Tech.io, plate‐forme collaborative de veille technologique et d’apprentissage

19
25
sept.
2017
Éducation

Basée sur le principe de partage des savoirs, Tech.io permet à tous de créer des contenus interactifs d’apprentissage sous licence libre (Creative Commons CC BY-SA 4.0 par défaut), afin d’aider le plus grand nombre à apprendre et maintenir ses compétences à jour.

Tech.io utilise les images Docker , GitHub et rejont l’Open‐Knowledge comme vous pouvez le voir dans la suite de l’article.

Le système s’appuie sur des images Docker pour prendre en charge n’importe quelle technologie et, aujourd’hui, quarante modèles (templates) sont d’ores et déjà disponibles pour démarrer la création de tutoriels (parmi lesquels Bash, Go, Python, Scala, Kotlin, etc.).

L’intégration avec GitHub facilite l’édition collaborative des contenus, par exemple pour corriger des erreurs ou bien encore traduire le contenu dans une autre langue. Un module (widget) permet aussi d’intégrer du code exécutable sur toute page Web.

Tech.io rejoint le mouvement international de l’[_Open‐Knowledge](https://en.wikipedia.org/wiki/Open_knowledge)_ qui vise à défendre et promouvoir l’utilisation de ressources éducatives sous licences libres. Vous pouvez soutenir le mouvement ici.

Tech.io widget

  • # Quelques contradictions malheureuses

    Posté par . Évalué à 7 (+7/-1).

    Le site https://tech.io/ est plein de belles phrases mais a aussi quelques contradictions malheureuses :

    • le site https://tech.io/ utilise de très nombreux traceurs indélicats (et illégaux en France) ;
    • le site https://tech.io/ affiche une page blanche si on bloque les traceurs ;
    • le site https://tech.io/ n'est pas un logiciel libre ;
    • leur solution utilise largement GitHub qui n'est pas un logiciel libre ;
    • le site https://tech.io/ utilise une extension fashion mais non respectueuse des règles des TLD.

    C'est contradictions sont d'autant plus malheureuses qu'elles sont simples à éviter (GitLab CE, internalisation de ressources web, licence GNU AGPL…).

    Quelques considérations éthiques et philosophiques :

    • la connaissance libre est-elle un produit comme un autre ?
    • la connaissance libre peut-elle être un outil de traçage/flicage/commercialisation/enfermement/perversion des utilisateurs ?
    • connaissance libre, transparence et sécurité sont-elles si incompatibles ?

    Aujourd'hui, Microsoft investi 13 millions d'euros dans l'Éducation nationale avec la joie de récupérer des données personnelles sur les élèves est les enseignants. Le tout sans qu'on puisse savoir ce qu'ils vont en faire (fichage, analyse, revente…) ou ce qu'ils sont obligés d'en faire (transmission aux agences de renseignements américaines…). Doit-on faire une news dans LinuxFr.org pour s'en féliciter ? C'est plutôt le contraire.

    À ceux qui sont tentés de dire que ça n'existe pas les projets 100 % libres et éthiques, j'invite à considérer les nombreux projets libres tels que GNU, Linux, Debian, Gnome, LibreOffice, Gimp, Blender, LinuxFr.org, etc. Ce sont des projets vraiment libres et vraiment éthiques, et pour certains d'entre eux même des entreprises participent. Donc si, si, c'est possible. Et vivement que ça se développement dans le domaine de l'éducation.

    Avec tous mes encouragements à l'équipe de https://tech.io/ pour évoluer dans le bon sens.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.