Pour un cinéma numérique durable et open source

Posté par (page perso) . Modéré par tuiu pol.
Tags :
23
16
jan.
2011
Audiovisuel
L'équipement des salles de cinéma en numérique est un enjeu financier et culturel majeur pour les réseaux de salles indépendantes. Et si la solution était du côté du modèle économique open source ? Les salles Utopia ouvrent le débat.

Le cinéma est en pleine transition vers le numérique : la dématérialisation de la bobine 35 mm. Déjà se dresse une lutte entre les Majors et les salles indépendantes, un David contre Goliath. Le logiciel libre tiendra-t-il le rôle de David  ? Un article publié sur OWNI et le blog des cinémas Utopia présente les enjeux à venir pour le cinéma.

Au cours des R.M.L.L. 2010, une conférence présentait aussi cette évolution, au travers d'une présentation générale et une autre se focalisant sur la spécification du D.C.I. (proposé par 7 majors américaines) et ses nombreuses contraintes.

Les cinémas Utopias se sont déjà illustrés l'année dernière dans le domaine de l'open source par le lancement de Vidéo en poche. Une solution libre de diffusion de film via clef USB.
  • # Mais encore?

    Posté par . Évalué à 10.

    Peut être serait-il judicieux de rappeler que le D.C.I. s'appuie à la fois sur des standards ISO ou autres (Tiff, JPEG 2000, wav...) et d'autres établis par la "Society of Motion Picture and Television Engineers"[http://www.smpte.org] qui propose les-dits "standards" qu'elle a établi toute seule dans son coin, moyennant espèces sonnantes et trébuchantes? Tout ça pour crypter chaque image histoire d'éviter le piratage...

    Peut être est-ce aussi l'occasion que de raconter comment les majors font un sorte de coup de force en promettant (pour "très bientôt") une distribution des copies uniquement en numérique et contraignent donc tous les diffuseurs à s'équiper en outils ad-hoc si ils veulent proposer des films récents?

    Dans ce cas, les salles diffusant du "cinéma de répertoire" (qui ne survivent le plus souvent que grâce aux subventions du CNC) auront bientôt toutes les peines du monde à s'équiper en numérique, comme à trouver des copies en celluloïd dont une bonne partie sera probablement détruite histoire de limiter les coûts de stockage avant une hypothétique numérisation.

    En passant, le métier de projectionniste va disparaître, vu que le caissier pourra bientôt envoyer les séances depuis son pupitre... Et les prix du cinéma vont encore grimper avec pour prétexte une répercussion des coûts d'investissement en matériel.

    Pour finir, le cinéma n'a jamais affectionné l'ouverture, il n'y a qu'à voir les systèmes sonores Dolby (SR, DTS...) quasiment obligatoires et complètement fermés (par des brevets et licences d'utilisation).

    Enfin où sont les sources du logiciel développé par Objectif Libre mentionné dans l'article sur Vidéo en poche?
    • [^] # Re: Mais encore?

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      et d'autres établis par la "Society of Motion Picture and Television Engineers"[http://www.smpte.org] qui propose les-dits "standards" qu'elle a établi toute seule dans son coin

      Euh... Tu as quoi contre la SMPTE précisément? C'est pas très cohérent de dire "dans son coin" en parlant d'une association (traduction de society dans ce cas). On peut aussi dire que le W3C fait des "standards" dans son coin en partant comme tu parles. Ce qui fait la force de SMPTE c'est justement qu'elle arrive à regrouper 99% des acteurs du cinéma, et que leurs standards, quoi qu'on peut penser de leur qualité, sont des standards, justement : négocié par plein d'entreprises ensemble + utilisé par tout le monde ou presque.
      Qu'on aime ou pas (ça pue c'est pas libre), on ne peut pas dire qu'ils n'aiment pas la standardisation, le milieu est plutôt même fortement standardisé avec 99% des acteurs qui utilisent ces standards sans faire de gueguerre.

      moyennant espèces sonnantes et trébuchantes?

      Ah ça, ces standards sont loin d'être libres et gratuits (ça chiffre vite!). A noter par contre que DCI lui-même est gratuit.

      En passant, le métier de projectionniste va disparaître, vu que le caissier pourra bientôt envoyer les séances depuis son pupitre...

      Comme les poinçonneurs du métro. Et?

      Pour finir, le cinéma n'a jamais affectionné l'ouverture, il n'y a qu'à voir les systèmes sonores Dolby (SR, DTS...) quasiment obligatoires et complètement fermés (par des brevets et licences d'utilisation).

      DTS associé à Dolby, euh... Ils sont plutôt concurrents! A noter que Dolby AC-3 est normé (ETSI TS 102 366 et ATSC A/52), lui, alors qu'en libre on n'a rien de normé.
      Mais sinon, clairement, le cinéma et le libre, ça fait deux, et c'est pas prêt de changer, hermétique de chez hermétique pour le moment.
      Et vu que le libre vidéo et audio a du mal avec les procédures de normalisation (qui a vu une tentative de passer par la case normalisation de Vorbis? Theora? WebM? Rien, nada, aucune tentative de passage de normalisation de la part du libre dans le domaine multimédia), on peut aussi dire que le libre ne fait pas vraiment d'efforts pour être compatible avec le cinéma (qui à défaut d'aimer le libre, aime les normes/standards). Sans compter que le contenu libre pour aider est quasi-inexistant (ce n'est pas la société Blender qui va alimenter en flot continu) il n'y a pas les gentils d'un côté et les méchants de l'autre, les tords sont aussi un peu partagés: qu'à le libre à proposer en concurrence viable? (à la fois un format libre, normé, et utilisé un minimum, d'un côté, et du contenu libre de l'autre)
      • [^] # Re: Mais encore?

        Posté par . Évalué à 2.

        Euh... Tu as quoi contre la SMPTE précisément?

        Et ben, il ne représente que les 9 majors américaines (90% du marché, mais sans doute pas plus de 10% des producteurs mondiaux).

        A noter par contre que DCI lui-même est gratuit.

        Oui mais il fait référence à pas mal de normes et standards issus du SMPTE (SMPTE 429-6-2006, SMPTE430-1 à 3 notamment). Seul il ne sert à rien.
        • [^] # Ahem...

          Posté par . Évalué à 5.

          Je me corrige moi même. La SMPTE regroupe pas mal de membres, très majoritairement américains certes, mais bien plus nombreux que les 9 majors. On peut trouver une liste des "soutiens" ici: [https://www.smpte.org/membership/sustaining/sustaining_membe(...)]

          Mea maxima culpa donc.
          • [^] # Re: Ahem...

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Du coup ça enlève la seule complainte que tu avais contre le SMPTE ;-).

            Sans compter que même avec cet argument valide, représenter 90% du marché, c'est largement suffisant pour qu'une association puisse dire qu'elle produit des standards non?
            Et c'est bien là le problème... Difficile de se passer de 90% des films.
            • [^] # Re: Ahem...

              Posté par . Évalué à 2.

              Voui.

              Du coup, cela donne encore plus d'arguments en faveur de solutions "ouvertes" qui aideraient les productions à plus faible audience (et donc ayant peu de moyens) à exister dans ce nouveau monde du cinéma numérique hyper-sécurisé.
              • [^] # Re: Ahem...

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                une solution ouverte ne servira à rien si :
                - elle est ouverte qu'avec elle-même (une solution libre/ouverte non utilisée est pas très utile)
                - elle n'a aucun contenu à diffuser

                Du coup, j'ai du mal à comprendre comment tu passe à "j'ai plus d’arguments contre SMPTE" à " en faveur de solutions ouvertes".

                Et ce n'est pas une question d'argent : si tu n'as pas les moyens d'acheter les specs SMPTE et d'être conforme au DCI (si on enlève la partie sécurisation, la spec DCI n'est que bêtes images JPEG-2000 dans un bête conteneur MXF, donc pourquoi réinventer des specs?), tu n'as pas les moyens d'exploiter une salle de cinéma et encore moins les moyens de payer une personne pour faire des solutions ouvertes (créer une spec qui soit acceptée par plus d'une personne, ça prend beaucoup de temps et donc d'argent!), les specs sont certes chères, mais pas à ce point.

                Le logiciel libre a une place à se faire face à toutes les solutions proprios de création/diffusion de contenu, mais je ne vois pas pourquoi il faudrait parler une autre langue qui sera autant utilisée que... Pas grand chose. Créer une langue alternative en ayant 1% de part de marché de la diffusion et presque aucun contenu à mettre dedans, je vois pas comment ça peut marcher.
                • [^] # Re: Ahem...

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Je me suis certainement mal fait comprendre.

                  J'entendais par solution ouverte, un ensemble de logiciels ouverts (sous licence GPL par exemple) respectant entièrement la norme DCI, bien entendu, et permettant d'assurer l'ensemble des étapes (numérisation, transport et diffusion).

                  A charge pour des producteurs et des diffuseurs d'en faire usage et/ou d'en soutenir le développement. Ceci leur assurera des frais moindres et une possible indépendance vis à vis des éditeurs de solutions fermées, des fournisseurs de canaux de diffusion ou de matériel.

                  Cela dit un bon vieux film en HD, diffusé via un projecteur digne de ce nom, ça passe tout seul, hein?
                  • [^] # Re: Ahem...

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    J'entendais par solution ouverte, un ensemble de logiciels ouverts (sous licence GPL par exemple) respectant entièrement la norme DCI, bien entendu, et permettant d'assurer l'ensemble des étapes (numérisation, transport et diffusion).

                    Ah oui, j'avais mal compris alors... Mais du coup on a mieux répondu que moi
                    https://linuxfr.org/comments/1200244.html#1200244
                    Encore beaucoup à faire (dans les salons pro, peu de libre affiché...), mais pas rien non plus. C'est l'avantage que les normes utilisées par DCI soient ouvertes à défaut d'être libre (=on peut avoir une implémentation libre sans problèmes, la preuve libmxf + libjpeg2000 + les outils dédiés DCI)
      • [^] # Re: Mais encore?

        Posté par . Évalué à 2.

        Et vu que le libre vidéo et audio a du mal avec les procédures de normalisation (qui a vu une tentative de passer par la case normalisation de Vorbis? Theora? WebM? Rien, nada, aucune tentative de passage de normalisation de la part du libre dans le domaine multimédia),

        Il y a eu quelques efforts de Xiph.org:
        http://www.xiph.org/press/2009/ietf75-bof/
        http://xiph.org/vorbis/doc/rfc5215.txt
        http://svn.xiph.org/trunk/theora/doc/draft-ietf-avt-rtp-theo(...)

        Et pour webm, tout neuf, tout chaud: http://www.ietf.org/id/draft-bankoski-vp8-bitstream-00.txt
        • [^] # Re: Mais encore?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          En effet, tout chaud pour WebM... A voir ce que ça donne pour l'IETF qui va s'amuser sur le domaine des formats des flux plutôt que de la transmission Internet. Au temps pour moi (bien que je reste dubitatif pour un organisme comme IETF d'être reconnu comme pertinent pour la définition de format de flux, ils n'ont pas standardisé GIF/PNG/JPG utilisé pour les images à ma connaissance par exemple)
          Par contre, tout ce qui est Xiph, c'est la définition pour RTP, pas le format du flux, uniquement la transmission. Absolument rien à voir avec le sujet. Quel a été l'effort de Xiph pour faire standardiser IETF ses formats de compression?
    • [^] # Re: Mais encore?

      Posté par . Évalué à 3.

      Les sources du logiciel développé par Objectif Libre seront bientôt accessibles quand on aura une version stable, sans doute à la fin du mois, ce sera annoncé sur le site, le projet est hébergé sur launchpad https://launchpad.net/videoenpoche
    • [^] # Re: Mais encore?

      Posté par . Évalué à -2.

      S'il te plait, ne parle pas de chose que tu ne connais pas.
      • [^] # Re: Mais encore?

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        Tu parles de video en poche ou du cinéma numérique.
        On ne sait pas de quoi tu parles ;-)

        Nico
        • [^] # Re: Mais encore?

          Posté par . Évalué à 1.

          Cinéma numérique :-)
          Pour la vidéo, je laisse Zénitram faire le boulot :p
      • [^] # Re: Mais encore?

        Posté par . Évalué à 3.

        S'il te plaît, parle moi des choses que tu connais bien et qui m'intéressent.
        Apporte moi tes lumières, et pardonne moi mon ignorance naïve et empressée.
        • [^] # Re: Mais encore?

          Posté par . Évalué à 3.

          > Tout ça pour crypter chaque image histoire d'éviter le piratage...

          Techniquement parlant, c'est pas chaque image, mais le MXF.
          (sauf si tu parles du dernier mètre, auquel cas, c'est plus une cryptographie de flux et non de frames

          > Peut être est-ce aussi l'occasion que de raconter comment les majors font un sorte de coup de force en promettant
          > (pour "très bientôt") une distribution des copies uniquement
          > en numérique et contraignent donc tous les diffuseurs à
          > s'équiper en outils ad-hoc si ils veulent proposer des films
          > récents?

          Oui et ?
          Ca te pose problème ?
          Je te rappelle qu'avant que le DCI ne mettent en place les normes du d-cinema, ils ont laissés les exploitants effectués leurs béta-tests avec du matos pas top pendant près de 10 ans. Jusqu'au jour où ils ont tapés du poing car c'était devenu le bordel.

          De plus, je te rappellerais que les majors financent le renouvellement du parc de cinéma.

          > Dans ce cas, les salles diffusant du "cinéma de répertoire"
          > (qui ne survivent le plus souvent que grâce aux subventions
          > du CNC) auront bientôt toutes les peines du monde à
          > s'équiper en numérique,

          Source ?

          > comme à trouver des copies en celluloïd dont une bonne
          > partie sera probablement détruite histoire de limiter les coûts
          > de stockage avant une hypothétique numérisation.

          C'était déjà le cas.
          Je balancerais pas qui, mais cela fait longtemps que certains labos ont détruit des copies datant de plusieurs décennies par manque de place.
          C'est pas avec l'avènement du cinéma numérique que cela a commencer.

          > le métier de projectionniste va disparaître,

          Relation fallacieuse.
          Le cinéma numérique n'est pas la cause de la destruction du métier de projectionniste, mais une politique économique établi par les groupes depuis quelques temps déjà.
          Le CN est juste un prétexte.

          > Et les prix du cinéma vont encore grimper avec pour prétexte une répercussion des coûts d'investissement en matériel.

          Faux.
          Le matériel est remboursé par un mécanisme qui ne prélève pas un centime sur la place de cinéma.

          Tu veux ma lampe ?
          • [^] # Re: Mais encore?

            Posté par . Évalué à 3.

            Ca te pose problème ?

            Oui car comme l'exposait la conférence aux RMLL:

            - seuls les gros circuits bénéficient de co-financements (je ne me rappelle plus du terme exact) de la part des distributeurs, pas les petites salles qui sont pourtant très nombreuses.
            - ces co-financement sont parfois accompagnés de contraintes quant aux nombres de séances provenant de leurs catalogues, voire de clauses permettant d'imposer tel ou tel film.
            - parce qu'au final c'est le contribuable et/ou le spectateur qui paiera l'équipement des petites salles via les contributions du CNC ou des subventions directes (des municipalités, régions, etc) pour une innovation qui n'apporte pas de réel gain en terme de qualité d'image hormis la 3D qui fait mal aux yeux.

            Source?

            - Aides à la distribution du CNC: [http://www.cnc.fr/Site/Template/T11.aspx?SELECTID=2318&i(...)]
            - Aide à la programmation du CNC: [http://www.cnc.fr/Site/Template/T11.aspx?SELECTID=388&id(...)]

            Il y en a plein d'autres. Le CNC offre toute une variété de subventions (que je n'ai pas toutes listées) financées grace à une taxe sur chaque billet et qui permettent de conserver un fort maillage de salles sur l'ensemble du territoire. Le CNC est une création de De Gaulle, si je ne m'abuse, qui avait originellement pour but de censurer (avec ses visas) mais aussi de préserver notre "diversité culturelle".

            C'était déjà le cas.

            Ça a toujours été le cas même. Les premiers films (comme ceux qu'on diffusait dans les foires) était lavés de leur traitement pour en récupérer la pellicule et les utiliser pour un nouveau film. C'est justement pour cela que la plupart des films de cette époque sont perdus à tout jamais

            Jusqu'à présent, les laboratoires ou les distributeurs conservaient une certaine quantité de copies à programmer lors de rétrospectives ou à des fins de conservation (car les masters aussi peuvent se détériorer). Ce ne sera sans doute plus le cas si ils basculent toute leur distribution sur du numérique. Les coûts de stockage et de maintien de deux systèmes de distribution parallèle étant très importants. Il refourgueront leurs vieux stocks aux cinémathèques de la planète et détruiront le reste (c'est déjà en court).

            Relation fallacieuse.

            Ben si. Jusqu'à présent il fallait un projectionniste pour monter les bobines ou les diffuser en double poste, voire réparer les films quand ils étaient trop usés (perforation cassées, etc), synchroniser les lumières avec le départ et la fin du film, entretenir les projecteurs, etc. Donc, si, ce métier devient inutile et disparaîtra du fait de la venue du numérique. Ce sera désormais à la société de prestation agréée de gérer les nouveaux problèmes.

            Faux.

            Vrai.

            En France, le matériel n'est que partiellement remboursé (sauf peut être pour les plus gros circuits). Par ailleurs de nouveaux coûts d'entretien apparaissent (lampes à durée de vie plus courte, usure de l'électronique et des supports plus rapide que la bonne vielle mécanique qu'ont peut rafistoler au fer à souder ou au scotch, etc). Enfin, les diffuseurs ne sont pas des philanthropes. L'argument du numérique (vendu comme de meilleure qualité) est un bon prétexte pour faire monter les prix des billets. C'est déjà le cas.

            Quant à la 3D, il faut bien payer la location des lunettes et la main d'oeuvre pour les distribuer puis les récupérer. Sans parler des piles de certains systèmes qui ne peuvent être changées que par le loueur agréé au coût de son choix.

