Version 3.0 de qdictionnaire

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud et Benoît Sibaud. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
33
24
mar.
2017
Bureautique

La version 3.0 de qdictionnaire est sortie avec une version Linux/deb (i386 et amd64), une Linux/rpm (x86 et x86_64), une Windows et une macOS. Les sources sont sous licence GPL v3+.

Pas de grands changements depuis la 2.6 à part une amélioration du code, quelques modifications ergonomiques et corrections de bogues. La partie la plus visible est l’ajout d’une fenêtre d’information système dans l’aide indiquant le chemin de la base de données, celle du fichier de configuration de l’application et le chemin de l’exécutable.

Rappelons que qdictionnaire est un dictionnaire qui :

  • comporte 385 000 mots de la langue française, les mots rares, les noms des communes françaises et les prénoms ;
  • comprend un dictionnaire de synonymes ;
  • affiche les conjugaisons des verbes ;
  • dispose de 38 000 citations ;
  • affiche les rimes de 384 000 mots phonémisés par un algorithme interne ;
  • propose un éditeur poétique ;
  • embarque toutes les informations dans une base de données SQlite et ne nécessite pas de connexion Internet.

Il est fourni en licence GPL v3 et il est basé sur un certain nombre de ressources libres :

  • Lexique 3 ;
  • la liste des villes issue du site de l’INSEE ;
  • Wiktionary ;
  • Wikiquote ;
  • fortunes-fr ;
  • la base de données SQLite ;
  • l’environnement de développement QtCreator ;
  • la bibliothèque Qt 5 ;
  • les définitions des mots rares du dictionnaire de Didier Méral ;
  • des verbes conjugués et l’affichage des tables de conjugaisons sont dues au programme french-conjugator.

Il est disponible sur la page de l’auteur.

  • # Belle découverte

    Posté par . Évalué à 5.

    Je connaissais grammalecte mais pas qdictionnaire. Belle découverte.

    Je viens de le mettre en lancement automatique à l'ouverture de ma session ubuntu. Pratique il est ainsi facilement accessible.

    Une petite remarque s'il y avait une option pour qu'à l'ouverture il se lance en mode 'minifié' au lieu d'avoir l'application qui s'ouvre au début de la session ce serait un plus.

  • # Dictionnaire de Didier Méral 

    Posté par . Évalué à 10.

    Bonjour, je suis étonné de voir que les définitions du dictionnaire de Didier Méral sont utilisées dans ce logiciel. En effet, s'il s'agit bien de ce livre, on peut lire sur la première page que

    Téléchargement et usage libre - Tout utilisation même partielle, à des fins commerciales ou assimilées interdites.

    Cela me laisse penser que ce n'est pas compatible avec la licence GPL utilisée par qdictionnaire. Je me trompe ?

    • [^] # Re: Dictionnaire de Didier Méral 

      Posté par . Évalué à 8.

      Vu que j'ai été moinssé, j'imagine que je me trompe. Il serait constructif d'expliquer en quoi c'est le cas plutôt que de me moinsser sans explication.

      • [^] # Re: Dictionnaire de Didier Méral 

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        « Téléchargement et usage libre - Tout utilisation même partielle, à des fins commerciales ou assimilées interdites »

        Pour ma part je trouve ce texte mal construit, il y a des fautes (ça fait drôle pour un truc concernant un dictionnaire), mais à part ça, je pige le texte facilement : tu peux utiliser ce dictionnaire pour faire quelque chose de non commercial.

        • [^] # Re: Dictionnaire de Didier Méral 

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Donc la question de départ est pertinente, la clause « non commercial » est incompatible avec la GPL. Je suppose que les sources et binaires (GPL) sont distribu(able|é)s séparément des fichiers de données pour régler le problème de la distribution par les auteurs, mais c’est pas prêt d’entrer dans Debian par exemple.

  • # Réponses

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    La version 3.1 comprendra :

    • L'option permettant de lancer le dictionnaire en mode iconifié (c'est d'ailleurs disponible dans la version git ce jour). Merci pour la suggestion.
    • Une fenêtre affichant la licence depuis le menu d'aide (disponible dans la version git ce jour)

    Par contre, puisque je tiens des spécialistes des licences et que Didier Méral est un ami, nous pouvons facilement lui demander de changer les clauses de sa licence. Cependant son dictionnaire n'est pas un logiciel mais un fichier document que j'ai analysé. Donc la GPL ne s'applique pas au sens strict du terme puisqu'elle est réservé aux logiciels. On peut lui demander de mettre une licence Creative Common. Enfin dites moi ce que je dois lui suggérer.

