Sortie de Node.js v0.2.0

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
15
23
août
2010
JavaScript
Node.js, dont le slogan est Evented I/O for V8 JavaScript, a pour but d'offrir un moyen simple d'écrire des applications réseau scalables. Le code est placé sous licence MIT.

Pour bien comprendre ce qu'est Node.js, je vous propose le cheminement suivant. Partons de V8, la machine virtuelle développée par Google qui permet d'interpréter du javascript. Ajoutons un modèle événementiel, similaire à EventMachine en Ruby ou à Twisted en Python. Cela tombe bien, en javascript, c'est assez naturel de procéder de cette manière : le javascript dans les navigateurs utilise déjà un modèle événementiel (les événements sont 'DOM chargé', 'touche pressée' ou encore 'clic de la souris'). C'est un bon début, mais le javascript ne possède pas de bibliothèque standard pour manipuler des fichiers ou faire des opérations réseau. Utilisons donc notre modèle événementiel pour ajouter des API qui permettent de faire ça de manière asynchrone. Une autre lacune de javascript est l'absence de moyen de charger une bibliothèque depuis un script, et comme on n'a pas spécialement envie de tout écrire dans un seul fichier, rajoutons donc une fonction require pour charger un autre script. Enfin, saupoudrons le tout avec quelques API utilitaires, un interpréteur interactif, et vous obtiendrez une bonne idée de la composition de Node.js.

Node.js permet ainsi de développer simplement des applications en javascript que l'on peut qualifier de server-side. Voici quelques exemples de ce que l'on peut faire avec Node.js :

La version 0.2.0 est sortie le 20 août et marque une première stabilisation du projet. Jusqu'à maintenant, les versions s'enchaînaient à un rythme soutenu (2 à 3 par mois), avec souvent des changements d'API et des problèmes de compatibilité divers et variés. Il est donc difficile pour les développeurs de bibliothèques de les maintenir, et pour les développeurs d'applications, de trouver les bonnes bibliothèques qui fonctionne avec la dernière version de Node.js. Cela devrait maintenant changer : Ryan Dahl a promis d'assurer la compatibilité de l'API pour les versions 0.2.x. Si vous souhaitez essayer Node.js, c'est donc le bon moment pour vous lancer ! Pour montrer la simplicité de Node.js, nous allons voir comment écrire un Hello World sous forme de serveur web.

Commençons par installer Node.js. Cela se fait simplement sur tous les UNIX (Linux, BSD, OSX...) mais nécessite de passer par Cygwin pour windows. Vous aurez besoin des outils classiques de compilation, ainsi que d'OpenSSL. Après avoir téléchargé et décompressé les sources de Node.js, il ne vous reste plus à qu'à taper la classique ligne de commande suivante :
./configure && make && make install

Nous pouvons maintenant écrire le code de notre Hello World. C'est du javascript, nous allons donc le placer dans un fichier hello.js. Voici le code en question :
var http = require('http');
http.createServer(function (req, res) {
res.writeHead(200, {'Content-Type': 'text/plain'});
res.end('Hello World\n');
}).listen(8000, "127.0.0.1");
console.log('Server running at http://127.0.0.1:8000/');

La première ligne charge le module http et le rend accessible grâce à la variable du même nom. Node.js respecte la spécification Modules de CommonJS. Ainsi, un module peut exposer un objet en l'assignant à la variable exports, et cet objet sera renvoyé par require.

À la seconde ligne, nous pouvons maintenant utiliser notre objet http pour créer un serveur. Pour cela, nous utilisons la méthode createServer, en lui passant en paramètre une fonction anonyme. Cette fonction sera appelée à chaque fois qu'un client se connectera au serveur. 2 paramètres seront passés à la requête : req, qui représente la requête du client, et res, qui va servir à construire la réponse au client.

Ici, la fonction pour répondre à un client est très simple. Nous commençons par renvoyer le code HTTP 200 - OK, avec un entête pour préciser que la réponse sera du texte brut (ligne 3). Puis, nous envoyons la réponse elle-même, à savoir le Hello World (ligne 4). Comme nous avons utilisé la méthode end plutôt que write, Node.js sait que la réponse est complète. Il pourra donc fermer la connexion HTTP quand toutes les données auront été envoyées.

