Sortie de Proxmox VE 4.0

Posté par . Édité par tankey et palm123. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
33
7
oct.
2015
Distribution

La societe Proxmox Server Solutions GmbH vient de publier la nouvelle version Proxmox VE 4.0 de sa plateforme opensource de virtualisation. Proxmox VE 4.0 est basée sur la dernière Debian Jessie 8.2 avec un kernel 4.2, QEMU 2.4 et le dernier paquet du Ceph Server (0.94.x – hammer release).

logo anniversaire Proxmox

Voici en résumé les nouveautés de Proxmox VE 4.0:

  • Linux Containers (LXC): Cette version 4.0 est la première version de Proxmox VE à inclure un support natif des containers LXC en plus des machines virtuelles KVM. Les containers LXC sont complètement intégrés aux autres composants de Proxmox, permettant d'utiliser tous les modèles de stockage déja existants comme par exemple un stockage local, NFS, ZFS, Ceph ou DRBD9.
  • Nouveau gestionnaire de Haute Disponibilité: parmi les nouvelles fonctionnalités de cette version 4.0, Proxmox VE contient un nouveau gestionnaire de Haute Disponibilité (pve-ha-manager), écrit par l'équipe Proxmox en remplacement de RGManager. Proxmox VE HA Manager surveille l'état de toutes les machines virtuelles et containers sur le cluster, et entre en action automatiquement si l'un des serveurs est détecté comme défaillant. Toutes les options sont configurables via la GUI.
  • Cette version comprend également le tout nouveau Proxmox HA Simulator, qui permet de tester les fonctions haute disponibilité de Proxmox, avant une mise en production.
  • D'autres améliorations concernent la console NoVNC, le stockage distribué DRBD9 (technology preview), et support IPv6.
  • # pas pret ?

    Posté par . Évalué à 2.

    j'utilise proxmox 3.x depuis 2 ans maintenant, et c'est un produit genial,

    pour me preparer à passer à la version 4.x, je sacrifie une machine qui trainait chez moi, (core2duo 3Ghz, 4Go de RAM, 32Go SSD)
    je telecharge l'image ISO, je la dump sur une clef USB selon la methode du classique dd if=fichier.iso of=/dev/sdXY
    j'arrives à booter dessus,
    je passes certains ecrans de reglages, ca semble lancer l'installation,
    et ca se plante à 100% "installation of package Ceph-common_0.80_7-2_amd64.dev failed"
    je peux cliquer sur "OK" et "Reboot" mais ca ne demarre pas proxmox :(

    la console "Ctrl+Alt+F2" semble indiquer que tout se passe bien jusqu'a la tentative d'installation de ceph-common, ou là il se met à trouver /usr/bin ou /etc en lecture seule :(

    bref, ca semble pas completement sec le produit là :
    ou bien y a un pre requis de taille disque minimum que je n'ai pas vu dans la documentation ?

    • [^] # Re: pas pret ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Essaie en faisant une installation à partir d'une Debian Jessie. Je l'ai fait hier et je n'ai pas rencontré de problème. ;)

      There is no spoon...

    • [^] # Re: pas pret ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Bizarre, dis comme ça ça ressemble à une erreur disque. Ta "machine qui trainait chez toi" elle a un disque dur fiable ?

      • [^] # Re: pas pret ?

        Posté par . Évalué à 2.

        le disque est fiable, il y a avait mon OS principal de test dessus juste avant
        j'ai un nouveau disque qui arrive demain, je regarderai et je vous dirai si ca vient de là

        • [^] # Re: pas pret ?

          Posté par . Évalué à 2.

          bon j'ai pas pu attendre, alors j'ai testé avec un disque plus gros.

          ca passe avec mon disque de 160Go

  • # Premier retour à chaud

    Posté par . Évalué à 10.

    Contexte : je suis Proxmox depuis pas mal de versions, je suis assez fan, et j'attendais un peu cette version comme le messie (VZ me faisait un peu peur pour la sérénité du truc, comme à pas mal de monde y compris chez Proxmox, je suppose). Ah, et je suis une grosse buse en LXC, c'est tout juste si j'en ai déjà créé un pour voir sur mon poste. Voilà voilà.

    Donc installation vite fait ce soir, sur un serveur pas tout jeune (un vieux Dell 2850, de mémoire). Pas eu de soucis particulier, comme les précédentes versions (en tous cas celles que j'ai testé autrement que vieux un apt-get upgrade), ça s'installe tout seul, ça pose les bonnes questions, et zou. Côté FS, j'ai laisse les options par défaut (Ext4, notamment). Peut-être ai-je eu tort, j'y reviendrais.

    Une fois l'ensemble installé, la première surprise c'est que rien n'a changé. En apparence en tous cas. Le numéro de version, en haut à gauche, mais c'est à peu près tout. Évidemment, je me précipite à créer un conteneur (Create CT), puisque le passage de VZ à LXC est LE gros changement. Presque pas de différence par rapport à la version VZ, la configuration du réseau a un peu bougé (plus riche). Comme à chaque fois, je me fais avoir : pas de templates disponibles. Je file en télécharger via l'interface prévue pour (Debian 7 et 8 sont là, ainsi qu'une paire d'Ubuntus récentes, pour moi ça ira) et je recommence. Puis je démarre mon conteneur.