            Mes lumens à moi...
            • [^] # Re: Mais encore?

              Posté par . Évalué à 4.


              - seuls les gros circuits bénéficient de co-financements (je ne me rappelle plus du terme exact) de la part des distributeurs, pas les petites salles qui sont pourtant très nombreuses.

              VPF (Virtual Print Fees) en gros les majors mettent l'argent qu'elles auraient dépensées pour la duplication des bobines dans une grosse cagnotte qui sert a remplacer le matériel.
              Je ne dis pas que derrière il n'y a pas d'histoire de gros sous mais tout de même le mécanisme existe et ça fonctionne pas si mal.


              Jusqu'à présent, les laboratoires ou les distributeurs conservaient une certaine quantité de copies à programmer lors de rétrospectives ou à des fins de conservation (car les masters aussi peuvent se détériorer). Ce ne sera sans doute plus le cas si ils basculent toute leur distribution sur du numérique. Les coûts de stockage et de maintien de deux systèmes de distribution parallèle étant très importants. Il refourgueront leurs vieux stocks aux cinémathèques de la planète et détruiront le reste (c'est déjà en court).

              Absurde.
              Les masters sont tout simplement numérisés et archivé. Quel est l'interet de conserver un support fragile et volumineux ?
              D'autres part, il est tout a fait possible de faire un 'layback' de la version numérique sur du 35mm (ou autre!) plus tard si jamais on en a besoin....

              Autre nouvelle : la post-production des films se fait en numérique depuis bien longtemps, c'est presque un non-sens de repasser par une bobine après tout ça...

              Ben si. Jusqu'à présent il fallait un projectionniste pour monter les bobines ou les diffuser en double poste, voire réparer les films quand ils étaient trop usés (perforation cassées, etc), synchroniser les lumières avec le départ et la fin du film, entretenir les projecteurs, etc. Donc, si, ce métier devient inutile et disparaîtra du fait de la venue du numérique. Ce sera désormais à la société de prestation agréée de gérer les nouveaux problèmes.

              Effectivement, on remplace un processus manuel, mécanique et donc peu fiable par une alternative efficace.
              (Au passage, cela fait bien longtemps que la lumière de la salle est gérée par un automate a contact sec, c'est une contrainte de sécurité, il est interdit de laisser une salle dans le noir plus de quelques secondes)

              Tu as aussi fait mention d'un problème : l'usure et la casse des bobines.
              Problème qui n'arrive pas avec les copies numériques. La qualité reste la même du début à la fin.
              Encore plus fort, les cinémas indépendant qui jusqu'à présent passaient "après" les grands groupes (ils récupéraient les bobines usées après 15jours d'exploitation...) ont maintenant la possibilité de recevoir et diffuser la copie *EN MEME TEMPS*!

              Les projecteurs numériques permettent aussi de diffuser d'autres types de contenus, tels que des flux live (concerts, matchs...) ou de bêtes fichier mpeg2... Cela dynamise les salles et offre la possibilité de diffuser des contenus alternatifs.

              En gros ça le cinéma numérique ça transforme un gros bousin compliqué en un videoproj super pratique.

              Il faut changer : le projecteur (machin qui prend un flux video non compressé en entrée et qui projette ça sur un grand écran) et rajouter un 'player' (serveur qui décode le "DCP" (Digital Cinema Package), qui est connecté au réseau local du cinéma).

              Et vous savez quoi ? presque tous les "players" fonctionnent sous linux) elle est pas belle la vie ? :-)

              Franchement, les specs DCI c'est étonnant standard et basé sur des choix pragmatiques, faisant le plus souvent appel à des technos libre d'ailleurs...
            • [^] # Re: Mais encore?

              Posté par . Évalué à 3.

              > - seuls les gros circuits bénéficient de co-financements (je ne me rappelle plus du terme exact) de la part des distributeurs, pas les petites salles qui sont pourtant très nombreuses.

              Faux.
              Même les cinémas indépendants l'utilisent.
              Et même les plus petites salles.
              Les seuls non-couvertes sont les salles "d'exception", c'est à dire ouvrant une fois dans l'année ou faisant moins de quelques entrées en salles de cinéma.

              > ces co-financement sont parfois accompagnés de contraintes
              > quant aux nombres de séances provenant de leurs catalogues,
              > voire de clauses permettant d'imposer tel ou tel film.

              Tu sais que certaines personnes pourraient te poursuivre pour cela ?
              Ayant travaillé pour un tiers et connaissant les autres tiers, ceci est un mythe !
              Même les exploitants l'avouent eux même: « Les tiers n'ont jamais touché à ma programmation »
              Les tiers-investisseurs non jamais manipulés la programmation d'un cinéma.
              Seul l'exploitant est maître de sa programmation (hors utilisation d'un programmateur externe)

              Au fait, tu savais que, en tant qu'exploitant, si tu signais un contrat VPF, tu serais soumis à une obligation de programmation dicté par le CNC ?

              > - parce qu'au final c'est le contribuable et/ou le spectateur qui paiera l'équipement des petites salles via les contributions du CNC

              Et trouve cela normal ?
              Que ce soit le contribuable qui paye pour le renouvellement du parc pour les seuls bénéfices des distributeurs ?
              Désolé, j'adhère pas.

              >> du CNC) auront bientôt toutes les peines du monde a s'équiper en numérique,
              > - Aides à la distribution du CNC: [http://www.cnc.fr/Site/Template/T11.aspx?SELECTID=2318&i(...)]
              > - Aide à la programmation du CNC: [http://www.cnc.fr/Site/Template/T11.aspx?SELECTID=388&id(...)]

              Le CNC n'est pas la meilleure source d'informations impartiales.
              Le CNC a été retoqué l'année dernière pour concurrence déloyale.
              Il est normal qu'ils essayent de secouer le chiffon rouge (même depuis le début).
              Depuis qu'ils sont sur le dossier du financement des cinémas, ils n'ont rien fait que ralentir le processus du passage au numérique.
              Dixit le PDG d'Europalaces: « Si les tiers n'avaient pas été là, la France serait en retard sur son passage au numérique »
              Lire entre les lignes: Si le CNC avait continué son bordel de FUD sur les tiers pendant encore une année, la France aurait été bonne dernière.
              Le CNC s'est décrédibiliser toute seul sur le dossier des VPF financés par elle-même. Elle n'a jamais pu fournir un fond de financement.

              > Il y en a plein d'autres. Le CNC offre toute une variété de subventions (que je n'ai pas toutes listées) financées grace à une taxe sur chaque billet

              la TSA oui, mais cela n'a aucun rapport avec le cinéma numérique
              (sauf si tu considères que le CNC pioche dans sa cagnotte TSA pour financer le cinéma numérique, auquel cas, cela risque d'intéresser très fortement les prods...)

              > Ce ne sera sans doute plus le cas si ils basculent toute leur distribution sur du numérique.

              Contractuellement, les boites de (post-)prod et labos doivent garder une copie.

              >> Relation fallacieuse.
              > Ben si. Jusqu'à présent il fallait un projectionniste pour monter les bobines

              je te répète encore, le lien entre suppression des projectionnistes et cinéma numérique est fallacieuse, car tu oublies la donne économique.
              UGC a supprimé des 10ènes voire des 100ènes de jobs ... alors qu'ils ont été les derniers des grands réseaux à passer au numérique (donc bien avant l'avènement du cinéma numérique)

              Quand au travail de projectionniste, il va évoluer, comme le précisait rdg.
              Le cinéma est en pleine mutation, le travail du projectionniste aussi.

              > Ce sera désormais à la société de prestation agréée de gérer les nouveaux problèmes.

              Comme c'est le cas actuellement.
              Je doute que CineServices, ADDE et les autres se tournent les pouces après les installations sur site.
              Ils sont là depuis des années pour la maintenance du 35mm
              En quoi cela change avec le cinéma numérique ?

              >>> Et les prix du cinéma vont encore grimper avec pour prétexte une répercussion des coûts d'investissement en matériel.
              >> Faux
              > Vrai
              > En France, le matériel n'est que partiellement remboursé (sauf peut être pour les plus gros circuits).

              Oui, environ à 80% voire plus, si je résume les différents contrats.
              Les 10-20% restant sont à la charge de l'exploitant (et encore, s'il ne se fait pas aider en plus par le CNC ...)
              Le mécanisme est géré par ce qu'on appelle des VPF qui tend à prendre une part sur le prix des "bobines numériques" pour rembourser le matériel/
              Argent prix donc sur le dos des distributeurs (dont studios US)
              Si l'exploitant utilise les billets pour payer son matos, c'est qu'il y a embrouille et que celui-ci abuse de sa position.
              Donc je répète et je valide: l'argent des billets ne servent pas à rembourser le matériel, c'est le mécanisme des VPF qui est utilisé pour.
              Et c'est pour cela qu'il a été créer !

              Je sais pas où tu as vu pratiquer ce genre de "détournement", mais si c'est le cas, balances direct les noms, cela risque d'être intéressant pour tout le monde, moi le premier. (perso, la seule fois où j'ai vu cela, c'était y'a 3 ans, un cinéma indépendant sur Paris qui avançait que le surplus, c'était pour le matériel numérique. Manque de bol, je connaissais son matériel, et quand je lui ai rétorqué que son matériel était du prêt-constructeurs pour des besoins test et donc par conséquence je ne voyais pas où était le coût pour lui, celui-ci s'est défilé. Mise à part ce jour, je n'ai jamais vu ni entendu hormis comme légende urbaine revitalisé de temps à autres par certaines personnes ... que je nommerais pas ...)

              > Quant à la 3D, il faut bien payer la location des lunettes et la main d'oeuvre pour les distribuer puis les récupérer.

              C'est notamment pour cela qu'il existe un "surplus 3D" entre 1 et 3 euros.
              (répartie entre les coûts de post-prod, la maintenance et la location du matériel 3D quand c'est le cas)


              Vu tes propos, je me dis que tu dois pas être étranger au milieu, mais je pense que tu n'as pas toutes les cartes en main pour présenter le cinéma numérique comme le grand méchant, le CNC comme le grand chevalier blanc et les tiers le Ganondorf des theaters. (ceci dit, c'est pas nouveau, j'entends ce genre de critique depuis des années sans que personne n'arrive a apporter de preuve, même la FNCF a finir par admettre que grâce aux tiers, cela a fait avancer les choses)
              • [^] # Re: Mais encore?

                Posté par . Évalué à 3.

                Bon je ne vais pas polémiquer plus avant, entre FUD et lecture à contre-sens.

                Mais bon.

                Le CNC avec tout ses travers est l'institution qui a permis de conserver des salles sur tout le territoire ainsi que des salles d'art et essai diffusant du cinéma de répertoire (des vieux trucs en 2D banale).

                Rdg, pour information, le coût de location d'un film varie selon qu'on le loue en première semaine ou en troisième (...). c'est bien pour cela que les petites salles ne prennent pas trop de risques en les passant tardivement (une fois qu'ils ont eu un certain succès et à moindre coût). Le numérique n'y changera rien.

                Benjamin G, tu penses vraiment que le VPF se fait sans contrepartie, que les distributeurs partagent généreusement leur gains avec les diffuseurs (80000 € par écran)?

                Enfin, je pense que vous oubliez surtout que le cinéma ce n'est pas que la centaine de bloc-busters américains de l'année dernière. C'est avant tout un patrimoine et une histoire qui se compte en centaine de milliers de films qui n'ont plus guère de rentabilité économique.

                Ceux là ne seront pas numérisés. Ni leur masters. Cette opération nécessite par ailleurs l'accord des ayants droits. ce qu'ils refuseront la plupart du temps. Donc, non, les masters numériques restent une rareté. Non cela n'a rien d'absurde, c'est une réalité.

                Quant au stockage de copies numériques à 8To l'unité, certaines archives en conservent plusieurs dizaines de milliers (sous forme de bobines). Garantir leur pérennité et les moyens pour les conserver (électricité, remplacement des support tous les 3 à 5 ans, etc), cela reste une gageure pour l'avenir.

                Quant aux projecteurs numériques sur grand écran, ne vous approchez pas trop de celui-ci quand il a une taille digne de ce nom (genre 24m de diagonale), c'est moche, et ne parlons pas du MPEG2 où la l'image pixellise carrément.

                L'automate a contact sec, concrètement, il est activé par l'opérateur qui place son bout de scotch magique au bon endroit sur son film...

                Contractuellement, les boites de (post-)prod et labos doivent garder une copie.

                Peut être, jamais entendu parler. En tout cas, en France, les distributeurs doivent en déposer trois au CNC (via les archives du film).

                Sinon, 80% de remboursé, reste 20% à la charge du diffuseur qui se paye sur le spectateur ou via des subventions du CNC (financé via ses taxes sur les billets). Au final, c'est nous qui payons. CQFD. On peut appeler ça un "détournement" ou je ne sais quoi, moi j'y vois plutôt de l'arythméthique de base alliée à un peu de logique élémentaire.

                Le CNC a été retoqué l'année dernière pour concurrence déloyale.

                Ben voyons, vive l'Europe de l'ultra-libéralisme aveugle. Personnellement, je remercie le CNC de me permettre de voir un film à petit public quand je suis de passage à Saint-Flour. Il offre à voir d'autres univers que les bouses souvent très stéréotypées américaines à des gens qui sinon, n'y aurait jamais accès.

                C'est avec ce genre de raisonnement que l'Utopia de Montreuil a justement failli se faire abattre pour (cause de subvention municipale) à l'instigation d'Euro-palace que tu sembles trouver tellement "impartial".

                Je dois être trop con, c'est sûr.
                • [^] # Re: Mais encore?

                  Posté par . Évalué à 2.


                  > Bon je ne vais pas polémiquer plus avant, entre FUD et lecture à contre-sens.

                  Non, non, juste des gens qui bossent dans le milieu et qui t'apprennent des choses.
                  C'est pas un FUD, c'est pas un contre-sens. Cela s'appelle « ouvrir les yeux »
                  T'inquiètes pas, c'est normal, j'ai même eux des gens de lobbies cinématographiques qui m'ont sorti le même discours que tu me poses là.
                  Et dès qu'ils ont appris le dessous des cartes, ils sont tombés de haut.
                  La manip, c'est pas que les boites privés qui le font ....


                  > Benjamin G, tu penses vraiment que le VPF se fait sans contrepartie, que les distributeurs partagent généreusement leur gains avec les diffuseurs (80000 € par écran)?

                  De quel gain tu parles ?!
                  Ce sont les distributeurs qui payent le VPF !
                  Alors soit t'es pas clair dans tes propos, soit c'est du non-sens !

                  > Enfin, je pense que vous oubliez surtout que le cinéma ce n'est pas que la centaine de bloc-busters américains de l'année dernière.
                  > C'est avant tout un patrimoine et une histoire qui se compte en centaine de milliers de films qui n'ont plus guère de rentabilité économique.

                  Et ... ?


                  > Ceux là ne seront pas numérisés. Ni leur masters.

                  Tu devrais te renseigner ... franchement ...


                  > Donc, non, les masters numériques restent une rareté. Non cela n'a rien d'absurde, c'est une réalité.
                  > Quant au stockage de copies numériques à 8To l'unité, certaines archives en conservent plusieurs dizaines de milliers (sous forme de bobines).
                  > Garantir leur pérennité et les moyens pour les conserver (électricité, remplacement des support tous les 3 à 5 ans, etc), cela reste une gageure pour l'avenir.

                  La réalité, c'est que tu parles d'un historique (en terme logistique) que tu voudrais backporter sur un système qui vient à peine d'arriver.
                  100 ans de backport de vieux films, cela ne se fait pas sur un claquement de doigt.
                  Sachant en plus qu'il faut les "dépétouiller" (terme à la con utilisé dans le milieu), les restaurer si tu préfères.
                  La réalité est aussi celle-ci: tes masters, cela fait longtemps que les ayant-droits ne les utilisent plus ou parfois s'en contre-foutent.
                  Je rappelle qu'un célèbre laboratoire avait décidé il y a quelques années de détruire l'ensemble de ses stocks 35mm si les ayant-droits ne venaient pas les récupérer.
                  Résultat: des milliers d'archives perdus.


                  > Quant aux projecteurs numériques sur grand écran, ne vous approchez pas trop de celui-ci quand il a une taille digne de ce nom (genre 24m de diagonale),

                  Quoi ? tu vois les pixels ?
                  Ne me sors pas l'argument du "numérique la qualité est moins bien que le 35mm" elle est dépassé.
                  Hey, tu veux que je t'apprenne un truc, tu sais les bobines 35mm que tu reçois au cinéma, les labos les shoots en 2K ... c'est balo ...


                  > c'est moche, et ne parlons pas du MPEG2 où la l'image pixellise carrément.

                  *Et c'est à ce moment que nous voyons YLD perdre toute crédibilité*
                  Le cinéma numérique n'utilise pas de MPEG. Ce format a été rejeté dès les premières phases de création de la norme DCI à cause de ses problèmes artefacts et du fait qu'il utilise le système de prédiction des frames.
                  Ce dont tu nous parles là, c'est du E-Cinema, et cela n'a *aucun* rapport avec le cinéma numérique.


                  > L'automate a contact sec, concrètement, il est activé par l'opérateur qui place son bout de scotch magique au bon endroit sur son film...

                  L'automate a non-contact non-sec est concrètement toujours activé par l'opérateur qui défini ses GPIO sur son player DCI (c'est notamment pour cela que certains labos spécifient les offsets des crédits et consoeurs). Bref, tu remplaces une technique manuel avant par une technique "informatico-technique" maintenant.


                  > Sinon, 80% de remboursé, reste 20% à la charge du diffuseur qui se paye sur le spectateur ou via des subventions du CNC
                  > (financé via ses taxes sur les billets). Au final, c'est nous qui payons. CQFD. On peut appeler ça un "détournement" ou je ne
                  > sais quoi, moi j'y vois plutôt de l'arythméthique de base alliée à un peu de logique élémentaire.

