Nouvelle version de m23 apporte le support pour Apache CloudStack™

10
2
fév.
2014
Supervision

m23 est un outil de déploiement et d'administration, de systèmes et de logiciels. m23 prends en charge Debian et quelques dérivés, ainsi que Fedora et quelques dérivés. Il s'occupe de postes physiques comme de postes virtuels. La dernière version m23 rock 14.1 se concentre sur deux principales nouveautés : le support d'Apache CloudStack™ et les options étendues pour cloner des machines. Il y a encore diverses autres petites et grandes améliorations et corrections de bogues.

À partir de cette version, m23 supporte Apache CloudStack™ en tant que plate-forme pour le serveur m23 et les clients m23. Maintenant, un serveur m23 peut ajouter de nouvelles instances (machines virtuelles dans Apache CloudStack™) pour héberger les clients m23, et être soi-même installé sur une instance Apache CloudStack™. Les clients virtuels peuvent être créés via l'interface de m23 et ensuite ils peuvent être installés et administrés avec m23, comme ce fut déjà possible avec la solution intégrée pour VirtualBox.

Les certificats d'Apache CloudStack™ peuvent être entrés directement dans l'interface web de m23. Une version étendue du Client PHP CloudStack™ est à la base de cette nouvelle fonctionnalité.

Comme l'accès aux systèmes de cloud computing™ est généralement un accès à distance ;-), m23 offre maintenant la possibilité d'installer automatiquement le serveur X2Go sur les clients avec Debian, (X/K)Ubuntu et Linux Mint. Lors de l'utilisation d'un client X2Go sur le système d'exploitation local, le client virtuel est accessible graphiquement. L'image du bureau du client m23 est transférée au client X2Go. Les clics de souris et les frappes du clavier sont transmis dans l'autre sens. Contrairement au protocole de réseau X11, X2Go offre une compression élaborée pour être capable de transmettre l'information d'image assez rapidement, même avec des connexions réseau qui ont des petites largeurs de bande (Technologie NX).

Beaucoup de temps a été investi dans l'amélioration de la fonctionnalité de clonage. Maintenant, on peut également utiliser Partclone au lieu de dd comme format de fichier pour les images de partition. Contrairement à dd, Partclone enregistre uniquement les secteurs utilisés si le système de fichiers de la partition est pris en charge. De cette façon, la taille du fichier image est diminuée, en particulier pour les grandes partitions, et le processus est beaucoup plus rapide que de sauver chaque secteur. De même, la restauration d'un client est accélérée. On a également ajouté l'adaptation automatique de la taille du système de fichiers aux partitions de plus grande taille que l'original en utilisant dd. Un autre développement vérifie désormais également que les systèmes qui ont été intégrés dans m23 après leur installation peuvent être sauvegardés dans des fichiers image.

En dehors de ces deux grands 'chantiers', il y en avait, bien sûr, de nombreux petits. Beaucoup d'utilisateurs seront ravis d'apprendre que la recherche de paquets pour Debian et ses dérivés via l'interface m23 a été considérablement accélérée.

Au cours de la mise à jour du serveur via l'interface m23, un nouveau statut en direct montre maintenant la sortie du programme de mise à jour.

Lors de l'installation d'un nouveau serveur m23 avec cette version, la moitié de l'espace disque libre est utilisée pour la taille maximum du cache Squid, qui pouvait auparavant grandir un peu trop sur les systèmes avec peu d'espace sur le disque dur.

La page contenant les paramètres du serveur a été complètement retravaillée et étendue par une page d'aide.

On a également corrigé la barre de statut d'installation du client, qui devrait maintenant vraiment arrêter à 100 % dès que l'installation est terminée. L'intervalle de mise à jour de cette page a été prolongée de cinq secondes (au lieu de chaque seconde avant).

La création de nouveaux utilisateurs locaux est désormais séparée en une seule tâche pour chaque distribution, qui permettra bientôt de créer des utilisateurs supplémentaires plus facilement.

En tâche de fond, l'API 2.0 m23 a été étendue pour pouvoir ajouter et amorcer un client.

En ce qui concerne la correction de bugs : comme la plupart des corrections ont été réalisées dans la branche stable de m23 via les mises à jour, cette fois il y a eu peu à écrire. La nouveauté est la désactivation automatique de Plymouth, car ce programme a conduit à des crashs du serveur X à plusieurs reprises. En outre, les comptes d'administrateur m23 peuvent maintenant être supprimés, jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'un seul (avant, à tort ils pouvaient en rester deux) .

La nouvelle version est disponible comme mise à jour via l'interface m23, via APT, ou comme ISO à graver, le CD d'installation du serveur m23 comme machine virtuelle préinstallée et le fichier image pour Raspberry Pi. L'interface de m23 est disponible en anglais, français et allemand.

  • # toc toc

    Posté par . Évalué à 1.

    Comme l'accès aux systèmes de cloud computing™ est généralement un accès à distance

    Serais-tu victime d'un Toc™?

  • # Hypervisor type

    Posté par . Évalué à 0.

    Je viens de tester la fonctionnalité de déploiement d'une instance Cloudstack et le support de l'API y est de qualité cependant celui-ci semble pour le moment limité basé sur des hyperviseurs KVM, j'espère que Xenserver y sera supporté dans une prochaine version avec donc le choix du type d'hyperviseur.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.