Une préparation au B.T.S. Informatique sous Linux

Posté par (page perso) . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Tags :
0
8
fév.
2008
Éducation
Pour la prochaine rentrée en septembre 2008, le lycée Dominique Villars à Gap (05) dans les Hautes-Alpes propose la préparation en deux ans d'un Brevet de technicien supérieur Informatique de Gestion à partir uniquement de logiciels libres.

Cela fait maintenant 8 ans qu'une fois tous les deux ans une équipe pédagogique fait ce pari.
Et désormais elle le fait savoir.

Si vous êtes jeune, amateur du libre et souhaitez devenir informaticien, inscrivez-vous c'est maintenant.
La formation de première année est un tronc commun.
Les logiciels suivants y sont utilisés:
  • OpenOffice, the Gimp,
  • Vim ou Emacs selon les goûts
  • Mysql, Postgresql
  • Linux (Gentoo et Mandriva Linux)
Langages : html,xml,javascript, css, php, C++

En deuxième année:
Il y a le choix entre deux options:
  1. Développeur d'applications informatiques et génie logiciel
  2. Administrateur de réseaux locaux d'entreprise
En deuxième année seule la première des deux options reste entièrement libre :
  • la programmation événementielle est vue avec QT4,
  • la programmation orientée objet en C++,
  • la programmation client/serveur en C++
En ce qui concerne la seconde option :

L'essentiel des technologies acquises se fait sous linux : authentification par NIS, partage de fichier par NFS, routage, serveur web Apache, serveur ftp, liaison ssh, serveur de base de données Postgresql ou Mysql, ...
L'administration des technologies Windows Server (2003 ou 2008) est également abordée, car c'est un système encore assez employé en entreprise.
  • # ça c'est bien

    Posté par . Évalué à 3.

    j'ai fait mon BTS IG aussi entierement sous linux c'etait dans un lycée à Melun, ya 8 ans aussi. J'espere qu'ils ont continué l'aventure.
    Quand on arrivait devant les examinateurs et qu'on leur annoncait les sujets de nos travaux pratiques ils nous regardaient avec des yeux rond (quoi kerberos? ldap? nfs, kickstart??). Apres quand on arrive en ecole d'ingé et qu'on tombe sur des gars qu'on suivit une formation plutot sous windows, on se rend compte qu'ils sont completement dependant d'un logiciel X ou Y proprio et ça fait mal.
    Ca serait bien que les lycées communiquent un peu plus la dessus car apparement ya pas mal de lycées qu'on opté pour le libre.
    • [^] # Re: ça c'est bien

      Posté par . Évalué à 2.

      Ca a bien changé.

      De mon temps, c'était sous COBOL que l'on faisait de la prog.
      De l'algo, du merise et du SQL sous MSAccess.
      Et enfin la matière qui m'a dégoutée de devenir entrepreneur, la compta;

      BTS IG promo 1997.
      • [^] # Re: ça c'est bien

        Posté par . Évalué à 1.

        Promo 2008 pour ma part, VB et dotnet (que du microsoft donc) en option développeur et surtout du Linux (ubuntu) en réseau avec de l'Active Directory, MS 2003 Server et MS SQL Server.
      • [^] # Re: ça c'est bien

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Et enfin la matière qui m'a dégoutée de devenir entrepreneur, la compta;

        C'est bien dommage. Si davantage d'entrepreneurs l'utilisait comme il se doit, c'est à dire comme un outil de gestion, un certain nombre de boites seraient mieux gérées et on entendrait moins de conneries sortir de la bouche desdits entrepreneurs...
        • [^] # Re: ça c'est bien

          Posté par . Évalué à 4.

          C'est peut-être utile mais je suis d'accord pour dire que c'est extrêmement chiant la compta (en tout cas telle qu'elle est enseignée dans certaines formations). Franchement à la base c'est que des maths et du bon sens, pourquoi s'embêter à apprendre un tas de termes techniques inutiles inventés pour justifier les salaires des comptables ? Parceque dans mas formationde l'an passé (DUT SRC) c'est à ça que la compta se résumait : connaitre les définitions d'un tas de termes et remplir des tableaux et encore des tableaux en appliquant bêtement des formules.