                  Le diffuseur ? tu veux dire "l'exploitant"?
                  Parce que bon, un distributeur peut-être aussi diffuseur.
                  Je partirais du principe que "diffuseur == exploitant"

                  L'exploitant ne se paye pas sur le spectateur, je ne sais pas où tu as vu cela : déjà demandé dans le premier post, tu m'as pas répondu.

                  Que représentent les 20%, parce que bon, on dit 20% mais concrètement qu'est ce que cela représente.
                  Partons du principe que le combi projecteur + player valent autour des 60.000 euros. A 20% de non-prise en charge, cela il reste 12000 euros dans la nature.
                  Sachant que le remboursement est nivelé sur 10 ans, cela représente 1.200 euros par an, donc 100 euros par mois. donc 3€ environ par jour.
                  Prenons le principe d'une mono-salle avec 50 sièges, qui serait comblé à hauteur de 50% une fois en soir (donc le pire cinéma selon les critères des "anti-tiers")
                  Cela reviendrait à 0,12 centimes d'euros par spectateur.

                  Tu te rends compte que là, je te donne le pire exemple possible et que finalement, ton "potentiel" surcoût équivaut à moins de 0,15 centimes d'euros par spectateur ?
                  Imagines avec une salle de cinéma normal ...

                  En bref, ton 20% est facilement comblé pour un cinéma lambda; pour une cinéma indépendant, le coût peut-être géré par les collectivités locales ou par le CNC.
                  Ceci dit, on parle de 20%, mais sans système des VPF, ce coût serait de 100% pour la seule charge de l'exploitant ... ou du contribuables.

                  Avec le système des VPF, ce sont les studios et distributeurs qui financent se renouvellement.
                  C'est pas beau la vie ?


                  >> Le CNC a été retoqué l'année dernière pour concurrence déloyale.
                  > Ben voyons, vive l'Europe de l'ultra-libéralisme aveugle. Personnellement, je remercie le CNC de me permettre de voir
                  > un film à petit public quand je suis de passage à Saint-Flour. Il offre à voir d'autres univers que les bouses souvent très
                  > stéréotypées américaines à des gens qui sinon, n'y aurait jamais accès.

                  Ah, ca y est, on sort l'argument de l'ultra libéralisme.
                  Alors tout d'abord, ton CNC que tu défends tant, c'est celui qui a pratiqué le FUD pendant près de 2 ans auprès des exploitants.
                  Ces derniers ont attendu le fond de soutien que le CNC leur faisait miroité en les laissant pourrir dans leurs coins sans leurs donner un espoir ni même une once de nouvelle.
                  Pis, ce sont les mêmes qui ont évoqués - à mot couvert - une disparition des subventions si les exploitants signaient avec un tiers.
                  Les tiers ont proposés au CNC de faire une sorte "joint-venture": les tiers s'occupant des exploitants n'ayant pas de problème pour passer à un système de VPF "privé" et les autres, les plus faibles, seront gérés par le CNC.
                  La réponse du CNC: aucune.

                  Ton petit cinéma où tu peux voir ton film à petit public à Saint-Flour, d'un, il a été tout seul comme un con dans son coin sans savoir quoi faire: passer à un tiers ou attendre le CNC ? finalement le petit cinéma est passé aux tiers après tout le monde, lui faisait perdre des clients (dans la plupart des histoires - car elles sont nombreuses - c'était de l'ordre de 10 à 20% et je pourrais t'en sortir des histoires d'exploitants qui ont attendu, ont perdu énormément d'argent, avant finalement d'aller vers un tiers en se rendant compte que le CNC s'était foutu de leur gueule jusqu'au bout). Le CNC lui chantait une jolie comptine où ils allaient subventionner 100% du matériel, avec des cotillons, de la coke et des prostiputes. De deux, les bouses stéréotypées américaines que tu détestes tant permettent aux plus petites exploitations de survivre grâce aux nombreuses entrées et donc à la récolte de la TSA. C'est pas ton petit film à petit public qui va subventionner le fond de soutien du CNC. Enfin, grâce au cinéma numérique, les petits producteurs pourront produire des DCP à moindre de coût, permettant ainsi de taper des petites exploitations et donc des personnes qui n'y aurait jamais accès.


                  > C'est avec ce genre de raisonnement que l'Utopia de Montreuil a justement failli se faire abattre pour (cause de subvention municipale)
                  > à l'instigation d'Euro-palace que tu sembles trouver tellement "impartial".

                  Mais de quoi tu parles ?!
                  Tu me poses un truc comme cela sans établir le contexte et en mélangeant tout.

                  Utopia est un réseau de cinéma indépendant (traduire par "film a faible audience, donc cinéma sous perfusion de l'Etat chaque année", ce que tu sembles évoquer par "cause de subvention municipale").
                  Europalaces est un réseau de cinéma grand public (traduire par "film à forte audience et stéréotypé", selon tes critères) et les coûts liés à la transition ont été financé en fond propre.
                  Donc le rapport entre eux et sur une subvention municipale ?
                  Et surtout qu'est ce que ca vient foutre dans un débat sur le cinéma numérique ?
                  A moins que la subvention soit pour le passage au numérique, mais vu qu'Europalace - comme je l'évoquais - utilise ses propres fonds, je doute fortement que la subvention soit pour ce dossier.

                  Alors soit tu poses le contexte de ton dossier "Utopia versus Europalaces", soit tu le mets de côté. (ceci dit, vu qu'apparemment Rodolphe Village passe ici, je pense qu'il pourra répondre sur ce dossier :-)
                  Et je reprends ma conclusion: concernant les tiers, Europalaces est impartial car maqué avec aucun tiers-investisseur.


                  > Je dois être trop con, c'est sûr.

                  Non, tu es borné et tu ne connais pas assez ce dossier pour te permettre d'affirmer des choses comme tu le fais.
                  Tu possèdes des connaissances dans le milieu mais pas assez pour véritablement faire le distinguo entre les différents niveaux de "gris" sur les différents protagonistes dans l'affaire.

                  PS: désolé pour les fautes.
              • [^] # Re: Mais encore?

                Posté par . Évalué à 1.

                Faux. Même les cinémas indépendants l'utilisent. Et même les plus petites salles.

                Tout dépend du nombre de sorties nationales et en général des choix de programmation. Or, pour les prog les plus exigeantes, la moisson des VPF sera plus que maigre.

                Les tiers-investisseurs non jamais manipulés la programmation d'un cinéma.

                (pour l'instant…) j'ai mis entre parenthèses, Mr Benjamin Grrrr, pas taper…

                Au fait, tu savais que, en tant qu'exploitant, si tu signais un contrat VPF, tu serais soumis à une obligation de programmation dicté par le CNC ?

                Au fait, tu savais que le CNC était aussi là pour corriger les effets du marché et favoriser la diversité ?

                Et trouve cela normal ? Que ce soit le contribuable qui paye pour le renouvellement du parc pour les seuls bénéfices des distributeurs ? Désolé, j'adhère pas.

                J'adhère pas non plus, mince

                Le CNC n'est pas la meilleure source d'informations impartiales.

                "Tu sais que certaines personnes pourraient te poursuivre pour cela ?"

                je te répète encore, le lien entre suppression des projectionnistes et inéma numérique est fallacieuse, car tu oublies la donne économique. UGC a supprimé des 10ènes voire des 100ènes de jobs ...

                Alors là c'est la meilleure :-)
                2 mois après l'annonce de la numérisation de ses salles, UGC annonçait un plan de suppression de la moitié des postes de projectionnistes.
                • [^] # Re: Mais encore?

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Bonjour Rodolphe, je suppose l'auteur de l'article en question.


                  > Tout dépend du nombre de sorties nationales et en général des
                  > choix de programmation. Or, pour les prog les plus exigeantes,
                  > la moisson des VPF sera plus que maigre.

                  Phrase un peu ambigu, mais la moisson des VPF est plus profitable pour un exploitant pour un film hors blockbusters, le distributeur pouvant avoir mal négocier son VPF. Nous avons donc un choix entre un film d'auteur avec un gros VPF ou bien un film blockbuster avec un petit VPF ... ceci est en théorie. Dans les faits, un film qui marche bien n'est pas déprogrammé.


                  >> Les tiers-investisseurs non jamais manipulés la programmation d'un cinéma.
                  > (pour l'instant…) j'ai mis entre parenthèses, Mr Benjamin Grrrr, pas taper…

                  Ah si si :-)
                  C'est un positionnement que je n'ai jamais entendu durant toute carrière chez "les méchants".


                  >> Au fait, tu savais que, en tant qu'exploitant, si tu signais un contrat VPF, tu serais soumis à
                  >> une obligation de programmation dicté par le CNC ?
                  > Au fait, tu savais que le CNC était aussi là pour corriger les effets du marché et favoriser la diversité ?

                  Donc forcer une programmation auprès d'un exploitant, si c'est le CNC, c'est bien vu ? :-)


                  >> Et trouve cela normal ? Que ce soit le contribuable qui paye pour le renouvellement
                  >> du parc pour les seuls bénéfices des distributeurs ? Désolé, j'adhère pas.
                  > J'adhère pas non plus, mince

                  On est donc d'accord sur ce principe.
                  Les distributeurs/studios doivent mettre au pot commun.
                  Alors pourquoi on débat alors ? :-)


                  >> Le CNC n'est pas la meilleure source d'informations impartiales.
                  > "Tu sais que certaines personnes pourraient te poursuivre pour cela ?"

                  Concernant le dossier des VPF, le CNC n'a été que dans un objectif de tuer les tiers-investisseurs sous couvert de protection des salles de cinéma.
                  Le fait d'être retoqué par le conseil puis après de faire passer la loi en catimini et vite-fait devrait vous mettre la puce à l'oreille.
                  Cela dit en passant, à l'époque, le CNC se targuait d'être le dépositaire du dossier auprès du conseil de la concurrence (je pourrais retrouver les press-releases là dessus); Manque de bol, tous les gens intéressés savaient qui avait véritablement déposé le dossier.


                  >> je te répète encore, le lien entre suppression des projectionnistes et inéma numérique est fallacieuse,
                  >> car tu oublies la donne économique. UGC a supprimé des 10ènes voire des 100ènes de jobs ...
                  > Alors là c'est la meilleure :-)
                  > 2 mois après l'annonce de la numérisation de ses salles, UGC annonçait un plan de suppression
                  > de la moitié des postes de projectionnistes.

                  Vous parlez des projectionnistes, moi je parle des guichetiers.
                  Et à ce que je sache, les guichets chez UGC, Europalace et CGR, cela a commencé bien avant l'avènement du cinéma numérique, et bien des années avant. N'importe quel personne allant dans un de ces réseaux l'a constaté de ses propres yeux.
                  (ps: le fait de virer les 90 projectionnistes étaient programmés avant la décision du passage au tout-numérique)
                  • [^] # Re: Mais encore?

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Bonjour Benjamin

                    la moisson des VPF est plus profitable pour un exploitant pour un film hors blockbusters, le distributeur pouvant avoir mal négocier son VPF. Nous avons donc un choix entre un film d'auteur avec un gros VPF ou bien un film blockbuster avec un petit VPF ... ceci est en théorie. Dans les faits, un film qui marche bien n'est pas déprogrammé.

                    En gros tu proposes de faire plus les distributeurs les plus faibles. Si c'est le cas, sache que le boulot d'exploitants indépendants n'est pas forcément de les fragiliser encore plus, mais c'est un risque réel que tu pointes, et c'est bien pourquoi le fait de faire reposer cette transition sur les VPF a ses limites. Le fond du problème est bien du côté du coût du matos qui n'est pas adapté à tous les types d'exploitations.
                    Et les exploitants indépendants qui font leur boulot gardent aussi les films qui marchent pas pour leur donner une chance, tout simplement parce que ce sont des bons films. Ces histoires de VPF compliquent une équation qui était déjà suffisamment compliquée…

                    C'est un positionnement que je n'ai jamais entendu durant toute carrière chez "les méchants".

                    Pour l'instant, mais tu ne peux pas dire pour autant que passé la transition numérique ce positionnement n'évoluera pas.

                    Donc forcer une programmation auprès d'un exploitant, si c'est le CNC, c'est bien vu ? :-)

                    Forcer une programmation en échange d'une aide du CNC, oui ça peut être bien vu, tout dépend de la programmation en question.

                    Alors pourquoi on débat alors ? :-)

                    Parce que le problème principal, c'est les 80 000 euros par écran, et que les aides et les VPF ne font que pousser à la roue pour adopter un matériel dont les coûts ne sont pas encore adaptés à la majorité du parc de salles européennes, pourquoi se presser ? Uniquement pour passer les dernières daubes en 3D ? Pitié, laissons-les aux multiplexes…

                    Concernant le dossier des VPF, le CNC n'a été que dans un objectif de tuer les tiers-investisseurs sous couvert de protection des salles de cinéma.
                    Le fait d'être retoqué par le conseil puis après de faire passer la loi en catimini et vite-fait devrait vous mettre la puce à l'oreille.


                    L'instauration d'une taxe pour alimenter un fond qui corrige les effets du marché aurait été bien plus souhaitable.

                    Vous parlez des projectionnistes, moi je parle des guichetiers.

                    En effet, je parlais du maintien d'emploi qualifiés dans la profession, et de les faire évoluer vers de nouvelles compétences, donc pas d'externaliser la maintenance.

                    (ps: le fait de virer les 90 projectionnistes étaient programmés avant la décision du passage au tout-numérique)

                    Source ?
                    • [^] # Re: Mais encore?

                      Posté par . Évalué à 3.

                      > En gros tu proposes de faire plus les distributeurs les plus faibles.

                      Ah non, je n'ai pas dit cela; Je dis juste que c'est affaire de curseur (choisir un VPF plus faible pour des blockbusters ou plus fort pour des films d'auteurs [ou inversement]) ou garder un film qui marche bien en salle.
                      C'est un choix que seul l'exploitant peut faire.
                      Je ne sais pas si je suis clair.

                      > c'est bien pourquoi le fait de faire reposer cette transition sur les VPF à ses limites.

                      sans VPF, vous payez votre matériel à 100%
                      Soit par vos propres fonds, soit par le biais du CNC
                      Je vois pas trop le problème en fait.

                      > Le fond du problème est bien du côté du coût du matos qui n'est pas adapté à tous les types d'exploitations

                      C'est à dire ?

                      > Et les exploitants indépendants qui font leur boulot gardent aussi les films qui marchent pas pour
                      > leur donner une chance, tout simplement parce que ce sont des bons films. Ces histoires de VPF
                      > compliquent une équation qui était déjà suffisamment compliquée…

                      Rien n'empêche l'exploitant indépendant de conserver son film.
                      Cela n'engage que lui (et son distributeur)
                      Je suppose fortement que le distributeur serait fortement ravi de voir son film continuer en semaine suivante.
                      Les histoires de VPF ne compliquent en rien la donne.
                      J'aimerais vous poser une question, est-ce que vous êtes couvert par le VPF ? je veux dire, est-ce que vous touchez un VPF ? ou bien est-ce que Utopia utilise ses fonds propres, ou encore Utopia utilise des fonds d'aides publics ?

                      > Pour l'instant, mais tu ne peux pas dire pour autant que passé la transition numérique ce positionnement n'évoluera pas.

                      Il évoluera sur autre chose, mais pas sur ce que vous pensez.
                      Ne croyez pas que les tiers-investisseurs n'aient pas déjà prévu leurs après-10-ans dès maintenant.
                      Ils l'ont déjà prévu, mais pas en "big brother contrôlant le cinéma".
                      C'est un mythe que j'entend depuis pratiquement les débuts des tiers.
                      Après 10 ans, rien ne vous empêchera de rompre votre contrat avec un tiers.

                      > Forcer une programmation en échange d'une aide du CNC, oui ça peut être bien vu,
                      > tout dépend de la programmation en question.

                      Donc forcer une programmation en échange d'une aide d'un tiers, c'est bien vu ?
                      Même si c'est un film d'auteur ?

                      > Parce que le problème principal, c'est les 80 000 euros par écran, et que les aides et les VPF
                      > ne font que pousser à la roue pour adopter un matériel dont les coûts ne sont pas encore adaptés
                      > à la majorité du parc de salles européennes, pourquoi se presser ? Uniquement pour passer
                      > les dernières daubes en 3D ? Pitié, laissons-les aux multiplexes…

                      Pourquoi se presser ? parce que plus la transition sera effective, moins cela coûtera pour l'ensemble de la filière.
                      Avoir deux systèmes de projection actifs, cela a un coût, vous le savez bien mieux que moi.
                      (notez que les dernières daubes 3D vous permettent de survivre :)

                      > L'instauration d'une taxe pour alimenter un fond qui corrige les effets du marché aurait été bien plus souhaitable.

                      Quels sont les effets du marché ? Le fait que les tiers ne prennent pas en charge les plus petites exploitations ?
                      Si c'est le cas, depuis les débuts les principaux acteurs avaient tendu la main au CNC pour être en symbiose. Le CNC gardant son rôle de régulateur et de préservateur de la diversité des salles de cinéma. Ce dernier n'a jamais donné suite. Son but était d'assurer un VPF à lui tout seul.

                      > En effet, je parlais du maintien d'emploi qualifiés dans la profession, et de les faire évoluer vers de nouvelles
                      > compétences, donc pas d'externaliser la maintenance.

                      Je suis d'accord avec vous sur le maintien des projectionnistes et de leurs évolutions. Il existe beaucoup de nouvelles activités liés au cinéma numérique pour le projectionniste.
                      Cependant, vous noterez que l'externalisation de la maintenance (du matériel) est déjà l'affaire des principaux installateurs, et cela bien avant l'arrivé du numérique (ADDE, Decipro, Cineservices, etc...)

                      >> (ps: le fait de virer les 90 projectionnistes étaient programmés avant la décision du passage au tout-numérique)
                      > Source ?

