerne la retouche photo, là encore, un problème de nature différente se pose : le choix est vite fait : The Gimp ! Mais une fois devant l'interface, comment retoucher simplement ses photos avec un logiciel si puissant et a priori complexe ? C'est ce dernier point que traite l'ouvrage de Dimitri Robert (précédent rédacteur en chef de Linux Pratique), sorti il y a quelques mois : Gimp 2.2, Débuter en retouche photo et graphisme libre. Un petit livre bien fait, qui malgré quelques petits manques, permet au néophyte d'appréhender simplement ce logiciel pour retoucher et s'amuser un peu avec ses photos numériques, comme nous allons le voir. Couverture-du-livre
Titre : Gimp 2.2 - Débuter en retouche photo et graphisme libre
Collection : Poches Accès libre
Auteur : Dimitri Robert
Éditeur : Eyrolles
ISBN : 2-212-11670-5
Pages : 276
Prix : 12 euros (Prix indicatif)
Rédacteur : Florent Zara

Ce livre fait partie de la collection Poche Accès Libre aux éditions Eyrolles. Il est destiné aux débutants et fortement axé sur la retouche de photo. Ce n'est clairement pas un guide de référence sur le logiciel Gimp comme peut l'être Gimp 2 Efficace de Cédric Gémy, plus gros et plus complet sur le sujet (ni même un précis/concis sur le sujet). La préface du livre est d'ailleurs écrite par ce dernier, ce qui montre bien que ces livres ne sont nullement en concurrence et ne visent pas les mêmes personnes à première vue. On trouvera cependant quelques annexes de référence bien utiles sur les raccourcis claviers, un ensemble de signets sur Gimp et la retouche photo, les formules appliquées lors des fusions des calques ainsi que la liste des fichiers et répertoires utilisés par Gimp.

Après une incontournable présentation rapide du logiciel & des principes du libre, l'auteur donne les premiers éléments pour prendre en main l'outil, chapitre par chapitre : l'obligatoire phase d'installation et de découverte de l'interface, suivi par les fonctions de base (ouvrir, sauvegarder, redimensionner, zoomer, se déplacer,etc.), les calques (des manipulations simples à de plus avancées), les sélections, la gestion des couleurs et les outils de peinture. Toutes les explications sont illustrées via une mise en pratique immédiate et chaque chapitre comprend un à deux tutoriels simples mettant en oeuvre les techniques présentées juste avant. Le dernier chapitre quant à lui comprend une dizaine de tutoriels combinant souvent les techniques vues précédemment. Ces "cas pratiques" sont souvent relativement proches de ce que l'on pourrait vouloir faire régulièrement sur ses photos (raviver une photo sombre, corriger une sous-exposition) parfois un peu moins (les pixels sympathiques), mais tous ont le mérite de mettre en oeuvre des mécanismes auxquels on aurait pas forcément pensé au premier abord. Voici la liste complète des tutoriels :
  • Faire un rendu dessiné (comme pour une bande dessinée par exemple)
  • Tracer une bordure déchirée (comme pour certaines photos anciennes)
  • Modifier le ciel d'un paysage
  • Des pixels sympathiques (cacher un message sans utiliser la stéganographie)
  • Raviver une photo sombre en une minute
  • Créer un motif à tapisser
  • Réaliser un montage photo
  • Corriger une photo partiellement sous-exposée

Il n'y a pas de CD inclus contenant Gimp 2.2 ou les photos servant de support aux tutoriels, mais ces dernières sont librement téléchargeable sur le site de l'auteur, et Gimp étant un logiciel libre, vous n'aurez aucun mal à vous le procurer.

Les avantages de ce livre sont clairement la clarté et la concision : c'est didactique et simple tout en permettant d'aller plus loin pour les imaginatifs. Le tout dans un format poche à un prix accessible (l'équivalent de deux magazines mensuels en informatique). Du côté des défauts, les photos illustratives sont en noir et blanc. Dommage pour un livre sur le graphisme. Relativisons ce dernier point : ce n'est pas vraiment gênant, si ce n'est sur le chapitre concernant les couleurs, la décomposition RVB n'est pas très parlante ! J'ai noté quelques rapprochements avec Photoshop (l'équivalent propriétaire sous Windows) que j'aurais bien vu en aparté plutôt que dans le flot du texte, histoire d'éviter les confusions.