          La compta est peut-être utile mais à ce moment là l'éducation nationale devrait éviter de mettre en place des programmes qu'on dirait conçus pour en dégoûter les élèves.
          • [^] # Re: ça c'est bien

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            c'est extrêmement chiant la compta
            Mes étudiants de BTS CGO (comptabilité et gestion des organisations) pensent, pour la plupart, exactement la même chose de ce que je leur enseigne (un peu de réseau, un peu de modélisation, un peu d'algo etc.). Quand je leur dit que certains en font leur coeur de formation et leur métier tu imagines...
            Chacun voit midi à sa porte :-)
            Toujours est-il que si tu penses que cela se résume à un tas de termes techniques inutiles inventés pour justifier les salaires des comptables c'est que tu n'a probablement pas eu la chance d'avoir un enseignement qui t'a permis de comprendre les finalités ou raisonnements sous-jacents à la logique comptable, et ce qui va avec, la gestion.

            Je pourrai écrire : la programmation à la base c'est que des maths de la logique et du bon sens, pourquoi s'embêter à apprendre un tas de termes techniques langages inutiles inventés pour justifier les salaires des comptables informaticiens ?
            Evidemment, les lecteurs de linuxfr seront horrifiés. A juste titre. Ce que tu écris, c'est pareil, mais dans un domaine différent.
            • [^] # Re: ça c'est bien

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Bah j'ai un pote matheux qui dit que les informaticiens ne font qu'employer des termes techniques inutiles en anglais et des abréviations qu'au final ils ne comprennent même pas :-)
            • [^] # Re: ça c'est bien

              Posté par . Évalué à 4.

              En réalité, c'est quelque chose que l'on dit souvent de l'enseignement en général. Il est extrêmement important de donner le goût de ce que l'on enseigne, mais les bons pédagogues sont assez rares. D'autre part, pédagogie, vulgarisation, et enseignement proprements dits sont des choses sensiblement différentes, qu'il faut examiner individuellement et avec soin avant de les réunir en un même cours, le piège étant de les confondre.

              Concernant la compta, il existe un cas tout-à-fait similaire en informatique :la gestion des bases de données.

              C'est typiquement le truc qui gave tout le monde en cours, spécialement les développeurs, alors que c'est critique en entreprise. C'est même un devenu un métier à part entière. D'expérience, même les administrateurs système ne veulent pas y mettre les doigts. Ils l'admettent généralement de façon très hypocrite devant le DBA car cela leur donne l'illusion de respecter les plate-bandes des différents acteurs du service informatique alors que les devs doivent se battre pour avoir les moyens de travailler correctement. :-)

              Pourtant, dès lors que a), on sort du cliché typique "client-numéro de commande-fournisseur-annuaire-adresse du client" et que b), on soit affranchi au départ du remplissage (souvent manuel) de la base fraîchement pondue, il y a vraiment moyen de s'amuser.

              Personnellement, les bases de données me poussaient à la dépression rien que d'y penser, puis j'ai eu à développer des applications qui exploitaient une base existante de 53 tables sur un serveur Sybase, déjà remplies par plusieurs millions d'entrées. Dès lors, j'ai appris le SQL sur le tas avec SQLPro puis, étant retourné en cours, j'ai assimilé les bases académiques qui y sont associées. Depuis, je suis en train de me passionner pour PostgreSQL 8.3, qui est réellement un petit bijou en soi.
            • [^] # Re: ça c'est bien

              Posté par . Évalué à 2.

