In memoriam : Ian Murdock (1973-2015)

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
91
31
déc.
2015
Communauté

C'est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Ian Murdock, âgé de seulement 42 ans.

Pilier du logiciel libre, Ian avait lancé la distribution Debian GNU/Linux en 1993, puis Progeny en 2001. Par la suite il travailla pour Sun jusqu'à la fusion avec Oracle et s'activait depuis quelques temps pour Docker.

Après avoir tenu des propos désespérés et peu compréhensibles sur Twitter, il a annoncé son intention de mettre fin à ses jours. Il est décédé le 28 décembre de cette terrible année 2015.

Son site web ianmurdock.com est toujours en ligne. Un de ses derniers articles a pour titre How I came to find Linux.

  • # LSB, Linux Fondation...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Il a aussi été très impliqué dans la coordination autour de GNU/Linux au sens large…

    https://en.wikipedia.org/wiki/Ian_Murdock

    Il a aussi su laisser la place à d'autres et ne pas s'accrocher à son poste. C'est peut être ainsi que Debian est devenu ce qu'elle est devenue. A mon avis, c'est peut être Bruce Perens qui pourrait en parler le mieux tellement leurs chemins se sont croisés pendant des années.

  • # rest in peace

    Posté par . Évalué à -10.

    • [^] # Re: rest in peace

      Posté par . Évalué à 1.

      In the time leading up to Ian's death, he posted on his now-deleted twitter
      account about an altercation with police. He described being the victim of
      police brutality, and expressed the desire that his story be widely known -
      in the hopes that, where stories of police brutality (up to and including
      murder) of racial minorities in the United States have failed to lead to the
      systemic reforms that are needed, perhaps a story of a white, affluent,
      educated, middle-aged man being a victim of the same systems might tip the
      scale.

      https://lists.debian.org/debian-devel/2015/12/msg00456.html

      • [^] # Re: rest in peace

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Cf http://perens.com/blog/2015/12/31/ian-murdock-dead/

        « To those of you who blame the police he encountered twice before his suicide: not this time. Ian died a victim of mental illness.

        It’s horrible that such a genius, someone who did so much good, should have such a meaningless, unfair, undignified death. »

        • [^] # Re: rest in peace

          Posté par . Évalué à 8.

          Pour ceux qui comme moi tombent sur une erreur 404 en cliquant sur le lien : il faut désactiver HTTPS Everywhere, car https://perens.com ne sert pas le même site que http://perens.com.

          • [^] # Re: rest in peace

            Posté par . Évalué à 1.

            Pour information, le 02/01/2016 à 23h30, j'accède bien au même site que ce soit en http ou en https.
            Triste nouvelle.

        • [^] # Re: rest in peace

          Posté par . Évalué à 6.

          Cf http://perens.com/blog/2015/12/31/ian-murdock-dead/
          « To those of you who blame the police he encountered twice before his suicide: not this time. Ian died a victim of mental illness.

          L'auteur de ce blog était brouillé avec Ian Murdock et l'avait licencié. Même s'il lui cire les pompes (funèbres), il n'a aucune crédibilité lorsqu'il conclut qu'il est mort d'une maladie mentale. Personne d'autre ne semble avoir écrit à propos de cette maladie avant et Bruce Perens ne précise d'ailleurs pas laquelle. Dans un autre de ses articles, il affirme que beaucoup de programmeurs sont des autistes, surtout dans l'open-source. Ça passe mieux en disant qu'il s'était offusqué de cette affirmation mais que c'est les programmeurs eux-mêmes qui lui ont confirmé qu'ils étaient autistes.