Enfin, en tant que débutant sur la retouche photo numérique, il y a quelques point qui auraient mérité un tutoriel à mon avis, notamment
  • la prise en compte des problématiques de photos scannées et non importées via un appareil photo, comme la suppression des poussières, typique sur ce genre d'utilisation
  • l'assemblage de panoramiques. S'il existe des logiciels dédiés, Gimp possède au moins une extension, Pandora, permettant de le faire. C'est d'ailleurs aujourd'hui une fonction par défaut sur la grande majorité des appareils photos et logiciels livrés avec.
  • pas de prise en compte des possibilités du format RAW, ni d'explications sur celui-ci dans la partie consacrée au format.

Sur la base de ce livre, je verrais bien un nouveau livre élargissant le sujet sur l'ensemble du traitement des photos numériques à l'aide du libre, depuis la récupération des photos (appareil photo, scanner ou autre) à l'archivage en passant par la retouche et l'utilisation des données EXIF, un peu à la manière de Home cinéma et musique sur un PC Linux ou encore plus récemment Monter son serveur de mails sous Linux qui font d'ailleurs partie de la même collection ! Ils font interagir tout un tas de logiciels dans une vue plus large (mais la problématique abordée est elle aussi plus large !)

En conclusion
les personnes qui maîtrisent Gimp et le graphisme passeront certainement leur chemin. Quant aux simples utilisateurs, débutant ou déjà un peu à l'aise avec Gimp trouveront dans ce livre un moyen d'aller plus loin avec la retouche photo numérique, de la simple amélioration de l'image à la mise en place de texture personnalisées ou découvriront des utilisations originales (l'effet "bande dessinée"). Les bases acquises permettront d'aller plus loin (sauf pour ceux qui comme moi manquent cruellement d'imagination). Malgré les petits ajouts possibles vus précédemment, le livre se suffit parfaitement à lui même et vous fera faire un bond en avant en graphisme.

Table des matières
  • Préface - (2 pages) - Fichier PDF
  • Table des matières - (7 pages) - Fichier PDF
  • Avant-propos - (6 pages) - Fichier PDF
  • Chapitre 1 : Présentation et installation (18 pages)
  • Chapitre 2 : Découverte de l'interface - (16 pages)
  • Chapitre 3 : Vos premiers pas avec Gimp - (22 pages)
  • Chapitre 4 : Les calques - (14 pages)
  • Chapitre 5 : Les sélections - (20 pages)
  • Chapitre 6 : Les couleurs - (28 pages)
  • Chapitre 7 : Les outils de peinture - (30 pages)
  • Chapitre 8 : Plus loin avec les calques - (30 pages)
  • Chapitre 9 : Dix cas pratiques - (56 pages)
  • Annexe A : Les raccourcis clavier - (12 pages) - Fichier PDF
  • Annexe B : Des sites à consulter - (8 pages) - Fichier PDF
  • Annexe C : Les modes de fusion des calques - (6 pages)
  • Annexe D : Formats de fichiers reconnus par Gimp - (6 pages)
  • Annexe E : Répertoires et fichiers de Gimp - (4 pages)
  • Index - (6 pages)


Références
  • # Graphisme libre

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    Je fais une petite dérivation sur la thématique du graphisme libre;

    J'utilise Blender depuis quelques temps et quand j'en parle avec d'autres graphistes ou bien des personnes ayant déjà utilisés d'autres outils 3D (comme Maya, 3DSMax, SoftImage, etc...), ils trouvent Blender plutôt faible par rapport à ses confrères.

    Hormis "Orange", Blender a-t-il été utilisé dans d'autres productions professionnelles ou semi-professionnelles ? (Films, Jeux-video, etc...)

    Quelqu'un saurait à quel niveau se situe Blender3D par rapport à ses confrères ?
    • [^] # Re: Graphisme libre

      Posté par . Évalué à  7 .

      Blender a été utilisé dans SpiderMan 2 (cf wikipédia) et je crois aussi dans un Harry Potter (je ne sais pas lequel).
    • [^] # Re: Graphisme libre

      Posté par . Évalué à  1 .

      ils trouvent Blender plutôt faible par rapport à ses confrères


      Non c'est parce que ILM et consort ne l'utilise pas, alors c'est que c'est pas bien non?