                      Interne.
                      C'était connu bien avant la décision d'UGC d'enfin mettre en concurrence les tiers pour son passage au tout numérique.
                      Cela va dans la suite logique de sa politique qui a commencé par la suppression des guichetiers et l'installation des bornes interactives.
                      • [^] # Re: Mais encore?

                        Posté par . Évalué à 1.

                        choisir un VPF plus faible pour des blockbusters ou plus fort pour des films d'auteurs [ou inversement])

                        ça reviendra la plupart du temps à faire payer le "film d'auteur" pour l'avoir à l'affiche, alors que ça devrait être l'inverse, qu'on peut bien sur croire naïvement possible.

                        sans VPF, vous payez votre matériel à 100%

                        Sans VPF il n'y aurait pas eu ce numérique, en tout cas à ce prix-là. Les salles devraient être en mesure de s'équiper sur leurs fonds propres comme ça a toujours été le cas, le VPF cache une inadéquation du matos à l'économie des salles.

                        Rien n'empêche l'exploitant indépendant de conserver son film. Cela n'engage que lui (et son distributeur). Je suppose fortement que le distributeur serait fortement ravi de voir son film continuer en semaine suivante. Les histoires de VPF ne compliquent en rien la donne.

                        Sauf que déjà que c'est difficile de conserver des films exigeants tout en restant économiquement viables, on sera en plus pénalisés par rapport aux gougnafier, vu que l'écran occupé ne permettra pas de récupérer du VPF (et je ne parle même pas des problèmes que ça posera aux salles qui font de la multiprogrammation, qui ont déjà du mal à convaincre les distributeurs que passer leur film 2 ou 3 fois dans la journée ça suffit).

                        J'aimerais vous poser une question, est-ce que vous êtes couvert par le VPF ? je veux dire, est-ce que vous touchez un VPF ? ou bien est-ce que Utopia utilise ses fonds propres, ou encore Utopia utilise des fonds d'aides publics ?

                        On serait assez peu couverts par le VPF, et la plupart des établissements n'auront pas accès aux fonds d'aide publics, on sera pénalisés doublement.

                        Il évoluera sur autre chose, mais pas sur ce que vous pensez.

                        Mais encore ?

                        Ne croyez pas que les tiers-investisseurs n'aient pas déjà prévu leurs après-10-ans dès maintenant.

                        Je ne l'ai jamais cru un instant :)

                        Donc forcer une programmation en échange d'une aide d'un tiers, c'est bien vu ? Même si c'est un film d'auteur ?

                        Un organisme d'État est censé servir l'intérêt général, pour un tiers c'est moins sûr, mais on va déborder du sujet là…

                        Pourquoi se presser ? parce que plus la transition sera effective, moins cela coûtera pour l'ensemble de la filière.

                        Non, ça nous coûte pas plus cher pour l'instant, et ça donne du répit aux labos photochimique (pas toute la filière donc)

                        (notez que les dernières daubes 3D vous permettent de survivre :)

                        On n'en passe pas («faut vraiment que vous vous informiez sur la question» :-)

                        Si c'est le cas, depuis les débuts les principaux acteurs avaient tendu la main au CNC pour être en symbiose.

                        Je ne connais pas bien ces débuts, et n'y ayant pas pris part je me garderai d'émettre un jugement.

                        Je suis d'accord avec vous sur le maintien des projectionnistes et de leurs évolutions. Il existe beaucoup de nouvelles activités liés au cinéma numérique pour le projectionniste.

                        Cool

                        Cependant, vous noterez que l'externalisation de la maintenance (du matériel) est déjà l'affaire des principaux installateurs, et cela bien avant l'arrivé du numérique (ADDE, Decipro, Cineservices, etc...)

                        Oui, mais ça dépend des exploitants. Nous par exemple on s'efforce que nos opérateurs soient plus autonomes que ça, et ce sera plus délicat avec le numérique, ou en tout cas il y a un besoin de formations adaptées.

                        C'était connu bien avant la décision d'UGC d'enfin mettre en concurrence les tiers pour son passage au tout numérique.

                        Ouais… la coincidence est trop parfaite, désolé, j'ai du mal à vous croire sur parole, et surtout à croire que le passage au numérique n'a joué aucun rôle dans cette décision.
                        • [^] # Re: Mais encore?

                          Posté par . Évalué à 3.

                          >> choisir un VPF plus faible pour des blockbusters ou plus fort pour des films d'auteurs [ou inversement])
                          > ça reviendra la plupart du temps à faire payer le "film d'auteur"
                          > pour l'avoir à l'affiche, alors que ça devrait être l'inverse, qu'on
                          > peut bien sur croire naïvement possible.

                          Vous n'avez pas compris ce que je voulais dire.
                          D'un autre côté c'est assez dur d'expliquer le mécanisme des VPF tout en précisant que quoiqu'il arrive, ce même mécanisme ne manipulera pas la programmation, et ceci dans un formulaire de site web :)


                          >> sans VPF, vous payez votre matériel à 100%
                          > Sans VPF il n'y aurait pas eu ce numérique, en tout cas à ce prix-là.
                          > Les salles devraient être en mesure de s'équiper sur leurs fonds
                          > propres comme ça a toujours été le cas, le VPF cache une
                          > inadéquation du matos à l'économie des salles.

                          "Sans VPF il n'y aurait pas eu ce numérique", merci de le préciser :)
                          Cependant, vous oubliez le CNC :-)
                          Le but de la symbiose entre tiers privé et CNC aurait été de couvrir justement 100% du parc cinématographique.
                          Mais quand une des parties ne souhaitent pas discuter, vous ne pouvez rien faire.
                          Dans l'histoire, les plus lésés, ce sont les salles les faibles.

                          Concernant le "VPF cache une inadéquation du matériel à l'économie des salles", le VPF ne dicte pas le matériel que doit avoir l'exploitant. Le VPF précise seulement que le matériel doit être DCI (pour éviter les abus e-cinema).
                          Rien ne vous empêche d'avoir un projecteur et un player à bas prix.

                          Ceci dit, les tiers "si méchant" ont été aussi de très bon conseil pour beaucoup de petits exploitants. Déjà par les achats groupés de matériel (donc réduction du matériel) mais aussi de vérifier - à la demande de l'exploitant - les prix des projecteurs et des players (et éviter de se faire enfler)
                          Comme quoi, les tiers sont pas si méchants que cela :-)


                          > Sauf que déjà que c'est difficile de conserver des films exigeants tout en restant économiquement viables,
                          > on sera en plus pénalisés par rapport aux gougnafier, vu que l'écran occupé ne permettra pas de récupérer du VPF

                          C'est moi où vous êtes entrain de valoriser de l'effet "rotation" ? ;-)


                          > On serait assez peu couverts par le VPF, et la plupart des établissements n'auront pas
                          > accès aux fonds d'aide publics, on sera pénalisés doublement

                          "On serait", cela me semble un peu trop conditionnel pour être sûr.
                          Avez-vous vu un tiers pour faire vérifier votre position ?
                          J'ai bien vu des mono-salles se faire "tiersé"


                          >> Il évoluera sur autre chose, mais pas sur ce que vous pensez.
                          > Mais encore ?

                          Je garde le mystère dans ma prochaine réponse :-)


                          > Un organisme d'État est censé servir l'intérêt général, pour un tiers c'est moins sûr, mais on va déborder du sujet là…

                          Pas forcément. Le CNC a jouer un rôle majeur (négativement parlant) dans le dossier du cinéma numérique.
                          Nous sommes pile-poil dans le sujet.
                          Le CNC n'est absolument pas neutre sur ce sujet, preuve en est qu'il est toujours fâché avec les tiers-investisseurs encore aujourd'hui.


                          >> Pourquoi se presser ? parce que plus la transition sera effective, moins cela coûtera pour l'ensemble de la filière.
                          > Non, ça nous coûte pas plus cher pour l'instant, et ça donne du répit aux labos photochimique (pas toute la filière donc)

                          Houla, une affirmation un peu abrupte :-)
                          Je suppose que vous faites référence aux déclarations depuis pratiquement 1 an de la filière photochimie.
                          Pour poser le contexte, les deux tiers-investisseurs leaders en France ont été fondés par des anciens d'Eclair.
                          Donc par liaison, vous comprendrez que je suis aussi un ancien de ce laboratoire photochimie.
                          Il sera donc dur de ne pas avoir connaître le dessous des cartes de cette filière.

                          Tout d'abord, lorsque vous dites que cela ne coûte pas plus cher, vous vous contredisait juste après en évoquant "le répit" pour les labos. Si cela ne coûte pas plus cher alors pourquoi laisser du répit à la filière ? :-)

                          De plus, je pense que beaucoup se font avoir sur les plaintes de celle-ci.
                          C'est bien simple, si la filière en est où elle en est, c'est à cause d'elle uniquement.
                          Elle a pensé à tort que le passage se ferait moins rapidement.
                          Chez Eclair, par exemple, la filiale Cinéma Numérique a été fermé pour des raisons politico-économiques. (Q....)
                          Il suffit aussi de voir comment est géré (enfin était géré à l'époque), le pôle "encoding DCP" pour constater que cela n'était pas la priorité. (peut-être plus maintenant)

                          Monter un "laboratoire" de "packaging de film numérique" (DCP) est beaucoup moins cher que son pendant photochimie.
                          Il aurait fallu trois fois rien pour que l'ensemble des laboratoires photochimie est une division "numérique".
                          La filière photochimie avait largement de quoi passer au numérique. Ils ne l'ont pas fait pensant avoir du temps.
                          Mais c'est au pied du mur qu'ils se sont aperçus que c'était trop tard...


                          >> (notez que les dernières daubes 3D vous permettent de survivre :)
                          > On n'en passe pas («faut vraiment que vous vous informiez sur la question» :-)

                          Je vais affirmer un truc, vous me contredirez si je me trompe: Mais Utopia ne reçoit pas des aides du CNC ? :-)
                          Si c'est le cas, vous savez que ce fond est financé par la TSA, elle même prélevé sur les billets de chaque spectateur en France, et donc aussi des dernières daubes 3D :-)


                          >> Si c'est le cas, depuis les débuts les principaux acteurs avaient tendu la main au CNC pour être en symbiose.
                          > Je ne connais pas bien ces débuts, et n'y ayant pas pris part je me garderai d'émettre un jugement.

                          Et cela ne vous choque pas ?
                          Que les tiers, dès le début, aient voulu que le CNC soit partie prenante du passage au numérique, qu'ils aient demandé au CNC d'être en symbiose afin de préserver l'ensemble du parc et que finalement, celui-ci - le garant de la diversité cinématographique - est snober tous les acteurs ?
                          A ce niveau là, en tant qu'exploitant, vous devriez vous poser des questions dessus: « Comment se fait-il que le CNC ait refusé de participer ? »


                          >> Cependant, vous noterez que l'externalisation de la maintenance (du matériel) est déjà l'affaire des principaux installateurs,
                          >> et cela bien avant l'arrivé du numérique (ADDE, Decipro, Cineservices, etc...)
                          > Oui, mais ça dépend des exploitants. Nous par exemple on s'efforce que nos opérateurs soient plus autonomes que ça,
                          > et ce sera plus délicat avec le numérique, ou en tout cas il y a un besoin de formations adaptées.

                          Vous serez donc d'accord avec moi que vous faites probablement partie des exceptions;
                          La plupart des exploitants, même petit, font appel à des installateurs externes.


                          >> C'était connu bien avant la décision d'UGC d'enfin mettre en concurrence les tiers pour son passage au tout numérique.
                          > Ouais… la coincidence est trop parfaite, désolé, j'ai du mal à vous croire sur parole, et surtout à croire que le passage
                          > au numérique n'a joué aucun rôle dans cette décision.

                          Du mal à me croire, certes, mais je vous sens quand même un peu respectif à ce que je dis :-)
                          Le passage au numérique de ce groupe s'est effectué rapidement après la sortie d'un film 3D qui a très bien marché (je crois que c'était Avatar)
                          Vous pensez bien que les plans de restructurations d'une société comme celle-ci sont prises longtemps en avance (rien que pour reclasser le personnel ou bien carrément les virer, le DRH doit pas se louper...)
                          Notez bien que virer les projectionnistes, cela ne fait pas plaisir à personne, et surtout chez les tiers, dont certains étaient d'anciens projectionnistes aussi ...
                          (ouais, on était partout, c'est la grande famille du cinéma :-)

                          Les tiers sont souvent dépeint comme les méchants, c'est surtout parce qu'ils ont foutu un bordel dans le milieu:
                          - les photochimies les détestaient parce qu'ils leur piquaient du taff (enfin, c'était surtout parce que les cinémas passaient au numérique)
                          - les installateurs les détestaient car ils conseillaient les exploitants (bah oui, un câble RJ45 de 2m ca coûte pas 100€ monsieur ... ou alors c'est du plaqué-or [ps: ils ne sont pas tous comme cela hein ;-) ] )
                          - le CNC parce qu'ils secouaient cet institut un peu pousserieux* (quoique, la dernière fois que j'y suis passé, le marbre était bien nettoyé ...) (*pousserieux ne veut pas dire inutile hein :)
                          • [^] # Re: Mais encore?

                            Posté par . Évalué à 1.

                            D'un autre côté c'est assez dur d'expliquer le mécanisme des VPF tout en précisant que quoiqu'il arrive, ce même mécanisme ne manipulera pas la programmation, et ceci dans un formulaire de site web :)

                            Oui, une belle usine à gaz quoi, vive le numérique !

                            "Sans VPF il n'y aurait pas eu ce numérique", merci de le préciser :)

                            Y a pas de quoi :-)
                            (ça ne contredit en rien le fait de ne pas vouloir de ce numérique-là)

                            Le VPF précise seulement que le matériel doit être DCI (pour éviter les abus e-cinema). Rien ne vous empêche d'avoir un projecteur et un player à bas prix.

                            Pour l'instant les quelques devis qu'on a pu faire restent très élevés, donc «bas prix», je demande à voir… Pour le e-cinema, ça m'amuse beaucoup vu que l'on commence à voir des distributeurs qui commencent à envoyer des blue-ray en France, et que dans les pays où les exploitants n'auront pas accès aux aides qu'on peut avoir ici, le e-cinema va probablement faire fureur :-)

                            Je suppose que vous faites référence aux déclarations depuis pratiquement 1 an de la filière photochimie.

                            Tour à fait, merci pour les précisions cela dit.

                            Tout d'abord, lorsque vous dites que cela ne coûte pas plus cher, vous vous contredisait juste après en évoquant "le répit" pour les labos. Si cela ne coûte pas plus cher alors pourquoi laisser du répit à la filière ? :-)

                            ça ne NOUS coûte pas plus cher, nous exploitants, d'attendre.

                            Si c'est le cas, vous savez que ce fond est financé par la TSA, elle même prélevé sur les billets de chaque spectateur en France, et donc aussi des dernières daubes 3D :-)

                            Oulah, la TSA est reversée quand on fait des travaux, mais le montant de cette TSA est celui généré par les entrées que l'on fait, donc encore une fois on ne vit pas grâce aux dernières daubes en 3D, heureusement :-)

                            A ce niveau là, en tant qu'exploitant, vous devriez vous poser des questions dessus: «Comment se fait-il que le CNC ait refusé de participer ?»

                            La seule question qu'on se pose, c'est comment ce numérique-là peut se mettre en place avec force argent publique et VPF, et comme dirait Godard : « le numérique c'est n'importe quoi, il faudrait tout reprendre à zéro ». On a plutôt tendance à mettre tout le monde dans le même panier, mais on est peut-être pas des modèles de finesse :-)

                            Vous serez donc d'accord avec moi que vous faites probablement partie des exceptions

                            J'espère que non, mais je dois dire qu'on a toujours eu la faiblesse d'avoir l'arrogance de s'ériger en modèle :P

                            Vous pensez bien que les plans de restructurations d'une société comme celle-ci sont prises longtemps en avance

                            Oui, un plan de restructuration peut très bien être prévu bien en amont en vue d'un passage éventuel au numérique : « gouverner c'est prévoir » comme dirait Goscinny

                            (ouais, on était partout, c'est la grande famille du cinéma :-)

                            C'est beau !

                            Les tiers sont souvent dépeint comme les méchants, c'est surtout parce qu'ils ont foutu un bordel dans le milieu

                            On a peut-être des points communs finalement :-)
                            • [^] # Re: Mais encore?

                              Posté par . Évalué à 3.

                              (ouais, on était partout, c'est la grande famille du cinéma :-)

                              c'est la « camorra oscura » quoi (désolé, pas pu résister au jeu de mot)
                              • [^] # Re: Mais encore?

                                Posté par . Évalué à 2.

                                Faut pas déconner non plus ;-)
                                Au pire, nous, on tue avec des fraises tagada ;-)
                                • [^] # Re: Mais encore?

                                  Posté par . Évalué à 1.

                                  Au pire, nous, on tue avec des fraises tagada ;-)

                                  Brrr… c'est une mort lente, dur
                            • [^] # Re: Mais encore?

                              Posté par . Évalué à 3.

                              >> D'un autre côté c'est assez dur d'expliquer le mécanisme des VPF tout
                              >> en précisant que quoiqu'il arrive, ce même mécanisme ne manipulera
                              >> pas la programmation, et ceci dans un formulaire de site web :)
                              > Oui, une belle usine à gaz quoi, vive le numérique !

                              Houla, non, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit.

                              > (ça ne contredit en rien le fait de ne pas vouloir de ce numérique-là)

                              Vous voulez lequel alors ? :-)
                              Le e-cinema ?

                              > Pour l'instant les quelques devis qu'on a pu faire restent très élevés, donc
                              > «bas prix», je demande à voir…

                              Je vois évoquer un 80K€ dans l'un des commentaires (celui de YLD)
                              Est-ce le prix que la plupart des installateurs vous propose ?