              Je ne critiquais pas la compta, mais la façon de l'enseigner. Le travail d'un prof consiste notamment à faire en sorte d'intéresser les élèves à son cour. Or la manière d'enseigner la compta (en tout cas dans la formation DUT SRC que j'ai suivie l'an passé) est abordée plus d'un point de vue "secrétariat" que d'un point de vue "scientifique" et se résumait plus à l'apprentissage du remplissage de tableau (sur papier en plus alors qu'un tableur aurait diminué le travail par 10).

              Cependant, par définition, la comptabilité est, de mon point de vue, chiante (bien qu'utile), car elle n'inclut rien de très complexe et consiste essentiellement à collecter et organiser des données financières (contrairement à l'économie qui est plus ou moins une science et qui peut impliquer des notions de stratégie, des modèles mathématiques).

              Quand je dis "des mots inventés pour justifier les salaires des comptables", c'est une exagération, mais je pense que beaucoup de professions font la même chose, à savoir rendre volontairement les connaissances de leur domaine superficiellement difficilement accessibles et adopter un comportement élitiste afin de créer une espèce de caste qui conserve un contrôle total dans un domaine précis, car inaccessible aux autres. Et c'est aussi parfois le cas de l'informatique (bien qu'à mon sens ce soit opposé à l'idéologie du libre qui est basée en partie sur le partage des connaissances).
              • [^] # Re: ça c'est bien

                Posté par . Évalué à 1.

                On parle bien de cours pour futur informaticiens qui ne pouvaient pas se servir de logiciels de compta mais de feuilles de papier pour établir un bilan comptable.

                Le côté gestion financière était tout simplement néant.
    • [^] # Re: ça c'est bien

      Posté par . Évalué à 4.

      Si ca avais existé il y a 10 ans, je n'aurais pas migré (temporairement) à Grenoble. Je ne voulais pas de formation Windaube.... Donc je suis allé suivre des cours avec comme OS de base un sunOS et comme station de travail des terminaux X avec 10M de quota. Hum la belle époque.

      En tous cas merci beaucoup à ce lycée qui lance l'éducation Française dans l'avenir de l'informatique.

      Voici venir des informaticiens qui auront (je l'espère) des compétances et non pas des connaissances (d'un logiciel MS donnée)...

      bref, chapeau bas
      • [^] # Re: ça c'est bien

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        J'ai étudié à l'iut de Paris XIII (Villetaneuse), et c'était de la même façon uniquement sous unix/linux, à tel point que je me demandais ce qu'était la base de registre microsoft.
        D'ailleurs, on peux retrouver certains de mes cours systèmes:
        -l'éminent François Levy: http://www-lipn.univ-paris13.fr/~levy/cours.html

        Dommage quye l'iut de P13 ne soit pas plus connu ,car ils m'ont donné u nsacré bon enseignement là bas

        J'y ai étudié entre 1998 et 2000
        • [^] # Re: ça c'est bien

          Posté par . Évalué à 2.

          En 94 à Bordeaux, pas question de parler de Windows. Imaginez, 95 n'était pas encore sorti !
          Tous les cours étaient orientés logiciels libres, et les TP se faisaient sous Unix (terminal VT en licence et X en maîtrise !) Et un PC avec Linux noyau 0.99 à la maison ... j'en ai vu des kernel panic lors de mes apprentissages !
          En tout cas, merci à tous ceux qui avaient fait le pari des logiciels libres !
    • [^] # Re: ça c'est bien

      Posté par . Évalué à 1.

      Hello,
      J'ai également passé un BTS IG option Admin Réseaux, sauf que moi c'était il ya tout juste quelques mois (session de juin de l'année dernière)
      J'ai passé mes épreuves pratiques sous Linux (Mandriva) , on a eu une formation avec pratiquement que des logiciels libre (sauf l'étude obligé de windows dans d'autre matières,et pour certains logiciels propriétaires comme Ciel Compta (vite fait abordé heureusement...), PowerAMC etc...
      on a vu notamment Openldap, mysql, proftp, apache, bind, iptables, dhcp etc ... comme quoi les formations de BTS IG utilise beaucoup le libre.
      Là je suis actuellement en licence pro...et on en bosse pas énormément avec des logiciels libre (heureusement que j'ai un laptop équipé de gentoo ...)
  • # Pourquoi...