          Ses derniers tweets ne sont ni bizarres, ni incohérents. J'y lis de la colère, de l'impuissance et de l'incompréhension, des propos caractéristiques d'un trouble de stress post-traumatique, une maladie mentale ou plutôt une blessure psychologique causé par un évènement traumatisant. Cet excellent article de Daniel Pocock donne une bien meilleure analyse du discours de la police et de ce qui a pu se passer. Extraits choisis traduits :

          Le rapport [de la police] parle de quelqu'un (sans suggérer qu'il s'agissait de Ian) "qui essayait d'entrer par effraction dans une résidence". Traduisons ce jargon de relations publiques en anglais : on est à la saison des fêtes stupides, ou les gens boivent quelques bières et font des choses stupides comme perdre leur clefs. "une residence", ou juste leur propre maison peut-être ? Peut-être quelque hôte AirBNB arrivé tard, irritant des voisins ronchons ? Est-ce que les choix des mots rend le mobile tellement criminel ? Personne ne sait l'histoire complète et personne ne sait si c'était Ian, donc des bribes d'informations comme celle-ci sont inapropriées, particulièrement lorsque quelqu'un est décédé.

          Est-ce qu'ils ont vraiment essayé de laisser l'impression aux gens qu'un des plus grands visionnaires du monde Linux était aussi un cambrioleur ? […]

          Le rapport dit que les officiers n'ont en fait pas trouvé Ian d'entrer par effraction, ils l'ont recontré au coin d'une rue adjacente. S'il avait eu des armes ou de la drogue ou qu'il avait été connu des services de police, cela aurait sans aucun doute souligné. Est-il juste de se précipiter et de priver quelqu'un de sa liberté sans lui donner d'abord l'opportunité de donner son identité et de possiblement confirmer qu'il a une raison d'être là ?

          Le rapport continue, "il était bagareur", "il est devenu violent", "se frappant la tête" de lui-même. Voyez-vous souvent des gens riches et intelligents comme Ian Murdock s'automutiler spontanément de la sorte ? […]

          Comme l'écrivent Ian Murdock et Daniel Pocock, ça peut arriver à n'importe qui, même en étant un homme blanc et éduqué. Il y a 5 ans, dans un pays européen très bien classé pour son respect des droits de l'Homme, je me suis fait arrêté car je ma nationalité dérangeait la banque où je voulais déposer du liquide sur mon compte avec la carte d'identité spécifié sur le contrat. Comme je ne comprenais pas, j'ai appelé le service client qui m'a donné le numéro de téléphone d'un directeur régional. Les agents de sécurité m'ont alors saisi (j'étais assis), sorti de la banque (la banque décline donc toute responsabilité), plaqué au sol, menotté et enfermé dans une petite pièce pendant plus d'une heure. Mon journal d'appel a été effacé et mon téléphone bloqué. J'ai ensuite été conduit à la police où j'ai eu une amende. L'officier de police a refusé d'écrire ma version des faits et je n'ai pas eu le droit de signer le procès-verbal bien que j'en ai fait la demande.

          L'équivalent de la Halde a conclu a une discrimination directe avec une atteinte grave à la dignité humaine. En revanche, la police, le procureur et le tribunal de première instance ont essayé d'empêcher l'affaire d'être jugée (déjà deux jugements de la cour d'appel).

          J'ai eu la chance de ne pas m'auto-mutiler en me frappant la tête contre un radiateur mais j'ai quand même eu besoin d'un suivi psychologique, d'anxiolytiques et d'anti-dépresseurs pendant plusieurs années et j'ai encore peur quand je vais acheter mon pain.

          Comme il vaut mieux prévenir que guérir :

          1. Toujours avoir les coordonnées d'un de plusieurs avocats sur soi (Dans mon cas, le consulat m'a dit ne pas connaître d'avocats, Français on est pas aidés)
          2. Rester très très calme (ça, j'ai réussi)
          3. Savoir comment gérer une garde à vue
          4. Si vous avez des troubles de stress post-traumatique (il y a pleins de tests sur internet et ça s'applique à n'importe quel évènement traumatisant), allez voir un psychiatre/psychologue EMDR. C'est super efficace mais il faut le faire le plus rapidement possible après l'évènement. En pratique, un proche devrait prendre le rdv et vous y conduire (une personne traumatisée ne sait pas ce qu'elle doit faire et la peur de repenser à l'évènement peut empêcher d'y aller) et venir vous chercher (impossible de conduire pendant une heure après la séance).

          Cette signature est publiée sous licence WTFPL

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.