                              > Pour le e-cinema, ça m'amuse beaucoup
                              > vu que l'on commence à voir des distributeurs qui commencent à envoyer
                              > des blue-ray en France, et que dans les pays où les exploitants n'auront
                              > pas accès aux aides qu'on peut avoir ici

                              Cela semble normal, les distributeurs (principalement français) ne souhaitent pas payer le VPF et donc contribuer.
                              Vous n'avez toujours pas compris que les distributeurs jouent contre votre camps ? :-)
                              Ils utilisent la fibre anti-VPF de certains exploitants pour les manipuler et ainsi faire reculer ce fond.
                              Leur but: que ce soit le CNC qui finance le tout, pas eux.
                              Envoyer un bluray leur coûte moins que de payer un VPF et donc contribuer au pot commun à votre numérisation.

                              >> Tout d'abord, lorsque vous dites que cela ne coûte pas plus cher, vous vous contredisait juste après en évoquant
                              >> "le répit" pour les labos. Si cela ne coûte pas plus cher alors pourquoi laisser du répit à la filière ? :-)
                              > ça ne NOUS coûte pas plus cher, nous exploitants, d'attendre.

                              Je vais essayer de le faire par "cran":

                              * Vous attendez, vous ne passez pas au numérique:
                              J'ai pu constater que les exploitants attendant perdent en moyenne entre 10 à 20% de spectateur pour aller au cinéma d'en face qui possède du matériel numérique (+ kit 3D)
                              Certes, vous faites peut-être exception car vous projetez en général des films "Art et Essai" ou affiliés.

                              * Vous n'attendez pas, vous passez au numérique mais en gardant le matériel 35mm

                              Le double matériel, cela veut dire gérer deux maintenances en même temps (même si c'est le même installateur)
                              Le système de ventilation ou de refroidissement secondaire ou plus développer pour accepter une deuxième source chaleur (sauf si vous prévu d'avoir une sorte de programmation on/off des projecteurs suivant le type de projection, mais même là, l'installation d'une sortie chaleur)
                              Plus le gap au passage au tout numérique est long, plus cela coûte rétrospectivement au cinéma.
                              Le passage au tout numérique rapidement vous permettrait de revendre vos projecteurs 35mm sur le marché de l'occasion et ainsi tirer encore un prix sur ce matériel (un peu comme une voiture: plus vous attendez, plus sa côte baisse)
                              Si vous ne le vendez pas mais le stockez, le stockage a un coût caché (sauf si vous le mettez dehors, ou bien comme trophée à l'entrée du cinéma :-)
                              en bref, Il existe une multitude de coût direct ou indirect

                              * Vous passez au tout numérique directement

                              Bon, alors pas de bol, tous les distributeurs ne sont pas au numérique et certains continue encore en 35mm, donc vous serez obligé de refuser certains films.
                              L'achat du matériel a un coût, on le sait l'un comme l'autre. (ceci dit, un projecteur 35 neuf a un coût aussi)
                              Le tout est de trouver le financement à cette transition.
                              Ceci dit, vous ne m'avez pas répondu concernant votre étude de cas auprès d'un tiers, peut-être que votre dossier serait éligible à un VPF (sauf si vous voulez absolument ne pas avoir affaire à un tiers, auquel cas, on ne peut rien faire :-)

                              > Oulah, la TSA est reversée quand on fait des travaux, mais le montant de cette TSA est celui généré
                              > par les entrées que l'on fait, donc encore une fois on ne vit pas grâce aux dernières daubes en 3D, heureusement :-)

                              J'ai peut-être trop l'habitude de discuter avec des exploitants indépendants alors :-)
                              La plupart finissent par conclure: « Sans subventions [cnc+local], je serais obligé de fermer » (malheureusement)

                              > La seule question qu'on se pose, c'est comment ce numérique-là peut se mettre en place avec force argent publique et VPF

                              C'est là que je vous suis pas (ou je dois manquer d'une information précise sur votre cas):
                              On est d'accord l'un comme l'autre que ce n'est pas à l'argent public d'être utiliser pour le passage au numérique.
                              Mais vous semblez être contre les VPF (donc financer par les distributeurs)
                              Je pense que c'est le point essentiel de notre discussion.
                              Ou alors être vous contre le matériel DCI ? (voire la norme, ce qui semblerait être en accord avec le lien de l'étude de Nicolas)

                              > On a plutôt tendance à mettre tout le monde dans le même panier, mais on est peut-être pas des modèles de finesse :-)

                              Le système des VPF des tiers français ont été adapté au "marché" français :-)
                              Les premiers systèmes de VPF étaient axés sur du leasing.

                              >, et comme dirait Godard : « le numérique c'est n'importe quoi, il faudrait tout reprendre à zéro ».

                              N'oubliez pas de dire que Godard avait prononcer cette phrase en 2000.
                              Donc 2 ans avant la création de la joint-venture DCI, et 5 ans avant la sortie de la norme.
                              Godard disait donc "Tous les discours sur le numérique, c’est n’importe quoi ! Il faudrait tout reprendre point par point", c'est ce que le DCI a fait par rapport au e-cinema :-)

                              >> Les tiers sont souvent dépeint comme les méchants, c'est surtout parce qu'ils ont foutu un bordel dans le milieu
                              > On a peut-être des points communs finalement :-)

                              Peut-être bien :-)

                              Partez du principe que les tiers ne sont pas forcément des méchants, que les distributeurs ne sont pas forcément des gentil et des êtres bienveillants à votre encontre et que le CNC n'est pas forcément le cheval blanc qu'il dépeint (et que le numérique, ca roxe... pardon :-P )
                              • [^] # Re: Mais encore?

                                Posté par . Évalué à 1.

                                J'ai pu constater que les exploitants attendant perdent en moyenne entre 10 à 20% de spectateur pour aller au cinéma d'en face qui possède du matériel numérique (+ kit 3D)

                                J'imagine bien les gens aller au cinéma d'en face (lequel ?) pour aller voir des Godard et des Antonioni en "3D" (laquelle ?).
                                Quand un cinéma se distingue par sa programmation je ne vois pas trop comment la qualité technique peut constituer un discriminant. Même l'Accatone avec ses vieilles bobines pourries a toujours un public.
                                • [^] # Re: Mais encore?

                                  Posté par . Évalué à 3.

                                  Je vais être plutôt direct sur ce point: La plupart des gens se foutent complètement de la qualité de la projection et de son type.
                                  C'est une constat que j'ai malheureusement pu observer.
                                  Et effectivement, sur les 10-20%, ce sont généralement (4/5) pour la 3D. Le reste étant sur l'effet d'annonce « cinéma numérique » et « choix d'une projection cinéma numérique en lieu et place d'une projection 35 ».
                                  Quand à la « distinction », si c'était le cas, le cinéma indépendant ou d'auteur marcherait mieux. On va pas se leurrer, c'est le cinéma pop-corn qui marche le mieux.
                                  • [^] # Re: Mais encore?

                                    Posté par . Évalué à 1.

                                    A ce propos, il y a un article intéressant sur Télérama aujourd'hui : http://www.telerama.fr/cinema/il-faut-sauver-le-cinema-d-aut(...)
                                  • [^] # Re: Mais encore?

                                    Posté par . Évalué à 2.

                                    Quand à la « distinction », si c'était le cas, le cinéma indépendant ou d'auteur marcherait mieux. On va pas se leurrer, c'est le cinéma pop-corn qui marche le mieux

                                    Ben justement, ça n'a rien à voir avec la qualité technique de la projection. Passe du Tarkovski (ou même 2001, tiens) en grand écran numérique 3D et tu n'attireras pas beaucoup plus de gens que dans une petite salle désuète.
                                    • [^] # Re: Mais encore?

                                      Posté par . Évalué à 2.

                                      Le fait de proposer plus de cinéma d'auteur ou indépendant est aussi tributaire des distributeurs.
                                      Quand tu dois tirer 100 copies 35mm * 1500 euros, tu vois bien que cela a un coût non négligeable pour le distributeur.
                                      Si tu as ton propre système de copie (on trouve des logiciels de génération de DCP à moins de 1000 euros), le coût sera moindre avec le numérique.
                                      Après, il faut le vouloir de faire 100 copies. Les 100 exploitants qui souhaitent montrer du Tarkoski, cela ne courre pas les rues.
                                      • [^] # Re: Mais encore?

                                        Posté par . Évalué à 2.

                                        Après, il faut le vouloir de faire 100 copies. Les 100 exploitants qui souhaitent montrer du Tarkoski, cela ne courre pas les rues.

                                        M'étonnerait qu'il y ait pas au moins 100 salles dans le monde qui aient un jour diffusé du Tarkovski (ou, dans le même calibre, du Godard, du Orson Welles, etc.).
                                        • [^] # Re: Mais encore?

                                          Posté par . Évalué à 2.

                                          On parle de la France là.
                                          Un distributeur FR distribue (très) rarement hors de sa zone.
                                          Et encore, quand un distributeur FR veut le proposer hors de la France, c'est un autre distributeur qui fait le boulot local, donc copie et tout le tralala (et même là, on parle même plus de distrib mais de vente à l'étranger, donc c'est encore autre chose)
                                          Donc c'est pas 100 salles dans le monde, mais 100 salles en France. Lié: un film peut très bien faire un bide en exploitation FR mais être vendu sur plusieurs 20ène ou 30ène de pays.... après c'est à la charge de la personne ayant acheté les droits "zoné" de faire son taff.
                              • [^] # Re: Mais encore?

                                Posté par . Évalué à 2.

                                Vous voulez lequel alors ? :-)
                                Le e-cinema ?


                                Il s'améliore pas mal dernièrement, et il me semble que c'est un proj 1.9K qui est préconisé pour le cinéma itinérant. Pour des écrans de 8m de base, il pourrait y avoir des solution moins onéreuses et suffisantes qui émergent. Vous le souligniez, c'est une industrie encore jeune.

                                Je vois évoquer un 80K€ dans l'un des commentaires (celui de YLD)
                                Est-ce le prix que la plupart des installateurs vous propose ?


                                Oui

                                Cela semble normal, les distributeurs (principalement français) ne souhaitent pas payer le VPF et donc contribuer. Vous n'avez toujours pas compris que les distributeurs jouent contre votre camps ? :-)

                                Ils jouent pour leur camp, et c'est normal, beaucoup d'exploitants leur demandent déjà de payer de plus en plus de choses, l'affichage, les bande-annonces, etc. (pratiques que l'on se refuse à adopter pour notre part) Ce passage au numérique advient dans un contexte déjà passablement miné…

                                Leur but: que ce soit le CNC qui finance le tout, pas eux.

                                Là c'est simplement lamentable et à courte vue mais je crois que tous n'ont pas cette position heureusement. Les plus petits des distributeurs en sont surtout à survivre…

                                J'ai pu constater que les exploitants attendant perdent en moyenne entre 10 à 20% de spectateur pour aller au cinéma d'en face qui possède du matériel numérique (+ kit 3D)

                                On se maintient à peu près. Mais voir aussi l'article de Télérama du jour (commentaire plus bas) qui souligne que ça ne se résume pas à cette dichotomie (et pas de deuxième débat hein, j'approuve pas tout l'article en question, mais il y a des points intéressants dedans)

                                Certes, vous faites peut-être exception car vous projetez en général des films "Art et Essai" ou affiliés.

                                Tout juste

                                Je vais essayer de le faire par "cran":

                                Autre cran, on y passe le plus tard possible, on garde au moins un proj 35 par établissement, car il y aura pendant quelques temps encore des copies 35 en circulation, et pour les distrib qui feront encore ce choix.

                                en bref, Il existe une multitude de coût direct ou indirect

                                ça fera gonfler sérieusement la facture et il faudra plutôt 100K€ par écran (on a même encore des salles en mono, c'est dire :)

                                Ceci dit, vous ne m'avez pas répondu concernant votre étude de cas auprès d'un tiers, peut-être que votre dossier serait éligible à un VPF (sauf si vous voulez absolument ne pas avoir affaire à un tiers, auquel cas, on ne peut rien faire :-)

                                On est pas dogmatiques à ce point et on a demandé à des tiers pour information, mais on était pas assez intéressants pour les VPF

                                J'ai peut-être trop l'habitude de discuter avec des exploitants indépendants alors :-) La plupart finissent par conclure: « Sans subventions [cnc+local], je serais obligé de fermer » (malheureusement)

                                Là j'ai pas compris le rapport avec la TSA, à part peut-être de suggérer qu'il y a indépendant et indépendant ?

                                Ou alors être vous contre le matériel DCI ? (voire la norme, ce qui semblerait être en accord avec le lien de l'étude de Nicolas)

                                Ben c'est marqué dans l'article, cette norme n'a pris assez en compte le coût du déploiement, ou plutôt il était admis lors de sa conception même que c'est l'argent public qui pourvoirait aux financement des petites salles européenne, ce que je trouve particulièrement dégueulasse (excuse my french). La question de la norme n'étant pas close, pourquoi ne pas essayer de faire bouger les lignes ?

                                Le système des VPF des tiers français ont été adapté au "marché" français :-)

                                Faut croire que non, pour qu'il faille une enveloppe de 100 millions d'euros du CNC plus les enveloppes des régions…

                                N'oubliez pas de dire que Godard avait prononcer cette phrase en 2000.
                                Donc 2 ans avant la création de la joint-venture DCI, et 5 ans avant la sortie de la norme. Godard disait donc "Tous les discours sur le numérique, c’est n’importe quoi ! Il faudrait tout reprendre point par point", c'est ce que le DCI a fait par rapport au e-cinema :-)


                                M'en fous, elle est intemporelle sa phrase, elle ne lui appartient plus tellement elle a été citée de nombreuses fois hors contexte :-)

                                Partez du principe que les tiers ne sont pas forcément des méchants, que les distributeurs ne sont pas forcément des gentil et des êtres bienveillants à votre encontre et que le CNC n'est pas forcément le cheval blanc qu'il dépeint (et que le numérique, ca roxe... pardon :-P )

                                Et inversement… mais oui on évite autant que possible d'avoir une vision Disney du petit monde du cinéma (sinon quand on sera au numérique, on va faire des trucs d'enfer, j'ai presque hâte… mais pas n'importe comment et pas à n'importe quel prix)
                                • [^] # Re: Mais encore?

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                  >>Je vois évoquer un 80K€ dans l'un des commentaires (celui de YLD)
                                  >> Est-ce le prix que la plupart des installateurs vous propose ?
                                  >
                                  > Oui

                                  Je confirme, c'était déjà ces prix là en 2009.

                                  >> Cela semble normal, les distributeurs (principalement français) ne souhaitent pas payer le
                                  >> VPF et donc contribuer. Vous n'avez toujours pas compris que les distributeurs jouent
                                  >> contre votre camps ? :-)
                                  >
                                  > Ils jouent pour leur camp, et c'est normal, beaucoup d'exploitants leur demandent déjà de
                                  > payer de plus en plus de choses, l'affichage, les bande-annonces, etc. (pratiques que l'on
                                  > se refuse à adopter pour notre part) Ce passage au numérique advient dans un contexte
                                  > déjà passablement miné…

                                  Et pourtant, tout ceux qui ont participé à l'écriture de la norme DCI les payent.
                                  Le contexte n'est pas miné, puisque ce sont eux qui vont faire les économies d'impression
                                  de bobine et de distribution. Il est juste que ces économies profites à ceux qui en font les
                                  frais, en changeant leurs équipements (i.e. les exploitants).

                                  > On est pas dogmatiques à ce point et on a demandé à des tiers pour information, mais
                                  > on était pas assez intéressants pour les VPF

                                  Le calcul est effectivement basé sur le fait que le tiers puisse collecter assez de vpf
                                  auprès des distributeurs dont vous passez les films, pour rembourser les ~80% du coût
                                  du matériel qu'il s'est engagé à vous rembourser, dans les 10 ans prévu pour la
                                  transition. Si cette équation n'est pas positive, parce que les distributeurs que vous
                                  passez ne veulent pas payer de VPF, qu'ils ne sont pas passez au numérique. Les 10
                                  ans de transition ne suffiront pas et le tiers en sera de sa poche. Comme ce n'est pas
                                  franchement son but, il peut accepter de perdre un peu, vu qu'à côté il a des cinémas
                                  qui dépasseront le seuil, mais il ne va certainement pas prendre tous les cinémas de
                                  France et de Navarre ou il sera perdant.

                                  > La question de la norme n'étant pas close, pourquoi ne pas essayer de faire bouger les
                                  > lignes ?

                                  Parce que ce n'est pas si compliqué que ça de pondre du jpeg2000+wav dans un
                                  container mxf, que c'est un format ouvert et intéropérable. Le chiffrer non plus n'est pas
                                  une chose compliquée, le déchiffrer non plus, généré des kdm non plus. Et ça oui, ça
                                  pourrait être l'objet de briques de logiciels libres, voir c'est déjà en cours.

                                  Brefle, ce qui coûte bonbon, c'est le dernier mètre, le flux chiffrer entre le serveur de
                                  lecture et le projecteur, puisque ça limite grandement les projecteurs et qu'ils coûtent
                                  tous une fortune (à juste titre).

                                  Ce qu'il faudrait, c'est que Benjamin se motive à faire un patch vlc/mplayer/whatever qu'on
                                  puisse lire les DCP (non) chiffré sur son laptop, qu'on y branche un vidéo projecteur digne
                                  de ce nom et on aura un ensemble à 5k€, voir 10k€ ou 20k€ plutôt que 80 k€ :-)

                                  Show must go on !

                                  >>Le système des VPF des tiers français ont été adapté au "marché" français :-)
                                  >
                                  > Faut croire que non, pour qu'il faille une enveloppe de 100 millions d'euros du CNC
                                  > plus les enveloppes des régions…

                                  Comme dans toute la logique industrielle. On pare au plus gros (du marché) et on
                                  essaye de trouver des solutions pour fignoler après.
                                  • [^] # Re: Mais encore?

                                    Posté par . Évalué à 2.

                                    Et pourtant, tout ceux qui ont participé à l'écriture de la norme DCI les payent.