À la ligne 5, nous indiquons à Node.js que notre serveur va écouter sur le port 8000 en local (127.0.0.1 est l'adresse IP locale). Enfin, à la dernière ligne, nous affichons un message sur la sortie standard pour indiquer que notre serveur tourne bien.

Nous pouvons maintenant lancer notre script :
node hello.js

Node.js va exécuter notre script. Il va arriver très vite à la fin du script, et là, contrairement à ce que l'on pourrait penser, il ne va pas quitter. À la place, il va entrer dans un mode où il va attendre des événements (avec epoll, kqueue ou select), et quand un de ces événements se produit, il exécute la fonction associée. Dans notre cas, les événements seront des clients qui se connecteront à notre serveur.

Nous pouvons maintenant taper http://127.0.0.1:8000/ dans la barre d'adresse de notre navigateur et voir notre Hello World s'afficher.

Normalement, node.js finit de s'exécuter quand il n'a plus d'événements à écouter. Dans notre cas, cela ne se produira jamais car nous ne fermons notre serveur nulle part. Pour quitter, nous allons donc devoir y aller de manière un peu brutale avec un CTRL-C.
  • # HTML 5 et P2P

    Posté par . Évalué à 2.

    Bon, il y a plus qu'a créer un p2p anonyme par navigateur en html5/javascript/websocket
    • [^] # Re: HTML 5 et P2P

      Posté par . Évalué à 2.

      Est-ce que, comme dans l'Ajax, les websocket interdisent de se connecter à un autre serveur ? (une simple iframe permet de contourner ce problème, mais sa complexifie la chose)

      Un autre problème : comment initialisé la connexion ?
    • [^] # Re: HTML 5 et P2P

      Posté par . Évalué à 2.

      Node ne fonctionne pas dans un navigateur. L'essentiel du programme est écrit en C et ne tourne que sur Linux. Javascript est utilisé comme langage d'extension. Les applications reposant sur Node sont écrites en Javascript, pas Node lui-même.
  • # V8

    Posté par . Évalué à 4.

    C'est compatible uniquement avec V8 comme laisse penser leur slogan ou ça fonctionne aussi avec le moteur de firefox par exemple ?

    Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

    • [^] # Re: V8

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      C'est compilé avec V8. V8 gère du javascript standard, à priori le même que gecko. Je ne comprends pas la question.
      • [^] # Re: V8

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        V8 ne fonctionne que sur quelques architectures matériel (ARM et X86 il me semble).

        Envoyé depuis mon lapin.

      • [^] # Re: V8

        Posté par . Évalué à 4.

        De ce que j'ai pu en comprendre. Le javascript c'est très moyennement normalisé car il y a plusieurs normes plus des éléments qui dépendent du navigateur. De plus j'imagine très bien des compilateurs JIT comme V8 ajouter leurs propres extensions pour améliorer leur fonctionnement. Donc avec un slogant comme « Evented I/O for V8 JavaScript », je me suis demandé s'ils avaient pas optimisé leur code en ne se référant uniquement à V8 et en perdant la compatibilité avec les autres.

        Après je connais très mal le sujet.

        Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

        • [^] # Re: V8

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          le javascript est normalisé sous le nom de ECMAscript, lors du développement de Chrome et donc de V8, Google a fournit des tests unitaires, qui ont été utilisé par Firefox, il me semble.

          Dans tous les cas, la vrai différence entre les navigateurs webs, ce n'est pas la couche basse de javascript, mais le DOM et les APIs qui vont dessus. Perso, je fait du nodejs avec la doc mozilla, et je n'ai pas encore eut de soucis.

          Il existe des projets node qui tournent aussi dans un browser, mais bon, le but d'un code fait pour node est de tourner avec node.
  • # scalabilité

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Tu dis dans la 1ère ligne que node.js permet de produire des applications scalables, mais pourquoi ? Tu n'en parles plus du tout après.
    • [^] # Re: scalabilité

      Posté par . Évalué à 6.

      Car à l'instar d'EventMachine, Twisted et bien d'autres il utilise le Patron de conception (beurk) Réacteur(en:Reactor pattern) qui est destiné à résoudre les problématiques liées à la Programmation concurrente notamment l'ordonnancement.
    • [^] # Re: scalabilité

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      D'ailleurs scalabilité me paraît bien moins que "mise à l'échelle".

      Ainsi Node.js a pour but d'offrir un moyen simple d'écrire des applications réseau gérant la mise à l'échelle.
      • [^] # Re: scalabilité

        Posté par . Évalué à 2.