    Pour ce qui est de l'intégration de qDictionnaire à Debian, la génération de l'empaquetage Deb suit les règles dpkg-buildpackage. Par contre demander à Debian d'intégrer le logiciel est au dessus des mes forces, vu que le processus Debian me semble bien compliqué.

    qdictionnaire est intégré dans deux ou trois distributions ce que je sais parce que les empaqueteurs m'ont demandé d'effectuer des modifications.

    • [^] # Re: Réponses

      Posté par . Évalué à 4.

      Bonjour Gilles,
      concernant la licence du dictionnaire de Didier Méral, il suffit qu'il le publie sous licence CC by-sa, ce qui autorise donc la réutilisation commerciale et le problème sera levée. C'est la même licence que le Wiktionnaire et Wikiquote que tu utilises déjà.

      • [^] # Re: Réponses

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        la CC by-sa-nc ne ferait pas l'affaire ? Une licence GPL interdit un acte commercial du logiciel hormis les frais de reproduction des support.

        • [^] # Re: Réponses

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          Voir par exemple « Je voudrais mettre mon code sous GPL, mais je voudrais aussi qu'il soit clair qu'il ne peut pas être utilisé pour des usages militaires ou commerciaux. Puis-je faire cela ? » (réponse non, cf FAQ GPL https://www.gnu.org/licenses/gpl-faq.fr.html#NoMilitary )

          Une licence de logiciel libre ne peut interdire de vendre le logiciel (cela enfreindrait les 4 libertés). Par contre, la GPL dit que l'utilisateur doit pouvoir récupérer les sources du logiciel distribué ou mis à disposition du public (suivant les termes de la partie « 6. Conveying Non-Source Forms. » dans la GPLv3, ou la partie 3 dans la GPLv2).

          • [^] # Re: Réponses

            Posté par (page perso) . Évalué à -8.

            Voir par exemple « Je voudrais mettre mon code sous GPL, mais je voudrais aussi qu'il soit clair qu'il ne peut pas être utilisé pour des usages militaires ou commerciaux. Puis-je faire cela ? » (réponse non, cf FAQ GPL https://www.gnu.org/licenses/gpl-faq.fr.html#NoMilitary )

            Ma question ne portait pas sur la l'utilisation par des militaire. Je passe du temps à faire des logiciels libre et je pose là une question concernant la licence à faire mettre sur le dictionnaire de Didier Meral. Merci de respecter mon temps et de répondre à ma question.

            Une licence de logiciel libre ne peut interdire de vendre le logiciel (cela enfreindrait les 4 libertés). Par contre, la GPL dit que l'utilisateur doit pouvoir récupérer les sources du logiciel distribué ou mis à disposition du public (suivant les termes de la partie « 6. Conveying Non-Source Forms. » dans la GPLv3, ou la partie 3 dans la GPLv2).

            Je ne suis pas sûr que votre réponse m'éclaire.

            • [^] # Re: Réponses

              Posté par (page perso) . Évalué à 10.

              (…) ou commerciaux

              Merci de respecter mon temps et de répondre à ma question.

              Merci de respecter mon temps et de lire ma réponse (ou la FAQ GPL).

              Les licences libres n'interdisent pas de vendre du logiciel, un logiciel libre peut être commercial. La phrase « Une licence GPL interdit un acte commercial du logiciel hormis les frais de reproduction des support. » est donc fausse : je peux vendre 10000 € un logiciel libre sous GPL à mes clients. Par contre je ne peux interdire à un des clients de le revendre pour 5000 € s'il le veut (et donc de me concurrencer), et je dois fournir les sources suivant les conditions évoquées plus haut.

              Non, une licence CC By NC SA ne fera pas l'affaire, la restriction non-commerciale la rend non utilisable avec la GPL.

  • # Wikisource

    Posté par . Évalué à 2.

    J'ai vu que Wikiquote était utilisé pour fournir des citations. Je sais que le Wiktionnaire en propose également. Wikisource peut également être une formidable base de données pour fournir des attestations d'usage même si cela ne concerne principalement que des documents anciens.
    As-tu songé à utiliser ces autres sources de citations ?

    • [^] # Re: Wikisource

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      La fabrication de la base de données est assez arbitraire sur beaucoup de points :

      • les commune de France sont utilisées mais uniquement quelques villes de Belgique et aucune ville du Quebec ou d'Afrique. Il n'y a pas les capitales comme Moscou Pékin etc ..
      • Concernant les citations j'ai mis celles issues de Wikiquote et celles de fortune.
      • La génération de la base est automatisée par un programme perl qui télécharge toutes les ressources et les insuffle dans la base.
      • On doit donc pouvoir ajouter à loisir des sources d'information mais encore faut il les trouver.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.