      Cela dit j'adore ce genre de question posé de travers, il serait plus juste de se poser la question suivante:
      "Où se situe mes capacités par rapport à un 3Déïste confirmé?"

      Blender est mature, mais à ne pas utiliser si c'est pour avoir un 3DSMAX copie-conforme.

      bye

      ps: Il a été utilisé sur Spiderman uniquement comme moyen de prévisualisation de "l'animatic", quant à HarryPotter, jamais vu d'infos passées à ce sujet.
      • [^] # Re: Graphisme libre

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        Quitte à toi d'aimer les questions que tu penses déformée....

        > Non c'est parce que ILM et consort ne l'utilise pas, alors c'est que c'est pas bien non?

        C'est généralement une référence; Tout du moins un plus dans sa légitimité.
        Il est facile pour une communauté de dire que son logiciel phare est "bien", mais l'est-t-il réellement ?
        Ce sont généralement les acteurs majeurs qui peuvent le dire et le juger.

        Gimp utilisé (et forké pour en donner Cinepaint) dans le milieu du cinéma, lui donne une légimité de plus

        Il est bien beau de dire qu'il est mature ...mais mature pour quoi ?
        Mature pour faire de simple modeling 3D ...?
        Mature pour faire des petites animations 3D ... ?
        ou bien Mature pour faire un film d'animation-à-la-Pixar ?

        Quant à Spiderman, il existe ce "testimonial" sur Blender3d.org : http://www.blender3d.org/cms/Testimonials.261.0.html

        On reste légèrement sur sa faim... une simple utilisation pour un storyboard :-\

        On verra dans le futur ...
  • # A quand gimp en 16 bits ?

    Posté par . Évalué à  6 .

    Parce que pour retoucher les photos, c'est beaucoup plus agréable de pouvoir utiliser les 12/14/16 bits qu'offre le format raw de son appareil (meme si ce format ilpuilestpaslibre).
    Perso j'ai essayer cinepaint, il est assez plantogene chez moi, et j'ai regarder pour modifier the gimp en 16 bits j'ai tres vite arréter (pas de compétences suffisantes toussa).

    De mon point de vue c'est vraiment ce qui manque a the gimp pour pouvoir etre bien utilisé dans la photo numérique.
    • [^] # Re: A quand gimp en 16 bits ?

      Posté par . Évalué à  -3 .

      De mon point de vue c'est vraiment ce qui manque a the gimp pour pouvoir etre bien utilisé dans la photo numérique.


      Et après ce sera l'interface, n'est-ce pas?
      Y aura toujours un PRAU pour dire qu'il manque quelque chose.

      Je ne comprend pas pourquoi vous vous acharnez à utiliser un tel logiciel alors que ça vous fait du mal :).

      Quant aux APN, il y en a de moins en moins qui offrent un format brut, la plupart c'est du JPEG, même pour un sony 8M pixel tout beau, tout chaud.
      • [^] # Re: A quand gimp en 16 bits ?

        Posté par . Évalué à  4 .

        ben écoute, quand tu surex ou tu souex tes photos tu es TRES content de pouvoir te rattraper.
        Sans compter les fois ou tu es juste niveau ouverture (tout le monde est pas équipé en 300mm 2.8) et tu sousex d'1/3 ou 2/3 de diaph volontairement en te disant que tu pourras rattraper après.

        Mais bon si tu n'en vois pas l'utilité c'est bien pour toi, mais moi je vois l'utilité du 12 bits, d'ailleurs je shoote qu'en raw, et j'utilise ufraw pour faire mes réglages après , mais si gimp pouvais travailler directement en 12 bits ca serait mieux amha. (exemple con : compositage de photos astronomique, si tu les as en raw, faut mieux travailler entièrement sur 12 bits que t'amuser à les convertir en 8 bits à chaque fois car tu perds de l'info , et le but du compositage c'est en gagner, pas en perdre)
        Ps : voila ce qu'on peut faire avec du compositage :
        http://www.naturepixel.com/lune_12j_mto_1000mm_canon_d60.htm
        /me reve de pouvoir faire une photo comme ca

        Quand aux formats brut , tous les reflex l'offrent.
        Faut arreter de croire que la qualité d'un appareil se compte uniquement en nombre de pixel...
        • [^] # Re: A quand gimp en 16 bits ?