    Posté par . Évalué à 4.

    ... je suis né 6 ans trop tôt ????
    :-(
    • [^] # Re: Pourquoi...

      Posté par . Évalué à 1.

      + 1 :-(

      dégouté, moi aussi je suis né 6 ans trop tôt ...
    • [^] # Re: Pourquoi...

      Posté par . Évalué à 2.

      Il y a de cela 10 ans et qlq, mon BTS Info Indus s'est passé principalement sur OS exotique:

      HPUX
      RedHat 4.qlqchose ou 5.qlqchose
      OS9 (yeah!)

      Et à la clef: UML, algo, C, C++, JAVA (no comment), ASM 68000, du temps réel et du multi-thread et qlq trucs plus spécifique à l'indus.

      Merci monsieur Genet!
      • [^] # Re: Pourquoi...

        Posté par . Évalué à 1.

        Et de mon temps (eh oui les ptits gars !!) BTS informatique industrielle avec assembleur Z-80 en 1re année et 68000 en 2nde. En 2nde année on bossait sur des vt100 connectés sur une bécanne industrielle (bus VME) sous OS9 sur lesquelles on développait en assembleur, C voire meme Pascal. Les seuls PCs qu'on avait étaient des clones de PC-XT sous MS-DOS pour faire tourner OrCAD pour nos circuits imprimés... C'était vraiment le bon temps et l'éclate totale...
        • [^] # Re: Pourquoi...

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          "voire en Pascal", ou bien "et meme en Pascal", mais "voire meme" est une faute de grammaire !
          Et tres courante en plus...

          Bon bref, promouvoir le logiciel libre quand on est prof a la fac, c'est tres difficile surtout quand nos chers superieurs et directeurs se rendent compte, un peu plus tard, qu'on avait raison. Gnark gnark gnark....

          Et en entreprise, c'est encore plus dur !
  • # Ça alors !

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    L'administration des technologies Windows Server (2003 ou 2008) est également abordée, car c'est un système encore assez employé en entreprise.

    Ah bon ?

    À part ça, NIS est-il encore d'actualité ? Je le croyais balayé par LDAP.

    « J'ai pas Word, j'ai pas Windows, et j'ai pas la télé ! »

    • [^] # Re: Ça alors !

      Posté par . Évalué à 1.

      Erf l'administration de windows... Je vois pas l'intérêt, quand on sait administrer une vraie machine on ne rencontre normalement pas de problème avec windob dont l'administration est très neuneu-friendly. Par contre l'interface est d'une inefficacité rare (comme active directory dans lequel il faut 15 clics, 3 pop-up et une arborescence à dérouler de 20 km de long pour faire ce que l'on fait en une toute petite commande sous linux) à tel point que je frise la dépression à chaque fois que je dois m'en servir.

      Sinon, d'après wikipédia, NIS est effectivement balayé par LDAP.
    • [^] # Re: Ça alors !

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      j'ai vu du NIS chez u ngrand constructeur d'automobile Française.
      Mais c'est vrai que c'est le seul endroit où j'en ai vu
  • # Un lycée atypique

    Posté par . Évalué à 5.

    Dans mon lycée on ne fait pas de logiciel libre.
    Dailleurs à chaque fois que l'on utilise un soft je cherche l'équivalent libre et ça fait rire ma prof. Du coup elle me vanne.
    Pendant le dernier conseil, on (elle) a dit que je devais arrêter (de parler de) Linux.
    Dailleur elle ne connait pas ruby (si si c'est vrai), ni gtk...
    Du coup on fait du dotnet : vb en premère année et c# la deuxième.

    On a tout de même droit de choisir entre office et open-office.
    On a aussi le choix entre dia et un logiciel proprio pour faire de la modélisation.