    La console NoVNC marche très bien, mais je l'avais déjà sur la version 3, alors pas de grimpette au rideau de ma part. Première grosse surprise, par contre : les conteneurs LXC utilisent des images disques, comme les VM (alors que du temps de VZ, c'était un portion de l'arborescence, comme avec un chroot). Je vois assez bien l'avantage (plus proche des VMs, du coup j'imagine qu'on peut avoir les snapshots dessus et tout), mais j'aimais bien pouvoir taper dans mes conteneurs "à la main". Pas bloquant ceci dit, je m'y ferais. Et on me susurre dans l'oreille droite que, abstraction faite de Proxmox, LXC sait très bien faire ce genre de choses.

    Premier "vrai" test : j'essaye de remonter une sauvegarde VZ d'un autre serveur. Le plus compliqué a été de l'uploader (le stockage "local" défini par défaut accepte tous types de contenus, sauf les vzdumps), mais la restauration se passe bien. Juste le réseau à reconfigurer et c'est parti. Par contre, NoVNC se comporte bizarrement, une fois la machine repartie (juste Login:, jamais il ne me demande de Password, mais ne me laisse pas entrer pour autant). En SSH, ceci dit, la machine répond et fonctionne comme on peut s'y attendre. Cool.

    Les snapshots, par contre, pas vu comment y accéder sur un CT. L'onglet est présent, le snapshot "NOW" est là, mais les boutons sont grisés. J'ai essayé de créer un stockage LVM (dans le volume group "pve"), et de créer un CT dedans. Mais là non plus, pas d'accès aux snapshots. Flutte.

    Du même coup, je n'ai pas trouvé comment déplacer un CT existant d'un stockage à un autre. On peut s'en sortir avec sauvegarde/resto, mais c'est un peu dommage. Peut-être plus génant pour l'instant : pas possible - de ce que j'ai vu - de modifier le "disque" d'un conteneur. Ni de changer sa taille, ni d'en rajouter un second, etc. On a une situation curieuse, à mi chemin entre l'ancien système VZ (où la taille n'était qu'un quota, mais on pouvait quand même la modifier) et les VMs (mais sans pouvoir gérer des volumes comme sur une vraie machine). Bref, curieux. On peut surement s'en tirer avec les outils CLI, je n'a pas encore regardé par là.

    Note : on ne peut pas créer de snapshot à la main, mais si on configure une sauvegarde on peut demander à ce qu'elle se fasse par ce biais. Curieux. Ma sauvegarde se lance à 23:00, j'en saurais plus d'ici la fin de ma prose.

    En conclusion, je suis toujours aussi fan. Pas au point de mettre en prod' tout de suite, mais ça risque de me démanger fort. J'ai quelques OpenVZ à migrer, on va y aller par étape. Pas encore pu tester la mise en cluster, mais ça ne devrait pas tarder non plus. Même si quelques réglages et améliorations sont encore à apporter ici et là pour que l'intégration d'LXC soit parfaite, ça reste une TRÈS bonne solution de virtualisation/conteneur sur base Debian.

    Note 2: ma sauvegarde a eu lieu pour un CT sur deux (celui qui n'était pas explicitement stocké sur LVM). Il n'a pas bronché, mais je ne suis pas certain qu'il n'ait pas eu recours à un Suspend (ce qui est prévu lorsque les snapshots ne sont pas disponibles). Et par contre, la sauvegarde se voit comme une simple sauvegarde (et pas un point parmi les snapshots).

    La sauvegarde du CT basé sur LVM tourne, et le CT est toujours fonctionnel. Donc j'imagine que, bas niveau, les snapshots marchent.

    En gros, et sauf incompréhension de ma part, il reste à Proxmox à décider si les conteneurs LXC se rapprochent de ceux sous VZ, ou bien des VMs KVM. Pour l'instant, c'est une drôle d'espèce d'entre-deux. Et c'est bien le seul reproche, à première vue, qu'on puisse faire à cette nouvelle mouture.

    • [^] # Re: Premier retour à chaud

      Posté par . Évalué à 4.

      Merci pour ce retour d'expérience complet ! Je confirme que par défaut LXC (sans Proxmox) fonctionne très bien avec un stockage "dans l'arborescence" ou "dir" (éventuellement un logical volume de LVM).

      Je lis ici que les équipes de proxmox ont préféré déployer avec un "loop device" : http://forum.proxmox.com/threads/22881-Proxmox-4-LXC-Chroot-instead-of-raw-images
      et une solution est proposée pour ne pas créer de loop device : "Just set disk size to 0 when you create a CT."

      Toujours dans le même fil de discussion, on déplore alors l'absence de quota : je pense (mais je n'ai pas testé avec Proxmox) que le quota peut réapparaître si le point de montage du conteneur est un volume logique LVM. En tout cas avec du LXC brut, cela fonctionne très bien.

      • [^] # Re: Premier retour à chaud

        Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 10/10/15 à 17:30.

        Les quotas fonctionnent sur les loops devices et block devices (ceph/rbd, lvm, zfs).
        Il suffit de specifier la taille à la création.

        On peux redimensionner le disques, et ajouter d'autres également, mais ce n'est pas encore intégrer dans la gui pour l'instant. Par contre ca fonctionne très bien en ligne de commande.

        Par contre, effectivement, si on utilise directement le filesystem du host (size=0), pas de quota.

        (J'ai contribuer pas mal au code de l'intégration lxc de proxmox 4.0, si jamais vous avez des questions, n'hésitez pas à me demander)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.