                                    Pour la transition uniquement, c'est plutôt malin…

                                    Brefle, ce qui coûte bonbon, c'est le dernier mètre, le flux chiffrer entre le serveur de lecture et le projecteur

                                    C'est donc peut-être là-dessus que la norme pourrait être modifiée

                                    Ce qu'il faudrait, c'est que Benjamin se motive à faire un patch vlc/mplayer/whatever qu'on puisse lire les DCP (non) chiffré sur son laptop, qu'on y branche un vidéo projecteur digne de ce nom et on aura un ensemble à 5k€, voir 10k€ ou 20k€ plutôt que 80 k€ :-)

                                    terrible, avec des solutions comme ça, on se serait peut-être pas pris autant le choux :-) (reste qu'on doit être compatibles avec tout le monde vu que les studios produisent aussi quand même des bons films)
                                    • [^] # Re: Mais encore?

                                      Posté par . Évalué à 2.

                                      >> Brefle, ce qui coûte bonbon, c'est le dernier mètre, le flux chiffrer
                                      >> entre le serveur de lecture et le projecteur
                                      > C'est donc peut-être là-dessus que la norme pourrait être modifiée

                                      Ceci dit, j'y réfléchissais depuis le début de notre débat, il faudrait que je relise le passage "projecteur" du DCI, mais je crois *souvenirs lointains* qu'ils ne spécifient pas forcément de "puissance", on peut donc imaginer un petit projecteur qui respecteraient les normes DCI (et donc à moindre coût)
                                  • [^] # Re: Mais encore?

                                    Posté par . Évalué à 2.

                                    > Ce qu'il faudrait, c'est que Benjamin se motive à faire un patch
                                    > vlc/mplayer/whatever qu'on
                                    > puisse lire les DCP (non) chiffré sur son laptop, qu'on y branche
                                    > un vidéo projecteur digne de ce nom et on aura un ensemble à
                                    > 5k€, voir 10k€ ou 20k€ plutôt que 80 k€ :-)

                                    Heuuu t'étais pas obligé de balancer mon projet top-secret sur belengFR quand même ;-)
                                    (ceci dit, comme je disais à atmaniak, j'ai tellement pas de temps que je n'ai pas continué ce développement... les sources dans le svn n'ont pas bougé depuis :)
                                • [^] # Re: Mais encore?

                                  Posté par . Évalué à 2.

                                  >>Je vois évoquer un 80K€ dans l'un des commentaires (celui de YLD)
                                  >> Est-ce le prix que la plupart des installateurs vous propose ?
                                  > Oui

                                  Comme disant Stéphane, c'est un prix qui date un peu.
                                  Vous pouvez trouver des devis à environ 50K€ maintenant

                                  >> Cela semble normal, les distributeurs (principalement français) ne souhaitent pas payer
                                  >> le VPF et donc contribuer. Vous n'avez toujours pas compris que les distributeurs jouent contre votre camps ? :-)
                                  > Ils jouent pour leur camp, et c'est normal, beaucoup d'exploitants leur demandent déjà de payer de plus en
                                  > plus de choses, l'affichage, les bande-annonces, etc. (pratiques que l'on se refuse à adopter pour notre part)
                                  > Ce passage au numérique advient dans un contexte déjà passablement miné…

                                  Pourquoi miné ?
                                  Les distributeurs ne sont certes pas dans une forme olympique (malgré la croissance du nombre d'entrée) mais ils gagnent encore très bien leurs vies.
                                  La dernière discussion que j'ai eu à ce sujet avec certains distributeurs étaient qu'au début des années 2000, ils vivaient bien "voire limite cela en était indescent" (je cite); mais que même maintenant ils vivent encore bien.

                                  Si les distributeurs jouent pour leur camp, cela me choquerait pas, c'est de bonne "guerre".
                                  Mais là, ils jouent sur les deux tableaux: moins de frais de copie + aucune contribution au passage au numérique

                                  > Là c'est simplement lamentable et à courte vue mais je crois que tous n'ont pas cette position heureusement. Les plus petits des distributeurs en sont surtout à survivre…

                                  Ah non, certains distributeurs jouent le jeu : "avec le numérique, mes coûts de tirage sont en baisse, c'est normal que je participe à l'effort"
                                  D'autres (et cela va du plus petit au plus gros) jouent sur les sensibilités du "j'ai pas beaucoup d'argent" et du "je paye déjà beaucoup de chose vous savez !"

                                  >> J'ai pu constater que les exploitants attendant perdent en moyenne entre 10 à 20% de spectateur pour aller
                                  >> au cinéma d'en face qui possède du matériel numérique (+ kit 3D)
                                  > On se maintient à peu près.
                                  >> Certes, vous faites peut-être exception car vous projetez en général des films "Art et Essai" ou affiliés.
                                  > Tout juste

                                  Bizarrement, j'aime assez bien ce genre de paradoxe :)

                                  > Autre cran, on y passe le plus tard possible, on garde au moins un proj 35 par établissement, car il y aura pendant quelques temps encore des copies 35 en circulation, et pour les distrib qui feront encore ce choix.

                                  Effectivement, nous constatons aussi des passages au numérique par palier; Exemple, on ajoute un proj num dans la grande salle et la plus petite (pour les rotations numériques)

                                  >> en bref, Il existe une multitude de coût direct ou indirect
                                  > ça fera gonfler sérieusement la facture et il faudra plutôt 100K€ par écran (on a même encore des salles en mono, c'est dire :)

                                  C'est pour cela que le passage doit se faire le plus rapidement possible, afin d'éviter de tirer trop sur la corde "facture en fin de période de transition".
                                  Et cela serait plus que dramatique: vous payez votre matos 50K€, et vous vous retrouvez avec le double en fin de transition: impensable ! (et limite suicidaire)

                                  > On est pas dogmatiques à ce point et on a demandé à des tiers pour information, mais on était pas assez intéressants pour les VPF

                                  Etrange, mais c'est peut-être vrai.
                                  Vous avez été voir qui si cela n'est pas indiscret ? (de toute façon, ils ne sont pas 10.000 en France ;-)

                                  > Là j'ai pas compris le rapport avec la TSA, à part peut-être de suggérer qu'il y a indépendant et indépendant ?

                                  Cinéma "Art et Essai", désolé, j'ai tendance a englober "cinéma indépendant" et cinéma possédant l'accréditation CNC "Art et Essai"

                                  > Ben c'est marqué dans l'article, cette norme n'a pris assez en compte le coût du déploiement, ou plutôt il était admis lors
                                  > de sa conception même que c'est l'argent public qui pourvoirait aux financement des petites salles européenne, ce que
                                  > je trouve particulièrement dégueulasse (excuse my french). La question de la norme n'étant pas close, pourquoi ne
                                  > pas essayer de faire bouger les lignes ?

                                  Sujet complexe, j'ai déjà intégré cette partie dans ma (future) réponse à votre article (sinon je serais obligé de faire un énorme copier/coller ici :)

                                  > Faut croire que non, pour qu'il faille une enveloppe de 100 millions d'euros du CNC plus les enveloppes des régions…

                                  Ne pas confondre adaptation et exception :-)
                                  Les premiers systèmes de VPF étaient clairement basé sur des systèmes purement commerciaux et sur des gros réseaux (calqués sur les réseaux US)
                                  Les nouveaux modèles (apparu y'a 3,4 ans environ) sont basés sur des principes selon lesquelles les cinémas FR voire européens n'ont pas le même style de modèle économique, de distribution, de diffusion ni même de "consommation" de l'oeuvre cinématographique.
                                  Allez dire à une major que vous signer avec une monosalle qui ouvre une fois par mois :-)
                                  (je vous rassure, depuis, les studios US ont vite intégré qu'en Europe, ca allait être complètement différent)
                                  Anecdote: je me souviens de cinéma européen (allemand je crois ? ou dans les pays nordiques, je ne sais plus) qui avait des inter-séances.
                                  La norme DCI n'avait jamais prévu ce genre de cas de figure :-)
                                  (ps: cela permet aussi de lier avec votre questionnement sur une norme qui n'est pas fixée: car elle essaye de poser des bases communes mais peut très bien s'adapter aux réalités terrain)

                                  > M'en fous, elle est intemporelle sa phrase, elle ne lui appartient plus tellement elle a été citée de nombreuses fois hors contexte :-)

                                  Oui, mais faut au moins avoir l’honnêteté de donner le contexte et la date, sinon les gens pensent que Sieur Godard parle du cinéma numérique ;-)

                                  > Et inversement… mais oui on évite autant que possible d'avoir une vision Disney du petit monde du cinéma

                                  Vous inquiétez pas, je pars du principe que personne n'est blanc ou noir dans la grande famille du cinéma ;-)


                                  PS: faut vraiment que je pense a terminer ma réponse et à la compléter par rapport à notre fil de discussion
                                  • [^] # Re: Mais encore?

                                    Posté par . Évalué à 1.

                                    Vous pouvez trouver des devis à environ 50K€ maintenant

                                    ravi de l'apprendre, plus de précisions ?

                                    Les distributeurs ne sont certes pas dans une forme olympique (malgré la croissance du nombre d'entrée) mais ils gagnent encore très bien leurs vies.

                                    Oui, là y a différents cas de figure quand même, j'en connais d'autres qui tirent la langue. En fin de compte c'est surtout la sortie parisienne qui pour certains rapporte de moins en moins et a tendance à couvrir à peine les frais.

                                    Bizarrement, j'aime assez bien ce genre de paradoxe :)

                                    moi aussi :)

                                    C'est pour cela que le passage doit se faire le plus rapidement possible, afin d'éviter de tirer trop sur la corde "facture en fin de période de transition".
                                    Et cela serait plus que dramatique: vous payez votre matos 50K€, et vous vous retrouvez avec le double en fin de transition: impensable ! (et limite suicidaire)


                                    Là je ne vous suis plus… plus le temps passe, plus le prix du matos baisse et plus il y a de films disponibles en numérique, donc moins besoin de double équipement, non ?

                                    Vous avez été voir qui si cela n'est pas indiscret ? (de toute façon, ils ne sont pas 10.000 en France ;-)

                                    En effet :-) on en a vu deux sur trois dont vous, mais nos grilles de prog vous avaient laissé sans voix…

                                    j'ai tendance a englober "cinéma indépendant" et cinéma possédant l'accréditation CNC "Art et Essai"

                                    oui, y a de tout dans l'art et essai…

                                    Anecdote: je me souviens de cinéma européen (allemand je crois ? ou dans les pays nordiques, je ne sais plus) qui avait des inter-séances. La norme DCI n'avait jamais prévu ce genre de cas de figure :-)

                                    très drôle :-)

                                    Oui, mais faut au moins avoir l’honnêteté de donner le contexte et la date

                                    Mea maxima culpa, rendons à Godard ce qui appartient à Godard (mais ça m'étonnerait pas de sa part qu'il puisse refaire la même sortie aujourd'hui, juste pour embêter son monde)

                                    Vous inquiétez pas, je pars du principe que personne n'est blanc ou noir dans la grande famille du cinéma ;-)

                                    Un beau dégradé de gris
                                    • [^] # Re: Mais encore?

                                      Posté par . Évalué à 2.

                                      (désolé pour le temps de réponse)

                                      > ravi de l'apprendre, plus de précisions ?

                                      Négociations avec les constructeurs
                                      Achats groupés
                                      Leviers diverses
                                      Enfin, tout les trucs que font les tiers pour faire baisser les prix du matos en définitif :-)
                                      Y'a aussi le fait que certaines machines soient déjà en versioning 2 ou 3 et donc la v1 coûte moins cher

                                      > Là je ne vous suis plus… plus le temps passe, plus le prix du matos baisse et plus il y a
                                      > de films disponibles en numérique, donc moins besoin de double équipement, non ?

                                      Les prix baissent pour le matériel, oui
                                      mais après y'a tous les "a-côté", genre maintenance (si vous avez deux projecteurs vous aurez 2 contrats de maintenance par exemple)
                                      (enfin bon, vous je sais pas vu que vous faites tout chez vous :-)
                                      Cela rejoins ce que j'évoquais avant sur le fait qu'on ne peut maintenir deux systèmes en parallèles indéfiniment sinon cela coûte extrêmement cher à la longue

                                      > En effet :-) on en a vu deux sur trois dont vous, mais nos grilles de prog vous avaient laissé sans voix…

                                      Pourtant il me semblait qu'on avait vu encore plus terrible ;-)

                                      (PS: avec tout le thread, je sais même plus si j'ai envie de répondre sur l'autre article... ceci dit j'aurais bien aimé apporté une touche "feedback argumentations" entre ce qu'on vient de dire ici, ce que j'avais écrit et nos Q/R; afin que le texte d'origine soit plus équilibré au final)
                                      • [^] # Re: Mais encore?

                                        Posté par . Évalué à 1.

                                        (si vous avez deux projecteurs vous aurez 2 contrats de maintenance par exemple)

                                        On n'a pas de contrat de maintenance actuellement. Mais effectivement le mieux est de limiter au maximum le double équipement. Or le gros de notre programmation est constitué de films qui n'ont souvent pas de DCP, donc attendre dans notre cas n'était pas un mauvaise idée.

                                        (PS: avec tout le thread, je sais même plus si j'ai envie de répondre sur l'autre article... ceci dit j'aurais bien aimé apporté une touche "feedback argumentations" entre ce qu'on vient de dire ici, ce que j'avais écrit et nos Q/R; afin que le texte d'origine soit plus équilibré au final)

                                        Je sais pas si ça peut aider à vous motiver, mais ça m'intéressera de vous lire.
    • [^] # Re: Mais encore?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      >En passant, le métier de projectionniste va disparaître, vu que le caissier pourra bientôt >envoyer les séances depuis son pupitre... Et les prix du cinéma vont encore grimper avec pour >prétexte une répercussion des coûts d'investissement en matériel.

      On va dire que chez Utopia, le projectionniste faisant un peu tout du style contrôle des billets quand ce n'est pas caissier, il aura toujours son job d'homme/femme à tout faire.
      En tout cas, étant un des tous premiers spectateurs d'Utopia (j'y étais le lendemain de l'ouverture du cinéma à St Ouen l'Aumône), cela fait toujours plaisir de voir qu'ils sont encore bien vivants et continuent à diffuser des films de qualité sans parler de leur remarquable gazette :-)
      • [^] # Re: Mais encore?

        Posté par . Évalué à 1.

        C'est ironique le commentaire sur la gazette?
        C'est le truc que j'aime le moins chez Utopia; j'aime pas du tout le style d'écriture des critiques, sans être capable d'expliquer pourquoi, et l'impression de la moitié de la gazette dans un sens et de l'autre moitié dans l'autre, faudra que l'on m'explique parce que j'ai beau me torturer les neurones, je comprends pas à quoi sa sert à part me prendre la tête inutilement.
  • # Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.


    Je bosse dans le milieu, je n'avais pas envie de m'exprimer, mais lire tant de conneries commence a me gonfler


    Pas la peine de hurler au loup alors que tout est déjà libre ...

    On a d'un coté, une organisation, DCI, qui établit les normes du cinéma numérique "coté salle", avec une jolie doc libre, une jolie procédure de test qui contient des bons morceaux de codes libres.

    La norme DCI s'appuye sur plusieurs normes SMPTE, qui ne sont pas libres mais payantes mais ont l'avantage d'etre utilisée largement dans le milieu depuis des dizaines d'années. Et ces normes retenues dans le cadre de la norme DCI sont systèmatiquement orientée dans le sens du libre (openjpeg2000, openssl, wav...).

    Pour générer un DCP (Digital Cinema Package, l'équivalent des bobines 35 montées!), il existe de nombreux outils libres, tel que opencinematools ou bien encore en utilisant un couteau suisse.

    Par contre, aujourd'hui, on ne trouve pas de lecteur libre capable de lire ces fameux DCP et il faut malheureusement passer par des outils propriétaires pour cela. Magie, ces outils propriétaires (de marque Doremi, Dolby, GDC, ...) sont tous basés sur du gnu/linux.


    Les raleurs raleront (hihi) sur les problèmes apportés par le cryptage réalisé sur le contenu, qui n'a a mon sens rien de choquant car :
    * Il permet au propriétaire (producteur, distributeur) de disposer d'une clef master du film
    * Il permet au propriétaire de générer des clefs pour les personnes devant travailler sur la/les version/s non cryptée du contenu.
    * Il permet au distributeur de donner le droit a un exploitant de jouer le film dans une salle définie pour une période définie.

    Alors avant de jeter la pierre sur ces prétendues normes non libres, tenues par les américains (je vous rappelle que la CST en france traduit ces normes, mais les adaptes également aux spécificités du marché français, en terme de format d'image par exemple), je vous invite a jeter votre regard partisan, les préjugés politiques, et a juste admirer l'esprit d'ouverture qui transpire dans chacune des étapes de la conception de ces normes !
    • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Merci pour ces précisions. J'essayerais bien de créer un DCP pour "La Chute d'une Plume (pèse plus que ta pudeur)" mais j'ai pas accès à un projecteur numérique pour tester.

        En tout cas, épatant de constater que c'est le système de fichiers EXT3 qui a été retenu dans la norme!

        ⚓ À g'Auch TOUTE! http://agauch.online.fr

      • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

        Posté par . Évalué à 3.

        Et aussi:
        - OpenDCP (toujours développé contrairement à Opencinematools): [http://code.google.com/p/opendcp]
        - asdcplib: [http://www.cinecert.com/asdcplib]

        Merci pour tout ces liens, ça étoffe franchement la dépêche. Comme quoi prêcher le faux pour savoir le vrai ça a du bon! :-)

        P.S.: je n'ai pas trouvé de traduction des normes de la SMPTE sur le site de la CST
        • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.


          P.S.: je n'ai pas trouvé de traduction des normes de la SMPTE sur le site de la CST

          Et non, malheureusement seule la norme DCI est traduite. La CST, meme si elle est en discussion avec le SMTPE n'en traduit par les spécifications. Mais au moins elle apporte son grain de sel dans l'histoire !
      • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

        Posté par . Évalué à 1.