    Heuresement on utilise apache (ouf) dans mon option (développeur).
    Donc ne venez pas faire ce bts Grenoble si vous comptez apprendre le LL en cour.
    • [^] # Re: Un lycée atypique

      Posté par . Évalué à 2.

      Ah j'ai le même genre de prof aussi :-)
      J'ai même un prof qui compile son SQL (je vous le jure) !
      • [^] # Re: Un lycée atypique

        Posté par . Évalué à 2.

        ESQL? (Pro*C, Pro*FORTRAN ou autre)

        ...

        Embeded SQL, pour faire certaines manipulation de données on encapsule des requètes SQL dans un langage de plus haut niveau, et du coup on compile. C'est peut être de ça que parlait le prof en question.
        • [^] # Re: Un lycée atypique

          Posté par . Évalué à 2.

          Non je ne crois pas, il n'a pas les skills pour aller plus loins que compilé/interprêté. D'ailleurs, quand je l'ai repris, il a reconnu son erreur et l'a interprêté par la suite. Bon il le recompile à nouveau maintenant par contre ^^
          Nan mais ce prof, à part le pack office et un peu le SQL, il ne connait rien.
    • [^] # Re: Un lycée atypique

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Un des arguments récurrent ici (je bosse dans un IUT) est qu'il faut que les étudiants apprennent ce "qu'ils vont retrouver dans les entreprises". Ca peut se comprendre pour des applis métiers tres ciblés, mais en fait ça concerne toute l'informatique...

      Ajoutez à ça un service informatique qui explique que si les pc passent sous Linux, ils n'interviendront plus en cas de problèmes : ca freine les plus motivés...
  • # C'est une excellente initiative !

    Posté par . Évalué à 5.

    Linux est un outil pédagogique exceptionnel :
    il permet de comprendre tous les mécanismes qui se cachent derrière les interfaces,
    les coûts d'exploitation sont réduits,
    les offres de techiques et technologies libres sont immenses,
    il existe une très grande offre de sites, forum, ..., qui peuvent aider les étudiants à résoudre les problèmes, aller plus loin, appronfondir leurs connaissances.

    De plus, par expérience, ces étudiants ne sont pas perdus lorsqu'ils font des stages sous Windows. L'inverse est sans conteste presque impossible.
    Du coup, ils peuvent, sans aucun problème, mettre la double compétence sur leur CV.

    D'ailleurs, les fonctions publiques nationales ou territoriales sont orientées progressivement vers le logiciel libre. Un bon plan donc pour les étudiants.

    C'est une excellente pratique pédagogique et elle mérite d'être soulignée.

    Bravo encore pour cette orientation.
  • # En parlant de formations en informatique...

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Je profite de ce sujet pour parler de mon cas et vous demander quelques conseils et/ou suggestions.

    Actuellement je fait une licence pro :"Qualification Complémentaire en Informatique", à force de passer du temps sur LinuxFR, de me passionner pour divers projets libres j'ai eu envie d'apprendre plus de choses en info et j'ai donc choisi cette formation. On a fait du C# avec mono (même si pour mon stage je vais faire du C/C++), pas mal d'administration sous linux, du php, javascript, SQL et on a utilisé des outils comme Merise.

    J'obtiens vraiment de bon résultats, et du coup j'ai de plus en plus envie de continuer. Je sais bien qu'à priori une licence pro ce n'est pas idéal pour cela mais je me suis quand même lancé à la recherche d'un Master.

    Qu'est ce que vous en pensez ? Et ce que vous avez des suggestion ? J'aimerai évidement trouver un Master (ou une autre formation) qui soit "ouverte" aux logiciels libres.
  • # Et Debian

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Comment se fait il que les distributions à base de Debian ne soient pas abordées ?
    • [^] # Re: Et Debian

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Tout n'est pas dans l'article, mais effectivement en deuxième année option administrateur de réseau locaux d'entreprise, une grande partie des TP se fait sur une distribution basée sur Debian.
      On ne va quand même pas passer à côté des joies de l' apt...
  • # Une formation ne se doit elle pas d'être généraliste ?

