Spacewalk 2.3

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par tuiu pol. Licence CC by-sa
20
19
avr.
2015
Red Hat

Spacewalk est un logiciel de gestion des systèmes et de leurs mises à jour pour les distributions basées sur les paquets RPM. Ce nom ne vous dit peut-être rien, mais ce projet est en fait celui qui sert de base à Red Hat Satellite 5 (RHN), ainsi qu'à SUSE Manager. Malgré la disponibilité de Katello et de Satellite 6, Spacewalk est toujours maintenu.

Spacewalk logo

Le 14 avril dernier est sortie la version 2.3 de ce logiciel, dont les changements principaux sont détaillés en deuxième partie de dépêche.

Les ajouts

Suite à la prise en charge des clients RHEL 7 et CentOS 7 dans Spacewalk 2.2, cette version 2.3 est enfin installable sur ces systèmes. Fedora 21 se voit ajouté à la liste, en tant que serveur et client.

Spacewalk est capable d'être couplé à un système d'authentification externe, ce qui évite de déclarer tous les comptes en local si vous disposez d'un annuaire compatible. L'apparition de la commande spacewalk-setup-ipa-authentication devrait faciliter ce genre de cas de figure.

Bien que Spacewalk soit principalement utilisé avec une base de données PostgreSQL, il est toujours possible d'utiliser Oracle. Des contributions ont vu la possibilité d'utiliser Oracle 12c en tant que base de données externe.

Dans le cadre de l'utilisation en tant que proxy, Spacewalk est maintenant capable de gérer l'en-tête HTTP If-Modified-Since pour les méta-données de yum.

L'interface utilisateur continue sa finition, ainsi que sa standardisation utilisant Patternfly. Elle ne contient d'ailleurs plus de code Perl, et est exclusivement en Java à présent.

Plein d'autres "petites" améliorations sont présentes. Parmi elles, on trouvera l'option --dry-run ainsi qu'une meilleure gestion des dépendances dans la commande spacewalk-clone-by-date, la prise en charge de dépôts compressés au format xz, et l'ajout du fuseau horaire pour la Corée du Sud.

L'API évolue, certains appels apparaissent, d'autres disparaissent. Il est recommandé de lire la documentation dédiée à l'API sur le site du projet.

Pour clore ce chapitre sur les nouveautés, on remarquera que le code source de Spacewalk est maintenant disponible sur le très célèbre Github, et que le projet s'est doté d'un nouveau nom de domaine : spacewalkproject.org

Les suppressions

Comme annoncé lors de la sortie de Spacewalk 2.2, certains éléments ont été supprimés. Tout d'abord, l'installation (ou mise à jour) de la partie serveur n'est plus possible sur RHEL 5 ou CentOS 5. La partie cliente est elle toujours disponible. Adieu aussi à la prise en charge de Solaris.

Cela avait aussi été annoncé lors de Spacewalk 2.2, les fonctionnalités de surveillance elles aussi disparaissent en version 2.3.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.