Recommandation sur la politique logicielle de l'Etat

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags : aucun
0
23
oct.
2002
Communauté
Un article du Monde (encore un!) fait état d'un rapport d'une commission au Plan donnant des indications à l'Etat pour la définition d'une politique logicielle adaptée à la réalité du monde informatique actuel.
Ce rapport préconise notament la définition d'une politique globale de l'informatisation des collectivités ainsi que la prise en compte des logiciels open source, pour entre autre, je cite, "réduire l'omnipotence de certains éditeurs, notamment américains, qui occupent des positions monopolistiques sur certains segments de marché".
La brevetabilité est également abordée.
  • # Brevets et 'durée de protection des produits'

    Posté par . Évalué à 1.

    pour le cas où le champ du brevetable finirait par s'étendre, le rapport recommande [...] [de] tenter de réduire à trois ans au lieu de cinq la protection des produits.

    Euh quelqu'un peut m'expliquer ce qu'est cette durée de 5 ans ? Pour l'instant tous les brevets durent autour 20 ans, non ?
  • # Re: Recommandation sur la politique logicielle de l'Etat

    Posté par . Évalué à 1.

    Article plutôt intéressant ! je ne sais pas ce que cela donnerait dans la pratique, mais je me réjouis de voir que l'open source ainsi que la question délicate de la brevetabilité du logiciel sont de plus en plus évoquées; ce qui dénote une conscience de plus en plus grande de ces deux aspects aux plus hauts sommets de l'état ! Je pense que cela finirait par donner quelque chose. Pour un pays comme la France qui n'a pas de grand éditeurs logiciels comme les Orcale/Microsoft ou SAP c'est vraiment la voie la plus pertinente. Quand je vois les milliards de Francs qui ont étés engloutis dans Bull sans véritable résultat, un dixième de cette somme alloué au développement et la perfection de logiciels libres/open source ferait des merveilles.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.