        Et aussi:
        - OpenDCP (toujours développé contrairement à Opencinematools): [http://code.google.com/p/opendcp]
        - asdcplib: [http://www.cinecert.com/asdcplib]

        Merci pour tout ces liens, ça étoffe franchement la dépêche. Comme quoi prêcher le faux pour savoir le vrai ça a du bon! :-)

        P.S.: je n'ai pas trouvé de traduction des normes de la SMPTE sur le site de la CST
    • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

      Posté par . Évalué à 0.

      Pas la peine de hurler au loup alors que tout est déjà libre ...

      C'est comme dire que le H264 dans le HTML 5 c'est du libre, c'est pas grave s'il faut payer pour innover :-)

      Il y sans des outils à créer en libre pour favoriser une vitalité de la création et il y a encore une réflexion à avoir sur les normes, notamment concernant la préservation du patrimoine dans les cinémathèques.
      • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        notamment concernant la préservation du patrimoine dans les cinémathèques.

        Conservation avec une volonté de se passer de 99% du contenu? laisse-moi rire.
        Les bibliothèques avec lesquelles je travaille, qui ont des centaines de To (Go, c'est dépassé) de données, sont très très sensibles à la conservation, et ils est hors de question pour elles d'utiliser autre chose que ce que propose DCI (en gros : JPEG 2000 dans du MXF). Alors ce format "qui pue pas libre" mais dont on a la spec bien précise a plus de chances d'être lu dans 1000 ans que du WebM libre, désolé (en plus, WebM ne peut pas être utilisé : à ma connaissance, il ne gère pas une résolution de 12 bit par canal et sans chroma subsampling et la possibilité de lossless, ce que les conservateurs recherchent).

        Ceux qui s'occupent de conservation veulent des formats accepté par la majorité des acteurs et avec un minimum de sérieux et d'historique --> SMPTE / ISO / IEC.
        C'est faux de mettre en avant la conservation pour faire du prosélytisme libriste, c'est plutôt le contraire du fait du manque de déploiement aujourd'hui (rappel : DCI / SMPTE / ISo / IEC publient leur spec, et les bibliothèques ont les specs. Ces specs ont moins de chances d'être perdues que les Specs WebM du fait de leur diffusion et utilisations effectives)
        • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

          Posté par . Évalué à 2.

          C'est dans l'autre sens qu'il faudrait que les choses se produisent: faire avec les normes existantes, et racheter les droits dessus pour les libérer.

          Sur le modèle de ce qu'a fait Google pour le VP8 (sauf que VP8 n'est pas une norme). Mais pour ça il faudrait de l'argent, donc soit des citoyens nombreux, soucieux de l'indépendance du cinéma numérique et prêts à cotiser (rêvons un peu), soit une volonté des pouvoirs publics.

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Alors avant de jeter la pierre sur ces prétendues normes non libres

      Il est difficile pour certains libristes d'accepter que d'autres libristes puissent développer du code libre pour des méchantes specs pas libres mais disponibles quand même. Et en plus ces salauds font du BSD, quel affront! ;-).

      je vous invite a jeter votre regard partisan, les préjugés politiques, et a juste admirer l'esprit d'ouverture qui transpire dans chacune des étapes de la conception de ces normes !

      Tu rêves la!
      • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Et en plus ces salauds font du BSD, quel affront! ;-).

        Ce qui montre bien que ce n'est pas libre.


        -------> []

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      On a d'un coté, une organisation, DCI, qui établit les normes du cinéma numérique "coté salle", avec une jolie doc libre, une jolie procédure de test qui contient des bons morceaux de codes libres.

      Le DCI a produit une spécification, qui est plus proche de la recommandation que de la norme. Comme il est indiqué dans le document
      This document is a specification developed and adopted by Digital Cinema Initiatives, LLC. This
      document may be revised by DCI. It is intended solely as a guide for companies interested in developing products, which can be compatible with other products, developed using this document.

      Elle propose surtout une inter-opérabilité. J'avoue ne pas comprendre ce que l'on entend par norme/spécification libre ou pas libre. Elle est en effet téléchargeable gratuitement et basé sur les normes de la SMPTE qui sont payants ( comme la plupart des normes), mais cela n'a toujours rien à voir avec le libre.
      A propos de ces normes, on est actuellement en pleine validation internationale. Pratiquement toutes les normes du SMPTE sur le cinéma numérique sont passé norme ISO. Là il y a un décalage car d'après un rapport récent de le comission europééene [http://www.google.com/url?sa=t&source=web&cd=1&v(...)]
      il faudrait encore travailler sur ces normes pour proposer un modèle adapter à tout les besoins du cinéma européen( "flexibility and transparency in the standardisation process, so that digital cinema projection standards can meet the diverse needs of European cinemas;")

      Le document du DCI n'est pas uniquement "coté salle", puisqu'il décrit aussi la réalisation des masters ( coté post production). Il se positionne sur toute la chaine de production cinématographique.


      La norme DCI s'appuie sur plusieurs normes SMPTE, qui ne sont pas libres mais payantes mais ont l'avantage d'etre utilisée largement dans le milieu depuis des dizaines d'années. Et ces normes retenues dans le cadre de la norme DCI sont systèmatiquement orientée dans le sens du libre (openjpeg2000, openssl, wav...).

      La aussi je pense qu'il ne faut pas opposer libre et payant. Le SMTPE préconise plutot le [[JPEG_2000]] qui est aussi une norme. openjpeg [http://www.openjpeg.org] est un codec implémentant le Jpeg2000 développé, en libre, initié par le groupe de recherche EDCine.


      Par contre, aujourd'hui, on ne trouve pas de lecteur libre capable de lire ces fameux DCP et il faut malheureusement passer par des outils propriétaires pour cela. Magie, ces outils propriétaires (de marque Doremi, Dolby, GDC, ...) sont tous basés sur du gnu/linux.

      On peut tout à fais avoir des solutions propriétaires sous linux ( cf. Flash)


      A mon avis, il ne faut pas limité le débat entre le libre et le cinéma numérique à une vision microscopique/technique ( savoir quel outil libre on utilise ou pas). Il faut aussi l'étendre à une vision macroscopique. A l'heure actuelle pour les exploitants de salles cela veux dire payer un matériel numérique 2 à 3 fois plus cher que l'ancien, ayant une durée de vie 3 fois inférieure ( 10 ans au lieu de 30). Tout cela au final pour la même qualité d'image ( hormis l'épiphénomène de la 3d).
      Du coup la transition vers le numérique dans le cinéma amène un surplus de contrainte, à l'inverse de transition numérique dans d'autres domaines ( photo par exemple).

      Le passage au numérique devrait donner une plus grande flexibilité pour tout les exploitants. La norme du DCI est pensé pour les grands exploitants et semble bien convenir. Mais en Europe les multiplexes représente 10 % des cinémas et 31% des cinémas sont des salles a un seul écran ( chiffres du rapport européen COM(2010) 487 final).

      Le modele du DCI s'dapate mal aux petites salles et aux indépendants comme le souligne l'European Digital Cinema Security White Book [http://www.edcine.org/edcine] dans ses recommandations.

      Le cinéma a besoin de normes, régit par des organismes internationaux. Mais c'est normes doivent d'un point de vue économique et pratique être utilisable par tout les "acteurs" de l'industrie cinématographique. Certaines des propositions de la spécification du DCI vont dans ce sens ( en particulier celles sur le DCP), mais celles sur la sécurité ou bien sur le format des masters ( 8To pour un master 4k) pas du tout.

      Le modèle du logiciel libre pourrait proposer des solutions moins lourdes; autant d'un point de vue de l'équipement que celui du logiciel. Mais la bataille se passe aussi du côté des normes en les faisant évoluer afin d'accepter d'autres formats ou bien en allégeant certaines contraintes.


      Atamiak: tu bosses dans le milieu, je prévois de faire une thèse sur la transition vers le cinéma numérique. Pourrais-je éventuellement t'interviewer dans ce cadre ?
      Je serai aussi intéresse par tout avis/interview de personnes travaillant dans le domaine

      Nico.
      • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.


        A mon avis, il ne faut pas limité le débat entre le libre et le cinéma numérique à une vision microscopique/technique ( savoir quel outil libre on utilise ou pas). Il faut aussi l'étendre à une vision macroscopique. A l'heure actuelle pour les exploitants de salles cela veux dire payer un matériel numérique 2 à 3 fois plus cher que l'ancien, ayant une durée de vie 3 fois inférieure ( 10 ans au lieu de 30). Tout cela au final pour la même qualité d'image ( hormis l'épiphénomène de la 3d).
        Du coup la transition vers le numérique dans le cinéma amène un surplus de contrainte, à l'inverse de transition numérique dans d'autres domaines ( photo par exemple).


        Le problème dans l'histoire est que l'on tente de comparer des choux et des carottes. Et c'est vraiment une betise.

        On a d'un coté une technologie vieilissante, la pellicule, qui malgré ses qualitées averées a plusieurs défauts tel qu'un vieillissement très rapide dans des conditions d'exploitation tradiotionnelle, un cout de transport non négligeable et une unicité du support.
        Du coté du numérique on a une technologie qui permet de garantir une qualité de projection homogène, de la première a la dernière diffusion, un cout de transport réduit (un simple disque dur) et une multiplicité qui permet aux cinémas de multiplier les programmations.

        La 3D, qu'elle soit un effet de mode ou un réel avenir pour le cinéma, représente aussi un plus non négligeable : qui continuerait a payer pour aller au cinéma voir un film plein de rayures en 2D alors qu'il pourrait regarder un film d'une qualité toujours "parfaite" chez soit en 3D ?

        Je voudrais revenir aussi sur la durée de vie du matériel, on parle aujourd'hui d'une dizaine d'année pour le numérique, contre une trentaine d'année pour l'argentique. La encore attention, personne n'a le retour nécessaire sur ce type de matériel, et les fabricants sont capables de proposer des garanties de 10 ans.
        Personne ne dit que certains équipements ne tiendront pas au dela ... (comme dans l'informatique finalement).
        Pour l'argentique, on parle de 30 ans. Mais il faut voir ce que cela implique, des vieux projecteurs de 30 ans dont aucune pièce n'a été changée et qui ont été utilisés en exploitation normale n'existent pas. Et l'entretien a minima pose de nombreux soucis : vieillissement prématuré de la pellicule, son qui saute, défilement saccadé et lumière non uniforme a l'écran...

        Attention, je ne dis pas ici que je suis pour le numérique, contre le 35mm, j'essaye juste d'évoquer des faits, basés sur mon vécu.

        Je ne vais pas rentrer non plus dans le débat sur l'économie, trop complexe et trop sujets a polémiques ... (oui, le cinéma est archi subventionné, oui vous pouvez aujourd'hui en vous débrouillant bien vous faire rembourser LARGEMENT plus que le cout de passage au numérique pour votre cinéma!)

        Concernant la demande d'itw, pas de soucis, n'hésite pas a me contacter si tu as la moindre question : pseudo @ gmail.com
        • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

          Posté par . Évalué à -1.

          La 3D, qu'elle soit un effet de mode ou un réel avenir pour le cinéma, représente aussi un plus non négligeable

          à part faire vendre de l'aspirine, je vois pas trop… et puis à coup de Green Hornet où la 3D est du foutage de gueule, les spectateurs qui choisissent encore d'y aller auront tôt fait d'y voir l'arnaque que c'est en réalité.
          • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            C'est tout le soucis de la 3D aujourd'hui. Une 3D postproduite, même en y mettant le budget, restera d'une qualité bien inférieure a une 3D réalisée a la captation par de vrais stéréographes ...
            Par exemple, Warner a eu la bonne idée de ne pas sortir le dernier(avant) Harry Potter en 3D car le résultat n'était pas a la hauteur ... (le dernier-dernier sera en 3D, il a semble t'il meme fallu retourner quelques scènes pour que ce soit finalement crédible ...)

            Il y a un film que j'adore citer en exemple, c'est Street Dance 3D : film anglais a petit budget (dont le scénario tient sur un postit) tourné en 3D avec une réalisation/montage pour de la 3D : le résultat (visuel uniquement, je vous rappelle qu'il n'y a pas d'histoire!) est très agréable a regarder et de nouveaux mouvements de caméras font une apparition (ce qui n'était pas possible avant, a cause notamment de la limite des 24 images / secondes).
            • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

              Posté par . Évalué à 2.

              L'autre problème de la 3D, c'est que ça n'apporte cinématographiquement pas grand chose. Comme le disait très bien C.Nolan dans les Inrocks cet été, l'effet d'immersion joue déjà à plein avec la 2D, pas besoin de 3D qui est et a toujours été un gadget couteux.
              Par contre je comprends les industriels qui aimeraient bien balancer des pubs Haribo 3D à tout le monde, car le regard est plus captif because les lunettes (toujours ce fameux temps de cerveau disponible…).
              • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                L'autre problème de la 3D, c'est que ça n'apporte cinématographiquement pas grand chose.

                L'autre problème de la couleur, c'est que ça n'apporte cinématographiquement pas grand chose.
                Mais même si ça n'apporte pas grand chose, qui se passerait de couleur aujourd’hui excepté pour une volonté artistique? (genre "Renaissance http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18407696&(...) en pur noir et blan, dégradé de gris interdit)

                PS : pour la plupart des films où il n'y a pas un travail fait sur les couleurs, si tu me prends Blade runner ça serait effectivement dur sans couleur :).
                • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

                  Posté par . Évalué à -1.

                  L'autre problème de la couleur, c'est que ça n'apporte cinématographiquement pas grand chose

                  Argument absurde, vu qu'il n'y a jamais eu besoin de logiciels pour empêcher d'avoir mal à la tête quand on regarde un film en couleur. Or ici, la stéreoscopie est tout sauf naturelle pour nos yeux, et en plus on veut gaver les gamins avec ça, bonjour le scandal sanitaire à venir…
                  • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Or ici, la stéreoscopie est tout sauf naturelle pour nos yeux, et en plus on veut gaver les gamins avec ça, bonjour le scandal sanitaire à venir…

                    Où est-ce que j'ai déjà entendu ça... Ah oui : les jeux vidéo, ça flash de partout, ça bouge trop, c'est tout sauf naturel (et ça provoque des crises d'épilepsie en plus, preuve que c'est le mal absolu), et en plus on veut gaver les gamins avec ça, bonjour le scandal sanitaire à venir…

                    Sinon, je sais pas toi, mais moi je vois en couleur et en 3D (du moins, une profondeur : je sais dire si un objet et loin ou pas sans devoir avoir un artifice de flou pour me le montrer sur une image 2D). Couleur, 3D, même combat.
                    • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

                      Posté par . Évalué à 3.

                      les jeux vidéo, ça flash de partout, ça bouge trop, c'est tout sauf naturel (et ça provoque des crises d'épilepsie en plus, preuve que c'est le mal absolu), et en plus on veut gaver les gamins avec ça, bonjour le scandal sanitaire à venir…

                      Sauf les jeux libres sous aGPLv3 où même le contenu est libre (sans clause NC, attention!). Ces jeux-là soignent le cancer et rendent la vue aux paralysés.

                      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                  • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

                    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                    Oula, encore un raccourci.

                    Alors on va reprendre depuis le début, la stereoscopie ne donne pas mal a la tête, c'est le (mauvais) usage qui en est fait qui donne mal a la tete.

                    Tout comme dans la vraie vie cela donnerait mal a la tete de loucher pendant une durée "longue", la stereoscopie mal utilisée force les yeux a faire des mouvements qui ne sont pas habituels ... et qui donnent mal a la tete.

                    Loin d'avoir besoin de "logiciels" pour empecher ces phenomenes, ce qu'il faut ce sont de vrais bons techniciens (stéréographe!) dont le metier est d'adapter les moyens de captation au sujet filmé, mais aussi au rendu qui doit en etre fait.
                    Et la captation n'est pas le seul problème, il y a aussi le problème du sous-titrage : mettre les sous titres au meme endroit que d'habitude (en bas au centre) devant le plan de l'image va simplement donner mal à la tete. Les placer dans l'axe naturel du regard (ie : l'element important de la scène) permettra par exemple d'éviter ce problème!

                    Bref, encore une fois, evitons les raccourcis sur des sujets complexes ...
          • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            et puis à coup de Green Hornet où la 3D est du foutage de gueule, les spectateurs qui choisissent encore d'y aller auront tôt fait d'y voir l'arnaque que c'est en réalité.

            Il faut faire très attention à la qualité de la "3D" de 2010 : une bonne partie des films n'a d'une pas été tourné en 3D donc c'est du faux 3D au montage, et de deux pas fait avec des outils matures (le 3D industrielle est très neuve!).
            De plus, dans les salons pros, il y a plein d'offre de logiciels (proprios bien sûr :( ) de post-production pour faire "moins" mal à la tête des spectateur. Il va falloir du temps entre l'achat des logiciels, leur maîtrise puis les films au cinéma. C'est le début, avec des pots cassés, comme toujours, mais ça ne condamne pas une technologie.
        • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

          Posté par . Évalué à 1.


          Du coté du numérique on a une technologie qui permet de garantir une qualité de projection homogène, de la première a la dernière diffusion, un cout de transport réduit (un simple disque dur) et une multiplicité qui permet aux cinémas de multiplier les programmations.

          Encore mieux : via adsl ou satellite.

          Plus aucun support physique :-)
      • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Du coup la transition vers le numérique dans le cinéma amène un surplus de contrainte, à l'inverse de transition numérique dans d'autres domaines ( photo par exemple).

        Cette phrase, je l'entendais il y a quelques années de la bouche des "pros" de la photo (photographe et développeur), n'empèche oui les débuts étaient moches (quoi? Une photo en 1024*768?...), mais maintenant il est inimaginable qu'un photographe ne soit pas en numérique. Et les développeurs qui ont mis du temps à s'équiper, et donc acquérir de l'expérience, s'en sont mordus les doigts.