          Posté par . Évalué à  4 .

          Entièrement d'accord avec toi (même si pas besoin actuellement du format brut et du 16 bits) : ce sont 2 besoins qui sont très très fréquemment remontés comme les 2 handicaps majeurs de Gimp.

          Suite à mon commentaire du dessus, as-tu, par hasard, tenté de travailler avec Krita ? (mais tu es peut-être un Gnomiste)
          • [^] # Re: A quand gimp en 16 bits ?

            Posté par . Évalué à  2 .

            je viens d'essayer , la bonne nouvelle c'est qu'il a pu lire de suite le cr2 (pas de plugin à installer sous debian) et qu'il m'a proposé de modifier les != paramètres d'acquisition, la mauvaise c'est que j'ai jamais pu toucher la photo après, meme en ayant cliquer sur "ok" il ne m'a rien affiché dans la fenetre principale :(
            et l'autre mauvaise, c'est qu'il demande 105 Mo de dépendance :(
            rah faudrais faire qq versions statiques sous debian plutot qu'utiliser toutes les librairies de kde ou gnome :(
        • [^] # Re: Compositage

          Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

          Pour ce qui est du compositage, je suis tombé ce matin sur ce projet:
          http://hugin.sourceforge.net/

          Je ne connaissais pas, je n'ai encore pas essayé, mais les tutoriels m'ont deja fortement impressionés!

          Ce soft GPL gere le compositage, la correction de perspective, les corrections d'abherations venants des objectifs, etc

          Mathias
          • [^] # Re: Compositage

            Posté par . Évalué à  2 .

            t'es sur qu'il gère le compositage ?
            Jel e connaissais pour les panorama mais pas du tout pour le compositages, et j'ai rien vu à ce sujet sur le site officiel (pe que j'ai mal cherché ?)
            • [^] # Re: Compositage

              Posté par . Évalué à  3 .

              Ben, c'est quoi que tu appelles le compositage ?

              Perso, j'ai fait des panoramas de bâtiments (4x4 photos : 4 en hauteur, 4 en largeur), et il m'a tout assemblé, joint, redressé, etc. en 1 seule image, et c'est impressionnant car j'ai du mal à trouver des défauts d'assemblage.

              Évidemment, la qualité de rendu dépend largement des options présélectionnée (perso, je choisi de générer une image TIF haute qualité, et en général c'est niquel sans s'embêter, mais il faut prévoir du temps et de l'espace disque !)
  • # Version simplifiée de Gimp ?

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    Il n'y avait pas un projet qui visait à simplifier Gimp ?
    En fait, il me semble qu'un projet envisagait de proposer une interface alternative à celle de Gimp tout en utilisant le même "moteur".
    Vous avez des infos sur le sujet (je suis incapable de remettre la main sur le projet en question) ?
  • # Gimp vs Photoshop

    Posté par . Évalué à  2 .

    Juste comme ca pour savoir :
    Je sais que dans les ecoles de communication ils enseignent l'utilisation de toute la suite Adobe mais pas du tout leurs equivalents libres ; en est-il de même pour les écoles de graphisme? Car si on n'explique pas deja à l'école comment utiliser les outils du monde du libre, Adobe n'a pas trop de soucis à ce faire, la faineantise de devoir tout reappendre étant plus forte que l'envie de chercher à faire autrement.
    • [^] # Re: Gimp vs Photoshop

      Posté par . Évalué à  3 .

      D'un autre côté, tu as toujours l'équilibre délicat à trouver entre former de façon "académique", et former pour être directement "opérationnel" sur le terrain.

      Si le soft le plus utilisé en entreprise est photoshop par exemple, et que gimp n'est même pas le numéro 2 (j'en sais rien du tout, c'est juste une hypothèse), il va être difficile de convaincre les profs (surtout s'ils sont issus du monde de l'entreprise) de faire apprendre la retouche d'image sur autre chose que le logiciel que risquent de rencontrer à 90% les élèves lorsqu'ils bosseront.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.