    Posté par . Évalué à 5.

    Je pense que je vais lever pas mal de bouclier, mais une formation en informatique BAC+2 ne se doit elle pas d'être généraliste ?

    Titulaire d'un DUT obtenu en 1996, j'ai suivi mon cursus sous différents systèmes (HP/UX, Windows 3.1, MS-DSOS et un peu de Linux). Notre formation était basée sur le fait que nous serions capables de nous adapter aux différents langages que nous rencontrerions au cours de notre carrière.

    Nous avons suivi des cours de C, C++, COBOL, Prolog et la suite des événements m'a permis de toucher au Turbo Pascal, Visual Basic, Visual C++, PHP, Perl. Je pense que ceci a été facilité par le fait que nos professeurs ne se sont pas limités à prêcher uniquement pour un langage ou un système d'exploitation mais avait une vision plus théorique de la sphère informatique en nous expliquant les concepts d'algorithmie, de MCD, MCT avec les méthodes Merise 2 ou UML, le SQL avec Oracle qui me permet maintenant d'exploiter des bases de données sous MySQL.

    Tous les systèmes cohabitaient au sein de l'IUT et c'était à nous de les prendre en main et d'en tirer le bénéfice (intellectuel) maximum.

    L'évolution a fait que l'essentiel de mes déploiements se déroulent maintenant sous logiciel libre mais je remercie cette formation qui m'a permis de garder à l'esprit que c'est l'objectif qui est à remplir qui importe. Les débats de choix de système d'exploitation ou de langage de programmation ne sont pas la préoccupation première de l'utilisateur final de votre développement, ce qui l'intéresse c'est que ça réponde à ses besoins de façon correcte, c'est ça qui fera progresser les développements libres.

    A mes yeux, l'informaticien (terme générique) est une personne capable de s'adapter continuellement au cours de sa carrière, même si une certaine tournure d'esprit le pousse à évoluer vers une logique de partage des connaissances et de l'information qui n'est pas l'objectif de certaines grandes sociétés qui ont contribuées à l'évolution numérique.

    Pour ce qui est de la gestion, je constate que ça en a rebuté pas mal, mais malheureusement cela contribue au savoir de l'informaticien qui est amené à travailler sur la comptabilité, les ressources humaines, le droit et j'en passe.

    C'est un métier ressource, transversal et enrichissant intellectuellement, nous n'avons pas le droit de le laisser être réduit à une simple application de choses que l'on apprise au cours de nos formations respectives, l'ouverture vers tous les systèmes et les langages est un devoir.
    • [^] # Re: Une formation ne se doit elle pas d'être généraliste ?

      Posté par . Évalué à 4.

      Absolument, c'est ce que je me disais à la lecture des la dépêche et des commentaires.

      De plus, aborder divers outils / systèmes d'exploitation permet de connaître les forces et les faiblesses de chacun, ce qui est à mon avis très important.
      • [^] # Re: Une formation ne se doit elle pas d'être généraliste ?

        Posté par . Évalué à 2.

        Linux est un Unix en ce sens ce que l'on apprend en système sous Linux peut facilement s'adapter à d'autres Unix.

        Et les applications libres tournent sous -pratiquement- tous les OS du marché et parfois même sur ceux qui ne sont plus ou pas encore sur le marché :-).

        Donc ce cursus permet de se débrouiller dans beaucoup d'environements que d'avoir simplement une formation sur des outils microsoft.

        Ceci le cours traitant des systèmes ne peut éviter windows, ne serait-ce que pour savoir comment s'interfacer avec.

        De plus une formation spécialisée en libre est de bonne augure pour l'avenir. Le libre, en France en tout, cas représente une part du marché de l'embauche croissante. Choisir le libre c'est à mon humble avis un choix judicieux. Je pense aussi que si windows c'est encore du présent ca n'est en tout cas pas l'avenir. Le libre est beaucoup plus dynamique.
    • [^] # Re: Une formation ne se doit elle pas d'être généraliste ?