        Cinéma, photo, même combat numérique : les débuts amènent peu de gain qualitatif (2K, c'est même pas l'équivalent du 35 mm!), mais si tu n'aquierts pas de l'expérience maintenant avec le numérique, la transition sera plus douloureuse quand les concurrents passeront facilement au 4K puis 8K.

        ( hormis l'épiphénomène de la 3d).

        Oui, comme l'épiphénomène de la couleur par rapport au N&B ;-).

        bien sur le format des masters ( 8To pour un master 4k) pas du tout.

        Euh... Et tu stockes comment les images en gardant une qualité qui va bien? Et les prix descendent vite.

        Tout n'est pas rose dans ce monde, mais on a quand même l'avantage d'avoir une norme acceptée par tout le monde ou presque, qu'on peut ré-implémenter sans problèmes (normes non libres, mais librement implémentables y compris en libre), c'est déjà pas mal.

        Sinon, j'apprécie la tenue des commentaires, ils sont longs, réaliste sur l'état du marché, et bien complets!
        • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

          Posté par . Évalué à 3.

          il est inimaginable qu'un photographe ne soit pas en numérique

          Il reste tout de même pas mal de vieux photographes ou cinéastes (comme Depardon) qui ne jurent que par le grain que leur offre tel ou tel film. Jusqu'à présent le numérique fait disparaître ou atténue fortement ce grain et "trahit" donc l'oeuvre originale (selon l'auteur ou ses ayants droits dont l'accord préalable est indispensable à toute numérisation en regard de la législation actuelle).

          Et puis pour la "HD analogique", il y a aussi le 70mm (utilisé pour les premiers Stars Wars par exemple)...

          Mais c'est vrai qu'à la longue les copies film (sur support "celluloïd") ont tendance à se vinaigrer [http://ceroart.revues.org/index395.html] et donc à s'altérer plus ou moins rapidement. Cela nécessite pas mal de traitements quelque peu hasardeux pour les restaurer ou bien, des frais importants pour les conserver (températures constantes, voire contrôle des gaz de l'atmosphère des lieux de stockage). Certes on a fait des progrès depuis les films "nitrate" auto-inflammables, mais le numérique permettrait d'apporter un réel plus de ce côté là.
          • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !j

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Et puis pour la "HD analogique", il y a aussi le 70mm (utilisé pour les premiers Stars Wars par exemple)...

            Le 70mm coûte très cher et Georges Lucas n'avait pas vraiment les moyens. Donc Star Wars a été tourné en 35 mm puis, par la suite, il a été gonflé en 70 mm pour avoir du contenu dans les salles IMAX.
      • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

        Posté par . Évalué à 2.

        > Je serai aussi intéresse par tout avis/interview de personnes travaillant dans le domaine

        Ah, si tu recherches, je suis preneur aussi :)
    • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

      Posté par . Évalué à 2.

      > on ne trouve pas de lecteur libre capable de lire ces fameux DCP

      Arrête de me tenter ... :)
      Tu sais très bien qu'en ce moment j'ai pas le temps :P
  • # et les processus de billetterie ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    bon ok, je préviens par avance : je vais faire un peu mon monomaniac...

    autant la question de la diffusion numérique d'œuvres est centrale (et Utopia est très bien positionné pour la poser), autant les questions de billetterie sont toujours aussi évacuées partout où cela se pose (cinéma, théâtre, musée, sports...), au profit, toujours, de logiciels privateurs.

    pourtant la billetterie est un processus central dans l'activité de telles structures. c'est même leur centre nerveux !... et ceux encore plus lorsque celle-ci est couplée avec la gestion des publics.

    il existe un logiciel libre de billetterie informatisée (ainsi que de vente en ligne de billets)... faîtes-le savoir. le CNC est quelque peu rigide (et c'est une gageure que de dire ça) et un peu passéiste (techniquement) dans son cahier des charges en la matière, mais un effort est actuellement en cours pour s'y conformer. faîtes le savoir !

    e-venement :
    o http://www.libre-informatique.fr/sw/01-Billetterie/e-venemen(...)
    o https://gna.org/projects/e-venement/
  • # Idée saugrenue

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Pourrait on pas imaginer de bidouiller les projecteur 35mm classique, afin de les transformer en projecteur numérique un peu dans le genre de http://www.allinbox.com/ ?

    ok je --> []

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

    • [^] # Re: Idée saugrenue

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      J'ai été opérateur de cinéma 35 mm. Ces projecteurs n'ont pas grand chose à voir avec les projecteurs numériques :
      - Entraînement des bobines : inexistant.
      - Entraînement du film par a coups devant une croix de malte et système de tendeurs : inexistant.
      - lecteur magnétique ou optique de la piste son : inexistant.
      Ces mécanismes constituent l'essentiel d'un projecteur 35 mm et expliquent leur taille.

      Il reste l'optique et la source lumineuse (lampe à arc ou xénon) : Elle n'est pas forcément adaptée au besoin car un film 35 mm défile et est légèrement chauffé par la lampe. S'il s'arrête, ça fait un trou dans le film. Au début du cinéma, cela déclenchait un incendie.
      Il faut avec le numérique des lampes qui ne rayonnent pas dans l'infra-rouge et un refroidissement puissant de la surface active.

      Je pense que vouloir réutiliser les projecteurs 35 mm est presque aussi difficile que d'utiliser un tourne-disque pour lire des CD !
    • [^] # Re: Idée saugrenue

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Malgré le "je -> []", je me permet ici de mettre quelques liens permettant de mieux comprendre comment se passe la projection cinématographique.

      En argentique, on a donc un "projecteur" (1) souvent couplé avec des plateaux, dont le but est de faire défiler une pellicule (de 35mm) (2)

      Pour simplifier, la pellicule est traversée par la lumière issue de la "Lanterne" (3), grossie par un système optique et reflechie sur l'écran

      Pour le numérique on a en fait un premier découpage :
      - 1 serveur qui va stocker et jouer le contenu
      - 1 projecteur qui va projeter une image sur l'écran.
      (meme si les connaisseurs souligneront qu'il existe maintenant des projecteurs avec IMB integré ... je prefere quand meme séparer les roles!)

      Pour les projecteurs deux technologies s'affrontent : le DLP -Texas Instrument- et le SXRD -Sony-.

      Le SXRD a l'avantage d'etre deja disponible en 4K, le DPL n'étant actuellement commercialisé qu'en 2K (6), cependant les matrices SXRD n'acceptent pas de lampes aussi puissantes que le DLP ce qui limite la taille des écrans sur lesquels ils sont utilisés, perdant ainsi le gain de résolution qu'elles auraient pu apporter ...

      (et oui, l'augmentation de la résolution est surtout visible par le commun des mortels quand on augmente la surface sur laquelle l'image est visible !)

      1/ http://www.projectionniste.net/projecteur-cinema-35mm.htm
      2/ http://fr.wikipedia.org/wiki/Format_35_mm
      3/ http://www.projectionniste.net/lanterne.htm
      4/ http://en.wikipedia.org/wiki/Digital_Light_Processing
      5/ http://en.wikipedia.org/wiki/Silicon_X-tal_Reflective_Displa(...)
      6/ http://en.wikipedia.org/wiki/2K_resolution

      Bonnes lectures :)
  • # Manquement d'objectivité.

    Posté par . Évalué à 2.

    Repéré depuis quelques temps déjà (je devais en faire une réponse ce weekend justement), le texte d'OWNI est bourré d'inexactitudes voire carrément d'erreurs.

    L'auteur pense connaitre les coulisses en ne voyant que la facade.

    je pensais à tort que ce texte ne serait lu par personne, finalement, je m'aperçois que je le retrouve ici

    Dommage.
    • [^] # Re: Manquement d'objectivité.

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Mais encore ?
      • [^] # Re: Manquement d'objectivité.

        Posté par . Évalué à 3.

        Je n'avais pas vu que tu étais conférencier :)

        Note qu'il y a pas "quelques" erreurs lors de ton passage.
        J'en ai noté quelques unes:

        > normes imposées par le studio

        Tout comme le 35mm à l'heure actuelle.
        (dont le représentant d'Utopia évoque une norme ouverte non changée depuis sa création, par les frères lumières, manque de bol, c'est le système Edison qui a été choisi pour l'industrie, première bourde...)

        > 2 To / 4 To, première barrière pour les petits films

        Tu plaisantes j'espère ? :-)
        J'encode des DCP sur mon portable.
        La moindre petite société peut s'acheter un serveur avec quelques disques de stockage.

        Au pire, si cela n'est pas possible, rien n'empêche de le faire bobine par bobine.
        Tu prends des séquences de 10.000 frames (10.000 x 10 Mo (dpx/tiff en 2K) => 100.000 Mo ~ 100 Go de sources (environ 7 minutes de film à 24 FPS)
        Encodé, cela va donner environ entre 200Ko à 1M la frame (suivant son contenu), cela te fera la bobine entre 2 Go et 10 Go.
        C'est pas la mort...

        > 2K Movie ~ 235 Gb

        Tu fais des projections de films de plus de 6h ? :)
        Je n'ai jamais vu un DCP avoir cette taille, même en 3D.
        Le range serait entre 60 et 120 Go suivant le temps et si c'est du 24 ou 48 FPS

        > KDM = DRM for cinema

        Erroné.
        Ce n'est pas parce qu'on utilise un système de chiffrement par clef que cela est automatiquement un DRM.
        (dans la DCI, c'est indiqué "Digital Rights Management", mais c'est un terme générique)

        > qui gère les clefs ?

        Tu devrais le savoir si tu connais ton sujet :)

        > un modèle sans clef n'existe pas

        Heu, j'espère avoir très mal compris, mais si: il te suffit de générer un DCP non crypté.
        Ou alors tu parles de complètement autre chose.

        Je pensais passer l'année dernière au RMLL mais finalement je me suis abstenu, je le regrette maintenant car cette conférence m'aurait vraiment plu...
        • [^] # Re: Manquement d'objectivité.

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          >Tu fais des projections de films de plus de 6h ? :)
          >Je n'ai jamais vu un DCP avoir cette taille, même en 3D.
          >Le range serait entre 60 et 120 Go suivant le temps et si c'est du 24 ou 48 FPS

          C'est marrant ca. Dans la spec DCI chapitre 7.5.3.7 je vois des exemples allant de 123 Gb (rate de 80 Mbits/sec) jusqu'à 378 Gb (rate de 250 Mbits/sec) pour des films de 3 heures. et cela pour du 24fps.

          >> KDM = DRM for cinema

          >Erroné.
          >Ce n'est pas parce qu'on utilise un système de chiffrement par clef que cela est >automatiquement un DRM.
          >(dans la DCI, c'est indiqué "Digital Rights Management", mais c'est un terme générique)

          Pourtant on donne bien dans la DRM une info disant que l'on peut projeter le film uniquement sur une période donnée.(cf. section 9.3.2 de la spec du DCI). C'est ce genre de contrainte qui font que la notion de KDM et DRM sont proches. C'est le distributeur qui impose la durée de projection non pas l'exploitant ( effectivement après discussion commerciale j'imagine). Du coup ce modèle fitte bien avec les besoins des multiplexes, mais pas pour les exploitants indépendants. Qui semaine après semaine décide suivant le film de continuer à le projeter, ou bien de le projeter plus tard, etc ... Et apprécie cette liberté de projection


          >> qui gère les clefs ?

          >Tu devrais le savoir si tu connais ton sujet :)
          Pour faire la KDM il faut la clef publique du serveur de projection de l'exploitant de salle. Ces clef publiques sont gérés par qui ? Existe-t-il un organisme les gérants. Comment un distributeur a accès a ces clef ? Tout cela afin de permettre une génération de KDM, une fois les accords commerciaux conclus, quelque sois la salle.

          >> un modèle sans clef n'existe pas

          >Heu, j'espère avoir très mal compris, mais si: il te suffit de générer un DCP non crypté.
          Dans ce cas reste-t-on conforme à la spec du DCI ? Je ne pense pas.
          • [^] # Re: Manquement d'objectivité.

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.


            C'est le distributeur qui impose la durée de projection non pas l'exploitant ( effectivement après discussion commerciale j'imagine). Du coup ce modèle fitte bien avec les besoins des multiplexes, mais pas pour les exploitants indépendants. Qui semaine après semaine décide suivant le film de continuer à le projeter, ou bien de le projeter plus tard, etc ... Et apprécie cette liberté de projection

            Je rappelle que toute programmation d'un film dans une salle se fait en fonction d'une discussion commerciale entre le distributeur dudit film et le cinéma (ou son programmateur). Cette discussion porte sur plusieurs points tel que : la durée, le nombre de séance (ahem) mais aussi la répartition des recettes.

            Dans le cas du 35mm, tout cinéma qui disposerait de la copie se retrouve contrainte a ne le jouer uniquement qu'en présence du support physique (la pellicule).
            Il ne faut pas réver, un cinéma ne garde jamais de copie physique d'un film qu'il ne joue plus et ne peux donc pas faire sa programmation "au fil de l'eau", car le distributeur doit maximiser la rotation (changement de cinéma) de chacune des copies pour rentabiliser le cout de celles-ci.

            Dans le cas du numérique, tout cinéma qui disposerait d'une copie numérique et de la clef associée (KDM) peut jouer le film (pendant la période autoriseé sur la KDM).

            Si le film fonctionne bien et qu'un cinéma souhaite poursuivre son exploitation, il suffit simplement de demander une nouvelle KDM au distributeur ... Mais comme les distributeurs font généralement des KDM pour des durées "longues" (c'est chiant de gérer des demandes de renouvellement de clefs) le problème se pose bien moins souvent qu'on ne pourrait le croire.


            Dans ce cas reste-t-on conforme à la spec du DCI ? Je ne pense pas.

            On a pas du lire la même norme, ou tu n'as aucune idée du fonctionnement du cinéma dans le monde. Car bizarrement, dans le monde que je vis tous les jours, la majorité des DCP ne sont pas cryptés, car on l'oublie trop souvent, dans une projection il n'y a pas que le film, mais de nombreux autres DCP en avant-séance (publicités, cartons promos, films annonces, ...) et ces DCP ne sont pas cryptés.
            Après tout, le but d'un film annonce est d'etre diffusé le plus largement possible, pas d'en restreindre la diffusion ...
          • [^] # Re: Manquement d'objectivité.

            Posté par . Évalué à 2.

            Mon camarade atmaniak a déjà répondu mais je vais en rajouter une couche (de toute façon, je suis sur la réponse de Rodolphe depuis ce matin, donc allons-y clairement)
            > C'est marrant ca. Dans la spec DCI chapitre 7.5.3.7 je vois
            > des exemples allant de 123 Gb (rate de 80 Mbits/sec)
            > jusqu'à 378 Gb (rate de 250 Mbits/sec) pour des films
            > de 3 heures. et cela pour du 24fps.

            Le tableau en 7.5.3.7 est un exemple théorique. Comme tout exemple théorique, dans les faits, il n'est pas forcément atteint.
            Tous les films distribués depuis près de 2 ou 3 ans tournent entre 60 et 120 Go.

            > Pourtant on donne bien dans la DRM une info disant que l'on
            > peut projeter le film uniquement sur une période donnée.(cf.
            > section 9.3.2 de la spec du DCI). C'est ce genre de contrainte
            > qui font que la notion de KDM et DRM sont proches.

            "Proche". Tu fais bien de le souligner :-)
            De plus, les distributeurs génèrent en général des clefs sur l'ensemble des salles de projection pour un exploitant donné.
            Tu noteras cependant que le film 35mm ou numérique n'est pas acheté, mais loué au distributeur.

            > la KDM
            Ah oui, j'avais oublié, on dit "le" KDM.

            > Ces clef publiques sont gérés par qui ?
            > Existe-t-il un organisme les gérants.
            > Comment un distributeur a accès a ces clef ?
            > Tout cela afin de permettre une génération de KDM,
            > une fois les accords commerciaux conclus, quelque
            > sois la salle.

            Dans un monde idéal, ce serait le CNC qui devrait gérer une base de certificats publics de l'ensemble des constructeurs
            Dans un monde réel, le CNC a rien fait pour le cinéma numérique et donc la base de certificats, c'est pas demain qu'il arrivera.
            Un distributeur a accès à ces clefs oui.


            >>> un modèle sans clef n'existe pas
            >> Heu, j'espère avoir très mal compris, mais si: il te suffit
            >> de générer un DCP non crypté.
            > Dans ce cas reste-t-on conforme à la spec du DCI ?
            > Je ne pense pas.

            Et pourtant, c'est le cas.
            Bon nombre de DCP sont générés sans cryptographie: les trailers, les publicités, certains films mêmes.
            Pour l'anecdote, nous avions fait les DCP pour la fondation Blender sans chiffrement à l'époque (ED et BBB)
    • [^] # Re: Manquement d'objectivité.

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Manquement d'objectivité.

      Manquement d'argumentation ;-).
      • [^] # Re: Manquement d'objectivité.

        Posté par . Évalué à 2.

        Je répondrais sur le texte de Rodolphe Village directement, dès que j'aurais terminé (en cours)
  • # Milieu

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    C'est rigolo dans les posts , la notion de "milieu" est omniprésente.

    On se croirait dans le parrain : « Gardez vos amis près de vous, mais gardez vos ennemis encore plus près. »

    Ou encore en image [http://www.dailymotion.com/video/xmsh6_le-parrain-tete-de-ch(...)]

    Au final de quel "milieu" parle-t-on ?
    • [^] # Re: Milieu

      Posté par . Évalué à 3.

      C'est pas nouveau Nicolas.
      Tu viens enfin de comprendre pourquoi les gens ont un rictus de côté quand ils disent "la grande famille du cinéma".
      Maintenant, tu penseras à cela quand tu verras un acteur le dire.
      T'inquiètes, j'ai eu le même sentiment en rentrant dans le "milieu".
      Allez, tu peux baiser ma baguouze :-D

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.