        > gérant la mise à l'échelle.

        Pour aller au grenier?

        Bon, plus sérieusement, c'est compliqué de traduire le concept de scalabilité, ce serait quelque-chose comme:
        "ne pas empecher de supporter un grand nombre d'utilisateur|de connections|de transactions."

        Autant utiliser le terme Franglais, c'est plus concis!

        • [^] # Re: scalabilité

          Posté par . Évalué à 1.

          gérant la mise à l'échelle.

          Pour aller au grenier?

          Bon, plus sérieusement, c'est compliqué de traduire le concept de scalabilité, ce serait quelque-chose comme:
          "ne pas empecher de supporter un grand nombre d'utilisateur|de connections|de transactions."


          >>>>>>
          "possibilité de montée en puissance" ?
        • [^] # Re: scalabilité

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Wikipédia propose extensibilité et réserve mise à l'échelle pour le domaine du graphisme numérique.
    • [^] # Re: scalabilité

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      A la différence de twisted, qui bosse avec du python classique, node repose sur une API toute asynchrone. L'idée est d'avoir plein de petites taches sans attentes, ce qui facilite l'ordonnancement. Node supporte très bien les actions en parralèles, mais le support des multiCPU est pour l'instantt rustique. Les outils de bases sont en C/C++ et javascript sert juste de liant, un peu comme PHP, l'approche inverse de Python/Java.
      Pour arriver à gérer tout ça sans s'emmêler les pinceaux, il y a les callbacks : les fonctions anonymes que javascript aime tant, et les events. On se retrouve à faire de la programmation fonctionnelle, avec des fonctions en cascade, et non plus de la programmation linéaire.
      • [^] # Re: scalabilité

        Posté par . Évalué à 4.

        On se retrouve à faire de la programmation fonctionnelle, avec des fonctions en cascade, et non plus de la programmation linéaire.

        Saint Plex, priez pour nous !
  • # Lacune??

    Posté par . Évalué à 2.

    Javascript ne possède pas de bibliothèque standard pour manipuler des fichiers ou faire des opérations réseau
    [...]
    Une autre lacune de javascript est l'absence de moyen de charger une bibliothèque depuis un script


    Javascript est très majoritairement utilisé du côté client, heureusement que ces fonctionnalités n'existent pas d'origine.
    • [^] # Re: Lacune??

      Posté par . Évalué à 1.

      Ah ben oui, ils auraient été obligés de faire un système de vérification du code ou de gestion des droits, genre le SecurityManager de Java…
  • # typeof NaN

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Je vois pas trop l'intérêt. Pour un langage côté serveur plein d’inconsistances et d'accolades, on avait déjà PHP non ?


    - - - - - > [ ]
    • [^] # Re: typeof NaN

      Posté par . Évalué à 3.

      À moins que tu ne veuilles parler d'un langage particulièrement flasque, « incohérences » siérait mieux qu' « inconsistances »…
    • [^] # Re: typeof NaN

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Je fais du javascript depuis quelques temps maintenant, moi, un codeur C et C++ de la "vieille école", les premiers temps ont été très difficiles, on a l'impression de faire du bricolage, on doit se coltiner les petites erreurs de conception et on râle (Douglas Crockford lui-même n'hésite pas à taper sur ces petites tares, dans ses excellentes présentations sur YUI Theater). On râle également sur la très grande permissivité du langage. En plus, un truc qui s'appelle "Javascript", dont on a entendu parler depuis 15 ans au sein des navigateurs alors qu'autour de nous, certains nous déconseillent de le laisser activer pendant la navigateur, tout cela ne donne pas vraiment envie.
      Puis au bout d'un moment, on commence à se rendre compte de la puissance de certains concepts, on se surprend à prendre plaisir à utiliser les closures à tire larigot, à ne plus typer ses variables, à manipuler des fonctions comme n'importe quel autre objet littéral, à construire des paradigmes (comme de la POO) comme quand on jouait aux légos, à apprécier le JSON, la sérialisation "naturelle", le passage de paramètres par table de hachage, et surtout la grande expressivité que permet ce langage.
      Alors bien sûr, ces quelques concepts se retrouvent tous dans des langages réputés plus puissants et "propres" (comme Haskell, Python, Lisp, etc), mais c'est juste pour dire que javascript, c'est franchement pas si pourri que cela.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.