      Posté par . Évalué à 1.

      je ne comprend pas tout : parce qu'il faut être généraliste, alors il ne faut pas faire de choix ?
      c'est une vision réductrice : il est impossible d'aborder dans les temps impartis et en visant une certaine maitrise : le VB, C++, C#, et autres ASP, Cobol (???), PERL, sans oublier HTML, CSS, PHP, ASP, Javascript, AJAX, ...

      Citation : "Notre formation était basée sur le fait que nous serions capables de nous adapter aux différents langages que nous rencontrerions au cours de notre carrière." :
      Heureusement que c'est l'objectif primordial, même si les méthodes pédagogiques diffèrent.

      Toute la difficulté revient en fait à faire des choix les plus génériques possibles :
      enseigner le C++ permet de se débrouiller car il est très complet. Il permet donc de donner d'excellentes bases en programmation (algo, ou comment concevoir correctement un prog et maîtriser les concepts de base de la prog : itératives, répétitives, alternatives, fonctions, procédures, paramètres par valeur, par adresse ou par référence, ...).

      Pourquoi travailler sous Linux :
      1. parce que pédagogiquement c'est mieux : tous les concepts sont maîtrisables (ce qui n'est pas toujours le cas derrière un écran Windows). Faites de la prog sous QT4, et la partie événementielle de Visual Studio deviendra claire. de plus,QT4 est compilable sous Windows. Résultats : les étudiants sont opérationnels sur toutes les principales plateformes (Windows, Unix, Linux) car ils auront assez de connaissances pour "s'adapter continuellement" [citation].
      2. Il est idiot pour un windowsien de prétendre qu'il peut s'adapter facilement à linux. Cela prend du temps, ce que n'aura pas un informaticien en période d'essai... Du coup, double compétence sur le CV pour ceux qui ont étudié sous Linux.

      Je suis donc pleinement d'accord sur le fait que "l'informaticien (terme générique) est une personne capable de s'adapter continuellement au cours de sa carrière" [citation].
      La façon d'y arriver n'est certainement pas le survol de tout le marché des techniques et technologies.
  • # Et en IUT ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    À l'IUT où j'enseigne actuellement, Linux est utilisé presque exclusivement depuis la création du département. Étrangement, les étudiants ne font pas preuve d'un enthousiasme débordant et se laissent vite dépasser... Impossible de leur faire lâcher Nautilus, même en cours de SE où on explique le fonctionnement de ls, cd et mkdir... À peine la moitié a formulé le voeu de faire installer Linux sur leur machine (une Install Party a été organisée en début d'année), et pour la plupart c'était uniquement pour avoir "la même chose qu'en cours" (à savoir une Fedora 6 ou 7) et en aucun cas par curiosité personnelle. À noter que la plupart des profs ont presque complètement déconnecté de Windows et savent vaguement s'en servir...

    Ça viendra peut être avec le temps, mais ça serait bien aussi que les étudiants soient "éclairés" sur le sujet, avant même les formations...
    • [^] # Re: Et en IUT ?

      Posté par . Évalué à 1.

      C'est une tendance naturelle que d'utiliser des outils graphiques en premier abord. Cependant, je doute qu'ils puissent exploiter sed et awk pleinement avec Nautilus (piste à suivre).

      Même Microsoft revient à la ligne de commande sous Windows 20008 Server avec le PowerShell, il faudra bien que les étudiants y passent de toute façon et puis leur rappeler que leur futur emploi ne sera pas qu'un job de pousse-boutons...

      C'est difficile de demander à des jeunes qui viennent suivre une formation à caractère fortement professionnalisant sur 2 ans d'avoir des connaissances sur des domaines qu'ils sont censés apprendre, tous les étudiants ne sont pas codeurs ou bidouilleurs à la sortie du lycée et <troll poilu> l'évolution naturelle des individus ne pousse pas à l'effort </troll poilu>

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.